Navigation – Plan du site
2019

Jamie Novotny et Joshua Jeffers, The royal inscriptions of Ashurbanipal (668-631 BC), Aššur-etel-ilāni (630-627 BC), and Sîn-šarra-iškun (626-612 BC), kings of Assyria. Part 1

Pierre Villard
Référence(s) :

Jamie Novotny et Joshua Jeffers, The royal inscriptions of Ashurbanipal (668-631 BC), Aššur-etel-ilāni (630-627 BC), and Sîn-šarra-iškun (626-612 BC), kings of Assyria. Part 1 (The royal inscriptions of the Neo-Assyrian period 5/1), University Park PA, Eisenbrauns, 2018, 22  ×28,5, xxxiii + 449 p., 23 fig. n/b, ISBN 978-1-5750-6997-5.

Texte intégral

1Ce nouveau volume de la série RINAP, dédié à la mémoire d’Erle Verdun Leichty, propose une édition mise à jour de 71 inscriptions historiques d’Assurbanipal. Les autres inscriptions de ce roi, ainsi que celles de ses successeurs Aššur-etel-ilāni et Sîn-šarra-iškun, feront l’objet d’un autre volume (RINAP 5/2). Cette division en deux volumes est en partie arbitraire, mais témoigne d’une volonté de maintenir un équilibre en incluant des textes importants et bien conservés dans les deux volumes. Les textes retenus pour le volume 5/1 comprennent toutes les inscriptions sur prismes et cylindres d’argile, ainsi que les inscriptions sur dalles murales ou objets en pierre en provenance de Ninive, Aššur et Kalhu. La plus grande partie de ces textes correspond donc à ceux inclus dans le livre de Rykle Borger, Beiträge zum Inschriftenwerk Assurbanipals, Wiesbaden, 1996, un ouvrage qui a apporté des progrès très importants, mais qui est relativement difficile à manier. Des éditions récentes de plusieurs des inscriptions d’Assurbanipal sur tablettes d’argile étaient déjà disponibles dans Jamie Novotny, Selected royal inscriptions of Assurbanipal (SAACT X), Winona Lake, 2014, mais on peut de toute façon consulter les éditions des textes programmés pour RINAP 5/2 sur le site http://oracc.museum.upenn.edu/​rinap/​rinap5/​corpus/​. D’autre part, les inscriptions babyloniennes contemporaines étaient déjà disponibles dans Grant Frame, Rulers of Babylonia from the Second Dynasty of Isin to the end of Assyrian domination (1157-612 BC) [RIMB 2], Toronto, 1995.

2Comme pour les ouvrages précédents de la série RINAP, celui-ci adopte la couverture reliée bleue, quasi identique à celle des volumes de l’ancienne série du Royal Inscriptions of Mesopotamia Project, ainsi que leur modèle de publication. Chacune des inscriptions fait l’objet d’un catalogue complet des exemplaires, d’un commentaire et d’une bibliographie, qui précèdent la transcription et la traduction en anglais, disposées en regard l’une de l’autre. Pour les inscriptions connues par plusieurs manuscrits, les principales variantes sont données en bas de page, les variantes mineures faisant l’objet d’une section à la fin du volume. L’édition des textes est aussi enrichie d’un certain nombre de photographies de qualité, à des échelles qui permettent le plus souvent une lecture directe. Le volume se conclut par une série d’annexes extrêmement utiles : variantes mineures, index des numéros de musées, index des noms, concordances avec les publications antérieures. Les pages 425-449 offrent en particulier une concordance entre la numérotation des lignes des textes de RINAP 5/1 et celle utilisée dans BIWA, offrant ainsi une clé précieuse pour la consultation de l’ouvrage de R. Borger.

3Ainsi que les auteurs l’indiquent dans leur préface, ce volume avait été initialement programmé pour être le huitième de la série RIMA (Royal Inscriptions of Mesopotamia Assyrian Periods). Dans ce cadre, cette nouvelle édition des inscriptions d’Assurbanipal avait été confié en 1988 à Laurence Shiff puis à Pamela Gerardi, qui entreprirent la saisie des textes et effectuèrent des travaux de collation. Puis la publication en 1996 de l’ouvrage de R. Borger, qui apportait d’importantes contributions à la compréhension du corpus, conduisit à un reformatage du projet initial. L’ouvrage final est dû à la collaboration entre J. Novotny, entré dans le projet en 1999, et J. Jeffers, qui lui succéda en 2015. Mais de nombreux autres assyriologues ont apporté leur contribution au cours de la longue élaboration de l’ouvrage, parmi lesquels Grant Frame, Douglas Frayne, Erle Leichty, Simo Parpola, Ron Sweet et Greta Van Buylaere. C’est donc un important effort collaboratif qui a permis l’achèvement du projet.

4Le résultat final est à la mesure de ces efforts. Outre l’édition des textes, qui constitue la nouvelle référence en la matière, une introduction fournie (p. 1-36) donne une synthèse très utile sur l’histoire du règne et offre (p. 27-36) des tableaux synthétiques sur les données chronologiques contenues dans les diverses catégories de sources. On notera que les auteurs ont choisi de ne pas imposer un point de vue unique en mettant côte à côte (p. 41) les essais de reconstruction des éponymes « post-canoniques » (après 649) dus à M. Falkner, S. Parpola et J. E. Reade. Certains points de la reconstitution historique peuvent évidemment être discutés, par exemple dans la section « Family, succession arrangement and education » (p. 13-14). Il n’est pas sûr que Sîn-nādin-apli ait été un frère aîné d’Assurbanipal, primitivement destiné au trône. L’hypothèse qu’il s’agisse du nom de naissance d’Assurbanipal n’est à mon avis pas définitivement réfutée. Et l’idée selon laquelle Assurbanipal aurait été instruit dans les arts scribaux parce qu’il n’était pas à l’origine destiné au trône n’est pas non plus assurée, puisqu’il semble que tous les enfants royaux aient reçu ce genre d’éducation à cette époque (sur ces questions, voir ma contribution à la 65e rencontre assyriologique internationale, Paris, juillet 2019). Dans un ouvrage de référence, il est néanmoins normal que les auteurs aient privilégié un point de vue consensuel, en suivant en général les conclusions des auteurs des notices de The prosopography of the Neo-Assyrian empire.

5Pour ce qui concerne l’édition proprement dite des textes, elle a manifestement été faite avec beaucoup de soin et de contrôles. Elle constituera un instrument précieux pour les assyriologues et permettra aussi aux collègues d’autres disciplines d’avoir accès de manière très fiable au contenu de ces sources. Tout au plus peut-on remarquer que les auteurs, qui ont eux-mêmes effectué un travail très minutieux, témoignent parfois d’un excès de révérence envers les travaux de leurs prédécesseurs et en particulier envers l’ouvrage monumental de R. Borger (BIWA). Je prendrai pour exemple le célèbre passage du « prisme B » (= Assurbanipal 3) qui relate la campagne menée contre le roi élamite Teumman. Les lignes v 40-41, transcrites šá ana an.šár man dingir.meš ad dù-ki ih-tu-u bil-tu / id-ka-a erim.hi.a-šú ik-ṣu-ra ta-ha-zu, étaient traduites par R. Borger (BIWA, p. 225) : « (Teumman) der in Bezug auf Assur, den König ger Götter, deinen leiblichen Vater, eine Last auf sich geladen hat – er hat seine Truppen aufgeboten, sich kampfbereit gemacht. » La traduction proposée dans RINAP 5/1, p. 69, « (Teumman) who placed a burden on (the god) Aššur – the king of gods, the father who had engendered you, mustered his troops, prepared for battle », reprend la même idée, tout en reconnaissant par l’usage des italiques que le sens n’est pas très satisfaisant. Dès lors, il faut peut-être revenir à l’ancienne proposition d’A. C. Piepkorn, qui transcrivait … ih-ṭú-u bil-tu [la ú-bi-la] … (Historical prism inscriptions of Ashurbanipal, Chicago, 1933, p. 64, l. 42). Le sens serait alors « (Teumman), qui avait péché contre Aššur, le roi des dieux, le père qui t’a créée (et) [n’avait pas apporté] de tribut. » Le texte a probablement été collationné, ce qui expliquerait que la proposition d’A. C. Piepkorn n’ait pas été retenue. Mais même ainsi, il me semble préférable d’envisager une omission du scribe dans une formule relativement attendue, plutôt qu’une expression sans parallèle et dont on ne saisit pas bien le sens. Un peu plus loin dans le texte, les lignes v 83-85 (kù.babbar kù.gi a-na šu-zu-ub zi-tì-šú ú-za-ʾi-iz a-na un.meš kur-šú / re-ṣe-e-šú a-lik áII-šu pa-nu-uš-šú ú-ter-ram-ma / ug-dáp-pi-šá a-na mah-ri-ia sont ainsi traduites (p. 70) : « In order to save his (own) life, he distributed silver (and) gold to the people of his land. He redeployed his allies, who march at his side, to his front and amassed (them) before me. » Cette traduction est assez proche de celle donnée dans BIWA, p. 225, « Um seine Seele zu retten verteile er Silber und Gold unter die Leute seines Landes. Seine Helfer, die ihm zur Seite gingen, schikte er an die Front und (90) massierte sie (oder sich) vor mir. » Mais là encore, l’emploi des italiques indique que les traducteurs ne sont pas pleinement satisfaits. Je proposerais pour ma part la traduction suivante, qui permet de créer un lien logique entre le partage des trésors de Teumman et la phrase qui suit : « Pour sauver sa vie, il partagea l’or et l’argent entre les gens de son pays. Ayant (ainsi) ramené à lui (panuššu) les alliés qui allaient ordinairement à ses côtés, il les massa contre moi. »

6On voit que si quelques points sont susceptibles d’être discutés, il ne s’agit que de points de détail. D’autant plus que la politique des auteurs a manifestement été de conserver une certaine neutralité dans les traductions, en essayant de ne pas forcer les interprétations. Il reste à remercier chaleureusement Jamie Novotny and Joshua Jeffers pour ce très beau volume, qui s’inscrit à la suite des belles réalisations constituées par les volumes précédents de la série RINAP. Il sera indispensable pour les spécialistes de l’époque néo-assyrienne et très utile pour tous les historiens de l’Antiquité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Villard, « Jamie Novotny et Joshua Jeffers, The royal inscriptions of Ashurbanipal (668-631 BC), Aššur-etel-ilāni (630-627 BC), and Sîn-šarra-iškun (626-612 BC), kings of Assyria. Part 1 », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/9022

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals