Navigation – Plan du site
2020

Alessandra Avanzini et Michele Degli Espositi (éd.), Husn Salut and the Iron Age of South East Arabia. Excavations of the Italian Mission to Oman 2004-2014

Solène Marion de Procé
Référence(s) :

Alessandra Avanzini et Michele Degli Espositi (éd.), Husn Salut and the Iron Age of South East Arabia. Excavations of the Italian Mission to Oman 2004-2014 (Arabia Antica 15), Rome, L’Erma di Bretschneider, 2018, 24 × 28, 424 p., 127 fig. n/b et 88 pl., ISBN : 978-8-891-3164-24.

Texte intégral

1L’ouvrage édité par A. Avanzini et M. Degli Espositi et paru en 2018 propose de présenter les apports des travaux réalisés entre 2004 et 2014 par la mission archéologique italienne en Oman (Italian Mission to Oman, IMTO). Ce volume de 424 pages ne vise pas l’exhaustivité, il entreprend de réévaluer les données concernant l’âge du Fer en Arabie du Sud-Est à la suite des travaux menés à Husn Salut et de proposer des réflexions plus générales sur l’âge de Fer de cette région, délaissé jusqu’au début des années 2000 au profit des périodes préhistoriques et de l’âge du Bronze. Depuis, de nombreux projets ont permis de l’éclairer (en Oman mais également dans les Émirats arabes unis). Il s’agissait donc d’une part de proposer une monographie exposant la chronologie révisée du site après celle proposée au début des années 1970 et les études des spécialistes après 10 ans de fouilles, et d’autre part de présenter les implications historiques du site dans le contexte régional qui était le sien à l’âge du Fer.

2Les onze chapitres qui constituent l’ouvrage se répartissent comme suit.

3Après une introduction très riche, la première contribution du volume (M. Degli Espositi, M. Cremaschi, A. Perego et A. Zerboni, p. 19-31, 5 fig.) est consacrée à l’environnement géographique et environnemental. Une analyse est menée sur les réseaux offerts par le cadre naturel, les niches écologiques favorables à l’occupation humaine et le potentiel de ces niches pour une occupation, dépendante du développement de systèmes hydrauliques.

4Le deuxième chapitre (M. Degli Espositi et Ch. Condoluci, p. 33-60 + 17 pl., 33 fig.) concerne le site d’Husn Salut à l’âge du Fer. Le phasage architectural et stratigraphique livre une division en trois périodes, les deux premières (I et II : du xiiie s. au viiie s. av. J.-C.) présentant une culture matérielle homogène. L’architecture est caractérisée par des murs extérieurs aux fondations érigées en pierres et à l’élévation en briques crues. La phase I se distingue par un système de terrasses construites sur des fondations compartimentées. La phase II est quant à elle caractérisée par un comblement des niveaux anciens entraînant une surélévation des sols au fil des siècles. La première moitié du xie s. av. J.-C. est marquée par la destruction par le feu de plusieurs bâtiments de la phase I. La troisième phase (III) présente des remaniements architecturaux significatifs vers les viie-vie s. av. J.-C. et se caractérise par la construction d’un mur externe en pierre. La culture matérielle associée est en rupture avec les phases précédentes. L’ensemble de la céramique s’intègre parfaitement dans les typologies standard établies pour l’âge du Fer de la région.

5Le troisième chapitre (C. Condoluci, M. Degli Espositi et C. S. Phillips, p. 93-108 + 36 pl., 11 fig.) présente la séquence stratigraphique obtenue pour la période de l’âge du Fer ancien dans les bâtiments « Basement » et « Burnt Building ». Cette contribution représente l’aboutissement de la fouille de ce secteur et vient corriger les rapports mis en ligne tout au long du projet par une réflexion menée sur la stratigraphie et plus largement sur la séquence chronologique de l’âge du Fer en Oman central. La séquence stratigraphique est la suivante : sur deux tombes de l’âge du Bronze sont placés des dépôts de fondation avant la construction de fondations à caissons destinées à compenser les irrégularités de la roche mère de l’éperon rocheux ; les deux bâtiments sont construits et modifiés voyant ainsi leur niveau s’élever avant qu’un feu ne vienne endommager les structures. La répartition du matériel exhumé permet d’avancer une possible spécialisation des pièces (pour des activités cérémonielles). Le mobilier comporte notamment, il faut le noter, des représentations de serpents humanisés, fait unique en Arabie du Sud-Est.

6Le chapitre 4 porte sur les autres zones fouillées (E. Tagliamonte, M. Degli Espositi et C. S. Phillips, p. 181-191 + 3 pl., 16 fig.), notamment la zone 4 occupée lors de la phase III et pendant la période islamique. Les fouilles de la tour et des murs extérieurs du site sont également présentés, établissant ainsi que la tour est construite à la phase HS-III.

7L’architecture de l’âge du Fer à Husn Salut est traitée dans l’important chapitre 5 (Ch. Condoluci, p. 201-238 + 22 pl. et 30 fig.). L’auteure y souligne la monumentalité des structures érigées sur l’éminence de Husn Salut, conçu comme un grand projet ayant nécessité la construction d’une immense plate-forme pour installer un complexe sur ce relief irrégulier (1 500 m2). La technique des fondations à compartiments comblés s’inscrit dans une lignée de traditions de l’âge du Bronze et se retrouvent sur des sites contemporains de la région. L’envergure du projet laisse envisager un espace public destiné à toute une communauté (espace cultuel ou au moins public). Dans ce chapitre consacré à l’architecture, un tiers concerne les dépôts de fondation identifiés aux différentes phases et le matériel les constituant. Ces dépôts marquent de toute évidence des remaniements à la suite, notamment, d’un incendie.

8La conclusion permet de revenir sur les apports divers des nombreuses informations présentées : la présence de restes de rats dans les dépôts indiquant un dépôt à ciel ouvert, la saison de construction, d’éventuelles différences dans les rituels au vu de la variété du matériel céramique, les contacts avec les populations littorales d’après la présence de ressources maritimes et enfin le développement du culte du serpent comme conséquence de l’importante présence de rats transportant des maladies et attaquant les réserves de nourriture.

9La vaisselle en pierre est traitée par E. Tagliamonte (p. 279-287, puis catalogue de 78 pièces, p. 287-294, 4 pl.) dans le chapitre 6. Elle y présente les caractéristiques de l’assemblage de Husn Salut et souligne notamment la présence dans des proportions importantes de couvercles à l’âge du Fer.

10Les objets en métal sont présentés dans le chapitre 7 par M. Sasso (p. 301-313 puis catalogue p. 314-322, 150 objets, 7 pl.). L’auteur détaille notamment les trouvailles de serpents en métal, objets cultuels arborant ici des traits anthropomorphiques non-menaçants. Des réflexions sont menées par l’auteur sur l’origine de ce culte mais également sur les techniques à la lumière des découvertes de Salut et des sites voisins.

11Le chapitre 8 est consacré à l’archéozoologie (L. Strolin, avec J. Studer, p. 331-352, 16 tabl., 9 fig.) et présente les résultats de l’analyse de 10 ans de matériel exhumé, à l’exclusion de la malacologie. Les résultats livrent un panorama éclairé des pratiques d’élevage et d’exploitation des espèces animales par la population du site, en soulignant que ce matériel provenant de la seule forteresse ne saurait représenter les habitudes de l’ensemble de la population du site (dont les zones domestiques sont actuellement fouillées par l’IMTO).

12C. Condoluci et M. Degli Espositi consacrent le chapitre 9 à la fonction du site de Husn Salut, qui tiendrait d’avantage du palais cérémoniel en raison notamment de la présence de remparts non défensifs. La présence d’une activité telle que la métallurgie semble en outre la cause la plus probable des incendies identifiés dans la stratigraphie. Les implications des interprétations proposées sont exposées : nécessité d’un contrôle centralisé pour une telle construction et pour la gestion des systèmes hydrauliques qui doit être souligné en l’absence de structures étatiques pour la région, absence d’homogénéité dans l’architecture cérémonielle. Les proportions du site (le plus important complexe fortifié dans la région) contribuent à favoriser l’hypothèse d’une localisation d’Izki, capitale de Qade, à Salut.

13Le chapitre 10 réexamine la chronologie de l’Arabie du Sud-Est à l’issue du programme de fouille de Husn Salut. Les auteurs (M. Degli Espositi, Ch. Condoluci, C. S. Phillips, E. Tagliamonte et M. Sasso, p. 371-382, 6 fig.), partant de la chronologie établie par P. Magee en 1996 (« The chronology of the Southeast Arabian Iron Age », Arabian Archaeology and Epigraphy 7/2, p. 240-252), rappellent que ce phasage de l’âge du Fer concerne en réalité l’âge du Fer ancien. Exceptées quelques variations, la chronologie de Husn Salut (I : 1300-1050 av. J.-C., II : 1050-650/600 av. J.-C., III : 650/600-300 av. J.-C.) correspond à celle de P. Magee. Les auteurs mettent en doute la pertinence de ce modèle pour la période de l’âge du Fer-I en Oman central, en raison de son absence de certaines régions. Le matériel correspondant à l’âge du Fer-II pourrait être plus ancien que supposé actuellement et contemporain de l’âge du Fer-I dans certaines régions. Ils envisagent que l’âge du Fer-I reflète en réalité peut-être un matériel côtier emprunt d’influences externes, ce qui impliquerait des chronologies légèrement divergentes pour le nord et le centre d’Oman. Le chapitre est clos par une réflexion sur le débat concernant la fin de l’âge du Fer à Husn Salut et plus largement en Oman.

14Le dernier chapitre traite de l’occupation du site aux périodes islamiques (xe-xiiie s. puis possiblement xvie-xviie s. et xviiie-xixe s.) lors desquelles les habitants semblent avoir remanié et conservé les remparts (nécessité de structures réellement défensives) et développé des stratégies hydrauliques.

15Dans cet ouvrage, richement illustré, les photographies, généralement intégrées au texte, sont en noir et blanc. Les catalogues présentent les dessins des objets et artefacts regroupés en planches avec légendes leur faisant face. On regrette le manque d’annotations sur certaines figures qui faciliteraient la lecture des vestiges. L’imposant contenu est présenté dans une mise en page agréablement aérée. Des paragraphes de conclusion auraient rendu la lecture de l’ouvrage, aux implications chronologiques majeures, encore plus agréable. Les réflexions sont menées avec une parfaite connaissance de la région et de la bibliographie qui la concerne. D’autres contributions, et notamment les études en cours de traitement qui n’ont pu être intégrées à l’ouvrage, viendront compléter rapidement la bibliographie consacrée à ce site majeur d’Oman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solène Marion de Procé, « Alessandra Avanzini et Michele Degli Espositi (éd.), Husn Salut and the Iron Age of South East Arabia. Excavations of the Italian Mission to Oman 2004-2014 », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/9139

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals