Navigation – Plan du site
Autres articles

Qarassa, un site du Bronze ancien et moyen en Syrie du Sud

Travaux 2007-2010
Frank Braemer, Hélène Criaud, Gourguen Davtian , Chiara Fiaccavento , Annie Flambeaux, Ghanem Ghanem, Linda Herveux, Juan José Ibáñez, Claire Liétar , Christophe Nicolle, Wasim Shaarani et Emmanuelle Vila
p. 225-250

Résumés

A la suite d’une prospection régionale du plateau basaltique du Leja, le site de Qarassa a été choisi pour la fouille en raison de sa représentativité chronologique du Natoufien à l’âge du Fer qui en fait la première référence chronostratigraphique longue pour la zone basaltique. Le tell sud de Qarassa est occupé du milieu du IVe jusqu’au deuxième quart du Ier  millénaire. On propose ici une synthèse des résultats de la fouille des niveaux du Bronze ancien de cette agglomération fortifiée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Criaud & Rohmer 2010. Cette mesure précise la surface des coulées de lave du Leja à partir de leurs (...)
  • 2 Braemer, Échallier & Al-Taraqji 2004.

1Notre connaissance archéologique des périodes allant du Néolithique à l’âge du Fer dans la partie du Levant Sud qui s’étend de la plaine de Homs, au nord, au fossé du Yarmouk, au sud, a été longtemps limitée par le caractère ponctuel de la fouille de quelques grands sites et le manque de prospections systématiques. Jusqu’à la dernière décennie, ce vide relatif d’informations interdisait de définir la nature de l’occupation humaine sur cette vaste région et donc de concevoir correctement les relations entre le sud-ouest du Levant Sud et la Syrie centrale. Les problématiques de recherche sont évidemment multiples et différentes pour chaque grande phase chronoculturelle. Pour l’âge du Bronze, la mission conjointe franco-syrienne, agissant dans le cadre du projet d’atlas des sites pré- et protohistoriques de Syrie du Sud, s’est attachée à définir, à une échelle régionale, les diverses formes d’occupation du sol et d’habitat, et leur chronologie relative dans le contexte historique général des phénomènes dits d’« urbanisation » entre le milieu du IVe et le milieu du IIe millénaire (fig. 1). Une première phase de prospections de la région du Leja (2003-2006) a permis d’établir un cadre chronoculturel détaillé pour la Syrie du Sud en se fondant sur une information régionale dense (544 sites identifiés à ce jour dont 187 pré-hellénistiques) acquise par la prospection d’une zone d’environ 950 km²1. La région étudiée est traversée par l’isohyète des 250 mm de précipitations annuelles, ce qui la place dans le domaine de transition entre l’agriculture sèche et la steppe semi-aride vouée principalement au pastoralisme. Les coulées de lave le plus souvent affleurantes qui forment le triangle du Leja, bordé par trois cours d’eau, accusent les contrastes entre zones exclusivement vouées à la pâture et celles dans lesquelles l’agriculture est possible, avec un potentiel variant selon le degré de recouvrement des sols par le pavage de dégradation du basalte. Notre projet est donc parallèle à celui conduit dans la décennie précédente sur le secteur de steppe aride orientale de Khirbet al-Umbashi2. Il permet d’éclairer les questions de continuité géographique du peuplement et des formes d’agglomérations entre la zone aride et le domaine du Jourdain et ses abords.

Carte générale de la Syrie du Sud et localisation de Qarassa.

MAFSS

  • 3 Pour le seul Leja, on a repéré 98 sites occupés au Bronze ancien et 168 occupés au Bronze moyen, Cr (...)
  • 4 Étude de la céramique chalcolithique par J. S. Baldi en 2010.

2Au Bronze ancien, cette région densément peuplée3 (fig. 2) est à l’évidence une composante de l’ensemble culturel du Levant Sud qui s’étend alors au moins jusqu’à la région de Damas. C’était déjà le cas dans les dernières phases de la période chalcolithique pendant lesquelles, si on identifie quelques types céramique Amq F à Qarassa, aucune présence des éléments culturels urukéens n’apparaît4. Les répertoires céramiques, les usages funéraires, l’architecture et l’organisation de l’habitat trouvent leurs meilleurs parallèles dans le domaine jordano-palestinien des IVe et IIIe millénaires. La situation change au tournant du IIIe au IIe millénaire, ici comme dans le nord de la Palestine, cette zone devenant alors une composante de l’ensemble culturel de la Syrie occidentale. C’est donc une nouvelle perception de l’extension spatiale de ces ensembles culturels que nous pouvons proposer ; elle induit une nouvelle cartographie du Levant, dans laquelle il n’existe plus réellement de césure spatiale significative entre Levant Sud et Levant Nord, mais une zone s’étendant entre les latitudes de la région de Homs et du Yarmouk qui est tournée alternativement vers le nord ou vers le sud.

Figure 2a

Figure 2a

Carte des sites du Bronze ancien et du Bronze moyen dans le Leja : BA Ia.

MAFSS

Figure 2b

Figure 2b

Carte des sites du Bronze ancien et du Bronze moyen dans le Leja : BA II/III.

MAFSS

Figure 2c

Figure 2c

Carte des sites du Bronze ancien et du Bronze moyen dans le Leja : BA IV.

MAFSS

Figure 2d

Figure 2d

Carte des sites du Bronze ancien et du Bronze moyen dans le Leja : BM.

MAFSS

  • 5 Coordonnées géographiques : 32°49’54’’ N ; 36°24’51’’E, alt. moyenne : 735 m.
  • 6 Le site est étudié par une mission conjointe associant les équipes de la Direction générale des ant (...)
  • 7 Nous utilisons ici les appellations chronologiques du Bronze ancien du Levant Sud. Voir fig. 22 les (...)

3Notre mission poursuit depuis 2007 l’exploration archéologique du site de Qarassa5 (Mohafazat de Suweida) qui avait été identifié en 20056. Ce nouveau programme a pour but d’élaborer un référentiel stratigraphique régional à partir de ce site à occupations longues puisqu’elles couvrent les périodes préhistorique et protohistorique du XIe au Ier millénaires av. n. è. (fig. 3). Ce référentiel associe en particulier chronologie absolue, définition des ensembles de culture matérielle, forme d’occupation du sol, échanges à l’échelle régionale et variations environnementales. Dans le cadre de cet article, nous présentons les niveaux d’occupations de l’âge du Bronze7.

Figure 3

Figure 3

Tableau chronologique général du site de Qarassa.

Qarassa

  • 8 Ibanez et al. 2010.
  • 9 Steimer Herbet sd.
  • 10 Terradas et al. sous presse.
  • 11 Le site est mentionné et cartographié par Porter 1855, puis figure sur les cartes de Kiepert en 185 (...)

4Le site, de plus de 60 ha, regroupe à proximité d’une source, pérenne jusque dans les années 1950, deux tells archéologiques occupés l’un, au sud, aux âges du Bronze et du Fer, l’autre, au nord, aux périodes néolithique, chalcolithique8 et Bronze ancien IA, et une vaste nécropole mégalithique de l’âge du Bronze9 en limite de laquelle, sur un relief rocheux, a subsisté un site natoufien10(fig. 4). La réoccupation récente du site date de 1946, après une très longue période pendant laquelle apparemment seule la source était fréquentée, ainsi que l’attestent quelques fragments de céramique romaine et byzantine en surface et plusieurs voyageurs du xixe s.11.

Figure 4

Figure 4

Modèle numérique de terrain montrant les trois composantes du site de Qarassa vu vers le nord-ouest. Au premier plan, le tell sud.

MAFSS

  • 12 Réalisée par E. Iriarte et A. Balbo, elle va être développée dans le cadre du projet 2011-2013 ANR (...)

5Le paysage dans lequel s’inscrit le site de Qarassa (fig. 5) est celui de la bordure sud des coulées volcaniques du Leja. La couverture rocheuse qui domine en surface est interrompue par des dépressions naturelles qui forment de vastes zones cultivables au nord du site. La dépression la plus méridionale abritait un étang alimenté par la source. Une rivière temporaire, le Wadi Abou Dhahab, affluent du Yarmouk venant du Jebel al-Arab, contourne la coulée de lave, et donc le site, par le sud. Au sud de la rivière, les coulées de lave plus anciennes que celles du Leja sont recouvertes par des sols de décomposition plus ou moins épais, propres à l’agriculture après épierrage. Deux nécropoles du Bronze ancien ont été repérées, mais non étudiées dans ce secteur. Une étude globale des paléo-environnements est en cours12.

Figure 5

Figure 5

Image satellitaire de la bordure sud des coulées de lave du Leja autour de Qarassa, village de dr.

MAFSS

6Une concentration d’habitat forme une microrégion d’une dizaine de km². Elle comprend, outre les sites de Qarassa, trois nécropoles de tombes mégalithiques (Qarassa Sud, Qarassa Sud-Est et Mtoukh), au moins quatre sites d’habitat de l’âge du Bronze ancien et/ou moyen (Rahil, Mtoukh nord, Manabiya sud, Kharab Buraq ouest), un site de l’âge du Fer (Kharab Buraq est) et cinq sites d’époques romaine et byzantine (Dur, Rahil, Duwair, Taara, Khirbet Manabiyah) (fig. 6).

Figure 6

Figure 6

Carte de la microrégion de Qarassa avec le tracé du ruissellement.

MAFSS

Le tell sud de Qarassa

7Le tell sud, 6 ha environ, a une forme de croissant ouvert au nord (fig. 7, 8a). La zone centrale est une dépression à une cote moyenne de 737 m, c’est-à-dire de 5 à 6 m en contrebas du sommet du site à l’ouest. Elle est limitée par deux niveaux de terrasses, de 1 à 1,5 m de hauteur environ, vraisemblablement créés par des constructions anciennes au nord-est (maison de l’âge du Fer) et à l’ouest (voir ci-après). Cette dépression était à l’origine encore beaucoup plus creusée puisque la fouille (cf. sondage S2 ci-après) a révélé, à plus de 7 m sous la surface (cote 730 m), un niveau d’occupation d’altitude égale à celle de la source située au nord, hors les murs. à l’origine cette zone centrale était sans doute ouverte au nord et donc inondable. La partie haute du site, à une altitude supérieure à 741,50 m est marquée par deux éminences. à l’est, le rocher est atteint dans le sondage S1 à la cote 739 m, et la couche archéologique n’est épaisse que de deux à trois mètres au maximum. L’autre éminence est plus restreinte et plus haute à l’ouest ; elle est totalement recouverte par le village actuel. Ces deux points hauts sont reliés par un bourrelet basaltique large d’une vingtaine de mètres au centre et s’élargissant en terrasse au sud-ouest. La forme générale du tell a été donc donnée par la topographie de la coulée de lave qui s’est développée en un étroit cordon du nord-est vers le sud-ouest. Un rempart construit au Bronze ancien a redessiné cette topographie en établissant des niveaux de constructions à la cote moyenne de 740 m sur la plus grande partie du tracé et à une cote inférieure (734 m) au nord au niveau de la dépression (fig. 8). L’installation sur la première ligne de relief des coulées de lave du Leja correspond à l’implantation préférentielle des sites à toutes époques tout autour de ce plateau basaltique.

Figure 7

Figure 7

Qarassa tell sud  : vue panoramique vers le sud.

MAFSS

Figure 8a

Figure 8a

Qarassa tell sud  : vue aérienne avec le tracé du rempart et l’emplacement des sondages.

Figure 8b

Figure 8b

Qarassa tell sud  : plan général avec le tracé du rempart et l’emplacement des sondages.

MAFSS

  • 13 La prospection de surface a été réalisée par A. Flambeaux en 2007, et le relevé topographique par G (...)

8Une exploration de surface systématique accompagnée d’un relevé topographique13 a permis d’établir un état du potentiel archéologique du tell sud accessible en dehors des habitats et des plantations actuelles. Il est évaluable de la manière suivante :

  • au sud, le replat limité par le mur de rempart est préservé sur une surface libre de 800 m2, et une surface équivalente est accessible à l’extrémité nord est du site ;

  • au centre, les espaces sont largement occupés par des oliveraies au sein desquelles il est possible de faire quelques sondages ; deux parcelles de 500 m2 ne sont pas cultivées et sont donc accessibles ;

  • au nord, hors les murs, une terrasse ancienne de 20 à 30 m de large et longue de 200 m environ est libre de cultures ;

  • par ailleurs, le mur de rempart est bien localisable et visible par place sur près de 400 m au total, ce qui permet d’en faire une étude architecturale sérieuse.

  • 14 Nous utilisons ici les appellations de la chronologie du Levant Sud, voir le tableau en fin d’artic (...)
  • 15 L’équipe de fouille était composée de Kh. Abdou (2008), P. Broutin (2008), H. Criaud (2008-2009), A (...)

9La stratégie de fouille devait donc tenir compte des habitations et zones cultivées actuelles qui empêchent des dégagements sur de grandes surfaces. Nous n’avions, par ailleurs, pas les moyens techniques de procéder à la fouille des secteurs occidentaux dans lesquels la superposition directe de plusieurs niveaux de murs sans remplissage de terre rend très dangereuse une exploration sans système de sécurité et d’étaiement considérables. Nous avons donc réalisé une série de sondages stratigraphiques destinés à évaluer les différents secteurs du tell essentiellement dans ses parties médiane et orientale. Dans la dépression centrale et son rebord oriental, ce sont les sondages S2, S7, S8, S9 et S11 qui permettent de comprendre l’organisation des niveaux allant du Bronze ancien I (milieu du IVe millénaire) à l’âge du Fer II (viie-vie s.)14. Sur la limite sud-est du tell, le sondage S1 et les relevés des secteurs S4, S5 et S6 ont permis d’étudier la chronologie et la structure du rempart du Bronze ancien. Enfin, hors les murs, les sondages S3 et S10 étaient destinés à étudier les éventuels niveaux d’extension de l’agglomération au nord en bordure de l’étang, et les structures accumulées au pied de la face externe du rempart15.

Le rempart

10La muraille est visible en plusieurs points autour du tell, de ce fait il a été possible de reconstituer son tracé complet sur une longueur de 1 000 m, de connaître son mode constructif et de la dater d’après le résultat de nos investigations dans les sondages S1, S4 pour la face interne et S3, S5, S6 et le bastion ouest pour la face externe.

11La face externe de la muraille, telle qu’elle apparaît en S6 (fig. 9) et sur le bastion ouest (fig. 10), se compose pour les cinq assises inférieures de blocs de basalte allongés, peu épais (20 à 30 cm), disposés en longueur. Sur un petit tronçon nettoyé au nord-est de S3, la disposition de tels blocs se voit bien en plan (fig. 11). Dans les quatre assises supérieures dominent des blocs d’un format plus cubique formant des assises d’une soixantaine de centimètres d’épaisseur disposées en boutisse ainsi que l’on peut l’observer en S1 (plan fig. 12). Dans le bastion ouest, au-dessus de ce niveau on retrouve une série d’assises hétérogènes.

Figure 9

Figure 9

Face externe du rempart en S.6.

MAFSS

Figure 10a

Figure 10a

Face externe du bastion ouest du rempart

MAFSS

Figure 10b

Figure 10b

Face externe du bastion ouest du rempart

MAFSS

Figure 11

Figure 11

Vue d’une assise du rempart dans un nettoyage à l’est du sondage 3.

MAFSS

Figure 12

Figure 12

Plan du rempart dans le sondage S1, niveau S1-3

MAFSS

  • 16 Douglas 2007.
  • 17 Al-Maqdissi & Braemer 2006.

12La fouille en S1 montre qu’entre les deux parements de la muraille large de 4,50 m, il y a en cet endroit un remplissage de blocs de plus petites dimensions, agencés sans régularité ni organisation particulières. La technique de construction est typique du Bronze ancien dans le Levant Sud16. Actuellement, le rempart est conservé sur une hauteur de 2 à 3 m, que cela soit hors sol en S6 et sur le bastion ouest ou sous la surface actuelle en S1. Par comparaison avec d’autres sites de la même période connus dans la région, tel Labwe17 et en tenant compte de la composition du rempart, on peut restituer une élévation minimale de 5 à 6 m pour cette fortification. Le seul aménagement identifié contre la face interne du rempart est un massif construit en S1 (fig. 13). Il pourrait s’agir de la base d’un escalier ou d’une échelle permettant d’accéder à la courtine.

Figure 13

Figure 13

Sondage S1  : schéma des trois phases architecturales le long du rempart. A) niveau S1-6, B) niveau S1-5, C) niveau S1-3.

MAFSS

13Selon les habitants de Qarassa, le rempart était il y a encore quelques années percé d’une porte à l’ouest, dans le tronçon situé au sud du bastion, à l’emplacement de la rue bitumée actuelle qui l’aurait en partie détruite. Il n’a pas été possible d’obtenir plus de détails sur l’organisation de cette porte. Aucune autre ouverture n’a été identifiée à ce jour dans les parties visibles de la muraille.

14à l’extérieur de la zone enclose, on a pu relever au nord et au sud des systèmes de terrasses qui pourraient correspondre à des éléments externes de la fortification. Le rebord de terrasse actuelle, correspondant peut-être à un avant-mur, a été nettoyé au sud-est en S5. En S3 au nord, un glacis de terre compacte sur un épais empierrage est situé de 5 à 6 m en avant de la muraille. Le matériel céramique hétérogène, en majorité du Bronze ancien, mais mélangé avec des tessons du Fer I et du Bronze moyen, ne permet pas de le dater avec précision. à ce stade de notre exploration du site, les ouvrages hors les murs paraissent donc plutôt plus récents que la phase initiale de construction du rempart au Bronze ancien. Par ailleurs, le sondage S3 a révélé un niveau architectural du Bronze ancien II ou III antérieur au glacis mentionné plus haut, dont la relation au rempart n’a pas été établie.

15Ainsi, la fortification de Qarassa apparaît comme une muraille continue d’une longueur totale de 1 000 m, englobant une surface de 5,6 ha, renforcée par au moins deux bastions longs à l’ouest et au sud-est, et percée d’une porte à l’ouest. Les différences d’appareil observées sur le relevé du bastion ouest (fig. 10) ne sont pas interprétables en l’état de notre exploration : il peut s’agir de particularités liées à des phases de construction ou de reconstruction du bastion qui supportait peut-être une citadelle.

L’occupation contre le rempart sud

  • 18 Tranchée nord-sud de 12 x 5 m en 2008, puis carré de 5 x 5 m à l’ouest du précédent en 2009.

16Sur une surface totale de 85 m², la fouille de S118 a permis d’établir, pour cette zone située sur la limite de la rupture de pente au sud du relief rocheux, une chronologie de l’occupation du IIIe millénaire avec un niveau de base antérieur à la construction du rempart qui se place au Bronze ancien II vers 2900-2800 av. J.-C. et quatre niveaux d’occupation (fig. 13, et tabl. 1). La typologie céramique permet d’en attribuer trois au Bronze ancien III dans la première moitié du IIIe millénaire et un au Bronze ancien IV, c’est-à-dire au dernier quart du IIIe millénaire. Les six datations par le radiocarbone indiquent cependant une période d’occupation ne dépassant pas les années 2600 av. J.-C., les dates les plus probables étant toutes antérieures à 2700.

17La première occupation (niveau S1-7) se compose de microcouches accumulées sur la pente rocheuse. Elles sont constituées par des rejets successifs de restes et déchets des activités domestiques installées plus au nord, sur le sommet de la langue de basalte. Le répertoire céramique (fig. 14) est un mélange de formes des Bronze ancien II et IIIA avec de la vaisselle commune (Simple Ware, bols à lèvre arrondie ou simple, jarres à lèvre éversée), de la céramique de stockage (jarres sans col et jarres à lèvre éversée), de la céramique de cuisson (essentiellement des pots sans col) et quelques exemplaires de fabriques à engobe rouge parfois bruni.

Figure 14

Figure 14

Qarassa, sondage S1. types céramique principaux du niveau S1-7.

MAFSS

18On observe ensuite au niveau S1-6 l’édification du système fortifié décrit précédemment. Ici, la muraille, arasée récemment au niveau du sol actuel, est conservée sur une hauteur de 2,30 m sous la surface, soit neuf assises irrégulières de pierres sèches. Elle atteint une épaisseur de 4,50 m. La première assise de blocs du mur a été encastrée de 25 à 30 cm dans l’épaisseur du niveau 7, mais elle ne repose pas directement sur le socle rocheux. Une plateforme d’une largeur de 1,50 m pour une longueur reconnue de 1,40 m, conservée sur une hauteur de 1,10 m, est accolée à la face interne du rempart. Nous avons proposé qu’il s’agisse de la base d’un escalier ou d’une échelle menant à la courtine. Un peu plus au nord, plusieurs fragments de murs parallèles sont contemporains du système fortifié. Ils témoignent dès cette époque d’une occupation contre le rempart. Un sol dans la partie sud du sondage, avec quelques tessons et quelques petits cailloux pris dans une terre grise compacte et quelques pierres de dallage, date également de cette période. La céramique découverte dans un sol et plus généralement la céramique de ce niveau S1-6 (fig. 15) indiquent une date de construction du rempart au Bronze ancien IIIA : quelques tessons de type Khirbet Kerak rouge et noir et des jarres de type Grain Wash (ou Band Slip) les plus récents. Les productions à engobe rouge ou bruni utilisées pour toutes les formes habituelles à cette période forment alors plus du quart du répertoire.

Figure 15

Figure 15

Qarassa, sondage S1. types céramique des niveaux S1-6, 5, 4.

MAFSS

  • 19 Un premier échantillon provient du niveau placé sous la muraille, Lyon -5524 (sac A-13090) AMS ; Te (...)

19Le reste est représenté par de la céramique de stockage avec des jarres domestiques de format moyen et de plus grandes jarres à lèvre éversée. Deux dates C1419 viennent à l’appui d’une datation de la construction de ce niveau S1-6 vers la fin du premier quart du IIIe millénaire.

20Le niveau S1-5 marque une réorganisation du secteur avec ce qui semble être la mise en place d’un parcellaire parallèle au tracé du rempart. Dans la zone fouillée, la limite extérieure de ce parcellaire est constituée d’un long mur parallèle au rempart, conservé sur une hauteur de 90 cm au plus (soit trois assises de gros blocs) et percé par deux portes de 1,20 m de large aux seuils dallés. Le mur délimite le long du rempart une rue d’une largeur moyenne de 2 m. Les recharges de sol de la rue sont constituées de rejets comportant des cendres blanches avec beaucoup de charbons de bois et de noyaux d’olive carbonisés. Le répertoire céramique (fig. 15) reste dans la continuité de celui du niveau précédent avec quelques évolutions connues au cours du Bronze ancien III.

21Dans le niveau suivant S1-4, plusieurs modifications dans le bâti sont arbitrairement regroupées en une phase par commodité car elles datent toutes, d’après la céramique, de la période du Bronze ancien IIIA final. On note d’abord le bouchage des deux accès de la rue à l’intérieur des cours. Puis, après un laps de temps indéterminé, le mur long verse et s’écroule vers le sud. Son effondrement composé de gros blocs de basalte obstrue l’espace de la rue. Ces deux événements signalent une phase d’abandon, mais on ne peut dire si cet abandon a été général sur l’ensemble du site : sa contemporanéité avec certains niveaux du sondage S8 n’est pas établie.

  • 20 Lyon -5523 (sac A-13089) AMS ; Tell Sud S1 US113 ; bois et graines ; -4250+-30 bp ; -2906/-2874 cal (...)

22L’occupation suivante en S1-3 correspond à une réoccupation du secteur. Dans un premier temps, la rue est de nouveau utilisée. Sur le sommet de l’effondrement, on retrouve les traces d’un sol de circulation marqué par des petits tessons et des fragments d’os enchâssés dans une terre compacte gris-blanc. Puis un nouveau mur de 1,30 m d’épaisseur moyenne est construit, avec la même orientation nord-est/sud-ouest que les murs antérieurs qu’il reprend d’ailleurs partiellement. Par contre, son parement sud est construit en partie sur l’effondrement. Au nord de ce mur, une petite pièce triangulaire longue de 3,20 m pour une largeur maximale de 2 m est construite. La première phase de son occupation correspond à une couche d’accumulation de microstrates de terre marron avec quelques pointes de charbon de bois et de terre gris-blanc. Aucun accès et aucun matériel en place n’ont été retrouvés dans cette pièce, peut-être une unité de stockage. Les deux dates radiocarbone obtenues20 ne correspondent pas à celles indiquées par la céramique découverte dans la rue (fig. 16) qui permet de dater cette phase de reconstruction du Bronze ancien IIIB.

Figure 16

Figure 16

Qarassa, sondage S1. types céramique principaux du niveau S1-3.

MAFSS

  • 21 La fourchette de datation radiocarbone est encore ancienne par rapport aux indications de la cérami (...)

23Dans une deuxième phase (niveau S1-2), cette petite pièce triangulaire reçoit un dallage et une nouvelle porte large de 60 cm. Une petite crapaudine retrouvée en son milieu en est peut-être un vestige légèrement déplacé. Dans l’axe de cette ouverture, le reste d’un sol extérieur a été découvert contre la face nord du mur 143. Dans la rue, à la suite d’une recharge, un nouveau sol est installé21. Comme les précédents, il est composé de tessons, de fragments d’os et de petits cailloux blancs pris dans une terre grise et compacte.

24La céramique des niveaux S1-3 et S1-2 (fig. 16-17) est caractéristique d’une phase de transition du Bronze ancien IIIB au Bronze ancien IVA. On note la prépondérance des jarres globulaires sans col servant à la cuisson et des jarres de stockage à lèvre éversée. Globalement, la proportion des fabriques à engobe rouge diminue par rapport à la phase précédente du BA IIIA. Les formes fermées (cruches et petites jarres) sont plus nombreuses que les formes ouvertes dans la céramique commune, témoignage de l’existence d’unités de stockage.

Figure 17

Figure 17

Qarassa, sondage S1. types céramique principaux des niveaux S1-2, 1.

MAFSS

25Le niveau S1-1 correspond à un simple rehaussement du niveau d’utilisation des structures du niveau 2 avec l’installation d’un nouveau sol dans la rue et probablement avec les restes d’un autre dallage, mais très incomplet, dans la petite pièce triangulaire. Ce niveau a été mis au jour sous la terre de surface dans un contexte perturbé dont témoigne le mélange du matériel céramique (fig. 17) (Bronze ancien, Bronze moyen et âge du Fer).

L’occupation au centre du tell

  • 22 Sondages électriques réalisés par M. Himi, Université de Barcelone.
  • 23 S2 : 30 m2, S7 : 30 m² et S11 : 40 m²

26La dépression centrale du site (8 000 m²), qui a fait l’objet d’une prospection électrique en 200822, a été explorée par trois sondages proches les uns des autres d’une surface totale de 100 m²23, complétés par l’examen d’une coupe de terrain réalisée pour le creusement d’une fosse septique d’une maison moderne (fig. 18). Par ailleurs, le sondage S9 correspond à la fouille d’une maison de l’âge du Fer encore en élévation de 1,80 m au‑dessus du niveau de la dépression. Nous ne la décrirons pas ici.

Figure 18

Figure 18

Qarassa, centre du tell sud, plan des sondages 2, 7, 9, 11 superposé à l’image de résistivité électrique à 1,50 m de profondeur.

MAFSS

à l’origine

  • 24 Ce que confirme un premier test d’analyse palynologique réalisé par S. Guillon, CEPAM.

27C’est au fond du sondage S2 (fig. 19), à environ 7 m sous la surface actuelle, sur une superficie de 3 m2, que le socle rocheux a été atteint à une altitude moyenne de 730-729,90 m. Il est recouvert par une mince couche de terre grise argileuse, compacte et collante, presque pure, à l’exception de l’infiltration de quelques rares tessons et d’inclusions de charbon de bois. Cette couche (niveau S2-1a), a priori naturelle, semble correspondre aux rivages naturels d’une dépression en eau, sans doute une extension vers le sud de l’étang formée par la stagnation des eaux de la source24.

Figure 19

Figure 19

Qarassa, sondage S2, coupe stratigraphique.

MAFSS

  • 25 Lyon -14516 ; T. Sud-S0 ; graines ; -4715 +-35 bp ; -3631/-3374 bc cal. ; dates les plus probables (...)

28Cet état naturel est scellé par la succession de plusieurs couches de terre (niveau S2-1b). Une première couche de terre grise, grasse et humide, se détachant en petits blocs compacts et épaisse d’environ 1,60 m (alt. 731,80-730,20 m) englobe de nombreux blocs de basalte de dimensions moyennes à grandes. Il s’agit d’une couche de remblai. On y trouve quelques tessons, des os d’animaux et un peu de charbon de bois. La céramique présente des traits anciens (chalcolithiques?) telles des parois portant des traces d’inclusions de gros gravillons ou des traces de cordelette à nœuds pour la suspension. Les fabriques à engobe rouge, brunis ou non, dominent. Les formes sont pour la plupart caractéristiques du Bronze ancien IA et IB mais il y a également deux anses de type Ledge Handle plus récentes, signalant la possibilité de reprise de terres de niveaux anciens dans des remblais du Bronze ancien II. La datation des niveaux initiaux du Bronze ancien IA, peut-être même de la fin de la période chalcolithique, est confirmée par cinq dates C1425 sur des fragments de charbon de bois. Certains d’entre eux, comme la céramique, ont manifestement été repris dans des remblais constitués à la période suivante.

29Cette couche est recouverte à la cote moyenne de 731,80 m par un niveau horizontal de terre grise mêlée de gravillons marron qui proviennent de la décomposition du basalte. L’horizontalité de ce dépôt entre deux couches de remblais de terre grise amène à penser qu’il s’agit d’un nivellement volontaire. La céramique indique une datation du Bronze ancien II.

30Lui succède la couche de 50 cm d’épaisseur (entre les alt. 732,17 et 732,72 m) encore composée d’une terre grise collante, mais englobant des cailloux de plus petites dimensions (dimensions moyennes des blocs de basalte de 10-20 cm). La terre de la couche suivante, (alt. entre 732,72 et 733,17 m) contient beaucoup plus de tessons (plus de 300 recueillis), de nombreux os d’animaux résultant d’activités de boucherie et des charbons de bois. Une première étude de la céramique indique que nous sommes dans la période du Bronze ancien II (début?). L’interprétation de ces dépôts successifs n’est pas aisée, vu les faibles surfaces sur lesquelles ils ont pu être observés. Il pourrait s’agir de l’entretien et des aménagements (sol horizontal) des rives en pentes de l’étang, peut-être encore actif dans la dépression pendant la seconde moitié du IVe millénaire et le début du IIIe. Son ouverture éventuelle vers le grand étang de la source au nord n’a cependant pas été identifiée : elle devait être située à l’est du sondage S0, au fond duquel a été reconnu un sol d’habitat recouvert de graines brûlées daté du milieu du IVe millénaire.

L’occupation du Bronze ancien II

31Au Bronze ancien II, la physionomie de l’endroit change profondément. La dépression naturelle est comblée par un très important apport de terre S2-1c, couche d’environ 2,60 m d’épaisseur entre les altitudes 733,60 et 736,20 m. Elle est composée essentiellement d’une terre marron, meuble et légère dans laquelle on trouve de nombreux tessons du Bronze ancien II, des charbons de bois et des os d’animaux, mais aucune pierre. Les apports montrent plusieurs strates de terres colorées (ocre, gris, blanc, lie-de-vin) en pente sud-nord dans la coupe de la berme (fig. 19)

32Si, en S2, aucune surface n’a pu être identifiée, sans doute du fait de l’exiguïté du sondage à cette profondeur, des occupations du Bronze ancien II sont attestées dans les sondages voisins.

  • 26 Lyon -7029 (sac A-19582) AMS ; T. Sud S11 US22 ; graines ; -4655+-35 bp ; -3617/-3361 cal. bc ; dat (...)

33En S11-3, c’est d’abord l’accumulation de microcouches correspondant à des sols de terre battue, ou des couches de rejets successifs (cote 735,32/735,22 m) avec de nombreux restes et déchets de cuisine (os d’animaux, charbons de bois, cendres, grands fragments de vases), en pente vers le nord, qui sont datables du Bronze ancien I et II par la céramique, ce que confirme une date C1426. Une couche de remblais épaisse de 1 m vient se superposer, elle-même couronnée par une autre série de microcouches S11-2, et une jarre en place à la cote moyenne de 736,50 m.

34Les couches les plus récentes sont plus horizontales. En S2-2, le niveau se compose d’un mur, d’un sol et d’éboulis de pierres. D’une orientation sud-ouest/nord-est, le mur a été découvert sur une longueur de 3,20 m et il se poursuit au-delà des bermes nord et sud. Il s’agit d’un mur conservé sur une seule assise, grossièrement construit avec quelques gros blocs disposés sur une seule rangée. Il fonctionne avec le sol (alt. moyenne 736,35 m) retrouvé principalement sur le côté ouest du mur contre lequel il vient buter. Du côté est, le sol n’est conservé qu’en de rares endroits, à la même altitude.

35Ces dépôts pourraient correspondre pour partie à une succession de couches de rejets et de détritus provenant de structures situées plus au sud sur la crête de la coulée de basalte, surmontée par un niveau de remblai volontaire venant niveler la dépression à une cote légèrement supérieure à 736,50 m.

  • 27 Lyon -5525 (sac A-13092) AMS ; T. Sud S7 US723 ; bois ; -4140+-30 bp ; -2875/-2582 bc cal ; dates l (...)

36à une quinzaine de mètres au nord, en S7-5, les couches les plus anciennes atteintes sont caractérisées par une structure en caisson qui présente deux niveaux de remplissage (cailloutis et mobilier divers : tessons de très petit calibre, ossements et quelques silex), séparés par une mince couche de terre brune sans cailloutis. C’est une fosse délimitée par un alignement de quatre pierres de petit module, parallèle à une dalle de chant (sommet à 735,62) contre laquelle est accolée une pierre plate. L’ensemble est un aménagement d’une surface dure et épaisse, entretenue à plusieurs reprises entre deux parois verticales : il pourrait s’agir d’un caniveau, peut-être un système de drainage de l’étang qui pouvait subsister au sud dans le fond de la dépression. à côté de cette structure, une couche de terre jaune, d’abord très meuble sur 60 cm d’épaisseur puis plus dure sur moins de 10 cm, recouvre une couche indurée blanche très localisée (contre la berme sud). Il peut s’agir d’un fragment de sol ou d’une formation naturelle en milieu humide. Dans la partie ouest du sondage, subsiste une plateforme de pierres (1,50 x 2 m), en pente vers l’ouest. Le matériel de ces niveaux est attribuable au Bronze ancien II et début du Bronze ancien III, ce que confirme une date C1427.

37Dans le même sondage, la phase d’occupation suivante S7-4 du Bronze ancien III est identifiée avec un sol de chaux brûlé et terre battue bien conservé à 735,81/736,02 m, fonctionnant avec trois murs conservés entre les altitudes 735,91 m et 735,48 m.

L’occupation du Bronze moyen

38Il s’agit d’un niveau d’occupation qui se trouve juste sous la surface. En S11-1, on trouve un mur (fig. 20) à un seul parement percé d’une porte large de 0,70 m. Le mur fonctionne au sud avec deux sols successifs de béton blanchâtre très induré, retrouvés à l’altitude 736,42 m et un niveau inférieur à 736,28 m correspondant au sol en S2-3. Au nord, il s’agit d’un sol en terre battue (cote 736,78/736,65/736,50 m) qui entoure à l’est une grande dalle de basalte dont la surface est à 736,68 m (1,50 x 1,20 m, épaisse de 20 à 30 cm), entourée de petits blocs de calage et disposée contre le parement nord du mur. Ce devait être la base monumentale d’une superstructure non identifiable ou bien une dalle volontairement exposée à plat pour un usage à ras du sol. Le tout laisse penser à un élément d’une structure monumentale se développant au sud, qui est révélée également par la prospection géophysique : l’angle d’une structure massive est conservé sur plus de 1,50 m de hauteur préservée sous les arbres du verger et de la route actuels. Nous n’avons donc pas fouillé cet ensemble. Le matériel céramique associé au sol de mortier supérieur au sud du mur est datable du Bronze moyen.

39En S7 ouest, le niveau le plus récent, S7-1, est marqué par une phase architecturale liée à un angle de murs avec un sol aux cotes 736,35/736,30 m, surmontant une série de couches intermédiaires dans lesquelles la céramique est à dominante Bronze moyen. Ce niveau récent se poursuit au nord sous la maison S9 de l’âge du Fer, dont les murs sont construits directement sur ce niveau. Il a d’ailleurs été atteint sous les sols de la pièce ouest de la maison.

Figure 20

Figure 20

Qarassa, sondage S11 mur S11-6 et grande dalle adjacente vers l’ouest.

MAFSS

40Dans le sondage S7, est une série de murs, dont un très massif du Bronze moyen (ép. 2,48 m), a détruit les niveaux les plus récents du Bronze ancien III identifiés à l’ouest. Ce sont des structures massives repérées par la prospection électrique et appartenant à un édifice qui s’étendait vers le nord est.

Le sondage 8 (fig. 21)

Figure 21a

Figure 21a

Qarassa, sondage S8, plans schématiques des phases architecturales : niveau Bronze ancien III.

MAFSS

Figure 21b

Figure 21b

Qarassa, sondage S8, plans schématiques des phases architecturales : niveau Bronze ancien IV.

MAFSS

41Sur un replat sommital de la pente est de la dépression centrale, la fouille du sondage 8, entreprise en 2008 et poursuivie en 2010, révèle une stratigraphie et une occupation légèrement différentes. Dans ce sondage de 65 m² situé au centre du site, quatre niveaux architecturaux ont été identifiés.

42Le niveau le plus ancien (S8-5) a été atteint à une côte moyenne de 739,10 m (fig. 8a). L’occupation consiste en un grand bâtiment dont l’extrémité sud a été dégagée, mais qui se poursuit au nord et à l’ouest. Cinq pièces et un grand espace ouvert dans la partie sud du sondage ont été mis au jour. Les sols de ce niveau d’utilisation sont évanescents. Dans l’espace 884, le sol est indiqué par une petite dalle à 739,14 m à la surface d’une couche de terre orangée avec quelques poches cendreuses et des nodules de terre rouge interprétés comme le résultat d’une accumulation de rejet lors de l’utilisation de l’espace. La situation est similaire dans l’espace 886 (deux petites dalles à 739,20 m). Le remplissage de ces espaces contient plusieurs instruments de mouture ou de polissage en basalte. L’espace 887 devait être à l’origine une ruelle ou un passage est-ouest. Il a été bloqué à l’est par un mur, ce qui a défini un petit espace.

43Dans l’espace 889, le niveau d’utilisation repéré correspond là encore à une couche composée de terre mêlée à des poches cendreuses, de nombreux charbons de bois et de graines carbonisées et d’une matière blanche résultant de la dégradation de végétaux. Contre la face est du mur, des fragments d’au moins trois vases sont écrasés sur place à l’altitude 739,15 m. Ces pots, notamment une jarre de stockage à bande plastique à la base du col, sont caractéristiques du Bronze ancien IIIB. Au sud de ce complexe de petites pièces, s’étend une cour limitée par des murs au nord, à l’est et au sud. Dans cette cour, ni sol, ni niveau de fonctionnement n’ont pu être reconnus.

44Sans rupture apparente, l’endroit continue à être occupé au Bronze ancien IV (niveau S8-4) (fig. 8b). Pour l’essentiel, les mêmes murs délimitent des espaces similaires, avec quelques transformations et reconstructions. Dans la partie nord du sondage, on retrouve quatre des espaces identifiés pour l’occupation antérieure (espaces 885, 886, 884, 889). Dans l’espace 885, dont les limites ne changent pas, un silo de forme semi-circulaire a été construit, accolé contre la face est du mur. C’est une fosse tronconique de 0,70 x 0,90 m, d’une quarantaine de centimètres de profondeur, et tapissée par deux assises de petits blocs de basalte fichés inclinés en terre. Le fond du silo et ses parois étaient recouverts par un épais enduit d’argile très noire qui le recouvrait peut‑être en dôme. L’espace 884 original est divisé par un muret créant une nouvelle petite cellule (espace 867) d’une largeur de 1,50 m pour une longueur de 2,20 m. Deux niveaux de dallage et un niveau de sol en terre témoignent d’une certaine durée d’occupation de l’endroit entre les cotes 739,26-739,60 m. Dans l’espace 889 le mur sud est doublé par une deuxième rangée de pierres, ce qui le transforme sans doute en mur porteur de la couverture.

45En l’état actuel, la limite sud de ces différents espaces n’est pas encore attribuable à l’un des deux murs. Ils forment la limite nord de la cour 861. La cour (9,50 sur plus de 9 m) sans limite sud identifiée, fonctionne avec un sol en terre de couleur brun clair à beige, compact et homogène, contenant de nombreuses petites inclusions de charbons. Le sol a été refait au moins deux fois (cote 739,56-739,81 m). Il est perforé par de nombreux blocs de basalte effondrés du sommet des murs périphériques parmi lesquels une douzaine de pots étaient écrasés sur place, principalement des jarres avec ou sans col, quelques petits pots à décor excisé en arête de poisson sur l’épaule et notamment un pot complet à bec verseur. Ce matériel céramique est caractéristique de la période du Bronze ancien IV final. Un silo circulaire (diam. 1,25 m, prof. 1 m) était aménagé dans une fosse avec une paroi et un fond composés de dalles et de blocs de basalte recouverts d’un enduit en argile rouge dont seulement quelques fragments ont été retrouvés au niveau d’ouverture du silo, ce qui laisse supposer un mode de fermeture hermétique utilisant une chape faite de cet argile.

46Après un abandon d’une durée inconnue, le secteur est reconstruit au Bronze moyen (niveau S8-3). Cette rupture de l’occupation se remarque dans la production céramique et dans la stratigraphie. Les sommets des murs ruinés du Bronze ancien IV sont tous arasés sensiblement à la même altitude (740 m) puis une épaisse couche de terre est disposée, sur laquelle sont construites les nouvelles installations. Cette rupture d’occupation et ce réaménagement postconstruction n’empêchent pas une certaine continuité avec le tracé des murs antérieurs, mais avec un léger décalage latéral.

47à ce niveau, la partie ouest d’un bâtiment est identifiable dans les limites du sondage. Deux murs constituent l’angle sud-ouest de la pièce 844 (4,20 x 2,92 m). Un sol de terre battue règne à 740,03 m. La pièce est dotée d’un pilier de toiture en pierre, enfoncé profondément dans l’épaisseur des niveaux du Bronze ancien IV. La partie sud de la pièce est occupée par un silo de plan rectangulaire bâti en pierre.

48Conservé sur 1,20 m de hauteur en moyenne, ce silo (1,50 x 0,70 m) est délimité par trois murs. Un radier de petites pierres constitue son sol. Du torchis épais était plaqué sur les parements intérieurs. Deux éléments présentent en négatif un moulage de poutre ou de structure en bois qui devait appartenir à la charpente de toiture. L’ensemble du mobilier céramique issu du remplissage de cette structure indique une datation entre la fin du Bronze moyen I et le début du Bronze moyen II.

49La partie sud du sondage est occupée par un espace ouvert délimité au nord par le long mur courbe à double parement construit en deux phases. Il semble s’agir d’un mur de clôture séparant au nord et au sud deux cours ou bien deux espaces de stabulation. Au sud, deux murets parallèles en mauvais état de conservation délimitent des espaces, pièces ou plus sûrement enclos ouvert car il n’y a au centre aucune trace d’éboulement de superstructure. Au nord, la seule occupation attribuable au niveau du Bronze moyen est un sol conservé de manière fragmentaire à une altitude moyenne de 739,65 m. Au sud de cette même limite, la principale trace d’occupation identifiable est un dallage retrouvé dans l’extrémité sud du sondage à une altitude moyenne de 740,02 m et se poursuivant plus au sud. La construction d’une maison à l’âge du Fer (niveau S8-2) a perturbé profondément ces niveaux. Dans la partie nord du sondage, la pièce 844 et un mur à double parement constituent la dernière occupation attribuable au Bronze moyen.

L’occupation hors les murs dans le secteur nord

50Le sondage 3 (21 m2), en contrebas au nord du rempart, a été réalisé sur une terrasse de culture moderne. Il a livré des niveaux du Bronze ancien sur le rocher en pente vers le nord. Au-dessus du substrat rocheux atteint à une profondeur de 735,16 m dans l’angle sud-ouest du sondage, on a pu y définir trois phases d’occupation. Il y a tout d’abord une occupation du Bronze ancien (niveau S3-3) qui atteste l’extension hors les murs, en direction de la source du village du Bronze ancien III et peut-être Bronze ancien II — on ne peut assurer si ces niveaux sont antérieurs ou contemporains de la construction du rempart. Ils sont recouverts par une épaisse couche de pierres prises dans un solide liant, un limon jaune qui scelle cette couche de pierres (niveau S3-2). Du fait du mélange du matériel céramique, la datation de ce dispositif soigneusement construit reste imprécise mais est au moins du Bronze moyen. Il pourrait s’agir d’un élément associé à la fortification, sans doute un glacis. L’aménagement est recouvert par des remblaiements récents (niveau S3-1) liés à la mise en culture de l’endroit. Si la séquence observée en S3 est constante, les deux terrasses identifiées au nord et au sud du site sont bien des zones d’occupation du Bronze ancien, peut-être antérieures à la construction du rempart. Dans une période plus récente, elles ont été le support topographique d’un élément de fortification qui a perduré dans le relief jusqu’à aujourd’hui.

Analyse préliminaire des macro-restes végétaux

  • 28 L’étude des macrorestes végétaux, commencée par Ch. Bouchaud, est réalisée par L. Herveux.
  • 29 Herveux 2007.
  • 30 Herveux 2007.
  • 31 Miller 1997a et b.
  • 32 Van Zeist 1999.
  • 33 McCorriston 1998.
  • 34 Herveux 2007.
  • 35 Willcox in Braemer, Échallier & Al-Taraqji 2004.
  • 36 Willcox 1981.
  • 37 Salavert 2008.

51Les cultures attestées par les restes végétaux28 sont la céréaliculture, mélange de blé amidonnier (Triticum turgidum sbsp. dicoccum L.) et d’orge vêtue à deux rangs (Hordeum vulgare sbsp. distichum L.). L’assemblage céréalier de Qarassa, pour l’époque du Bronze ancien, est similaire à ce que l’on rencontre sur la côte méditerranéenne au Levant Nord (site de Tell Arqa29). L’amidonnier est, dans cette région, la céréale majoritaire dans les assemblages. Par contre, en Djézireh au nord de la Syrie (sites d’Al-Rawda30, de l’Euphrate31, du Balikh32 et du Habur33) ou en Anatolie du Sud-Est (sites de Tilbeshar et Horum Höyük en Turquie34), comme ce que l’on peut observer de manière générale au Proche-Orient, c’est l’orge qui domine par rapport à l’amidonnier. Les données pour le sud du Levant sont plus rares mais l’on peut citer par exemple le site de Tell El-Ajjul, dans la bande de Gaza, où au Bronze moyen c’est l’orge qui domine l’assemblage. Par la suite, l’amidonnier la supplantera au Bronze récent. Pour les sites du Bronze ancien dans la région de Qarassa, on note une préférence de l’orge par rapport à l’amidonnier. C’est le cas à Rukeis (G. Willcox, comm. pers.), à Umbashi35 et à Jawa36. Mais, sur ces trois sites, peu de restes carpologiques ont été déterminés, rendant ainsi l’interprétation et la comparaison difficiles. Un autre site du Bronze ancien ayant livré beaucoup de restes carpologiques, Tell Yarmouth en Israël, fait apparaître des pourcentages d’orge et d’amidonnier sensiblement similaires37. Ainsi, Qarassa apparaît comme un exemple à part où le blé amidonnier est plus important que l’orge. Par ailleurs, dans le processus agricole, nous avons la preuve que le traitement des céréales après la moisson était pratiqué sur le site de Qarassa. Les épis qui sont coupés lors des moissons doivent être décortiqués pour libérer le grain de son enveloppe. Plusieurs étapes sont nécessaire : le battage, le vannage et le décorticage. Les nombreuses bases d’épillets et les glumes de blé amidonnier qui ont été retrouvées, notamment dans les échantillons S1/113 et S1/126, témoignent de la réalisation de cette activité sur place. Enfin, les restes de plantes adventices des cultures retrouvés dans les échantillons peuvent aussi provenir du tamisage de la récolte afin de les éliminer. Mais la présence de ces adventices peut aussi témoigner de l’emploi du fumier comme combustible. Ces restes de plantes sauvages correspondraient à ce que les animaux ont consommé, soit en paissant dans les champs moissonnés, soit lorsque ces mauvaises herbes sont données en fourrage. Certaines plantes adventices telles que les légumineuses fournissent d’ailleurs un excellent fourrage.

52L’arboriculture de l’olivier semble attestée par des lots importants de noyaux dans les niveaux du Bronze ancien III et pouvait être pratiquée à proximité immédiate du site dans un contexte arboré (chêne à feuillage caduc et pistachier). La question d’une oléiculture locale se pose car le site est en dehors de la zone de répartition de l’olivier sauvage. Actuellement, des oliveraies sont présentes à proximité du site, témoignant d’un potentiel agricole locale favorable à ce type de culture. L’importance de l’olivier au Proche-Orient est avérée depuis plusieurs millénaires pour son fruit mais surtout pour l’huile qui en est issue. Cette notoriété nous pousse à croire que sa culture devait être, dès la période du Bronze au moins, très répandue. La poursuite de l’étude des charbons de bois permettra de savoir si le bois d’olivier est présent sur le site, ce qui renforcerait la possibilité d’une oléiculture locale depuis au moins l’âge du Bronze.

La faune

  • 38 L’étude préliminaire de la faune a été réalisée en 2009 par L. Gourichon, et E. Vila a étudié en 20 (...)

53La majorité des restes de faune38 dans ces niveaux de l’âge du Bronze se rapportent à des espèces domestiques : mouton, chèvre, bœuf et cochon. La gazelle apparaît également mais en quantité très réduite. Cette rareté est observée dans tous les niveaux. Quelques restes de petits équidés apparaissent également (hémione/âne sauvage). Quelques restes de carnivores, des canidés (dimensions du chien) se trouvent à toute période. Des traces de découpe sur des os longs indiquent sa consommation au Bronze ancien I. Le renard est attesté au BA I et au BM. Trois restes d’oiseaux ont été récoltés dans les niveaux du Bronze ancien (un falconiforme et un ansériforme de type oie).

54Jusqu’à présent, plus de 2 300 restes osseux ont été identifiés au niveau taxonomique. Bien que la quantité de faune étudiée par secteur soit inégale et que certains échantillons soient faibles voire insuffisants statistiquement, cet assemblage permet d’obtenir des informations préliminaires sur l’économie alimentaire au cours des différentes périodes d’occupation. Cette économie repose principalement sur l’élevage des caprinés, des bovins et des cochons. Au Bronze ancien I, le troupeau de caprinés paraît consister pour moitié de caprins, pour moitié d’ovins. Les fréquences de chèvre sont aussi assez élevées (2 chèvres pour 3 moutons) au Bronze ancien III, sondage 2, et au Bronze moyen. On peut se demander si les fréquences élevées de chèvres au Bronze ancien I et au Bronze moyen ne sont pas à mettre en relation avec celles des cochons. Ces deux espèces sont assez typiques des animaux de villages sédentaires, ils peuvent se nourrir des poubelles et évoluer en semi-liberté.

  • 39 Vila in Braemer, Échallier & Al-Taraqji 2004.

55Les caractéristiques majeures de l’économie alimentaire carnée des occupants de Qarassa au Bronze sont le recours uniquement aux produits de l’élevage : une exploitation du cochon qui perdure au cours des différentes périodes, l’importance des bovins et l’absence de produits de la steppe — la gazelle n’apporte aucune contribution notable à la diète. Cette rareté de la chasse à la gazelle a été également notée à Khirbet al-Umbashi39. En revanche sur ce dernier site, il n’y avait aucun indice d’élevage ou de consommation du cochon.

56L’étude du Bronze moyen ainsi que celle du Chalcolithique reposent encore sur peu de données. Il conviendra de voir si les tendances observées se vérifient sur les autres échantillons récoltés à la fouille dont l’étude est à venir.

Synthèse des observations de fouille

57On peut, avec ces travaux, proposer un schéma pour l’histoire de l’occupation du tell sud (tabl. 1).

Tableau 1 - Qarassa, phasage des niveaux des sondages du tell sud.

S1

S2

S11

S7

S8

S9

Époque moderne

S8-1

Age du Fer

A8-2

S9-1

Bronze Moyen

S11-1

S7-3

S8-3

S9-2

Bronze Ancien IV

S1-2 / S1-3

S8-4

Bronze Ancien IIIB

S1-5 / S1-4

S2-3

S8-5

Bronze Ancien IIIA

S1-6

S2-2

S11-2

S7-4

Bronze Ancien II

S1-7

S2-1 c

S11-3

S7-5 (?)

Bronze Ancien IA

S2-1 a et b

58Les niveaux les plus anciens en place datent du Bronze ancien IA et peut-être des dernières phases du Chalcolithique (5 dates C14 concordantes au milieu du IVe millénaire). On identifie d’une part, en S2 au centre de la dépression un remblai en au moins deux épisodes sur le fond rocheux hydromorphe, surmonté par un horizon qui a pu être identifié comme un sol de terre battue en S11. Les niveaux avec grains brûlés, observés un peu plus au nord dans les parois d’une fosse récente, datent également de cette période. Les sondages réalisés plus à l’est, sur les terrasses hors les murs, au nord du tell, n’ont pas apporté d’indication d’une occupation ancienne en bordure de l’étang à cette période. Des niveaux et d’importants vestiges architecturaux du Chalcolithique récent ont été identifiés en 2010 au sommet du tell nord. Le déplacement de l’habitat sur ce qui deviendra le tell sud, mais n’était alors qu’une dépression entourée par la coulée de lave à proximité des ressources en eau, est donc bien daté. Il a pu advenir après une phase d’habitat dispersé, dont les quelques maisons à double abside, typiques du Bronze ancien IA, retrouvées au nord du tell nord, peuvent témoigner.

59Le niveau suivant est identifié dans la dépression centrale. Le remblaiement progressif de cette zone a commencé au plus tard au Bronze ancien II, après une phase d’aménagement des berges d’un étang associé à la source nord. L’occupation successive est caractérisée par les sols et leurs recharges en S2 et S11, et les structures de S7 : ce sont encore des sols de terre battue, parfois indurée avec une plateforme de pierre en S7 et des déchets et quelques vases en place en S2. Aucun mur de maison n’a été identifié, mais la structure de sols en S7 peut correspondre à un édifice qui se développait plus au nord. Une date C14 en S7 indique le premier quart du IIIe millénaire, donc le Bronze ancien II, ce qui est cohérent avec la céramique identifiée. à cette même période, on devait avoir une occupation sur la crête rocheuse au nord du mur de rempart du secteur S1, puisque nous avons retrouvé les déblais et déchets de pente de cet établissement, avec un matériel et une date C14 cohérente. Il est possible, vu la situation dans le sondage S3 (hypothèse interprétative no 1) que l’emprise de l’habitat du Bronze ancien II ait dépassé la limite de l’enceinte. La continuité spatiale entre les secteurs observés n’est pas assurée. En l’absence de murs en nombre significatif, il est difficile de parler de village.

60C’est sur cet horizon qu’en S1 le rempart a été construit, sans doute à la limite entre le premier et le deuxième quart du IIIe millénaire, donc au début du Bronze ancien III. Puis, dans une seconde phase, une ligne de maison a été édifiée parallèlement au rempart, formant ainsi une rue périphérique. De cette période de construction rien ne subsiste, ou bien rien n’a existé au centre du tell, sinon peut-être une éventuelle maison isolée au nord du sondage S7. Mais rien dans le niveau le plus ancien du sondage S8 ne semble dater de cette période : on pourrait donc avoir une structure d’agglomération en couronne appuyée sur le rempart avec un développement sur le sommet oriental de la coulée, et un grand espace central vide de construction au centre puis un remplissage progressif. Les maisons longeant le rempart en S1 subissent un effondrement qui ne paraît pas affecter le rempart lui-même : on écarterait donc plutôt l’hypothèse d’un tremblement de terre, au profit de celle d’un abandon temporaire. à l’extérieur du rempart au nord, le sondage S3 a montré que des couches du Bronze ancien III étaient en place, témoignant peut-être de la construction d’une ligne de terrasses périphériques dans ce secteur (hypothèse interprétative alternative no 2 de ce sondage).

61Une réoccupation le long du rempart reprend la même disposition générale : ligne de maisons séparées du rempart par une rue. Le matériel céramique est datable du Bronze ancien IVA, période dont le détail de l’histoire est encore très mal identifié en Syrie du Sud. Un niveau de cette période (mais un peu plus récent qu’en S1) a été atteint dans le sondage S8 niveau 4 où il est composé par un édifice et des sols de maison. Cette période n’est pas attestée dans la dépression centrale, où les niveaux du Bronze ancien II et III sont recouverts par ceux du Bronze moyen. Il faut donc vraisemblablement imaginer un établissement construit du Bronze ancien IVB concentré sur la partie orientale du tell.

62Sur cet établissement, au moins deux niveaux architecturaux (dont un très arasé) sont attribuables au Bronze moyen en S8-5, et le village pourrait avoir alors une extension vers l’ouest, sûrement jusqu’à S7 et S11 avec des structures monumentales (mur long avec sol bétonné et base de colonne en S11 sur un seul niveau, mur très épais, et angle de maison en S7, au moins deux niveau architecturaux). En S1, les niveaux supérieurs du rempart et d’habitat pouvant dater de cette période ont vraisemblablement disparu à l’occasion de nivellements récents au bulldozer. Le ramassage de la céramique de surface indique encore une extension de l’occupation intense intra-muros jusqu’à la limite ouest de l’agglomération limitée par le rempart. Au nord du rempart, hors les murs en S3, un important amas de pierres et de terre jaune très dure pourrait appartenir à un glacis établi à cette période contre le rempart. Une terrasse plus basse, le long de l’étang, semble avoir été aménagée également à cette période. La céramique de cette période permet de situer l’occupation à la transition Bronze moyen I/Bronze moyen II, c’est-à-dire à la fin du premier quart du IIe millénaire.

63Deux édifices d’une occupation très limitée dans le temps de l’âge du Fer (viie s.), non décrits ici, reposent sur les niveaux du Bronze moyen. Ils témoignent d’un hiatus de l’occupation d’au moins huit siècles. La maison en S9, de plus de 130 m² de surface et préservée sur plus de 2 m de haut, était un édifice à étages. La vaisselle destinée à la consommation des étages s’oppose aux vases de stockage conservés sur les sols du rez-de-chaussée. En S8-2, une pièce ou cour dallée d’une maison plus modeste a été identifiée. On peut donc proposer pour cette période l’existence de quelques maisons dispersées sur la partie orientale du tell, et sans doute pas un village dense.

Conclusion générale

  • 40 Philip 2001, Savage, Falconer & Harrison 2007, Braemer 2011.

64La documentation recueillie au cours des prospections permet de montrer à l’échelle régionale, dès le milieu du ive millénaire, une répartition de l’habitat fixe en groupements géographiques éloignés les uns des autres, laissant penser que les espaces intermédiaires étaient le domaine du pastoralisme et de la mobilité40. La structuration générale de l’occupation du sol paraît être, jusqu’à la fin du IIIe millénaire, un système en réseau de relations entre groupements isolés plutôt qu’un système fondé sur des centres caractérisés, assurant chacun la domination d’un territoire étendu et possédant des frontières communes avec les territoires voisins.

  • 41 Nous n’avons malheureusement pas pu relever cet ensemble.

65C’est apparemment à la même période de la fin du premier quart du IIIe millénaire qu’ont été construits le rempart de Qarassa et, plus à l’ouest, deux autres villages groupés sur la bordure des dépressions agricoles, à Manabiyah Sud, où le site de moins de 1 ha est totalement détruit mais bien attesté et daté par la céramique, et à Rahil, où le village de 1 ha environ possède un tissu d’habitat assez dense41. Qarassa pourrait donc être l’élément prépondérant et fortifié d’un groupe de trois petites agglomérations ayant pu bénéficier à la fois de ressources en eau, de sols cultivables et de pâturages.

  • 42 Nicolle & Braemer à paraître.

66Dès le milieu du IVe millénaire, Qarassa est liée à une économie à dominante agricole, céréales et olivier, et à un élevage sédentaire, peut-être après une brève phase plus liée au pastoralisme dont pourrait témoigner l’habitat dispersé à maisons à absides42. Après quelques siècles d’habitat ouvert, le site est transformé par la construction de l’enceinte fortifiée à la fin du premier quart du IIIe millénaire. Cette opération de restructuration majeure est accompagnée de la construction de maisons le long du rempart, le centre de l’agglomération restant peu construit. Après une phase vers le troisième quart du IIIe millénaire, pour laquelle nous n’avons que peu d’informations, jusqu’à la fin du millénaire (Bronze ancien IVB), le rempart limite toujours l’agglomération du Bronze moyen.

  • 43 Voir Braemer & Al-Maqdissi 2008.

67Une comparaison des habitats fortifiés de Khirbet al-Umbashi, Labwe et Qarassa43, en Syrie du Sud, montre que les formes qualifiées d’urbaines sont très diverses et ne correspondent que dans peu de cas à ce que l’on imagine être de véritables villes, cités intégrant des fonctions urbaines diversifiées.

  • 44 Les systèmes fortifiés de Syrie du Nord sont moins bien connus, mais notons qu’à Halawa sur l’Euphr (...)

68Nous sommes donc, dans ces trois microrégions, devant des scénarios assez différents du changement dans l’organisation de l’habitat et dans l’apparition, la forme et les fonctions des agglomérations de trois sites fortifiés. Mais il faut noter en revanche la grande homogénéité de la conception architecturale des fortifications et ce, donc, quelle que soit la fonction principale de l’agglomération ou de la structure qu’elles entourent. Il y a une véritable culture architecturale commune partagée dans l’ensemble du Levant Sud dès la fin du IVe et durant la première moitié du IIIe millénaire, culture dont on ne peut encore déterminer avec certitude l’origine et l’étendue géographique44.

  • 45 Braemer et al. 2010.

69Les deux agglomérations fortifiées du Leja ont une durée de vie relativement courte s’arrêtant vers le milieu du IIIe millénaire, et ne seront réoccupées qu’au tournant du IIe millénaire, avec des fonctions bien différentes. En effet, Labwe paraît alors voué à l’élevage avec une occupation, exclusivement hors les murs du Bronze ancien, marquée par de grandes maisons à enclos pastoraux45, contrairement à Qarassa qui reste un village agricole fortifié.

70Qarassa et les sites de Syrie du Sud doivent être considérés désormais comme une composante de l’entité culturelle du Levant Sud. La chronologie des installations à partir du milieu du IVe millénaire (fig. 22), les temporalités dans lesquelles apparaissent les systèmes fortifiés et les installations villageoises, les productions céramiques et les échanges démontrent clairement que cette région n’est en aucune manière à la périphérie de phénomènes culturels ayant pour foyer et origine la vallée du Jourdain. Cette notion de centre et périphérie n’a que peu de sens dans un monde régi essentiellement par des réseaux non hiérarchisés de relations entre zones de peuplement. C’est donc à une échelle géographique nouvelle qu’il est nécessaire d’intégrer les données archéologiques dans des interprétations globales et de réécrire les récits historiques centrés sur la vallée du Jourdain et la Palestine des décennies précédentes. La Syrie du Sud est l’élément nord-oriental d’une aire culturelle qui couvre par ailleurs au Bronze ancien le domaine nord jordanien avec, entre autres, des sites comme Jebel Mutawwaq, Jawa, Zeraqon et Khirbet Batrawy, le couloir de la Bekaa jusqu’à Tell Nebi Mend et le domaine de la côte libanaise jusqu’à Tell Arqa.

Figure 22

Figure 22

Tableau chronologique des sites majeurs du Bronze ancien au nord-est du Levant Sud.

MAFSS

Haut de page

Bibliographie

Al-Maqdissi (M. ) & F. Braemer 2006 « Labwe (Syrie) : une ville du Bronze Ancien 2 du Levant Sud », Paléorient 32, p. 110-121.

Braemer (F.) 2011 « Badia and Maamoura, the Jawlan/Hawran regions during the Bronze Age: landscapes and hypothetical territories », p. 31-46.

Braemer (F.) & M. Al-Maqdissi 2008 « Villes ( ?) du Leja au IIIe millénaire : Organisation et fonctions », CRAIBL, p. 1809-1843.

Braemer (F.), J.-C. Échallier & A. Al-Taraqji 2004 Khirbet el Umbashi. Villages et campements de pasteurs dans le Désert Noir (Syrie) à l’âge du Bronze (BAH 171), Beyrouth.

Braemer (F.) et al. 2010 F. Braemer, G. Davtian, H. Criaud & M. Al-Maqdissi, « Labwe : une ville fortifiée du Bronze ancien dans le Leja », F. Braemer, J.M. Dentzer & M. Al-Maqdissi (éd.), Hauran V. La Syrie du Sud du Néolithique à l’Antiquité tardive. Recherches récentes, Beyrouth, p. 111‑118.

Cooper (L.) 2006 Early Urbanism on the Syrian Euphrates, New York/Londres.

Criaud (H.) & J. Rohmer 2010 « Schémas d’occupation d’une enclave semi-aride. Le Leja (Syrie du Sud), de l’âge du Bronze à la veille de l’annexion à Rome (3600 av. J.-C.-fin du 1er s. apr. J.-C.) », H. Alarashi et al. (éd.), Regards croisés sur l’étude archéologique des paysages anciens. Nouvelles recherches dans le bassin méditerranéen, en Asie centrale et au Proche et au Moyen-Orient (TMO 56), Lyon, p. 43-63.

Douglas (Kh.) 2007 Die Befestigung der Unterstadt von Hirbet ez-Zeraqōn im Rahmen der frühbronzezeitlichen Fortifikationen in Palästina, Deutsch-Jordanische Ausgrabungen in Hirbet ez-Zerakōn 1984-1994, III/1 (ADPV 27/3), Wiesbaden.

Herveux (L.) 2007 Le phénomène agricole au Proche-Orient à l’âge du Bronze (3200-1200 av. JC), Thèse de doctorat, Paris I.

Ibanez (J. J.) et al. 2010 « The early PPNB levels of Tell Qarassa North (Sweida, southern Syria) », Antiquity, project gallery, vol. 084, 325, en ligne : http://antiquity.ac.uk/projgall/ibanez325/index.html.

Johnston (A. K.) 1861 Keith Johnston’s Royal Atlas of Modern Geography, Édimbourg/Londres.

McCorriston (J.) 1998 « Landscape and Human-environment interaction in the Middle Habur drainage from the Neolithic period to the Bronze age », TMO 28/BCSMS 33, Québec, p. 43-53.

Merill (S.) 1883 East of the Jordan: a record of travel and observation in the countries of Moab, Gilead and Bashan, Londres, (rééd. 1986).

Miller (N. F.) 1997a « Farming and herding along the Euphrates: environmental constraint and cultural choice (fourth to second millennia B.C.) », MASCA Research Papers in Science and Archaeology 14, p. 123-132.

Miller (N. F.) 1997b « Sweyhat and Hajji Ibrahim: Some archaeobotanical samples from the 1991 and 1993 seasons », MASCA Research Papers in Science and Archaeology 14, p. 95-122.

Nicolle (Ch.) & F. Braemer à paraître « 4th Millenium (EBA Ia) Southern Syria settlement network », communication ICAANE, 2010.

Philip (G.) 2001 « The Early Bronze I-III Ages », R. Adams, B. MacDonald & P. Bienkowski (éd.), The Archaeology of Jordan (Levantine Archaeology 1), Sheffield.

Salavert (A.) 2008 « Olive cultivation and oil production in Palestine during the early Bronze Age (3500-2000 B.C.): the case of Tel Yarmouth, Israel », Vegetation History and Archaeobotany 17 (Suppl. 1), p. 53-61.

Savage (S. H.), S. E. Falconer & T. P. Harrison 2007 « The Early Bronze Age City States of the Southern Levant. Neither Cities nor States », T. E. Levy et al. (éd.), Crossing Jordan. North American Contributions to the Archaeology of Jordan, Londres/Oakville.

Steimer-Herbet (T.) s.d. La nécropole mégalithique nord de Qarassa, rapport inédit, 2008.

Terradas (X.) et al. sous presse « The Natufian ocupations of Qarassa 3 (Leja, southern Syria) », O. Bar-Yosef & F. Valla (éd.), The Natufian Culture in the Levant II (International Monographs in Prehistory), Ann Arbor.

Van Zeist (W.) 1999 « Evidence for agricultural change in the Balikh basin, northern Syria », C. Gosden & J. Hather (éd.), The Prehistory of Food, Appetites for change, Londres/New York, p. 350-373.

Willcox (G.) 1981 « Plant remains », S. Helms, Jawa City of the Black Desert, Londres, p. 247-248.

Haut de page

Notes

1 Criaud & Rohmer 2010. Cette mesure précise la surface des coulées de lave du Leja à partir de leurs limites cartographiées sur le système d’information géographique Syrie du Sud. Elle modifie considérablement les évaluations sommaires antérieures de 450 à 500 km2.

2 Braemer, Échallier & Al-Taraqji 2004.

3 Pour le seul Leja, on a repéré 98 sites occupés au Bronze ancien et 168 occupés au Bronze moyen, Criaud & Rohmer 2010.

4 Étude de la céramique chalcolithique par J. S. Baldi en 2010.

5 Coordonnées géographiques : 32°49’54’’ N ; 36°24’51’’E, alt. moyenne : 735 m.

6 Le site est étudié par une mission conjointe associant les équipes de la Direction générale des antiquités et des musées de Suweida, de la Mission archéologique française en Syrie du Sud et du laboratoire d’archéologie et d’anthropologie du CSIC Inst. Milas y Fontanals, Barcelone. Les financements sont assurés par le ministère français des Affaires étrangères, la DGAMS et le CSIC. Nous remercions Messieurs B. Jamous, directeur général et M. Al-Maqdissi, directeur général adjoint, directeur des fouilles, de leur soutien constant à ce projet et des autorisations délivrées dans ce cadre.

7 Nous utilisons ici les appellations chronologiques du Bronze ancien du Levant Sud. Voir fig. 22 les équivalences avec les appellations en usage dans le Levant Nord.

8 Ibanez et al. 2010.

9 Steimer Herbet sd.

10 Terradas et al. sous presse.

11 Le site est mentionné et cartographié par Porter 1855, puis figure sur les cartes de Kiepert en 1859, Johnston en 1861 (Johnston 1861). Merill 1883 (rééd. 1986) le décrit dans son voyage de 1875.

12 Réalisée par E. Iriarte et A. Balbo, elle va être développée dans le cadre du projet 2011-2013 ANR Paléosyr dirigé par B. Geyer et F. Braemer.

13 La prospection de surface a été réalisée par A. Flambeaux en 2007, et le relevé topographique par G. Davtian en 2008, une prospection géophysique en 2008 et 2009 réalisée par M. Himi a permis d’orienter la fouille.

14 Nous utilisons ici les appellations de la chronologie du Levant Sud, voir le tableau en fin d’article (fig. 22).

15 L’équipe de fouille était composée de Kh. Abdou (2008), P. Broutin (2008), H. Criaud (2008-2009), A. Flambeaux (2008-2010), Gh. Ghanem (2008-2009), Ch. Nicolle (2008-2010). Les études préliminaires ont été réalisées pour la faune par E. Vila en 2010, après une évaluation par L. Gourichon en 2009 ; pour les graines par L. Herveux en 2009-2010, après une évaluation par Ch. Bouchaud en 2007 et pour la céramique du sondage S1 par Ch. Fiaccavento en 2010.

16 Douglas 2007.

17 Al-Maqdissi & Braemer 2006.

18 Tranchée nord-sud de 12 x 5 m en 2008, puis carré de 5 x 5 m à l’ouest du précédent en 2009.

19 Un premier échantillon provient du niveau placé sous la muraille, Lyon -5524 (sac A-13090) AMS ; Tell Sud S1 US126 ; bois ; -4190+-30 bp ; -2888/-2675 cal. bc ; dates les plus probables -2873 cal bc, un second des premiers sols d’occupation associés au rempart : Lyon -7026 (sac A19579) ; Tell Sud S1,US 171 ; graines ; 4175+-30 bp ; 2884-2635 cal. bc ; dates les plus probables 2866/-2762/-2767/-2803 cal. bc.

20 Lyon -5523 (sac A-13089) AMS ; Tell Sud S1 US113 ; bois et graines ; -4250+-30 bp ; -2906/-2874 cal bc ; dates les plus probables -2888 cal. bc, et Lyon -7024 (sac A19577) ; T. Sud S1 US 159 ; graines ; 4170+-30 bp ; 2881/-2633 cal. bc ; dates les plus probables 2863/-2712/-2715 cal. bc. Peut-être s’agit-il de charbons anciens remontés dans les remblais.

21 La fourchette de datation radiocarbone est encore ancienne par rapport aux indications de la céramique : Lyon -7023 (sac A19576) ; T. Sud S1 US 149 ; graines ; 4255+-30 bp ; -2918/-2761 cal. bc ; dates les plus probables 2918/2865 cal bc.

22 Sondages électriques réalisés par M. Himi, Université de Barcelone.

23 S2 : 30 m2, S7 : 30 m² et S11 : 40 m²

24 Ce que confirme un premier test d’analyse palynologique réalisé par S. Guillon, CEPAM.

25 Lyon -14516 ; T. Sud-S0 ; graines ; -4715 +-35 bp ; -3631/-3374 bc cal. ; dates les plus probables -3518/-3592 bc ; Lyon -5529 (sac A-13096) AMS ; T. Sud S2-US217 ; bois ; -4850+-35 bp ; 3694/3538 bc cal ; date la plus probable -3642 bc ; Lyon -5528 (sac A-13095) AMS ; T. Sud S2-US215 ; bois ; -4855+-35 bp ; -3698/-3539 bc cal ; date la plus probable -3644 ; Lyon -5527 (sac A-13094) AMS ; T. Sud S2-US214 ; bois ; -4815+-40 bp ; -3655/-3522 bc cal ; dates les plus probables -3636/-3593 bc ; Lyon -5526 (sac A-13093) AMS ; T. Sud S2 US208 ; bois ; -4735+-40 bp ; -3636/-3374 bc cal ; dates les plus probables -3622/-3603/-3522/-3592 bc.

26 Lyon -7029 (sac A-19582) AMS ; T. Sud S11 US22 ; graines ; -4655+-35 bp ; -3617/-3361 cal. bc ; dates les plus probables -3493/-3374/-3466/-3592 cal bc.

27 Lyon -5525 (sac A-13092) AMS ; T. Sud S7 US723 ; bois ; -4140+-30 bp ; -2875/-2582 bc cal ; dates les plus probables -2852/-2695/-2725/-2811 bc.

28 L’étude des macrorestes végétaux, commencée par Ch. Bouchaud, est réalisée par L. Herveux.

29 Herveux 2007.

30 Herveux 2007.

31 Miller 1997a et b.

32 Van Zeist 1999.

33 McCorriston 1998.

34 Herveux 2007.

35 Willcox in Braemer, Échallier & Al-Taraqji 2004.

36 Willcox 1981.

37 Salavert 2008.

38 L’étude préliminaire de la faune a été réalisée en 2009 par L. Gourichon, et E. Vila a étudié en 2010 la totalité des prélèvements des niveaux du Bronze ancien. Un certain nombre d’analyses sont encore à mener sur la faune : les analyses métriques et les analyses des structures d’abattage pour comparer l’évolution des animaux et des choix de productions entre le Chalcolithique et le Bronze ancien et le Bronze moyen.

39 Vila in Braemer, Échallier & Al-Taraqji 2004.

40 Philip 2001, Savage, Falconer & Harrison 2007, Braemer 2011.

41 Nous n’avons malheureusement pas pu relever cet ensemble.

42 Nicolle & Braemer à paraître.

43 Voir Braemer & Al-Maqdissi 2008.

44 Les systèmes fortifiés de Syrie du Nord sont moins bien connus, mais notons qu’à Halawa sur l’Euphrate (Cooper 2006, p. 71-74) au début du IIIe millénaire le rempart de brique crue est constitué d’un mur principal doublé ou triplé et a reçu des tours et bastions : le schéma constructif n’est donc pas très éloigné de celui connu dans le Levant Sud.

45 Braemer et al. 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-1.png
Fichier image/png, 173k
Titre Figure 2a
Légende Carte des sites du Bronze ancien et du Bronze moyen dans le Leja : BA Ia.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-2.png
Fichier image/png, 108k
Titre Figure 2b
Légende Carte des sites du Bronze ancien et du Bronze moyen dans le Leja : BA II/III.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-3.png
Fichier image/png, 170k
Titre Figure 2c
Légende Carte des sites du Bronze ancien et du Bronze moyen dans le Leja : BA IV.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-4.png
Fichier image/png, 221k
Titre Figure 2d
Légende Carte des sites du Bronze ancien et du Bronze moyen dans le Leja : BM.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-5.png
Fichier image/png, 91k
Titre Figure 3
Légende Tableau chronologique général du site de Qarassa.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-6.png
Fichier image/png, 80k
Titre Figure 4
Légende Modèle numérique de terrain montrant les trois composantes du site de Qarassa vu vers le nord-ouest. Au premier plan, le tell sud.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-7.png
Fichier image/png, 180k
Titre Figure 5
Légende Image satellitaire de la bordure sud des coulées de lave du Leja autour de Qarassa, village de dr.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-8.png
Fichier image/png, 453k
Titre Figure 6
Légende Carte de la microrégion de Qarassa avec le tracé du ruissellement.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-9.png
Fichier image/png, 195k
Titre Figure 7
Légende Qarassa tell sud  : vue panoramique vers le sud.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-10.png
Fichier image/png, 190k
Titre Figure 8a
Légende Qarassa tell sud  : vue aérienne avec le tracé du rempart et l’emplacement des sondages.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-11.png
Fichier image/png, 487k
Titre Figure 8b
Légende Qarassa tell sud  : plan général avec le tracé du rempart et l’emplacement des sondages.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-12.png
Fichier image/png, 169k
Titre Figure 9
Légende Face externe du rempart en S.6.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-13.png
Fichier image/png, 125k
Titre Figure 10a
Légende Face externe du bastion ouest du rempart
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-14.png
Fichier image/png, 120k
Titre Figure 10b
Légende Face externe du bastion ouest du rempart
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-15.png
Fichier image/png, 346k
Titre Figure 11
Légende Vue d’une assise du rempart dans un nettoyage à l’est du sondage 3.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-16.png
Fichier image/png, 481k
Titre Figure 12
Légende Plan du rempart dans le sondage S1, niveau S1-3
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-17.png
Fichier image/png, 206k
Titre Figure 13
Légende Sondage S1  : schéma des trois phases architecturales le long du rempart. A) niveau S1-6, B) niveau S1-5, C) niveau S1-3.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-18.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 14
Légende Qarassa, sondage S1. types céramique principaux du niveau S1-7.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-19.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 15
Légende Qarassa, sondage S1. types céramique des niveaux S1-6, 5, 4.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-20.png
Fichier image/png, 89k
Titre Figure 16
Légende Qarassa, sondage S1. types céramique principaux du niveau S1-3.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-21.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 17
Légende Qarassa, sondage S1. types céramique principaux des niveaux S1-2, 1.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-22.png
Fichier image/png, 75k
Titre Figure 18
Légende Qarassa, centre du tell sud, plan des sondages 2, 7, 9, 11 superposé à l’image de résistivité électrique à 1,50 m de profondeur.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-23.png
Fichier image/png, 341k
Titre Figure 19
Légende Qarassa, sondage S2, coupe stratigraphique.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-24.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure 20
Légende Qarassa, sondage S11 mur S11-6 et grande dalle adjacente vers l’ouest.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-25.png
Fichier image/png, 565k
Titre Figure 21a
Légende Qarassa, sondage S8, plans schématiques des phases architecturales : niveau Bronze ancien III.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-26.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure 21b
Légende Qarassa, sondage S8, plans schématiques des phases architecturales : niveau Bronze ancien IV.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-27.png
Fichier image/png, 146k
Titre Figure 22
Légende Tableau chronologique des sites majeurs du Bronze ancien au nord-est du Levant Sud.
Crédits MAFSS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/914/img-28.png
Fichier image/png, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Braemer, Hélène Criaud, Gourguen Davtian , Chiara Fiaccavento , Annie Flambeaux, Ghanem Ghanem, Linda Herveux, Juan José Ibáñez, Claire Liétar , Christophe Nicolle, Wasim Shaarani et Emmanuelle Vila, « Qarassa, un site du Bronze ancien et moyen en Syrie du Sud », Syria, 88 | 2011, 225-250.

Référence électronique

Frank Braemer, Hélène Criaud, Gourguen Davtian , Chiara Fiaccavento , Annie Flambeaux, Ghanem Ghanem, Linda Herveux, Juan José Ibáñez, Claire Liétar , Christophe Nicolle, Wasim Shaarani et Emmanuelle Vila, « Qarassa, un site du Bronze ancien et moyen en Syrie du Sud », Syria [En ligne], 88 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/914 ; DOI : 10.4000/syria.914

Haut de page

Auteurs

Frank Braemer

CEPAM, Université de Nice, CNRS

Articles du même auteur

Hélène Criaud

ARSCAN, Maison René‑Ginouvès, Université Paris I

Gourguen Davtian 

CEPAM, Université de Nice, CNRS

Chiara Fiaccavento 

Université Rome 1, La Sapienza

Annie Flambeaux

P-OCI, Collège de France, CNRS

Ghanem Ghanem

P-OCI, Collège de France, CNRS

Linda Herveux

P-OCI, Collège de France, CNRS

Articles du même auteur

Juan José Ibáñez

CSIC, inst. Milas e Fontanals, Barcelone  

Claire Liétar 

Université Rome 1, La Sapienza 

Christophe Nicolle

P-OCI, Collège de France, CNRS

Articles du même auteur

Wasim Shaarani

Direction générale des antiquités et des musées, Suweida

Emmanuelle Vila

Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals