Navigation – Plan du site

AccueilRubriques en ligneRecensions2020Patrick M. Michel, avec la...

2020

Patrick M. Michel, avec la collaboration d’Yves Ubelmann, Un patrimoine mutilé. Palmyre : hier, aujourd’hui. Et demain ? / Patrick Michel, Palmyre (Que Sais-je ? no 4153)

Annie Sartre-Fauriat
Référence(s) :

Patrick M. Michel, avec la collaboration d’Yves Ubelmann, Un patrimoine mutilé. Palmyre : hier, aujourd’hui. Et demain ?, éditions Favre, Lausanne, 2019, 24 × 21, 125 p., fig. coul., ISBN : 978-2-8289-1726-5.

Patrick Michel, Palmyre (Que Sais-je ? no 4153), Paris, 2020, 11,5 ×17,6, 128 p., ISBN : 978-2-13-081-144-3.

Texte intégral

1Le site de Palmyre est devenu depuis 2011 un tel centre d’intérêt que de nombreux éditeurs y ont vu une source de profits nouveaux, pour le meilleur ou pour le pire. C’est hélas à la seconde catégorie que se rattache le Que Sais-je ? inédit Palmyre, publié en mars 2020 sous la plume de Patrick Michel. Chacun est libre de confier l’histoire de ce site martyr à qui il veut, encore vaudrait-il mieux que ce soit à un spécialiste ; ce n’est malheureusement pas le cas ici, où les erreurs s’enchaînent faute de maîtriser les publications originales fiables et de connaître les enjeux scientifiques et historiques du sujet. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir puisé abondamment dans quelques ouvrages antérieurs, parfois de seconde main. Encore faut-il dominer parfaitement le sujet et savoir ce qui est essentiel de ce qui ne l’est pas pour répondre aux exigences d’un petit ouvrage de synthèse comme le sont les QSJ ?

2Manifestement, l’auteur de ce Palmyre n’a pas su faire le tri dans ses informations et, plus grave, démontre qu’il connaît mal la bibliographie, et probablement la ville elle-même.

3Le malaise s’installe dès l’introduction où, à propos des voyageurs découvreurs du site, on s’étonne de la place accordée à ceux qui n’y sont pas allés : ainsi Della Valle (p. 4), non pas comme il est dit parce que « la ville ne lui semble pas digne d’intérêt », mais parce qu’il voyage avec une caravane qui suit la piste qui va d’Alep à l’Euphrate pour se rendre à Babylone et que son but n’est en rien de faire une tournée archéologique en Syrie. De même, pourquoi consacrer plusieurs lignes à Volney (p. 8) dont chacun sait qu’il n’est jamais allé à Palmyre, et qu’il s’est contenté de raconter ce que lui ont dit d’autres voyageurs, dont Cassas ? En quoi Irby et Mangles méritent-ils d’être cités (p. 10), alors qu’ils n’ont passé que quelques heures sur un site où ils trouvent tout de mauvais goût ? Mieux aurait valu développer davantage sur les véritables découvreurs du site : Halifax, puis Wood et Dawkins, et surtout évoquer, ce qui n’est pas fait, leurs dessinateurs respectifs (Van Essen et Borra) dont les œuvres ont grandement contribué à susciter l’intérêt pour le site. Et pourquoi mentionner Gertrude Bell qui n’a rien apporté de neuf sur Palmyre et ajouter qu’elle a vu la tour d’Elhabel restaurée en 1900, alors que celle-ci le fut seulement dans les années 1930 ? La notice Wikipedia semble n’avoir pas été comprise ! Par ailleurs, jusqu’à preuve du contraire, Cassas n’a jamais été accompagné par Choiseul-Gouffier à Palmyre. Chez les contemporains, si l’on connaît bien les travaux de Jean-Marie Dentzer et Jacqueline Dentzer-Feydy, qui est ce « Jean Dentzer-Feydy » qui aurait publié les anciennes fouilles de l’époque du Mandat ?

4L’ouvrage comporte peu d’images (p. 14, 82, 101 et 113), mais mieux aurait valu s’en passer tant elles sont laides et ne rendent aucune justice à la beauté du site. Quant au plan de la page 16, on reste effaré par la mention d’une « enceinte de Zénobie » (c’est le rempart de Justinien !), d’un « bain de Zénobie » (on ne prête qu’aux riches), alors que ce sont des bains bien antérieurs restaurés sous Dioclétien, ou celle d’un « hippodrome » qui n’est que la piste de course de chameaux dessinée dans les années 1980 pour des fêtes locales, sur l’emplacement de la nécropole nord, déplacée depuis et qui n’a donc rien d’antique.

5Si l’on devait relever toutes les erreurs, approximations et contradictions semées au fil des pages, le compte rendu dépasserait le nombre de pages du livre. Quelques exemples toutefois. Sur quel critère l’auteur date-t-il l’annexion de Palmyre de 18 apr. J.-C. (p. 22-23) alors que c’est au plus tard en 17, comme il l’a été démontré ailleurs preuves à l’appui ? Annexion qui, contrairement à ce que dit PM, n’a en rien fait « perdre à la cité son autonomie » (p. 23) : être annexé à l’empire romain n’a jamais privé les cités de leur autonomie interne ; bien au contraire, Rome a toujours favorisé les gestions locales autonomes sous la direction des notables (et non des « nobles » comme il est écrit p. 69, à propos des individus honorés de statues). Ce n’est pas le seul exemple de la méconnaissance des institutions : il est impropre de parler de « curie » (p. 70) et pas plus juste de parler de « sénat » de Palmyre, terme qui introduit une ambiguïté avec les institutions d’Occident et de Rome. En Orient, le conseil municipal s’appelle la boulè et le siège de celle-ci le bouleuterion. Et que l’on ne nous dise pas que c’est pour rendre les choses plus aisées pour le lecteur, car l’auteur ne craint pas d’utiliser des termes grecs comme thalamos, peplos, katakalypsis ou parapetasma et même d’introduire du grec (p. 110).

6Dire que le développement du commerce palmyrénien supplante celui de Pétra (p. 33) est partiellement faux, car le déclin de Pétra remonte à l’annexion de l’Égypte par Rome en 30 av. J.-C. et le développement commercial de Palmyre ne commence que dans le deuxième quart du siècle suivant. Quant aux portraits funéraires dont il est dit qu’ils « ne reproduisent pas fidèlement les défunts » ou que « le rendu naturaliste est faible » (p. 66), cela surprendra ceux qui sont un peu familiers de ces bustes dont la très grande variété des physionomies, des aspects en fonction de l’âge ou de la mode n’en fait en rien des stéréotypes, comme le démontrent les études coordonnées par Rubina Raja qui a rassemblé tous les portraits au sein du Palmyra Portrait Project, apparemment ignoré de PM.

7Tous les passages consacrés à l’urbanisme (p. 39 à 97) proviennent d’un ouvrage unique, celui de Christiane Delplace (Palmyre, histoire et archéologie d’une cité caravanière à la croisée des cultures, édit. du CNRS, 2017), avec malgré tout quelques inventions malheureuses de l’auteur. Ainsi, il est affirmé que « Palmyre ne jouissait pas d’un plan ordonné avec cardo et decumanus » (p. 71), termes qui appartiennent au vocabulaire de l’arpentage en terrain vierge et ne valent pas pour les villes où l’adaptation au terrain est souvent de règle. Quelles villes, mises à part des fondations coloniales ex nihilo du type Timgad, sont parfaitement ordonnées ? De plus, cela est faux pour Palmyre où l’organisation de la ville romaine obéit bien à des principes orthonormés pour son réseau de rues, comme c’était peut-être déjà le cas dans la ville « hellénistique ». Page 71, on lit également que la grande colonnade « conduit du temple de Bel au Jebel Hussayni » et l’auteur en décrit le déroulé en sens inverse de ce qui s’est réellement fait. En réalité, le premier tronçon part de la colonnade transversale (tracée antérieurement), au nord-ouest, en direction du tétrapyle, le second va du tétrapyle à l’arc et le troisième aboutit au temple de Bêl au sud-est. La même erreur de chronologie avait été faite par P. Veyne et dénoncée à juste titre dans le compte rendu de cet ouvrage.

8Rien n’interdit de s’inspirer d’un ouvrage antérieur, mais cela devient gênant lorsque l’auteur renvoie systématiquement en note à Christiane Delplace, ouvrage de synthèse et en grande partie de seconde main, alors qu’il ignore, ou feint d’ignorer, les savants qui ont contribué à élaborer les connaissances. C’est ainsi que Michal Gawlikowski, grand savant et excellent connaisseur d’un site qu’il a fouillé pendant plus de cinquante ans (et pas seulement depuis 1990, p. 11), n’est pratiquement pas cité en référence et ne figure dans la bibliographie générale que deux fois pour des sujets mineurs qu’il aurait suffi de mettre en note. L’auteur ignore notamment sa publication magistrale du temple d’Allat parue en 2017 et celle sur les mosaïques de Bellérophon et de la Chasse au tigre du iiie siècle pour s’en tenir à des publications récentes. Plus étonnante encore est l’absence totale d’Andreas Schmidt-Colinet en référence, lorsqu’il est question de la ville hellénistique et de celle du plus beau tombeau de Palmyre, le tombeau 36, lui qui a également renouvelé les connaissances sur les textiles avec Annemarie Stauffer (PM ne connaît que l’ancien ouvrage de Pfister datant de 1940) et, plus grave, son nom ne figure même pas dans la bibliographie finale ! Ces omissions posent question sur les raisons de ces « lacunes »… On passe sur l’absence de référence au Palmyre, la cité des caravanes où auraient pu être puisés des renseignements fiables sur les voyageurs, mais Zénobie, de Palmyre à Rome de A. et M. Sartre aurait évité les sottises que l’on peut lire sur Odeinath, Zénobie et Wahballat. Ainsi, selon l’auteur, p. 84, Odeinath était « un Arabe romanisé ». Étrange définition quand on sait qu’un Arabe au iiie siècle est un bédouin nomade qui vit dans le désert et qu’il est difficile de ranger dans cette catégorie celui dont la famille, sur trois générations, appartient à l’élite araméenne de la cité, possède la citoyenneté romaine depuis la fin du iie siècle, et fut l’un des rares Syriens à revêtir la dignité de sénateur romain, le seul et unique originaire de Palmyre. Que signifie que Wahballat « devint l’héritier du trône de Palmyre » (p. 84) alors qu’à la page suivante il est dit qu’il « n’y eut jamais de reine de Palmyre » ? Quel est ce titre de « nouveau César » dont Zénobie aurait paré son fils (p. 86), alors que ce dernier n’a fait, dans un premier temps, qu’assumer les titres de son père défunt, avant de se proclamer Auguste ou Sébastos ? Enfin, comment peut-on ignorer le corpus des inscriptions grecques et latines de Jean-Baptiste Yon (tome XVII des IGLS), et se référer à Chr. Delplace où les traductions sont surannées, ou à de vieilles publications ?

9La lecture de la bibliographie finale, sidérante, reflète à elle seule l’incapacité de l’auteur à trancher entre l’essentiel et l’accessoire, entre les titres indispensables (absents) et les publications qui ne concernent Palmyre que de loin (H. Bru, N. Belayche), voire pas du tout (P. Michel, mais il fallait bien qu’il apparaisse au moins une fois dans la bibliographie). Outre les omissions signalées plus haut, où est l’ouvrage de R. Wood et J. Dawkins Les ruines de Palmyre, celui de J. Teixidor Un port romain du désert, de U. Hartmann Das Palmyrenische Teilreich, l’article de M. Sartre « Palmyre cité grecque » qui, si l’auteur les avait consultés, l’auraient utilement instruit sur les institutions de la cité ?

10On pourrait encore allonger la liste de remarques tant l’ouvrage suscite de réactions. Je terminerai juste par les pages consacrées à la destruction et la reconstruction du site. Le silence de l’auteur sur les raisons qui ont poussé l’Unesco dès 2013 à inscrire le site de Palmyre sur la liste du patrimoine mondial en péril (p. 13) étonne : qui avant 2013 avait bien pu mettre le site en péril, bien avant l’arrivée de Daesh en 2015 ? Le même silence règne p. 114, quand il est question des destructions de 2016 perpétrées sur le musée et le château, lors de la reprise du site par l’armée du régime et son allié russe. En revanche, l’empereur romain Aurélien est accusé d’être le premier destructeur en 273 (p. 114), affirmation que toutes les recherches et fouilles ont démentie ; il suffit de voir l’état des monuments lorsque les premiers voyageurs arrivent au xviie siècle pour se rendre compte que, pour une ville détruite, il y avait de beaux restes, certes abîmés par le temps, mais encore largement debout. Ce genre de cliché et d’omission ne sont pas dignes de l’historien et les dernières pages du livre sur l’opportunité de reconstruire Palmyre et les technologies modernes de reconstitution, pour être relativement sensées, ne rachètent pas l’ensemble.

11Encore un de ces livres inutiles qui trompent le lecteur non averti et qui prouvent que n’importe qui ne peut pas écrire sur n’importe quoi.

 

12On doit au même auteur un autre ouvrage paru quelques mois plus tôt et qui se veut un hommage, appuyé, aux travaux de la mission archéologique suisse dirigée par Paul Collart entre 1954 et 1956, puis en 1966. Ce dernier s’était vu confié par Henri Seyrig le soin de fouiller le sanctuaire de Baalshamin. L’ouvrage vaut surtout par les photos inédites, prises en son temps par la mission Collart (bien que pas spécialement originales) et par celles d’Iconem qui, grâce à la protection de la Direction générale des antiquités de Syrie, a eu l’autorisation de se rendre sur le site en avril 2016, au lendemain de la première reprise du site de Palmyre par l’armée du régime et ses alliés. On peut constater sur celles-ci les dégâts perpétrés par Daech sur les principaux monuments (temples, tombeaux, arc) et dans le musée où l’on trouve la preuve que, contrairement à ce qu’avait affirmé la DGAM, aucun objet n’avait été évacué, pas même les petites pièces, comme les stucs (cf. p. 58). Les pages consacrées aux conditions de la venue de Y. Ubelmann à Palmyre et de son travail, ainsi que celles qui évaluent les perspectives de restauration et de reconstruction du site, pour être brèves, n’en sont pas moins intéressantes.

13En revanche, il est là aussi fâcheux de retrouver le même texte médiocre quand il s’agit de parler du site et de son histoire, avec les mêmes erreurs, les mêmes mauvaises connaissances, les mêmes silences et les mêmes omissions bibliographiques que nous avons reprochés au QSJ ? Pas très étonnant, car l’un semble le résumé de l’autre. Le plan de Palmyre pour être ici en couleur est toujours entaché des mêmes sottises. L’historiographie des missions archéologiques est toujours aussi lacunaire (plus aucune trace ici de Michal Gawlikowski), mais toujours « Jean » Dentzer-Feydy ! Et, alors que tous les documents sont référencés, R. Amy n’a pas l’honneur d’être cité comme celui qui a proposé la reconstitution du temple de Bêl lors des travaux effectués sous le Mandat de la France sur la Syrie (p. 82). Nous ne saurons pas davantage ce qui s’est passé entre 2011 et 2013 pour que l’Unesco classe Palmyre sur la liste des sites en péril et il est tout de même étrange qu’il ne soit jamais fait aucune allusion aux pillages qui ont débuté dès 2011 dans les nécropoles, pas plus qu’aux atteintes répétées au site depuis 2016, malgré l’arrêt des combats, avec le scandaleux camp russe installé sur la nécropole nord.

 

14À la lecture de ces deux ouvrages, on reste très insatisfait de voir combien le site de Palmyre et son histoire sont malmenés. On est par ailleurs stupéfait par le parti pris sous-jacent de minimiser les grandes découvertes scientifiques faites par des missions autres que suisses, en même temps que par le silence sur les manquements à la protection d’un site classé au patrimoine mondial de l’humanité, placé sous la responsabilité d’un État qui a fait la preuve, pas seulement à Palmyre, de sa négligence pour en assurer la protection.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Sartre-Fauriat, « Patrick M. Michel, avec la collaboration d’Yves Ubelmann, Un patrimoine mutilé. Palmyre : hier, aujourd’hui. Et demain ? / Patrick Michel, Palmyre (Que Sais-je ? no 4153) »Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 29 juillet 2020, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/9171 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.9171

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search