Navigation – Plan du site
Autres articles

Base de statue de Justinien ornée d’une inscription métrique (Cyrrhus, Euphratésie)

Frédéric Alpi
p. 341-349

Résumés

Les fouilles conduites par la Mission libano-syrienne de Cyrrhus-Nebi Houri ont permis de redécouvrir une base de statue qui portait l’effigie de l’empereur Justinien. Elle est ornée d’une dédicace métrique de bonne facture, en hexamètres dactyliques, qui se situe parfaitement dans la production poétique archaïsante et solennelle du milieu du VIe s. Cette épigramme inscrite sert en effet l’idéologie impériale qui se déploie alors, en même temps qu’elle éclaire très précisément l’histoire de la ville et sa reconstruction sur l’ordre du souverain dont elle reçut le nom.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir en dernier lieu Abdul Massih 2006-2007 [2010], 2009 ; Abdul Massih-Gelin 2010 ; Abdul Massih-S (...)
  • 2 Frézouls 1969, p. 90, n. 2.
  • 3 Je remercie J. Abdul Massih et Sh. Al-Shbib de m’avoir associé à leur équipe, ainsi que M. Al-Maqdi (...)

1Depuis 2006, la reprise des fouilles archéologiques à Cyrrhus (Nebi Houri), en Syrie du Nord, par une équipe libano-syrienne placée sous la direction conjointe de J. Abdul Massih (Université libanaise) et Sh. Al-Shbib (Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie), à laquelle participent également plusieurs membres de l’Institut français du Proche-Orient, a d’ores et déjà permis d’importantes découvertes1. Ces travaux fournissent aussi l’occasion bienvenue de compléter et de réactualiser le dossier épigraphique du site qu’avait commencé de constituer E. Frézouls, le premier fouilleur de Cyrrhus, mais qui n’a donné lieu jusqu’ici qu’à des publications très partielles. Ce savant avait cependant discrètement signalé l’existence d’« une superbe base » ornée d’une inscription métrique en l’honneur de Justinien et laissé entrevoir son grand intérêt pour l’histoire de la ville2. Nous l’avons retrouvée en 2010 et j’ai pu comparer le monument in situ à la photographie qui figurait dans les archives généreusement confiées à la Mission libano-syrienne de Cyrrhus par Mme E. Frézouls (fig. 1). Au plan historique, si ce document s’éclaire de sa confrontation avec d’autres textes lapidaires découverts sur place et qui lui sont contemporains, sa nature proprement littéraire impose des techniques d’analyse spécifiques qui me paraissent mériter, au moins dans un premier temps, d’être mises en œuvre dans un article particulier3.

Figure 1

Figure 1

Dédicace métrique.

Mission de Cyrrhus, 1964.

Texte

2Bloc parallélépipédique de calcaire local (0,72 x 0,80 x 1,50 m), à couronnement mouluré, trouvé en remploi dans un mur tardif posé sur le cardo d’époque romaine, à hauteur du théâtre de Cyrrhus. La face supérieure, rugueuse, présente en son centre une mortaise pour goujon carré propre à la fixation d’un socle, ce qui définit bien ce monument comme une base de statue (fig. 2). De fait, il porte sur l’une des deux plus étroites faces médianes une éloquente inscription de dédicace, s’étendant sur dix lignes dont la première se trouve gravée sur le bandeau inférieur de la moulure du couronnement (fig. 1). Elles forment une épigramme inédite de cinq vers dactyliques que l’on peut présenter comme suit :

Figure 2

Figure 2

Mortaise de fixation.

Mission libano-syrienne de Cyrrhus, 2010.

3 1 – 1 - Κῦϱον Ἰουστινιανὸς ἄναξ ‖ ϰαϰότητι ϰαμοῦσαν - 2

4 2 – 3 - νῦν πάλιν ἐξετέλεσσε πόλιν,‖ μέγα τ(ε)ῖχος ὀπάσας․ - 4

5 3 – 5- Toὔνεϰα ϰαὶ βασιλῆος ἐπώ‖νυμον ἔλλαχε ϰῦδος - 6

6 4 – 7- Eὐσταθίου διὰ μῆτιν. Ἐπ᾿‖ἀγλαΐῃ δ᾽ἀϱετάων‚ - 7

7 5 – 9- εἰϰόνα σὴν ϕοϱέει‚ βασιλεῦ‚‖ πόλις ἕϱϰος ἀνάγϰης˙ - 10

Mentions : Frézouls 1969, p. 90, n. 2 ; Feissel 200050., p. 98, no 50

  • 4 Morss 2003.

Notes critiques. H. l. : 4 cm ; interligne : 2 cm. Croix initiale. Hedera finale. Belle écriture monumentale caractéristique de la graphie lapidaire du vie s.4 : alpha à barre brisée ; haste droite des lettres triangulaires (alpha, delta et lambda) prolongée vers le haut au-delà de l’angle sommital ; epsilon, sigma et oméga lunaires ; jambage inférieur du kappa au-dessus de la ligne d’appui ; thêta et omicron en goutte ; upsilon barré ; xi cursif stylisé. L. 1 : l’absence d’un second rhô ne résulte certainement pas d’une abréviation de ϰύϱ(ϱ)ον ; ligature entre le deuxième iota et le premier nu de Ἰουστι͡νιανός. L. 4 : il faut développer la diphtongue de τεῖχος.

Le prince Justinien vient d’achever de relever Cyr(rh)us comme une cité, alors qu’elle était accablée de misère, en la dotant d’une grande muraille. C’est pourquoi elle a reçu aussi le titre glorieux d’un nom royal, par l’intermédiaire avisé d’Eustathios. En retour, ô roi, notre cité porte ton image qui, en plus de l’éclat donné à tes vertus, la protège du malheur !

Commentaire stylistique et lexical

  • 5 Les v. 3 et 4 ne présentent pas cette particularité.
  • 6 Agosti 2008, p. 206-209.

8Le poème se compose de cinq hexamètres entièrement dactyliques et parfaitement réguliers. L’impression de rapidité qui en résulte tend à souligner la promptitude de la bienveillance impériale et de la reconnaissance qu’elle inspire aux citoyens de Cyrrhus. On remarquera que les fins de vers déterminent un saut de ligne systématique (l. 2-3, 4-5, 6-7, 8-9), sans considération de l’espace perdu sur la pierre. De plus, les v. 1, 2 et 5 présentent des césures hephthémimères qui se retrouvent dans la disposition lapidaire des l. 1-2, 3-4 et 9-105. Cette ordonnance n’est pas fortuite et correspond, comme on a pu le remarquer ailleurs, à un réel souci de mise en page, formellement poétique, de la part du lapicide6. D’emblée, le passant est donc invité à déchiffrer un message à la fois officiel et présenté dans le respect des normes prosodiques.

  • 7 Voir la monographie de Robert 1948 et, pour notre propos, plus spécialement le chap. ii, « Épigramm (...)
  • 8 Feissel 2001, p. 48-51.
  • 9 On peut songer ainsi aux périphrases comme ἕϱϰος πολέμοιο, qui qualifie Achille (Il. I, 284) ou l’é (...)
  • 10 Bien représenté sur les inscriptions métriques à caractère officiel ; voir ainsi Robert 1948, p. 61 (...)

9Le lexique comporte des archaïsmes ioniens, éoliens ou homériques familiers au genre de l’épigramme, comme on peut le constater dans les poèmes contemporains d’Agathias de Myrina ou de Paul le Silentiaire, consignés dans l’Anthologie grecque, ou encore sur des inscriptions métriques anonymes de la même époque7. Relevons ainsi la qualification vieillie d’ἄναξ pour qualifier Justinien (v. 1), ordinaire en ce contexte culturel8. Les termes ϰῦδος (v. 6) et μῆτις (v. 7) expriment des valeurs homériques, finement introduites ici. De même, la formule ἕϱϰος ἀνάγϰης, qui clôt dramatiquement le poème au v. 10, semble directement imitée de l’Iliade, des tragiques ou de la poésie lyrique9. Archaïsmes toujours que le génitif βασιλῆος (v. 5), le datif ἀγλαΐῃ (v. 8), le génitif ἀϱετάων (v. 8) et les formes verbales ἐξετέλεσσε (v. 3), ἔλλαχε (v. 6) et ϕοϱέει (v. 9). Le verbe ὀπάζειν (v. 4) paraît enfin d’un usage plutôt poétique10, ainsi d’ailleurs que le substantif ἀνάγϰη (v. 10) dans l’acception pathétique de souffrance ou malheur.

  • 11 Aed., II, XI, 2-7. Selon Procope, les Juifs auraient bâti la ville lors de leur captivité en Assyri (...)
  • 12 Dans la tradition vétéro-testamentaire, Cyrus incarne le prototype du bon roi, juste et protecteur (...)

10La composition rhétorique et les tropes qui la servent confirment le caractère très savant de cette poésie. L’inspiration première tient au parallèle implicite que l’auteur entend établir entre Justinien, d’une part, restaurateur de Cyrrhus (Κύϱϱος) et constructeur de sa muraille, et le supposé fondateur éponyme de la cité, d’autre part, le roi perse Cyrus (Κῦϱος). En effet, la graphie adoptée sur la pierre pour dénommer la ville (l. 1) ne comporte qu’un rhô : c’est celle de Procope qui, justement, signale les travaux commandités sur place par l’empereur byzantin et rattache l’origine du toponyme à Cyrus11. L’un et l’autre monarques portent d’ailleurs le titre de « roi » (βασιλεύς, l. 5, 9), puisque la langue grecque classique ignore nos distinctions sémantiques : « grand roi », d’un côté ; « empereur », de l’autre. Une adéquation discrète et positive12 s’établit ainsi de l’un à l’autre personnage, suggérée par la proximité des termes qui ouvrent le poème (Κῦϱον/Ἰουστινιανὸς), repris en chiasme au cœur du dernier vers par des équivalents (βασιλεῦ/πόλις). L’insistance exprimée par la paronomase πάλιν/πόλιν, au v. 2, contribue également à situer l’entreprise de Justinien en continuité historique.

  • 13 Voir ainsi Feissel 1983, n ? 89 (dédicace de restauration des murailles de Thessalonique, ve s.) ; (...)

11Celle-ci s’inscrit toutefois dans les prérogatives ordinairement exercées par les gouvernants de la fin de l’Antiquité : πάλιν ἐϰτελεῖν (v. 3) est ainsi l’expression technique pour désigner alors la réhabilitation d’un monument ou le relèvement d’une ville13. Il s’agit ici à la fois d’une reconstruction matérielle et d’une restauration institutionnelle. La structure grammaticale que l’on peut en effet préférer reconnaître dans la première phrase, avec l’objet (acc. Κῦϱον) en première position et son attribut (acc. πόλιν) placé juste après le verbe principal, soit respectivement en tête du v. 1 et en fin du v. 3, embrasse bien cette double dimension édilitaire et administrative.

  • 14 Pernot 1993, t. 1, p. 193, avec références chez Aelius Aristide, en particulier, qui définit les mo (...)
  • 15 Ep. 114, 5  ; prosopopée d’Antioche qui remercie son évergète Datianos en ces termes  : πολλαῖς μὲν (...)
  • 16 Anth. Gr., IX, 154  ; Ilion personnifiée se plaint ainsi à Athéna  : ἀντὶ δὲ μήλου / πᾶσαν ἀπεδϱέψω (...)
  • 17 Hesychius, Lexicon, p. 23, associe le dérivé neutre ἀγλάϊσμα à la fois à ϰαλλονή (beauté) et à ϰόσμ (...)

12Dans une apostrophe à l’empereur (voc. βασιλεῦ), le poème s’achève sur l’image assez conventionnelle de la cité personnifiée qui, comme une femme un bijou, porte (ϕοϱέει) l’image (εἰϰόνα) royale, soit la statue même de Justinien dont notre épigramme orne la base (v. 9-10). Dans l’imaginaire antique, comme en témoigne abondamment la numismatique, les cités sont en effet des divinités féminines, volontiers coquettes. Le motif des monuments et des œuvres d’art dont elles se parent ou sont ornées connaît une grande fortune, à partir du iie s., avec la seconde sophistique, dans le genre particulier des éloges de villes14. Il se maintient chez les écrivains tardifs de culture classique, païens et chrétiens, comme Libanios15 ou Agathias16. Il est d’ailleurs justement annoncé, au v. 8, par le substantif ἀγλαΐη qui se rapporte d’abord à l’éclat que l’érection du monument confère aux vertus (ἀϱεταί) du monarque, voire aux succès qui en résultent, mais qui peut signifier également une parure, se situant donc aussi, de manière polysémique, dans le même champ lexical que le verbe ϕοϱεῖν17. Il y a là un jeu de mots, ou plutôt un écho sémantique, dont la traduction ne saurait tout à fait rendre compte.

  • 18 Zuckerman 2002, p. 244-245, à propos d’une autre base de statue de Justinien, également ornée d’une (...)

13L’allégorie de la cité ornée se combine à une autre association, en métaphore filée, car l’effigie impériale possède une autre vertu quasi miraculeuse, à l’instar d’une relique ou d’une image pieuse : elle protège la ville d’une destinée malheureuse (ἀνάγϰη)18. Parure (collier ?), la statue de Justinien vaut donc également comme un talisman pour celle qui la porte, la ville de Cyrrhus, et elle se trouve ainsi symboliquement assimilée à son rempart (ἕϱϰος), c’est-à-dire à la grande muraille (μέγα τεῖχος) qu’a précisément fait construire l’empereur. D’ailleurs, le rapprochement brachylogique du dernier vers juxtapose, quoique dans deux fonctions grammaticales distinctes, les deux termes πόλις (nom. sujet) et ἕϱϰος (acc. attribut), qui sont les composants du substantif πολιοϱϰία. C’est ainsi d’un siège, termine le poète en une pointe habile et suggestive, que se trouve désormais protégée Cyrrhus.

Commentaire historique

  • 19 Ce n’est pas le lieu d’apprécier ici la valeur littéraire de ce poème mais on doit relever combien (...)

14Pour artificielle et précieuse qu’elle puisse paraître au goût moderne19, cette épigramme est riche d’enseignements historiques. D’abord, les deux premiers vers (l. 1-4) confirment exactement ce qu’écrit Procope :

Πϱοϊόντος δὲ τοῦ χϱόνου ἡ Κῦϱος τά τε ἀλλὰ ὑπεϱώϕθη ϰαὶ ἀτείχιστος ὅλως μεμένηϰεν. Ἀλλὰ βασιλεὺς Ἰουστινιανὸς (…) πόλιν εὐδαίμονα ϰαὶ λόγου ἀξίαν πολλοῦ, τείχους τε ἀσϕαλείᾳ ἐχυϱωτάτου ϰαὶ ϕϱουϱῶν πλήθει ϰαὶ οἰϰοδομιῶν δημοσίων μεγέθει, ϰαὶ τῆς ἄλλης ϰατασϰευῆς τῷ ἐς ἄγαν μεγαλοπϱεπεῖ, πεποίηται Κῦϱον.

  • 20 Aed., II, XI, 3 [trad. fr. FA].

Avec le temps, Cyrus fut négligée et, en particulier, complètement dépourvue de rempart. Mais l’empereur Justinien (…) en fit une cité florissante et digne d’une grande réputation, en raison de la sécurité que lui apportaient sa muraille très solidement établie et son imposante garnison, de la grandeur de ses bâtiments publics et de la taille démesurée du reste de son équipement urbain20.

  • 21 Feissel 2000, p. 98.

15Les fouilles archéologiques en cours corroborent ce double témoignage littéraire et épigraphique. La muraille de la ville, telle qu’elle se présente aujourd’hui au visiteur, résulte bien d’une reconstruction effectuée à l’époque byzantine. On a retrouvé d’ailleurs une acclamation épigraphique à Justinien et à Théodora qui ornait la clef de voûte de la porte sud. La remise en état défensif de la citadelle, documentée par les inscriptions IGLS 145-147, a sans doute relevé du même chantier21.

  • 22 Le ϰῦδος homérique, souvent improprement traduit par gloire, recouvre plutôt la notion de talisman (...)
  • 23 Ce thème de l’éponymie royale est abordé par Agathias, Anth. Gr. IX, 631  : ἀντὶ δὲ τιμῆς τὴν Ἀγαμε (...)
  • 24 Dernier état de la question des refondations ou simples éponymies justiniennes chez Feissel 2004, p (...)
  • 25 Outre Anazarbe, relevée d’un tremblement de terre, Barkousa, accédant au statut civique, qui toutes (...)
  • 26 PLRE III/A, p. 470 : Eustathius 3 (4). Ces dates sont celles des campagnes orientales de Bélisaire  (...)

16On comprend ensuite (l. 5-7) que la dotation (ὀπάζειν) d’une muraille s’accompagne, de manière assez logique (τoὔνεϰα), d’une promotion politique : le recouvrement par Cyrrhus d’un statut civique, dont Procope semble indiquer qu’elle était de quelque façon déchue. Une périphrase précieuse et archaïsante (ϰαὶ βασιλῆος ἐπώνυμον ἔλλαχε ϰῦδος) marque bien que sa restauration matérielle valut en fait comme une refondation de la cité. Celle-ci se vit alors conférer une distinction éponyme (ϰῦδος ἐπώνυμον)22, soit le privilège de porter le nom de l’empereur (gr. βασιλεύς), et c’est ainsi la deuxième fois (valeur adverbiale de ϰαί) qu’elle reçut celui d’un roi (gr. βασιλεύς) : Cyrus, d’abord ; Justinien, maintenant23. On doit comprendre que la cité s’est donc appelée Justinianupolis ou Justinianè, à l’instar de ses homologues, dans la même aire géographique, de Barkousa, en Phénicie IIe, peut-être d’Anazarbe, en Cilicie Ire, de Dara, en Mésopotamie méridionale, de Kamoulianai, en Cappadoce Ire, de Mokissos, en Cappadoce IIe, ou encore de Bazanis, en Arménie Ire24. On ignorait jusqu’à présent cette dénomination royale qui s’inscrit dans une série de mesures du même ordre connues sous Justinien dans la région proche25. Eustathios, sans doute le chef d’état-major ou domesticus de Bélisaire acclamé à la citadelle sur l’inscription IGLS 147, en 529-535 ou 54226, qui avait apparemment supervisé les travaux, a dû prendre en charge aussi la démarche de solliciter cet honneur pour Cyrrhus, avec un succès qui lui vaut ici l’élogieuse mention de son intelligence pratique (μῆτις).

  • 27 On n’oubliera pas la croix initiale, signe caractéristique de la nature religieuse et chrétienne du (...)
  • 28 Zuckerman 2002, p. 251-253. On remarquera la place d’honneur, sur le bandeau droit inférieur de la (...)

17La fin du texte évoque la conséquence concrète de cet honneur et l’objet de la dédicace. En marque de sa gratitude, la cité de Cyr(rh)us-Justinianupolis (ou Justinianè) érige une statue de l’empereur, celle-là même assurément dont la base porte notre épigramme. Sans doute en allait-il systématiquement ainsi dans les cas de refondation. On a pu constater aussi, dans diverses régions de l’Empire, un renouveau du culte impérial, sous une forme christianisée27, ou du moins un effort accru de personnalisation du pouvoir28. Le texte en fait état, de manière très explicite, présentant (l. 4) comme premier effet de cette statue de donner de l’éclat aux vertus (ἐπ᾿ἀγλαΐῃ δ᾽ἀϱετάων) du prince. On peut comprendre qu’il s’agit aussi bien des qualités personnelles qu’il déploie dans son gouvernement, notamment en faveur de Cyrrhus, que des succès, des hauts faits (sens poétique du plur. ἀϱεταί), que connaît celui-ci, ainsi au plan militaire. Une datation en 542, contemporaine de la présence de Bélisaire et d’Eustathios mais postérieure aux grands succès des campagnes d’Occident, serait alors plausible.

  • 29 Dans le voisinage, on songe bien sûr à l’inscription en partie métrique de Hiérapolis/Membidj qui c (...)

18Ce poème épigraphique de bonne facture illustre donc l’usage politique de la tradition littéraire classique en Syrie byzantine à l’époque de Justinien. On doit assurément le ranger parmi les belles inscriptions régionales. Les autorités locales, civiles ou religieuses, avaient souvent recours à des spécialistes lettrés29. Quant au destin malheureux (ἀνάγϰη) que conjure l’effigie impériale, il faut bien sûr l’interpréter au regard du danger perse ou lakhmide et des menaces qui pesaient sur le secteur, envahi à plusieurs reprises entre 540 et 561.

Haut de page

Bibliographie

Sources anciennes

Sources littéraires

Agathias Historiarum libri V, éd. S. Costanza, Messine, 1969.

Anthologie grecque (ou palatine) Anthologie grecque, 1re partie : Anthologie palatine, t. VII-VIII (livre IX), 2 vol. , éd. et trad. fr. P. Waltz & G. Soury, collab. J. Irigoin & P. Laurens, Paris, 1957-1974.

Anthologie grecque (ou palatine) Anthologie grecque, 2e partie : Anthologie de Planude, t. XIII (livre XVI), éd. et trad. fr. R. Aubreton, collab. F. Buffière, Paris, 1980.

CPG = Clauis Patrum Graecorum, M. Geerard et al., Turnhout 1979-1998.

Georges de Chypre Le synekdèmos d’Hiéroklès et l’Opuscule géographique de Georges de Chypre, éd. E. Honigmann, Bruxelles, 1939.

Hesychius d’Alexandrie Lexicon. I, A-D, éd. K. Latte, Copenhague, 1953.

Jean Malalas Chronographia, éd. J. Thurn, Berlin, 2000.

Libanios Epistulae. 1-839, éd. R. Förster, Leipzig, 1921.

Procope de Césarée De aedificiis, éd. et trad. angl. H. B. Dewing, Cambridge (Mass.), 1954.

Recueils épigraphiques

CIGLS Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie, J.-B. Yon & P.-L. Gatier dir., Beyrouth, 2009.

IGLS Inscriptions grecques et latines de la Syrie. 1, Commagène et Cyrrhestique. No 1-256, L. Jalabert & R. Mouterde éd., Paris, 1929.

Kaibel Epigrammata Graeca ex lapidibus conlecta, G. Kaibel éd., Hildesheim, 1965.

Merkelbach Steinepigramme aus dem griechischen Osten, R. Merkelbach & J. Stauber éd., Stuttgart-Leipzig, 1998-2004.

SEG Supplementum epigraphicum Graecum, Leyde-Boston.

Études modernes

Abdul Massih (J.) 2006-2007 [2010] « Évolution de l’état général du site de Cyrrhus-Nebi Houri », AAAS 49-50, p. 45-59.

Abdul Massih (J.) 2009 « La fortification polygonale et les mosaïques d’une maison romaine à Cyrrhus (Nebi Houri) », Syria 86, p. 289-306.

Abdul Massih (J.) & M. Gelin 2010 « Notes préliminaires sur l’étude du système défensif méridional de Cyrrhus : campagnes 2007-2008 », Chronique archéologique en Syrie 4, p. 199-218.

Abdul Massih (J.) & Sh. Al-Shbib 2009 « Primary Report on Aims and Results of Archaeological Mission of Cyrrhus-Nebi Huri », Adiyat Halab 13, p. 21-36 (en arabe).

Agosti (G.) 2008 « Literariness and levels of style in epigraphical poetry of late antiquity », Ramus 37 (1-2), p. 191-213.

Balty (J.-Ch. & J.) 1981 « L’Apamène antique et les limites de la Syria Secunda », La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet. Actes du colloque de Strasbourg, 14-16 juin 1979, Leyde, p. 41-76.

Benveniste (É.) 1969 Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 2, Pouvoir, droit, religion, Paris.

Bikerman (E.) 1938 Institutions des Séleucides, Paris.

Bousdroukis (A.) 2003 « Les noms des colonies séleucides au Proche-Orient », La Syrie hellénistique (Topoi Suppl. 4), Lyon/Paris, p. 5-24.

Chantraine (P.) 2009 Dictionnaire étymologique de la langue grecque : histoire des mots, Paris.

Cohen (G. M.) 2006 The Hellenistic Settlements in Syria, the Red Sea Basin, and North Africa, Berkeley‑Los Angeles-Londres.

Dussaud (R.) 1927 Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, Paris.

Feissel (D.) 1983 Recueil des inscriptions chrétiennes de Macédoine, du IIIe au VIe siècle, Paris.

Feissel (D.) 2000 « Les édifices de Justinien au témoignage de Procope et de l’épigraphie », AntTard 8, p. 81-104.

Feissel (D.) 2001 [2010] « Conférence d’ouverture de M. Denis Feissel, Directeur d’études de Sources documentaires et histoire administrative de l’Orient romain tardif (IIIe-VIIe siècle), 8 février 2000 », Annuaire. EPHE, Section des sciences historiques et philologiques, p. 35-66 = Documents, droit, diplomatique de l’Empire romain tardif. I, Paris, p. 1-16.

Feissel (D.) 2002a « Les martyria d’Anasartha », T&MByz 14, p. 201-220.

Feissel (D.) 2002b [2006] Bulletin épigraphique, no 620 = Chronique d’épigraphie byzantine : 1987-2004, Paris, p. 120-121, no 377.

Feissel (D.) 2004 [2010] « Un rescrit de Justinien découvert à Didymes (1er avril 533) », Chiron 34, p. 285-365 = Documents, droit, diplomatique de l’Empire romain tardif. XII, Paris, p. 250-324.

Frézouls (E.) 1969 « L’exploration archéologique de Cyrrhus », J. Balty éd., Actes du colloque Apamée de Syrie : bilan des recherches archéologiques 1965-1968, Bruxelles, p. 81-93.

Frézouls (E.) 1977 « La toponymie de l’Orient syrien et l’apport des éléments macédoniens », La toponymie antique. Actes du colloque de Strasbourg 12-14 juin 1975, Strasbourg, p. 219-248.

Frézouls (E.) 1978 « Cyrrhus et la Cyrrhestique jusqu’à la fin du Haut-Empire », H. Temporini & W. Haase éd., Aufstieg und Nierdergang der römischen Welt, Berlin/New York, II, 8, p. 164-205.

Honigmann (E.) 1924 « Κύρρος », Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, XII, 1, col. 1999-204.

Jones (A. H. M.) 1971 The cities of the Eastern Roman provinces, 2e éd., Oxford.

Métivier (S.) 2005 La Cappadoce (IVe-VIe siècles) : une histoire provinciale de l’Empire Romain d’Orient, Paris.

Morss (C.) 2003 « Byzantine letters in stone », Byzantion 73, p. 488-509.

Pernot (L.) 1993 La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Paris.

Pernot (L.) PLRE The prosopography of the later Roman Empire. III, A.D. 527-641, vol. A & B, par J. R. Martindale, Cambridge, 1992.

Robert (L.) 1948 Hellenica IV. Les épigrammes du Bas-Empire, Paris.

Sartre (M.) 2001 D’Alexandre à Zénobie. Histoire du Levant antique, ive siècle av. J.-C. — iiie siècle ap. J.-C., Paris.

Zuckerman (C.) 2002 « The dedication of a statue of Justinian at Antioch », Th. Drew-Bear et al. éd., Actes du Ier congrès international sur Antioche de Pisidie, Lyon/Paris, p. 243-255.

Haut de page

Notes

1 Voir en dernier lieu Abdul Massih 2006-2007 [2010], 2009 ; Abdul Massih-Gelin 2010 ; Abdul Massih-Shbib 2009. La forte présence de l’Ifpo au sein de cette équipe, comme les qualités d’ancien pensionnaire et de pensionnaire du même institut que possèdent respectivement J. Abdul Massih et Sh. Al-Shbib, assurent une certaine continuité, institutionnelle et scientifique, entre la Mission de Cyrrhus d’E. Frézouls, initiée par H. Seyrig et l’Institut d’archéologie de Beyrouth, et l’actuelle Mission libano-syrienne de Cyrrhus.

2 Frézouls 1969, p. 90, n. 2.

3 Je remercie J. Abdul Massih et Sh. Al-Shbib de m’avoir associé à leur équipe, ainsi que M. Al-Maqdissi, Directeur des fouilles à la DGAMS, pour son autorisation formelle d’y participer et de publier les résultats de mon enquête. Ma reconnaissance s’adresse également à M. Griesheimer, mon directeur scientifique au sein de l’Ifpo, comme à la rédaction de Syria. Je n’aurais garde d’oublier enfin le précieux concours d’amis hellénistes, dont C. Carlier, P.-P. Corsetti, L. Démarais et B. Eck, avec lesquels j’ai entretenu de fructueux échanges et dont j’ai recueilli l’avis sur ce texte un peu délicat, tout en restant le seul responsable des choix de traduction et d’interprétation que je propose ici.

4 Morss 2003.

5 Les v. 3 et 4 ne présentent pas cette particularité.

6 Agosti 2008, p. 206-209.

7 Voir la monographie de Robert 1948 et, pour notre propos, plus spécialement le chap. ii, « Épigrammes relatives à des gouverneurs », p. 35-114.

8 Feissel 2001, p. 48-51.

9 On peut songer ainsi aux périphrases comme ἕϱϰος πολέμοιο, qui qualifie Achille (Il. I, 284) ou l’élite des guerriers (Il. IV, 299). L’exacte formule ἕϱϰος ἀνάγϰης se rencontre, en fin d’hexamètre aussi, sur une épitaphe métrique d’époque hellénistique, à caractère mystique, en provenance probable d’Amphipolis (SEG 55, 723.20).

10 Bien représenté sur les inscriptions métriques à caractère officiel ; voir ainsi Robert 1948, p. 61 ( = Kaibel 913), 70 ( = Merkelbach 07/01/01), 76 ( = Merkelbach 11/04/02), 81 ( = Merkelbach 20/05/02).

11 Aed., II, XI, 2-7. Selon Procope, les Juifs auraient bâti la ville lors de leur captivité en Assyrie, puis auraient remercié Cyrus de les avoir affranchis et d’avoir mis un terme à leur exil, en donnant le nom du souverain achéménide à la cité qu’ils avaient construite. L’historien semble donc ignorer ou feindre d’ignorer l’origine macédonienne du toponyme Cyrrhus (Κύϱϱος avec deux rhô), pourtant conforme à l’usage bien attesté dans la région par de nombreuses fondations hellénistiques (Honigmann 1925, p. 199, Dussaud 1927, p. 467, Bikerman 1938, p. 80, Jones 1971, p. 244, Frézouls 1977, p. 239-244, Sartre 2001, p. 119-118, Bousdroukis 2003, p. 15-18, Cohen 2006, p. 181-182). Cela dit, la confusion peut s’être effectivement installée au vie s., alors que ce passé macédonien se perdait dans l’oubli, faute de documentation littéraire bien établie d’ailleurs (Frézouls 1978, p. 166-168), et que la figure de Cyrus, au contraire, connaissait une nouvelle actualité, avec la christianisation de l’Empire romain, du fait de sa qualité de personnage biblique (Esd. 1). On remarquera que Jean Malalas donne également pour la ville cette leçon homonyme Κῦϱος (Chr., XIII, 20, Thurn, p. 251, 32), ainsi que les sources byzantines postérieures (Jones 1971, p. 244).

12 Dans la tradition vétéro-testamentaire, Cyrus incarne le prototype du bon roi, juste et protecteur du peuple de Dieu. Dans la culture grecque classique, c’est un prince éclairé dont l’éducation a fait l’objet d’une élogieuse relation par Xénophon, la Cyropédie. De fait, Procope ébauche un parallèle entre Cyrus et Justinien ; Aed., I, X, 12-16.

13 Voir ainsi Feissel 1983, n ? 89 (dédicace de restauration des murailles de Thessalonique, ve s.) ; Anth. Plan., 43 (épigramme sur la restauration de Smyrne après le séisme de 551). Rapprochement convergent d’Agosti 2008, p. 193 et n.15.

14 Pernot 1993, t. 1, p. 193, avec références chez Aelius Aristide, en particulier, qui définit les monuments urbains comme des ϰόσμοι.

15 Ep. 114, 5  ; prosopopée d’Antioche qui remercie son évergète Datianos en ces termes  : πολλαῖς μὲν οἰϰίαις ὥσπεϱ ὅϱμοις ἐϰόσμησας (Tu m’as parée de nombreuses maisons comme d’autant de colliers).

16 Anth. Gr., IX, 154  ; Ilion personnifiée se plaint ainsi à Athéna  : ἀντὶ δὲ μήλου / πᾶσαν ἀπεδϱέψω τείχεος ἀγλαΐην (Pour te venger de la pomme, tu as fauché toute ma parure de rempart).

17 Hesychius, Lexicon, p. 23, associe le dérivé neutre ἀγλάϊσμα à la fois à ϰαλλονή (beauté) et à ϰόσμος (ornement). Chantraine 2009, p. 11 [ἀγλαός]  : ἀγλαΐα signifie à la fois splendeur, éclat, beauté, ornement, parure  ; c’est le nom d’une des Charites.

18 Zuckerman 2002, p. 244-245, à propos d’une autre base de statue de Justinien, également ornée d’une dédicace métrique et découverte à Antioche de Pisidie (SEG 52, 1369)  ; rapprochement de différents témoignages, épigraphiques et littéraires, sur le pouvoir prophylactique des images pieuses, souvent qualifiées comme ἕϱϰος. Compte rendu de Feissel 2002b.

19 Ce n’est pas le lieu d’apprécier ici la valeur littéraire de ce poème mais on doit relever combien il s’accorde à l’esthétique du temps. Voir ainsi le jugement porté par Agathias sur l’œuvre de Paul le Silentiaire, en des termes qui définissent aussi bien son art poétique personnel  : εἰϱημένα (…) τε πόνου ϰαὶ ἐπιστήμης ἀνάπλεα (Des propos […] remplis de raffinement et d’érudition)  ; Hist. libri V, V, 9, 7.

20 Aed., II, XI, 3 [trad. fr. FA].

21 Feissel 2000, p. 98.

22 Le ϰῦδος homérique, souvent improprement traduit par gloire, recouvre plutôt la notion de talisman par lequel les dieux accordent la supériorité au guerrier qu’ils distinguent et qui va, de ce fait, s’illustrer dans le combat. Voir Benveniste 1969, p. 57-69  ; Chantraine 2009, p. 572. Dans l’acception quelque peu aseptisée que le terme possède ici, il faut retenir l’idée d’une élection d’en-haut (c’est-à-dire de l’empereur) d’où résulte pour Cyrrhus un insigne honneur.

23 Ce thème de l’éponymie royale est abordé par Agathias, Anth. Gr. IX, 631  : ἀντὶ δὲ τιμῆς τὴν Ἀγαμεμνονέην εὖϱον ἐπωνυμίην (Comme marque d’honneur, j’ai reçu ce nom tiré de celui d’Agamemnon)  ; à propos d’un site thermal des environs de Smyrne.

24 Dernier état de la question des refondations ou simples éponymies justiniennes chez Feissel 2004, p. 354-359. L’auteur en dénombre une trentaine au total, en Orient et en Occident, liste dont Cyrrhus se trouve encore exclue. Les cités ainsi rebaptisées ne perdaient pas nécessairement leur ancien nom. Toutefois, cette multiplication de localités homonymes devait poser de réelles difficultés à l’administration centrale, d’où l’absence de pérennité de la plupart de ces appellations.Voir ainsi pour Mokissos, Métivier 2005, p. 71.

25 Outre Anazarbe, relevée d’un tremblement de terre, Barkousa, accédant au statut civique, qui toutes deux prennent le nom de Justinianupolis (la première peut-être plutôt, ou dans un premier temps, celui de Justinupolis), on peut encore noter, en Syrie Ire, qu’Anasartha devient Théodorias d’après l’impératrice Théodora (Feissel 2002a, p. 201), de même que s’appellera Théodoriade la nouvelle et éphémère province crée autour de Laodicée (Balty 1981, p. 75). Au regard de notre inscription, il n’est plus assuré, en revanche, qu’il faille toujours attribuer à la dévotion de Justinien pour les martyrs Côme et Damien vénérés près de Cyrrhus (Procope, Aed. II, XI, 4) l’appellation d’Hagiupolis attestée pour la ville au synode de Constantinople de 536 (CPG 9325.4, p. 152), puis dans l’Opuscul. geogr. de Georges de Chypre (no 873).

26 PLRE III/A, p. 470 : Eustathius 3 (4). Ces dates sont celles des campagnes orientales de Bélisaire ; voir Feissel 2000, p. 98.

27 On n’oubliera pas la croix initiale, signe caractéristique de la nature religieuse et chrétienne du pouvoir impérial et de la personne du souverain.

28 Zuckerman 2002, p. 251-253. On remarquera la place d’honneur, sur le bandeau droit inférieur de la mouluration, que notre lapicide a réservé à la première ligne qui porte le nom du souverain.

29 Dans le voisinage, on songe bien sûr à l’inscription en partie métrique de Hiérapolis/Membidj qui célèbre la paix perpétuelle de 532. Voir en dernier lieu CIGLS no 14.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Dédicace métrique.
Crédits Mission de Cyrrhus, 1964.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/940/img-1.png
Fichier image/png, 580k
Titre Figure 2
Légende Mortaise de fixation.
Crédits Mission libano-syrienne de Cyrrhus, 2010.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/940/img-2.png
Fichier image/png, 557k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Alpi, « Base de statue de Justinien ornée d’une inscription métrique (Cyrrhus, Euphratésie) », Syria, 88 | 2011, 341-349.

Référence électronique

Frédéric Alpi, « Base de statue de Justinien ornée d’une inscription métrique (Cyrrhus, Euphratésie) », Syria [En ligne], 88 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/940 ; DOI : 10.4000/syria.940

Haut de page

Auteur

Frédéric Alpi

Institut français du Proche-Orient, Beyrouth

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals