Navigation – Plan du site

AccueilRubriques en ligneRecensions2020Carolina López-Ruiz et Brian R. D...

2020

Carolina López-Ruiz et Brian R. Doak (éd.), The Oxford Handbook of the Phoenician and Punic Mediterranean

Jimmy Daccache
Référence(s) :

Carolina López-Ruiz et Brian R. Doak (éd.), The Oxford Handbook of the Phoenician and Punic Mediterranean, New York, Oxford University Press, 2019, 17 × 25, xvi-768 p., 70 fig. n/b et 18 cartes, ISBN : 978-0-19-049934-1.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble quarante-huit chapitres réunis dans cinq parties. Il débute par une « Introduction », constituée de trois chapitres préliminaires, dont deux sont axés sur les outils de recherche – définition des toponymes Canʿan et Phénicie ; sources indirectes ; corpora des inscriptions (Philip Schmitz) – et sur la naissance de la discipline, notamment l’apport de Moscati aux études phénico-puniques et les moyens qui contribuent à définir la « phénicité » (Nicholas Vella).

2La partie I, « Les histoires », est divisée en deux sections : l’Orient et l’Occident. Cinq chapitres de la première section tracent l’histoire de la « Phénicie » dès l’âge du Bronze récent II (ethnogenèse des Phéniciens et continuité culturelle entre le Bronze récent et l’âge du Fer) [Ann Killebrew], en passant par toutes les phases de l’âge du Fer (Guy Bunnens) et les époques perse (Vadim Jigoulov), hellénistique (Corinne Bonnet) et romaine (Julien Aliquot). Les travaux archéologiques effectués sur les sites phéniciens de la côte levantine sont également présentés dans un chapitre (Hélène Sader). À cela s’ajoute « Tyr et ses expansions coloniales » par María Eugenia Aubet qui nous fait explorer les installations tyriennes dès le ixe siècle en Occident : Utique ; Gadir, où les fouilles ont livré des empreintes de sceaux sur argile, dont les analyses ont démontré qu’ils étaient fixés sur des papyrus ; Carthage ; la Sardaigne et la Sicile. Elle présente aussi en particulier les trois phases d’occupation dans la baie de Málaga. Notons toutefois qu’il aurait été plus adéquat de placer cette étude, dont la valeur scientifique est indéniable, sous la section « Occident », puisqu’elle touche aux implantations tyriennes en Méditerranée occidentale et non à l’histoire interne de Tyr.

3La section « Occident » comprend quatre études, tournant toutes autour de Carthage : l’histoire de la ville aux premiers siècles de son existence (Hédi Dridi) ; Carthage entre 479 et 265 av. J.-C. et ses relations avec ses voisins (Dexter Hoyos) ; les guerres puniques entre 264 et la chute de Carthage en 146 (Christopher De Lisle) ; les paysages politique, culturel et religieux après les guerres puniques (Matthew Hobson). On peut regretter que cette section se soit concentrée uniquement sur Carthage. Il aurait été préférable d’avoir une vision plus globale et représentative de la présence phénicienne sur les côtes occidentales de la Méditerranée.

  • 1 F. Briquel Chatonnet, J. Daccache et R. Hawley, « Notes d’épigraphie et de philologie phéniciennes (...)
  • 2 F. Briquel Chatonnet, J. Daccache et R. Hawley, « Notes d’épigraphie et de philologie phéniciennes (...)
  • 3 M. Yon, Kition dans les textes. Testimonia littéraires et épigraphiques et Corpus des inscriptions(...)
  • 4 C. Bonnet, « Existe-t-il un BʿL GBL à Byblos ? À propos de l’inscription de Yeḥimilk (KAI 4) », Ug (...)
  • 5 P. Bordreuil, « Nouveaux documents phéniciens inscrits », dans Actes du congrès international d’ét (...)

4La partie II, « Les domaines de la culture », comprend trois sections : langue et littérature ; religion ; culture matérielle. La première s’ouvre sur une synthèse historique et grammaticale de la langue faite par Maria Giulia Amadasi Guzzo. Elle organise les références bibliographiques par thème, mais manque de citer les articles « NEPP » 1 qui portent entre autres sur l’étude onomastique phénicienne et sur les graphies ŠT et ŠNT « année(s) » 2 que l’auteure aurait pu prendre en considération dans le paragraphe dédié aux dates (p. 210). Madadh Richey offre un aperçu sur les inscriptions phénico-puniques par ordre géographique (tout le bassin méditerranéen, la Mésopotamie et la Grande Bretagne). On remarque cependant que l’inscription d’Arwad et quelques-unes importantes de Chypre, notamment la dédicace du gouverneur de la Carthage chypriote à Baʿl du Liban 3, sont omises et que les inscriptions d’Umm el-ʿAmed sont classées parmi celles de Sidon. L’auteure donne la translittération et la traduction de trois inscriptions dont celles de Yaḥimilk, roi de Byblos et de la grotte d’Es-Cuyram d’Ibiza. Dans la première, elle remplace BʿL GBL « maître de Byblos » par BʿL<T> GBL « maîtresse de Byblos ». Cette restitution n’est plus justifiée, comme l’a démontré C. Bonnet 4, outre le fait qu’il existe une dédicace de l’époque hellénistique, peinte sur un œuf d’autruche, qui lui est adressée 5. Quant aux deux inscriptions d’Es-Cuyram, l’une phénicienne et l’autre punique, gravées chacune sur un côté d’une plaque en bronze, l’auteure ne les sépare pas. Elle lit ʾRŠP MLQRT au début du texte phénicien, sans tenir compte de la difficulté de la lecture ni des autres interprétations possibles. Il est en effet préférable de considérer ce sujet avec prudence. Madadh Richey est aussi l’auteure de « L’alphabet et son héritage ». Ce chapitre, remarquable par son originalité, discute les origines de l’écriture alphabétique dans le Sinaï et la standardisation de l’écriture à Tyr. Elle fournit enfin une analyse détaillée de la transmission de l’alphabet phénicien aux Grecs à travers l’Asie Mineure, probablement par l’intermédiaire des Phrygiens, en se basant sur des analogies morphologiques et phonologiques. Notons que cette étude contient deux tableaux représentant respectivement les plus anciennes inscriptions phéniciennes et grecques. Mais on regrette qu’aucun chapitre dédié à la langue ne donne une étude (ou au moins un tableau) paléographique qui suive l’évolution de l’écriture. Ensuite, la « Littérature phénicienne » est bien mise en valeur par Carolina López-Ruiz qui mentionne les bibliothèques et les archives de Tyr et de Carthage et développe une réflexion élaborée sur les genres littéraires (cosmogonies, mythes de fondation, historiographie, explorations, agriculture et philosophie).

5La section « Religion » offre une vision panoramique du paysage religieux et des rites funéraires. Paolo Xella décrit dans son article, intitulé également « Religion », les panthéons phéniciens, surtout en « Phénicie » et à Carthage, les pratiques rituelles et cultuelles et le personnel du temple. Il est regrettable que l’auteur ait décidé de consacrer une partie de son article à la question du « tophet », alors que celui-ci fait l’objet d’un chapitre entier par Matthew McCarty, d’autant plus que les deux auteurs partagent la même idée (sacrifices humains). Il aurait pu par exemple observer de plus près l’important panthéon de Chypre qu’il résume en quelques lignes. Les rites funéraires, à part les tophets, sont analysés par Mireia López-Bertran.

6Sous « Culture matérielle » sont étudiées « La céramique et le commerce » (Francisco Núñez), « Les monnaies » (John Betlyon), « La métallurgie et d’autres technologies » (Philip Andrew Johnston et Brett Kaufman), « L’archéologie de la mer et des épaves » (Jeffrey Emanuel), « L’architecture résidentielle » (Roald Docter) et « L’agriculture ». L’art et l’iconographie sont développés dans deux chapitres. « Art et iconographie » par Éric Gubel est une étude d’ensemble des œuvres artistiques et artisanales (les sculptures, la céramique décorée, la terre cuite, la métallurgie, la joaillerie, le travail de l’ivoire, les sceaux, les œufs d’autruches, les coquillages, le verre, les faïences et autres) et les influences qu’elles ont subies à travers les siècles. Il faut signaler que l’auteur fournit un tableau d’un grand intérêt traçant les principales périodes historiques et les phases de l’histoire de l’art relatives à la culture phénicienne (du Bronze ancien à l’époque hellénistique). « L’art levantin durant la période “orientalisante” » par Marian Feldman s’articule autour de l’art à tendance orientale, notamment phénicien, en Grèce et en Italie entre les viiie et viie siècles, associé aux contacts avec le Levant. Il suggère d’utiliser les termes de « connectivité » et de « réseaux » au lieu d’« orientalisant », car les échanges culturels étaient réciproques.

  • 6 Ch. Ioannou, « D’Aphrodite à Astarté Paphia », Cahiers du centre d’études chypriotes 45, 2015, p.  (...)

7La partie III, « Études régionales et interactions », examine toutes les installations phéniciennes dans le bassin méditerranéen, leur développement dans des contextes spécifiques et leurs relations avec d’autres civilisations. Elle s’ouvre évidemment sur « Le Levant » par Gunnar Lehmann qui s’intéresse au rôle des Phéniciens au Levant à l’âge du Fer et à leurs relations commerciales avec les royaumes voisins : l’activité économique, d’abord très faible, atteint son apogée aux viiie et viie siècles. Bien que la conquête néo-babylonienne au vie siècle ait entraîné l’effondrement de l’économie, les royaumes phéniciens sont parvenus à surmonter cette crise, au point qu’à l’époque perse ils redeviennent une importante puissance économique. Vient ensuite « Chypre » par Sabine Fourrier qui évoque la question de la Qartiḥadašt (Carthage) chypriote qu’elle identifie à Kition ; elle s’aligne sur la proposition selon laquelle Qartiḥadašt serait le nom de la « colonie » tyrienne, avant que la ville ne retrouve son ancien nom de Kition juste après son indépendance. L’auteure donne aussi un aperçu des installations phéniciennes dans l’île et s’attarde sur Amathonte et surtout sur le royaume de Kition, sa « phénicisation » à partir du viiie siècle (céramique, sculpture et inscriptions) et sa structure politique et sociétale entre les ve et ive siècles. Le fait de considérer les divinités Rašap et ʿAnat comme cananéennes (p. 485) est à corriger, car leurs cultes se sont diffusés bien au-delà de Canʿan. De plus, il aurait été convenable de citer l’article de Ch. Ioannou 6 lorsqu’elle évoque la dédicace à ʿAštart de Paphos. « L’exploration phénicienne » par Duane Roller clôt cette partie. Il couvre les voyages que les Phéniciens ont entrepris autour de la Méditerranée et le long de la côte atlantique, en se basant surtout sur les sources littéraires, tels que les périples des Carthaginois Hanon et Himilkon.

8La dernière partie se concentre sur la « Réception » de la culture phénicienne non seulement à l’époque ancienne par les Israélites (Brian Doak), les Grecs (Josephine Quinn) et les Romains (Anthony Kaldellis), mais aussi moderne par les orientalistes occidentaux (Brien Garnand), les Libanais (Claude Doumet-Serhal) et les Nord-Africains (Kathryn Lafrenz Samuels et Peter Van Dommelen). Brian Doak propose une belle synthèse sur « Les Phéniciens dans la Bible hébraïque » et sur la perception des Phéniciens par les Israélites. Il présente les origines des Phéniciens et la mention des Sidoniens seuls en Gn 10, les relations entre Ḥiram de Tyr et le roi Salomon et l’implication des Tyriens dans la construction du Temple, les épisodes concernant la princesse sidonienne Jézabel, la description des villes phéniciennes, surtout la dénonciation de Tyr dans les textes prophétiques, et enfin les Syro-Phéniciens dans le Nouveau Testament.

9Trente-trois chapitres sont illustrés de figures et/ou de cartes : au total soixante-dix figures et dix-huit cartes régionales, auxquelles s’ajoutent deux cartes au début du livre, l’une de la Méditerranée entre les viiie et vie siècles, l’autre du Levant à la même époque. L’ouvrage s’achève sur un index général.

  • 7 Voir la discussion de J. Quinn, In Search of the Phoenicians, Princeton, Oxford, 2017, p. 30-37.

10Dans l’ensemble, ce volumineux livre est bien organisé, mais il est souvent difficile d’éviter la redondance dans ce genre d’ouvrage collectif : on trouve par exemple dans plusieurs chapitres le mythe de fondation de Carthage (ch. 5, p. 61 ; ch. 11, p. 141-146 ; ch.  8, p. 262-263 ; ch. 19, p. 281-282 ; ch. 44, p. 679-680) et l’idée que les Phéniciens se seraient nommés Cananéens (ch. 4, p. 42 ; ch. 15, p. 199 ; ch. 43, p. 657 ; ch. 46, p. 699), une dénomination qui pose pourtant problème 7. Il nous semble aussi que l’expansion phénicienne en Occident aurait mérité d’être présentée dans une section à part, étant donné que ce sujet revient souvent : outre les articles de M. E. Aubet et de D. W. Roller, G. Bunnens y consacre une partie de son étude qui porte sur la Phénicie entre les xe et viie siècles (ch. 5, p. 60-62).

11Sachant que le dernier ouvrage de cette ampleur est La civilisation phénicienne et punique. Manuel de recherche, édité par Véronique Krings (1994), ce volume renouvelle en quelque sorte les études phéniciennes et sera sans aucun doute d’un grand intérêt, aussi bien pour les spécialistes que pour les étudiants.

Haut de page

Notes

1 F. Briquel Chatonnet, J. Daccache et R. Hawley, « Notes d’épigraphie et de philologie phéniciennes » 1, 2 et 3, SemCals 8, 9 et 11, 2014, 2015 et 2017.

2 F. Briquel Chatonnet, J. Daccache et R. Hawley, « Notes d’épigraphie et de philologie phéniciennes. 2 », p. 237-238.

3 M. Yon, Kition dans les textes. Testimonia littéraires et épigraphiques et Corpus des inscriptions (Kition-Bamboula 5), Paris, 2004, p. 51-52 no 34.

4 C. Bonnet, « Existe-t-il un BʿL GBL à Byblos ? À propos de l’inscription de Yeḥimilk (KAI 4) », Ugarit Forschungen 25, 1993, p. 25-34 ; C. Bonnet, Les enfants de Cadmos. Le paysage religieux de la Phénicie hellénistique (De l’archéologie à l’histoire), Paris, 2015, p. 159-160.

5 P. Bordreuil, « Nouveaux documents phéniciens inscrits », dans Actes du congrès international d’études phéniciennes et puniques IV/I, Cádiz, 2000, p. 205-206.

6 Ch. Ioannou, « D’Aphrodite à Astarté Paphia », Cahiers du centre d’études chypriotes 45, 2015, p. 107‑117.

7 Voir la discussion de J. Quinn, In Search of the Phoenicians, Princeton, Oxford, 2017, p. 30-37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jimmy Daccache, « Carolina López-Ruiz et Brian R. Doak (éd.), The Oxford Handbook of the Phoenician and Punic Mediterranean »Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 03 décembre 2020, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/syria/9508 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.9508

Haut de page

Auteur

Jimmy Daccache

Yale University 
jimmy.daccache[at]yale.edu  
 

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search