Skip to navigation – Site map

HomeOnline sectionsBook reviews2020Melissa Eppihimer, Exemplars of K...

2020

Melissa Eppihimer, Exemplars of Kingship: Art, Tradition, and the Legacy of the Akkadians

Jean-Jacques Herr
Bibliographical reference

Melissa Eppihimer, Exemplars of Kingship: Art, Tradition, and the Legacy of the Akkadians, Oxford, Oxford University Press, 2019, 312 p., 87 fig., ISBN: 978-0-1909-030-15

Full text

1L’ouvrage richement illustré de M. Eppihimer est la publication et l’approfondissement de son travail de thèse de doctorat consacré à l’héritage visuel des souverains akkadiens. Dans cette étude, l’autrice critique le paradigme du despote oriental instauré par l’historiographie de la stèle de Naram Sin pour décrire la royauté akkadienne et ses codes visuels. M. Eppihimer cherche également à comprendre la transmission des codes artistiques de la royauté akkadienne (2334-2154 av. J.-C.) dans les réalisations des souverains postérieurs en étudiant les stèles sculptées, les bas-reliefs, les statues et les sceaux cylindres. Son titre Exemplars of Kingship propose un questionnement des codes rhétoriques et artistiques d’une royauté comprise comme universelle et engagée dans une expérience impérialiste avec l’établissement du premier « État territorial » en Mésopotamie (p. 3). La démarche de l’historienne ne suit pas une narration linéaire sur les symboles de la royauté transmis, ou copiés, au fil des générations de souverains, comme le voudrait le modèle du stream of tradition établi par M. von Oppenheim. Au contraire, le souci de vouloir contextualiser les sources permet à M. Eppihimer d’offrir justement un contre-point à ce modèle déterministe sur la transmission. Elle aborde ainsi les œuvres selon le contexte social des codes artistiques en vigueur au moment de la réalisation des sculptures. En suivant ce principe méthodologique, M. Eppihimer met en pratique, pour les sculptures mésopotamiennes, l’approche d’A. Warburg en iconologie.

2Son ouvrage ne se résume pas à la période de la dynastie des rois d’Akkad. Il embrasse une fourchette chronologique très large allant de l’époque des dynasties archaïques (env. 3000-2340 av. J.-C.) jusqu’au règne de Darius Ier (522-486 av. J.-C.). Partir des dynastes akkadiens pour conclure avec les Achéménides permet de décrypter l’évolution de la figure royale et de l’idéologie sur la longue durée. Au fil de son ouvrage, elle met ainsi en lumière les continuités et les ruptures dans les modes de représentations et leurs usages. En début d’ouvrage, on peut apprécier une carte des sites qu’elle évoque dans sa synthèse qui s’étend de l’Euphrate, à l’ouest, au Zagros, à l’est. Les six chapitres de son ouvrage traitent d’aspects théoriques et discutent différentes sources historiques, qu’elles soient des inscriptions en caractères cunéiformes ou des objets archéologiques sculptés. La limite majeure de son travail, à laquelle M. Eppihimer nous rend attentif, se trouve dans l’état fragmentaire des œuvres et, plus spécifiquement pour l’époque akkadienne, leur découverte hors contexte primaire. En effet, le corpus principal des statues et stèles datées de l’époque d’Akkad a été retrouvé à Suse, où elles avaient été apportées après le raid du xiie siècle av. J.-C. par les Élamites.

3Son premier chapitre, « Behold Sargon » (p. 1-7), constitue l’introduction de l’ouvrage. Il commence par questionner le terme émique akkadien de l’« image », ṣalmu, qui ne fait pas la distinction entre une sculpture en relief sur une stèle ou sur une paroi rocheuse ou encore une statue (p. 5). Trois thématiques importantes sont mises en exergue dans l’iconographie utilisée par les souverains akkadiens. Il s’agit du roi victorieux sur ses ennemis, du roi en présence des divinités dans le temple et des scènes de combat (contest scene) entre des héros mythologiques, laḫmu, et des animaux. L’approche reste fidèle à la tradition des études stylistiques et contextualisantes de l’histoire de l’art.

4Dans son deuxième chapitre, intitulé « Exemplar of kingship and the art of memory » (p. 8-35), l’historienne discute les réalisations marquantes des rois akkadiens de Sargon à Shar-kali-sharri telles que les conquêtes militaires et les activités édilitaires. Elle démontre qu’à l’instar de ce qui se pratiquait à la période précédente, seules les statues royales akkadiennes sont présentes dans les temples. Un tel geste politique, voulu dès Manishtushu, offre au souverain une position centrale dans les rites. Ce rapport ambigu conduirait vers la déification du souverain suivant, Naram Sin, illustrée par ses attributs divins. La centralité de la figure du souverain, conjuguée aux conquêtes militaires exceptionnelles où le roi est présenté comme l’acteur principal et favoris des dieux, se cristallise en l’idée d’un roi exemplaire pour les deux millénaires suivants. Ce rapport au passé des anciens de Mésopotamie est problématisé pour aborder le processus du souvenir des Akkadiens (p. 12-18), qu’elle discute avec la notion de « mémoire culturelle mésopotamienne » et ses mécanismes. Elle recourt de la sorte à deux concepts. Le premier, l’« interpicturalité », caractérise les allusions volontaires et visuelles aux images akkadiennes. Le second, l’« intervisibilité », décrirait les pratiques des Anciens « post-akkadiens », qui auraient produit des images de la mémoire des Akkadiens en l’absence de liens interpicturaux avec l’art akkadien (p. 18-23). Ces deux schémas de lecture permettraient de souligner l’existence non pas d’un « akkadianisme », mais de plusieurs, dépendant de la période et du contexte d’usage et de réalisation de l’œuvre.

5Le troisième chapitre, « Triumphant kings and the legacy of Akkadian steles » (p. 36-89), analyse en détail la stèle de Naram Sin. L’autrice questionne la postérité et la réception éventuelle de la stèle auprès des souverains suivants. Elle commence par déconstruire le paradigme du despote oriental hérité du début du xxe siècle (p. 40-49). Elle démontre que la stèle de Naram Sin ne serait pas la seule manière de représenter une scène de triomphe royal. Sa liste synthétique présente avec clarté le corpus des monuments akkadiens (table 3.1, p. 38). Puis, elle envisage des études de cas des reliefs rupestres des contreforts du Zagros (p. 57-69). Celui de Darband-i Gawr, daté du règne de Shulgi (2094-2047 av. J.-C.), partage par l’interpicturalité une idéologie d’un roi divinisé défaisant ses ennemis (p. 63-65). Les reliefs de Saripol-i Zohab et Bitwata présentent en revanche le roi et la déesse dans un échange rituel. La stèle de Naram Sin n’apparait donc pas comme le modèle du roi triomphant pour ces monuments. M. Eppihimer aborde ensuite les règnes de Shamshi Adad Ier et de Dadusha, deux souverains contemporains de Mésopotamie du Nord, qui se réfèrent souvent aux souverains akkadiens. Cependant, leurs stèles présentent peu de liens interpicturaux avec celle de Naram Sin. Il s’agirait plutôt d’une intervisibilité avec la mémoire de souverains victorieux. Enfin, les œuvres de Darius Ier, tels que sa stèle très fragmentaire de Babylone et le relief rupestre de Bisutun, s’inscrivent dans une longue séquence de monuments de victoire. Ces monuments ne trouveraient pas leur source d’inspiration nécessairement avec la stèle de Naram Sin, mais plutôt dans leur environnement respectivement urbain ou montagnard.

6Le chapitre 4, intitulé « Royal bodies and legacy of akkadian statues » (p. 90-140), discute des statues votives des souverains akkadiens placées dans les temples. Il présente un catalogue synthétique intéressant des statues en ronde bosse, peu étudiées dans l’historiographie. L’état fragmentaire et l’absence des têtes n’offraient alors que peu de valeur heuristique pour une réflexion racialiste alors courante au début du xxe siècle, comme le met en lumière l’autrice. En l’absence d’inscription, la difficulté majeure dans l’étude des statues est l’identification du souverain ou de la période de réalisation de la sculpture. Dès la période d’Akkad, l’essentiel des œuvres akkadiennes identifiées sont celles mentionnant le souverain Manishtushu (p. 93-97). Selon l’autrice, l’ambiguïté sur l’identité ou la datation d’une statue démontrerait un héritage visuel des souverains akkadiens. Elle identifie alors deux groupes de statues royales akkadiennes dans les périodes suivantes. Le premier est constitué par les statues post-akkadiennes qui adaptent des éléments spécifiques de modèles akkadiens, comme avec l’exemple des franges des statues des Shakkanakku de Mari et ou de celles des ensís d’Eshnunna (fin du IIIe-début du IIe millénaire av. J.-C.) [p. 117-127]. Le deuxième ensemble regroupe les fragments de statues pour lesquelles il est difficile de savoir s’il s’agit d’originaux akkadiens ou d’imitation de statues akkadiennes comme les fragments des statues de Suse de Puzur Inshushinak ou de celles d’Assur (p. 127-138).

7Le chapitre 5, « Curly-haired heroes and the legacy of akkadian seals » (p. 141-192), examine les sceaux-cylindres. Ces objets portatifs, utilisés par l’administration royale, sont les supports de l’iconographie des scènes de combat opposant la figure d’un héros aux cheveux bouclés et d’un animal. Ces scènes deviennent alors emblématiques du contrôle de l’État. La nature extrinsèque, la fonction du sceau-cylindre et le fait qu’il soit utilisé à différentes périodes lui donnent une qualité de porteur de mémoire visuelle de la royauté akkadienne. En témoigne le sceau de Dadaya utilisé aux xviie-xvie siècles, mais ayant appartenu à un magistrat du temps de Naram Sin (p. 141). Elle souligne la différence de ce type d’objet avec les stèles et statues, ces dernières étant moins versatiles, puisque dédiées dans les temples. L’usage changeant de la scène de combat dans les périodes suivantes démontre une indépendance de ce motif artistique par rapport à la royauté akkadienne. L’autrice analyse la figure du héros aux cheveux bouclés, laḫmu, associé dans l’historiographie à la figure mythique du roi d’Uruk, Gilgamesh. Ce motif, accompagné d’un lion maîtrisé apparaît également sur les orthostates de Khorsabad du palais de Sargon II (721-705 av. J.-C.) [p. 173-191]. Il ne s’agirait donc plus d’une référence directe, interpicturale, à la royauté akkadienne, mais cela évoquerait plutôt la figure atemporelle du héros, utilisée à l’époque néo-assyrienne.

8Enfin, le dernier chapitre, « Allusions and illusions » (p. 193-207) conclut sur les réponses que les anciens et les contemporains ont apportées sur leur compréhension et leurs usages des reliefs, statues et sceaux akkadiens. M. Eppihimer déduit que les paramètres qui construisent l’héritage visuel de la royauté akkadienne changent au fil du temps, entraînant un changement des allusions à la royauté akkadienne. D’un accès direct aux images, l’inspiration tirée des modèles akkadiens se mue dans le temps par des allusions à un idéal de la royauté akkadienne. Finalement, en guise d’ouverture, « les légendes sur les Akkadiens » auraient atteint le monde grec par l’intermédiaire du milieu hittite anatolien. L’Anatolie hittite constituerait un potentiel espace d’analyse de ce phénomène. Un second prolongement voudrait questionner l’héritage visuel en Mésopotamie des rois de la dynastie d’Ur III.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Jacques Herr, “Melissa Eppihimer, Exemplars of Kingship: Art, Tradition, and the Legacy of the AkkadiansSyria [Online], Book reviews, Online since 03 December 2020, connection on 03 October 2022. URL: http://journals.openedition.org/syria/9526; DOI: https://doi.org/10.4000/syria.9526

Top of page

About the author

Jean-Jacques Herr

Post-doctorant, LMU Incoming Fellowship Université Ludwig Maximilian de Munich.

Top of page

Copyright

All rights reserved

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search