Skip to navigation – Site map

HomeOnline sectionsBook reviews2020Vincent Blanchard (dir.), Royaume...

2020

Vincent Blanchard (dir.), Royaumes oubliés, de l’Empire hittite aux Araméens

Stefania Mazzoni
Bibliographical reference

Vincent Blanchard (dir.), Royaumes oubliés, de l’Empire hittite aux Araméens (catalogue de l'exposition du Louvre, 2 mai au 12 août 2019), Paris, Louvre-Liénart, 2019, 25 × 28, 500 p., ISBN : 978-2-35031-643-7

Full text

1Avec son riche appareil de textes et d’images, le catalogue Royaumes oubliés, de l’Empire hittite aux Araméens illustre une exposition qui s’est tenue au musée du Louvre du 2 mai au 12 août 2019. En raison du thème traité, ainsi que des monuments et des matériaux présentés, de sa dimension culturelle et de ses finalités politiques, cet événement a constitué une expérience très positive dans le cadre des expositions archéologiques, lesquelles sont parfois difficiles pour un public généraliste, surtout quand il s’agit d’antiquités moyen-orientales moins connues et moins attractives du point de vue d’une pure approche esthétique. Ce qui est certainement le cas ici de maints statues et reliefs, qui forment pourtant une partie importante des pièces présentées dans cette exposition en raison de leur valeur historique, et qui sont à l’origine de genres qui ont connu ensuite une grande longévité en Occident : songeons en particulier aux stèles funéraires et au culte des ancêtres-héros.

2Cette exposition a présenté une vaste sélection d’objets et surtout d’œuvres d’art monumentales des royaumes qui ont succédé à l’Empire hittite en Anatolie et en Syrie. Entre le xve et le xiiie siècle avant J.-C., celui-ci dispute aux Égyptiens et aux Assyriens, mais soustrait aussi aux faibles royaumes cananéens, le contrôle des plaines fertiles qui s’étendent entre l’Euphrate, l’Oronte et le Taurus. Entre la fin du xiiie et le milieu du xiie siècle, quand ces grandes puissances subissent une grave crise économique accompagnée de famines, d’instabilité sociale et de mouvements de population, certaines villes des zones les plus productives et internes parviennent à se reconfigurer politiquement et culturellement ; des branches cadettes de la dynastie hittite conservent et étendent leur pouvoir dans la région du haut Euphrate (royaumes néo-hittites de Karkemish et Malatya) ; en même temps, de nouvelles populations méditerranéennes et égéennes (les Peuples de la Mer) s’installent sur les côtes de l’Anatolie occidentale et de la Syrie (royaume de Palastin à Kunalua et Alep), et des populations locales semi-nomades – les Araméens – commencent à rivaliser avec les Assyriens, surtout au nord, et à s’urbaniser avec leurs maisons régnantes en fondant de nouveaux royaumes (à Damas, puis à Hamath, Arpad, Guzana et Samʾal). Tel est le contexte historique de l’exposition, dont le catalogue illustre les matériaux à l’aide de fiches analytiques, tout en examinant et en expliquant ses processus de formation et ses caractéristiques dans des textes clairs qui tiennent compte des apports les plus récents.

3Les institutions promotrices de cet événement, se plaçant dans des perspectives politiques et culturelles précises, ont voulu porter à l’attention générale ces civilisations qui ont joué un rôle fécond dans l’histoire de la Méditerranée : la préface de Christopher Forbes, le président du « Cercle international du Louvre », rappelle que cet événement répond aux finalités de ce centre, consistant à faire connaître au public les patrimoines des zones actuellement frappées par des crises et par la guerre ; celle de Marielle Pic, directrice du département des Antiquités orientales du Louvre, souligne la fragilité et les risques, y compris les plus imprévisibles, auxquels sont soumis les patrimoines artistiques et archéologiques, en rappelant l’activité que mène depuis 2017 l’ALIPH, l’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflits et du pluralisme culturel, selon les principes de l’UNESCO. Les monuments de Tell Halaf – l’ancienne Guzana –, un centre araméen de la haute Syrie, qui constituent le noyau principal de l’exposition, ont en ce sens un rôle emblématique.

4Leur histoire a en effet valeur d’exemple : ils ont été découverts par le baron Max von Oppenheim dans une Syrie que se disputaient de nombreuses puissances ; après leur partage, un ensemble d’œuvres important a été expédié à Berlin, où elles ont été installées dans un musée dédié qui a subi ensuite des bombardements dans une Allemagne transformée en un champ de ruines où des monuments très anciens ont subi des destructions inutiles (comme dans toutes les guerres) ; enfin, ils ont été de nouveau ramenés au jour, rassemblés et restaurés au cours de longues années de travail, accompli par les générations de l’après-guerre. Ils sont actuellement exposés au Pergamonmuseum de Berlin.

5Le catalogue, formé de plusieurs sections, suit un ordre chronologique : d’abord, le royaume hittite et la Syrie du IIe millénaire, avec leurs matériaux ; puis, la phase syro-hittite du Ier millénaire avant J.-C., avec des textes introductifs et des rapports sur les sites, les groupes régionaux et les phases culturelles. Dominique Beyer inaugure le catalogue en présentant les grandes lignes de la culture syro-hittite des xiie-viie siècles avant J.-C. et en replaçant les débuts des découvertes qui l’ont révélée dans le contexte politique des premières décennies du xxe siècle, quand les puissances européennes dessinaient les frontières du Moyen-Orient avec leurs zones d’influence : comme l’archéologie était en ce temps-là un moyen important pour explorer des territoires et connaître les populations de régions non praticables, la compétition internationale s’est également étendue aux entreprises scientifiques. Dans sa présentation du panorama des centres et des caractéristiques de la période syro-hittite, Dominique Beyer souligne à juste titre la variété de ses peuples et de ses langues, et il décrit ses racines d’abord dans la phase de Cappadoce, au cours de laquelle des commerçants assyriens et syriens s’installent à Kanesh (capitale d’un royaume local), puis en Anatolie centrale, et enfin pendant la phase impériale hittite, dont le processus d’expansion en Syrie est bien documenté par de riches sources textuelles et archéologiques provenant des centres d’Ugarit (Ras Shamra), sur la côte syrienne, et d’Emar sur l’Euphrate, deux célèbres chantiers de fouilles français. C’est la glyptique (c’est-à-dire les sceaux avec leurs images) qui est la plus révélatrice du mélange des différentes composantes culturelles – hourrites, hittites, mésopotamiennes et assyriennes – actives dans cette première culture syro-hittite des xve-xiiie siècles avant J.-C.

6Le premier groupe de 56 objets du IIe millénaire est présenté dans des textes clairs, bien construits et répondant aux finalités de l’exposition. Ainsi, Alice Mouton nous offre une synthèse précise de l’histoire événementielle hittite, à l’aide d’un tableau exhaustif et équilibré décrivant ses différentes phases : d’abord celle des origines, au début du IIe millénaire, quand les États et les souverains entrent en compétition ; puis la période de formation de l’État hittite, qui consolide son territoire et lance sa première expansion en Mésopotamie et en Syrie septentrionale ; la phase impériale d’engagement militaire ; et enfin la dernière période, caractérisée par des dynamiques complexes de crise économique et politique, avec de nombreux épisodes de déstabilisation du pouvoir central sur un territoire devenu trop vaste.

7Dans sa remarquable analyse de l’évolution de l’art hittite, Andreas Schachner, le directeur des fouilles de la capitale hittite Hattousha, souligne sa valeur idéologique, politique et religieuse : ce fut un art d’État et l’expression de l’engagement de chacun de ses souverains auprès des dieux et pour le contrôle du territoire. Même si certains caractères semblent déjà apparaître pendant la phase de Cappadoce (comme l’iconographie d’un dieu guerrier sur une lame d’or de Kültepe), c’est seulement avec l’affirmation d’Hattousha comme capitale et avec son urbanisation monumentale – c’est-à-dire avec la première affirmation d’un État central, entre la fin du xviie et le début du xvie siècle – qu’apparaissent des monuments hittites commémoratifs : ainsi, un bas-relief représente une scène de bataille avec une figure identifiée comme étant un roi sur un char tiré par des chevaux (la vigueur de son style évoque, selon A. Schachner, un relief sur une dalle de la fosse funéraire V à Mycènes) ; un autre relief présente une scène avec des figures en lutte, qui lui a valu l’appellation de « bataille des dieux ». S’il est donc vrai que ces images reflètent des traditions répandues dans un contexte méditerranéen oriental et égéen, c’est bien la scène de triomphe sur le char qui constitue l’une des premières images de la royauté victorieuse au Proche-Orient, à partir du milieu du IIIe millénaire. On peut reconnaître dans les grands vases à relief datant du milieu du xvie siècle un langage figuratif autonome, qui s’affirme dans un genre original, pour véhiculer des images commémoratives de rites ayant la fonction d’élément identitaire et de cohésion de l’État hittite. Des correspondances de style et de répertoire iconographique entre les bas-reliefs, les vases à relief et la frise architecturale avec reliefs de la porte des sphinx d’Alaca Höyük permettent à Schachner de dater cette dernière de l’époque moyenne-hittite, entre la fin du xvie et le xve siècle, peut-être en deux phases différentes – les reliefs de la frise supérieure appartenant à une période plus ancienne, les autres à une époque plus tardive –, contre la datation au xive ou au xiiie siècle proposée par d’autres chercheurs. Et c’est la ressemblance entre le rendu de la déesse assise d’un relief situé du côté droit de la porte d’Alaca et des images semblables d’un relief de Kayalipinar et du sanctuaire rupestre de Yazilikaya (mais aussi de plusieurs sceaux), qui permet également de reconnaître l’appartenance de ce sanctuaire – dont la décoration finale date des xive et xiiie siècles – à une phase déjà moyenne-hittite. L’auteur propose ainsi une ligne de développement cohérente pour un art monumental ayant une fonction de célébration et de protection des portes : c’est-à-dire comprenant, en-dehors d’Alaca, les portes des sphinx, des lions et du roi à Hattousha, caractérisées par un haut-relief et par un code figuratif distinctif, que le chercheur date du xvie siècle et du début du xve siècle. C’est de cette phase de formation que descendent les développements les plus connus de l’art impérial hittite, avec ses nombreux genres : le relief rupestre – à la fois dans ses expressions commémoratives isolées sur les montagnes, dans ses expressions rituelles et funéraires comme à Yazilikaya : une statuaire, en particulier la petite plastique en métal – ; la glyptique, les vases zoomorphes et les terres cuites, ou encore les œuvres en métal sophistiquées aux formes variées, souvent connues par des exemplaires uniques. Il s’agit d’un riche répertoire qui renvoie dans quelques cas à la phase de Cappadoce, preuve de l’existence d’une forte identité anatolienne.

8La Syrie est l’autre pôle important dans la genèse de la culture syro-hittite. C’est Michel al-Maqdissi qui s’est chargé de présenter ses caractères et ses développements au IIe millénaire, ainsi que de souligner son identité, – qu’il fait remonter au milieu du IIIe millénaire (c’est-à-dire à la période dite « proto-syrienne ») – constituée, contrairement au monde anatolien, de multiples apports et traditions régionales. Les manifestations d’art et d’artisanat, nombreuses et variées, reflètent des fonctions, mais aussi des segments sociaux différents. Pour la phase amorrite (dite aussi « paléo-syrienne »), on peut ainsi distinguer une sculpture en pierre « officielle » (la statuaire funéraire d’Ebla et Qatna, la stèle d’Ishtar d’Ebla) et une dite « populaire » (les différentes statuettes schématiques, mieux connues dans la littérature comme « Stone Spirits ») pour le culte des ancêtres. Mais il existe aussi un art qu’il appelle « luxueux » connu par la décoration des palais, avec leurs peintures murales, mais aussi leurs nombreux meubles et objets en matériaux précieux ou d’artisanat, comme les ivoires ; un art encore « ordinaire » constitué de centaines de figurines en terre cuite représentant des animaux et des femmes nues symbolisant la fertilité et la procréation ; une glyptique paléo-syrienne de différents styles, correspondant aux nombreux centres producteurs. Enfin, on voit s’affirmer à l’âge du Bronze récent le style dit « international », avec ses références à l’Égypte et aux régions de la Méditerranée que les riches documents d’Ugarit, Alalakh et Qatna représentent bien.

9Les 56 objets, têtes et œuvres d’art en exposition, qui suivent dans le catalogue, constituent indéniablement une sélection d’une grande variété et d’une grande richesse de manifestations, bien agencée, qui nous montre – à l’aide de pièces célèbres et d’objets moins connus – les tendances actives au IIe millénaire entre l’Anatolie et la Syrie, et donc le caractère formateur de la phase la plus ancienne.

10La deuxième partie du catalogue est consacrée au millénaire suivant, c’est-à-dire à l’époque que l’on appelle selon les cas « syro-hittite », « syro-anatolienne », « néo-hittite » ou « araméenne », qui correspond archéologiquement à l’âge du Fer. L’histoire de cette période est présentée par Mirko Novák, qui expose avec une grande clarté le rôle de la tradition hittite dans la période initiale, bien documentée aujourd’hui par les manifestations artistiques (premières phases décoratives des temples d’Ain Dara et d’Alep) et par les textes qui illustrent le rôle des dynasties post-hittites de Melid et Karkemish et, en particulier dans ce deuxième centre, la présence de deux lignées de Grands Rois de Khatti, de descendance hittite directe, et de princes territoriaux. C’est dans ce contexte que s’inscrit la présence de populations étrangères, certainement à la suite des incursions des Peuples de la Mer, porteurs d’une céramique égéenne caractéristique, qui est bien représentée sur la côte de l’Anatolie occidentale et sur la côte syrienne. Novák a raison de rappeler que la mention de la maison de Mopsos, à laquelle Awariku/Waruka, roi de Hiyawa/Qawa/Que (ex Kizzuwatna), affirme appartenir dans les inscriptions de Karatepe en Cilicie (viiie siècle), ferait allusion à cette provenance de la côte anatolienne ; et que ce Mopsos renvoie au personnage homonyme de l’Iliade, qui guida avec Amphiloque un groupe de colons en Pamphylie et en Cilicie. Ces populations sont probablement à l’origine du royaume de Palastin qui avait pour capitale Kunalua (Tell Tainat), identifié dans l’inscription en louvite hiéroglyphique (xie siècle) du temple d’Alep. On peut dater de la même période chronologique le processus que Mirko Novák présente très justement comme « la reconfiguration des composantes sémitiques » (tels les Phéniciens et les Araméens) qui s’inscrivent dans une tradition locale antérieure : et le rôle des groupes semi-nomades de l’Arabie septentrionale dans le processus d’ethnogenèse des Araméens est aujourd’hui réévalué à juste titre. Les différentes sources – assyriennes et locales, archéologiques et épigraphiques – permettent de reconstruire pour cette période une synthèse historique que Novák divise en trois phases – Néo-hittite I (vers 1200-950), II (950-850) et III (850-700) –, et qui semble hériter, avec des modifications, de la tripartition de l’art néo-hittite élaborée par W. Orthmann, mais en tenant compte des nouvelles études sur l’art et les développements de la culture matérielle.

11Les langues et les écritures documentent avec précision le double processus de continuité et de renouvellement qui caractérise la période syro-hittite. La continuité est évidente avec l’utilisation de l’écriture hiéroglyphique, dont Mark Weeden décrit l’application dans la langue louvite (laquelle était parlée en Anatolie peut-être depuis la fin du IIIe millénaire), dans la première diffusion des sceaux avec des noms de personne et, plus tard, dans son adoption et son développement pour des monuments publics royaux au cours du xiiie siècle (inscriptions de Yalburt : Tudkhalia IV ; autels d’Emirgazi ; Südburg de Bogazkale : Suppiluliuma I ou II ? Inscription de Hartapu, fils d’un Mursili, à Kizildağ/Karadağ) et du xiie siècle (inscription de Hatip, inscription de Karahöyük à Elbistan, inscriptions de Malatya). Il s’agit d’un parcours temporel, mais aussi géographique vers le sud, dans la région de Konya et de la nouvelle capitale voulue par Muwatalli – non encore identifiée sur le terrain à l’heure actuelle –, Tarhuntassa, vers l’Euphrate, à Malatya et Karkemish (sceau de Kuzi-Tešub). Enfin, alors que pour le xie siècle l’inscription et le relief de Taita à Alep documentent le processus de reprise directe de la tradition hittite avec l’image du dieu de la Tempête et son adaptation dans l’image de Taita se proclamant « roi palastinéen » (lisible dans d’autres inscriptions avec l’alternance p/w et, pour Weeden, avec le son f, donc « Falastin »), il faut attendre le xe siècle et le renouvellement à Karkemish des seigneurs du pays (ou « seigneurs territoriaux » pour Mirko Novák) pour trouver les preuves d’un renouvellement significatif de l’écriture hiéroglyphique – encore documentée à Hama au ixe siècle, Karkemish (inscriptions de Yariri et de Astiruwa) au viiie, Maraş (royaume de Gurgum) – dans les différentes inscriptions d’un souverain Hartapu du Tabal, et dans deux groupes au nord et au sud (Tawana), sans oublier les célèbres inscriptions de la citadelle de Karatepe en version bilingue avec le phénicien. Au viiie siècle, en effet, l’araméen et le phénicien remplacent le louvite hiéroglyphique, qui disparaît en même temps que les maisons-principautés louvites soumises aux Assyriens.

12L’araméen constitue l’élément novateur apporté par les populations semi-nomades qui s’installent en Syrie à partir du xie siècle, mais dont les premiers documents n’apparaissent qu’au cours du ixe siècle : Françoise Briquel Chatonnet rappelle à juste titre son immense fortune non seulement comme langue internationale des empires assyrien, babylonien et persan, à l’époque du Christ, et comme langue parlée aujourd’hui encore en Syrie, mais aussi comme langue répandue en Asie centrale et en Chine. Elle décrit la position de l’araméen à l’intérieur du groupe ouest-sémitique, avec l’arabe et l’hébreu (il est fondamental de le rappeler aujourd’hui au grand public), ainsi que ses origines, liées à l’affirmation d’une écriture alphabétique utilisée pour des dialectes sémitiques, du type pictographique documenté en Égypte, puis en cunéiforme à Ugarit au xiiie siècle ; c’est seulement ensuite, avec la formation de principautés dotées d’une administration de cour au ixe siècle, que s’affirme l’araméen en alphabet linéaire. Plusieurs inscriptions mentionnant Hazael sur différents objets en ivoire et en bronze et sur le fragment de stèle de Tell Afis (qui précède la stèle de Zakkur, roi de Hamath et Luʾash, érigée dans la ville de Hazrek/Tell Afis) montrent la prédominance du royaume de Damas dans la deuxième moitié du ixe siècle. La stèle de Breidj (près d’Alep) en constitue un exemple remarquable, parce qu’elle est dédiée à un dieu patron de la ville phénicienne de Tyr ; tandis que la statue de Hadad-Yisi provenant de Tell Fekheriyeh, l’ancienne Sikani (que nous identifions aujourd’hui à Washshukanni, la capitale du royaume hourrite de Mittani au IIe millénaire), centre de culte de la localité voisine de Guzana (Tell Halaf), capitale du Bit Bahiani, porte une bilingue en assyrien et en araméen, et documente des caractères locaux. Au viiie siècle, les stèles trouvées à Sefire avec des traités concernant le royaume de Bit Agusi, dont la capitale était Arpad (Tell Rifaʾat), au nord d’Alep, montrent le développement de genres textuels plus complexes, alors que la stèle fragmentaire découverte dans la région du lac Ourmiyia en Iran, avec des objets provenant du Luristan et portant des inscriptions, montre l’extension géographique de l’usage de l’araméen. À Zincirli, l’ancienne Samʾal, le louvite hiéroglyphique et le phénicien sont documentés aux côtés de l’araméen, qui s’affirme au cours de ce siècle pour la rédaction des inscriptions commémoratives des rois Panamuwa et Barrakib ; aujourd’hui, l’inscription de Kuttamuwa constitue un exemple remarquable de stèle funéraire (écrite en champlevé comme l’inscription de Kulamuwa en phénicien). Mais la grande plasticité de cette écriture devient ensuite évidente avec son utilisation sur différents supports, comme c’est le cas des inscriptions à l’encre sur enduit sur les murs d’un bâtiment de Deir Alla, dans la vallée du Jourdain. Cette diffusion géographique explique les différentes variantes régionales (le samʾalien à Zincirli, un araméen de Haute-Mésopotamie, l’araméen de la Jordanie et du nord-ouest de la Syrie) et invite à remettre en question le lien avec le proto-araméen des origines et avec les langues cananéennes desquelles descendent le phénicien, l’hébreu, l’édomite et le moabite. Cet aspect est encore plus évident dans la phase de domination assyrienne, dans la langue des inscriptions funéraires des prêtres du dieu-lune retrouvées à Neirab (près d’Alep), mais aussi dans l’usage d’écrire sur des tablettes (employées en général pour des textes en écriture cunéiforme). Son adoption dans l’empire assyrien décrète la fortune et la diffusion de l’araméen écrit sur papyrus, un matériau bien conservé en Égypte, qui nous a restitué l’important texte littéraire d’Ahiqar et les textes juridiques d’Éléphantine, sur d’autres supports, comme les ostraca de Palestine ou les bâtonnets en bois de Bactriane, avec leurs formes cursives et leurs lettres simplifiées, tandis que la tradition prévaut sur les monuments funéraires en Égypte et en Anatolie, dans l’édit de Xanthos en Anatolie et sur la stèle dédicatoire de Taymaʾ en Arabie du Nord.

13Dans son essai consacré à l’art des royaumes néo-hittites et araméens, Vincent Blanchard rappelle très opportunément l’apport des premières recherches (en particulier celles de E. Akurgal et W. Orthmann) qui ont permis de fixer son encadrement stylistique et chronologique ; toutefois, c’est seulement avec l’édition critique des inscriptions en louvite hiéroglyphique de J. D. Hawkins et sa reconstruction des listes dynastiques qu’il a été possible de préciser ses développements régionaux entre le xiie et le viie siècle avant J.-C., puis de situer avec précision l’activité des principales écoles de sculpture à l’intérieur de cet arc chronologique. D’autres chercheurs sont intervenus ensuite pour définir les valeurs idéologiques et sémantiques et les genres, tandis que de nouvelles découvertes (dans le temple du dieu de l’Orage d’Alep, à Kunulua/Tell Taʾyinat, Samʾal/Zincirli, Masuwari, Til Barsib/Tell Ahmar, Guzana/Tell Halaf, Karkemish) ont permis de combler les vides, en particulier pour la phase ancienne de transition entre le Bronze récent et l’âge du Fer, c’est-à-dire entre la période impériale hittite et la période syro-hittite. Ayant consacré une partie de mes recherches à proposer l’existence d’une phase significative de début de cet art entre le xiie et le xe siècle, c’est avec satisfaction que je vois décrire une phase de transition au xiie et xie siècle (jusqu’en 950 avant J.-C.), riche de documents, avec les portes des citadelles – à partir de la première phase décorative de la Water Gate de Karkemish et de la porte des Lions de Malatya – qui sont révélatrices du degré de continuité et, en même temps, d’élaboration de la tradition hittite, ainsi que du développement de langages régionaux (ou des différents centres), alors que les temples (Alep et Ain Dara) offrent, avec l’adoption de la sculpture architecturale de type hittite dans les édifices de culte, un élément régional novateur (sans oublier toutefois que la décoration d’espaces cultuels présente des formes et des langages différents dans la phase hittite, de Yazilikaya à Eflatun Pinar). L’émergence de nouveaux princes, et donc de nouveaux commanditaires (y compris les maisons araméennes), est à l’origine d’une période de floraison artistique et urbanistique entre 950 et 800 avant J.-C. : aux sujets rituels traditionnels s’ajoutent des thèmes narratifs de triomphe militaire, des sujets funéraires avec une statuaire d’origine syrienne, en même temps que les espaces de communication s’étendent des portes aux places des citadelles.

14L’analyse rigoureuse que Vincent Blanchard consacre aux pratiques de travail du basalte dans les carrières éclaire la qualité et les développements technologiques de la sculpture sur pierre, bien documentée par la carrière de Yesemek, que je daterais toutefois de la phase précédente, tandis que seules quelques sculptures sont plus tardives ; et il est également opportun de rappeler que la carrière de Karakiz en Anatolie centrale est un antécédent hittite, et que le type du protomé de lion et de sphinx et les images des dieux de la Montagne qui se trouvent à Yesemek, à Ain Dara et à Alep, disparaissent du répertoire iconographique après le xe siècle. Vincent Blanchard définit correctement la phase suivante, entre 800 et 700, comme un « art de cour » en partie ouvert à des modèles assyriens, mais avec des reliefs sur les façades des palais et leurs entrées, comme le Royal Buttress de Karkemish, ou la façade du Tempel-Palast de Tell Halaf, les palais Hilani III et IV de Zincirli et de Sakçagözü. Enfin, le même auteur montre à juste titre que cet art a une postérité aussi bien dans la sculpture de la phase classique de la région basaltique du Hauran en Syrie du Sud, que dans l’art de la Commagène et de Doliché (citée dans les sources classiques comme « ubi ferrum nascitur ») où le culte de Zeus Dolichenus, avec les images le montrant juché sur un taureau et brandissant une hache, reflète la persistance du culte au dieu de l’Orage syro-hittite.

15Ces textes d’introduction sont suivis par la description des différents sites archéologiques dont les œuvres et objets sont exposés ; les sites sont présentés dans certains cas par les archéologues qui ont repris leurs fouilles, dont les résultats et nouvelles données permettent aussi de réinterpréter les fouilles du passé ; dans d’autres cas, les auteurs offrent toujours une présentation détaillée avec de nouvelles annotations permettant des approfondissements intéressants. Karkemish inaugure cette liste en raison de son importance historique : Jonathan N. Tubb présente l’histoire des fouilles menées par le British Museum, qui est une histoire de guerres et encore une fois de fragilités du patrimoine archéologique : l’identification en 1876 par George Smith et les premières fouilles jusqu’en 1881 ; la reprise par Hogarth en 1911 ; la direction de L. Woolley en 1914 ; l’interruption pendant la Première Guerre mondiale (et la perte des documents in loco) ; la reprise en 1920 ; puis un nouveau blocage pendant la guerre d’indépendance turque ; et, enfin, la blessure la plus profonde quand le site a fait les frais du nouveau conflit turco-syrien, puis a été divisé entre les deux États, comme c’est encore le cas aujourd’hui, et enfin miné du côté turc. Les fouilles, reprises en 2011 sous la direction de Nicolò Marchetti de l’université de Bologne, révèlent chaque année des nouveautés et des matériaux, comme des sculptures et des inscriptions qui ont permis de réinterpréter la séquence locale des phases du Bronze récent et du Fer, et de préciser la liste des souverains et des princes locaux. Le catalogue présente 19 objets importants (nos 57-75) provenant de Karkemish – qui est actuellement un parc archéologique. Isabel Bonora décrit les fouilles de Louis Delaporte (puis de Claude Schaeffer) à Malatya (Arslantepe), à la porte des Lions, ce qui est aussi l’occasion de rappeler le rôle des chercheurs français dans le développement des études hittitologues. Vincent Blanchard présente ensuite le site et les contributions des fouilles italiennes encore actives depuis 1958, qui s’emploient actuellement à préciser les phases post-hittites (rappelons que la phase hittite du IIe millénaire a été fouillée et publiée par Paolo Emilio Pecorella). Le catalogue présente les œuvres nos 76-84 provenant de ce chantier de fouilles. Vincent Blanchard signe également la section sur le royaume de Gurgum et le centre de Maraş, qui a fourni un grand nombre de statues et de stèles funéraires, et dont il reconstruit avec compétence la liste des rois et l’histoire entre le xie et le viiie siècle. 10 œuvres provenant de cette région sont publiées dans le catalogue (nos 86-95). Timothy Harrison illustre dans son texte les anciennes fouilles de l’Oriental Institute of Chicago et ses fouilles actuelles à Tell Taʾyinat (l’ancienne Kunalua) où de nouveaux documents et monuments sont venus confirmer au cours des toutes dernières années une histoire articulée du royaume de Palastin (matériaux divers nos 96-101). Le royaume de Tabal est présenté par Sanna Aro, qui nous offre, en dépit de l’absence de données archéologiques et de fouilles de ses centres, une esquisse détaillée de ce qu’elle appelle des « chefferies taballiennes », fondée sur les sources assyriennes et épigraphiques en louvite hiéroglyphique (nos 102-104). Ralph-B. Wartke présente les fouilles à Zincirli, lesquelles inaugurent en 1887 l’engagement sur le terrain de l’Allemagne, qui s’aligne ainsi sur la France et la Grande-Bretagne également en ce qui concerne l’acquisition d’œuvres destinées au musée de Berlin, aux côtés du British Museum et du Louvre. Les 10 monuments (nos 105-114) constituent un choix extraordinaire en raison de l’importance des pièces exposées. Les fouilles françaises d’abord, et australiennes ensuite, à Tell Ahmar – l’ancienne Masuwari néo-hittite, puis la Til Barsib de la maison araméenne du Bit Adini – sont illustrées par Vincent Blanchard (nos 115-122), tandis que John Lund retrace l’histoire des fouilles danoises à Hama et des principales découvertes de sa citadelle et de la localité toute proche de Restan (nos 123-150). Aux matériaux de Hama s’ajoutent des pièces diverses provenant de Syrie du Nord, qui illustrent la richesse d’un artisanat souvent de tradition locale : en effet, outre les moulages de deux sculptures provenant de Babylone (nos 152-153), nous trouvons diverses coupes à libation, certaines portant des inscriptions (no 151), les « hand and lion bowls » (nos 154-159), diverses figurines en métal et en terre cuite (nos 160-165), des bassins à tête de taureau (nos 166-167), ainsi que des stèles et une statuette funéraires (nos 168-172), et enfin une sélection de sceaux-cachets typiques de cette phase du Ier millénaire (nos 173-177).

16Comme nous l’avons vu, une grande partie de l’exposition du Louvre consiste dans la présentation des œuvres du centre araméen de Guzana à Tell Halaf, dont la restauration et la présentation muséographique récentes aux Staatliche Museen de Berlin ont fourni une base concrète pour la conception de cet événement. En se fondant sur une documentation précise, Nadia Cholidis nous raconte avec passion l’histoire de la création du musée de Tell Halaf à Berlin, et du baron Max von Oppenheim qui l’avait fondé pour accueillir les monuments qu’il avait lui-même ramenés au jour. Lutz Martin dresse un tableau précis de la reprise des fouilles à Tell Halaf au cours des dernières années par les archéologues syriens et allemands : en partant de la relecture des fouilles de von Oppenheim, il illustre les nouveaux résultats et les trois phases de la construction de la citadelle, aujourd’hui confirmées et attribuées aux xe-viiie siècle. L’artiste Rayyane Tabet – l’arrière-petit-fils de Faek Borkhoshe, qui fut envoyé de Beyrouth comme secrétaire de von Oppenheim à Tell Halaf, probablement pour contrôler ses activités d’agent plus que d’archéologue pendant la période de la compétition entre l’Allemagne et la France qui exerçait le mandat sur la Syrie depuis Beyrouth – dédie à la mémoire de son aïeul un hommage suggestif : un frottage des orthostates et une maquette de la frise postérieure du « Tempel-Palast », qui était peut-être consacré, avec ses cariatides en forme de divinité, à un culte des ancêtres. Suivent pas moins de 67 œuvres provenant de Tell Halaf (nos 179-245 et 247), qui montrent la cohérence et l’identité du langage artistique, à la formation duquel ont contribué des traditions variées : hourrites, syriennes et assyriennes. Une seule petite statue paléo-syrienne du Cleveland Museum of Arts (no 246) s’ajoute à ce groupe unitaire, de manière en apparence un peu décalée, bien que ce soit pour illustrer les lointaines origines de la statuaire funéraire syro-hittite, et pour me rappeler ici que j’avais défendu autrefois (en 1980) son appartenance à l’école artistique d’Ebla, active à l’époque paléo-syrienne archaïque (époque d’Isin et Larsa en Mésopotamie). Il faut alors répéter que la surprenante persistance de ce genre est indicative des racines, entièrement locales, de maintes expressions idéologiques, rituelles et artistiques, du monde syro-hittite.

17La dernière section du catalogue inclut les cultures voisines de zones frontalières – la Phénicie, le Levant Sud et l’Urartu –, liées par une histoire commune de développements, de rapports commerciaux et culturels et, enfin, par la conquête assyrienne, qui assujettit toute la région et mit fin aux autonomies politiques et aux identités locales. Hélène Le Meaux décrit les interrelations entre les villes phéniciennes et le monde syro-anatolien, la diffusion des centres de culte consacrés aux dieux locaux de l’Orage sur les montagnes, et de plusieurs écoles d’art et d’artisanat qui produisirent des résultats originaux de contamination. C’est le cas de Karatepe dans le Nord pour les orthostates des portes de la citadelle, avec leurs inscriptions bilingues en phénicien et en louvite, et des images et scènes qui montrent une contamination originale des traditions syro-hittites et phéniciens, et comme Damas le démontrerait mieux s’il en était conservé quelque chose de plus que le beau relief avec une sphinx de style phénicien provenant de la mosquée des Omeyyades. Les onze pièces – stèles, reliefs, objets en ivoire et en bronze (nos 248-258) – sont des œuvres d’art, mais aussi d’un artisanat qui fit la célébrité de ces régions et dont la valeur séduisit l’Assyrie. Au point qu’Aline Tenu peut à juste titre retracer une histoire croisée des arts néo-assyriens et syro-anatoliens. Il ne s’agit pas, en effet, de découvrir qui influença qui, ni quelles techniques et quels genres transmigrèrent entre les peuples conquérants et les peuples conquis, mais de décrire les lignes d’un contact qui devint une interférence sur la longue durée, avec ses mécanismes d’émulation et d’assimilation. Il est vrai que l’on passe dans ce cas du « mésopocentrisme » des premières études – à partir de H. Frankfort qui avait pourtant écrit de belles pages sur un art syro-hittite influencé par les Assyriens – à la reconnaissance, dans les études plus récentes, du rôle actif et influent de l’art syro-hittite en Assyrie. Une meilleure connaissance des monuments syro-hittites entre le xiie, le xie et le xe siècle, qui voit la réalisation à Karkemish du cycle de triomphe militaire guidé par les dieux, que l’inscription rappelle, permet aujourd’hui de repenser le rapport entre l’Assyrie et le monde syro-hittite. Mais l’antiquité de la sculpture architecturale, clairement d’origine hittite, ainsi que l’origine syrienne de la finition des murs avec des orthostates ne peuvent pas à eux seuls rendre compte de l’innovation géniale du relief narratif historique assyrien, avec son style de bas-relief de type « pictural », alors que le haut-relief syro-hittite est « tactile », pour utiliser des concepts chers à A. Riegl. Pour Aline Tenu, si l’on veut dater les débuts de cette interférence, il faut se tourner vers les campagnes de Tiglath-Phalasar Ier contre Malatya et Karkemish ; et c’est en effet dans ses textes qu’on trouve mentionnée l’utilisation d’orthostates en basalte et en calcaire dans ses constructions. Et je considère qu’il faut attribuer à la crise de l’Empire hittite, ou à cette intervention assyrienne dans la région, l’abandon des opérations de sculpture dans la carrière de Yesemek, où des centaines de sculptures couteuses laissées en place témoignent de la crise des centres commanditaires. Avec la conquête assyrienne, en particulier au viiie siècle, les emprunts s’intensifient et ont indéniablement lieu dans deux directions : il s’agit non seulement des riches butins pris aux villes conquises, mais aussi des décorations et des bijoux que les reines étrangères apportaient dans les harems assyriens et que leurs tombes à Nimrud nous ont conservés. À titre d’exemple, Aline Tenu a raison de mentionner une stèle peu connue conservée au musée d’Urfa, sur laquelle le banquet funéraire de tradition syro-hittite prend les formes stylistiques néo-assyriennes, comme signe d’une interpénétration dans les deux directions. Le catalogue présente à juste titre ici plusieurs documents épigraphiques importants, à commencer par le prisme de Tiglath-Phalasar avec la description des campagnes dans l’Ouest (no 259), avec des orthostates et des stèles, des ivoires et des lames en bronze, des objets portant des inscriptions en araméen et des sceaux (nos 260-303) qui illustrent cette phase de grande floraison culturelle du monde syro-hittite dans la sphère impériale assyrienne.

18La dernière section du catalogue regroupe des cartes géographiques, des tableaux chronologiques clairs, une bibliographie exhaustive et les index des noms de personnes, de dieux, de monstres, de héros et de lieux.

19Il est dommage que l’exposition n’ait pas duré plus longtemps et qu’elle ne puisse pas être itinérante à cause du nombre important de grandes œuvres présentées. Ce catalogue constitue toutefois un résultat important de cet événement : avec ses contributions bien lisibles et mises à jour, et son riche bagage iconographique – non seulement dans le catalogue, mais aussi comme accompagnement des textes –, il constitue une synthèse approfondie du monde syro-hittite qui saura intéresser et satisfaire le grand public des passionnés, et qui ne saurait surtout pas manquer dans les bibliothèques universitaires pour être mis à la disposition des étudiants et des chercheurs.

Top of page

References

Electronic reference

Stefania Mazzoni, “Vincent Blanchard (dir.), Royaumes oubliés, de l’Empire hittite aux AraméensSyria [Online], Book reviews, Online since 03 December 2020, connection on 03 October 2022. URL: http://journals.openedition.org/syria/9551; DOI: https://doi.org/10.4000/syria.9551

Top of page

About the author

Stefania Mazzoni

université de Florence

Top of page

Copyright

All rights reserved

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search