Navigation – Plan du site

AccueilRubriques en ligneRecensions2020Marco Cavalieri, René Lebrun et N...

2020

Marco Cavalieri, René Lebrun et Nicolas L. J. Meunier (éd.), De la crise naquirent les cultes. Approches croisées de la religion, de la philosophie et des représentations antiques

Alice Mouton
Référence(s) :

Marco Cavalieri, René Lebrun et Nicolas L. J. Meunier (éd.), De la crise naquirent les cultes. Approches croisées de la religion, de la philosophie et des représentations antiques (Homo Religiosus II/15), Turnhout, Brepols, 2015, 16 × 23,5, 314 p., ISBN 978-2-503-55461-7.

Texte intégral

1Cet ouvrage regroupe les actes d’un colloque qui s’est tenu à l’université de Louvain-la-Neuve les 12-13 juin 2014. Les contributions sont réparties chronologiquement : après les introductions d’usage (p. 9-28), une première section concerne la Crète minoenne, l’Anatolie hittite et la Babylonie du premier millénaire av. J.-C. (p. 29-62). La deuxième section traite du monde grec (p. 63-144), tandis que la troisième (p. 145-204) et la quatrième (p. 205-306) examinent respectivement le monde romain et l’Antiquité tardive. L’ouvrage se termine par une courte conclusion (p. 307-311) et la liste des auteurs (p. 313-314). En tant qu’orientaliste, je me suis plus particulièrement penchée sur les contributions relatives à l’Orient ancien.

2L’avant-propos rédigé par M. Cavalieri (p. 13-15) définit la problématique inhérente au titre de l’ouvrage : il s’agit de mettre en évidence des changements dans le culte, voire l’émergence de nouveaux cultes, qui semblent avoir été provoqués par une crise (conflits culturels, sociaux et politiques et actions de grandes personnalités de l’Histoire), reprenant ainsi en partie le concept de « crisis cult » élaboré par W. La Barre (et cité p. 14).

3Le texte introductif de G. Traina (p. 19-28) s’éloigne déjà de la problématique choisie par M. Cavalieri, puisqu’il ne traite pas de « crisis cult », mais de l’appropriation de statues divines étrangères en contexte de guerre. Ce vol organisé n’implique pas forcément l’instauration d’un nouveau culte dans le pays vainqueur, comme le montre lui-même l’auteur.

4La première section relative au monde oriental est aussi la plus courte, comme souvent dans les ouvrages collectifs francophones. C’est d’autant plus vrai que la première contribution à cette section aurait dû se trouver dans la section II, puisqu’elle traite de la Crète ancienne. Sans doute les éditeurs scientifiques ont-ils cherché à équilibrer visuellement cette première section avec les suivantes. L’article de R. Lebrun (p. 45-50) examine les dieux personnels des Grands Rois hittites de l’époque impériale, en faisant un phénomène exclusif de cette période. Cela paraît toutefois en contradiction avec les données textuelles : chaque souverain hittite semble avoir bénéficié, à côté des dieux de sa dynastie, d’une divinité personnelle dès l’Ancien Royaume. Le texte d’Anitta en est une illustration, où ce roi décrit déjà le dieu de l’orage du ciel comme ayant un lien privilégié avec son père Pithana (pour une édition récente de ce texte, voir O. Carruba, Anittae res gestae [Studia Mediterranea], 2003). Par ailleurs, l’existence de divinités personnelles pour les souverains hittites n’implique pas forcément l’institution d’un culte officiel de ces divinités. Il est, par conséquent, difficile de rapprocher ce phénomène de celui du « cult crisis » envisagé par l’éditeur principal du volume. J. Garny (p. 51-62) s’interroge quant à elle sur l’émergence possible d’un culte du dieu Erra en Babylonie au tout début du premier millénaire av. J.-C, émergence dont témoignerait l’Épopée d’Erra. Elle indique notamment, p. 61 : « […] la crise a engendré la composition de l’Épopée [note du recenseur : d’Erra] par un auteur qui a tenté d’expliquer les raisons de cette situation troublée, en faisant intervenir le monde des dieux. Et cet auteur a décidé d’en faire incomber la responsabilité à Erra, qui jusqu’alors n’avait pas été souvent mentionné dans les textes akkadiens. Ce faisant, il a contribué, notamment par ses excellents talents d’écrivain, à l’émergence d’une forme de culte de cette divinité, qui ne se déroulait pas spécialement dans un temple mais dans chaque maison individuelle. » Plutôt que cette reconstitution assez peu convaincante (une œuvre littéraire a, en effet, peu de chance de créer un nouveau culte domestique dans une civilisation où cette œuvre n’était pas forcément accessible à tous), une autre possibilité serait de penser qu’Erra était déjà vénéré dans la sphère domestique avant même la mise à l’écrit de l’Épopée à son nom. En effet, le fait que les textes akkadiens mis au jour jusqu’à maintenant n’aient pas mis en avant ce dieu n’est pas incompatible avec un culte domestique qui aurait échappé aux textes de l’élite. Le débat conclusif qui clôt l’ouvrage (p. 307-311) est, sans conteste, une des sections les plus instructives du volume, avec ses réflexions abstraites. On appréciera, notamment, la remarque de P. Assenmaker, p. 310 : « Les nouveaux cultes, les innovations cultuelles naissent d’un moment de crise et perdurent ensuite. J’ai envie de dire, également, que le culte ne vit jamais aussi bien qu’au moment de la crise. Si je puis me permettre ce paradoxe, peut-être que la vraie crise des cultes serait l’absence de crise ! » Ainsi, les efforts intellectuels de Marco Cavalieri pour fédérer autour du thème du « crisis cult » des chercheurs provenant d’horizons très différents sont fort louables et les spécialistes des diverses disciplines représentées pourront nourrir leurs réflexions grâce à cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Mouton, « Marco Cavalieri, René Lebrun et Nicolas L. J. Meunier (éd.), De la crise naquirent les cultes. Approches croisées de la religion, de la philosophie et des représentations antiques »Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 28 décembre 2020, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/syria/9564 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.9564

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search