Navigation – Plan du site

AccueilRubriques en ligneRecensions2020Hany Kahwagi-Janho, Monuments rom...

2020

Hany Kahwagi-Janho, Monuments romains de Tyr extra muros. Étude architecturale de la route antique, de l’arc monumental et de l’aqueduc

Annie Sartre-Fauriat
Référence(s) :

Hany Kahwagi-Janho, Monuments romains de Tyr extra muros. Étude architecturale de la route antique, de l’arc monumental et de l’aqueduc (Mémoires 45), Bordeaux, Ausonius, 2016, 204 p., 32 pl. et 4 encarts, ISBN : 978-2-35613-162-1.

Texte intégral

1Cette nouvelle publication de Hany Kahwagi-Janho fait suite à un premier volume du même auteur, consacré à l’hippodrome de Tyr et paru en 2012 dans la même collection. Lors du compte rendu que j’avais donné de ce premier volume 1, j’appelais de mes vœux la publication de la suite des recherches menées sur le site tant il était important d’avoir enfin une étude scientifique des principaux monuments de Tyr. Voilà qui est chose faite avec ce volume consacré à la route antique qui traverse le site, l’aqueduc et l’arc monumental qui lui sont associés.

2L’auteur souligne d’emblée que, comme pour l’hippodrome, les recherches sur les autres monuments n’ont pas été facilitées par l’absence de relevés précis des dégagements, plutôt que des fouilles, effectués dans le passé. En effet, peu de choses ont été publiées sérieusement, beaucoup de rapports ont disparu et il reste encore de grandes zones non dégagées sur le site. Néanmoins, dans le cadre de la thèse qui est à l’origine de ces recherches, l’auteur se fixait pour tâche de « tenter de clarifier la structure urbaine générale », de comprendre les « caractéristiques architecturales des monuments » étudiés, l’arc en particulier, et de « proposer une chronologie relative du site », tout en s’interrogeant sur « les rapports entretenus par les monuments entre eux ».

3L’ouvrage se découpe en trois grandes parties consacrées respectivement à la route, à l’arc et à l’aqueduc, tous situés dans la partie continentale du site (site d’el-Bass), distincte de la partie maritime, c’est-à-dire l’île qui fut reliée à la côte par Alexandre le Grand en 332 av. J.-C. grâce à un môle qui, en raison des accumulations de sable, prit la forme d’un tombolo large aujourd’hui de 600 m.

4La route antique, de direction est-ouest et dégagée sur 1 km, est enjambée par un arc qui la sépare en deux tronçons de longueur inégale (400 et 600 m respectivement). L’auteur, après avoir minutieusement étudié les pavages, les colonnades avec leurs chapiteaux doriques, ainsi que les fûts et les architraves, propose de dater du ier siècle apr. J.-C. le tronçon à l’ouest de l’arc (en direction de la ville maritime) recouvert de dalles rectangulaires parallèles. D’un travail local quant au matériau, un grès maritime, quant à la taille et au décor, la colonnade servait, du moins sur son côté nord, de portique couvert. À la fin du vie ou début du viie siècle, la chaussée subit des transformations avec l’adjonction de trottoirs sur le côté sud qui s’alignèrent sur la surélévation du tronçon à l’est de l’arc (en direction de la ville moderne), empêchant par là-même son franchissement par les chars, avec un revêtement de dalles en chevron. Cette situation témoignerait selon l’auteur des déplacements des axes de circulation vers d’autres voies restant encore à découvrir et, malgré quelques installations artisanales, le quartier fut progressivement abandonné au Moyen Âge et ensablé.

5Presque totalement écroulé en 1964, l’arc qui chevauchait la rue principale fut remonté partiellement dans les années soixante-dix, sans qu’une analyse précise n’ait été faite du monument, de sa fonction et de sa datation. La reprise de son étude par Hany Kahwagi-Janho montre que, par sa position loin des remparts, l’arc qui se composait de trois baies n’avait pas de fonction de porte urbaine, bien que deux tours l’aient flanqué. Toutefois, l’auteur, après avoir comparé le monument à plusieurs autres dans le même espace géographique (dont celui de Gerasa dont il est très proche à plusieurs titres), parvient à la conclusion que, bien que non défensif, l’arc, sur lequel apparaissent des indices d’un système de fermeture des baies, devait matérialiser une limite symbolique, celle de l’extension de l’aire municipale de la cité, comme une sorte « d’avant porte » du côté du continent destinée, en outre, à filtrer les entrées à la manière d’un poste de douanes. Par ailleurs, par le biais de comparaisons avec les arcs de Gerasa ou de Lattaquié et l’étude des chapiteaux et des colonnes engagées, l’auteur incline à dater la construction de l’arc de Tyr de la fin du ier siècle ou du début du iie, et non de la fin de celui-ci comme cela avait été proposé précédemment.

6L’aqueduc quant à lui longe le côté sud de la route et amène les eaux des sources de Ras el-Aïn, situées à 5 km au sud de la ville. Seul ou presque des monuments du site à être resté hors du sable, il a été constamment mentionné dans la littérature, les récits de voyages et reproduit sur les plans anciens et les gravures du xixe siècle. H. K.-J. expose tout ceci très bien par des tableaux et de très intéressantes et belles reproductions des documents figurés. S’en suit une étude minutieuse des composantes de l’aqueduc tronçon par tronçon et des aspects techniques (matériaux, enduits, métrologie) qui permet à l’auteur de proposer une date de construction vers le milieu du ier siècle apr. J.-C. suivie de remaniements à l’époque byzantine et encore à l’époque médiévale avant que des moulins ne viennent s’installer sur une double canalisation à la place de l’aqueduc au xixe siècle. Outre l’approvisionnement en eau de la ville, l’existence de canalisations et de conduits montre que l’aqueduc alimentait les bains des factions des Bleus et des Verts de l’hippodrome, lui-même bénéficiaire d’une partie de l’eau dans son enceinte et, plus inattendu, desservait également des monuments funéraires le long de son parcours, sans doute pour des rituels religieux lors de fêtes.

7Outre la qualité du texte, il faut saluer l’abondante illustration de l’ouvrage qui comporte également de nombreux tableaux avec des relevés de mesures des monuments du site et de ceux qui ont servi à établir des comparaisons. Une trentaine de planches terminent le volume avec des plans, des coupes, des restitutions de l’arc y compris en 3D, ainsi que quatre encarts hors texte montrant les restitutions complètes de la route et de l’aqueduc.

8Grâce à cette nouvelle publication, le site de Tyr est enfin doté d’une étude scientifique, malgré les difficultés générées par la perte ou l’indigence des publications des fouilles antérieures. Il faut féliciter Hany Kahwagi-Janho de s’être attelé à la tâche, car il était temps de procéder à des relevés sérieux pour préciser la chronologie de l’aménagement d’un site qui mériterait maintenant une meilleure protection et une mise en valeur à la hauteur de son importance historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Sartre-Fauriat, « Hany Kahwagi-Janho, Monuments romains de Tyr extra muros. Étude architecturale de la route antique, de l’arc monumental et de l’aqueduc »Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/9603 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.9603

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search