Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Églises paléo-chrétiennes à absid...Introduction

Églises paléo-chrétiennes à absides saillantes au Levant

Introduction

Problématique et interrogations à propos du chevet de Saint-Syméon, son apparition, son développement en tant que modèle architectural et sa diffusion
Widad Khoury et Marie-Christine Comte
p. 13-16

Texte intégral

1La journée d’études, organisée par Widad Khoury et Houmam Saad, qui s’est tenue le 26 mai 2017, à la Maison de la recherche de l’université Paris Sorbonne à Paris, avait pour titre « Églises levantines, nouvelles données. Églises paléochrétiennes à chevets apparentés au chevet du martyrium de Qalʿat Semʿan ». Cette journée réunie autour du rayonnement du chevet de Saint-Syméon, s’est proposé d’étudier plus en détail l’apparition, le développement et la diffusion de ce modèle architectural inédit. Plusieurs exemples de chevets tri-absidés d’églises du pourtour méditerranéen oriental ont été examinés, reprenant la question de l’origine de ce type de chevet. Cette interrogation n’est pas nouvelle, elle a déjà été abordée plusieurs fois à propos des nombreux chevets à triple abside de Chypre. La découverte de nouvelles églises syriennes présentant une telle architecture relance ainsi le questionnement non éclairci de son origine. La problématique du chevet à trois absides saillantes est présentée ici sous forme d’un dossier dédié précisément aux chevets des églises reflétant tout ou partie des traits du célèbre martyrium, afin d’en cerner, outre les origines, les formes, le développement et l’étendue géographique.

  • 1 Biscop & Sodini 1984.

2Ce modèle, dans son aspect achevé à trois absides saillantes et colonnes adossées, apparaît pour la première fois à Qalʿat Semʿan 1 (470-490). Le complexe de pèlerinage établi sur le dernier lieu d’ascèse de Syméon, reflétant une architecture et un décor de grande envergure, se compose d’un martyrium cruciforme autour de la colonne sur laquelle le saint avait vécu. Quatre salles basilicales à trois nefs forment les branches de la croix, disposées autour d’une pièce octogonale où se trouve la colonne. La branche orientale naturellement dédiée au culte est dotée d’un chevet à trois absides saillantes, richement décoré, les trois autres basiliques servant surtout aux déambulations des pèlerins.

3Plus tard en Syrie, plusieurs églises furent également dotées de chevets rappelant par leur conception et leur décor le chevet de la basilique est du martyrium de Saint-Syméon. En effet, le Stylite a marqué un chapitre important de l’histoire du monachisme, et le monument érigé à sa mémoire a grandement influencé l’architecture ecclésiale dans les régions voisines et au-delà.

Dans les jebels proches, la première basilique et la plus connue est Qalblosé, dont seule l’abside centrale, dotée de colonnes adossées, est saillante. Les églises de Bankusa et d’Arsin offrent une disposition semblable avec une nouvelle variante : l’abside saillante est repoussée dans l’alignement des deux sacristies, présentant à l’extérieur la vision de l’arrondi avec des colonnes adossées. Plusieurs versions sont issues du modèle d’origine et confirment l’influence de l’architecture du martyrium. Ces exemples semblent s’étendre vers le sud-ouest dans les jebels Baricha, el-Aʾla, el-Wastani et à Ras Shamra avec l’église inédite de Bahr el-Midan.

4À Chypre, le chevet à trois absides saillantes, sans décor sculpté, apparaît tôt et se répand en grand nombre. Une importante question à laquelle ce cahier tente de répondre concerne les églises chypriotes et le rôle de leurs chevets dans l’apparition et le développement du modèle précité.

En effet, la grande île possède plusieurs églises à trois absides saillantes ouvertes sur les nefs, mais dont les dates de construction sont incertaines, les nombreuses vicissitudes qu’elle a subies n’ayant pas permis de terminer certaines fouilles. Une des plus anciennes églises, Saint-Épiphane de Salamine (fin ive-début ve siècle) est la seule, à cette époque, à présenter une abside saillante flanquée de deux absides latérales qui sont dissimulées derrière un mur droit. En raison de l’autorité théologique et ecclésiastique de son constructeur, l’évêque Épiphane, cette église inspirée de certains monuments sacrés contemporains de Jérusalem pourrait avoir servi de prototype aux futures basiliques à trois absides saillantes de l’île qui, aux ve et vie siècles, présentent dans leurs chevets des caractéristiques très marquées et originales, qu’ils soient semi-circulaires ou à plusieurs pans. À Soloi, les deux églises sont superposées ; la forme du chevet de la basilique A (avant la mi-ive s.) n’est plus visible alors que celui de la basilique B (ve ou vie s. selon les auteurs) comprend trois absides semi circulaires. L’église de la Campanopétra à Salamine / Constantia, à trois absides semi-circulaires saillantes, quant à elle, date dans son premier état de la fin du ve siècle.

Chypre, prenant son inspiration dans la ville sainte serait-elle à l’origine de cette disposition architecturale, qui serait passée ensuite sur la côte syrienne distante d’une centaine de kilomètres ? Ou encore pourrait-on penser à un développement concomitant à Saint-Syméon et à Chypre, avec influences mutuelles ? En effet, la forme à absides saillantes du chevet oriental du martyrium de Saint-Syméon, fruit de l’évergétisme impérial, a pu être influencée par celle de la Campanopétra à Chypre qui lui est contemporaine. 

5En Syrie, Qalʿat Semʿan est le premier chevet à trois absides saillantes attesté en date. Son influence locale immédiate est traçable, mais sa relation avec la basilique Saint-Épiphane à Salamine / Constantia à Chypre (fin ive / début ve s.), qui précède Saint-Syméon, pose la question de son origine. Ce chevet de Chypre serait-il le prototype du modèle, sachant qu’à Chypre même apparaissent d’autres aspects architecturaux intéressants, comme les nefs et colonnes multiples ? On s’interroge ainsi sur la date et les lieux où le chevet saillant tri-absidé a pu prendre naissance, indépendamment du sens qu’on lui attribue et des influences, ou de l’écho reçu dans l’architecture de Chypre et de la côte syrienne. Y aurait-il eu une inspiration et un modèle original qui daterait de Constantin et de Théodose et qui viendrait de Terre sainte même ?

Les colonnes adossées de l’abside saillante de Saint-Syméon, qui est le plus ancien monument décoré de cette manière, trouvent très probablement leur origine dans le décor de la rotonde du Saint-Sépulcre. Cette même inspiration paraît s’être répandue également en Égypte à Saint-Ménas et en mer Égée. L'architecture et le chevet de Qalʿat Semʿan connaissent une grande diffusion dans les régions de Cilicie et ailleurs en tant que modèle où la valeur symbolique des colonnes, quand elles sont présentes, ne saurait être reniée.

6Ce dossier essaie aussi de retrouver ces trois absides en Palestine et en Jordanie et le lien qu’elles entretiennent avec le pèlerinage.

En Jordanie, les trois absides saillantes sont peu répandues : on compte deux édifices en Décapole, à Abila (église A) et Pella (église ouest), monuments datables de la fin du ve ou du début du vie siècle. En revanche, on constate que les chevets tri-absidaux fermés par un mur est, ouvrant sur les nefs et appartenant à des églises dotées de baptistères ou de cuves baptismales disposées dans les nefs latérales, sont attestés notamment dans les parties nord et centrale du pays. On peut citer les églises de Jérash et de Pella, celles des bourgades de Rihab et d’Umm er-Rasas, ainsi qu’à Madaba et Béthanie aux sources du Jourdain, dans le voisinage des hauts lieux du pèlerinage sur les routes de Jérusalem et Bethléem. Ce même modèle à trois absides inscrites se retrouve en Palestine III (Néguev), à Shivta, Sobota, Elusa Est et Avdat, où cependant les absides latérales pourraient bien souvent résulter d’un remaniement à placer au début du vie siècle. On remarquera également que certaines des églises théodosiennes de Jérusalem, comme Gethsémani et la Sainte-Sion, paraissent avoir présenté des chevets à trois absides, et peut-être avoir servi de modèle à la basilique d’Épiphane à Salamine / Constantia à Chypre.

7Concernant l’abside saillante, qui apparaît dans les chevets des églises de la région, ne faudrait-il pas rechercher l’origine de cette innovation architecturale entre Antioche et Byzance, en se référant aux églises d’Épidaure, de Thessalonique ou de Mériamlik ou même, et pourquoi pas, à l’église Saint-Jean d’Éphèse ? Et ne devrait-on pas penser aux autres éléments d’architecture et de décors communs qui apparaissent dans toute cette aire géographique ? Ne nous ramènent-ils pas à la question d’une large diffusion, ou des échanges de motifs dans l’ensemble de la Méditerranée orientale protobyzantine qui commencerait avec Saint-Ménas ?

*

8L’ensemble des églises abordées dans ce dossier (toutes érigées à l’époque paléochrétienne, entre le ive et le viie siècle) sont situées au Proche-Orient, sur les pourtours orientaux de la Méditerranée ; elles occupent des zones appartenant à des découpages administratifs et religieux différents qui ont connu des variations au cours du temps. Ces églises diffèrent à la fois par les matériaux locaux existant sur place avant leur construction, comme par les études et recherches qui en ont été faites. Cela amène à une diversité d’aspect des articles qui les concernent dont, cependant, le fil conducteur reste l’influence ou la parenté entre ces églises et le chevet à trois absides saillantes du grand sanctuaire de Saint-Syméon (appelé également par son nom local : Qalʿat Semʿan, ou « château de Syméon ») en Syrie du Nord.

9Les quatre premiers exemples du dossier se réfèrent à la Syrie.

Les trois premières participations sont chacune dédiée à une église inédite, qui reflète des liens particuliers avec le chevet de Qalʿat Semʿan : Bahr el-Midan, ʿAin Salem et el-Maqateʾ.

  • 2 Donceel-Voûte 1988 ; Gaborit & Thébault 2013.
  • 3 Khoury 2005.

La synthèse qui suit sur le Massif calcaire de Syrie du Nord s’intéresse aux églises conservées sur place, dont le chevet, préservé en élévation et documenté par des photographies ou des dessins, montre divers degrés de parenté avec le chevet du grand martyrium. D’autres églises, des provinces syriennes de l’Est, notamment en Osroène et Euphratésie, ont été pour partie dégagées, mais leurs vestiges sont limités au niveau des fondations. Ces monuments n’ont pas bénéficié de publications assez complètes pour attester avec certitude un lien plus ou moins direct entre l’architecture et le décor de leur chevet et l’usage des absides et des décors de Saint-Syméon 2. Au sud de la Syrie centrale, les basiliques conservées se raréfient à partir de Homs, à l’exception de certains cas, comme Hawarine 3, dans le Hauran. Dans cette région, les églises sont peu nombreuses et abandonnent le plan basilical pour privilégier le plan central qui eut un grand succès.

10Le Liban présente également différents modèles d’églises. Celles-ci, souvent de type basilical, varient dans le temps mais aussi dans leur forme et en fonction de leur lieu de construction, au piémont ou en bordure de mer. Le texte qui leur est dédié rassemble les modèles connus dont les chevets sont en rapport avec celui de Saint-Syméon.

11Les églises de Palestine revêtent une importance particulière puisque cette région, et plus spécialement Jérusalem, est peut-être à l’origine de l’inspiration du modèle à trois absides, bien que les vestiges dont il est question aient en grande partie disparu. Ces églises sont exposées en détail avec leur datation aussi précise que possible. Dans ce même article, les églises de la Jordanie actuelle, voisines des lieux saints, adoptent fréquemment de très nombreuses variantes de chevets à trois absides ; elles sont vouées au pèlerinage, et leurs absides peuvent refléter l’usage des trois absides dans le grand sanctuaire de Qalʿat Semʿan. Un corpus des églises d’Arabie et de Palestine est annexé à cette communication, afin de couvrir le phénomène des trois absides et les différentes tendances et variations rencontrées.

12Les églises chypriotes ont également une valeur spéciale, étant probablement les premières à construire des chevets à trois absides, entrainant ainsi une question fondamentale à propos de l’acheminement du modèle d’origine. L’article les concernant présente les différentes options, parmi lesquelles l’éventuel rôle du clergé dans la mise en place des grands sanctuaires de pèlerinage. Le fait que les trois absides soient devenues à Chypre le modèle marquant de l’île a conduit à proposer un corpus détaillé, afin de rendre compte des variantes rencontrées et de leurs éventuelles modifications, développement et datation.

Haut de page

Bibliographie

Biscop (J.-L.) & Sodini (J.-P.)
1984 « Qalʿat Semʿan et les chevets à colonnes de Syrie du Nord », Syria 61, p. 267-330.

Donceel-Voûte (P.)
1988 Les pavements des églises anciennes de la Syrie et du Liban. Décor, archéologie et liturgie, Louvain la Neuve.

Gaborit (J.) & Thébault (G.)
2013 « L’église Mar-Yaʿqub de Nisibe », F. Briquel Chatonnet (éd.), Les églises en monde syriaque (Études syriaques 10), Paris, p. 289-330.

Khoury (W.)
2005 « Hawarine, premiers résultats, campagnes de 2003-2004 », F. Baratte, V. Déroche, C. Jolivet-Levy & B. Pitarakis (éd.), Mélanges Jean-Pierre Sodini (Travaux et Mémoires 15), Paris, p. 299-301.

Haut de page

Notes

1 Biscop & Sodini 1984.

2 Donceel-Voûte 1988 ; Gaborit & Thébault 2013.

3 Khoury 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Widad Khoury et Marie-Christine Comte, « Introduction »Syria, 96 | 2019, 13-16.

Référence électronique

Widad Khoury et Marie-Christine Comte, « Introduction »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/9633 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.9633

Haut de page

Auteurs

Widad Khoury

Orient et Méditerranée (UMR 8167), CNRS, Paris - Directrice scientifique de missions archéologiques, DGAM, Damas

Articles du même auteur

Marie-Christine Comte

Chercheure associée, ArScAn (UMR 7041), CNRS, Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search