Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Églises paléo-chrétiennes à absid...L’église de Bahr el-MidanRésultat...

Églises paléo-chrétiennes à absides saillantes au Levant

L’église de Bahr el-Midan
Résultats des campagnes de fouilles du service des Antiquités de Lattaquié (2010 à 2016)

Mohamad Redwan et (collab.) Zeinab Ahmad
p. 17-36

Résumés

Des travaux entrepris sur le chantier de Bahr el-Midan, situé à 12 km au nord de Lattaquié, ont permis de découvrir une église à trois absides saillantes. Ils ont révélé le plan de ce monument inédit, les vestiges de ses annexes ainsi qu’une nécropole. Les différents matériaux et objets découverts lors des dégagements indiquent une occupation du site du vie au xie s. Le chevet de cette basilique et celui de l’église est de Kafr ʿAqab constituent les plus proches parallèles connus à celui de Qalʿat Semʿan, et sont susceptibles d’aider à mieux comprendre la diffusion de ce modèle tri-absidal.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article traduit de l’arabe par Widad Khoury.
La rédaction de Syria remercie Olivier Callot pour son aide dans la révision des données numismatiques de l’article.

Texte intégral

Situation géographique et aperçu historique

1La côte levantine est divisée en deux sections très contrastées. Au nord, entre Alexandrette et Lattaquié, elle est particulièrement découpée et rocheuse, en bordure des massifs de l’Amanus et du jebel Aqra, le mont Cassius des Anciens, qui plongent brutalement dans la Méditerranée. Au sud de Lattaquié, la zone la plus découpée est comprise entre les caps de Lattaquié et de Ras el-Bassit, entre lesquels se distingue la langue rocheuse de Ras Ibn Hani (fig. 1 et 2).

Figure 1.

Figure 1.

Plan de la côte syrienne entre Lattaquié et Ras el-Bassit

(d’après Gatier 2008, p. 270)

Figure 2.

Figure 2.

Golfe d’el-Qabban abritant les sites de Ras Ibn Hani et de Bahr el-Midan

(image Bing © Microsoft)

  • 1 Lagarce et al. 1975.

2Cette portion de côte, située à environ neuf kilomètres au nord de Lattaquié, comprend une zone archéologique étendue à l’ensemble de la crête. Les vestiges, dont Ras Ibn Hani 1, remontent aux IIe et Ier millénaires av. J.-C. Des restes d’occupations essentiellement hellénistiques ont également été localisés à l’endroit appelé el-Qabban. À environ 500 m de ce dernier site, l’agglomération des époques romaine, byzantine et médiévale occupe l’angle nord-est de la baie de Ein el-Helweh, dont l’extrémité nord se situe à la hauteur de Minet el-Beida.

  • 2 Gatier 2008 se réfère à la géographie du Stadiasme ou Périple de la grande mer, un texte complexe (...)
  • 3 Dussaud 1927, p. 415-423 et 447.

3L’ère gréco-romaine, suivie de l’époque byzantine, confère à la région un nouvel horizon géographique accompagné de profondes mutations politiques et démographiques. Antioche est désormais la grande cité orientale de l’empire, autour de laquelle gravitent de nouvelles cités essentiellement établies sur le littoral. Dans une étude relative aux sites de cette région, Pierre-Louis Gatier décrit l’importante cité de Laodicée et la Syrie intérieure avant de présenter les localités côtières 2. Il s’intéresse plus particulièrement à Héraclée, à la suite de René Dussaud. Ce dernier plaçait à juste titre le site de Leukos Limen à Minet el-Beida et celui de Pasieria à Bordj es-Sleib, et retenait l’identification de la ville hellénistique dont les vestiges ont été découverts à Ras Ibn Hani avec Héraclée-sur-Mer 3. Cette petite cité hellénistique a progressivement été absorbée par Laodicée.

Recherches archéologiques

  • 4 Lagarce et al. 1975.

4Les travaux à Ras Ibn Hani, entrepris en 1975 dans le cadre d’une mission archéologique syro-française, ont abouti à d’importants résultats concernant les différentes phases d’occupation du site. Les rapports de fouilles relatifs à l’époque classique font état d’une banlieue sur le littoral plutôt que d’un centre-ville 4.

  • 5 La mission archéologique syrienne de la direction des Antiquités de Lattaquié, dirigée par Mohamad (...)
  • 6 L’inscription inédite a été lue et traduite oralement par Julien Aliquot lors d’une rencontre pers (...)

5En 2010, une mission archéologique syrienne 5 a entamé des fouilles dans le golfe d’el-Qabban, connu localement sous le nom de Bahr el-Midan. De nouveaux résultats sont apparus lors du dégagement de vestiges des époques hellénistique, romaine et médiévale, dont un fragment de colonnette de 13 cm de haut et de 10-11 cm de diamètre, en pierre sablonneuse dure, portant une dédicace au « Dieu le plus haut » et remontant au iie s. av. J.-C 6.

  • 7 L’église, découverte à Bahr el-Midan de façon fortuite lors de la mise en place du chantier de con (...)

6Les travaux ont également mis au jour un ensemble de ruines datant du vie au xiiie s., parmi lesquelles, sur le chantier d’al-Dyar al-Qatariyyé 7, une basilique à trois nefs dotée d’un chevet à trois absides saillantes (fig. 3).

Figure 3.

Figure 3.

Plan du site archéologique autour de l’église

(mission Bahr el-Midan, direction des Antiquités, Lattaquié, DGAMS)

Plan de l’église

  • 8 La prospérité de l’époque protobyzantine est remise en question par les tremblements de terre, les (...)
  • 9 La direction des Antiquités a décidé de dégager l’ensemble de l’église au cours d’une fouille de s (...)

7Le monument occupe la partie nord-est d’une éminence rocheuse. Seuls les fondations et quelques blocs des premières assises de l’église sont conservés en certains endroits (fig. 4). Les murs, construits en blocs de plusieurs modules distincts, se sont certainement effondrés lors des catastrophes qui se sont succédé à partir du vie s. De nombreux éléments d’architecture ont fait l’objet de remplois dans des constructions tardives 8. Une restitution du plan de l’édifice peut néanmoins être proposée à partir des relevés effectués par notre équipe (fig. 5 et 69.

Figure 4.

Figure 4.

Vue des fondations de l’abside centrale, sous les murs postérieurs déchaussés

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 5.

Figure 5.

Relevé pierre à pierre de l’église

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 6.

Figure 6.

Plan restitué de l’église

(dessin D. Sheikh Sleiman)

8L’église, de 27 m de long sur 16,5 m de large, présente trois parties distinctes : un sanctuaire orienté, une salle à trois nefs et un vaste narthex occidental.

9Le sanctuaire tripartite (fig. 7 et 8), surélevé, est accessible par deux marches et présente un chevet à trois absides saillantes, alignées à l’intérieur. Le chevet, qui a été en grande partie dévasté avant d’être presque totalement remanié, conserve les fondations de l’abside centrale d’origine (fig. 4), avec par endroits une ou deux assises demeurant en place, dont celles des deux contreforts qui la soutenaient. Les restes du contrefort sud sont encore visibles, tandis que ceux du contrefort nord sont pris dans le mur-berme principal du chantier.

Figure 7.

Figure 7.

Vue du sanctuaire après dégagement

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 8.

Figure 8.

Le sanctuaire. Détail du relevé pierre à pierre de l’église

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • 10 Elles peuvent être dues aux modifications subies lors de son occupation et des destructions et pil (...)

10L’abside centrale, qui mesure environ 7 m de diamètre, est ouverte sur le chœur. Les absidioles latérales, d’environ 2,50 m de diamètre chacune, présentent de légères dissymétries 10 et ouvrent sur les espaces des deux sacristies flanquant le chœur (fig. 5 et 6).

  • 11 Khoury 2005, p. 258, pl. 7.

11Deux états se distinguent dans ces espaces. Dans un premier état, ils constituent une avancée vers l’ouest d’environ 1,30 m devant les trois absides. Dans un second état, ces sacristies latérales à abside semblent aménagées en chapelles indépendantes, communiquant chacune par une porte latérale avec le chœur. Un tel aménagement est également attesté au milieu du vie s. dans plusieurs autres églises, comme l’église sud de Banassara 11.

12Les murs des absides étaient constitués d’un double parement. Le parement extérieur de l’abside centrale avait adopté une forme polygonale à trois pans : au nord, on peut voir deux assises encore in situ, au départ du pan nord-est ; les deux autres pans sont indiqués par la taille en biseau du contrefort sud, qui devait s’adapter à la jonction entre les pans central et sud. Un bouchage ou un vide partiel devait remplir l’espace entre les parements extérieur et intérieur.

13Le sol de l’abside ne conservait pas de trace d’autel ou de ciborium. La présence d’un chancel composé de quatre panneaux alternant avec des piliers est par contre bien attestée par les vestiges in situ des stylobates d’origine, sur lesquels ils reposaient ; seuls deux piliers ont été localisés à proximité de l’abside au niveau de la nef centrale (fig. 9).

Figure 9.

Figure 9.

Le stylobate du chancel, sous des niveaux tardifs

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • 12 L’absence de traces sûres montrant la forme des jonctions entre les absides principale et latérale (...)

14Par ailleurs, le sol de l’édifice a révélé plus d’une phase d’occupation, comme le montre la présence d’un pavement de mosaïque découvert près de l’angle sud-ouest du chancel, sous une couche de pierre et de chaux probablement ajoutée lors de travaux postérieurs survenus dans cette partie de l’église 12.

15Les sacristies latérales sont presque identiques. Celle du sud (3,5 × 4 m), accessible par l’abside principale et probablement par la nef sud (L. 4,05 m), présente à l’est une absidiole de 2,45 m de profondeur, surélevée d’une marche. Devant, une mosaïque couvrant toute la largeur de l’espace s’étend encore sur 1,65 m de long (voir infra) ; le reste de cette mosaïque a apparemment été détruit et remplacé par un pavement en petits blocs de pierre lors des remaniements intervenus dans l’ensemble du chevet. Le sol de la sacristie sud est alors rehaussé et des marches en pierre semblent avoir été ajoutées pour atteindre les espaces voisins (fig. 10).

Figure 10.

Figure 10.

Intérieur de la sacristie sud. Au premier plan, de nombreux remplois tardifs

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

16La sacristie nord (L. 3,8 m), également accessible par le chœur, se termine par une absidiole surélevée d’une marche, qui présente une profondeur de 2,55 m (fig. 11a à c). Ses vestiges n’indiquent pas l’existence d’un deuxième état mais, dans son angle sud-est, se trouvent des restes de pavement dont le niveau est semblable à celui de la sacristie sud. Les relevés suggèrent l’emplacement d’une porte dans le mur nord, destinée à desservir diverses salles annexes. L’état des vestiges ne permet cependant pas d’identifier de manière définitive le mode de communication entre les annexes et les nefs latérales correspondantes.

Figure 11a.

Figure 11a.

Connexion de l’abside centrale avec l’absidiole de la sacristie nord et bases des contreforts

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 11b.

Figure 11b.

Plan de la sacristie nord et de la première salle annexe mosaïquée au nord

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 11c.

Figure 11c.

Absidiole de la sacristie nord et bases de deux contreforts

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

17La salle (environ 22,5 × 16,5 m) est divisée en trois nefs par deux rangées de quatre colonnes (bases de 0,40 m de diamètre, entrecolonnements de 2 m) dont le tracé est reconnaissable avec certitude, puisqu’il a servi de base et d’alignement aux structures plus tardives. Deux bases de colonnes ont été retrouvées in situ ; des tronçons de colonnes et des éléments des deux colonnades ont été remployés dans les constructions tardives autour du monument.

18Les couches supérieures, correspondant aux derniers niveaux d’occupation de la nef, qui semblent remonter à l’époque abbasside d’après le matériel archéologique qui y a été trouvé, ont limité l’emprise des premiers dégagements, qui se sont concentrés sur le chevet tri-absidal. Cette partie présentait un intérêt majeur dans la courte échéance imposée par le projet commercial prévu à l’époque, avant l’acquisition du terrain par le service des Antiquités de Lattaquié.

19Seul le pourtour de l’ensemble a été localisé, et le côté nord – occupant la partie supérieure de la pente, moins riche en vestiges – a pu être partiellement dégagé pour faciliter les travaux ; ainsi les emplacements de trois portes dans la façade nord ont été bien identifiés, alors que les accès de la façade méridionale n’ont pas pu être localisés.

20Le narthex, divisé en trois parties, comprend un vestibule central légèrement décalé vers le nord par rapport à l’axe de la nef centrale. Ses façades est et ouest sont percées de portes axiales. Il était flanqué de deux salles. Celle du sud communiquait à la fois avec le vestibule et avec la nef méridionale (L. 4,10 m). Celle du nord (L. 3,45 m), séparée du vestibule central, possédait deux ouvertures : l’une à l’est, du côté de la nef nord, l’autre à l’ouest, vers l’extérieur (fig. 12).

Figure 12.

Figure 12.

Relevé du narthex avant les travaux archéologiques

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • 13 Khoury 1996, p. 161-163.
  • 14 Donceel-Vôute 1988, p. 372-392, en particulier les figures 369 et 370.

21Une telle disposition du narthex, qui semble se confirmer au cours des travaux, pourrait s’expliquer par une organisation de la circulation des fidèles venant de l’extérieur et allant visiter le martyrium au nord. Des exemples de portes séparées donnant accès au martyrium sont attestés dans plusieurs églises, comme celle de Fassouq dans le jebel Wastani 13. On pense aussi à l’église de Khan Khaldé au Liban 14, où des portes séparées en façade ouest, conservées dans les deux niveaux inférieur et supérieur, assuraient vraisemblablement des passages de circulation pour les fidèles vers les annexes sud et nord de l’église.

  • 15 Sodini 2006, p. 229-266.

22La séparation peut aussi s’expliquer par la volonté d’avoir deux entrées différentes pour les hommes et pour les femmes par ce narthex, qui semble être l’accès principal de l’église. Cet usage est commun à la majorité des églises de la partie nord du Massif calcaire où des accès séparés pour les deux sexes sont reconnaissables aux décors différents des portes des façades sud 15.

Sols et pavements

23Plusieurs occupations du vie au xie s. sont attestées à la fois sur le sol du bâtiment et par les nombreux remplois dans certains murs. Cependant, à part le plan principal, des relevés séparés n’ont pu être effectués, étant donné la complexité des lieux et le mauvais état de conservation des murs.

24Le pavement original est entièrement détruit, mais le grand nombre de tesselles de calcaire coloré prises dans les fondations en pierre et en chaux indiquent que le sol était entièrement recouvert de mosaïques. Seul le chœur conserve deux témoignages de ce décor : le premier dans la sacristie sud et le second dans l’angle sud-ouest de l’abside principale.

25Le premier (fig. 13a à c) est une partie du tapis qui couvrait le sol de la sacristie sur toute sa largeur. Il s’étend sur 1,65 m, avant d’être recouvert par un pavement en pierre. On y observe une partie de la bordure formée d’une ligne d’hexagones tangents animés par des motifs multiples : carrés de couleur brique et jaunes au centre et motifs de quatre fleurons correspondant aux quatre côtés du carré central. Cette bordure est séparée du tableau central par une deuxième bordure formée d’un bandeau de tesselles claires délimité par deux lignes de tesselles bleu-gris.

Figure 13a.

Figure 13a.

Mosaïque de la sacristie sud, vue depuis le nord

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 13b

Figure 13b

Relevé de la mosaïque de la sacristie sud

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 13c.

Figure 13c.

Détail du pavement mosaïqué au centre de la sacristie sud

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

26Le tableau central présente un treillis de carrés sur la pointe en tesselles bleu-gris. Ces rangées de losanges contiennent par alternance un motif central à quatre fleurons et des motifs de carrés avec, au centre, cinq tesselles en croix.

27Le second exemple (fig. 14) occupe un espace rectangulaire (1,50 × 1,20 m) dans l’angle sud-ouest de l’abside centrale. Il est entouré d’une double bordure qui apparaît à l’angle. La bordure extérieure présente un motif d’entrelacs de courbes bleues, brique et blanches. La seconde est un simple bandeau de tesselles claires délimité par deux lignes de tesselles bleu-gris. L’espace central est recouvert d’un motif répété de bouton de fleur couleur brique s’ouvrant dans une branche en Y, dont les tesselles bleu-gris se détachent du fond en forme d’écailles de couleur claire.

Figure 14.

Figure 14.

Détail du sol mosaïqué dans l’angle sud-ouest de l’abside centrale

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • 16 Beaudry 2012, p. 669-678.
  • 17 Chok 2016, p. 1591-1606.
  • 18 Donceel-Voûte 1988, p. 338-344.
  • 19 Donceel-Voûte 1988, p. 372-392.
  • 20 Donceel-Voûte 1988, p. 354-359.

28Ces motifs géométriques simples, non surchargés, se retrouvent dans d’autres églises des côtes syrienne et libanaise voisines, datées de la deuxième moitié du vie s., comme Ras el-Bassit 16, ʿAin Salem devant l’annexe sud et Tartous 17 en Syrie, Beit Méry, Khan Khaldé (église supérieure 18 et église inférieure 19) et Jiyeh 20 au Liban.

Autour de l’église

29L’église représente une partie d’un complexe que le peu de vestiges préservés ne permet pas d’identifier. Outre la tour et la nécropole séparées de l’église, on peut observer la présence d’autres annexes qui y sont accolées, notamment celles flanquant le chevet au niveau des deux sacristies au sud et au nord. Ces dernières étaient chacune dotées d’une porte percée probablement dans un deuxième temps, qui permettait de communiquer avec l’annexe jointive.

30La porte percée dans la paroi sud de la sacristie sud donnait accès à plusieurs petits espaces successifs, surélevés par rapport à la nef de l’église par un dallage, et dont l’espace central comprenait un four dans son angle sud-ouest. On ne peut pas encore dater ces aménagements avec précision, mais ils semblent appartenir à une phase tardive de l’occupation, à partir du viie s. (fig. 15a et b).

Figure 15a.

Figure 15a.

La sacristie sud et ses annexes

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 15b.

Figure 15b.

La sacristie sud et ses annexes

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • 21 Il est probable que le fragment de sarcophage trouvé dans le voisinage proche, au nord de l’église (...)

31Du côté de la sacristie nord, une porte dans son mur nord donne accès à un petit vestibule dallé, dont la porte occidentale est flanquée de deux colonnes dont les bases sont encore en place. Ce petit vestibule ouvre à l’est sur un espace rectangulaire, au sol fort détruit, couvert des restes d’un pavement mosaïqué dont les motifs sont identifiables. On y reconnaît, à l’intérieur d’une double bordure à motifs géométriques, un motif principal représentant des cercles avec une croix centrale composée de quatre fleurons, et un motif de carré avec un dessin géométrique (fig. 16a et b). Un deuxième accès mène vers d’autres annexes, dont une à abside qui pourrait avoir un usage liturgique, bien que les aménagements sur place n’en donnent aucune indication précise 21.

Figure 16 a.

Figure 16 a.

Vestiges du pavement de l’annexe accolée à la sacristie nord

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 16 b.

Figure 16 b.

Détail du motif de cercle avec croix de l’annexe nord

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • 22 Donceel-Voûte 1988.
  • 23 Butler 1929, p. 119. 3 et Tchalenko & Baccache 1979, p. 32.

32L’existence d’un narthex à l’ouest n’est pas très courante parmi les églises paléochrétiennes de Syrie du Nord. Toutefois, sa présence est attestée dans certaines églises comme à Deir Sleib 22. À Bahr el-Midan, le narthex ouvrait sur une cour qui devait être bordée de portiques 23 et dont le sol conserve un pavement de briques de chaque côté de la porte. Devant celle-ci, le sol était pavé de dalles de pierre sur environ 8 m de long, formant un passage en pierre qui partait de l’entrée occidentale pour se terminer devant des fondations en pierre. Ces dernières délimitent un espace carré, dans l’axe de la cour, et pourraient correspondre aux bases d’une tour d’ermite local (fig. 17).

Figure 17.

Figure 17.

Vue générale des fouilles de l’église depuis l’ouest, avec les bases de la tour au premier plan

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

33Aucun indice en dehors des éléments précédents ne permet d’attribuer à ces diverses annexes une fonction plutôt qu’une autre. Les usages attestés dans les autres monuments connus proposent un large éventail de fonctions : édifices liturgiques de base (martyrium et baptistère), hébergements pour tous les groupes qui fréquentaient les lieux – prêtres, serviteurs, hôtes et pèlerins –, résidence de l’évêque et d’autres religieux, emplacements nécessaires pour la gestion du complexe (cellier, thermes, etc.).

  • 24 Lassus 1947 et Mango 1972.

34À l’écart, à 20 mètres au sud-est de l’église, se trouve un cimetière qui lui semble associé et qui devait accueillir les sépultures des prêtres et autres serviteurs (fig. 18a et b24.

Figure 18a.

Figure 18a.

Plan des tombeaux alignés à l’intérieur de l’enceinte

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 18b.

Figure 18b.

Vue d’ensemble de la nécropole

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • 25 Presque tous les tombeaux remployés ou pillés contenaient des ossements déplacés et mélangés avant (...)

35La nécropole se compose de neuf tombeaux (2,10 m × 1,90 m) disposés par rangées de trois à l’intérieur d’un enclos de 9 m de long par 5 m de large. Ceux-ci sont entièrement construits en pierres sablonneuses de taille moyenne et chacun était recouvert de quatre grandes dalles transversales de 0,85 m de long. Les sols de ces tombes étaient tapissés d’un niveau de tuiles de terre cuite posées à l’envers (fig. 18c et d25.

Figure 18c.

Figure 18c.

Couverture d’une tombe préservée in situ avec quatre grandes dalles de pierre

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 18d.

Figure 18d.

Vue après fouille de l’une des tombes

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

36Les tombes semblent avoir été remployées jusqu’à l’époque médiévale. La mission y a découvert les restes de nombreux squelettes et de mobilier funéraire tels que des lampes en céramique, des cruches et une bague (fig. 18e).

Figure 18e.

Figure 18e.

Lampe à côté d’un crâne à l’intérieur d’une tombe

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Éléments architecturaux en marbre et en calcaire

  • 26 Outre les montants de chancel et le linteau, il est difficile de localiser la provenance de chacun (...)

37Plusieurs éléments en marbre ont été découverts dans le cadre des dégagements et semblent provenir des bâtiments de l’église et de ses annexes 26.

38Un pilier de chancel (1,10 × 0,16 × 0,20 m) présente un décor de rainures étroites le long de trois de ses faces et se termine par un acrotère en forme de dôme dont ne subsistent que la base circulaire et un tore (fig. 19a). Un deuxième fragment de pilier (0,90 × 0,18 × 0,18 m), érodé comme le précédent, provient du même chancel (fig. 19b).

Figure 19a.

Figure 19a.

Pilier de chancel, face latérale avec entaille servant à la fixation du panneau

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 19b.

Figure 19b.

Pilier de chancel II à rainures larges trouvé dans l’abside

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

39À ce même groupe d’éléments, on peut ajouter une colonnette à rainures de 0,20 m de diamètre, dotée de moulures à la base et à l’extrémité (fig. 20).

Figure 20.

Figure 20.

Colonnette à rainures découverte dans l’église

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

40Une base de colonne circulaire, semblable à celles trouvées à l’intérieur de l’église, est dotée d’une riche moulure et présente trois trous de goujon (fig. 21).

Figure 21.

Figure 21.

Base de colonne de l’église

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • 27 Beaudry & Perreault 2003.

41Un linteau de porte gisait près de l’église (fig. 22). Il présente en son centre un motif de croix (du type croix de Malte) inscrite dans un cercle. Ce type de décor est bien attesté au ve et au vie s. dans l’église du site voisin de Ras el-Bassit 27 et dans des sites de Syrie centrale comme Andarin et Qasr Ibn Wardan.

Figure 22.

Figure 22.

Linteau de porte avec motif de croix

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

42Le grand fragment de couvercle à acrotères d’un sarcophage de marbre pourrait provenir du martyrium, dans l’une des annexes nord (fig. 23). De nombreux autres fragments d’éléments en marbre ont également été repérés aux alentours de l’église.

Figure 23.

Figure 23.

Fragment d’un couvercle de sarcophage

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • 28 Il est difficile de suggérer une date, même tardive, à laquelle ces ouvertures auraient été percée (...)

43On signale également une vasque semi-circulaire de 0,66 m de diamètre à l’intérieur, taillée en saillie dans un bloc de marbre de 0,90 × 0,78 × 0,45 m (fig. 24). L’usage de cet objet, qui se trouvait parmi d’autres éléments provenant de l’église, ne peut être défini avec certitude. La taille du bloc indique qu’il était fixé en saillie ou en porte-à-faux dans un mur, ce qui écarte son utilisation dans des fonts baptismaux. Ses grandes dimensions dépassent celles d’un reliquaire, comme aurait pu le suggérer la présence de cinq petites ouvertures percées dans l’arrondi 28. Par ailleurs cette forme ne correspond pas aux formes familières des reliquaires. Cet objet particulier pourrait évoquer la fontaine-bénitier de Sainte-Thècle à Maʾaloula, où une cuve, un peu plus récente que notre objet, distribue encore aujourd’hui l’eau bénite aux pèlerins.

Figure 24a.

Figure 24a.

Vasque semi-circulaire

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 24b.

Figure 24b.

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Figure 24c.

Figure 24c.

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Culture matérielle

44Les fouilles d’urgence ayant été menées sur un chantier en construction, les différents objets mis au jour ne proviennent pas d’une recherche stratigraphique.

Céramiques

45De nombreux fragments de sigillée d’Antioche ont été repérés, dont l’un porte une croix croisetée estampée sur fond rouge (vie s. ; fig. 25). Des similitudes existent avec le matériel découvert à Ibn Hani et ils peuvent aussi être comparés avec les trouvailles de ʿAin Salem.

Figure 25.

Figure 25.

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Lampes du viie-ixe s.

46Une lampe à huile moulée noire datant de la période byzantine (viie s.) a été retrouvée à l’intérieur de l’une des tombes (fig. 26-1). Plusieurs lampes à huile en céramique moulée, remontant à la période abbasside (viie-ixe s.), proviennent quant à elles de différents secteurs de la fouille (fig. 26-3 à 8).

Figure 26.

Figure 26.

Lampes à huile moulées

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Ustensiles de l’époque abbasside

  • 29 Badawi 2010.

47Une petite amphore et une cruche sont également à dater des viie-ixe s. (fig. 27). Des objets similaires ont été retrouvés dans la tombe al-Thawra à Gabala 29 et à Ibn Hani.

Figure 27.

Figure 27.

Amphore et cruche

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Métaux et pierres

48Des outils et objets en bronze des viie-ixe s., tels que des aiguilles, des épingles et un anneau/bracelet (?) trouvent des parallèles à Ibn Hani (fig. 28).

Figure 28.

Figure 28.

Outils et objets en bronze

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

49Certains bijoux ont été collectés, telles qu’une boucle d’oreille en or et une bague ouvragée en filigrane ajouré, une émeraude, une agate et une perle semi-précieuse polychrome des xie-xiiie s. (fig. 29).

Figure 29.

Figure 29.

Bijoux en or et pierres précieuses et semi-précieuse

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Ivoire et os

50Quelques trouvailles en os ou en ivoire de la même époque ont été faites (fig 30) : des fusaïoles portant des décorations géométriques, quelques pièces appartenant à des poupées, une épingle, un peigne, une cuillère utilisée dans l’église (cuillère d’eucharistie), ainsi que de petites pièces de décor de marqueterie en os ou en nacre.

Figure 30.

Figure 30.

Objets en ivoire et en os

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Objets en verre

51Certaines trouvailles en verre, comme les petites bouteilles utilisées aux vie et du viis., ont également été rapportées (fig. 31).

Figure 31.

Figure 31.

Objets en verre

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Incrustations

52Trois petits objets de nacre taillés dans des coquillages, représentant une feuille stylisée, une grenade et le haut d’une croix, semblent faire partie d’un décor incrusté appartenant à une pièce de mobilier de l’église, datant du xie-xiiie s. (fig. 32).

Figure 32.

Figure 32.

Incrustations en nacre

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Épigraphie et monnaies

53Deux fragments épigraphiques sur pierre et marbre ont été mis au jour. Sur le premier (mentionné précédemment), en pierre, qui date du iie s., sont gravés les deux mots « O Theos » (fig. 33-1). Sur le second, en marbre, du viie s., sont visibles des lettres incomplètes figurant probablement une date (fig. 33-2).

Figure 33.

Figure 33.

Fragments inscrits du iie s. (1) et du viie s. (2).

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

54Parmi les monnaies recensées, se trouvent plusieurs folles byzantins :

  • Le premier (fig. 34a) est un follis anonyme du type D. Il présente à l’avers le Christ barbu avec nimbe crucifère, vêtu de la stola et du kolobion, bénissant de la main droite, tenant les Évangiles dans la main gauche, assis sur un trône à dossier. Dans le champ à gauche, les lettres ic, et à droite, xc. Au revers, une croix pattée au sommet, centrée, surmonte les lettres suivantes sur trois lignes – isχs / Ƅasilϵ / Ƅasil – et un demi-cercle ouvert vers le haut placé sur la dernière ligne, centré 30. Cette monnaie est attribuée au règne de Constantin IX ou Constantin X (1050-1060).

Fig 34a.

Fig 34a.

Follis 1

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • Le second follis (fig. 34b) est un anonyme du type I, avec à l’avers le buste du Christ vu de face, avec nimbe crucifère, vêtu de la stola et du kolobion, bénissant de la main droite et tenant à gauche les Évangiles. Dans le champ à gauche, les lettres grecques ic, et à droite xc. Au revers, une croix croisetée occupe toute la surface ; à ses extrémités apparaissent trois globules et un rameau. Cette monnaie anonyme est datée en général du règne de Nicéphore III (1078-1081) 31.

Figure 34b.

Figure 34b.

Follis 2

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

  • Les deux folles suivants (fig. 34c et d) qui sont strictement identiques, montrent, à l’avers, le buste de face du Christ barbu, avec nimbe crucifère, vêtu de la stola et du kolobion, bénissant de la main droite, en main gauche les Évangiles. Dans le champ, à gauche, ic et à droite xc, une croix et les lettres ϵmma novhλ. Au revers, une croix et trois lignes de texte : is xs / Ƅasilϵ / Ƅasilϵ 32. Ce type de monnaie est daté généralement du règne de Romain III (1028-1034).

Fig 34c.

Fig 34c.

Follis 3

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Fig 34d.

Fig 34d.

Follis 4

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

55Quelques monnaies d’or et d’argent d’époque abbasside témoignent de l’occupation continue du site jusqu’au xiie s. (fig. 35).

Figure 35.

Figure 35.

Monnaies en argent et en or d’époque abbasside

(mission Bahr el-Midan, DGAMS)

Conclusion

56En raison de sa grande superficie, de ses nombreuses annexes et de son espace funéraire, l’église, construite en grosses pierres provenant des carrières voisines de Ramlé, situées en bord de mer, faisait certainement partie d’un complexe religieux important.

57L’étude et les dégagements entrepris ont porté essentiellement sur la basilique et ses annexes, en tenant compte à la fois des remplois dans les restaurations, survenues probablement entre le viie et le xis., et des structures ajoutées à des périodes postérieures à son utilisation comme lieu de culte. Il apparaît que l’église a prospéré aux ve et vie s. et qu’elle a fonctionné comme lieu de culte jusqu’au ixe s. au moins. L’ensemble a été soumis à de nombreux tremblements de terre mais également aux guerres médiévales, qui ont entraîné la destruction finale de l’église et l’abandon des lieux au xiiie s.

58Plusieurs autres observations concernant les aménagements de sa nef nord, sa sacristie et ses annexes poussent à y voir un complexe de pèlerinage local. En effet, on remarque que les deux premières annexes accolées à la sacristie nord présentent des pavements en mosaïque, un arc qui marquait l’entrée de la première pièce et au moins une absidiole, tous ces signes étant propres à un martyrium. De plus, l’aménagement d’une porte de communication reliant ces annexes à la sacristie nord, de trois accès sur le côté nord de l’église et d’une porte séparée et dédiée dans la façade occidentale, tend à confirmer la présence d’un circuit organisé pour les fidèles.

  • 33 Voir l’article de M.-C. Comte dans ce dossier.
  • 34 Peña, Castellana & Fernandez 1999 et Riba & Feissel 2012.
  • 35 Khoury & Riba 2013, en particulier p. 49-50, Sodini 2007 et Sodini 2017.

59L’église fait partie d’un groupe découvert ces dernières années sur la côte de Lattaquié comprenant l’église voisine d’el-Shabatleh, celle de Ras el-Bassit au nord et celle de ʿAin Salem au sud. S’ajoute, à Bahr el-Midan, son chevet à trois absides saillantes qui lui donne une importance particulière par sa rareté et par son caractère associé à des lieux de pèlerinage remarquables. Son chevet renvoie à des exemples architecturaux chypriotes, comme la basilique de la Campanopetra 33 de Salamine / Constantia datée de la fin du ve s., et syriens, comme l’église de Kafr ʿAqab 34 et le martyrium de Qalʿat Semʿan 35 datés de la fin du ve et du début du vie s.

Haut de page

Bibliographie

Badawi (M.)
2010 « La tombe protobyzantine d’Al-Thawra dans l’arrière-pays de Gabala (Jablé, Syrie) », Syria 87, p. 265-275.

Beaudry (N.) & Perreault (J.-Y.)
2003 « Travaux récents à la basilique de Ras el-Bassit », AAAS XLV-XLVI, p. 381-391.

Beaudry (N.)
2012 « Mosaïques inédites d’une synagogue à Ras el-Bassit, Syrie du Nord », O mosaico romano nos centros e nas periferias. Originalidades, influências e identidades. Actas do X Collóquio Internacional da AIEMA, realizado em Conimbriga de 29 de Outubro a 3 de Novembro de 2005, Condeixa, p. 669-678.

Butler (H. C.)
1929 Early Churches in Syria, Fourth to Seventh Century (Princeton monographs in art and archaeology), Princeton.

Chok (A.)
2016 « La basilique de Khirbet el-Libneh, (sur la côte syrienne). Analyse architecturale » O. Brandt, V. Fiocchi Nicolai & G. Castiglia (éd.), Acta XVI congressus internationalis archaeologia cristianae, Romae 22-28.9, 2013. Costantino e i Costantinidi : l'innovazione costantiniana, le sue radici e i suoi sviluppi, Pars II, Vatican, p. 1591-1606.

Donceel-Voûte (P.)
1988 Les pavements des églises byzantines de Syrie et du Liban. Décor, archéologie et liturgie, Louvain-la-Neuve.

Dussaud (R.)
1927 Topographie historique de la Syrie antique et médiévale (BAH 4), Paris.

Gatier (P.-L.)
2008 « Héraclée-sur-Mer et la géographie historique de la côte syrienne », Studi Ellenistici XX, p. 269-283.

Khoury (W.)
1996 « Les basiliques doubles de Fassouq et de Banassara (Djebel Wastani) », Antiquité tardive 4, p. 160-162.

Khoury (W.)
2005 « Banassara, un site de pèlerinage dans le Massif calcaire. Rapport sur les travaux menés en 2002-2004 », Syria 82, p. 225-266.

Khoury (W.) & Riba (B.)
2013 « Les églises de Syrie (ive-viie siècle) : essai de synthèse », F. Briquel-Chatonnet (éd.), Les églises en monde syriaque (Études syriaques 10), Paris, p. 41-84.

Lagarce (J.), Bounni (A.), Lagarce (É.) & Saliby (N.)
1975 « Rapport préliminaire sur la première campagne de fouilles (1975) à Ibn Hani (Syrie) », Syria 53, p. 233-279, fig. 1-30 [= AAAS 26, p. 27-63, fig. 1-30, en arabe].

Lassus (J.)
1947 Sanctuaires chrétiens de Syrie. Essai sur la genèse, la forme et l’usage liturgique des édifices du culte chrétien en Syrie, du iiie siècle à la conquête musulmane (BAH XLVII), Paris.

Mango (C.)
1981 Architecture byzantine, Paris (trad. R. Kakish, Damas 1999).

Morrisson (C.)
1970 Catalogue des monnaies byzantines de la Bibliothèque nationale, 2 vol., Paris.

Peña (I.), Castellana (P.) & Fernandez (R.)
1999 Inventaire du Jébel Wastani. Recherches archéologiques dans la région des Villes mortes de la Syrie du Nord, Milan.

Riba (B.) & Feissel (D.)
2012 « L’église de l’Est et les inscriptions du village du Kafr ʿAqab (Gebel Wastani, Syrie du Nord) », Syria 89, p. 213-233.

Sodini (J.-P.)
2006 « Archéologie des églises et organisation spatiale de la liturgie », F. Cassingena-Tréverdy and I. Jurasz (éd.), Les liturgies syriaques (Études syriaques 3) Paris, p. 229-266.

Sodini (J.-P.)
2007 « Saint-Syméon, lieu de pèlerinage », Les cahiers de Saint-Michel de Cuxa 38, p. 107-120.

Sodini (J.-P.)
2017 « Saint-Syméon, lieu de pèlerinage », Deltion of the Christian Archaeological Society, Series 4, vol. 38, p. 1-34.

Tchalenko (G.) & Baccache (E.)
1979 Églises de village de la Syrie du Nord. Églises syriennes à Bêma (BAH 105), 3 vol., Paris.

Haut de page

Notes

1 Lagarce et al. 1975.

2 Gatier 2008 se réfère à la géographie du Stadiasme ou Périple de la grande mer, un texte complexe connu par un manuscrit unique du xe s. conservé à Madrid (Matritensis 121), qui a été attribué à Claude Ptolémée (iie s. apr. J.-C.) et apparaît à la suite de la Chronique d’Hippolyte. Il mentionne également d’autres études concernant Héraclée, qu’il situe sur la partie nord de Ras Ibn Hani, comme le suggérait René Dussaud.

3 Dussaud 1927, p. 415-423 et 447.

4 Lagarce et al. 1975.

5 La mission archéologique syrienne de la direction des Antiquités de Lattaquié, dirigée par Mohamad Redwan et Zeinab Ahmed a commencé ses travaux en 2010 avec la participation de l’architecte Dima Sheikh Sleiman et des topographes Fadia ʿAdsou et Yasser Khaddour.

6 L’inscription inédite a été lue et traduite oralement par Julien Aliquot lors d’une rencontre personnelle sur le site de Bahr el-Midan, ce dont M. Redwan le remercie.

7 L’église, découverte à Bahr el-Midan de façon fortuite lors de la mise en place du chantier de construction, a d’abord porté le nom de ce chantier. Voir Riba & Feissel 2012, p. 213-234 et Khoury & Riba 2013, p. 41-84.

8 La prospérité de l’époque protobyzantine est remise en question par les tremblements de terre, les invasions perses, et le passage de la région de l’hégémonie byzantine à la domination arabe (ve-viie s.). Sa reconquête par les Byzantins au xe s. plonge la région dans des conflits exténuants et continus avec les Croisés et les dynasties musulmanes jusqu’au xiiie s., auquel appartient le matériel archéologique trouvé. Lattaquié est ensuite détruite et incendiée par les Lusignan de Chypre, occupée par les commerçants italiens, puis réduite en village alors que ses alentours tombaient dans l’oubli.

9 La direction des Antiquités a décidé de dégager l’ensemble de l’église au cours d’une fouille de sauvetage effectuée sur un terrain à vocation économique dans un premier temps, puis en tenant compte des conditions paralysantes de la guerre dans un second temps. Ces difficultés n’ont pas permis de poursuivre une fouille plus complète du site.

10 Elles peuvent être dues aux modifications subies lors de son occupation et des destructions et pillages postérieurs.

11 Khoury 2005, p. 258, pl. 7.

12 L’absence de traces sûres montrant la forme des jonctions entre les absides principale et latérales entretient une incertitude concernant la symétrie des deux sacristies. En conséquence, on ne peut pas présumer de l’emplacement des ouvertures et des partitions intérieures.

13 Khoury 1996, p. 161-163.

14 Donceel-Vôute 1988, p. 372-392, en particulier les figures 369 et 370.

15 Sodini 2006, p. 229-266.

16 Beaudry 2012, p. 669-678.

17 Chok 2016, p. 1591-1606.

18 Donceel-Voûte 1988, p. 338-344.

19 Donceel-Voûte 1988, p. 372-392.

20 Donceel-Voûte 1988, p. 354-359.

21 Il est probable que le fragment de sarcophage trouvé dans le voisinage proche, au nord de l’église, provienne de l’une de ces annexes.

22 Donceel-Voûte 1988.

23 Butler 1929, p. 119. 3 et Tchalenko & Baccache 1979, p. 32.

24 Lassus 1947 et Mango 1972.

25 Presque tous les tombeaux remployés ou pillés contenaient des ossements déplacés et mélangés avant fouille. Les ossements récupérés, qui correspondent à 14 ou 15 squelettes, sont en cours d’étude.

26 Outre les montants de chancel et le linteau, il est difficile de localiser la provenance de chacun des éléments, qui avaient déjà été déplacés par les travaux effectués sur place avant le début des fouilles.

27 Beaudry & Perreault 2003.

28 Il est difficile de suggérer une date, même tardive, à laquelle ces ouvertures auraient été percées.

29 Badawi 2010.

30 Ces types de monnaies sont répertoriés dans le catalogue des monnaies byzantines de la Bibliothèque nationale (Morrisson 1970). Pour le premier follis, voir « catalogue des anonymes avec trônes », p. 601, nos 107-119.

31 Morrisson 1970, p. 604, nos 152-190.

32 Morrisson 1970, p. 599, nos 67-95.

33 Voir l’article de M.-C. Comte dans ce dossier.

34 Peña, Castellana & Fernandez 1999 et Riba & Feissel 2012.

35 Khoury & Riba 2013, en particulier p. 49-50, Sodini 2007 et Sodini 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Plan de la côte syrienne entre Lattaquié et Ras el-Bassit
Crédits (d’après Gatier 2008, p. 270)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Figure 2.
Légende Golfe d’el-Qabban abritant les sites de Ras Ibn Hani et de Bahr el-Midan
Crédits (image Bing © Microsoft)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 3.
Légende Plan du site archéologique autour de l’église
Crédits (mission Bahr el-Midan, direction des Antiquités, Lattaquié, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 4.
Légende Vue des fondations de l’abside centrale, sous les murs postérieurs déchaussés
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Figure 5.
Légende Relevé pierre à pierre de l’église
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Figure 6.
Légende Plan restitué de l’église
Crédits (dessin D. Sheikh Sleiman)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 7.
Légende Vue du sanctuaire après dégagement
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 8.
Légende Le sanctuaire. Détail du relevé pierre à pierre de l’église
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 9.
Légende Le stylobate du chancel, sous des niveaux tardifs
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 10.
Légende Intérieur de la sacristie sud. Au premier plan, de nombreux remplois tardifs
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Figure 11a.
Légende Connexion de l’abside centrale avec l’absidiole de la sacristie nord et bases des contreforts
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Figure 11b.
Légende Plan de la sacristie nord et de la première salle annexe mosaïquée au nord
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figure 11c.
Légende Absidiole de la sacristie nord et bases de deux contreforts
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Figure 12.
Légende Relevé du narthex avant les travaux archéologiques
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 13a.
Légende Mosaïque de la sacristie sud, vue depuis le nord
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 13b
Légende Relevé de la mosaïque de la sacristie sud
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Figure 13c.
Légende Détail du pavement mosaïqué au centre de la sacristie sud
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Figure 14.
Légende Détail du sol mosaïqué dans l’angle sud-ouest de l’abside centrale
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Figure 15a.
Légende La sacristie sud et ses annexes
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Figure 15b.
Légende La sacristie sud et ses annexes
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Figure 16 a.
Légende Vestiges du pavement de l’annexe accolée à la sacristie nord
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Figure 16 b.
Légende Détail du motif de cercle avec croix de l’annexe nord
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Figure 17.
Légende Vue générale des fouilles de l’église depuis l’ouest, avec les bases de la tour au premier plan
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figure 18a.
Légende Plan des tombeaux alignés à l’intérieur de l’enceinte
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 18b.
Légende Vue d’ensemble de la nécropole
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 18c.
Légende Couverture d’une tombe préservée in situ avec quatre grandes dalles de pierre
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Figure 18d.
Légende Vue après fouille de l’une des tombes
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 18e.
Légende Lampe à côté d’un crâne à l’intérieur d’une tombe
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Figure 19a.
Légende Pilier de chancel, face latérale avec entaille servant à la fixation du panneau
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 19b.
Légende Pilier de chancel II à rainures larges trouvé dans l’abside
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 20.
Légende Colonnette à rainures découverte dans l’église
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 21.
Légende Base de colonne de l’église
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 22.
Légende Linteau de porte avec motif de croix
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Figure 23.
Légende Fragment d’un couvercle de sarcophage
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 24a.
Légende Vasque semi-circulaire
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 24b.
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Figure 24c.
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Figure 25.
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 26.
Légende Lampes à huile moulées
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 27.
Légende Amphore et cruche
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 28.
Légende Outils et objets en bronze
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Figure 29.
Légende Bijoux en or et pierres précieuses et semi-précieuse
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 30.
Légende Objets en ivoire et en os
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 31.
Légende Objets en verre
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 32.
Légende Incrustations en nacre
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Figure 33.
Légende Fragments inscrits du iie s. (1) et du viie s. (2).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig 34a.
Légende Follis 1
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Figure 34b.
Légende Follis 2
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig 34c.
Légende Follis 3
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig 34d.
Légende Follis 4
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Figure 35.
Légende Monnaies en argent et en or d’époque abbasside
Crédits (mission Bahr el-Midan, DGAMS)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9653/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamad Redwan et (collab.) Zeinab Ahmad, « L’église de Bahr el-Midan
Résultats des campagnes de fouilles du service des Antiquités de Lattaquié (2010 à 2016) »
Syria, 96 | 2019, 17-36.

Référence électronique

Mohamad Redwan et (collab.) Zeinab Ahmad, « L’église de Bahr el-Midan
Résultats des campagnes de fouilles du service des Antiquités de Lattaquié (2010 à 2016) »
Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/9653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.9653

Haut de page

Auteurs

Mohamad Redwan

Directeur des fouilles, service des Antiquités de Lattaquié, Syrie

(collab.) Zeinab Ahmad

(en collaboration)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search