Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Églises paléo-chrétiennes à absid...Lʼéglise de ʿAin Salem dans la ré...

Églises paléo-chrétiennes à absides saillantes au Levant

Lʼéglise de ʿAin Salem dans la région de Gabala (Jablé, Syrie)

Massoud Badawi
p. 37-56

Résumés

À quelques kilomètres à l’est de Jablé, sur le versant occidental de la montagne de Lattaquié, des fouilles ont mis au jour les vestiges de l’église de ʿAin Salem. Celle-ci présente tous les aspects habituels des églises côtières avec, en outre, une possible influence des églises chypriotes évoquée par le plan de son chevet à trois absides saillantes. Ses sols mosaïqués témoignent de techniques locales reprenant les motifs d’Antioche et d’Apamée. On y observe également des travaux de restauration ayant fait suite à un séisme, suggérant une survie du monument jusqu’au début de l’époque abbasside.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article traduit de l’arabe par Widad Khoury.

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’équipe est composée de l’auteur (directeur), Abd Alsattar Sabagh (archéologue), Shirin Qadoun (a (...)

1Dans le cadre de la mission archéologique syrienne sur le site de ʿAin Salem, dans la région de Jablé en Syrie, quatre campagnes de fouilles ont eu lieu de 2009 à 2011 et en 2013 1. Elles ont révélé, à la suite d’une découverte fortuite du site consécutive à des travaux agricoles effectués dans sa partie ouest, une église datant de l’époque byzantine, ainsi que quelques éléments des périodes islamiques.

  • 2 IGLS IV, Donceel-Voûte 1988, Khoury & Riba 2013 et Gatier 2008.
  • 3 Prospections réalisées par l’auteur ; voir Badawi sous presse.
  • 4 Sur la découverte d’une tombe protobyzantine à al-Thawra, voir Badawi 2010, p. 265-275. En 2005, u (...)
  • 5 Dans le cadre du programme de publications des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS) (...)

2Il n’y a pas beaucoup de données historiques et archéologiques sur l’occupation des montagnes côtières de Jablé aux époques hellénistique et romaine et à l’époque byzantine. Cela tient à la rareté des travaux archéologiques dans la région 2, à l’exception des prospections 3 et des fouilles de sauvetage menées par le département des Antiquités de Jablé 4, auxquelles s’ajoutent les prospections épigraphiques de Julien Aliquot 5, qui ont contribué à fournir de nombreuses informations sur les établissements dans la région aux époques classique et byzantine.

Le site

3ʿAin Salem est situé dans les montagnes de la région de Jablé, sur la chaîne montagneuse côtière syrienne nommée Bargylus par l’encyclopédiste latin Pline au ier siècle apr. J.-C. Le village se trouve à 25 km au sud-est de la ville de Jablé, l’antique cité phénicienne de Gabala, 2 km au sud de la route principale qui relie la plaine du Ghab à la plaine de Jablé (fig. 1a et b).

Figure 1a.

Figure 1a.

Plan de l’arrière-région de Jablé avec, au centre, ʿAin Salem

(complété par M. Badawi)

Figure 1b.

Figure 1b.

Vestiges du site de ʿAin Salem, sur un flanc de la montagne de Lattaquié

(cliché M. Badawi)

4Le site de ʿAin Salem est établi sur un massif calcaire dʼune superficie de six hectares, à une altitude d’environ 376 m. Il est entouré de petites vallées. Au nord-est du site, à 600 m, se trouve une source appelée localement ʿAin Salem (ou Silom), à laquelle le lieu-dit doit son nom. Elle est couverte d’une construction voûtée en pierres calcaires datée de lʼépoque médiévale (fig. 2). Près de cette source, on a trouvé un petit bassin rectangulaire en calcaire (fig. 3).

Figure 2.

Figure 2.

Aménagement de l’entrée vers la source antique de ʿAin Salem

(cliché M. Badawi)

Figure 3.

Figure 3.

Bassin en calcaire trouvé à proximité de la source

(cliché M. Badawi)

5À l’ouest du site, il y a une carrière de calcaire sableux. Le secteur est planté de chênes et de lauriers. Les villageois pratiquent ici une agriculture en terrasses, en particulier pour la culture des olives.

6De nombreux éléments architecturaux et du mobilier ont été trouvés en surface. Quelques murs sont conservés sur plusieurs assises, ainsi que deux fragments d’un couvercle de sarcophage avec une décoration en relief représentant deux têtes de lions et trois personnages (fig. 4), quelques fragments de colonnes en calcaire, des éléments de pressoir à olives et de nombreux tessons céramiques datant des époques hellénistique, romaine, byzantine et islamique.

Figure 4.

Figure 4.

Couvercle de sarcophage trouvé dans les parages du site

(cliché M. Badawi)

Données archéologiques et architecturales

7Les fouilles archéologiques de l’église ont montré que celle-ci était construite sur la pente ouest du site selon un plan basilical. Elle est conservée principalement au niveau des fondations, en pierre calcaire locale provenant des carrières proches du site. Le bâtiment, de forme rectangulaire, mesure 17,50 m de long sur 13 m de large. Il se compose d’une nef centrale avec une abside orientée et de deux collatéraux prolongés par des annexes au nord et au sud (fig. 5). Les murs extérieurs sont construits en moellons de 80 cm de large, dont certains sont encore recouverts d’enduit, dans l’angle sud-est du collatéral sud.

Figure 5.

Figure 5.

Vue de la nef centrale et du sanctuaire

(cliché M. Badawi)

Les nefs

8Les travaux archéologiques ont permis de déterminer les limites d’une salle à subdivision tripartite, bien conservée au niveau des fondations. De plan carré, elle mesure 11,30 × 11,30 m et se compose de trois nefs, celle du milieu étant la plus large (4,55 m), les deux autres mesurant 2,75 m en largeur. Elles sont séparées par quatre bases de chaque côté, dont deux sont conservées au nord, sur une hauteur de 0,56 m. Les fondations de deux bases du côté sud sont également visibles (fig. 6).

Figure 6.

Figure 6.

Relevé pierre à pierre du plan de l’église

(plan Sahar Zalaf)

9La distance entre le pilastre d’appui de la colonnade près de l’abside et la première colonne est de 1,30 m ; celle entre la première et la seconde colonne est de 2,10 m. Les colonnes se composent de tronçons de 1 m de long et de 0,38 m de diamètre, reliés entre eux jusqu’à la hauteur requise. On en a retrouvé dans les parties sud et ouest de la nef, ainsi qu’en divers endroits à la surface (fig. 7).

Figure 7.

Figure 7.

Plan proposé avec emplacement des colonnes et reconstitution d’une absidiole au sud

(Balsam Hassan)

  • 6 Strube 1993, Tafel 67f.
  • 7 Strube 2002, Tafel 113d.
  • 8 Strube 2002, Tafel 55f.
  • 9 Sodini et al. 1980, pl. II, et Strube 2002, Tafel 101e.
  • 10 Strube 2002, Tafel 107d.
  • 11 Baccache 1980, p. 99-175.
  • 12 Baccache 1980, p. 338 (no 533), p. 339 (no 534) et p. 141 (no 338).

10Les colonnes étaient surmontées de chapiteaux corinthiens en marbre, dont l’un est toujours visible au sud-ouest de la nef (fig. 8a). Son remploi dans une partie de l’édifice réaménagée après un tremblement de terre a occasionné une détérioration qui ne permet pas de le dater avec précision. Certains indices toutefois renvoient à certains chapiteaux d’el-Bara 6, Frikya 7, Meez 8, Dehès 9, Benebel 10, Kimar 11 et Résafé 12 : collet haut, deux feuilles angulaires à branches modelées ou crantées.

Figure 8a.

Figure 8a.

Chapiteau de l’église remployé dans un mur tardif

(cliché M. Badawi)

  • 13 Des fragments des arcs sont visibles en remploi dans les murs délimitant les propriétés voisines.

11L’ensemble du collatéral sud a été touché par ces destructions : les pavements de mosaïque et les couches de leurs radiers de fondation ont quasiment tous disparu, ainsi que les bases des colonnes, laissant seulement les soubassements visibles. Outre ces dommages dans la nef sud, les restaurations de la partie sud de l’abside centrale montrent qu’elle a aussi été endommagée par le séisme, de même que le pilier d’appui du pilastre de soutènement de la colonnade sud et toute la sacristie sud. La forme actuelle du fond de l’abside centrale suggère que les dégâts s’étendaient à la partie qui la surmontait, ce qui a conduit à des restaurations visibles du côté sud et surtout à la reconstruction du fond en forme de niche rectangulaire. Cette dernière revêt une forme peu habituelle, avec un seul parement de blocs récupérés dans les éboulis et remployés à cet endroit (fig. 8b13.

Figure 8b.

Figure 8b.

Reconstruction tardive de la partie sud de l’abside avec la niche centrale

(cliché M. Badawi)

  • 14 Courbin 1986, fig. 55 p. 214.
  • 15 Aliquot 2014-2015, fig. 3 p. 120.

12Lʼentrée dans l’église se faisait par trois accès : à lʼouest, une porte axiale principale, d’une largeur de 1,30 m, donnait dans la nef centrale ; côté nord, vers l’ouest, une autre porte large de 0,70 m ouvrait sur le collatéral nord ; une troisième, à l’ouest du côté sud, servait de point d’entrée dans le collatéral sud. Un linteau de porte est orné d’une croix inscrite dans un cercle (fig. 9), un motif similaire à celui de nombreux linteaux d’églises de la Méditerranée orientale, comme par exemple lʼéglise de Ras el-Bassit 14. Il y a des motifs semblables au musée de Maʿrrat al-Nuʿman 15.

Figure 9.

Figure 9.

Fragment de linteau avec motif de croix

(cliché M. Badawi)

L’abside

13L’abside, située à l’est, au fond de la nef principale, est construite en blocs de calcaire local soigneusement taillés ; son mur, épais de 1 m, est conservé sur quatre assises de haut. De forme semi-circulaire, elle est large de 3,83 m et profonde de 3,60 m. Au milieu de la partie orientale se trouve une niche large de 1,06 m et profonde de 0,85 m, fruit d’un réaménagement tardif (voir supra) dont on ne peut définir la fonction : petite armoire, étagère pour les objets liturgiques ou réceptacle pour les livres saints ?

  • 16 Peña, Castellana & Fernandez 1987, fig. 10 p. 36, fig. 42 p. 58, fig. 46 p. 62, fig. 157 p. 163, f (...)
  • 17 Peña, Castellana & Fernandez 1990, fig. 122 p. 167, fig. 125 p. 186.
  • 18 Ces graffiti se trouvent aussi sur les tours de reclus, les hôtelleries et autres édifices voisins (...)

14Le sol endommagé de l’abside était en mosaïque ; il était posé sur un radier en cailloutis calcaire. De chaque côté de l’abside se trouvaient des colonnes plus petites que celles de la nef, d’après les dimensions d’une base retrouvée au sud. L’accès à l’abside se faisait par une entrée large de 0,70 m et par deux marches de 0,30 m de largeur et de 0,18 m de hauteur. Sur l’une de ces marches est gravée une croix à branches inégales et fourchues (fig. 10), du type des graffiti de fidèles et de pèlerins, tels qu’on en trouve sur les pierres des églises, et notamment sur leurs chevets orientaux, comme dans le Jebel Baricha 16 à Babouta, Douerrih, Banakfour, Maʾaramaya, Qasr Iblisou et Nourié, dans le Jebel El-Aʾala à Maʾsarté et Qirq Bizé 17, et dans de nombreuses autres églises de Syrie 18.

Figure 10.

Figure 10.

Graffito représentant une croix fourchue

(cliché M. Badawi)

  • 19 Tchalenko & Baccache 1979, fig. 388 p. 236.
  • 20 Beaudry & Perreault 2002-2003, fig. 9 p. 384.
  • 21 Les piliers sont conservés dans le jardin du musée de Lattaquié. Voir l’article de M. Redwan dans (...)
  • 22 Moulhem 1998, p. 28.

15La nef est séparée de lʼabside par un chancel composé de cinq piliers soutenant trois panneaux, à l’instar d’innombrables églises en Syrie (fig. 11). Ces panneaux de calcaire aux décors différents présentent des motifs ajourés qui sont reproduits sur les facettes ouest des piliers : ils diffèrent par leur technique de ceux connus dans le Massif calcaire tels ceux de Qirqbize 19 et de bien d’autres églises dans lesquelles le calcaire était le matériau quasi unique comme à Ras el-Bassit 20. À côté des chancels en calcaire, on trouve des chancels en marbre comme dans l’église de Bahr el-Midan à Ras Ibn Hani 21 ou en bois comme à Dweir en Jordanie 22 ; le recours au marbre et au bois est moins attesté, ces matériaux étant coûteux, périssables et probablement plus facilement convoités.

Figure 11.

Figure 11.

Vestiges du chancel in situ et restitution graphique

(Balsam Hassan)

L’annexe nord de lʼabside

16Au nord, la sacristie est dotée d’une petite abside de plan semi-circulaire, large de 2,12 m et profonde de 2 m, construite avec de grandes pierres bien taillées, suivant la même technique de construction que celle de lʼabside principale, et accessible par deux marches. La pièce était pavée d’une mosaïque qui présentait une partie d’un vase central à deux anses flanqué d’un oiseau (un paon ?), mais le sol a été très abîmé par le creusement intempestif d’une fosse d’un mètre de diamètre (fig. 12).

Figure 12.

Figure 12.

Abside nord et restes des motifs du pavement mosaïqué

(cliché M. Badawi)

  • 23 Beaudry & Perreault 2002-2003, fig. 8 p. 385.
  • 24 Donceel-Voûte 1988, fig. 182 p. 202.
  • 25 Tchalenko & Baccache 1979, fig. 9 p. 6.

17Nous notons qu’il n’y a pas de porte ouvrant sur lʼabside centrale, comme dans de nombreuses églises en Syrie, par exemple à Ras el-Bassit 23 sur la côte syrienne, à Oum et-Toueiné 24 en Syrie centrale, ou encore dans l’église de Julianos à Brad 25 dans le Massif calcaire. Cette sacristie a été condamnée à une époque tardive par un mur conservé sur une assise large de 0,50 m.

18Il est clair qu’il devait y avoir une petite abside semblable du côté sud, qui a subi une transformation suite aux dégâts d’un tremblement de terre (viiie-ixe siècle ?). De ce côté, les deux marches ont été démontées et remplacées par un mur de pierre conservé sur quatre assises, pour former une pièce de 5,80 m au sud, 3 m au nord, 9 m à l’est et à l’ouest, accessible par une porte large de 0,80 m au milieu du côté est. Le niveau du sol est ici plus élevé que celui de lʼabside.

Les mosaïques

19Des pavements de mosaïque couvrent la nef centrale et les deux collatéraux. Ils portent de nombreux éléments décoratifs : motifs géométriques, végétaux et animaliers dont des poissons. Ils se composent de petites tesselles calcaires (1 cm3 et 1 × 1,5 × 1 cm) de différentes couleurs – blanc, gris clair, gris foncé, beige, brun clair, rouge clair, rose, jaune clair – et de fragments de terre cuite (2 × 2 cm, épaisseur 1,5 cm), en particulier dans les annexes. La partie du sol de la nef qui était recouverte de terre agricole est bien conservée, malgré les remaniements qui se sont succédé jusqu’au xiiie siècle.

20Dans la nef centrale, au pied du chœur, se trouve un grand tapis carré (4 × 4 m), divisé en quatre panneaux rectangulaires alignés par deux et présentant des sujets et des motifs différents (fig. 13a et b).

Figure 13a.

Figure 13a.

Motif de la bordure du grand tapis de la nef centrale

(cliché M. Badawi)

Figure 13b.

Figure 13b.

Détail des deux panneaux au pied du chœur

(cliché M. Badawi)

  • 26 Jouéjati 2012a, fig. 6 p. 253.
  • 27 Waliszewski 2005, fig. 42 p. 68 et fig. 53 p. 76.
  • 28 Khoury 2005, fig. 67 p. 250.
  • 29 Donceel-Voûte 1988, fig. 36 p. 65 et fig. 37 p. 67.
  • 30 Donceel-Voûte 1988, fig. 137 p. 168.
  • 31 Al-Taʿani 1997, fig. 2a p. 15.
  • 32 Waliszewski & Alpi 1997, fig. 6 p. 299.
  • 33 Donceel-Voûte 1988, fig. 358 p. 375 et fig. 367 p. 381.
  • 34 Garreau & Curvers 2003, fig. 11 p. 289.

21Ce grand tapis est entouré d’une bordure de guillochis lâches à âme droite et œillets. Ce motif se retrouve à l’époque protobyzantine dans de nombreuses églises du Massif Calcaire, dans la région de l’Oronte et sur la côte syro-libanaise : on pense aux pavements des églises de Temanaa 26, Tell Amarna 27, Banassara 28 (église sud), Abou Rbeiss, Deir es-Sleib (basilique A) 29 et el-Koursi 30 en Syrie, Qamm 31 en Jordanie, Majdal Zoun 32, Khân Khaldé 33 et Beyrouth 34 au Liban.

  • 35 Khoury 2005, fig. 57 p. 248.
  • 36 Donceel-Voûte 1988, fig. 344 p. 360.

22Le premier panneau, dans l’angle sud-est du tapis, présente des scènes aquatiques, avec des poissons de tailles différentes mais toujours particulièrement grandes. Au milieu du panneau se trouve un poulpe et à l’angle sud-ouest un vase d’où jaillissent les flots. Le motif du poisson est fréquent sur les pavements de la région de l’Oronte et apparaît en général dans des scènes nilotiques, encadré ou libre dans une bordure intérieure, et au sein d’espaces de remplissage. Dans plusieurs variantes, les poissons sont associés aux bateaux de pêche ou à ceux chargés d’amphores, comme à Khirbet al Majdaliyéh ou sur le pavement de Tariq Saraqeb, à el-Hawache 35, et à Khaldé-Choueifat au Liban (fig. 1436.

Figure 14.

Figure 14.

Scène aquatique de Khaldé-Choueifat

(cliché P. Donceel-Voûte)

  • 37 Khoury 2005, fig. 56, p. 247.
  • 38 Donceel-Voûte 1988, p. 541

23Les retrouver seuls, sur un grand panneau de mosaïque placé au pied du chœur (fig. 15a et b), est une nouvelle variante qui – malgré les différences de composition, technique et richesse – rappelle le magnifique pavement de Banassara (église sud) 37, qui évoque un monde aquatique glorifiant « la richesse de la terre christianisée 38 ». Cette interprétation peut être confirmée par la scène du deuxième panneau, au nord, dans laquelle deux groupes animaliers se font face de part et d’autre d’un figuier et d’un cyprès superposés dans l’axe du tableau : un lion, un chien et une chèvre semblent regarder paisiblement le léopard, le cerf et le lièvre (fig. 15c et d). Des branches parfois en fleurs à quatre pétales sont disséminées sur l’ensemble du panneau.

Figure 15a.

Figure 15a.

Détail de la scène aquatique : poisson et flots en lignes de tesselles blanches

(cliché M. Badawi)

Figure 15b.

Figure 15b.

Détail de la scène aquatique : poissons et flots jaillissant d’une jarre

(cliché M. Badawi)

Figure 15c.

Figure 15c.

Détail de la scène animalière : lièvre grignotant du raisin

(cliché M. Badawi)

Figure 15d.

Figure 15d.

Détail de la scène animalière : cerf et branches fleuries

(cliché M. Badawi)

  • 39 Jouéjati 2012a, fig. 3, p. 252.
  • 40 Vase flanqué d’un paon et d’un faisan : Donceel-Voûte 1988, p. 387 fig. 373.
  • 41 Piccirillo 1989, p. 33.

24Cette disposition d’animaux des deux côtés d’un motif central se retrouve dans de nombreuses églises de Syrie, du Liban et de Jordanie, par exemple à Temanaa 39, à Khan Khaldé 40 et dans la cathédrale de Madaba 41.

  • 42 Khoury 2005, fig. 26 p. 239.
  • 43 Jouéjati 2012a, fig. 15 p. 258.
  • 44 Jouéjati 2012b, fig. 18 p. 283.
  • 45 Donceel-Voûte 1988, fig. 134 p. 162.
  • 46 Donceel-Voûte 1988, fig. 373 p. 387.

25Dans le troisième panneau, situé à l’ouest de la scène aquatique, on distingue encore un paon debout devant un vase (fig. 16). La queue de l’oiseau est faite de trois cercles décorés ce qui rappelle le pavement de l’abside nord. Ces scènes avec deux paons flanquant un vase sont des symboles connus dans les pavements chrétiens et se retrouvent avec des variantes dans de nombreuses églises, comme l’église-nord de Banassara 42, l’église de Temanaa 43, l’église de Tell Ar 44, l’église de Khirbet Moqqa 45 en Syrie et l’église de Khân Khaldé 46 au Liban.

Figure 16.

Figure 16.

Paon flanquant un vase

(cliché M. Badawi)

  • 47 Voir ainsi Khoury 2005, fig. 54 p. 246 (église sud de Banassara), Jouéjati 2012a, fig. 5a p. 253, (...)

26Le dernier des quatre tableaux, à l’ouest de la scène animalière, est endommagé et les seuls petits fragments de motifs sont insuffisants pour formuler une interprétation assurée. Par contre, dans l’angle ouest du tapis principal, nous trouvons les restes de la bordure, formée de deux cordons entrelacés, un motif bien attesté à l’époque protobyzantine au Proche-Orient 47.

  • 48 La première interdiction découle d'une loi de Théodose II (427 ou 447), elle est confirmée en 534 (...)
  • 49 La forme géométrique de la croix – avec ses variantes – était connue dans les pavements antiques e (...)

27Au milieu du cadre, les entrelacs sont remplis de croix carrées à côtés échancrés sur un fond de tesselles blanches (fig. 17a). Il contient aussi des compositions géométriques de demi-cercles et de triangles qui s’adaptent au motif principal, ainsi que de rectangles décorés de zigzags multicolores. En dépit des interdictions légales de représenter la croix du Christ sur les pavements et tous types de sols, on remarque que des croix ont continué à être reproduites avec des variantes sur les pavements à l'époque même où la loi demandait qu'on les enlève 48. Dans l’esprit des donateurs, des mosaïstes, des administrateurs locaux ou autres, la croix représentait le symbole le plus fort et le plus parlant du christianisme 49. Quelques exemples sont connus dans la deuxième moitié du ve siècle et au vie siècle sur les pavements de Haouarté, de Tell ʿAr et – plus encore – sur ceux très célèbres du martyrium de l’église de la piscine Probatique en Palestine (fig. 17b, c et d).

Figure 17a.

Figure 17a.

Pavement avec motifs de croix situé à l’ouest de la nef centrale

(cliché M. Badawi)

Figure 17b.

Figure 17b.

Motif de croix à Haouarté

(cliché P. Donceel-Voûte)

Figure 17c.

Figure 17c.

Motifs de croix de Tell ʿAr

(cliché W. Khoury)

Figure 17d.

Figure 17d.

Motifs de croix dans l’église de la piscine Probatique à Jérusalem

(cliché Cl. Dauphin)

28Un autre panneau à l’ouest est analogue au précédent par ses dimensions. Son décor est complètement abîmé, suite à des travaux agricoles qui en ont révélé une partie au pied du mur ouest de la nef.

  • 50 Waliszewski 2005, fig. 47 p. 72.
  • 51 Khoury et al. 2012, p. 259-282.
  • 52 Donceel-Voûte 1988, fig. 142 p. 171.
  • 53 Waliszewski & Alpi 1997, fig. 9 p. 300.
  • 54 Abo Daluo 1994, fig. 8 p. 12.

29Dans le collatéral nord, un pavement bien conservé est décoré de fleurs composées d’une tige et de pétales sur un fond blanc à écailles (fig. 18). Ce décor, où un bouton de fleur ouvert se trouve au centre de chaque motif, est commun à de nombreuses églises, comme l’église de Tell Amarna 50 ou encore l’église de Hit 51. La fleur en forme de cœur se retrouve dans l’église d’el-Koursi 52 en Syrie, dans celle de Majdal Zoun 53 au Liban, et dans celle de Haufa en Jordanie 54. Le pavement du collatéral sud a été très endommagé. Seule la partie médiane est conservée. Pour autant qu’on puisse le constater, elle est semblable à la décoration du sol du collatéral nord.

Figure 18.

Figure 18.

Détail du motif d’écailles du collatéral nord

(cliché M. Badawi)

  • 55 Jouéjati 2012b, fig. 6 et 7, p. 279.
  • 56 Donceel-Voûte 1988, fig. 137 p. 168.
  • 57 Garreau & Curvers 2003, fig. 18 et 19, p. 293.
  • 58 Waliszewski & Alpi 1997, fig. 10 p. 301.

30Les entrecolonnements sont ornés de pavements rectangulaires en mosaïque. Dans le premier espace, entre l’abside et la première colonne, et dans le second entre la première et la seconde colonne, on trouve un tapis rectangulaire avec des lignes en zigzag (fig. 19a). Le même type existe dans l’église de Tell ʿAr 55. Entre les deuxième et troisième colonnes, un tapis est orné de trois cercles richement décorés, garnis en partie centrale de motifs de raisin et grenade (fig. 19b). On a trouvé quelques fragments de panneaux mosaïqués dans les entrecolonnements au sud de la nef. Le premier est orné de motifs géométriques en losange élaborés à partir de croix et des boutons de fleurs (fig. 19c). La même idée est présente dans l’église d’el-Koursi 56au sud de la Syrie, sur une mosaïque de Beyrouth 57 et dans l’église de Majdal Zoun 58 au Liban.

Figure 19a.

Figure 19a.

Motif géométrique d’entrecolonnement

(cliché M. Badawi)

Figure 19b.

Figure 19b.

Motif d’entrecolonnement de cercles et de fruits sur fond noir

(cliché M. Badawi)

Figure 19c.

Figure 19c.

Losanges de boutons de fleurs en motif d’entrecolonnement

(cliché M. Badawi)

Les annexes de l’église

  • 59 L’origine de ces destructions ne peut être précisée car ces espaces ont subi des séismes et des re (...)

31Autour du bâtiment principal de lʼéglise (fig. 6), les annexes n’ont pas été complètement fouillées, en particulier dans les secteurs est et nord. Les murs construits en blocs larges de 0,60-0,80 m sont conservés sur plusieurs assises. Quelques annexes étaient ornées de pavements en mosaïque extrêmement abîmés 59.

  • 60 Ces motifs sont répandus dans la région, notamment à Tel Ar en Syrie (Jouéjati 2012b, fig. 13 p. 2 (...)

32Au nord-ouest, il y avait une pièce (L XV) de dimension indéterminée, dont le mur oriental, conservé sur quatre assises, est relié au collatéral nord de la nef par la porte nord-ouest. On y a découvert une base de colonne centrale. La pièce est pavée d’une mosaïque à fond d’écailles et à motifs géométriques à croix centrale 60, composée de tesselles en calcaire de couleur gris foncé et beige et de fragments de terre cuite, n’évoquant aucun usage liturgique précis (fig. 20).

Figure 20.

Figure 20.

Annexe nord L XV

(cliché M. Badawi)

33À l’est de l’église, les pièces annexes n’ont pas été entièrement fouillées. Elles ont des dimensions variables. Leurs murs sont conservés sur quelques assises et elles sont parfois ornées de mosaïques très abimées. L’annexe L VI, pavée d’une mosaïque aux motifs géométriques semblables à ceux de l’annexe nord, ainsi que la pièce L VII sont toutes deux situées dans la partie sud-est de l’abside (qui devint une annexe de l’abside à une période ultérieure). Elles communiquaient avec l’espace L X (5 m nord-sud, 4,20 m est-ouest) par une porte d’une largeur de 0,80 m percée au centre du mur oriental ; dans ce dernier espace se trouve une base circulaire de colonne sur le sol en terre battue (fig. 21).

Figure 21.

Figure 21.

Annexes est L X et L XI, et espaces L VI, VII et VIII au premier plan

(cliché M. Badawi)

34Plus à l’est de l’annexe L X1 se trouve une pièce rectangulaire (L XIII) de 7,20 m de long et de 2 m de large, accessible par une porte large de 0,80 m à l’est. Son sol, fait d’un dallage de pierre, présente une dalle centrale d’1 m de large. Dans ce secteur, la partie mobile d’une meule en basalte (fig. 22) a été repérée, suggérant que l’une des dépendances était dédiée au stockage de diverses denrées, y compris du vin, et d’autres objets ou dons en nature.

Figure 22.

Figure 22.

Meule dans la dépendance L XIII

(cliché M. Badawi)

Éléments architecturaux du Moyen Âge

Le matériel archéologique

35D’assez nombreux objets de céramique, de bronze et de fer ont été découverts. La plupart se trouvaient dans les annexes de l’église. Ils paraissent dater des périodes protobyzantine et médiobyzantine.

Matériel métallique

  • 61 Morrisson 1970, AE 26 : p. 77, pl. XI. La série est datée 539-565 avec Justinien portant le casque (...)

36Le mobilier exhumé pendant les fouilles comprend des monnaies en bronze de l’époque byzantine. Par exemple, une monnaie de l’empereur Justinien, avec au droit la légende « notre maître Justinien est toujours roi », est datée de l’année 12 de son règne (539 apr. J.-C.) (fig. 2361. On trouve aussi certaines pièces datées des périodes ayyoubide et mamelouke, y compris quelques monnaies de l’époque du roi al-Zaher, et quelques pointes de flèches en fer.

Figure 23.

Figure 23.

Monnaie de Justinien

(cliché M. Badawi)

Matériel céramique

  • 62 Badawi 2004-2005, fig. 4 p. 210.
  • 63 Touma 1984, forme 2, fig. 96, no 100, p. 141-144.
  • 64 Bonifay 1996, no 7 et 10, p. 89.

37Peu d’objets en céramique ont été trouvés datant de l’époque byzantine. Certains sont des fragments de céramique sigillée, chypriote, phocéenne, nord-africaine, notamment deux lèvres de plats chypriotes (fig. 24, 1-2), d’un type daté du vie siècle apr. J.-C. Des objets d’un type semblable ont été répertoriés sur les sites de Musaytbeh 62, Ibn Hani 63 et Beyrouth 64.

  • 65 Sodini et al. 1980, fig. 219, no 6, p. 167.
  • 66 Bounni et al. 1976, fig. 24, no 10-11, p. 54.
  • 67 Badawi 2010, note 10, p. 268.
  • 68 Badawi 2010, fig. 6-7, no 1-2, p. 269.
  • 69 Touma 1984, fig. 59, no 34-35.

38On note aussi la présence de deux bords de plats de type phocéen (fig. 24, 3-4) et d’un fragment de plat avec une estampille en forme de croix (fig. 24, 5). Le même type a été identifié à Déhès 65 et à Ibn Hani 66. On a aussi trouvé quelques fragments de cruches dont la surface est polie (fig. 24, 6-7). Ces types datent du ve siècle apr. J.-C. et leur production s’est poursuivie jusqu’au vie siècle apr. J.-C. Le même type de cruche a été trouvé dans le théâtre de Jablé 67 et dans la tombe d’al-Thawra 68, dans la montagne de la région de Jablé, ainsi qu’à Ibn Hani 69.

Figure 24.

Figure 24.

Fragments de céramique protobyzantine

(Siraj Kobej)

  • 70 Pour plus d’exemples de ce type de décoration des anses, voir Orssaud 2001, fig. 2, no 17-20, p. 2 (...)

39Certaines des trouvailles d’objets et fragments en céramique peuvent être assignées à la période abbasside. Elles comprennent une cruche en pâte locale à base plate, à panse sphérique, avec un bouton ornemental sur l’anse (fig. 25, 1) 70, et une lampe moulée (fig. 25, 2) datées de cette période (ixe-xe s. apr. J.-C.), ainsi que quelques fragments de céramique telle une cruche de pâte locale, au bord manquant et à la base presque aplatie (fig. 25, 3).

40On ajoutera à ces trouvailles une amphore de table cannelée à anses, à la lèvre manquante et au cou court, dotée d’une base plutôt annulaire (fig. 25, 4). Ce type date du xive s., tout comme quelques fragments de type sgrafitto.

Figure 25.

Figure 25.

Fragments de céramique médiobyzantine

(Siraj Kobej)

Conclusion

  • 71 L’emplacement de la sacristie sud et de ses annexes n’a pas encore fait l’objet de fouilles archéo (...)

41L’église basilicale de ʿAin Salem, datée probablement de la deuxième moitié du vie siècle, présente des caractéristiques que l’on retrouve dans la plupart des églises de lʼOrient chrétien, en particulier dans les églises de Syrie du Nord. Mais elle présente surtout de nouveaux caractères propres aux églises de la côte syro-libanaise. Elle rappelle également les églises chypriotes par la forme externe de son chevet, qui pourrait présenter des pans polygonaux sur la façade est, au niveau de lʼannexe nord et de l’abside 71 (fig. 26 a et b).

Figure 26a.

Figure 26a.

Proposition de reconstitution de l’église de ʿAin Salem : vue générale

(Balsam Hassan)

Figure 26b.

Figure 26b.

Proposition de reconstitution de l’église de ʿAin Salem : intérieur

(Balsam Hassan)

42Nous notons également que les mosaïques de lʼéglise présentent des thèmes décoratifs liés aux traditions familières des pavements ecclésiaux : un paysage aquatique (de l’Oronte ?) et une scène d’animaux en vis-à-vis, un vase central flanqué de paon(s) ainsi que des croix et des motifs géométriques.

  • 72 Athnasio 1997, p. 542.

43Le monument a subi des destructions dues aux séismes et a été restauré. Les remplois et le matériel indiquent que l’église a continué d’être utilisée après la conquête arabe de 638 et jusquʼà lʼépoque abbasside au xie siècle. Il s’agit de la première église trouvée dans les montagnes de la région de Gabala, siège d’un évêché du patriarcat d’Antioche à lʼépoque byzantine, puis d’un diocèse latin à l’époque des Croisades sous le nom de Zibel 72.

Haut de page

Bibliographie

Abo Daluo (R.)
1994 « Rapport final des résultats de fouilles de Haufa al-Wastié en 1992 », ADAJ XXXVIII, p. 5-19 (en arabe).

Aliquot (J.)
2014-2015, « Note épigraphique sur deux cuves baptismales de Syrie », SO XII-XIII, Beyrouth, p. 117-120.

Al-Taʿani (H.)
1997 « Une ancienne église dans le village de Qamm », ADAJ XLI, p. 13-20 (en arabe).

Athnasio (H. A)
1997 La Syrie chrétienne du premier millénaire après J.-C., tome I, 1re éd, Beyrouth, (en arabe).

Badawi (M.)
2004-2005 « La céramique sigillée trouvée à tell Msaitbé, (Jablé) », AAAS XLVII-XLVIII, p. 205-216 (en arabe).

Badawi (M.)
2010 « La tombe protobyzantine d’Al-Thawra dans l’arrière-pays de Gabala (Jablé, Syrie) », Syria 87, p. 265-275.

Badawi (M.)
sous presse Les prospections archéologiques dans les montagnes côtières de Jablé, Berlin.

Beaudry, (N.) & Perreault (J. Y.)
2002-2003 « Travaux récents à la basilique de Ras el-Bassit », AAAS XLV-XLVI, p. 381-391.

Bounni (A.), Lagarce (J.), Lagarce (É) & Saliby (N.)
1976 « Rapport préliminaire sur la première campagne de fouilles (1975) à Ibn Hani (Syrie) », Syria 53, p. 233-279, fig. 1-30 [= AAAS 26, p. 27-63, fig. 1-30, en arabe].

Bonifay (M.)
1996 « Annexe 1, Bey 002 : les sigillées tardives », BAAL 1, p. 85-89.

Carasana (W.)
1997 « La fouille de l’église de Khirbat Darya en 1995 / al-Zʿatareh-Samad », ADAJ XLI, p. 21-36 (en arabe).

Carasana (W.) & al-Zoubdah (A.)
1998 « The excavation of the Huwara Church/Irbid 1996 », ADAJ XLII, p. 19-24.

Courbin (P.)
1986 « Bassit », Syria LXIII, 3-4, p. 175-220.

Dauphin (Cl.)
2011 « Un kontakion de pierres pour la Théotokos : la mosaïque du martyrion », Sainte-Anne de Jérusalem. La Piscine Probatique de Jésus à Saladin. Le projet Béthesda (1994-2010) [Proche-Orient Chrétien No Spécial], p. 57-134.

Donceel-Voûte (P.)
1988 Les pavements des églises byzantines de Syrie et du Liban. Décor, archéologie et liturgie, Louvain-la-Neuve.

Festugière (A. J.)
1959 Antioche païenne et chrétienne. Libanius, Chrysostome et les moines de Syrie, Paris.

Garreau (S.) & Curvers (H.)
2003 « Mosaïques de Berytus. Analyse stylistique et chronologique », BAAL 7, p. 281-320.

Gatier (P.-L.)
2008 « Héraclée-sur-Mer et la géographie historique de la côte syrienne », Studi Ellenistici XX, p. 269-283.

Hadjichristophi (Ph.)
2004 « Topographie du centre de Chypre au cours de lʼAntiquité tardive », Cahiers du Centre dʼétudes Chypriotes 34, p. 239-250.

IGLS IV
1955 L. Jalabert, R. Mouterde & C. Mondésert, Inscriptions Grecques et Latines de la Syrie. Tome IV : Laodicée, Apamène, nos 1243-1997 (BAH LXI), Paris.

Jouéjati (R.)
2012a « Lʼéglise de Temanaa », Syria 89, p. 235-258.

Jouéjati (R.)
2012b « Les mosaïques d'une église apostolique à Tell Aar », ZOrA 5, p. 271-293.

Khasaoné (N.)
1994 « Rapport final des fouilles de Kherbé, al-Bérez-Sama, al-Rosan en 1993 », ADAJ XXXVIII, p. 21-29 (en arabe).

Khoury (W.)
2005 « Banassara, un site de pèlerinage dans le Massif calcaire. Rapport sur les travaux menés en 2002-2004», Syria 82, p. 225-266.

Khoury (W.), Léonidas-Papaïoannou (E.), Rifai (M.) & Yaqoub (R.)
2012 « Lʼéglise Nord de Hit (Syrie du Sud) », Syria 89, p. 259-282.

Khoury (W.) & Riba (B.)
2013 « Les églises de Syrie (ive-viie siècle) : essai de synthèse », F. Briquel Chatonnet (éd.), Les églises en monde syriaque (Études syriaques 10), Paris, p. 41-84.

Morrisson (C.) 1970, Catalogue des monnaies byzantines de la Bibliothèque Nationale, 2 vol. (tome I : d’Anastase Ier à Justinien II [491-711] ; tome II : de Philippicus à Alexis III [711-1204]), Paris.

Moulhem (I.)
1998 «La fouille de l’église de Khirbet al-Dweir / Jénine al-Safa 1997 », ADAJ XLII, p. 25- 37 (en arabe).

Orssaud (D.)
2001 « Les céramiques à glaçure monochrome de Qalʿat Semʿan », E. Villeneuve & P. Watson (éd.), La céramique byzantine et proto-islamique en Syrie-Jordanie (ive-viiie siècles apr. J.-C.) [BAH 159], Beyrouth, p. 215-220.

Peña (I.), Castellana (P.) & Fernandez (R.)
1987 Inventaire du Jébel Baricha. Recherches archéologiques dans la région des Villes Mortes de la Syrie du Nord (Studium Biblicum Franciscanum, collectio minor 33), Jérusalem.

Peña (I.), Castellana (P.) & Fernandez (R.)
1990 Inventaire du Jébel El-Aʾla. Recherches archéologiques dans la région des Villes Mortes de la Syrie du Nord (Studium Biblicum Franciscanum, collectio minor 31), Jérusalem.

Piccirillo (M.)
1989 Chiese e mosaici di Madaba (Studium Biblicum Franciscanum, collectio maior 34), Jérusalem.

Piccirillo (M.)
1993 The Mosaics of Jordan (ACOR Publications 1), Amman.

Sodini (J.-P.) et al.
1980 « Déhès (Syrie du Nord) Campagnes I-III (1976-1978) : recherches sur l’habitat rural », Syria LVII, p. 1-304.

Strube (C.)
1993 Baudekoration im Nordsyrischen Kalksteinmassiv, I: Kapitell – Tür und Gesimdformen der Kirchen des 4. und 5. Jahrhunderts n. Chr. (Damaszener Forschungen 11), Mayence.

Strube (C.)
2002 Baudekoration im Nordsyrischen Kalksteinmassiv, II: Das 6. und frühe 7. Jahrhundert (Damaszener Forschungen 11), Mayence.

Touma (M.)
1984 La céramique byzantine de la Syrie du Nord du ive au visiècle‚ thèse de doctorat, Paris.

Waliszewski (T.) & Alpi (F.)
1997 « Une église byzantine à Majdal Zoun (Liban-Sud) », BAAL 2, p. 290-306.

Tchalenko (G.) & Baccache (E.)
1979 Églises de village de la Syrie du Nord. 1 : planches (BAH CV), Paris.

Baccache (E.)
1980 Églises de Villages de la Syrie du Nord. 2, Album : documents photographiques des archives (BAH CV), Paris.

Waliszewski (T.)
2005 « Les pavements de mosaïque de l’église de Tell Amarna », Ö. Tunca, T. Waliszewski & V. Koniordos (éd.), Tell Amarna en Syrie. Couleurs de la chrétienté : de la poterie peinte au VIe millénaire av. J.-C. aux mosaiques byzantines, Catalogue de l’exposition, Musée Royal de Mariemont, 19 juin-15 août 2005, Bruxelles-Varsovie, p. 67-28.

Haut de page

Notes

1 L’équipe est composée de l’auteur (directeur), Abd Alsattar Sabagh (archéologue), Shirin Qadoun (archéologue), Mohammad Ali (archéologue), Balsam Hassan (architecte), Sahar Zalaf (topographe) et Sirage Kobesh (dessinateur).

2 IGLS IV, Donceel-Voûte 1988, Khoury & Riba 2013 et Gatier 2008.

3 Prospections réalisées par l’auteur ; voir Badawi sous presse.

4 Sur la découverte d’une tombe protobyzantine à al-Thawra, voir Badawi 2010, p. 265-275. En 2005, un complexe religieux datant de l’époque romaine a été exhumé pendant des fouilles archéologiques de sauvetage dirigées par l’auteur sur le site du Qemet Nibal, tandis que des fouilles et des restaurations ont été réalisées dans les forteresses de Minaqa et Bani Qahtan.

5 Dans le cadre du programme de publications des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS), piloté par le laboratoire HiSoMA (UMR 5189, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon) et soutenu par l’Institut français du Proche-Orient.

6 Strube 1993, Tafel 67f.

7 Strube 2002, Tafel 113d.

8 Strube 2002, Tafel 55f.

9 Sodini et al. 1980, pl. II, et Strube 2002, Tafel 101e.

10 Strube 2002, Tafel 107d.

11 Baccache 1980, p. 99-175.

12 Baccache 1980, p. 338 (no 533), p. 339 (no 534) et p. 141 (no 338).

13 Des fragments des arcs sont visibles en remploi dans les murs délimitant les propriétés voisines.

14 Courbin 1986, fig. 55 p. 214.

15 Aliquot 2014-2015, fig. 3 p. 120.

16 Peña, Castellana & Fernandez 1987, fig. 10 p. 36, fig. 42 p. 58, fig. 46 p. 62, fig. 157 p. 163, fig. 172 p. 178 et fig. 180 p. 187.

17 Peña, Castellana & Fernandez 1990, fig. 122 p. 167, fig. 125 p. 186.

18 Ces graffiti se trouvent aussi sur les tours de reclus, les hôtelleries et autres édifices voisins des églises.

19 Tchalenko & Baccache 1979, fig. 388 p. 236.

20 Beaudry & Perreault 2002-2003, fig. 9 p. 384.

21 Les piliers sont conservés dans le jardin du musée de Lattaquié. Voir l’article de M. Redwan dans ce dossier.

22 Moulhem 1998, p. 28.

23 Beaudry & Perreault 2002-2003, fig. 8 p. 385.

24 Donceel-Voûte 1988, fig. 182 p. 202.

25 Tchalenko & Baccache 1979, fig. 9 p. 6.

26 Jouéjati 2012a, fig. 6 p. 253.

27 Waliszewski 2005, fig. 42 p. 68 et fig. 53 p. 76.

28 Khoury 2005, fig. 67 p. 250.

29 Donceel-Voûte 1988, fig. 36 p. 65 et fig. 37 p. 67.

30 Donceel-Voûte 1988, fig. 137 p. 168.

31 Al-Taʿani 1997, fig. 2a p. 15.

32 Waliszewski & Alpi 1997, fig. 6 p. 299.

33 Donceel-Voûte 1988, fig. 358 p. 375 et fig. 367 p. 381.

34 Garreau & Curvers 2003, fig. 11 p. 289.

35 Khoury 2005, fig. 57 p. 248.

36 Donceel-Voûte 1988, fig. 344 p. 360.

37 Khoury 2005, fig. 56, p. 247.

38 Donceel-Voûte 1988, p. 541

39 Jouéjati 2012a, fig. 3, p. 252.

40 Vase flanqué d’un paon et d’un faisan : Donceel-Voûte 1988, p. 387 fig. 373.

41 Piccirillo 1989, p. 33.

42 Khoury 2005, fig. 26 p. 239.

43 Jouéjati 2012a, fig. 15 p. 258.

44 Jouéjati 2012b, fig. 18 p. 283.

45 Donceel-Voûte 1988, fig. 134 p. 162.

46 Donceel-Voûte 1988, fig. 373 p. 387.

47 Voir ainsi Khoury 2005, fig. 54 p. 246 (église sud de Banassara), Jouéjati 2012a, fig. 5a p. 253, 48 (église de Temanaa), Donceel-Voûte 1988, fig. 24 p. 49 (église de Deir el-ʿAdas) et fig. 111 p. 141 (église de Saint-Georges, Khirbet el-Houad), Carasana 1997, fig. 22 p. 33 (église de Khirbat Darya en Jordanie).

48 La première interdiction découle d'une loi de Théodose II (427 ou 447), elle est confirmée en 534 par le code Justinien (CJ I, 8, 1). Elle ne vise pas seulement les mosaïques, mais aussi les représentations sur le sol, qu’elles soient sur pierre ou sur marbre.

49 La forme géométrique de la croix – avec ses variantes – était connue dans les pavements antiques et son identification en tant que symbole ou simple motif n’était pas toujours assurée sur les mosaïques chrétiennes.

50 Waliszewski 2005, fig. 47 p. 72.

51 Khoury et al. 2012, p. 259-282.

52 Donceel-Voûte 1988, fig. 142 p. 171.

53 Waliszewski & Alpi 1997, fig. 9 p. 300.

54 Abo Daluo 1994, fig. 8 p. 12.

55 Jouéjati 2012b, fig. 6 et 7, p. 279.

56 Donceel-Voûte 1988, fig. 137 p. 168.

57 Garreau & Curvers 2003, fig. 18 et 19, p. 293.

58 Waliszewski & Alpi 1997, fig. 10 p. 301.

59 L’origine de ces destructions ne peut être précisée car ces espaces ont subi des séismes et des restaurations et ils ont été réoccupés, détruits et cultivés. Certaines similitudes font penser à l’église de Qamm (al-Taʿani 1997, fig. 8 et 10, p. 18) et à celle de Kherbé al-Bérez-Sama al-Rosan en Jordanie (Khasaone 1994, fig. 6 p. 26 ; fig. 9 p. 27). Ces deux cas sont marqués par les passages iconophobes du viiie et du ixe siècle mentionnés dans Piccirillo 1993, mais on ne saurait attribuer à ces mêmes phénomènes les dégâts de l’église de ʿAin Salem avec certitude, en raison des nombreuses représentations animalières qui sont ici restées intactes.

60 Ces motifs sont répandus dans la région, notamment à Tel Ar en Syrie (Jouéjati 2012b, fig. 13 p. 281), Beyrouth (Garreau & Curvers 2003, fig. 11 p. 289), Majdal Zoun au Liban (Waliszewski & Alpi 1997, fig. 5 p. 298) et Huwara près d’Irbid en Jordanie (Carasana & al-Zoubdah 1998, fig. 4 p. 21).

61 Morrisson 1970, AE 26 : p. 77, pl. XI. La série est datée 539-565 avec Justinien portant le casque et le bouclier. Ici on note aussi dans sa main droite le globe crucifère ; dans le champ à droite une croix ; la cuirasse est ornée de trois points et de part et d’autre de l’empereur se lit l’inscription : DNIVSTINI ANVSPPAVC.

62 Badawi 2004-2005, fig. 4 p. 210.

63 Touma 1984, forme 2, fig. 96, no 100, p. 141-144.

64 Bonifay 1996, no 7 et 10, p. 89.

65 Sodini et al. 1980, fig. 219, no 6, p. 167.

66 Bounni et al. 1976, fig. 24, no 10-11, p. 54.

67 Badawi 2010, note 10, p. 268.

68 Badawi 2010, fig. 6-7, no 1-2, p. 269.

69 Touma 1984, fig. 59, no 34-35.

70 Pour plus d’exemples de ce type de décoration des anses, voir Orssaud 2001, fig. 2, no 17-20, p. 220.

71 L’emplacement de la sacristie sud et de ses annexes n’a pas encore fait l’objet de fouilles archéologiques.

72 Athnasio 1997, p. 542.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1a.
Légende Plan de l’arrière-région de Jablé avec, au centre, ʿAin Salem
Crédits (complété par M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Figure 1b.
Légende Vestiges du site de ʿAin Salem, sur un flanc de la montagne de Lattaquié
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Figure 2.
Légende Aménagement de l’entrée vers la source antique de ʿAin Salem
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Figure 3.
Légende Bassin en calcaire trouvé à proximité de la source
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Figure 4.
Légende Couvercle de sarcophage trouvé dans les parages du site
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Figure 5.
Légende Vue de la nef centrale et du sanctuaire
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Figure 6.
Légende Relevé pierre à pierre du plan de l’église
Crédits (plan Sahar Zalaf)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Figure 7.
Légende Plan proposé avec emplacement des colonnes et reconstitution d’une absidiole au sud
Crédits (Balsam Hassan)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 8a.
Légende Chapiteau de l’église remployé dans un mur tardif
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 8b.
Légende Reconstruction tardive de la partie sud de l’abside avec la niche centrale
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Figure 9.
Légende Fragment de linteau avec motif de croix
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 10.
Légende Graffito représentant une croix fourchue
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 11.
Légende Vestiges du chancel in situ et restitution graphique
Crédits (Balsam Hassan)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 12.
Légende Abside nord et restes des motifs du pavement mosaïqué
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 13a.
Légende Motif de la bordure du grand tapis de la nef centrale
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 13b.
Légende Détail des deux panneaux au pied du chœur
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 14.
Légende Scène aquatique de Khaldé-Choueifat
Crédits (cliché P. Donceel-Voûte)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre Figure 15a.
Légende Détail de la scène aquatique : poisson et flots en lignes de tesselles blanches
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 15b.
Légende Détail de la scène aquatique : poissons et flots jaillissant d’une jarre
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Figure 15c.
Légende Détail de la scène animalière : lièvre grignotant du raisin
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 15d.
Légende Détail de la scène animalière : cerf et branches fleuries
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 16.
Légende Paon flanquant un vase
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 17a.
Légende Pavement avec motifs de croix situé à l’ouest de la nef centrale
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 17b.
Légende Motif de croix à Haouarté
Crédits (cliché P. Donceel-Voûte)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 17c.
Légende Motifs de croix de Tell ʿAr
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Figure 17d.
Légende Motifs de croix dans l’église de la piscine Probatique à Jérusalem
Crédits (cliché Cl. Dauphin)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 18.
Légende Détail du motif d’écailles du collatéral nord
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 19a.
Légende Motif géométrique d’entrecolonnement
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Figure 19b.
Légende Motif d’entrecolonnement de cercles et de fruits sur fond noir
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Figure 19c.
Légende Losanges de boutons de fleurs en motif d’entrecolonnement
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Figure 20.
Légende Annexe nord L XV
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 21.
Légende Annexes est L X et L XI, et espaces L VI, VII et VIII au premier plan
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 22.
Légende Meule dans la dépendance L XIII
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 23.
Légende Monnaie de Justinien
Crédits (cliché M. Badawi)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 24.
Légende Fragments de céramique protobyzantine
Crédits (Siraj Kobej)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Figure 25.
Légende Fragments de céramique médiobyzantine
Crédits (Siraj Kobej)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 26a.
Légende Proposition de reconstitution de l’église de ʿAin Salem : vue générale
Crédits (Balsam Hassan)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 26b.
Légende Proposition de reconstitution de l’église de ʿAin Salem : intérieur
Crédits (Balsam Hassan)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9743/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Massoud Badawi, « Lʼéglise de ʿAin Salem dans la région de Gabala (Jablé, Syrie) »Syria, 96 | 2019, 37-56.

Référence électronique

Massoud Badawi, « Lʼéglise de ʿAin Salem dans la région de Gabala (Jablé, Syrie) »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/9743 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.9743

Haut de page

Auteur

Massoud Badawi

Direction générale des Antiquités et des Musées, Jablé, Syrie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search