Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Églises paléo-chrétiennes à absid...Influences du chevet de Qalʿat Se...

Églises paléo-chrétiennes à absides saillantes au Levant

Influences du chevet de Qalʿat Semʿan sur les églises de Syrie

L’exemple des églises du Massif calcaire
Widad Khoury
p. 69-96

Résumés

La mise en œuvre d’un chevet à colonnes dans de nombreuses églises syriennes indique le désir de les doter d’un caractère monumental rappelant l’architecture du grand centre de pèlerinage de Saint-Syméon. Le chevet à trois absides saillantes du martyrium de Saint-Syméon n’a été observé qu’à Kafr ʿAqab et à Bahr el-Midan, mais certains de ces éléments ont été repris dans une douzaine de basiliques locales. Cela s’exprime par la reproduction simplifiée du décor à colonnes ou par l’adaptation du plan tri-absidial du chevet. Ces adaptations, non datées avec précision, varient selon les difficultés techniques et le coût élevé des travaux.
Outre le chevet, le martyrium de Saint-Syméon a introduit de nombreux décors novateurs caractéristiques. Son chevet à colonnes rappelle le Saint-Sépulcre de Jérusalem, que les églises de pèlerinage reproduisent sous différentes formes ; son ancienneté et son originalité expliquent sa diffusion et aident à comprendre ses circuits à travers l’empire.

Haut de page

Texte intégral

Cadre géographique et administration religieuse

  • 1 Cette étendue sera réduite avec l’indépendance de l’église de Chypre, déclarée à la suite du conci (...)
  • 2 Vogüé 1865-1877.
  • 3 L’église de Tourmanine fut démantelée peu de temps après le passage de M. de Vogüé par les autorit (...)
  • 4 Butler 1903.

1La construction de l’important sanctuaire de Qalʿat Semʿan marque l’architecture ecclésiale par sa conception novatrice et la richesse de ses décors sculptés. Cette influence s’étend sur de larges parties du territoire du patriarcat d’Antioche dont les provinces s’étendaient du Sinaï à la Cilicie 1. Mais le présent travail se limite aux jebels du Massif calcaire dans l’Antiochène (Syrie première), là où se trouvent les églises aux chevets qui reflètent particulièrement l’influence du fameux chevet de Qalʿat Semʿan, le grand sanctuaire martyriel dédié à saint Syméon, le premier stylite. Quelques-unes parmi ces églises à chevets figurent dans la publication de M. de Vogüé dédiée à l’architecture de la Syrie centrale 2, ouvrage qui présente le seul témoignage illustré de l’église de Tourmanine 3. Butler les reprit et en ajouta d’autres comme Deir Seta, dont le chevet droit forme une nouvelle variante des influences des décors de Qalʿat Semʿan 4.

  • 5 Peña 1977 et 2000 ; Peña, Castellana & Fernandez 1987, 1990, 1999 et 2003.
  • 6 Strube 2002, où sont étudiés les décors des églises de la Madrassa al-Hallawiya, Bassoufane, Deir (...)
  • 7 Biscop & Sodini 1984, p. 267-330. À cette occasion, une importante mise au point sur la chronologi (...)
  • 8 Biscop & Sodini 1987, p. 107-129.
  • 9 Khoury & Castellana 1990.
  • 10 La mission archéologique syrienne de Banassara et du jebel Wastani, service des fouilles et des ét (...)
  • 11 Khoury 2005, p. 225-266.
  • 12 Riba 2018.

2Dans les années 1980, ces chevets, leur nombre et leurs décors se font plus présents et apparaissent dans les publications des Pères Peña, Castellana et Fernandez 5, de Christine Strube 6 et de Jean-Pierre Sodini et Jean-Luc Biscop. Parmi ces dernières, l’article de J.-P. Sodini et J.-L. Biscop paru en 1984 7 observe l’influence de la construction de Qalʿat Semʿan sur l’architecture religieuse régionale à travers l’analyse de son chevet oriental, d’un type précédemment non attesté dans la région, qui était constitué de trois absides saillantes dont la principale – au centre – était parée d’un double ordre de colonnes. L’autre étude des mêmes auteurs, parue en 1987 8, montrait que ce rayonnement s’étendait aux confins occidentaux du Massif calcaire, au sein du jebel Wastani. La prospection du jebel Wastani se poursuit ainsi que le relevé de ses églises 9. La mise en place de la mission archéologique syrienne de « Banassara et du jebel Wastani 10 » a permis de faire avancer l’étude des données de la région et de compléter l’étude précise de Banassara 11 ainsi qu’une étude monographique complète de Kafr ʿAqab 12. Ces études ont apporté un supplément d’informations concernant les églises rassemblées au nord du jebel et sur l’influence de l’architecture de Qalʿat Semʿan qu’elles reflètent à travers leurs chevets et leurs décors.

  • 13 Mission archéologique syrienne de Bahr el-Midan, service des fouilles de la Direction des Antiquit (...)
  • 14 Sodini 2010, p. 318.

3Cette influence s’étendait vers l’ouest au-delà du jebel Wastani, jusqu’au littoral où une église à trois absides saillantes a été mise au jour 13. Elle apparaît aussi dans l’architecture et le décor des églises de Resafé 14 dans la steppe syrienne et au-delà jusqu’à l’Euphrate. En effet, la construction du martyrium offre plus qu’un modèle inédit de chevet mais aussi une nouvelle gamme de décors variés et des compositions plus riches. Cette présente contribution est dédiée aux seules églises dont le chevet préservé reflète, sous ses différentes variantes, les formes et éléments décoratifs inspirés du chevet de Qalʿat Semʿan (fig. 1).

Figure 1.

Figure 1.

Carte du patriarcat d’Antioche et des centres épiscopaux de Syrie

(Tchalenko 1953, II, p. 1)

Contexte architectural du Massif calcaire

4Les monuments du Massif calcaire, en particulier ses églises, présentent des programmes de décors sculptés d’une grande richesse répartis à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments. D’innombrables motifs géométriques et végétaux couvrent les chapiteaux, les linteaux et les autres éléments d’apparat aussi bien du sanctuaire que des nefs. Les façades se distinguent par des proportions harmonieuses et des compositions architecturales soignées, rehaussées par des variantes de motifs et de moulures.

5L’abondance du décor sculpté s’explique par l’influence de l’art des grandes villes romaines de la région : Antioche, Apamée et Alep à l’ouest, jusqu’à Palmyre et Hatra aux confins orientaux de l’empire.

6La christianisation et le rayonnement de Constantinople, devenue capitale de l’empire d’Orient, donnent à l’art un nouvel élan qui atteint les centres urbains et ruraux ; la construction des églises en est l’expression majeure. De nombreux ateliers tant urbains que locaux sont investis dans cette nouvelle architecture : au ive s., les églises prennent déjà leurs formes basilicales.

  • 15 Strube 2002, p. 5-20, et Strube 1986, 109-123.

7Les églises du Massif calcaire, situé au centre des influences des trois grandes cités, offrent un ensemble presque unique par le témoignage de leurs vestiges miraculeusement préservés. La qualité de la pierre a permis l’exécution de décors fins composés de motifs traditionnels, en particulier les acanthes, essentiellement sur les chapiteaux 15.

  • 16 Tchalenko 1990, p. 19-22.
  • 17 Strube 1993, p. 1-20.
  • 18 Strube 2002.
  • 19 Naccache 1992, p. 151-155 et 261-263 ; Naccache 1999, p. 193-194 ; Milson 2003, p. 159-182.

8Les églises – plus nombreuses – du ve s. sont marquées par l’intervention d’architectes novateurs. Parmi eux, Julianos 16 introduit de nouveaux procédés largement adoptés après lui dans les églises de villages (Brad) et Markianos Kyris 17, membre du clergé et architecte local, construit entre 390 et 425 les églises de Babisqa, Baʿude (392-393), Kseigbe (414), Dar Qita (418) et le monastère de Qasr el-Banat dans le jebel Baricha 18. Il a apporté de nouveaux motifs géométriques et floraux et créé des décors en bandeaux disposés en ordres successifs aux proportions harmonieuses et savantes 19. Ces innovations ont profondément marqué le décor des portes, des linteaux et des chapiteaux des églises pendant plusieurs décennies, allant même au-delà de la construction du martyrium de Qalʿat Semʿan.

Brève présentation du martyrium cruciforme de Qalʿat Semʿan

  • 20 Les travaux de la mission archéologique française sur le site, entamés par Georges Tchalenko, ont (...)
  • 21 Sodini & Biscop 2011 et Biscop 2005.
  • 22 Biscop & Sodini 1984, p. 267-330.

9Le monument est édifié entre 470 et 490 à l’initiative de l’empereur Léon, à partir des plans conçus à Constantinople ou à Antioche et exécutés par des équipes urbaines 20. Il présente une ampleur comparable à la grande église de Saint-Ménas où à celle de Saint-Jean d’Éphèse. Les pèlerins suivaient un long itinéraire depuis la voie sacrée en contrebas, accédaient à l’entrée sud du site et dépassaient le baptistère et les édifices longeant l’esplanade vers le nord, pour accéder à la basilique sud du martyrium cruciforme par une entrée monumentale 21 (fig. 2a et b). Celle-ci, d’aspect original, se distingue par trois frontons triangulaires surmontant des arcs aux riches décors. Le martyrium est composé de quatre basiliques 22 en forme de croix qui s’articulent autour d’un octogone central entourant la colonne du stylite, but du pèlerinage. Les pèlerins se dirigeaient ensuite vers la basilique orientale pour la célébration de la sainte liturgie au pied de l’arc triomphal du sanctuaire, composée d'une abside centrale flanquée de deux absides latérales occupant l’emplacement des annexes (fig. 3a et b). De l’extérieur, le chevet présente une composition architecturale novatrice avec ses trois absides saillantes, offrant en outre un riche programme décoratif caractérisé par deux ordres de colonnettes surmontées de conques (fig. 3c).

Figure 2a.

Figure 2a.

Sanctuaire de Qalʿat Semʿan vu depuis l'entrée de l’enceinte, au premier plan, jusqu’au martyrium cruciforme, au fond

(photo cerf-volant Yves Guichard)

Figure 2b.

Figure 2b.

Martyrium cruciforme de Qalʿat Semʿan

(photo cerf-volant Yves Guichard)

Figure 3a.

Figure 3a.

Plan du chevet à trois absides de la basilique est du martyrium et ses annexes déplacées sur les côtés

(dessin J.-L. Biscop)

Figure 3b.

Figure 3b.

Sanctuaire du martyrium de Qalʿat Semʿan

(cliché J.-L. Biscop)

Figure 3c.

Figure 3c.

Chevet à trois absides saillantes du martyrium de Qalʿat Semʿan

(cliché J.-L. Biscop)

10La basilique orientale avec son chevet à trois absides présente diverses particularités fonctionnelles, structurelles et décoratives. L’une d’entre elles est le déplacement des deux annexes, flanquant d’ordinaire l’abside centrale, qui sont maintenant accolées aux extrémités sud-est et nord-est des nefs latérales et accessibles par deux portes percées dans chacune des deux parois à hauteur de l’avancée surélevée du sol du sanctuaire sur toute sa largeur (fig. 3c).

11Le chevet se compose d’une plinthe portant six piédestaux destinés à supporter les bases de colonnes monolithes ornées de chapiteaux corinthiens. Ces derniers sont surmontés d’impostes engagées situées au niveau de la corniche qui sépare les deux ordres. Les impostes portent à leur tour les bases des colonnes supérieures, plus petites, coiffées également de chapiteaux corinthiens. Tout en haut, une série de consoles maintenait des blocs à conques décorés de différents motifs sculptés.

12Le martyrium cruciforme, outre sa forme, fait également appel à de nouvelles techniques, telle la mise en place d’absides remplaçant les quatre angles à l’intersection des deux branches de la croix, procédé qui a permis la création de huit points d’appui pour soutenir les arcs de l’octogone central et la création d’un déambulatoire octogonal autour de la colonne, permettant la communication entre les quatre basiliques.

  • 23 Strube 1993, p. 205-252, pl. 86-117.

13Les façades comportent beaucoup d’innovations dont les moulures enveloppantes, qui se terminent par des volutes, et les chapiteaux dont les acanthes offrent de nombreuses et nouvelles variantes de formes et de dispositions, comme celle à feuilles inclinées par le vent devenue typique du monument 23. En outre, une infinité de motifs floraux et de variations sur le chrisme viennent enrichir le répertoire des décors (fig. 4a et b).

Figure 4a.

Figure 4a.

Entrée monumentale sud du martyrium de Qalʿat Semʿan

(http://ananke.blog.lemonde.fr/​2006/​10/​14/​2006_10_voyage_en_syrie_1/​)

Figure 4b.

Figure 4b.

Détail des motifs décoratifs nouveaux de Qalʿat Semʿan : chapiteaux, moulures et volutes

(cliché W. Khoury)

Chevets d’églises apparentés à celui de Qalʿat Semʿan

14Ce projet, initié à Byzance et réalisé dans l’arrière-pays d’Antioche avec le concours d’ateliers locaux, marque l’architecture et le décor des églises à venir, sur place comme partout ailleurs. La réception de ces nouveaux apports dans les villages s’est effectuée selon des degrés divers qui dépendaient des moyens financiers, des traditions locales, des difficultés techniques et du développement de l’architecture ecclésiale. On pense aussi aux conséquences des tremblements de terre, qui ont conduit à mettre en place des travaux de construction de plus en plus simples et rapides notamment en ce qui concerne l’abside saillante. Ainsi, les églises à chevets apparentés au chevet de Qalʿat Semʿan présentent des aspects qui varient entre une imitation fidèle et l’adoption de traits architecturaux et décoratifs propres au grand sanctuaire.

  • 24 Tchalenko 1953 ; Strube 1993 ; Sodini 2010.

15Aucun chevet identique à celui de Qalʿat Semʿan n’a été retrouvé à ce jour, mais un certain nombre d’églises disséminées dans le Massif calcaire et ailleurs en Syrie s’en sont inspirées de diverses manières 24. Ces monuments peuvent être groupés en cinq catégories, selon le plan du chevet : la première est composée de deux églises pourvues d’une abside saillante ; la seconde comprend cinq édifices caractérisés par une abside saillante inscrite entre les deux annexes ; la troisième rassemble deux édifices à trois absides saillantes, mais où l’existence de colonnes adossées n’est pas prouvée ; la quatrième est caractérisée par des chevets à absides inscrites à l’intérieur d’un mur droit avec des colonnes adossées à l’extérieur, enfin une cinquième catégorie regroupe des versions atypiques de chevets remaniés avec des compositions de formes et de motifs évoquant le chevet du grand sanctuaire.

Les édifices à une abside saillante

  • 25 Tchalenko 1953, II, pl. XIII-6.
  • 26 Sodini & Biscop 1984, p. 267-330, datent l’église de Qalblosé de la fin du ve s. ou du début du vi(...)
  • 27 Butler 1903, p. 221-225; Strube 1996, p. 94-115, pl. 12-19.

16Une seule abside saillante est attestée au ive s. pour le chevet de l’église de Nuriyé dans le jebel Baricha 25, puis cette forme est probablement abandonnée en raison des difficultés de sa construction par rapport aux chevets droits traditionnels. Toutefois, l’abside saillante se retrouve dans deux basiliques à trois nefs du jebel Aʿla, construites probablement sous l’influence du chevet du grand sanctuaire de Saint-Syméon, achevé en 490 26. À Qalblosé 27, seule l’abside saillante centrale du modèle est reprise ; elle rassemble tous les éléments employés à Qalʿat Semʿan, à l’exception des piédestaux, remplacés par un socle destiné à recevoir les colonnes de l’ordre inférieur, couronné, à l’instar du deuxième ordre, par les chapiteaux corinthiens. On observe aussi l’absence de conques au sommet de la composition, remplacées par une simple corniche moulurée. En outre, les annexes traditionnelles sont disposées de part et d’autre du chœur, à l’intérieur de la salle (fig. 5).

Figure 5.

Figure 5.

Abside saillante de l’église de Qalblosé : vue, coupe et plan du chevet

(J.-L. Biscop)

  • 28 Lassus 1947, p. 272, pl. LII ; Butler 1920, II, p. 313

17La basilique de Kimar, dans le jebel Semʿan, postérieure aux deux précédentes et datée au vie s. 28, présente aussi un chevet à abside saillante, dont le décor simple se distingue par des fenêtres rectangulaires entourées de moulures et par des colonnes qui reposent sur les consoles situées à la hauteur du sommet des linteaux (fig. 6).

Figure 6.

Figure 6.

Abside saillante de l’église de Kimar : vue, coupe et plan du chevet

(J.-L. Biscop)

  • 29 Butler 1903, p. 149-150, date l’église du ve s. et ne suggère pas de fonction à la double structur (...)
  • 30 Tchalenko 1953, II, pl. X, 2 – XIII, 7, reprend la datation précédemment proposée par Butler.

18À ces deux exemples s’ajoute aussi la petite église est de Kfeir dans le jebel Aʿla 29 où l’abside saillante est entourée de piliers 30 (fig. 7a et b). Plus tard l’abside saillante se retrouve sur les chevets de quelques petites chapelles du Massif.

Figure 7a.

Figure 7a.

Abside saillante de l’église est de Kfeir entourée de piliers

(cliché W. Khoury)

Figure 7b.

Figure 7b.

Plan de l’église est de Kfeir

(d’après Butler 1903)

Les édifices à abside saillante inscrite entre les annexes

  • 31 Lassus 1947, p. 63-4 et 177.
  • 32 Butler 1969, p. 67 et 225.

19Les églises à absides inscrites entre les sacristies sont elles aussi peu répandues dans la région. L’église de Fafertine, datée de 372, présente le seul exemple de ce type de chevet 31. Ce modèle de chevet réapparaît à la fin du ve s. et au vie s. – après la construction du martyrium de Qalʿat Semʿan – dans certaines églises pour refléter le décor du grand sanctuaire. La nouvelle disposition architecturale permet d’améliorer la stabilité de l’abside et la mise en place des toitures. La seule église de ce groupe datée par une inscription est celle de Bassoufane (fig. 8a et b), édifiée en 491-492 32, tout de suite après Qalʿat Semʿan non loin duquel elle se trouve, et qui a sans doute bénéficié du savoir-faire des équipes ayant œuvré sur le chantier du grand sanctuaire voisin. Le chevet est mal conservé mais on peut y observer l’ordre inférieur des colonnes surmonté d’impostes sur lesquelles reposait le second ordre alors que des blocs à conques sont disposés sur une alternance d’impostes et de consoles selon un procédé identique à celui de Qalʿat Semʿan.

Figure 8a.

Figure 8a.

Plan de l’église de Bassoufane

(Butler 1969)

Figure 8b.

Figure 8b.

Façade sud de l’église de Bassoufane et vestiges de moulures

(cliché B. Riba)

  • 33 Vogüé 1865-1877, pl. 134.

20Plus au sud, aux abords immédiats de la plaine de Dana, l’église du monastère de Deir Tourmanine (fig. 9a et b), connue grâce aux précieux relevés réalisés par M. de Vogüé et E. Duthoit 33, témoigne d’un chevet très proche de celui de Bassoufane, son abside se distinguant à l’extérieur par sept pans et par la présence de deux colonnes au lieu d’une seule entre les fenêtres. On retrouve en effet les deux niveaux de colonnes plaqués contre l’abside centrale, les conques, les moulures et des motifs sculptés analogues. À ces deux nouveautés s’ajoutent la suppression des consoles et un programme ornemental beaucoup plus riche comparé aux autres édifices de cette catégorie.

Figure 9a.

Figure 9a.

Perspective et chevet de l’église de Tourmanine

(Vogüé 1865-1877)

Figure 9b.

Figure 9b.

Plan et reconstitution du chevet de l’église de Tourmanine

(Tchalenko 1953)

  • 34 Strube 2002, p. 23-39, 84-85 et 205-252, pl. 23-30.

21Dans le jebel Baricha, les églises de Banqoussa (église sud), datée du milieu du vie s. 34, et de ʿArchine appartiennent toutes les deux au même type d’édifice que les deux églises précédentes. Toutefois on y observe que les départs de murs des absides centrales sont plus solidement intégrés aux murs droits des sacristies. Ainsi les parties visibles des absides à l’extérieur ne sont plus des demi-cercles comme dans les monuments précédents, mais se réduisent à des segments d’arcs qui s’alignent avec les murs est des deux annexes.

22L’église sud de Banqoussa (fig. 10), dont le caractère monumental est lié à son chevet édifié sur un socle formé de trois assises élevées, reprend les compositions architecturale et ornementale du chevet de Saint-Syméon : socle, plinthe, colonne libre, chapiteau corinthien, plinthe, colonne libre. On ne relève pas, en revanche, la présence de conques au sommet du double ordre de colonnes.

Figure 10.

Figure 10.

Banqoussa : Chevet est de l’église sud de Banqoussa : vue, coupe et plan

(J.-L. Biscop)

  • 35 Butler 1903, p. 198-199 ; Tchalenko 1953, I, p. 286-287.

23Un peu plus au sud, au sein du même chaînon montagneux, les vestiges de l’église de ʿArchine (fig. 11), datée du vie s. par Butler suivi de Tchalenko 35 qui la place au début du même siècle, témoignent d’un chevet appartenant à la même famille, malgré l’absence apparente de colonnes : les trois fenêtres dotées de belles moulures, qui avaient pour appui le socle mouluré de l’édifice, sont surmontées de cinq consoles recevant les blocs creusés de conques décorées en coquilles.

Figure 11.

Figure 11.

Chevet est de l’église de ʿArchine : vue, coupe et plan

(J.-L. Biscop)

Les édifices à une abside inscrite à l’intérieur d’un chevet droit

  • 36 Khoury 1987, I et II, et Sodini et al. 2010.
  • 37 Vogüé 1865-1877, I, p. 131 et pl. 116 ; Butler 1969, p. 128.
  • 38 Khoury 1987, II, p. 149-150 et fig. 26.
  • 39 Strube 2002, p. 23-31, date le monument du début du vie s. d’après le style des décors sculptés.
  • 40 Strube 2002, p. 5-20.

24Ce groupe présente un aspect particulier, car les deux églises qui lui sont associées conservent le chevet rectiligne répandu dans la région tout en adoptant le décor à colonnes adossées de Qalʿat Semʿan. Cela reflète la volonté de reproduire cette nouveauté du grand sanctuaire sur les chevets droits, dominants dans les traditions architecturales locales. La première église se trouve dans la partie méridionale du jebel Baricha : il s’agit de l’église nord de Deir Seta 36 (fig. 12a et b). L’édifice, aux façades est et ouest détruites et reconstruites, a été étudié par M. de Vogüé qui signale une série de douze colonnes réparties sur toute la longueur d’un chevet, observation confirmée par Butler 37. Seules deux consoles d’angle in situ témoignent actuellement de ce dispositif ornemental 38. Par ailleurs, des fragments provenant du chevet, ainsi qu’une imposte, offrent un rang de denticules qui rappelle le décor des pilastres de l’absidiole sud-ouest de l’octogone de Saint-Syméon 39. D’autres éléments renvoient aussi à Qalʿat Semʿan, comme le rinceau qui orne le tore à la base du cul-de-four de l’abside. La façade sud préservée de l’église présente des portes et des fenêtres où les motifs des linteaux et des moulures à volutes s’inscrivent dans le registre des riches décors inspirés par ceux du grand martyrium. Le décor, note Ch. Strube, n’est pas non plus sans évoquer les chapiteaux et les blocs employés dans la medrassa Hallawiya d’Alep, elle-même une des églises inspirées du martyrium de Qalʿat Semʿan, ce qui montre l’empreinte d’ateliers urbains 40.

Figure 12a.

Figure 12a.

Console de l’angle sud-est du chevet de l’église de Deir Seta

(cliché W. Khoury)

Figure 12b.

Figure 12b.

Plan de l’église de Deir Seta

(d’après Butler 1903)

  • 41 Khoury 1990, p. 184-203.
  • 42 Khoury & Castellana 1990, p. 17, fig. 7-9.
  • 43 Khoury & Castellana 1990, p. 19, fig. 13 et 14.

25La seconde basilique se trouve dans le jebel Wastani septentrional 41, dans la localité de Tourine, dont les églises remontent au vie s. 42 : l’église de l’est I possède un chevet droit pourvu de six colonnes s’étendant sur la largeur de l’abside 43 (fig. 13a à d). Les quatre colonnes centrales sont réparties entre les fenêtres cernées de moulures et les deux latérales sont placées dans l’axe des murs de séparation du sanctuaire et des annexes. D’autres références à Qalʿat Semʿan sont visibles, comme les denticules alternés avec des motifs sculptés sur la corniche inférieure du chevet ou la moulure intérieure des fenêtres constituée d’un tore à profil segmentaire bordé d’anglets.

Figure 13a.

Figure 13a.

Tourine, église de l’est I : Relevé pierre à pierre de la façade est

(dessin W. Khoury)

Figure 13b.

Figure 13b.

Tourine, église de l’est I : Détail du décor

(cliché W. Khoury)

Figure 13c.

Figure 13c.

Tourine, église de l’est I : Plan

(dessin W. Khoury)

Figure 13d.

Figure 13d.

Tourine, église de l’est I : Reconstitution de la façade est

(dessin W. Khoury)

  • 44 Khoury & Castellana 1990, p. 20, fig. 15-16.
  • 45 Biscop & Sodini 1987, p. 107-129.

26Toujours à Tourine, l’église de l’ouest I (fig. 14a et b) présente des affinités avec le sanctuaire de Saint-Syméon malgré l’absence de colonnes. On y observe l’organisation des bandes moulurées sur le chevet et l’emploi de petites conques 44 et de feuilles géométriques travaillées en aplat qui ornent l’arc triomphal 45.

Figure 14a.

Figure 14a.

Tourine, église de l’ouest I : chevet et moulures enveloppantes

(cliché W. Khoury)

Figure 14b.

Figure 14b.

Tourine, église de l’ouest I : conque de l’arc triomphal

(cliché W. Khoury)

  • 46 Peña, Castellana & Fernandez 1999, p. 154-165.
  • 47 Travaux de la Mission archéologique syrienne de Banassara et du jebel Wastani, DGAM voir supra, n. (...)
  • 48 Strube 2002, pl. 89a à d et 90d.

27L’église de l’ouest II, à l’extrémité occidentale du site, est une église à piliers en forme de T ; elle fait partie de ce groupe, son chevet étant doté, en son centre, de quatre consoles portant des colonnes 46 (fig. 15a-f). Il présente aussi d’autres traits communs à ce groupe comme le décor mouluré enveloppant, se terminant par des volutes, observé sur les vestiges du mur sud. Les travaux effectués à l’intérieur ont permis d’observer des fragments de décors riches et très soignés 47. Un chapiteau bien préservé, ainsi que des consoles sculptées renvoient à Qalʿat Semʿan et présentent des affinités avec des motifs attestés dans plusieurs églises à Apamée, à Alep et dans le Massif calcaire, à Bafetine (église ouest), Baqirha (église est), Meez (église ouest), Banqusa (église sud) 48.

Figure 15a.

Figure 15a.

Tourine, église de l’ouest II : plan

(dessin W. Khoury)

Figure 15b.

Figure 15b.

Tourine, église de l’ouest II : base de colonne du chevet

(cliché W. Khoury)

Figure 15c.

Figure 15c.

Tourine, église de l’ouest II : console sculptée

(cliché W. Khoury)

Figure 15d.

Figure 15d.

Tourine, église de l’ouest II : fragment inédit de décor de volute

(cliché W. Khoury)

Figure 15e.

Figure 15e.

Tourine, église de l’ouest II : détail inédit de décor

(cliché W. Khoury)

Figure 15f.

Figure 15f.

Tourine. Bas-relief de stylite déplacé

(cliché W. Khoury)

Les édifices à trois absides saillantes

  • 49 Riba & Feissel 2012, p. 213-226.
  • 50 Voir la contribution de M. Redwan dans ce dossier.

28Le chevet à trois absides saillantes de Qalʿat Semʿan paraissait isolé en Syrie du Nord jusqu’à la découverte récente de deux basiliques, l’une située au nord du jebel Wastani, dans le village de Kafr ʿAqab 49, l’autre sur le littoral, à Bahr el-Midan 50 aux environs de la localité de Lattaquié, l’antique Laodicée. Les deux édifices n’ont malheureusement presque rien conservé de leur élévation.

  • 51 Cet édifice vient donc grossir les rangs des églises à piliers dont la liste a été dressée par Gro (...)
  • 52 Riba 2018.

29La basilique de Kafr ʿAqab (fig. 16), dédiée au pèlerinage, appartient à la famille des églises à piliers construites à partir de la fin du ve s. 51. Son sanctuaire conçu à la façon des grands modèles méditerranéens du vie s. 52, développe à l’avant de l’abside un large chœur flanqué de deux annexes dotées chacune d’une abside ressemblant à une petite chapelle. Le chœur est séparé de la nef par une clôture singulière, caractérisée par les vestiges d’une structure basse pourvue d’une courte avancée axiale, qui en constitue l’entrée, les fouilles n’ayant pas permis d’observer la présence de colonnes adossées à l’abside centrale. L’architecture, les décors et l’ampleur des espaces annexés à l’église invitent à dater l’ensemble des débuts du vie s.

Figure 16.

Figure 16.

Kafr ʿAqab : plan de l’église

B. Riba, dans RIBA & Feissel 2012

30La seconde basilique, à Bahr el-Midan qui semble tardive et datable à partir de la deuxième moitié du vie s., est un édifice à trois nefs séparées par deux rangées de colonnes et précédé d’un narthex selon un schéma courant dans les basiliques d’Apamène (fig. 17). Le sanctuaire est doté d’un chœur à appareillage double, dans lequel la taille des blocs rappelle celle de l’abside de Kafr ʿAqab, et les sacristies latérales sont pourvues d’absidioles. L’agencement des blocs de départ du parement externe de l’abside centrale, conservés au nord, indique qu’il avait une forme polygonale à trois pans. Aucune colonnette n’a été trouvée sur place, mais on peut observer la présence de bases de pilastres adossées à l’une des absides latérales et à l’abside principale. La base est soutenant cette dernière présente une taille angulaire destinée à recevoir les deux pans qui s’y appuient.

Figure 17.

Figure 17.

Bahr el-Midan : plan de l’église

(Mission Bahr el-Midan, direction des Antiquités, Lattaquié)

Les édifices à chevets reconstruits évoquant le martyrium de Qalʿat Semʿan

  • 53 Khoury 2005, p. 255-266.

31Ce dernier groupe comprend des exemples qui furent dotés, lors d’interventions postérieures, de certains aménagements architecturaux ne faisant pas partie du programme d’origine et évoquant partiellement le chevet du célèbre martyrium. Les travaux réalisés sur le site de Banassara 53 ont donné lieu à l’étude d’un complexe ecclésial doté d’églises doubles dont l’une, située du côté sud, s’inscrit par son chevet dans la lignée de ces édifices (fig. 18a et b). La partie orientale de la basilique, qui résulte d’un remaniement survenu vers le milieu du vie s., présente une abside inscrite entre les annexes latérales prolongées vers l’est. Une base rectiligne servait de support à quatre pilastres probablement destinés à recevoir des colonnettes aujourd’hui disparues. En outre, certaines consoles provenant du sommet de l’abside ont été localisées. Le monument n’est pas assez bien conservé pour pousser plus loin l’analyse, mais ces éléments, quoique peu nombreux, témoignent d’une volonté d’imiter le chevet de Qalʿat Semʿan.

Fig. 18a.

Fig. 18a.

Banassara : plan des églises doubles

(KHOURY 2005)

Fig. 18b.

Fig. 18b.

Banassara : plan détaillé du chevet

(KHOURY 2005)

  • 54 Khoury 1996, p. 161-163.
  • 55 Biscop & Sodini 1987, p.107-129 ; Biscop 2005.
  • 56 Khoury 1996, p.161-163

32La localité voisine de Fassouq 54est également pourvue d’un ensemble ecclésiastique composé de deux églises (fig. 19a à c), dont celle du sud possède une abside saillante alignée cette fois sur les murs orientaux des annexes. Néanmoins, cette abside ne possède aucun élément décoratif caractéristique de cette catégorie. En revanche, une parenté avec le sanctuaire de Saint-Syméon est relevée au niveau de l’arc triomphal de l’abside portée par des colonnes, selon un procédé introduit dans la région à Qalʿat Semʿan et que l’on retrouve à Bassoufane 55. Quant à l’église nord, le mur nord renversé dans son entier sur le sol montre des ouvertures décorées de riches moulures enveloppantes semblables à celles de Qalʿat Semʿan 56.

Figures 19a.

Figures 19a.

Fassouq : plan des églises doubles

(W. Khoury)

Figures 19b.

Figures 19b.

Fassouq : base de la colonne de l’abside

(cliché W. Khoury)

Figures 19c.

Figures 19c.

Fassouq : vue de l’abside inscrite

(cliché W. Khoury)

Observations sur la localisation des églises à chevet apparenté à celui de Qalʿat Semʿan

33De nombreux monuments du Massif calcaire témoignent de l’influence de Qalʿat Semʿan par l’adoption de certains traits de son programme architectural : on pense aux moulures enveloppantes avec volutes et aux motifs des chapiteaux. Ces emprunts deviennent des tendances qui se répandent dans de nombreuses églises du vie s. (fig. 20a).

Figure 20a.

Figure 20a.

Arrière-pays d’Antioche et répartition des églises à chevets apparentés à celui de Qalʿat Semʿan

(B. Riba)

  • 57 Khoury 2018b.
  • 58 Strube 1993, p. 205-252, pl. 86-117; Strube 2002, p. 1-3; Sodini 2010, p. 318. Les églises de Séle (...)

34Le modèle du chevet à absides saillantes à colonnes est reproduit dans certaines églises installées bien en vue sur les routes fréquentées par les pèlerins 57, dans le but d’évoquer le sanctuaire renommé de Saint-Syméon 58. Les difficultés techniques et le coût élevé engendrés par une telle construction expliquent probablement leur nombre limité et le retour aux chevets droits traditionnels.

35Ces monuments se répartissent le long des réseaux routiers avoisinants ; dans le jebel Semʿan, Bassoufane bénéficiait de la proximité de Qalʿat Semʿan et, à l’instar de Kimar qui dominait la vallée de l’Afrin, se plaçait dans l’axe sud-nord qui longe la crête du chaînon où s’échelonnent les principales agglomérations jusqu’au défilé de Qaṭma.

36De son côté, le monastère de Deir Tourmanine était situé dans le voisinage de la vaste plaine de Dana, centre religieux et économique situé au cœur du réseau de communications du Massif calcaire. Dans le jebel Baricha, Deir Seta, ʿArchine et Banqoussa se trouvaient sur un itinéraire fréquenté qui reliait la plaine de Chalcis à Antioche en passant par la plaine du Chelf puis par celle de Harim. Par la même route, on accédait au jebel Aʿla, où l’église de Qalblosé constituait un lieu de pèlerinage depuis lequel il était aisé de gagner l’église de Kfeir.

  • 59 Castellana 1987, p. 167-169 ; Khoury & Castellana 1990, p. 23.
  • 60 Peña 1995, p. 343-350 ; Peña, Castellana & Fernandez 1999 ; Riba & Feissel 2012.
  • 61 J.-P. Sodini, communication personnelle. Voir aussi Sodini 2010.
  • 62 Alpi 2009, p. 103-106 et 215-218.

37Les églises du jebel Wastani (fig. 20b), à Tourine, Banassara et Kafr ʿAqab, relèvent du même constat. Les études menées dans ce secteur ont effectivement montré que ces localités se trouvaient le long de la Via Antonina 59, route reliant Apamée à Antioche, la capitale politique et patriarcale. Elles tiraient également profit de la proximité du port fluvial de Derkouch 60. Ainsi, sur cet itinéraire fréquenté, les monuments évoquant l’architecture du martyrium de Qalʿat Semʿan reflètent l’activité de pèlerinage qu’abritaient ces basiliques. J.-P. Sodini a relevé le rôle que jouait cette voie antique pour faciliter le passage de pèlerins vers la plaine du Amuq, rejoignant ainsi les pèlerins d’Antioche pour se diriger à l’est vers le sanctuaire de Saint-Syméon 61. C’est sur cette route, vraisemblablement empruntée par le patriarche Sévère d’Antioche lors de sa traversée du jebel pour aller visiter les moines de Chalcis, que fut construite l’église à trois absides dépositaire du droit d’asile par décision de l’empereur Anastase 62.

Figure 20b.

Figure 20b.

Répartition des églises à chevets apparentés au chevet de Qalʿat Semʿan dans le jebel Wastani

(B. Riba)

38On note également la présence de deux couvents de stylites installés sur les hauteurs orientales du chaînon, l’un au sommet du jebel Murasras à Khirbet el-Sarj (fig. 22a et b) et l’autre à Macharef al-ʿOulia (fig. 21a et b), au niveau d’un col, aux abords d’une piste portant les traces laissées dans la roche polie par le passage de chars. La vénération pour ce type d’ascèse est aussi attestée par une stèle découverte dans le village de Tourine, représentant un stylite (fig. 15f).

Figure 21a.

Figure 21a.

Macharef al-ʿOulia : fût de la colonne de stylite

(cliché W. Khoury)

Figure 21b.

Figure 21b.

Macharef al-ʿOulia : base de la colonne

(cliché W. Khoury)

Figure 22a.

Figure 22a.

Khirbet el-Sarj : fût de la colonne de stylite

(cliché B. Riba)

Figure 22a.

Figure 22a.

Khirbet el-Sarj : base de la colonne

(cliché B. Riba)

  • 63 Khoury & Riba 2013.
  • 64 Peña, Castellana & Fernandez 1999, p. 48-57 ; Khoury & Riba à paraître.
  • 65 Alpi 2009, à propos de saint Thalélaios, p. 69 n. 92, p. 103-106, p. 168 n. 143, p. 192, 194 et 21 (...)

39La région située entre Antioche, fondation apostolique gardienne du souvenir de célèbres martyrs, et Apamée, grand centre de pèlerinage de par les prestigieuses reliques conservées dans ses églises, se trouvait sur un itinéraire reliant Constantinople à Jérusalem 63. Les pèlerins qui faisaient le choix de ne pas longer le littoral étaient donc nombreux à traverser le Massif calcaire et étaient dès lors amenés à visiter, chemin faisant, les sanctuaires aménagés pour les recevoir. La situation des basiliques à l’écart de l’habitat, la répartition de leurs accès et leurs espaces amples, susceptibles d’accueillir un grand nombre de visiteurs, témoignent du souci du clergé de concevoir des lieux propices à ce type d’activité. On note en particulier le vaste espace qui précède la basilique à trois absides de Kafr ʿAqab, destiné au rassemblement des fidèles. Dans le village voisin de Banassara, les dimensions restreintes des églises sont compensées par le dédoublement du sanctuaire conçu pour célébrer l’eucharistie et parallèlement le culte de saint Étienne 64. L’introduction de saints étrangers peu connus dans la région a pu également susciter l’attrait des foules. Ce fut le cas pour l’un des sanctuaires du jebel Wastani septentrional, associé au culte de saint Thalélaios, un saint guérisseur réputé de Cilicie introduit par les soins de Sévère d’Antioche 65.

  • 66 Khoury 2018a, notamment p. 270-271 ; Khoury 2018b, p. 483-484.
  • 67 De nombreux sites archéologiques confirment que le pèlerinage était un phénomène bien ancré dans l (...)
  • 68 Jouéjati 2012, p. 235-258.
  • 69 Zaqzuq & Piccirillo 1999, p. 443-464.
  • 70 Sodini 2017, p. 1-34.
  • 71 La plupart des objets représentant le tombeau du Christ sont de petites dimensions et très schémat (...)
  • 72 Sur le reliquaire de Narbonne et sur le tombeau du Christ, voir Biddle 1999, p. 68 et 82.

40Dans d’autres sanctuaires placés sur les routes de Terre sainte, on relève l’existence de références au Saint-Sépulcre, comme pour rappeler au pèlerin le but ultime de sa destination 66. Les pavements de mosaïque de nombreuses églises renvoient par des motifs variés au mouvement de pèlerinage 67, comme ceux de Temanaʿa 68 ou de Tayyibet el-Imam 69. Dans la même démarche, on adhère volontiers à l’idée, récemment suggérée par J.‑P. Sodini 70, que le dispositif de colonnes adossées à l’abside semi-circulaire de Qalʿat Semʿan ait été inspiré du décor similaire de l’édicule du tombeau du Christ (fig. 23a). Ce dispositif apparaît en effet sur diverses représentations du Sépulcre 71, sur de multiples objets telles que les ampoules ou la célèbre memoria Sancti Sepulcri (fig. 23b), fabriquée dans le courant du ve s. à Narbonne, suivant des plans rapportés de Terre sainte par un anonyme. Sur le reliquaire narbonnais, le Sépulcre – couvert d’un toit à huit pans – présente un plan polygonal dont les arêtes sont ponctuées de colonnes coiffées de chapiteaux corinthiens surmontés d’une architrave moulurée 72.

Figure 23a.

Figure 23a.

Le Saint-Sépulcre, reconstitution

(d’après Biddle 1999)

Figure 23b.

Figure 23b.

La memoria Sancti Sepulcri, musée de Narbonne

(d’après Lauffray 1962)

  • 73 La couverture à pans multiples de l’octogone du martyrium de Saint-Syméon n’est pas non plus sans r (...)

41On ne manquera pas non plus de noter la présence d’éléments récurrents dans l’architecture de Qalʿat Semʿan telle la conque décorée en coquille qui orne la niche hémicirculaire de la partie antérieure du reliquaire 73. Apparemment le chevet de Qalʿat Semʿan (fig. 24), conçu par des architectes de Constantinople ou d’Antioche, a pu s’inspirer des procédés ornementaux employés dans la construction de l’écrin du tombeau du Christ (fig. 25). Les églises de villages à vocation de pèlerinage ont repris à leur tour ce modèle à des degrés divers, celle de Deir Tourmanine ayant probablement poussé l’imitation jusqu’à employer le plan polygonal de l’édicule. Ce phénomène s’étend à certains dispositifs liturgiques tels que le bêma : à côté de celui monumental de la basilique Saint-Serge de Resafé, on retiendra l’exemple du bêma de l’église de Qalota aux dimensions plus modestes (fig. 26). Cet ensemble de remarques comporte une part d’hypothèse dans l’attente d’arguments supplémentaires susceptibles de l’étayer.

Figure 24.

Figure 24.

Le chevet du martyrium de Saint-Syméon

(d’après de Vogüé)

Figure 25.

Figure 25.

Édicule du Saint-Sépulcre sur la mosaïque de Heir es-Sheikh, musée d’Idlib

(cliché W. Khoury)

Figure 26.

Figure 26.

Bêmas des églises de Qalota et de Résafé

(Tchalenko 1990)

Conclusion

42La mise en œuvre du chevet à colonnes dans les églises de Syrie du Nord révèle très probablement le souhait de doter les églises régionales d’un caractère monumental d’envergure inédite rappelant l’architecture du grand centre de pèlerinage de Saint-Syméon.

  • 74 De nombreuses datations proposées par les différents auteurs se basent sur la comparaison de leurs (...)

43Le chevet à trois absides saillantes du martyrium de Saint-Syméon n’a été observé qu’à Kafr ʿAqab et à Bahr el-Midan, mais certains de ces éléments sont repris par une douzaine de basiliques sans affecter toutefois le caractère local de ces églises. Cela s’exprime par la reproduction simplifiée du décor à colonnes ou par l’adaptation du plan tri-absidial du chevet. Dans un cas, les absides latérales sont supprimées et seule l’abside centrale est conservée avec son décor sculpté. Dans d’autres cas, l’abside centrale reste partiellement visible, inscrite entre les deux annexes alignées sur son extrémité arrondie. Aucune chronologie précise n’a pu être établie pour ces monuments, faute d’inscriptions datées 74 : de telles adaptations résultent probablement de difficultés techniques, du coût élevé et du temps nécessaire pour reproduire le modèle tri-absidial. Les constructeurs semblent revenir aux chevets droits traditionnels, tout en gardant les souvenirs du décor du grand sanctuaire, comme à Tourine et à Deir Seta.

44Indépendamment du chevet, le martyrium introduit de nombreux décors novateurs caractéristiques qui laissent une empreinte importante dans l’architecture ecclésiastique jusqu’au viie s.

45Le chevet à colonnes du sanctuaire de Saint-Syméon, le protostylite, rappelle probablement le Saint-Sépulcre de Jérusalem, que les églises à vocation de pèlerinage vont reproduire sous différentes formes et plus spécifiquement parmi les motifs des mosaïques. Son ancienneté et son originalité pourraient expliquer la diffusion du modèle de son chevet dans d’autres régions du monde méditerranéen oriental et aider à comprendre les circuits empruntés par sa diffusion à travers l’Empire.

Haut de page

Bibliographie

Alpi (F.)
2009 La Route Royale, Sévère d’Antioche et les églises d’Orient (512-518) (BAH 188), 2 vol., Beyrouth, Presses de l’Ifpo.

Biddle (M.)
1999 The Tomb of Christ, Stroud, Sutton.

Biscop (J.-L.) & Sodini (J.-P.)
1984 « Qalʿat Semʿan et les chevets à colonnes de Syrie du Nord », Syria 61, p. 267-330.

Biscop (J.-L.) & Sodini (J.-P.)
1987 « Églises syriennes apparentées à Qalʿat Semʿan : les exemples de Turin et de Fassouq dans le gebel Wastani », Syria 64, p. 107-129.

Biscop (J.-L.)
2005 « Le chantier du martyrium de Saint-Syméon, du dessin à la mise en œuvre », F. Baratte, V. Déroche, C. Jolivet-Levy & B. Pitarakis (éd.), Mélanges Jean-Pierre Sodini (Travaux et Mémoires 15), Paris, Centre d’études byzantines, p. 11‑36.

Brands (G.)
2002 Die Bauornamentik von Resafa Sergiupolis. Studien zur spätantiken Architektur und Bauausstattung in Syrien und Nordmesopotamien (Resafa VI), Mainz, Ph. von Zabern.

Briquel Chatonnet (F.) éd.
2013 Les églises en monde syriaque (Études syriaques 10), Paris.

Butler (H. C.)
1903 Publications of American Archaeological Expeditions to Syria in 1988-1900, Part II : Architecture and Other Arts, New York.

Butler (H. C.)
1920 Ancient Architecture in Syria, Section B : Northern Syria (Publications of the Princeton Archaeological Expeditions to Syria in 1904-5 and 1909, Division II), Leyden, Brill.

Butler (H. C.), éd. Smith (E. B.)
1969 Early churches in Syria : Fourth to seventh centuries (Princeton monographs in art and archaeology), Amsterdam, Hakkert (1re éd. 1929). Réimpression de l’édition de 1929.

Castellana (P.)
1987 « Ritrovata l’antiqua Niaccaba dell’itinerario di Antonino Augusto », Collectanea 20, p. 167-169.

Grossmann (P.)
1973 San Michele in Africisco zu Ravenna, Baugeschichtliche Untersuchungen, Mainz, Ph. von Zabern.

Jouéjati (R.)
2012 « L’église de Temanaa », Syria 89, p. 235-258.

Jouéjati (R.) & Haensch (R.)
2010 « Les inscriptions d’une église extraordinaire à Tell Aar dans la Syria II », Chiron 40, p. 187-207.

Khoury (W.)
1987
Deir Seta : Prospection et analyse d’une ville morte inédite, 2 vol., Damas, Dar Tlas.

Khoury (W.)
1990
« Le Jebel Wastani septentrional », AAAS 40, p. 184-203.

Khoury (W.)
1996
« Les basiliques doubles de Fassouq et de Banassara (Jebel Wastani) », Antiquité tardive 4, p. 161-163.

Khoury (W.)
2005 « Banassara, un site de pèlerinage dans le Massif calcaire : rapport sur les travaux menés en 2002-2004 », Syria 82, p. 225-266.

Khoury (W.)
2018a « Églises protobyzantines : contexte architectural des lieux de culte, genèse, liturgie et développement, l’exemple des églises syriennes des ive-viie siècles : de la relique à l’économie », Annuaire EPHE, Sciences religieuses, p. 259-271.

Khoury (W.)
2018b « Churches in Syriac space, Architectural and liturgical context and development », D. King (éd.), The Syriac World, Londres – New York, Routledge, p. 476-553.

Khoury (W.) & Castellana (P.)
1990 « Frühchristliche Städe in Nordlichen Jebel Wastani », Antike Welt 21, p. 14‑25.

Khoury (W.) & Riba (B.)
2013 « Les églises de Syrie (ive-viie siècle) : essai de synthèse », Briquel Chatonnet 2013, p. 197–224.

Khoury (W.) & Riba (B.)
à paraître « Les monuments religieux du Jebel Wastani », Chapitres inédits de l’archéologie paléochrétienne de Syrie (Cahiers des Études Syriaques).

Lassus (J.)
1947 Sanctuaires chrétiens de Syrie. Essai sur la genèse, la forme et l’usage liturgique des édifices du culte chrétien, en Syrie, du iiie siècle à la conquête musulmane (BAH 42), Paris.

Lauffray (J.)
1962 « La Memoria Sancti Sepulcri du Musée de Narbonne et le Temple Rond de Baalbeck », Mélanges de l'Université St. Joseph XXXVIII, p. 199-217.

Lauffray (J.)
1991 Halabiya-Zenobia, place forte du limes oriental et la Haute-Mésopotamie au vie siècle, II, Beyrouth.

Milson (D.)
2003 « The Syrian technites Markianos Kyris († 425 C.E.) », ZDPV 119, p. 159-182.

Naccache (A.)
1992 Le décor des églises de village d’Antiochène du ive au viie siècle (BAH 144), 2 vol., Paris, Geuthner.

Naccache (A.)
1999 « Les influences orientales dans les décorations architecturale de la Syrie du Nord », AAAS 43, p. 193-194.

Peña (I.)
1977 The Christian Art of Byzantine Syria, Reading, Garnet.

Peña (I.)
1995 « Un puerto fluvial romano en el Orontes », Liber Annuus 45, p. 343-350.

Peña (I.)
2000 Lieux de pèlerinages en Syrie (Studium Biblicum Franciscanum. Collectio Minor 38), Milano, Franciscan Printing Press.

Peña (I.), Castellana (P.) & Fernandez (R.)
1987 Inventaire du Jebel Baricha. Recherches archéologiques dans la région des villes mortes de la Syrie du Nord (Studium Biblicum Franciscanum. Collectio Minor 33), Milano, Franciscan Printing Press.

Peña (I.), Castellana (P.) & Fernandez (R.)
1990 Inventaire du Jebel A’la. Recherches archéologiques dans la région des villes mortes de la Syrie du Nord (Studium Biblicum Franciscanum. Collectio Minor 31), Milano, Franciscan Printing Press.

Peña (I.) Castellana (P.) & Fernandez (R.)
1999 Inventaire du Jebel Wastani. Recherches archéologiques dans la région des villes mortes de la Syrie du Nord (Studium Biblicum Franciscanum. Collectio Minor 37), Milano, Franciscan Printing Press.

Peña (I.), Castellana (P.) & Fernandez (R.)
2003
Inventaire du Jebel Doueili, Recherches archéologiques dans la région des villes mortes de la Syrie du Nord (Studium Biblicum Franciscanum. Collectio Minor 43), Milano, Franciscan Printing Press.

Riba (B.) & Feissel (D.)
2012 « L’église de l’Est et les inscriptions du village de Kafr ʿAqāb (Gebel Wastani, Syrie du Nord) », Syria 89, p. 213-226.

Riba (B.)
2018 Le village de Kafr ʿAqāb : étude monographique d’un site du ğebel Waṣṭāni (Massif calcaire de la Syrie du Nord) [Bibliothèque de l’Antiquité Tardive 38], Turnhout, Brepols.

Saliby (N.) & Griesheimer (M.)
1999 « Un martyrium octogonal découvert à Homs (Syrie) en 1988 et sa mosaïque », Antiquité Tardive 7, p. 383-400.

Sodini (J.-P.) 2010 « Saint-Syméon : l’influence de saint Syméon dans le culte et l’économie de l’Antiochène », J. de la Genière, A. Vauchez & J. Leclant (éd.), Les sanctuaires et leur rayonnement dans le monde méditerranéen de l’antiquité à l’époque moderne, Actes du 20e colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer, les 9 et 10 octobre 200, (Cahiers de la Villa Kérylos 21), Paris, AIBL, p. 285‑322.

Sodini (J.-P.), collab. Blanc (P.-M.) & Pieri (D.)
2010 Nouvelles eulogies de Qalʿat Semʿan (fouilles 2006-2010), Mélanges Cécile Morrisson, (Travaux et Mémoires 16), Paris, p. 793-812.

Sodini (J.-P.)
2017 « Saint-Syméon, lieu de pèlerinage », Deltion of the Christian Archaeology Society 38, p. 1-34.

Sodini (J.-P.) & Biscop (J.-L.)
2011 « Qalʿat Semʿan et Deir Semʿan : naissance et développement d’un lieu de pèlerinage durant l’antiquité tardive », J.-M. Spieser (éd.), Architecture paléochrétienne, Gollion, Infolio, p. 11-59.

Stillwell (R.) éd.
1947 Antioch-on-the Orontes III, Princeton, Princeton University Press.

Strube (Ch.)
1986 « Hauskirche und Einschiffige Kirche in Syrien : Beobachtungen zu den Kirchen von Marmaya, Isruq, Nuriye und Banaqfur », O. Feld & U. Peschlow (éd.), Studien zur spätantiken und byzantinischen Kunst : Friedrich Wilhelm Deichmann gewidmet I (Römisch-Germanisches Zentralmuseum Mainz, Monographien 10), Bonn, R. Habelt, p. 109–23.

Strube (Ch.)
1993 Baudekoration im Nordsyrischen Kalksteinmassiv, I : Kapitell – Tür- und Gesimsformen der Kirchen des 4. und 5. Jahrhunderts n. Chr. (Damaszener Forschungen 5), Mainz, Ph. von Zabern.

Strube (Ch.)
1996 Die « toten Städte ». Stadt und Lan in Nordsyrien während der Spätantike, Mainz, Ph. Von Zabern.

Strube (Ch.)
2002 Baudekoration im Nordsyrischen Kalksteinmassiv, II : Das 6. und frühe 7. Jahrhundert (Damaszener Forschungen 11) Mainz, Ph. von Zabern.

Tchalenko (G.)
1953 Villages antiques de la Syrie du Nord : le massif du Bélus à l’époque romaine, T. I et II (BAH 50), Paris, Geuthner.

Tchalenko (G.)
1990
Églises de village de la Syrie du Nord. III, Texte. Églises syriennes à Bêma (BAH 105), Paris, Geuthner.

Vogüé (Ch.-J. Melchior de)
1865-1877 Syrie Centrale. Architecture civile et religieuse du ier au viie siècle, 2 vol., Paris.

Zaqzuq (A. el-R.) & Piccirillo (M.)
1999 « The Mosaic Floor of the Church of the Holy Martyrs at Tayibat al-Imam – Hamah in Central Syria », Liber Annuus 49, p. 443–464.

Haut de page

Notes

1 Cette étendue sera réduite avec l’indépendance de l’église de Chypre, déclarée à la suite du concile d’Éphèse en 431, et la création du patriarcat de Jérusalem après le concile de Chalcédoine en 451.

2 Vogüé 1865-1877.

3 L’église de Tourmanine fut démantelée peu de temps après le passage de M. de Vogüé par les autorités ottomanes et ses blocs calcaires utilisés pour la construction de la gendarmerie du village de Tourmanine.

4 Butler 1903.

5 Peña 1977 et 2000 ; Peña, Castellana & Fernandez 1987, 1990, 1999 et 2003.

6 Strube 2002, où sont étudiés les décors des églises de la Madrassa al-Hallawiya, Bassoufane, Deir Seta, Qalʿat Semʿan, Tourmanine, Bankoussa, ʿArchine, Tourine, Kimar et Resafé.

7 Biscop & Sodini 1984, p. 267-330. À cette occasion, une importante mise au point sur la chronologie débattue entre la basilique de Qalblosé et le sanctuaire de Qalʿat Semʿan a pu être effectuée.

8 Biscop & Sodini 1987, p. 107-129.

9 Khoury & Castellana 1990.

10 La mission archéologique syrienne de Banassara et du jebel Wastani, service des fouilles et des études archéologiques de la Direction générale des Antiquités et des Musées, a mené une première saison en 1987-1989, avant de reprendre en 2000 et continuer jusqu’à ce jour sous la direction de Widad Khoury.

11 Khoury 2005, p. 225-266.

12 Riba 2018.

13 Mission archéologique syrienne de Bahr el-Midan, service des fouilles de la Direction des Antiquités de Lattaquié, sous la direction de M. Redwan. Voir supra dans ce dossier.

14 Sodini 2010, p. 318.

15 Strube 2002, p. 5-20, et Strube 1986, 109-123.

16 Tchalenko 1990, p. 19-22.

17 Strube 1993, p. 1-20.

18 Strube 2002.

19 Naccache 1992, p. 151-155 et 261-263 ; Naccache 1999, p. 193-194 ; Milson 2003, p. 159-182.

20 Les travaux de la mission archéologique française sur le site, entamés par Georges Tchalenko, ont été dirigés (1984-2007) par Jean-Pierre Sodini, Professeur émérite à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui a publié les résultats de ses recherches dans de nombreux articles s’échelonnant de 1983 jusqu’à ce jour.

21 Sodini & Biscop 2011 et Biscop 2005.

22 Biscop & Sodini 1984, p. 267-330.

23 Strube 1993, p. 205-252, pl. 86-117.

24 Tchalenko 1953 ; Strube 1993 ; Sodini 2010.

25 Tchalenko 1953, II, pl. XIII-6.

26 Sodini & Biscop 1984, p. 267-330, datent l’église de Qalblosé de la fin du ve s. ou du début du vie après la construction de Qalʿat Semʿan ; Biscop 2005.

27 Butler 1903, p. 221-225; Strube 1996, p. 94-115, pl. 12-19.

28 Lassus 1947, p. 272, pl. LII ; Butler 1920, II, p. 313

29 Butler 1903, p. 149-150, date l’église du ve s. et ne suggère pas de fonction à la double structure de piliers ajoutée tardivement qui entoure l’abside saillante. Aucune fouille n’a été effectuée et le sol de l’édifice comme les alentours de la petite église sont constitués d’une importante épaisseur d’éboulis et de terre.

30 Tchalenko 1953, II, pl. X, 2 – XIII, 7, reprend la datation précédemment proposée par Butler.

31 Lassus 1947, p. 63-4 et 177.

32 Butler 1969, p. 67 et 225.

33 Vogüé 1865-1877, pl. 134.

34 Strube 2002, p. 23-39, 84-85 et 205-252, pl. 23-30.

35 Butler 1903, p. 198-199 ; Tchalenko 1953, I, p. 286-287.

36 Khoury 1987, I et II, et Sodini et al. 2010.

37 Vogüé 1865-1877, I, p. 131 et pl. 116 ; Butler 1969, p. 128.

38 Khoury 1987, II, p. 149-150 et fig. 26.

39 Strube 2002, p. 23-31, date le monument du début du vie s. d’après le style des décors sculptés.

40 Strube 2002, p. 5-20.

41 Khoury 1990, p. 184-203.

42 Khoury & Castellana 1990, p. 17, fig. 7-9.

43 Khoury & Castellana 1990, p. 19, fig. 13 et 14.

44 Khoury & Castellana 1990, p. 20, fig. 15-16.

45 Biscop & Sodini 1987, p. 107-129.

46 Peña, Castellana & Fernandez 1999, p. 154-165.

47 Travaux de la Mission archéologique syrienne de Banassara et du jebel Wastani, DGAM voir supra, n. 10.

48 Strube 2002, pl. 89a à d et 90d.

49 Riba & Feissel 2012, p. 213-226.

50 Voir la contribution de M. Redwan dans ce dossier.

51 Cet édifice vient donc grossir les rangs des églises à piliers dont la liste a été dressée par Grossman 1973.

52 Riba 2018.

53 Khoury 2005, p. 255-266.

54 Khoury 1996, p. 161-163.

55 Biscop & Sodini 1987, p.107-129 ; Biscop 2005.

56 Khoury 1996, p.161-163

57 Khoury 2018b.

58 Strube 1993, p. 205-252, pl. 86-117; Strube 2002, p. 1-3; Sodini 2010, p. 318. Les églises de Séleucie de Piérie (cf. Campbell dans Stillwell 1947, III), de Resafé (cf. Brands 2002), de Zénobia (Lauffray 1991 ; Khoury 2018a et b) et l’église octogonale de Homs (cf. Salibi & Greisheimer 1999) ont fait l’objet d’études spécifiques et ne sont pas présentées dans ce travail essentiellement dédié aux églises du Massif calcaire.

59 Castellana 1987, p. 167-169 ; Khoury & Castellana 1990, p. 23.

60 Peña 1995, p. 343-350 ; Peña, Castellana & Fernandez 1999 ; Riba & Feissel 2012.

61 J.-P. Sodini, communication personnelle. Voir aussi Sodini 2010.

62 Alpi 2009, p. 103-106 et 215-218.

63 Khoury & Riba 2013.

64 Peña, Castellana & Fernandez 1999, p. 48-57 ; Khoury & Riba à paraître.

65 Alpi 2009, à propos de saint Thalélaios, p. 69 n. 92, p. 103-106, p. 168 n. 143, p. 192, 194 et 215-218, n. 196.

66 Khoury 2018a, notamment p. 270-271 ; Khoury 2018b, p. 483-484.

67 De nombreux sites archéologiques confirment que le pèlerinage était un phénomène bien ancré dans la région. Il suffit de mentionner le sanctuaire rural de Huarte conçu, avec son tombeau et son baptistère, comme un petit centre de pèlerinage. Il convient également de rappeler l’existence de l’Apostolion de Tell Aar, église de pèlerinage à cinq nefs datées de 375/376, qui abritait les reliques d’un ou plusieurs apôtres (cf. Jouéjati & Haensch 2010, p. 187-207).

68 Jouéjati 2012, p. 235-258.

69 Zaqzuq & Piccirillo 1999, p. 443-464.

70 Sodini 2017, p. 1-34.

71 La plupart des objets représentant le tombeau du Christ sont de petites dimensions et très schématiques. Certains ne représenteraient même pas le mausolée en tant que tel, mais une construction en matériaux légers qui l’aurait entouré à la manière d’un ciborium.

72 Sur le reliquaire de Narbonne et sur le tombeau du Christ, voir Biddle 1999, p. 68 et 82.

73 La couverture à pans multiples de l’octogone du martyrium de Saint-Syméon n’est pas non plus sans rappeler celle de l’édicule. Ce type de couverture apparaît également sur un édifice cruciforme représenté sur le pavement de mosaïque de l’église de Tayyibet el-Iman.

74 De nombreuses datations proposées par les différents auteurs se basent sur la comparaison de leurs motifs et leur facture avec des chapiteaux connus dans des églises urbaines bien datées. Cette approche permet certes d’expliquer l’origine et la transmission des modèles mais elle ne saurait s’appliquer avec rigueur aux chapiteaux et décors des innombrables églises des zones rurales éloignées, où d’autres facteurs – temps, moyens financiers, disponibilité de la main d’œuvre – entrent également en jeu.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte du patriarcat d’Antioche et des centres épiscopaux de Syrie
Crédits (Tchalenko 1953, II, p. 1)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 2a.
Légende Sanctuaire de Qalʿat Semʿan vu depuis l'entrée de l’enceinte, au premier plan, jusqu’au martyrium cruciforme, au fond
Crédits (photo cerf-volant Yves Guichard)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 2b.
Légende Martyrium cruciforme de Qalʿat Semʿan
Crédits (photo cerf-volant Yves Guichard)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 3a.
Légende Plan du chevet à trois absides de la basilique est du martyrium et ses annexes déplacées sur les côtés
Crédits (dessin J.-L. Biscop)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Figure 3b.
Légende Sanctuaire du martyrium de Qalʿat Semʿan
Crédits (cliché J.-L. Biscop)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 3c.
Légende Chevet à trois absides saillantes du martyrium de Qalʿat Semʿan
Crédits (cliché J.-L. Biscop)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 4a.
Légende Entrée monumentale sud du martyrium de Qalʿat Semʿan
Crédits (http://ananke.blog.lemonde.fr/​2006/​10/​14/​2006_10_voyage_en_syrie_1/​)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 4b.
Légende Détail des motifs décoratifs nouveaux de Qalʿat Semʿan : chapiteaux, moulures et volutes
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 5.
Légende Abside saillante de l’église de Qalblosé : vue, coupe et plan du chevet
Crédits (J.-L. Biscop)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 6.
Légende Abside saillante de l’église de Kimar : vue, coupe et plan du chevet
Crédits (J.-L. Biscop)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 7a.
Légende Abside saillante de l’église est de Kfeir entourée de piliers
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Figure 7b.
Légende Plan de l’église est de Kfeir
Crédits (d’après Butler 1903)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 8a.
Légende Plan de l’église de Bassoufane
Crédits (Butler 1969)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 8b.
Légende Façade sud de l’église de Bassoufane et vestiges de moulures
Crédits (cliché B. Riba)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 9a.
Légende Perspective et chevet de l’église de Tourmanine
Crédits (Vogüé 1865-1877)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 9b.
Légende Plan et reconstitution du chevet de l’église de Tourmanine
Crédits (Tchalenko 1953)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 10.
Légende Banqoussa : Chevet est de l’église sud de Banqoussa : vue, coupe et plan
Crédits (J.-L. Biscop)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 11.
Légende Chevet est de l’église de ʿArchine : vue, coupe et plan
Crédits (J.-L. Biscop)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 12a.
Légende Console de l’angle sud-est du chevet de l’église de Deir Seta
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Figure 12b.
Légende Plan de l’église de Deir Seta
Crédits (d’après Butler 1903)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 13a.
Légende Tourine, église de l’est I : Relevé pierre à pierre de la façade est
Crédits (dessin W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 13b.
Légende Tourine, église de l’est I : Détail du décor
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 13c.
Légende Tourine, église de l’est I : Plan
Crédits (dessin W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Figure 13d.
Légende Tourine, église de l’est I : Reconstitution de la façade est
Crédits (dessin W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 14a.
Légende Tourine, église de l’ouest I : chevet et moulures enveloppantes
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Figure 14b.
Légende Tourine, église de l’ouest I : conque de l’arc triomphal
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 15a.
Légende Tourine, église de l’ouest II : plan
Crédits (dessin W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 15b.
Légende Tourine, église de l’ouest II : base de colonne du chevet
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Figure 15c.
Légende Tourine, église de l’ouest II : console sculptée
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 15d.
Légende Tourine, église de l’ouest II : fragment inédit de décor de volute
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Figure 15e.
Légende Tourine, église de l’ouest II : détail inédit de décor
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 15f.
Légende Tourine. Bas-relief de stylite déplacé
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 16.
Légende Kafr ʿAqab : plan de l’église
Crédits B. Riba, dans RIBA & Feissel 2012
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 17.
Légende Bahr el-Midan : plan de l’église
Crédits (Mission Bahr el-Midan, direction des Antiquités, Lattaquié)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 18a.
Légende Banassara : plan des églises doubles
Crédits (KHOURY 2005)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 18b.
Légende Banassara : plan détaillé du chevet
Crédits (KHOURY 2005)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figures 19a.
Légende Fassouq : plan des églises doubles
Crédits (W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figures 19b.
Légende Fassouq : base de la colonne de l’abside
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Figures 19c.
Légende Fassouq : vue de l’abside inscrite
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Figure 20a.
Légende Arrière-pays d’Antioche et répartition des églises à chevets apparentés à celui de Qalʿat Semʿan
Crédits (B. Riba)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 20b.
Légende Répartition des églises à chevets apparentés au chevet de Qalʿat Semʿan dans le jebel Wastani
Crédits (B. Riba)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Figure 21a.
Légende Macharef al-ʿOulia : fût de la colonne de stylite
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Figure 21b.
Légende Macharef al-ʿOulia : base de la colonne
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Figure 22a.
Légende Khirbet el-Sarj : fût de la colonne de stylite
Crédits (cliché B. Riba)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Figure 22a.
Légende Khirbet el-Sarj : base de la colonne
Crédits (cliché B. Riba)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Figure 23a.
Légende Le Saint-Sépulcre, reconstitution
Crédits (d’après Biddle 1999)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 23b.
Légende La memoria Sancti Sepulcri, musée de Narbonne
Crédits (d’après Lauffray 1962)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 24.
Légende Le chevet du martyrium de Saint-Syméon
Crédits (d’après de Vogüé)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure 25.
Légende Édicule du Saint-Sépulcre sur la mosaïque de Heir es-Sheikh, musée d’Idlib
Crédits (cliché W. Khoury)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Figure 26.
Légende Bêmas des églises de Qalota et de Résafé
Crédits (Tchalenko 1990)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9938/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Widad Khoury, « Influences du chevet de Qalʿat Semʿan sur les églises de Syrie »Syria, 96 | 2019, 69-96.

Référence électronique

Widad Khoury, « Influences du chevet de Qalʿat Semʿan sur les églises de Syrie »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/9938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.9938

Haut de page

Auteur

Widad Khoury

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search