Navigation – Plan du site

AccueilNuméros96Églises paléo-chrétiennes à absid...Les églises basilicales protobyza...

Églises paléo-chrétiennes à absides saillantes au Levant

Les églises basilicales protobyzantines à chevet tripartite et absides saillantes en Phénicie maritime et libanaise

Sophie Garreau
p. 97-116

Résumés

Parmi les basiliques de Phénicie maritime et libanaise, peu présentent un chevet à trois absides saillantes. On citera Chhîm et Khirbet Yarun en Phénicie maritime. D’autres églises, comme Khaldé Choueifat ou Nahariya, ont un chevet atypique. Dans l’église de pèlerinage de Khan Khaldé, où la circulation des pèlerins est avérée, le chevet est également irrégulier. Ces basiliques, fruits de l’évergétisme local pour leur construction et leur décor, ont souvent dû s’adapter à la topographie et pour certaines à un monument romain sacré préexistant.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les églises du Liban à l’instar des autres églises sont généralement orientées. Elles présentent les trois parties habituelles : sanctuaire, nefs et narthex, lequel apparaît fréquemment. Elles sont dotées d’un certain nombre d’annexes liturgiques accessibles aux fidèles et aux clercs, qui se trouvent au sud et/ou au nord et sont parfois placées à l’arrière du chevet. Cette organisation s’adapte à la configuration topographique qui se distingue particulièrement par l’étroitesse de la bande côtière et par les terrasses aménagées sur les flancs montagneux où ces églises sont construites.

  • 1 Aliquot 2009 et Nordiguian 2005.
  • 2 Peña, Castellana & Fernández 1983 ; Peña 2000 ; Castellana & Fernández 2011 ; Castellana & Fernánd (...)

2Au ve s., plusieurs églises sont installées au sein ou en bordure des sanctuaires païens 1 qui avaient été d’abord évités ; citons, outre les églises de Chhîm, de Yanouh et de Bziza (voir infra), les exemples conservés dans le temple de Hosn Niha près de Zahlé dans la Beqaʿa ou dans celui de Beït Jallouk dans le ʿAakar au nord. Certaines sont occupées par des moines 2, d’autres – à proximité des routes – attirent les voyageurs et entrainent le développement d’un petit bourg et un nouveau lieu de culte.

3La question soulevée par cette table ronde, qui est celle de l’apparition et de l’évolution du chevet tripartite à absides saillantes dans le martyrium de Qalʿat Semʿan et dans les églises au chevet apparenté à ce dernier, est à rattacher au contexte général lié aux initiatives impériales, au financement des édifices, au saint destinataire (ici Syméon) et aux influences artistiques apportées par les ateliers et les équipes d’artisans.

4Dès le ive et début du ve s., des absides saillantes apparaissent dans les églises ; en effet plusieurs chevets d’églises de cette époque présentaient une abside centrale saillante, comme à Fafertin (en 372), Saint-Épiphane de Salamine (fin ive-début ve s.), Saint-Ménas en Égypte (vers 412), Élusa dans le Negev (fin ive-ve s.). Au ve s., ce modèle est plus fréquent en Syrie et présente des variantes (abside saillante entre deux absides inscrites) dont les plus harmonieuses, à trois absides saillantes, apparaissent à Chypre d’abord (Ayios Philon de Carpasia au début du ve s., Ayia Trias de Yaloussa vers 425) et plus tard à Saint-Syméon (vers 470) qui en offre le modèle le plus accompli avec la Campanopétra (fin ve s. à Chypre). Au vie s., à part Chypre où ce modèle devient tradition locale, les trois absides saillantes se raréfient, laissant des variantes de moins en moins nombreuses alors que le chevet droit reprend le dessus.

5Si l’on s’interroge sur les raisons qui ont amené ou inspiré le choix des trois absides qui apparaît, acquiert une renommée et diffuse des modèles puis est imité avec des variantes, on remarque que les formes de variantes que ce chevet inspire semblent toutes abriter des reliques. Dans le cadre de la question concernant ce choix des trois absides, apparaît le groupe des églises du Liban, qu’elles appartiennent au groupe des plaines, comme à celui des montagnes.

6Les églises du Liban, comme ailleurs dans le monde oriental, suivent en général un programme liturgique même en présence de contraintes, qui peuvent être les fonctions spécifiques, les moyens mis en œuvre, les formes de développement, la topographie, etc. À l’extérieur, les façades suivent aussi l’aménagement spirituel par l’orientation du chevet, la disposition des portes, l’emplacement en hauteur des fenêtres et l’usage de certains motifs décoratifs. Et même si dans certains cas elles affichent plus nettement les contraintes du lieu et des financements, elles reflètent toujours par leur organisation la vocation de l’endroit.

7Le nombre et l’état des connaissances actuelles sur l’architecture et le développement du chœur des églises protobyzantines des deux provinces de Phénicie maritime et libanaise permet de dresser une synthèse sur la typologie des églises possédant cette particularité architecturale. Nous prenons le parti ici de regrouper les églises à chevet tripartite et absides semi-circulaires saillantes ou non afin de ne pas séparer arbitrairement les unes des autres car cette différence pouvait relever de contraintes topographiques et non pas forcément de fonctionnalités ou d’époques différentes.

Églises de Phénicie maritime et libanaise protobyzantines à chevet tripartite et à absides semi-circulaires saillantes ou non saillantes connues par l’archéologie

En Phénicie maritime

8Plusieurs exemples vont alimenter l’étude du chevet à trois absides saillantes en Phénicie. Le plus grand nombre d’exemples se répartit dans la partie méridionale de la province de Phénicie maritime, à commencer par la région du Chouf au sud-est du Liban, dans la montagne et sur le site de Chhîm.

Chhîm

9L’église de Chhîm correspond à un descriptif général qu’on observe dans plusieurs églises de la région : orientation vers l’est, trois nefs, espaces d’accueil et de déambulation à l’ouest et développement d’un certain nombre d’annexes autour de l’église pour les différents usages liturgiques auxquels participaient les fidèles.

  • 3 Waliszweski & Ortali-Tarazi 2002.
  • 4 Le caractère souvent accidenté du terrain où s’installèrent les églises en Phénicie a plus d’une f (...)
  • 5 Le « double chœur », dit aussi chœur haut et chœur bas, correspond à une organisation complexe de (...)
  • 6 Waliszweski & Ortali-Tarazi 2002 et Waliszweski & Wicenciak 2015.

10Cette église (fig. 1a) offre un cas de figure très intéressant étant donné son état de conservation, l’étude complète dont elle a fait l’objet et tous les éléments de datation qu’elle a pu fournir. Elle fut installée dans les ruines d’un ancien complexe païen romain du iie s. et se situe dans un grand ensemble homogène, un village protobyzantin qui a été entièrement étudié. La basilique a été érigée dans la partie nord-ouest du téménos du temple, en face de ce dernier sans être parfaitement dans son axe (fig. 1b). Son chœur ne fut pas, en effet, parfaitement orienté à l’est mais dévié d’environ 20° vers le sud 3. Son adaptation à la topographie et aux structures préexistantes joua sur la forme et la disposition générale de son plan. Présentant un plan basilical à trois nefs, elle s’étendait sur une longueur de 18,40 m pour une largeur de 13,10 m. Les trois nefs étaient séparées par deux rangées de six colonnes. Elles étaient bordées de banquettes dès la première phase d’aménagement. Le chevet se terminait par trois absides saillantes, de petites dimensions et de forme irrégulière vues de l’extérieur : une absidiole au sud pseudo semi-circulaire, une abside centrale de forme polygonale, et une absidiole au nord triangulaire. C’est une forme de chevet atypique que nous retrouvons en partie dans l’église de Khaldé-Choueifat et celle de Nahariya. Le narthex, atteignant une largeur de 3,63 m, était également bordé sur son côté intérieur septentrional par une banquette maçonnée. Le vestibule ouvrait sur une cour par trois portes dans l’axe des trois entrées. Une porte fut percée à l’extrémité orientale du mur sud. Elle permettait d’accéder directement à l’ancienne « tour D » appartenant à l’enceinte du sanctuaire romain, réaménagée probablement pour un nouvel usage liturgique à l’époque protobyzantine 4. Comme la plupart des églises, elle connut plus d’un état. Plusieurs données sont à retenir : des aménagements du chœur et des nefs typiques des églises des provinces de Phénicie du ve s. avec un « double chœur 5 » en avancée dans la nef, datée par les mosaïques de 489-490 apr. J.-C., et un changement de la structure du chœur vers le vie s. (datation ante quem par une tombe collective dans le narthex du dernier état par des monnaies du règne de Phocas 602-610 apr. J.-C.) 6. Ce dernier état était marqué par le rehaussement du podium et le retrait des bancs du clergé (synthronon) à l’intérieur de l’abside.

Figure 1a.

Figure 1a.

La basilique Saint-Thomas de Chhîm

(dessin M. Puszkarski dans Waliszewski & Ortali-Tarazi 2012).

Figure 1b.

Figure 1b.

Plan du site de Chhîm

(dessin K. Kotlewski).

11Deux autres églises présentent un type de chevet tripartite à absides saillantes et de forme polygonale.

Khaldé-Choueifat

  • 7 Abdallah 2018.
  • 8 Chehab 1957 ; Chehab 1959, pl. LIX-LXXX.

La première, l’église de Khaldé-Choueifat (Khaldé I) [fig. 2] a été découverte en 1959, les mosaïques et les vestiges de l’église déposés en 1980 dans un jardin public devant le musée national de Beyrouth. Longue de 32 m et large de 23 m, elle était précédée d’un narthex. Le chevet était irrégulier, l’abside centrale étant inscrite dans un massif polygonal saillant à trois pans coupés, indépendant des sacristies latérales de forme rectangulaire. La sacristie sud, saillante, ouvrait sur tout un complexe de salles s’étendant au sud de l’église. La sacristie nord était quant à elle entièrement saillante et détachée de l’abside centrale. Aucune annexe ne semble avoir été dégagée du côté nord de l’église. L’organisation du chœur nous est connue à travers le relevé schématique du plan d’H. Kalayan, responsable des fouilles dans les années 1960-1970 à la Direction générale des Antiquités (DGA). Le chœur était en avancée dans la nef jusqu’au milieu de la deuxième travée en partant de l’est, sans doute sous forme d’un podium surélevé, comme il était d’usage dans les églises de Phénicie maritime. Le « second chœur » était presque aussi profond que le premier chœur, environ 5 m pour 4 m de largeur, et s’arrêtait au bout de la quatrième travée. Cette partie du chœur, de plain-pied avec les nefs, devait être accessible par les côtés et présentait plus à l’ouest deux traces rapprochées en avancée dans le sol. La sacristie sud identifiée par M. Chéhab comme le martyrium, présentait un socle maçonné dans son angle nord-est et son sol en mosaïque était orné d’un panneau central représentant une architecture à colonnade supportant des arcades fermées par des rideaux reposant sur des tringles. Cette représentation d’un édicule sur mosaïque se retrouve dans l’église syrienne de TellʿAr (double édicule) et à Tell Khanzir, ces panneaux étant conservés dans le musée de Maarat-Noman 7. L’étude des multiples pavements de mosaïque 8 a permis de proposer une datation relative de l’église entre le ve et le début du vie s.

Figure 2.

Figure 2.

Plan de l’église de Khaldé-Choueifat

(d’après Donceel-Voûte 1988, p. 359, fig. 343)

Nahariya

  • 9 Comme cela est également envisagé à Notre-Dame des Roseaux de Tyr (voir Garreau-Forrest & Badawi 2 (...)
  • 10 Ovadiah & Ovadiah 1987, no 194, p. 113-114.
  • 11 Dauphin & Edelstein 1984, p. 28.
  • 12 L’église de Shavei Zion, tout au sud de la Phénicie maritime, a connu deux états, de même que le d (...)
  • 13 À Tyr, l’église de la Théotokos, qui est dite « du quartier des roseaux » et que l’on pourrait dés (...)
  • 14 Dauphin & Edelstein 1984, p. 31 et pl. IX.
  • 15 dauphin & Edelstein 1984, p. 107.

12La seconde église se situait à Nahariya, sur la côte (fig. 3) au sud de la métropole de Tyr et dans le sud de la Phénicie maritime. La construction et la forme adoptées ici rendent compte encore des contraintes d’ordre topographique dans l’aménagement des églises et en particulier dans le parti pris pour la construction du chevet. L’église était orientée. Le monument, de plan basilical à trois nefs séparées par deux rangées de 6 colonnes de marbre, avait un plan irrégulier de forme trapézoïdale, les murs ne suivant pas un tracé parallèle. En effet, le côté oriental de l’église était plus large que le côté occidental avec un écart d’environ 1,20 m (soit 16,50 / 17,70 m de long sur 32 m de large). Les chapiteaux des colonnes de la nef, supportaient des poutres de bois soutenant des tribunes au-dessus de chaque bas-côté 9. Le toit en charpente était recouvert de tuiles et de très nombreux fragments de verre plat indiquaient l’existence de fenêtres. Le chevet, de forme tripartite, se terminait par trois absides semi-circulaires à l’intérieur et saillantes. L’abside centrale était particulièrement large par rapport aux absidioles. L’absidiole septentrionale était saillante et de forme polygonale. Les limites du mur extérieur des deux autres absides n’ont pas été découvertes. Les trois absides étaient légèrement surélevées par rapport au sol des nefs. Les absidioles sud et nord, d’aménagement semblable, mesuraient environ 3 m de largeur et 2 m de profondeur 10. Chacune d’entre elles conservait sur le pavement de mosaïque géométrique les traces d’encastrement des pieds d’une table annexe, dite « table d’offertoire ». La pièce nord conservait également des fragments du plateau de la table. En outre une croix était visible au centre du sol de cette même absidiole nord. Les fouilleurs proposaient de voir dans l’absidiole sud le diakonikon et dans l’absidiole nord la prothesis 11. L’abside centrale était à l’origine précédée de deux marches. Un premier chœur s’étendait au-delà de la corde de l’abside jusqu’à la deuxième travée de la nef centrale comprise. Il était probablement fermé d’une clôture de chancel entre l’abside et la partie en avancée dans la nef, d’après les traces d’encastrements laissées au sol par des poteaux et des plaques, soulignant ainsi sa surélévation par rapport au reste de la nef. La deuxième partie du chœur, ou second chœur, délimitée par une deuxième clôture de chancel, plus étroite en largeur, prenait la forme d’un T avec son couloir axial. Deux tables liturgiques étaient installées dans l’enceinte du second chœur. Il s’agit du « double chœur » typique des églises du sud de la Phénicie maritime et très proche de ceux de Shavei-Zion 12 et de l’église du « quartier des roseaux » à Tyr 13. Le chancel aurait été mis en place après la mosaïque, car il coupait certains motifs animés ; de même, les tables annexes du chœur semblent avoir été posées après le sol mosaïqué 14. La construction de l’église pourrait, d’après le style des mosaïques, des chapiteaux et des céramiques, dater de l’époque justinienne 15.

Figure 3.

Figure 3.

Plan de l’église de Nahariya

(d’après Dauphin & Edelstein 1984).

Khirbet Yarûn

  • 16 Un survey a été mené pour le Palestine Exploration Fund en 1873 : Conder & Kitchener 1881, p. 221 (...)
  • 17 Ovadiah 1970, no 133, p. 130, pl. 55.

13Restons dans la partie méridionale de la Phénicie maritime avec le site de Khirbet Yarûn (ed-Deir) en Haute-Galilée (fig. 4). Une église y a été découverte 16 avec les caractéristiques qui nous intéressent. L’église était orientée, distribuée sur un plan simple basilical à trois nefs séparées par deux rangées de cinq colonnes placées sur des bases (seules conservées in situ), terminé par trois absides saillantes et semi-circulaires. Les fouilles ne semblent pas avoir mis au jour d’annexes autour des nefs. L’église mesurait environ 26 m de long sur 17 m de large, avec des absides peu profondes. L’abside centrale fait 3,30 m de profondeur, pour un diamètre de 7 m à la corde, les absides latérales 3 m de profondeur environ et à peu près 4 m à la corde. L’existence d’un autel est mentionnée dans l’abside centrale 17. Les fouilleurs ont noté la présence de restes de pavements de mosaïques, des chapiteaux corinthiens finement travaillés et plusieurs portes décorées sur leurs montants, avec en outre une inscription grecque fragmentaire de 13 lignes sur une de ces portes. En fonction de ces éléments décoratifs, une datation au vie s. est proposée qui reste faiblement argumentée.

Figure 4.

Figure 4.

Plan de Khirbet Yarun

(d’après Ovadiah 1970, fig. 133).

Khirbet ʿAlya

  • 18 Avi-Yonah 1957 ; Tzaferis 1987, p. 36-38 et plan p. 36, ill. 1 ; Ovadiah 1970, no 57, p. 117-120.
  • 19 À Sainte-Marie-des-marais, où le plan de l’édifice est assez similaire à celui de l’église de Khir (...)

14Dans la même région, dans la plaine côtière d’Acre, l’église de Khirbet ʿAlya (Evron) [fig. 5] était une basilique à trois nefs, qui connut plusieurs états 18. De dimensions moyennes (18 m de long, y compris la longueur restituée de l’abside, sur 10 m de large), son orientation était légèrement déviée vers le sud. La première phase de l’église est représentée essentiellement par ses sols de mosaïque, en meilleure condition que le bâtiment lui-même. Ces mosaïques avaient été plusieurs fois refaites. L’une d’elles, à l’est de l’atrium, devant l’entrée de la nef centrale, porte une inscription grecque donnant la date de 415. Un second état de l’édifice porte les traces de trois entrées à l’ouest et deux portes au nord donnant dans deux pièces annexes. Les trois nefs étaient séparées par deux rangées de cinq colonnes, dont il reste quelques fragments ; longeant le collatéral sud une série de cinq supports semblait indiquer l’existence d’une loggia. La partie orientale de l’église ayant été entièrement détruite, son chevet ne peut être restitué ; toutefois trois absides conjecturales apparaissent en pointillé sur le plan de fouille ; selon Tzaferis le tracé des absides était nettement visible au sol. Nous retrouvons les mêmes caractéristiques des églises basilicales de Phénicie maritime de la fin du ve et du vie s., dont Sainte-Marie-des-marais de Tyr 19, comprenant les trois nefs séparées par deux colonnades, un atrium ouvert, une loggia ou quatrième nef au sud, ainsi que deux annexes du côté nord, identifiées ici comme un diakonikon et un baptistère, ces annexes ayant été reportées sur les bas-côtés et non à l’arrière du chevet. Cette seconde phase vit la réfection des pavements et de la couverture de l’édifice, indiquée par une inscription de 442-443. Au total, 57 noms de membres du clergé, de l’archevêque jusqu’au sous-diacre, ainsi que deux prêtres et des artisans mosaïstes sont notés dans les inscriptions. Une dernière phase vit l’ajout d’un narthex installé sur le portique oriental de l’atrium. On remarque l’aménagement d’un « double chœur » typique de la région, agrandi lors de la dernière phase par l’installation d’une nouvelle barrière de chancel dont les traces apparaissent sur la mosaïque antérieure. Cette partie basse était en avancée dans la nef centrale jusqu’à la 4e travée et prolongée d’un couloir axial. Les mosaïques nombreuses donnent plusieurs datations ; les fouilleurs attribuent le premier état au début du ve s. (415), le second au milieu du ve (442-443) et le troisième à la fin du ve s. (490). Le chevet, qui pourrait avoir compris trois absides, n’est pas daté clairement.

Figure 5.

Figure 5.

Plan de l’église de Khirbet Alya-Evron

(d’après Ovadiah 1970, fig. 57a-b).

Bziza

  • 20 Taylor 1967, p. 3 et 113, et Nordiguian 2005.

15Les exemples conservés dans la partie septentrionale de la Phénicie maritime sont peu nombreux. Cependant l’église de Bziza dans la région de Koura au nord en est un exemple (fig. 6). L’église s’est installée à l’intérieur d’un sanctuaire païen désaffecté dont elle a réutilisé certains murs. Deux absides furent construites sur le côté oriental de l’ancien temple et une porte aménagée dans le mur méridional afin de le transformer en église 20. Cette dernière était orientée vers l’est, légèrement déviée vers le nord. Elle fut implantée dans un axe perpendiculaire à celui du temple qui, lui, suivait un axe nord-ouest (entrée) / sud-est. Deux absides géminées saillantes et de forme polygonale furent rajoutées à l’est. Un pilastre central devant ces absides séparait les espaces des deux nefs. L’accès monumental qui conduisait au temple fut conservé au nord tandis que le mur occidental fut percé d’une porte dans l’axe de l’église, comme l’indique la présence de deux niches d’époque romaine et d’une corniche romaine remployée. Dans l’ensemble, des blocs romains de grand appareil ont été remployés, parfois retouchés, dans la construction des absides et des murs de l’église. La technique du double parement du temple a été réutilisée dans les travaux de l’église.

Figure 6.

Figure 6.

Plan de l’église de Bziza

(d’après Kencker & Zschietzschmann 1938).

16Deux croix aux branches bifides de 10 cm de côté ont été gravées à hauteur d’homme, sur des colonnes. Une autre croix bifide et inscrite dans un médaillon (20 cm), placée à côté d’une des croix précédentes, semble antérieure. Une 4e croix (12 × 10 cm), proche du type croix latine, se trouve sur la 2e colonne. Enfin, à l’intérieur de l’édifice, sur un bloc inférieur du jambage sud de l’abside septentrionale a été gravée une croix très simplifiée aux extrémités bifides mesurant 18 cm de haut et 21 cm de large. Cette variété dans les croix gravées suggère un usage prolongé de l’édifice, jusqu’à l’époque médiévale.

Yanouh

  • 21 Gatier et al. 2001 ; Pieri 2001 ; Gatier & Nordiguian 2005.

17Dans l’arrière-pays de Jbeil/Byblos, P.-L. Gatier 21 mentionne la présence d’une chapelle médiévale ainsi que d’une église protobyzantine mise au jour par les fouilles récentes sur le site de Deir Mar Edna, dans le mont Liban près de Yanouh, à plus de 1 000 mètres d’altitude. Dans la même région, l’église de Yanouh (fig. 7) présente quant à elle un plan basilical à trois nefs terminées par une abside semi-circulaire saillante. Construite sur le flanc sud du sanctuaire romain, elle mesure 12 m de large sur 20 m de long. Elle est installée à l’extérieur du sanctuaire païen principal, tout en empiétant sur le côté sud du péribole. Les remplois abondants de vestiges antiques expliquent son plan irrégulier. Trois phases ont été distinguées. Une première basilique construite aux alentours de la fin du ve s. était orientée, composée de trois nefs et dotée d’une abside centrale saillante. Le collatéral sud abritait un baptistère (une cuve est attestée) à son extrémité orientale. Les nefs étaient séparées par deux rangées de cinq colonnes qui portaient des arcades en plein cintre. Les éléments des colonnades étaient des remplois du portique du temple romain voisin. Une deuxième phase d’occupation, à placer vers la première moitié du viie s., voit la modification de l’église. Un mur droit est construit à l’est, qui incorpore l’abside précédente et ferme la prolongation des murs nord et sud des collatéraux, les colonnes sont remplacées par des piliers et le chœur est prolongé vers l’ouest par deux murets, percés de deux portes ouvrant sur les bas-côtés, tandis que le portique d’entrée précédent est transformé en narthex, accessible par quelques marches au sud. Une troisième phase médiévale voit la condamnation de l’accès ouest pour une nouvelle porte au sud, tandis que de multiples tombes occupent les nefs.

Figure 7.

Figure 7.

Le site de Yanouh

(Waliszewski et al. 2006, fig. 7 p. 426).

Jiyeh

  • 22 Waliszewski et al. 2007.
  • 23 Duval & Caillet 1982, p. 377 et n. 91.
  • 24 Le mur occidental de l’église surplombe la mer qui se trouve à 25 mètres seulement de la basilique (...)
  • 25 Waliszewski et al. 1998.

18Le monument chrétien de Jiyeh 22 (fig. 8), dans l’antique site de Porphyreon sur la côte de la Phénicie maritime dans la région de Sidon, présente un cas particulier par sa longueur (au moins 39 m de long sur 22,60 m de large) et les dimensions réduites de l’abside placée à l’est. En outre, on y observe au sud du collatéral sud une nef supplémentaire, terminée à l’est par une abside, qui semble s’ajouter aux trois nefs principales de l’église ; cette abside pourrait être associée à un martyrium 23. Cependant les relevés pratiqués sont insuffisants pour une compréhension complète de cette partie. Il en va de même pour l’espace doté d’une abside observé à l’intérieur du bas-côté sud. L’état semble indiquer une église paléochrétienne dont les traits ont été altérés par la montée de la mer 24 et qui paraît avoir été réoccupée avec une autre fonction jusqu’à l’époque arabe 25.

Figure 8.

Figure 8.

Jiyeh

(Waliszewski et al. 2006, p. 426).

Khan Khaldé

  • 26 Khan Khaldé est établie sur le bourg antique d’Heldua, d’après le témoignage de l’Itinéraire du Pè (...)
  • 27 Duval & Caillet 1982, p. 325-340.
  • 28 Donceel-Voûte 1988, fig. 369-370, plans repris de Saidah 1975.
  • 29 Saidah 1975, p. 59.

19Les deux niveaux, inférieur et supérieur, de Khan Khaldé 26 (Heldua), au sud de Beyrouth, représentent le meilleur exemple de l’évolution d’un lieu chrétien majeur pendant deux siècles dans cette région du Liban. Ces deux niveaux, bien préservés, ont bénéficié d’une fouille et de plusieurs études et commentaires 27. Les deux monuments orientés se superposent sur la même surface, au flanc d’une colline. Le mur ouest du narthex, dévié vers le sud, s’adapte à la direction de la voie romaine antique. Les plans de R. Saidah, repris par P. Donceel-Voûte 28, témoignent avec fidélité des modifications survenues sur l’église elle-même ainsi que de l’importance du développement de ses annexes et de leurs fonctions (fig. 9a et b). La vocation de pèlerinage (l’afflux et la circulation d’un grand nombre de fidèles) est attestée dans les deux phases : en effet, la disposition des lieux et notamment du niveau inférieur a pu être déterminée malgré l’absence de murs grâce à la bonne conservation des pavements de mosaïque. Dans les deux cas, un itinéraire de déambulation assurait une circulation organisée et régulière, permettant aux fidèles de visiter les lieux dans un certain ordre. En outre, les fouilles ont mis en évidence au nord du site l’installation de deux hôtelleries donnant sur l’antique voie romaine, ainsi que la probable demeure d’un dignitaire ecclésiastique ou d’un couvent, ce qui viendrait confirmer la double vocation de cette zone, comme relais (Mutatio Heldua) et but de pèlerinage 29.

Figure 9a.

Figure 9a.

Khan Khaldé, l’église inférieure

(d’après Saidah 1975, p. 58).

Figure 9b.

Figure 9b.

Khan Khaldé, l’église supérieure

(d’après Saidah 1975, p. 55).

  • 30 Outre les hôtelleries, les nombreuses habitations et les complexes d’huilerie qui avaient été rele (...)

20La première église (église inférieure, fig. 9a), datée par les inscriptions du ve s., a été modifiée et agrandie (église supérieure, fig. 9b) : les structures du contour sud ont été préservées et l’agrandissement a eu lieu dans les parties est et nord. Le nouveau chœur, doté d’un synthronon, d’un podium en avancé et d’un chœur bas, remplace les annexes orientales précédentes, tandis que l’église et l’espace s’agrandissent vers le nord 30, et un grand espace d’accueil se superpose à ce qui était précédemment le narthex. Les travaux et aménagements survenus dans l’église supérieure se situent entre 586 et 622, donnant de l’ampleur à l’ensemble qui semble dédié au pèlerinage.

  • 31 Duval 1977, p. 94.

21Le chœur de l’église supérieure, tourné vers l’est, comprenait une abside centrale et une absidiole au sud, toutes deux saillantes, ainsi qu’une sacristie au nord, de forme quadrangulaire, non incluse dans un massif. Le bâtiment mesurait environ 16 m de large pour 40 m de longueur, comprenant l’abside centrale et les annexes latérales 31. Nous retrouvons encore les mêmes caractéristiques principales des églises de Phénicie maritime des ve et vie s. : basiliques à trois nefs à colonnades, « chœur double » avec chevet tripartite, synthronon à l’intérieur de l’abside centrale. Le chœur composé de deux parties, présente deux phases d’aménagement, le « chœur I », en forme de podium était délimité d’abord par une assise de grosses pierres et accessible par des marches. Dans un second temps fut installé le « chœur II » de plain-pied et en avancée dans la nef, entouré d’un chancel, lequel recouvrait une partie des mosaïques sur les panneaux latéraux, tandis que le « chœur I » recouvert d’un dallage était alors élargi et son niveau rehaussé partiellement au niveau de l’abside. Ce chœur pouvait communiquer avec les annexes sud et s’ouvrait sur la sacristie nord, elle-aussi réservée aux préparations liturgiques et dont l’aménagement des espaces à l’est montre une adaptation aux contraintes du terrain. Ce cas a pu exister ailleurs.

Maʿad

  • 32 Donceel-Voûte 1988, p. 393-394 ; Nordiguian 2013, p. 184-187 et 194 ; Nordiguian 2009  ; Helou 199 (...)

22Dans le développement du culte des martyrs, citons l’église de Maʿad dont une partie est d’époque paléochrétienne et le reste médiéval et ottoman. Sa dédicace à saint Charbel d’Édesse s’est perpétuée dans le monument plus tardif 32.

  • 33 Helou 1999-2000, p. 146.

23Nous pourrions voir dans l’adoption du plan basilical développé entre le ve et le vie s. une conséquence directe du développement du culte voué aux saints et aux martyrs. Le chevet à plan tripartite répondait à une exigence d’ordre liturgique. Une des salles situées à l’est de part et d’autre de l’abside centrale était consacrée à la commémoration du martyre d’un saint, « des moines défunts ou des fondateurs de l’église 33 », comme cela a été suggéré par exemple dans les traces laissées par l’église primitive de Maʿad.

24L’église de Maʿad (fig. 10), visitée par Renan, a fait l’objet de sondages en 1947 à l’intérieur de l’église moderne qui permirent de découvrir des sols de mosaïques qui ont par la suite été restaurés et placés dans l’église ; la DGA, lors d’une étude des maçonneries avant 1975, a retrouvé sous le mur médiéval quelques assises antiques.

Figure 10.

Figure 10.

Maʿad

(d’après Nordiguian 2013, p. 185).

  • 34 Nordiguian 2009, p. 154-155 et n. 14, p. 155.

25L’intérieur de l’église est de plan basilical à trois nefs, séparées par des colonnes romaines en remploi dont quatre sont à chapiteaux ioniques ; le sol réutilise un dallage romain. Chapiteaux et dallage ont dû faire partie d’un édifice romain antique, dont un seuil du portail d’entrée côté est, de 2,80 m de large, a été dégagé. L’église remonterait à l’époque protobyzantine, y compris son abside saillante. Les restes d’un sol en mosaïque à décor géométrique, difficilement datable, furent retrouvés sous le sol médiéval selon des témoignages locaux, bien que les dégagements de la DGA n’aient pas consigné leur emplacement exact dans le monument 34.

26La basilique à trois nefs et une abside saillante d’origine, qui pourrait dater du ve s., a été reconstruite au Moyen Âge (xiiie s.) avec en outre ajout de fresques dans l’abside, de trois pièces au chevet avec des fresques dans la chapelle sud et, plus tard, à l’époque ottomane création d’une nouvelle abside et des deux absidioles. Les peintures médiévales ainsi que la présence d’une niche carrée à reliquaire dans la pièce annexe sud rappellent le souvenir du martyr Charbel. À titre d’hypothèse, on suggère que la position des annexes à l’arrière du chevet pourrait reprendre un plan protobyzantin précédent avec martyrium dédié à saint Charbel dans la pièce sud.

En Phénicie libanaise 35

La basilique construite dans le Qalaʿa à Baalbek

  • 36 Voir Donceel-Voûte 1988, p. 333.

27La basilique byzantine construite dans la grande cour devant le temple de Jupiter Héliopolitain a été étudiée par les archéologues allemands qui ont procédé au dégagement de tout le grand complexe d’Héliopolis entre 1898 et 1905. Afin de rétablir l’état païen du site et en particulier l’autel principal qui était caché sous la partie orientale de la basilique, celle-ci fut démontée jusqu’au sol dans les années 1920-1930 ainsi que ses fondations dans les années 1960 36.

28Dans la grande cour où était situé l’autel et sur l’escalier du grand temple, une basilique avait été édifiée, remployant des pierres et des dalles romaines. Pour ce faire, tout le centre de la cour avec l’autel païen avait été comblé et le sol surélevé de deux mètres pour atteindre le niveau du palier d’entrée du temple côté ouest. Deux phases principales étaient discernables dans le plan de la basilique. Le premier état (fig. 11a) consistait en une grande église de 57 m de long sur 36 m de large à 3 nefs et 3 grands arcs sur piliers avec en façade ouest un chevet à trois absides inscrites derrière un mur droit. Ce chevet occidenté utilisait les marches montant au temple, l’abside centrale semi-circulaire étant placée sur la dernière marche, entre deux absidioles plus étroites. Les trois nefs étaient séparées par des arcs de 12,60 m de portée. Trois portes s’ouvraient sur les côtés nord et sud et trois autres côté est. Des marches reliaient le niveau de la basilique à celui de la cour en contrebas. Le sol était recouvert d’un dallage qui remployait des dalles récupérées dans la cour du temple, alignées dans le sens nord-sud, dans la largeur de l’édifice.

Figure 11a.

Figure 11a.

Plan de la basilique de Baalbek, 1er état

(d’après Donceel-Voûte 1988, p. 334, fig. 317)

  • 37 Hypothèse de travail présentée dans Krencker, Schulz & von Lüpke 1923 en particulier p. 131.
  • 38 Grossmann 1973 ; Donceel-Voûte 1988, p. 336.

29Ce premier état, qui avait été attribué au début du ve s. à titre d’hypothèse par les archéologues allemands 37, pourrait être plus tardif, les basiliques à larges arcades de ce type apparaissant plutôt entre le ve et le vie s. ; ici, les chercheurs proposent le vie s. avancé pour cette première phase, qui serait contemporaine de l’église de Kabr Hiram 38.

30Dans un second état, le chevet fut déplacé en façade orientale pour se conformer à la règle générale (fig. 11b). Une abside semi-circulaire à l’intérieur et polygonale à l’extérieur (de 7 à 12 pans), surélevée de 2 ou 3 marches, fut construite au-delà de la porte centrale de la façade est du premier état. Une porte fut ouverte au centre de l’ancienne abside occidentée et derrière les absidioles précédentes furent creusées deux salles barlongues, communiquant au nord et au sud avec de nouvelles pièces annexes à absides orientées ouvrant côté ouest. Les seuils des trois nouvelles portes ouest étaient clairement de nouvelles additions. Dans cette phase, la basilique conservait ses trois larges arcades et son pavement de dalles du premier état, venant du dallage romain préexistant. Cet état orienté n’eut pas de nouveau pavement, seules de nouvelles dalles furent placées dans le sens est-ouest devant l’abside. Ce dernier état pourrait être de la fin du vie s. ou début viie s.

Fig. 11b.

Fig. 11b.

Plan de la basilique de Baalbek, 2e état

(d’après Donceel-Voûte 1988, p. 334, fig. 318)

31L’absence de mobilier liturgique dans la basilique comme dans les annexes ne permet pas de se prononcer sur l’organisation de la célébration liturgique dans l’église, au premier comme au second état.

  • 39 Dans le 1er état occidenté de la basilique, P. Donceel-Voûte pense que les trois absides du chevet (...)
  • 40 Eusèbe évoque la fermeture des temples d’Héliopolis et la construction d’une église : Eusèbe de Cé (...)

32La basilique de Baalbek, dont la date de construction (1er état) a été placée au vie s. par P. Donceel-Voûte 39, a été dotée, dans son dernier état qui pourrait être de la fin du vie ou du début du viie s., d’une abside polygonale saillante. Son installation, qui s’adapte à des structures antiques, semble illustrer une volonté impériale par sa présence dans le plus prestigieux des sites de l’empire romain païen, et l’importance du lieu a nourri l’hypothèse qu’un sanctuaire précédent du temps de Constantin ou de Théodose y avait été installé 40. En outre, l’existence de cette abside saillante dont l’impact est puissant, paraît bien être en lien avec la présence sur place d’un martyrium ainsi que la tradition semble s’en être installée partout, en particulier dans les églises de Syrie, ou un grand nombre de reliquaires et de sarcophages-reliquaires ont été conservés. Une telle présence à Baalbek renvoie à la rotonde du Saint-Sépulcre ainsi qu’aux absides saillantes dans les églises de pèlerinage de Phénicie maritime et libanaise.

Bilan : évergétisme et pèlerinages

33Après avoir dressé la liste des exemples connus en Phénicie maritime et libanaise, puis mis en rapport l’existence du chœur à trois absides saillantes avec les contraintes techniques et matérielles, il convient de souligner que ces églises reflètent des traits régionaux, dus aux architectes et ateliers locaux, s’ajoutant à d’autres particularités provenant de Syrie, où subsistent de nombreuses églises bien conservées.

  • 41 Garreau-Forrest 2007.

34Le corpus des églises protobyzantines de Phénicie maritime et libanaise 41 a montré la présence de différents types de plans – à nef unique, à trois nefs et parfois à deux nefs – à rattacher à des usages liturgiques et régionaux du ive au viiie s. Les églises à une et à deux nefs, parfois aménagées dans des temples païens, sont plus fréquentes dans les régions montagneuses. Elles occupent en général des emplacements géographiques dominants, offrant la sécurité à la communauté qui s’y établissait. Elles sont en outre souvent rattachées à des exploitations viticoles ou oléicoles occupant les terrasses des flancs montagneux.

35En Phénicie, des baptistères ont été identifiés dans les églises suivantes : sans certitude dans les églises de Bostan el-Cheykh, Chhîm, Khirbet Jalil ; de façon certaine à Evron, à Jiyeh, à Kfar Kama, à Khân Khaldé, à Tell Keisan, à Shavei Zion, à Zahrani, à Qalaʿat Faqra, à Horvat Kenes, à Hosn Niha, et à Nabha. L’emplacement du baptistère n’est jamais le même et la cuve baptismale n’a pas toujours été retrouvée. Le martyrium de son côté, reconnu comme faisant partie d’un rituel majeur, n’a pas non plus laissé de mobilier liturgique identifié. En fait, les réelles traces matérielles de sa présence sont sensibles dans l’évergétisme et ses expressions ainsi que dans les décors et certains aménagements des églises. Ces deux points sont très liés, étant donné que le décor des églises et leur richesse sont l’expression immédiate de toutes les formes d’évergétisme.

36Les noms de saints et les dédicaces claires ainsi que les espaces dédiés à la déambulation sont les premiers indices palpables de la présence des fidèles et de la fonction de pèlerinage ; ces derniers nécessitent eux-mêmes des fonds importants pour leur mise en place et leur embellissement ; la visibilité de ces éléments présente une étape du pèlerinage sur le chemin du reliquaire, qui est lui rarement conservé.

37Les lieux de pèlerinage sont donc prospères et richement décorés grâce à un évergétisme impérial, ecclésial et privé. L’exemple est donné par les grands édifices de Jérusalem, Constantinople, Ravenne. Cet évergétisme est attesté dès le départ par l’initiative impériale de Constantin dans les Lieux saints et ailleurs : au Liban, à Antioche et Rome. La construction des églises de Baalbek, l’église de Paulin et Sainte-Marie-des-marais à Tyr, comme Saint-Christophe de Kabr Hiram (fig. 12) permet de développer et d’illustrer ce phénomène. Les églises constantiniennes ont un plan reconnaissable qui marque, par ses variantes attestées à Jérusalem, Antioche et Rome, le développement des églises dans l’empire d’Orient. Les successeurs de Constantin eurent de multiples occasions de continuer cette démarche (après tremblements de terre, conquêtes militaires et autres) et certains poussèrent très loin cette démarche, de Constance à Théodose, jusqu’à Justinien.

Figure 12.

Figure 12.

La basilique Saint-Christophe de Kabr Hiram

(d’après Metzger 2012, p. 10).

  • 42 D’après des exemples pris en Jordanie, déjà attestés en Italie et ses marges ; voir Caillet 2003, (...)

38Les Pères de l’Église orientale, tels Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze, rappelaient qu’il incombait à l’évêque d’ériger un sanctuaire à la gloire de Dieu orné et pourvu des annexes nécessaires, d’après le premier, de manière à manifester sa grandeur d’âme, d’après le second 42. Le panégyrique prononcé par Eusèbe de Césarée lors de la consécration de la cathédrale de l’évêque Paulin de Tyr en 314 témoigne également de ce type d’activité qui devait se développer avec la multiplication du nombre d’évêques dans l’Empire à partir du ive s., lorsque cette nouvelle institution religieuse s’organisa pour être administrée à l’image du découpage territorial civil et politique. Dans le cas de la cathédrale de Paulin de Tyr, Eusèbe de Césarée fit l’éloge des actions menées par l’évêque Paulin afin de relever un nouveau sanctuaire au nom de Jésus dans cette cité.

  • 43 Sur le pavement de l’église Saint-Christophe de Kabr Hiram, l’inscription dédicatoire nomme l’arch (...)

39Des initiatives privées, essentiellement religieuses, étaient à l’origine de la construction d’églises d’envergure plus modeste, n’impliquant pas des développements de chevet très important, qui étaient limitées à un usage local ou familial. Il semblerait, d’après les inscriptions dédicatoires laissées sur les pavements des églises, que la construction générale et la consécration de l’église étaient l’affaire des dignitaires ecclésiastiques ou des religieux, et que les interventions laïques étaient limitées, dans la plupart des cas, à des actes de générosité bien déterminés comme par exemple à des réfections, à des modifications et à des rajouts ponctuels. On explique ainsi que les pavements de mosaïques étaient souvent constitués de plusieurs panneaux dédicacés aux différentes dates de restauration d’une église et pour le salut de laïcs, en général pour leur famille, auquel on associait, selon les règles de bienséance, celui des clercs et des dignitaires ecclésiastiques, responsables de l’entretien quotidien du sanctuaire. En ce qui concerne les clercs, il était d’usage que ces derniers exercent des activités libérales ou des métiers plus humbles, plus manuels, afin de subvenir aux besoins de leur communauté et entretenir l’église et les aménagements qui s’y rattachaient 43.

  • 44 Chammas 1950, p. 17.
  • 45 Baratte & Duval 1978 ; Metzger 2012.
  • 46 Flusin 1998, p. 491.

40Des inscriptions témoignent de ces pratiques courantes : on connaît à Alexandrie l’exemple de deux lecteurs qui exerçaient en même temps le métier de cordonnier, ou encore, celui d’un diacre à Jérusalem qui était batteur d’argent. On précise ailleurs que « les ministres de l’autel restaient laboureurs si l’ordination les avaient trouvés attachés à la glèbe 44 ». Rappelons que ce sont des laboureurs travaillant dans leurs champs, des fermiers et principalement des vendangeurs que l’on aimait représenter sur les mosaïques des églises, tels que dans la nef centrale de l’église de Qabr Hiram 45. Le prêtre devait gérer, ou contrôler du moins, les biens des fondations rattachées à sa circonscription. Par ailleurs, d’après les sources littéraires, les donations privées connurent un développement remarquable aux ve et vie s. lorsque des villageois, des propriétaires et des familles entières firent construire à leurs frais, par leur propre initiative et pour leur salut, des sanctuaires de différentes catégories, des églises, des oratoires, des martyria ainsi que des chapelles associées à des institutions charitables 46 ; il est fort probable que ces constructions furent tout de même entreprises avec l’aval et la supervision des hauts dignitaires ecclésiastiques ou des religieux locaux.

41L’aspect général de l’édifice et du développement de son chevet dépendait donc directement de l’usage quotidien et du rôle et de son importance publique. Le développement du chevet avec des absides et des annexes latérales est à rattacher étroitement à la croissance de la ferveur des fidèles autour du culte des martyrs à l’époque protobyzantine.

Conclusion

  • 47 Bagatti 1963.
  • 48 L’église Sainte-Marie Théotokos du « quartier des roseaux », mentionnée dans les actes du Synode d (...)

42Actuellement la présence de trois absides saillantes est rare au Liban comme ailleurs. En revanche, l’usage des absides – une ou deux, inscrites ou saillantes, arrondies ou polygonales – est attesté dès le ve s. et devient même courant jusqu’à l’époque médiévale. Dans ce cas, il arrive que ces absides s’adaptent par leurs formes, dimensions et nombre aux contraintes topographiques du sol, néanmoins il semble, d’après l’exemple bien conservé et attesté de Khan Khaldé, que leur présence est reliée à des églises soignées au programme sophistiqué favorable à la déambulation des pèlerins telle qu’on la conçoit dans les lieux de pèlerinage. L’absence de mobilier liturgique relevant du culte des martyrs peut être remplacée par les dits aménagements, ouverts à un nombre grandissant de fidèles, et par les dédicaces à des saints quand elles existent. On peut citer les églises de Saint-Christophe de Qabr Hiram 47 et Sainte-Marie-des-marais de Tyr 48, sans doute toutes deux dédiées au pèlerinage, comme l’attestent leur dédicace et la richesse des décors et des matériaux. Ces lieux de pèlerinage abritent souvent des baptistères qui peuvent être différemment disposés selon l’endroit. Ces églises de Phénicie dans leur majorité manquent de dates de construction précises, à l’instar des basiliques chypriotes voisines, mais dans les deux cas la topographie associant le rivage maritime et les zones de montagnes présente des similitudes ainsi que la longévité de la population chrétienne ; en effet la construction d’églises ne s’y est pas arrêtée abruptement comme cela eut lieu dans les régions voisines de Syrie et Jordanie. Si l’on ne connaît pas tous les saints patrons des églises paléochrétiennes, le développement des églises en Phénicie met à l’honneur tout un culte des saints qui se perpétue jusqu’à nos jours.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, Texte critique F. Winkelmann, Introd. L. Piétri, Trad. M.-J. Rondeau, Sources Chrétiennes n° 559, Paris, 2013.

La Chronique Pascale, livre I, 561 et livre VIII, 344.

Articles et ouvrages

Abdallah (K.)
2018 Les mosaïques romaines et byzantines de Syrie du Nord. La collection du musée de Maarrat al-Nuʿman (BAH 213), Beyrouth, Ifpo.

Alpi (F.)
2012 « La basilique paléochrétienne de Tyr : fragments inscrits et problème d’identification », L’Histoire de Tyr au témoignage de l’archéologie. Actes du séminaire international, 3 au 4 octobre 2011 (BAAL suppl. VIII), Beyrouth, p. 193-203.

Aliquot (J.)
2009 La vie religieuse au Liban sous l’empire romain (BAH 189), Beyrouth, Ifpo.

Avi-Yonah (M.)
1957 « Christian archaeology in Israel 1948-1954 », Actes du Ve Congrès International d’Archéologie chrétienne, Aix en Provence, 13-19 septembre 1954, Città del Vaticano – Paris, p. 117-120.

Bagatti (B.)
1963 « Il pavimento musivo di Qabr Hiram (Libano) », RAC 39, p. 93-104.

Baratte (F.), Duval (N.)
1978 « Qabr Hiram. Pavements de l’église de Saint-Christophe », F. Baratte, N. Duval, Catalogue des mosaïques romaines et paléochrétiennes du musée du Louvre, Paris, p. 132-145, ill. 140-147.

Caillet (J.-P.)
1993 L’évergétisme monumental chrétien en Italie et à ses marges, d’après l’épigraphie des pavements de mosaïque (ive-viie s.) [CEFR 175], Rome, EfR.

Caillet (J.-P.)
2003 « L’évergétisme monumental chrétien dans la Jordanie de la fin de l’Antiquité », N. Duval (éd.), Les églises de Jordanie et leurs mosaïques. Actes de la journée d'études organisée le 22 février 1989 au musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon (BAH 168), Beyrouth, Ifpo, p. 297-301.

Castellana (P.) & Fernández (R.)
2011 San Marone, Seguendo le tracce di Teodoreto di Ciro, Damas, Edizioni Custodia di Terra Santa.

Castellana (P.) & Fernández (R.)
2014 Syrian Churches of the 4th century (Patrimoine syriaque 8), Kaslik, 2014. 

Chehab (M.)
1957 « Mosaïques du Liban », BMB XIV [1956], p. 107-121.

Chehab (M.)
1959 « Mosaïques du Liban », BMB XV [1958], pl. LIX-LXXX.

Chammas (J.)
1950 Abrégé d’histoire, de l’église orientale et surtout Melkite, 1er fasc. : Antiquité, Dair al-Muhallis.

Conder (C.R.), Kitchener (H. H.)
1881 The Survey of Western Palestine 1, London.

Dauphin (Cl.) & Edelstein (G.)
1984 L’église byzantine de Nahariya (Israël) : Étude archéologique (Βυζαντινά Μνημεία 5), Thessalonique, Centre de recherches byzantines.

Donceel-Voûte (P.)
1988 Les pavements des églises byzantines de Syrie et du Liban, décor, archéologie et liturgie (Publications d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université catholique de Louvain LXIX), Louvain-la-Neuve.

Duval (N.)
1977 « Notes sur l’église de Kabr Hiram et ses installations liturgiques », CA 26, p. 81-104.

Duval (N.) & Caillet (J.-P.)
1982 « Khan Khaldé (ou Khaldé III). Les fouilles de Roger Saïdah dans les églises, mises en œuvre d’après les documents de l’auteur », Archéologie au Levant. Recueil à la mémoire de Roger Saïdah (CMO 12 ; Série archéologique 9), Lyon, p. 311-394.

Fernández (R.)
2004 Simbolos cristianos en la antigua Siria, Kaslik.

Flusin (B.)
1998 « Le christianisme impérial et ses expressions. Théologie, spiritualité, piété », J.-M. Mayeur (dir.), Histoire du Christianisme des origines à nos jours, vol. III : Les églises d’Orient et d’Occident (432-610), Paris, éd. Desclée, p. 534-536. 

Garreau-Forrest (S.)
2007 Les églises protobyzantines de Phénicie maritime et libanaise : architecture et aménagements extérieurs et intérieurs pour la liturgie, thèse de doctorat, université Paris-Sorbonne.

Garreau-Forrest (S.) & Badawi (A. K.)
2014 « The Cathedral of Paulinus of Tyre described by Eusebius of Caesarea : myth or reality », Antiquité tardive 22, p. 111-123.

Gatier (P.-L.) et al.
2001 « Mission de Yanouh et de la haute vallée du Nahr Ibrahim », BAAL 5, p. 93-152.

Gatier (P.-L.) & Nordiguian (L.) dir.
2005 Yanouh et le Nahr Ibrahim, nouvelles découvertes archéologiques dans la vallée d’Adonis, catalogue d’exposition, Beyrouth.

Gawlikowski (M.)
2003 « Palmyra, Season 2002 », PAM 14, p. 279-287.

Grossmann (P.)
1973 San Michele in Africisco zu Ravenna : Baugeschichtliche Untersuchungen, Mayence, von Zabern.

Helou (N.)
1999-2000 « La fonction de l’annexe sud de l’église de Maad », Tempora 8, p. 139-162.

Khoury (W.) & Riba (B.)
2013
« Les églises de Syrie (ive-viie siècle) : essai de synthèse », FBriquel-Chatonnet (éd.), Les églises en monde syriaque (Études syriaques 10), Paris, Geuthner, p. 197-224.

Krencker (D.), Schultz (Th.) & Lüpke (Th. von)
1923 « Die christlichen Bauwerke auf der Kalaʿa », Th. Wiegand (éd.), Baalbek, Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahren 1898 bis 1905, vol. II, Berlin – Leipzig, p. 129-144.

Krencker (D.) & Zschietzschmann (W.)
1938 Römische Tempel in Syrien, Berlin.

Metzger (C.)
2012 La mosaïque de Qabr Hiram, Paris, Louvre éditions.

Nordiguian (L.)
2005 Temples de l’époque romaine au Liban, Beyrouth, PUSJ.

Nordiguian (L.)
2009 « Sur les pas de Renan… La christianisation des temples païens dans l’arrière-pays de Byblos », Mélanges de l’Université St-Joseph 62, p. 149-190.

Nordiguian (L.)
2013 « Chapelles rurales médiévales dans le territoire du comté de Tripoli (Liban) : essai typologique », F. Briquel-Chatonnet (éd.), Les églises en monde syriaque (Études syriaques 10), Paris, Geuthner, p. 169-196.

Ovadiah (A.)
1970 Corpus of the Byzantine churches in the Holy Land (Theophaneia 22)‚ Bonn, Peter Hanstein Verlag.

Ovadiah (A.) & Ovadiah (R.)
1987 Hellenistic, Roman and Early Byzantine pavement in Israel (Bibliotheca Archaeologica 6), Rome, L’Erma di Bretschneider.

Peña (I.)
2000 Les lieux de pèlerinage en Syrie (Collectio minor 38), Milan, Studium Biblicum Franciscanum.

Peña (I.), Castellana (P.) & Fernández (R.)
1983 Les Cénobites Syriens (Collectio minor 28), Milan, Studium Biblicum Franciscanum.

Pieri (D.)
2001 « Yanouh et la haute vallée du Nahr Ibrahim : la céramique », BAAL 5, p. 26-43.

Saidah (R.)
1975 « Khan Kaldé, une ville paléochrétienne sort de terre », Dossiers d’Archéologie 12, p. 54-59.

Taylor (G.)
1967 Les temples romains au Liban. Guide illustré, Beyrouth, éd. Dar el-Machreq.

Tzaferis (V.)
1987 « The Greek inscriptions from the early Christian church at

Evron », Eretz 19, p. 36-53.

Van Ess (M.)
2012 « Baalbek, nouvelles découvertes autour du complexe », Dossiers d’Archéologie 350, p. 44-47.

Waliszewski (T.)
2012 « Chhîm et Jiyeh, de la prospérité au déclin », Dossiers d’Archéologie 350, p. 64-69.

Waliszewski (T.), Wicenciak (U.), Juchniewicz (K.) & el-Tayeb (M.)
2006 « Jiyeh explorations 2005 », PAM 17, p. 425-431.

Waliszewski (T.) Kowalski (S .P.) & Witecka (A.)
1998 « Shhim and Jiyeh, excavations 1997 », PAM 9, p. 139-152.

Waliszweski (T.) & Ortali-Tarazi (R.)
2002 « Village romain et byzantin à Chhîm-Marjiyat. Rapport préliminaire. VIII. Basilique byzantine », BAAL 6, p. 42-46.

Waliszewski (T.), Wicenciak (U.), el-Tayeb (M.) & Juchniewicz (K.)
2007 « Jiyeh (Porphyreon). Explorations 2005 », PAM 17, p. 421-429.

Waliszewski (T.) & Wicenciak (U.)
2015 « Chhîm, Lebanon : a Roman and Late Antique Village in the Sidon Hinterland », Journal of Eastern Mediterranean Archaeology and Heritage Studies 3/4, p. 372-395.

Haut de page

Notes

1 Aliquot 2009 et Nordiguian 2005.

2 Peña, Castellana & Fernández 1983 ; Peña 2000 ; Castellana & Fernández 2011 ; Castellana & Fernández 2014 ; et Fernández 2004.

3 Waliszweski & Ortali-Tarazi 2002.

4 Le caractère souvent accidenté du terrain où s’installèrent les églises en Phénicie a plus d’une fois privilégié la création de sacristies à l’arrière du chevet. Dans le cas de Chhîm, la réutilisation d’une précédente tour romaine placée sur le côté sud a permis de la remployer comme salle annexe de l’église.

5 Le « double chœur », dit aussi chœur haut et chœur bas, correspond à une organisation complexe de la nef centrale qui comporte devant l’abside deux enceintes réservées, l’une généralement surélevée et de plain-pied avec l’abside (chœur haut), l’autre, parfois ajoutée, plus en avant et généralement au niveau des nefs (chœur bas). On observe cette enceinte en avancée et cette extension à Palmyre dans certaines églises du quartier chrétien fouillé par la mission polonaise (Gawlikowski 2003) et dans le nord de la Palestine première (Garreau-Forest 2007).

6 Waliszweski & Ortali-Tarazi 2002 et Waliszweski & Wicenciak 2015.

7 Abdallah 2018.

8 Chehab 1957 ; Chehab 1959, pl. LIX-LXXX.

9 Comme cela est également envisagé à Notre-Dame des Roseaux de Tyr (voir Garreau-Forrest & Badawi 2014).

10 Ovadiah & Ovadiah 1987, no 194, p. 113-114.

11 Dauphin & Edelstein 1984, p. 28.

12 L’église de Shavei Zion, tout au sud de la Phénicie maritime, a connu deux états, de même que le dessin de son chœur composé de deux parties en avancée dans la nef centrale. Voir Ovadiah 1970, catalogue no 161 a/b, p. 160-162.

13 À Tyr, l’église de la Théotokos, qui est dite « du quartier des roseaux » et que l’on pourrait désigner sous le vocable de Sainte-Marie-des-marais, conservait en place les traces des aménagements liturgiques qui permettent de reconstituer le « double chœur » avec, juste devant l’abside, un podium avec des tombes de personnes illustres et saintes, un autel et le ciborium qui le surmontait et, plus bas, un second chœur fermé d’une clôture de marbre et les vestiges d’un ambon dans l’angle nord-ouest (Garreau-Forrest & Badawi 2014, p. 119-120).

14 Dauphin & Edelstein 1984, p. 31 et pl. IX.

15 dauphin & Edelstein 1984, p. 107.

16 Un survey a été mené pour le Palestine Exploration Fund en 1873 : Conder & Kitchener 1881, p. 221 et 258-260. Voir aussi Ovadiah 1970, no 133, p. 130, pl. 55.

17 Ovadiah 1970, no 133, p. 130, pl. 55.

18 Avi-Yonah 1957 ; Tzaferis 1987, p. 36-38 et plan p. 36, ill. 1 ; Ovadiah 1970, no 57, p. 117-120.

19 À Sainte-Marie-des-marais, où le plan de l’édifice est assez similaire à celui de l’église de Khirbet ʿAlya, le chevet là-aussi est manquant. Garreau-Forrest & Badawi 2014.

20 Taylor 1967, p. 3 et 113, et Nordiguian 2005.

21 Gatier et al. 2001 ; Pieri 2001 ; Gatier & Nordiguian 2005.

22 Waliszewski et al. 2007.

23 Duval & Caillet 1982, p. 377 et n. 91.

24 Le mur occidental de l’église surplombe la mer qui se trouve à 25 mètres seulement de la basilique : Waliszewski 2012, p. 66-68.

25 Waliszewski et al. 1998.

26 Khan Khaldé est établie sur le bourg antique d’Heldua, d’après le témoignage de l’Itinéraire du Pèlerin de Bordeaux, daté de 333 apr. J.-C.

27 Duval & Caillet 1982, p. 325-340.

28 Donceel-Voûte 1988, fig. 369-370, plans repris de Saidah 1975.

29 Saidah 1975, p. 59.

30 Outre les hôtelleries, les nombreuses habitations et les complexes d’huilerie qui avaient été relevés par R. Saidah au nord de l’église sur une grande superficie témoignaient de l’importante fréquentation du lieu.

31 Duval 1977, p. 94.

32 Donceel-Voûte 1988, p. 393-394 ; Nordiguian 2013, p. 184-187 et 194 ; Nordiguian 2009  ; Helou 1999-2000, p. 146.

33 Helou 1999-2000, p. 146.

34 Nordiguian 2009, p. 154-155 et n. 14, p. 155.

35 Concernant les églises de Phénicie libanaise à chevet tripartite se trouvant actuellement au sud du territoire de Syrie, comme par exemple les églises de Palmyre, se reporter à Khoury & Riba 2013.

36 Voir Donceel-Voûte 1988, p. 333.

37 Hypothèse de travail présentée dans Krencker, Schulz & von Lüpke 1923 en particulier p. 131.

38 Grossmann 1973 ; Donceel-Voûte 1988, p. 336.

39 Dans le 1er état occidenté de la basilique, P. Donceel-Voûte pense que les trois absides du chevet et la présence des grands arcs sur piliers témoignent d’un vie s. avancé (Donceel-Voûte 1988, p. 333-336). La date d’installation de l’église reste contestée, certains la placent au ve s. (Van Ess 2012, p. 46-47).

40 Eusèbe évoque la fermeture des temples d’Héliopolis et la construction d’une église : Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, livre III, 58-59. La Chronique Pascale, livre I, 561 et livre VIII, 344, rapporte également que les empereurs Constantin et Théodose ordonnèrent la fermeture des temples de la cité et leur transformation en église. Cependant, d’autres sources témoignent que les cultes païens se maintinrent à Baalbek jusqu’au milieu du vie s.

41 Garreau-Forrest 2007.

42 D’après des exemples pris en Jordanie, déjà attestés en Italie et ses marges ; voir Caillet 2003, p. 300-301 et Caillet 1993, p. 469-471.

43 Sur le pavement de l’église Saint-Christophe de Kabr Hiram, l’inscription dédicatoire nomme l’archiprêtre et chorévêque, le diacre et administrateur, les économes et laboureurs. Bagatti 1963, p. 94.

44 Chammas 1950, p. 17.

45 Baratte & Duval 1978 ; Metzger 2012.

46 Flusin 1998, p. 491.

47 Bagatti 1963.

48 L’église Sainte-Marie Théotokos du « quartier des roseaux », mentionnée dans les actes du Synode de Tyr, qui s’est tenu en 518, abritait des reliques, dont vraisemblablement une parcelle de la vraie Croix (Alpi 2012).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1a.
Légende La basilique Saint-Thomas de Chhîm
Crédits (dessin M. Puszkarski dans Waliszewski & Ortali-Tarazi 2012).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 1b.
Légende Plan du site de Chhîm
Crédits (dessin K. Kotlewski).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2.
Légende Plan de l’église de Khaldé-Choueifat
Crédits (d’après Donceel-Voûte 1988, p. 359, fig. 343)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure 3.
Légende Plan de l’église de Nahariya
Crédits (d’après Dauphin & Edelstein 1984).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Figure 4.
Légende Plan de Khirbet Yarun
Crédits (d’après Ovadiah 1970, fig. 133).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Figure 5.
Légende Plan de l’église de Khirbet Alya-Evron
Crédits (d’après Ovadiah 1970, fig. 57a-b).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Figure 6.
Légende Plan de l’église de Bziza
Crédits (d’après Kencker & Zschietzschmann 1938).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Figure 7.
Légende Le site de Yanouh
Crédits (Waliszewski et al. 2006, fig. 7 p. 426).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 8.
Légende Jiyeh
Crédits (Waliszewski et al. 2006, p. 426).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 9a.
Légende Khan Khaldé, l’église inférieure
Crédits (d’après Saidah 1975, p. 58).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Figure 9b.
Légende Khan Khaldé, l’église supérieure
Crédits (d’après Saidah 1975, p. 55).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Figure 10.
Légende Maʿad
Crédits (d’après Nordiguian 2013, p. 185).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 11a.
Légende Plan de la basilique de Baalbek, 1er état
Crédits (d’après Donceel-Voûte 1988, p. 334, fig. 317)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 11b.
Légende Plan de la basilique de Baalbek, 2e état
Crédits (d’après Donceel-Voûte 1988, p. 334, fig. 318)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 12.
Légende La basilique Saint-Christophe de Kabr Hiram
Crédits (d’après Metzger 2012, p. 10).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/9980/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Garreau, « Les églises basilicales protobyzantines à chevet tripartite et absides saillantes en Phénicie maritime et libanaise »Syria, 96 | 2019, 97-116.

Référence électronique

Sophie Garreau, « Les églises basilicales protobyzantines à chevet tripartite et absides saillantes en Phénicie maritime et libanaise »Syria [En ligne], 96 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/9980 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.9980

Haut de page

Auteur

Sophie Garreau

Chercheure associée, Centre Antiquité classique et tardive, CNRS UMR 8167 Orient & Méditerranée – université Paris Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search