Navigation – Plan du site
2015

Dire la conquête et la souveraineté des Hauteville en arabe (jusqu’au milieu du XIIIe siècle)

Writing the conquest and the sovereignty of the Hauteville in Arabic until the middle of the 13th century
Annliese Nef

Résumés

Contrairement à l’idée souvent reprise par les historiens qu’un manque d’intérêt systématique pour les Latins, voire les non-musulmans en général, caractériserait les écrits arabo-musulmans avant le milieu du XIIIe siècle, il est des entités politiques qui ont attiré leur attention : tel est le cas de la Sicile des XIe-XIIe siècles. Les conquêtes et la construction politique des Hauteville de Sicile ont ainsi été l’objet de développements relativement nombreux et originaux dans les textes arabes du XIIe siècle et des siècles suivants. Les genres littéraires concernés sont variés, mais tous développent des thèmes récurrents : prouesse et efficacité militaire, édification d’un royaume pacifié et juste et prétention impériale de la dynastie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous retenons cette périodisation car les relations sont ensuite plus variées et intenses (...)
  • 2 Miquel, 1975, p. 343-380, au sujet de l’Europe de l’Ouest et Ducène, 2012.
  • 3 Quelques souverains ou grandes figures latines échappent dans ce cadre au silence des sourc (...)

1La vulgate veut que les textes arabes médiévaux qui décrivent des souverains latins identifiés de manière précise, et a fortiori ceux qui les chantent, soient très peu nombreux, surtout avant le milieu du XIIIe siècle1. On trouve en effet des données génériques sur tel ou tel royaume dans les textes géographiques2, des notations éparses chez les auteurs (de chroniques en particulier) évoluant dans le contexte du Proche-Orient contemporain des premières croisades3 et dans la péninsule ibérique de l’époque des Tayfas, des Almoravides et des Almohades, mais cela se résume à bien peu de choses, du moins pour ce que nous en connaissons aujourd’hui.

  • 4 Une bonne exception est De Simone, 1999.

2De ce point de vue, les Hauteville de Sicile apparaissent comme une exception sur laquelle il importe de s’interroger. Ce n’est pas la première fois que l’on se penche sur ce que les textes médiévaux en langue arabe disent de ces souverains, mais on l’a trop souvent comme s’il s’agissait d’étudier un regard extérieur, porté depuis une « culture » ou une « civilisation » sur une autre et comme si l’extranéité devait être au rendez-vous4. S’il est pourtant un domaine où la circulation des conceptions et des représentations semble intense, c’est bien celui de la souveraineté, du bon et du mauvais gouvernement, en particulier dans un espace aussi connecté que la Méditerranée médiévale et plus encore dans un contexte d’expansions militaires et commerciales qui démultiplie les contacts et les échanges entre les entités politiques qui se font face.

  • 5 Musca, 1999 ; Adalgisa De Simone, déjà, le regrettait, soulignant l’absurdité de découper l (...)
  • 6 On se contentera de renvoyer ici à l’ouvrage stimulant de Benoît Grévin : Grévin, 2012.

3Il faut dire que cette conception quelque peu culturaliste a été renforcée par l’accent mis alternativement sur les textes orientaux ou ifrīqiyens5, comme si la circulation des textes et des topoï était régionale sur un thème tel que celui des Hauteville. De ce fait, en premier lieu, les textes en arabe rédigés en contact étroit avec la Sicile ont été oubliés. En second lieu, ce sont surtout les différences de conception entre textes en arabe, en grec et en latin qui ont été soulignées, ou bien leurs ressemblances, ou encore l’absence de mise en exergue de l’altérité. On tentera de se dégager de cette tendance, même s’il ne s’agit pas pour autant de dire que tout est égal à tout ou de donner une lecture anthropologique de la souveraineté médiévale. Le contexte de production textuelle n’est pas indifférent, loin de là, mais toute la question est d’identifier au mieux le contexte « utile » et de s’interroger sur ses limites. Les limites linguistiques ne semblent pas toujours les plus pertinentes au Moyen Âge6, et en particulier à cette époque en Méditerranée centrale.

4Toujours en guise de prémisse, nous nous concentrerons autant que faire se peut sur la figure du conquérant telle qu’elle est abordée dans les textes en arabe en relation avec les Hauteville. Soulignons toutefois qu’il est très difficile de distinguer les facettes des souverains dans ces évocations : ainsi, la figure du conquérant ne prend tout son sens qu’en résonance avec celle du souverain installé (il n’est en effet pas de texte relatant en arabe la conquête au moment où elle a lieu, tous lui sont postérieurs) et avec la construction politique qui fut celle des Hauteville ou tout du moins l’interprétation que les auteurs passés en revue en donnent. Après avoir précisé le corpus sur lequel s’appuiera notre analyse, nous déclinerons quelques-uns des thèmes majeurs retenus par les auteurs en langue arabe qui traitèrent des Hauteville.

Sources et genres littéraires

  • 7 Nous laisserons de côté ici les sources iconographiques pour nous concentrer sur les (...)
  • 8 On verra en particulier sur ce point deux articles du dossier « Chroniques médiévales isl (...)

5L’éventail des textes7 qui décrivent la dynastie comtale – puis royale – sicilienne est large, mais la polygraphie générale des auteurs de langue arabe comme les exigences de l’adab, cet idéal de culture mêlant disciplines et genres, invitent à ne pas les aborder de manière séparée. On aura ainsi recours à des chroniques, dont les historiens ont souligné le rôle qui leur est attribué par leurs auteurs et leurs lecteurs durant le Moyen Âge central : sources d’inspiration pour les gouvernants, elles ont été rapprochées des « miroirs des princes » en raison des figures exemplaires qu’elles décrivent8. Toutes sont postérieures aux événements relatés, la plus ancienne dont nous disposions et qui a servi de source primordiale pour toutes les suivantes étant la chronique d’Ibn al-Athīr (1160-1233), intitulée La Somme de l’Histoire. Bien que rédigée au Proche-Orient, elle vise à traiter de manière aussi équilibrée que possible l’histoire des différentes parties du monde islamique et se réfère pour retracer celle de sa partie occidentale à des sources maghrébines qui ne nous sont pas parvenues, ce qui montre bien que dans ce domaine le classement régional a peu de sens.

  • 9 Nef, 2010.
  • 10 En dépit du grand nombre de traités géographiques islamiques médiévaux qui nous (...)
  • 11 Miquel, 1967-1988.
  • 12 Pour un exemple précis, on verra Picard, 2015.
  • 13 Tel que défini dans Bourdieu, 2012, p. 232 ; sur la géographie islamique de ce (...)

6Sera également prise en compte la Géographie d’al-Idrīsī (mort vers 1175) dont le contexte de production sicilien et les liens très étroits de l’auteur avec la Sicile ont été évoqués ailleurs9. Soulignons que l’utilisation du terme de géographie est ici en partie problématique en raison de l’acception contemporaine de ce vocable. La géographie a dans le monde islamique médiéval, qui la cultive comme un discours et un savoir10 quand Byzance ou le monde latin l’ont abandonnée sous cette forme, une vocation encyclopédique11. Elle dit le monde et l’espace, les ordonne, et si chez al-Idrīsī la description se fait particulièrement systématique, la dimension d’écriture d’État du propos est toujours très forte, non pas seulement au sens où les auteurs écrivent de manière plus ou moins directe pour le prince ou au sens où la géographie développe une conception impériale12, mais parce que les textes de géographie participent à la construction des catégories qui donnent sens à l’ordre social, une construction qui est en dernière instance le propre de l’État, au sens où l’entend Pierre Bourdieu13, en raison précisément de leur prétention encyclopédique.

  • 14 Al-Ifahānī, 1982, p. 439 pour la version italienne et al-Ifahānī, 1988, p. 708, pour la (...)

7Enfin, deux autres genres seront sollicités : celui de la poésie et plus particulièrement de la qaīda, forme poétique dont l’histoire est longue, mais qui consiste essentiellement dans les exemples qui nous intéressent en un panégyrique. Quelques pièces en effet célèbrent Roger II et Guillaume II, et probablement étaient-elles plus nombreuses à l’origine puisqu’une des plus célèbres anthologies arabes de l’époque, celle de ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī (1125-1201), fait explicitement référence à la censure de vers louant excessivement les souverains siciliens en raison de leur christianisme14.

8Les ouvrages de abaqāt, ou dictionnaires biographiques, contiennent aussi des passages significatifs, mais ils sont plus tardifs et, bien qu’ils utilisent très probablement des informations provenant de sources antérieures qui ne nous sont pas parvenues, nous les laisserons de côté.

9Le thème qui nous intéresse ici est donc traité dans des productions très diverses, même si elles entretiennent des relations les unes avec les autres, des relations qui varient dans le temps, tout comme les normes qui définissent ces productions. L’objet et l’horizon d’attente de ces textes diffèrent donc. Nonobstant cette variété interne, les convergences sont multiples dans la présentation que les auteurs font des Hauteville. De ce point de vue, il convient d’ailleurs de ne pas exagérer le poids du contexte de production sicilien : les auteurs qui écrivaient en Sicile, y compris à la demande du souverain, avaient l’ambition d’être lus hors de la Sicile, de même que les Hauteville n’avaient pas pour seul objectif de promouvoir des œuvres à vocation insulaire – ni même péninsulaire –, et le fait même que leurs productions nous soient parvenues, au moins en partie, suggère qu’elles rencontrèrent un certain succès. En effet, si peu de sources composées en arabe en Sicile ont été conservées, le fait que tous les manuscrits qui les contiennent sont localisés aujourd’hui hors de l’île et que des passages en sont cités dans des sources postérieures en est une bonne preuve.

Les Hauteville en guerriers : symboliques ou singuliers ?

10La chronique d’Ibn al-Athīr est la source en langue arabe majeure pour qui veut établir la trame événementielle des conquêtes des Hauteville. Le ton en est en général neutre, même si quelques malédictions sont appelées sur « les Francs » qui composent leur armée quand ils sont victorieux. Elle aussi contient des thèmes plus originaux sur lesquels nous nous arrêterons ici.

  • 15 Les termes utilisés pour désigner les « Normands » du Sud de l’Italie (ou du Levant) sont (...)
  • 16 Année 1097-1098, Ibn al-Athīr. Nous insistons d’autant plus dans ce texte sur cet auteur (...)
  • 17 Ibn al-Athīr, version italienne, 1982, p. 451 et version arabe, Ibn al-Athīr, 1 (...)
  • 18 Dans ces dernières, l’accent est mis sur la bravoure guerrière des Francs et les référenc (...)

11Les conquêtes menées par les Hauteville15 qui intéressent les chroniqueurs arabo-musulmans sont celles qui concernent le dār al-islām, c’est-à-dire la Sicile, puis l’Ifrīqiya. Or, si la première est traitée par les sources latines, la seconde n’est jamais évoquée, au mieux, que de manière fort succincte par celles-ci. La mise en exergue par Ibn al-Athīr de la synchronie approximative de l’expansion latine au Proche-Orient et de la conquête de la Sicile a été soulignée depuis longtemps16. Dans le même temps, l’explicitation par Ibn al-Athīr de la raison pour laquelle le comte Roger aurait refusé de participer à une opération contre l’Ifrīqiya proposée par le roi Baudouin en 109717 établit d’emblée une différence au sein des Latins. On verra que cette diversité se reflète aussi dans la manière dont sont liés les deux thèmes de la conquête et de la justice des Hauteville (un entrecroisement absent des descriptions se rapportant aux Latins de la Syrie-Palestine chez les auteurs qui en proposent18).

  • 19 Version italienne : Ibn al-Athīr, 1982, p. 442-447 et version arabe : Ibn al-Athīr, (...)
  • 20 Version italienne : Ibn al-Athīr, 1982, p. 448 et version arabe : Ibn (...)
  • 21 Le dialogue au cours duquel Ibn al-Thumna – un des chefs régionaux qui émerge en Sicile à (...)
  • 22 Martinez-Gros, 1999, p. 322-326.

12Quels sont les éléments mis en avant par les textes en arabe sur ce thème ? En premier lieu, ce sont l’efficacité et l’intensité de l’activité guerrière de Roger II, Guillaume II et de Georges d’Antioche qui sont avant tout évoqués pour leurs actions militaires. Leur efficacité est, en outre, mise en relation explicitement avec la division des musulmans tant en Sicile19 que plus tard en Ifrīqiya (en raison en particulier des « invasions hilaliennes », mais aussi de la famine qui frappent la région20), un élément que l’on retrouve aussi dans le cadre des croisades pour expliquer les succès croisés. Qu’Ibn al-Athīr, grand historien des croisades évoluant dans l’entourage de Saladin, développe ce thème n’est donc guère surprenant, mais il est loin d’être présenté comme le seul motif de succès des Hauteville. Notons que, dans le cas sicilien, ce manque d’unité dans le camp musulman entraîne l’appel aux Hauteville21. Cette idée est reprise, bien plus tard, par Ibn Khaldūn qui développe, dans un cadre théorique assumé, la conception selon laquelle les Francs intervenant dans le sud de l’Italie et en Orient étaient soudés par un esprit de corps particulier22, proportionnellement inverse à la désunion qu’ils rencontraient chez les musulmans si l’on peut dire.

  • 23 Les compétences de Georges d’Antioche dans ce domaine sont particulièrement mis (...)
  • 24 Al-Idrīsī, 1999, p. 58, pour la version française et al-Idrīsī, 1989, I, p. 4, pour (...)
  • 25 Al-Idrīsī, 1999, p. 305 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 589.
  • 26 Al-Idrīsī, 1999, p. 306 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 589.
  • 27 Al-Idrīsī, 1999, p. 307 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 590.

13Cette dimension militaire dépasse le cadre des chroniques et devient un aspect à part entière de la souveraineté des Hauteville. Ainsi, la capacité de leur armée à intervenir aussi bien sur mer que sur terre est exaltée en permanence23. Al-Idrīsī souligne dans le préambule à sa Géographie que Roger dispose d’« une armée qui abonde en hommes et en équipement, de flottes nombreuses bénéficiant d’aides de toute sorte »24 ; dans son introduction à la description de la Sicile, il ajoute : « les dynasties qui ont régné sur cette île sont parmi les plus nobles, et les attaques que ses rois mènent contre leurs ennemis sont des plus dures »25 et, plus loin, « Roger fils de Tancrède, l’élite des rois francs, conquit les meilleures des villes de la Sicile, et avec l’aide de qui était avec lui parvint à renverser la tyrannie de ses préfets et à réduire ses troupes »26. Palerme est décrite en accord avec cette dimension guerrière : « Siège du gouvernement dès les temps primitifs et les premiers temps de l’Islam, c’est de là que partaient les flottes et les armées lors des expéditions militaires et c’est là qu’elles revenaient, comme elles le font encore aujourd’hui »27.

  • 28 La période est marquée par une forte instabilité politique dans l’île et par l’impopulari (...)
  • 29 On trouvera la traduction italienne du texte et une introduction détaillée dans De Simone(...)
  • 30 Ibn Qalāqis, 1988, p. 145-147. Pour une traduction du texte en entier et un premier (...)
  • 31 Le séjour du poète en Sicile a débuté en mai 1168 et le texte est daté du 11 ju (...)

14On retrouve les mêmes thématiques chez un auteur mis en avant par Adalgisa De Simone au cours des deux dernières décennies : Ibn Qalāqis (1137-1172). Ce poète égyptien, qui semble avoir vécu des vers qu’il rédigeait pour les souverains islamiques de son temps, parmi lesquels Saladin, l’Almohade ‘Abd al-Mu‘min, mais aussi le calife fatimide al-‘Aḍīd, se rendit en Sicile en 1168-1169 à l’invitation d’un grand personnage insulaire, Abū l-Qāsim ibn Ḥammūd28. Il lui dédia alors un texte en prose assonancée dans lequel il relate de manière elliptique son voyage insulaire et fait figurer les poésies qu’il composa à l’occasion de ce séjour pour d’autres notabilités locales29. Il rédigea en particulier une qaīda en l’honneur de Guillaume II qui se trouve, quant à elle, dans son Dīwān30 et qui contient les vers suivants31 :

  • 32 Terrestre et maritime.
  • 33 Ibn Qalāqis, 1988, p. 145 et Nef, 2008, p. 36.

« 5. Il a aussi bien des chevaux de race que la pensée peine à se représenter
que des navires qui dépassent l’imagination
6. Ses deux armées32 sont comme des nuages mouvants toujours
tempétueux en temps de guerre et toujours porteurs de pluies [bienfaitrices] en temps de paix.
7. Il mène jusqu’à ses ennemis tout ce qui se déplace rapidement
nuées sombres de purs-sangs ou nuées sombres d’embarcations »
« 8. Il guide ceux qui ressemblent à des lions
mais ne sont motivés que par un roi puissant
9. Les régions du monde tremblent à leur rugissement
qui précipite la beauté de la prospérité dans la désolation
10. Ils mettent du zèle à s’emparer des marches frontières
de sorte que leurs défenses apparaissent au matin comme des bouches sous les coups »33.

  • 34 Version italienne : Ibn al-Athīr, 1982, p. 450 et version arabe : Ibn al-Athīr, 1988, (...)

15Au-delà de leur préparation et de leur efficacité, le volet maritime de leur activité militaire explique que les Hauteville se voient également conférer une pensée stratégique en relation avec le canal de Sicile : ainsi ils conquièrent rapidement toutes les îles situées entre la Sicile et l’Ifrīqiya afin de pouvoir contrôler les côtes de cette dernière34.

16L’évocation des conquêtes des Hauteville en Méditerranée centrale, si elle est pensée a posteriori comme un des volets d’une évolution plus large en Méditerranée, présente donc des caractéristiques dans les sources en langue arabe qui la distinguent des autres mouvements militaires de même type. Parmi celles-ci, la plus frappante est sans doute l’insistance sur la justice des nouveaux maîtres de la région.

Les Hauteville : guerre et justice

  • 35 De Simone, 1999, p. 283-284 ; Ibn al-Athīr, 1982, p. 450, pour la version itali (...)

17En effet, les références à l’efficacité militaire des Hauteville de Sicile sont toujours suivies presque immédiatement par un développement sur la justice de leur gouvernement, ferme et pacifique35. Ainsi chez al-Idrīsī au début de la description de la Sicile :

  • 36 Al-Idrīsī, 1999, p. 306 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 589.

« Il [le comte Roger] n’eut de cesse qu’il n’eût dispersé l’ensemble de ses préfets, renversé les tyrans qui défendaient l’île, lancé contre eux des attaques jour et nuit afin de leur apporter la mort et la perdition ; et il n’eut de cesse qu’il eût utilisé contre eux l’épée et la lance, se rendant ainsi maître par ses victoires de toute l’île, et qu’il eût conquis la Sicile contrée par contrée, en reculant sans cesse les zones frontières ; et cela en l’espace de trente ans. Lorsque le pays fut soumis à ses ordres et qu’il y eut établi son trône royal, il répandit les bienfaits de la justice [al-‘adl] sur les habitants ; il maintint leurs religions et leurs lois ; il leur assura la conservation de leurs biens et de leurs vies, à eux, à leurs familles et à leurs enfants »36.

  • 37 Al-Idrīsī, 1999, p. 306 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 589.

18Quant à Roger II, il accomplit, toujours selon le géographe, « des actions louables en faveur de la justice (al-‘adl) et de la sécurité (al-amān) »37. On notera enfin qu’al-Idrīsī ne mentionne jamais l’appartenance religieuse des Hauteville, si ce n’est de manière indirecte dans le préambule à son ouvrage, pas plus qu’il n’insiste sur la prédominance de l’islam dans la Sicile ou l’Ifrīqiya qu’ils conquièrent. Il fait donc le portrait de princes justes d’un point de vue universel, avec des arguments que l’on retrouverait pour des souverains musulmans, avec moins d’emphase, et surtout sans que la religion ou la piété du souverain loué soient évoquées, bien entendu.

  • 38 Nef, 2008, p. 36. Nous ne nous arrêtons pas sur l’importance de Salomon et David dans la (...)

19On retrouve ce thème aussi dans la qaīda d’Ibn Qalāqis chantant Guillaume II qui, d’entrée de jeu, relie le souverain à David, pour sa justice, et à Salomon, pour la fermeté de son règne38, et ajoute :

  • 39 Ibn Qalāqis, 1982, p. 146 et Nef, 2008, p. 37.

« Et ils sont à l’abri de l’injustice de l’obscurité comme de la tyrannie
21. Tu leur as donné la sécurité totale en échange de la peur
la justice en échange de l’hostilité et le gain en échange de la perte »39

  • 40 Pseudo-Falcand, 2011, p. 46-47 : Porro quod quidam pleraque eius opera tyrannid (...)
  • 41 Cf., par exemple, Khalilieh, 2007.
  • 42 Nef, 2011, p. 595-597.

20Les accents de ces vers rappellent des passages du début de la chronique du Pseudo-Falcand40. Toutefois, à y regarder de plus près, cette conception de nature universelle est exposée en renvoyant à un contexte islamique, et en particulier à celui du droit musulman de la guerre. Le terme traduit ici par « sécurité », mais qui en réalité serait peut-être mieux rendu dans ce contexte par celui de « paix » ou de « protection », est utilisé de manière précise dans le cadre du droit musulman, en relation avec la cessation d’hostilités et / ou la circulation des personnes41. En effet, derrière une formulation générale, les textes cités ici renvoient à des opérations militaires précises menées en Sicile et en Ifrīqiya. Or, les conditions de reddition sanctionnant les victoires remportées par les Hauteville telles qu’elles sont rapportées dans les chroniques, notamment en Ifrīqiya, reprennent clairement les règles du droit musulman alors même que le vainqueur est chrétien : distinction entre une reddition qui a lieu sans résistance et celle qui suit un combat acharné, détail des clauses des pactes dans ce dernier cas, mais aussi soumission des populations à une autorité chrétienne selon des règles qui retournent les critères de la domination musulmane (infériorité juridique sanctionnée par une fiscalité plus lourde)42. La notion d’amān, qui renvoie aux clauses des pactes mettant fin aux conflits militaires que chaque partie s’engage à respecter, est donc probablement choisie à dessein par les auteurs passés en revue en raison de son ambivalence. Elle renvoie à la fois aux conditions faites aux vaincus et à la figure d’un souverain établissant et maintenant la paix dans ses territoires.

  • 43 Ibn al-Athīr, 1982, p. 450, pour la version italienne ; pour la version arabe, Ibn al-Ath (...)
  • 44 L’ensemble des textes en arabe connus se référant aux Hauteville de Sicile a été passé en (...)
  • 45 Sur ce thème chez le Pseudo-Falcand : Nef, 2011, p. 601-603 et Loud, (...)

21En effet, de manière générale, les textes insistent sur le fait que les souverains garantissent aux musulmans une protection (amān) contre la tentation des Latins de les opprimer43. Tout se passe donc comme si le pire méfait, la tyrannie44, un terme qui revient pour définir l’exercice de l’autorité par les rivaux ou ennemis des Hauteville dans les textes latins45, ne pouvait être imputé à ces derniers et comme si les deux volets de leur action, la victoire militaire et l’instauration de la justice, ne pouvaient être évoqués l’un sans l’autre.

  • 46 Le thème apparaît aussi dans des sources en grec, mais rédigées en Sicile ; assez logique (...)
  • 47 Nef, 2012.

22Conquête et ordre du monde sont donc intimement liés ici et seule la dimension impériale attribuée au pouvoir des Hauteville presque exclusivement par les sources en arabe46, mais aussi revendiquée par eux47, l’explique.

Conquête et ordre du monde, de nouveaux empereurs ?

  • 48 Ainsi d’Ibn al-Athīr, 1982, p. 450 et 463-464 pour la version italienne et Ibn (...)

23On a souvent cité les sources en langue arabe qui mettaient en avant l’adoption d’éléments perçus comme islamiques par les souverains normands de Sicile : fonctions administratives et militaires au moins désignées par des vocables arabes, cérémonial de cour, entourage en partie arabo-musulman, etc.48 Autant d’éléments que l’on ne comprend que si on les replace dans un cadre plus large : celui d’un horizon impérial, d’une aspiration à un pouvoir universel. Cette universalité, symbolique, puisqu’elle tient au fait d’exercer une autorité tant sur d’anciennes régions du dār al-islām que sur des régions latines et hellénophones, et non sur un territoire très vaste, est souvent évoquée dans les textes en arabe. Leurs auteurs soulignent également la reconnaissance universelle de l’autorité des Hauteville.

  • 49 Al-Idrīsī, 1999, p. 58 et al-Idrīsī, 1989, I, p. 4.

24Ainsi, dans le préambule d’al-Idrīsī, Roger II est-il : « le meilleur des rois des Rūms par l’extension et la rigueur de son pouvoir » ; de même, « il a conquis des pays à l’est comme à l’ouest »49.

  • 50 Al-Idrīsī, 1999, p. 306-307 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 589-590.

25Toujours à propos de Roger II, dans la partie sur la Sicile, al-Idrīsī avance que « Son mérite était tel que les rois se sont soumis à son obéissance, ont manifesté par des signes distinctifs qu’ils le soutenaient et le suivaient, lui ont confié les clefs de leurs états et se sont, de toutes parts, rendus auprès de lui, désireux de se mettre à l’ombre de son trône et de bénéficier de sa protection et de sa clémence »50.

26La poésie n’est pas en reste : Ibn Qalāqis exprime ainsi la même idée au sujet de Guillaume II.

  • 51 Le fait d’exercer un pouvoir légitimement acquis.
  • 52 Ibn Qalāqis, 1988, p. 146 et Nef, 2008, p. 37.

« 17. Ô roi du monde, qui gouvernes ses habitants
en exerçant un pouvoir qui n’a pas été pris par la force !
18. Ce fait51 enseigne à l’épée la résolution dans la guerre
et [l’épée] conserve dans la poursuite de son but une pensée ferme
19. Mais tes ancêtres ont vu reconnaître leur pouvoir
et les premiers des rois en témoignent en connaissance de cause
20. On leur exprime, à l’est comme à l’ouest, de la vénération »52

  • 53 Ces vers font partie de l’anthologie d’al-Iṣfahānī. Al-Ifahānī, 1982, p. 436 : « un État (...)
  • 54 Nef, 2011, p. 187.

27De même, deux poètes, le premier sicilien, al-Buthīrī al-Ṣiqillī, le second ifrīqiyen, Ibn Bashrūn, rivalisant pour chanter Roger II dans une qaīda, le placent tous deux au-dessus des césars, c’est-à-dire des empereurs des Rūm-s53. Enfin, cette idée est présente dans l’épigraphie monumentale datant de Guillaume II puisqu’il est qualifié à la Zisa de « meilleur roi du plus grand des royaumes du monde » et à la Cuba de « meilleur des rois de la terre »54.

28On voit ici répétée l’idée que le souverain sicilien est le meilleur des souverains chrétiens, comme si on le promouvait en digne héritier des Romains, à la place de l’empereur byzantin.

  • 55 Nef, 2010.
  • 56 Al-Idrīsī, 1999, p. 60 et al-Idrīsī, 1989, I, p. 5.

29Une telle conception va de pair avec l’idée que les Hauteville, et en particulier Roger II, désirent mettre en ordre l’espace du monde en combinant texte géographique et représentations cartographiques. Ceci est parfaitement décrit par al-Ṣafadī55 dans une biographie d’al-Idrīsī et par al-Idrīsī lui-même dans son préambule56 :

« Un exemple des connaissances sublimes et des inclinations élevées et hautes de Roger est qu’il a voulu connaître ses contrées suffisamment et exactement, en se fondant sur des connaissances certaines et éprouvées, alors que les dépendances de son royaume s’étaient étendues, que s’étaient multipliés les intérêts des gens relevant de son gouvernement et qu’étaient passés sous son autorité les pays italiens dont les habitants étaient soumis à son pouvoir et à sa puissance. Il a voulu connaître les limites de ces zones, leurs routes par terre et par mer, le climat dans lequel elles se situaient, les mers et les golfes qui s’y trouvaient. Cela, tout en prenant connaissance des autres contrées et pays des sept climats sur l’existence desquels ceux qui étudient ce sujet s’accordent et que les copistes et les auteurs fixent sur leurs ouvrages. »

  • 57 Sur ce point al-Idrīsī, 1999, introduction.

30À défaut d’une maîtrise effective de l’ensemble du monde, les Hauteville tiennent à en avoir une connaissance aussi exacte que possible. Ils promeuvent ce faisant une nouvelle manière de le concevoir qui tend à mettre sur un pied d’égalité le dār al-islām et le reste du monde, ce qui requiert un effort particulier pour décrire ce dernier, moins bien connu des géographes arabo-musulmans57.

Conclusion

  • 58 Nef, 2011, p. 60-61.

31La dimension conquérante des souverains issus de la dynastie des Hauteville est donc fondamentale dans les textes arabo-musulmans, mais elle est inséparable de la souveraineté, tout aussi essentielle à la conception de leur personnage. Si les textes arabes évoquent peu, à l’inverse des textes latins, leur origine normande et pas leur appartenance à un peuple quasiment élu pour mener ces conquêtes58, ils présentent en revanche leurs victoires militaires comme débouchant sur l’exercice d’une autorité aux ambitions universelles, deux aspects probablement liés.

32Au-delà de ces spécificités, nombre des motifs et des conceptions développés en relation avec les Hauteville sont communs aux textes arabes évoqués ici et aux textes rédigés en grec et en latin. La bravoure guerrière et la consolidation d’une royauté pacifiée semblent ainsi mises au crédit des Hauteville par la plupart des auteurs les évoquant.

  • 59 Sur cette répartition des langues au sein de la production directement liée au mécénat de (...)

33Toutefois, alors même que l’on trouve chez tous les auteurs passés en revue des éléments universalisants parfois interprétés en partie en termes islamiques, la production en langue arabe, qui décline des types de discours et de savoirs que l’on ne retrouve pas tels quels en grec et en latin à l’époque59, développe une exaltation de leur dimension impériale majeure. Ceci est vrai aussi bien dans les textes contemporains de la dynastie, surtout poétiques et géographiques, que dans les productions postérieures, surtout des chroniques, dont on ne peut soupçonner les auteurs de chercher à flatter leurs mécènes. Tout se passe donc comme si les Hauteville jouissaient d’un statut un peu à part parmi les souverains chrétiens, leur figure étant devenue probablement en partie topique avec le temps et malgré la disparition de leur pouvoir effectif, une évolution que l’on retrouve aussi chez les auteurs latins qui font de la dynastie la référence du bon gouvernement, mais après sa disparition. Ceci suggère surtout le succès au-delà des frontières de leur royaume de la propagande des Hauteville, qui promouvaient une image de protecteurs de l’ensemble de leurs sujets et affichaient des prétentions impériales et, peut-être, de leur gouvernement, en une période de grande instabilité en Ifrīqiya, en Égypte et en Syrie-Palestine.

  • 60 Jeremy Johns a évoqué la description de la cour sicilienne par Ibn Jubayr dans Johns, 200 (...)

34Que cette propagande, et le gouvernement qu’elle promouvait, se soient heurtés à des critiques parfois dures est prouvé par certains vers d’Ibn Ḥamdīs, le célèbre poète sicilien qui choisit l’exil lors de l’avancée des troupes menées par les Hauteville, tout comme par le dévoilement progressif de la situation réelle des musulmans insulaires mis en scène par le récit, tout aussi connu, que fait Ibn Jubayr de son séjour dans l’île en 118560. Toutefois, l’originalité de la figure des Hauteville dans les sources arabes – et le texte même d’Ibn Jubayr, qui en quelque sorte accompagne son lecteur dans ce dévoilement, comme si une dénonciation tous azimuts de la dynastie n’allait pas de soi dans le dār al-islām de l’époque, en est une preuve supplémentaire – réside ailleurs comme nous avons tenté de le montrer.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012.

Dejugnat, Yann, « Voyage au centre du monde. Logiques narratives et cohérence du projet dans la Riḥla d’Ibn Jubayr », in Géographes et voyageurs du Moyen Âge, Henri Bresc et Emmanuelle Tixier du Mesnil (éd.), Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010, p. 163-206.

De Simone, Adalgisa, Splendori e misteri di Sicilia in un’opera di Ibn Qalāqis, trad. d’Ibn Qalāqis, Al-Zahr al-bāsim wa-l-‘arf al-nāsim fī madī al-ajall Abī-l-Qāsim, Soveria Mannelli, Rubbettino (Saggi, vol. 31), 1996.

De Simone, Adalgisa, « Il Mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Islam africano », in Il Mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Europa e dal mondo mediterraneo : atti delle tredicesime giornate normanno-sveve, Bari, 21-24 ottobre 1997, Giosué Musca (éd.), Bari, Centro di studi normanno-svevi, Dedalo (Atti del Centro di studi normanno-svevi (Università degli Studi di Bari), vol. 13), 1999, p. 261-293.

Ducène, Jean-Charles, « Les sources et les acteurs de la connaissance de l’Europe chez les auteurs arabes médiévaux », in Acteurs des transferts culturels en Méditerranée médiévale, Rania Abdellatif, Yassir Benhima, Daniel König et Elisabeth Ruchaud (dir.), Munich, Oldenbourg Verlag (Ateliers des Deutschen Historichen Instituts Paris, vol. 9), 2012, p. 121-134.

Grévin, Benoît, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage, Paris, Seuil (L’Univers historique), 2012.

Hillenbrand, Carole, The Crusades : Islamic Perspectives, Edimbourg, Edinburgh University Press, 1999.

Al-imyarī, La descrizione dell’Italia nel Raw al-mi‘ār, trad. et comm. A. De Simone, Mazara del Vallo, Liceo Ginnasio « Gian Giacomo Adria » di Mazara del Vallo, 1984.

Ibn al-Athīr, Kitāb al-kāmil fī l-tā’rīkh, extraits relatifs à la Sicile in Biblioteca arabo-sicula, versione italiana, Michele Amari (éd.), Rome-Turin, E. Loescher, 1880-1881, rééd. anast. Catane, Dafni, 1982, vol. 1, p. 353-507.

Ibn al-Athīr, Kitāb al-kāmil fī l-tā’rīkh, extraits relatifs à la Sicile in Biblioteca arabo-sicula, versione araba, Michele Amari (éd.), révisée par Umberto Rizzitano, Palerme, Accademia Nazionale di Scienze Lettere e Arti, 1988, vol. 1, p. 263-354.

Ibn Jubayr, « Relation de voyages », in Voyageurs arabes, Ibn Fadlân, Ibn Jubayr, Ibn Battûta et un auteur anonyme, Paule Charles-Dominique (éd. et trad.), Paris, Gallimard, 1995, p. 71-368.

Ibn Qalāqis, Dīwān, Sihām al-Fray (éd.), Koweit, Maktabat al-Mu‘allā, 1988.

Al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-mushtāq fī ikhtirāq al-afāq, éd. E. Cerulli, rééd., Beyrouth, ‘Amm al-kutub, 1989.

Al-Idrīsī, La première géographie de l’Occident, prés. et trad. de Henri Bresc et Annliese Nef, Paris, Flammarion, 1999.

Al-Ifahānī, Kitāb Kharīdat al-qar, extraits relatifs à la Sicile in Biblioteca arabo-sicula, versione italiana, Michele Amari (éd.), Rome-Turin, E. Loescher, 1880-1881, rééd. anastat. Catane, Dafni, 1982, vol. 2, p. 429-490.

Al-Ifahānī, Kitāb Kharīdat al-qar, extraits relatifs à la Sicile in Biblioteca arabo-sicula, versione araba, Michele Amari (éd.), révisée par Umberto Rizzitano, Palerme, Accademia Nazionale di Scienze Lettere e Arti, 1988, vol. 2, p. 703-736.

Johns, Jeremy, Arabic Administration in Norman Sicily. The Royal Dīwān, Cambrigde, Cambridge University Press (Cambridge studies in islamic civilization), 2002.

Khalilieh, Hasan, “Amān”, Encyclopedia of Islam, 3e éd., Leyde, Brill, 2007.

Lewis, Bernard, Comment l’Islam a découvert l’Europe, Paris, La Découverte, 1984.

Loud, Graham « L’image du tyran dans l’œuvre d’“Hugues Falcand” », in L’historiographie médiévale normande et ses sources antiques (Xe-XIIe siècle), actes du colloque de Cerisy-la-Salle et du Scriptorial d’Avranches, 8-11 octobre 2009, Pierre Bauduin et Marie-Agnès Lucas-Avenel, Caen, PUC (Symposia), 2014, p. 225-238.

Al-Maqrīzī, Kitāb al-Muqaffā al-kabir, Vol. 3, 1048 Ǧābir ibn Muammad-1401 H̱ayr ibn Na’im, Mohammed Yalaoui (éd.), Beyrouth, Gharb al-Islāmī, 1991.

Martinez-Gros, Gabriel, « Ibn Khaldūn et la Sicile », in Il Mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Europa e dal mondo mediterraneo : atti delle tredicesime giornate normanno-sveve, Bari, 21-24 ottobre 1997, Giosué Musca (éd.), Bari, Centro di studi normanno-svevi, Dedalo (Atti del Centro di studi normanno-svevi (Università degli Studi di Bari), vol. 13), 1999, p. 295-326.

Micheau, Françoise, « Le Kitāb al-kāmil fī l-tā’rīkh d’Ibn al-Athīr : entre chronique et histoire », Studia Islamica, 104-105, 2007, p. 81-101.

Miquel, André, La géographie humaine du mon de musulman, 4 vol., 1967-1988, Paris-La Haye, Mouton-EHESS, pour les vol. 1 (1967), 3 (1980) et 4 (1988), et Mouton-EPHE pour le vol. 2 (1975).

Musca Giosué (éd.), Il Mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Europa e dal mondo mediterraneo : atti delle tredicesime giornate normanno-sveve, Bari, 21-24 ottobre 1997, Bari, Centro di studi normanno-svevi, Dedalo (Atti del Centro di studi normanno-svevi (Università degli Studi di Bari), vol. 13), 1999.

Nef, Annliese, « Un poème d’Ibn Qalâqis à la gloire de Guillaume II », in Chrétiens, juifs et musulmans dans la Méditerranée médiévale, Études en hommage à Henri Bresc, Benoît Grévin, Annliese Nef et Emmanuelle Tixier (éd.), Paris, De Boccard (De l’archéologie à l’histoire), 2008, p. 33-44.

Nef, Annliese, « Al-Idrīsī : un complément d’enquête biographique », in Géographes et voyageurs au Moyen Âge, Henri Bresc et Emmanuelle Tixier du Mesnil (éd.), Nanterre, Presses universitaires Paris Ouest, 2010, p. 53-66.

Nef, Annliese, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, École française de Rome (Bibliothèque des écoles française d’Athènes et de Rome, fasc. 346), 2011.

Nef, Annliese, « Imaginaire impérial, empire et œcuménisme religieux : quelques réflexions depuis la Sicile des Hauteville », in Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, 2012, 24, p. 227-249 (disponible en ligne sur : http://crm.revues.org/index.html).

Nef, Annliese, « La Lettre au trésorier de l’église de Palerme ou de l’art de choisir ses ennemis », in Entre traces mémorielles et marques corporelles : regards sur l’ennemi de l’Antiquité à nos jours, Jean-Claude Caron, Laurent Lamoine et Natividad Planas (dir.), Clermond-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal (Histoires croisées), 2014, p. 85-94.

Nef, Annliese, « Les “peuples” et les régions dans la géographie islamique », Journée d’étude sur la géographie arabo-musulmane et l’Occident islamique, organisée par J.-Ch. Ducène, sous presse.

Picard, Christophe, La mer des califes. Une histoire de la Méditerranée musulmane (VIIe-XIIe siècle), Paris, Seuil (L’Univers historique), 2015.

Pseudo-Falcand : Hugues Falcand, Le livre du royaume de Sicile. Intrigues et complots à la cour normande de Palerme (1154-1169), Egbert Türk (éd. et trad.), Turnhout, Brepols (Témoins de notre histoire), 2011.

Thomas, David, « Muslim regard for Christians and Christianity », in Christian-Muslim Relations : a Bibliographical History. Vol. 2, 900-1050, David Thomas et Alex Mallett (éd.), Leyde, Boston, Brill (The history of christian-muslim relations, vol. 14), 2010, p. 15-28.

Tixier du Mesnil, Emmanuelle, Géographes d’al-Andalus. De l’inventaire d’un territoire à la construction d’une mémoire, Paris, Publications de la Sorbonne (Bibliothèque historique des pays d’Islam, vol. 4), 2014.

Touati, Houari, « Pour une histoire de la lecture au Moyen Âge musulman : à propos des livres d’histoire », Studia Islamica, 104-105, 2007, p. 11-44.

Haut de page

Notes

1 Nous retenons cette périodisation car les relations sont ensuite plus variées et intenses entre monde latin et Islam (sans même évoquer le cas spécifique de Frédéric II), même si l’on n’assiste pas pour autant à une démultiplication des textes de ce type. L’expression la plus systématique de cette conception a été développée dans Lewis, 1984 ; mais on la retrouve dans Thomas, 2010.

2 Miquel, 1975, p. 343-380, au sujet de l’Europe de l’Ouest et Ducène, 2012.

3 Quelques souverains ou grandes figures latines échappent dans ce cadre au silence des sources : Baudouin 1er de Jérusalem, Richard Cœur de Lion, décrits plutôt positivement ; Conrad de Monteferrat, roi de Jérusalem entre 1190 et 1192, et Renaud de Châtillon. Cf. sur ce point, Hillenbrand, 1999, p. 336 et p. 343-345.

4 Une bonne exception est De Simone, 1999.

5 Musca, 1999 ; Adalgisa De Simone, déjà, le regrettait, soulignant l’absurdité de découper la production écrite islamique de manière régionale : De Simone, 1999, p. 261-263.

6 On se contentera de renvoyer ici à l’ouvrage stimulant de Benoît Grévin : Grévin, 2012.

7 Nous laisserons de côté ici les sources iconographiques pour nous concentrer sur les textes.

8 On verra en particulier sur ce point deux articles du dossier « Chroniques médiévales islamiques : temps, narrations, usages », Studia Islamica, 104-105 (2007), dont un traite d’une de nos sources principales : Touati, 2007 et Micheau, 2007.

9 Nef, 2010.

10 En dépit du grand nombre de traités géographiques islamiques médiévaux qui nous sont parvenus, le savoir géographique n’est pas classé parmi les sciences (‘ulūm) en Islam médiéval (comme en Grèce ancienne d’ailleurs), mais il n’en répond pas moins à des normes de vérité. Cf., sur ce point, Tixier du Mesnil, 2014, p. 21-31.

11 Miquel, 1967-1988.

12 Pour un exemple précis, on verra Picard, 2015.

13 Tel que défini dans Bourdieu, 2012, p. 232 ; sur la géographie islamique de ce point de vue, cf. Nef, sous presse.

14 Al-Ifahānī, 1982, p. 439 pour la version italienne et al-Ifahānī, 1988, p. 708, pour la version arabe.

15 Les termes utilisés pour désigner les « Normands » du Sud de l’Italie (ou du Levant) sont ceux de « Francs » ou « Rūm-s », nous retenons celui de Hauteville pour bien souligner que nous nous concentrons sur la dynastie qui régna en Sicile et que nous ne nous arrêtons donc qu’aux passages la concernant explicitement.

16 Année 1097-1098, Ibn al-Athīr. Nous insistons d’autant plus dans ce texte sur cet auteur que A. De Simone a dû le laisser de côté dans son article qui traitait des sources maghrébines : De Simone, 1999.

17 Ibn al-Athīr, version italienne, 1982, p. 451 et version arabe, Ibn al-Athīr, 1988, p. 320-321 : il s’agit d’éviter la mainmise des Latins d’Orient sur ce que Roger considère comme relevant de sa sphère d’influence.

18 Dans ces dernières, l’accent est mis sur la bravoure guerrière des Francs et les références au gouvernement des Latins sont très rares, comme le rappelle Hillenbrand : Hillenbrand, 1999.

19 Version italienne : Ibn al-Athīr, 1982, p. 442-447 et version arabe : Ibn al-Athīr, 1988, p. 316-318.

20 Version italienne : Ibn al-Athīr, 1982, p. 448 et version arabe : Ibn al-Athīr, 1988, p. 319.

21 Le dialogue au cours duquel Ibn al-Thumna – un des chefs régionaux qui émerge en Sicile à la faveur de l’implosion du gouvernement émiral insulaire au début des années 1040 – convainc Roger de lui prêter main forte contre ses rivaux insulaires tel qu’il est restitué par Ibn al-Athīr développe cette idée. Ibn al-Thumna répond en effet à Roger qui ne pense pas disposer de forces suffisantes pour vaincre l’armée sicilienne, que la division des Arabo-musulmans sera son alliée et que s’y ajoutera son propre soutien. Version italienne : Ibn al-Athīr, 1982, p. 447 et version arabe : Ibn al-Athīr, 1988, p. 318-319.

22 Martinez-Gros, 1999, p. 322-326.

23 Les compétences de Georges d’Antioche dans ce domaine sont particulièrement mises en avant dans un texte postérieur, mais dont les sources doivent remonter en partie au XIIe siècle. Al-Maqrīzī (1364-1442), auteur égyptien qui lui consacre une biographie dans son Kitāb al-Muqaffā (Maqrīzī, 1991, vol. 3, p. 18-20), précise qu’il portait le titre de « chef des armées » (za ‘īm al-juyūsh) et qu’il était le véritable maître d’œuvre de la politique de la dynastie en Ifrīqiya dont il mena la conquête des côtes (p. 20 ; De Simone, 1999, p. 278). Notons qu’al-Maqrīzī a aussi consacré une biographie au roi Baudouin Ier de Jérusalem, mort en Égypte. De même, ce sont les liens entre la Sicile et l’Égypte fatimide, et le rôle de premier plan que Georges d’Antioche joua de ce point de vue, qui expliquent sa présence dans l’ouvrage.

24 Al-Idrīsī, 1999, p. 58, pour la version française et al-Idrīsī, 1989, I, p. 4, pour la version arabe.

25 Al-Idrīsī, 1999, p. 305 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 589.

26 Al-Idrīsī, 1999, p. 306 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 589.

27 Al-Idrīsī, 1999, p. 307 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 590.

28 La période est marquée par une forte instabilité politique dans l’île et par l’impopularité d’Étienne du Perche, appelé par la régente Marguerite de Navarre en 1166, au point que le mécontentement général à son égard le contraint à l’exil durant l’été 1168. Faut-il voir dans cette exaltation de Guillaume II, qui a quatorze ans et n’est pas encore majeur, une prise de position en faveur de ce souverain qui fut le meilleur connaisseur de la culture islamique parmi les Hauteville qui se succédèrent sur le trône de Sicile et, plus encore, en faveur du retour au gouvernement des grands serviteurs de l’État siciliens qu’il devait promouvoir deux ans plus tard ? Adalgisa De Simone a bien souligné qu’Ibn Qalāqis avait été accueilli en Sicile par des fonctionnaires qui étaient pour une part des eunuques et pour une autre des musulmans membres des élites insulaires, dont quelques-uns sont connus comme opposants à Étienne du Perche (De Simone, 1996, p. 22-23), mais il est vrai que les positionnements du poète ne sont jamais explicites.

29 On trouvera la traduction italienne du texte et une introduction détaillée dans De Simone, 1996.

30 Ibn Qalāqis, 1988, p. 145-147. Pour une traduction du texte en entier et un premier commentaire, cf. Nef, 2008.

31 Le séjour du poète en Sicile a débuté en mai 1168 et le texte est daté du 11 juillet de la même année.

32 Terrestre et maritime.

33 Ibn Qalāqis, 1988, p. 145 et Nef, 2008, p. 36.

34 Version italienne : Ibn al-Athīr, 1982, p. 450 et version arabe : Ibn al-Athīr, 1988, p. 320 ; Maqrīzī, 1991, vol. 3, p. 20.

35 De Simone, 1999, p. 283-284 ; Ibn al-Athīr, 1982, p. 450, pour la version italienne ; pour la version arabe, Ibn al-Athīr, 1988, p. 320.

36 Al-Idrīsī, 1999, p. 306 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 589.

37 Al-Idrīsī, 1999, p. 306 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 589.

38 Nef, 2008, p. 36. Nous ne nous arrêtons pas sur l’importance de Salomon et David dans la définition de la souveraineté idéale au sein de la Méditerranée médiévale et, en particulier, en Islam.

39 Ibn Qalāqis, 1982, p. 146 et Nef, 2008, p. 37.

40 Pseudo-Falcand, 2011, p. 46-47 : Porro quod quidam pleraque eius opera tyrannidi dant eumque vocant inhumanum eo quod multis penas graviores et legibus incognitas irrogaverit, ego sic existimo virum utique prudentem et in omnibus circumspectum in novitate regni ex industria sic egisse, ut neque flagitiosi quilibet de scelerum sibi possent impunitate blandiri, neque benemeritos nimia severitas absterret, quibus ita mitem se prebuit, ne tamen ex nimia mansuetudine locus superesset contemptui […] Is, ubi post multos labores ac pericula pacem regno quoad viveret peperit inconcussam, ingentes etiam thesauros ad regni tuitionem posteritati consulens preparavit ac Panormi reposuit (« Certes, dans l’esprit de certains, la plupart de ses actions relevaient de la tyrannie, et on le qualifiait d’inhumain parce qu’il infligeait souvent des peines assez dures et non prévues par les lois. Mais moi, j’estime que Roger, en homme avisé et toujours circonspect, a ainsi agi à dessein, pour empêcher que dans un royaume en voie de consolidation, des criminels puissent se flatter que leurs méfaits restaient impunis. D’un autre côté, il voulait éviter qu’une trop grande sévérité repoussât tous ceux qui avaient mérité sa bienveillance […]. Après des efforts considérables et de nombreux dangers, une fois assurée la paix dans le royaume, une paix qui devait durer aussi longtemps qu’il vécut, il amassa, l’œil rivé sur l’avenir, d’énormes trésors à Palerme, garants de la protection du royaume »).

41 Cf., par exemple, Khalilieh, 2007.

42 Nef, 2011, p. 595-597.

43 Ibn al-Athīr, 1982, p. 450, pour la version italienne ; pour la version arabe, Ibn al-Athīr, 1988, p. 320 ; une idée que l’on retrouve dans la Lettre au Trésorier de l’Église de Palerme, composée à la fin du XIIe siècle probablement par le Pseudo-Falcand : Nef, 2014.

44 L’ensemble des textes en arabe connus se référant aux Hauteville de Sicile a été passé en revue. Aucun auteur ne qualifie leur gouvernement de tyrannique, sauf al-Ḥimyarī. Ce dernier, auteur d’un ouvrage géographique sous forme de dictionnaire toponymique, le Raw al-Mi‘ār, daté de manière incertaine dans l’attente d’éléments nouveaux aux XIIIe-XVe siècles (al-imyarī, 1984, introduction), utilise le terme à propos de Roger II lors de la défaite de ses troupes à al-Dīmās en 1123, à l’issue de la première tentative sicilienne de conquête d’al-Mahdiyya (De Simone, 1999, p. 270 et note 37).

45 Sur ce thème chez le Pseudo-Falcand : Nef, 2011, p. 601-603 et Loud, 2014.

46 Le thème apparaît aussi dans des sources en grec, mais rédigées en Sicile ; assez logiquement on ne le trouve pas dans les sources byzantines, et seulement ponctuellement en latin. En revanche, les textes en arabe qui évoquent ce thème sont rédigées indifféremment en Sicile et dans le monde islamique. Sur ce point, cf. Nef, 2011, p. 187-188.

47 Nef, 2012.

48 Ainsi d’Ibn al-Athīr, 1982, p. 450 et 463-464 pour la version italienne et Ibn al-Athīr, 1988, p. 320 et 328-329 pour la version arabe ; ou d’Ibn Jubayr, 1995, p. 345-347.

49 Al-Idrīsī, 1999, p. 58 et al-Idrīsī, 1989, I, p. 4.

50 Al-Idrīsī, 1999, p. 306-307 et al-Idrīsī, 1989, II, p. 589-590.

51 Le fait d’exercer un pouvoir légitimement acquis.

52 Ibn Qalāqis, 1988, p. 146 et Nef, 2008, p. 37.

53 Ces vers font partie de l’anthologie d’al-Iṣfahānī. Al-Ifahānī, 1982, p. 436 : « un État (dawla) qui dépasse les royaumes des Césars (al-mulūk al-qayariyya) » et 438 : « et ici Roger élève les grandes choses, lui roi des Césars (malik al-mulūk al-qayariyya) » pour la version italienne ; al-Ifahānī, 1988, p. 706 et 708 pour la version arabe. C’est sur les vers du second que s’exerce la censure évoquée à la note 14.

54 Nef, 2011, p. 187.

55 Nef, 2010.

56 Al-Idrīsī, 1999, p. 60 et al-Idrīsī, 1989, I, p. 5.

57 Sur ce point al-Idrīsī, 1999, introduction.

58 Nef, 2011, p. 60-61.

59 Sur cette répartition des langues au sein de la production directement liée au mécénat des Hauteville en Sicile, cf. Nef, 2011, p. 191-228.

60 Jeremy Johns a évoqué la description de la cour sicilienne par Ibn Jubayr dans Johns, 2002, p. 212 et suivantes. On trouvera une très bonne présentation de la rila d’Ibn Jubayr, qui permet de replacer l’ensemble de son séjour dans un contexte plus large, dans Dejugnat, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annliese Nef, « Dire la conquête et la souveraineté des Hauteville en arabe (jusqu’au milieu du XIIIe siècle) », Tabularia [En ligne], Mémoires normandes d’Italie et d’Orient, mis en ligne le 05 mai 2015, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tabularia/2139 ; DOI : 10.4000/tabularia.2139

Haut de page

Auteur

Annliese Nef

Université Paris 1
Panthéon Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

CRAHAM - Centre Michel de Boüard

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Université Caen Normandie
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals