Navigation – Plan du site
2009

Introduction

Introduction
Pierre Chastang

Résumés

Le texte propose tout d’abord de retracer, à partir de quelques publications importantes concernant les cartulaires, les étapes de l’émergence d’un champ historiographique consacré à la culture et aux pratiques de l’écrit et les liens qu’il entretient avec les disciplines de l’érudition du texte, au premier rang desquelles figure la diplomatique. Les enjeux attachés à la rédaction d’un cartulaire sont ensuite examinés à partir de trois notions : archiver, représenter et gouverner. Puis, une fois précisées les exigences découlant du questionnement renouvelé des historiens et des diplomatistes, est abordée la question du recensement et de l’édition des codices.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les cartulaires, actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le (...)
  • 2 Voir par ex. le volume Pratiques de l’écrit dans les sociétés médiévales (IXe-XVe s (...)
  • 3 Morsel, Joseph, « Les sources sont-elles le “pain de l’historien” ? », Hypothèses 2003. Tra (...)
  • 4 Pour une ouverture de la réflexion vers le domaine de l’anthropologie, voir le recu (...)
  • 5 Voir, pour le versant francophone de la bibliographie, Noiriel, Gérard, Sur la crise de l'h (...)
  • 6 Sur ces questions je me permets de renvoyer à Chastang, Pierre, « L’archéologie du texte mé (...)
  • 7 Voir par exemple le travail exemplaire de Didier Lett à propos du procès de canonisation de (...)

1Le colloque de 19911 proposait un premier bilan des travaux sur les cartulaires médiévaux et traçait de nouvelles perspectives qui ont été depuis lors approfondies et élargies2. Une vingtaine d’années après, cet intérêt renouvelé pour l’objet cartulaire et d’une manière plus globale pour l’Histoire de la culture et des pratiques médiévales de l’écrit apparaît comme la manifestation d’un basculement historiographique qui s’est nourri des perspectives nouvelles offertes par la diplomatique, comme d’une réflexion accrue des historiens sur ce qu’il est convenu d’appeler, depuis les XVIIe-XVIIIe siècles, les « sources » de l’Histoire3. Le contexte de crise des modèles heuristiques anciens4 – trop rapidement assimilée, il y a une dizaine d’années, à une crise de l’Histoire5 – en mettant en cause les usages sériels de la documentation, a attiré l’attention des historiens sur l’importance de replacer plus fermement les documents sur lesquels reposait leur interprétation du passé dans le contexte de leur production. Pour les textes, cette exigence de contextualisation a conduit à questionner et décrire les pratiques de l’écrit, conçues comme l’ensemble des actions par lesquelles l’écriture s’élabore, des gestes les plus concrets dont la matérialité du document porte trace, jusqu’aux configurations culturelles – modèles, normes, statut du scripteur… – qui confèrent à l’écrit sa valeur sociale6. Ainsi, les questions ayant trait à la production, à la conservation et à la tradition documentaires – domaines traditionnels d’étude des diplomatistes – ont été progressivement assimilées par une Histoire qui tâche de saisir dans l’écrit lui-même les conformations de la société médiévale7.

Histoire, diplomatique et tournant documentaire

  • 8 Guyotjeannin, Olivier et Morelle, Laurent, « Tradition et réception de l’acte médiéval : (...)
  • 9 Sur ces questions, voir en particulier le court texte de Jean Mabillon intitulé Brèves ré (...)
  • 10 Sur la question des faux, voir les volumes du congrès des MGH : Fälschungen im Mittelalte (...)

2Suivons à rebours le chemin parcouru dans le domaine particulier des cartulaires. Comme l’ont récemment montré Laurent Morelle et Olivier Guyotjeannin dans un article-bilan publié dans Archiv für Diplomatik8, l’émergence du cartulaire comme objet d’étude per se a bénéficié de l’isolement progressif, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, de la question de la tradition de l’acte. Dans le contexte de l’Histoire savante du XVIIe siècle qui construisait une hiérarchie des témoignages textuels à partir de la notion d’original, les pères de la diplomatique ont vu le cartulaire comme un écart, une opacité qui conditionnait l’accès à l’acte authentique et que la méthode érudite se devait de dissiper avant que l’historien n’entre en scène9. Au cours du XXe siècle, l’épaisseur de la tradition a progressivement acquis ses lettres de noblesse. Au lien vertical qui relie la copie à son modèle, les diplomatistes ont ajouté l’exploration du contexte de la transcription qui inscrit l’acte dans un environnement culturel et social nouveau. L’épaisseur de la tradition, c’est aussi et peut-être avant tout celle des lectures et des usages successifs du texte. Ils constituent autant de mises en contexte, de réappropriations, dont témoignent la matérialité même de l’inscription – écritures, support, mises en page, appareil paratextuel… – comme les réécritures. Ces dernières peuvent n’être que de simples transformations graphiques, des mises à jour formelles du texte, comme de véritables interpolations ou forgeries10. On rejoint à ce point, sans bien entendu dénier la spécificité des formes et des fonctions de l’écriture pratique, la question plus générale des caractères particuliers du texte médiéval, qui appartient à une civilisation du manuscrit dans laquelle toute reproduction est en même temps variance.

  • 11 Voir Chastang, Pierre, Lire, écrire, transcrire. Le travail de rédaction des cartulaires (...)
  • 12 Voir Petrucci, Armando, « L’illusione della storia autentica : le testimonianze (...)

3La notion même d’original est elle-même complexe et elle ne permet pas de tracer une ligne de séparation claire et constante qui marquerait le point où commence la tradition. L’original est-il simple affaire de chronologie dans la production de l’acte, de dénomination par les médiévaux ? Peut-on le caractériser à partir de fonctions et d’usages spécifiques ? Il paraît nécessaire d’envisager la notion comme inscrite dans une histoire médiévale de la culture et des pratiques de l’écrit, segmentée par les reconfigurations de la fin du XIe siècle11, puis par l’avènement de l’instrumentum publicum et des formes de production et d’authentification afférentes12.

  • 13 Les termes « bédiérisme et lachmanisme » renvoient à deux traditions et méthodes (...)
  • 14 La notion est empruntée à Cerquiglini, Bernard, Éloge de la variante : histoire critique (...)
  • 15 Voir Nichols, Stephen G., « Introduction : Philology in a Manuscript Culture », Speculum, (...)
  • 16 Voir McKenzie, Donald F., La bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Éd. du Cer (...)
  • 17 Goetz, Hans Werner, « Hilfswissenschaft und Quellenkunde », Moderne Mediävistik : Stand (...)

4Ce qui apparaît comme renouvellement des recherches diplomatiques au sujet de la tradition des actes entre en consonance avec le reploiement plus général du questionnement des disciplines de l’érudition du texte. En se frayant une voie entre la double tradition du bédiérisme et du lachmanisme13, les travaux de Bernard Cerquiglini14, repris par la New Philology américaine15, réservent à la variance une place centrale, privilégiant le foisonnement de la tradition au détriment du Urtext. Les convergences vont d’ailleurs au-delà des disciplines attachées au manuscrit ; la bibliographie analytique, sous l’impulsion de Donald McKenzie, renonçant à poursuivre l’objectif de la reconstitution de l’autographe d’auteur, ouvre vers une sociologie des textes qui envisage la matérialité textuelle comme une série d’indices à partir desquels l’on peut reconstituer une Histoire faite de réappropriations successives16. Dans tous les cas, on aboutit à une forme de réévaluation et de requalification de la tradition textuelle. Comme le notait Hans Werner Goetz dans un livre bilan récent, ce changement de perspectives a conduit à redéfinir profondément les rapports entre l’Histoire et les sciences jadis qualifiées d’auxiliaires17.

  • 18 C’est le titre porté par les mélanges offerts à Michel Parisse : Retour aux sou (...)
  • 19 Morsel, Joseph, « Du texte aux archives : le problème de la source », Bulletin du centre (...)

5Peut-on décrire cette évolution comme un « retour aux sources »18 ? Si l’on fait sienne cette expression, il convient, ainsi que le notait Joseph Morsel dans un article récent, de lever une ambiguïté19. Il ne s’agit pas de promouvoir le document dans sa positivité comme solution aux apories auxquelles ont pu conduire les modèles d’intelligibilité du social qui ont dominé jusqu’à la fin de la décennie 1970. Déplacer le questionnement de l’historien à hauteur documentaire et considérer les textes dans leur tradition, dont les cartulaires constituent une forme courante au Moyen Âge, peuvent être en revanche une voie privilégiée d’étude des sociétés du passé, les pratiques de l’écriture ouvrant à une compréhension du social.

  • 20 Clanchy, Michael T., From memory to written record : England 1066-1307, Oxford, Blackwel (...)
  • 21 Voir les deux anthologies des articles de Petrucci, Armando, Writers and readers in medie (...)
  • 22 Il s’agit en particulier des travaux de Jack Goody sur la literacy ; voir La raison graph (...)
  • 23 La bibliographie complète des travaux réalisés dans ce cadre est disponible en (...)
  • 24 Voir Assman, Jan, Das kulturelle Gedächtnis : Schrift, Erinnerung und politische Identitä (...)
  • 25 Voir les publications du Seminari internacional d'estudis sobre la cultura escr (...)

6Cet intérêt spécifique porté aux cartulaires s’inscrit dans un contexte historiographique plus global. Au cours des années 1970, à la suite des travaux de Michael Clanchy en Angleterre20 ou d’Armando Petrucci en Italie21, le champ de l’Histoire de la culture de l’écrit s’est peu à peu structuré. Si l’influence des questionnements de l’anthropologie sociale britannique a joué un rôle important dans l’œuvre de Michael Clanchy22, d’autres voies ont été empruntées ailleurs. Ouverture de la paléographie à une Histoire sociale inscrite dans le temps long chez Armando Petrucci ; détour, dans l’historiographie allemande, par le thème de la memoria considérée comme un phénomène social jouant un rôle fondamental dans la formation des groupes sociaux et du lien social, et dont les rapports avec la scripturalité ont constitué une orientation essentielle dans la réflexion des historiens. On ne peut que renvoyer aux publications du Sonderforschungsbereich 23123, et aux travaux de Jan Assman24. En Espagne, la réception de l’enseignement et des publications d’Armando Petrucci a contribué à la multiplication des travaux dans le domaine de la culture de l’écrit25. La présence de départements ou d’instituts consacrés aux disciplines de l’érudition au sein même des universités a par ailleurs favorisé les échanges avec les historiens.

  • 26 Voir les remarques liminaires d’Olivier Guyotjeannin dans « La part de l’ombre : (...)

7Si la France demeure encore aujourd’hui un peu en retrait, les médiévistes français ont cependant fait preuve d’un goût particulièrement prononcé pour les cartulaires26 qui s’est manifesté, depuis une quinzaine d’années, par un renouveau des entreprises d’édition dont la Normandie a bénéficié. À cela, plusieurs raisons peuvent être invoquées. La diplomatique française a depuis longtemps réservé au cartulaire et à la tradition de l’acte une place particulière. Sans doute faut-il également prendre en compte le prestige attaché au livre manuscrit dont témoigne, dans de nombreux pays européens, l’édition de reproductions en fac-similés. Peut-être enfin est-ce une conséquence de l’attachement des historiens aux cartulaires qui, formant des corpus déjà rassemblés, facilitent la mise en œuvre de la recherche. Mais il convient de se méfier de ce tropisme pour le livre qui produit inévitablement une déformation dans les approches de la culture médiévale de l’écrit, réservant une place marginale aux documents moins prestigieux. Le cartulaire doit en conséquence toujours être replacé dans des cadres de production et de communication plus englobants – scriptorium, ordre religieux, entité régionale, réseaux urbains… – qui seuls sont à même de livrer le sens de sa rédaction comme de ses usages pratiques.

  • 27 L’expression est d’Étienne Anheim.
  • 28 Voir Henriet, Patrick, « Texte et contexte. Tendances récentes de la recherche en hagiolo (...)
  • 29 Voir par ex. la série d’articles consacrés aux comptabilités pontificales dans les Mélang (...)
  • 30 Il Caleffo vecchio del Comune di Siena, vol. 5 : Introduzione su tradizione documentaria (...)
  • 31 Voir Morsel, Joseph, « Le médiéviste, le lignage et l’effet de réel. La construction du G (...)

8Se dessine ainsi, depuis une dizaine d’années, ce que l’on peut nommer un « tournant documentaire27 » qui se caractérise par un souci croissant manifesté à l’endroit de la culture de l’écrit. La réorientation récente de l’hagiographie vers une histoire de l’écriture28, la prise en compte croissante en Histoire intellectuelle de la matérialité manuscrite et des formes de sociologie des textes et d’Histoire des pratiques vers lesquelles elle ouvre, l’intégration enfin d’une démarche d’inspiration philologique dans la lecture des sources traditionnelles de l’Histoire économique29, tous ces mouvements sont autant d’indices d’un changement d’attitude par rapport au document. Il s’accompagne, comme l’appelait de ses vœux, dès 1991, Paolo Cammarosano dans l’introduction de l’édition du Caleffo vecchio de Sienne30, d’un rapprochement entre le moment érudit d’investigation documentaire et celui de l’élaboration du discours de l’historien. Ces travaux ont en partage une même conception du document, envisagé comme le produit de mécanismes sociaux et culturels que l’historien se doit de déchiffrer, car c’est à travers eux que se construisent les représentations des réalités, des pratiques, comme les pensées. Ne pas associer à l’élaboration du discours historique l’analyse de ces pratiques de l’écrit, pour lesquelles les disciplines de l’érudition du texte sont d’une aide indispensable, conduit à produire des lectures naïves qui déduisent le réel du contenu documentaire. Joseph Morsel, dans plusieurs articles consacrés au rapport entre cartularisation et production du lignage aristocratique, a montré le gauchissement qu’une lecture ignorante des effets documentaires produit sur le discours des historiens de l’aristocratie médiévale31. C’est au plus près de l’écrit que s’ouvrent les possibilités d’une histoire sociale et culturelle des sociétés du passé débarrassée de tout infantilisme positiviste. Car l’Histoire de la culture de l’écrit, par le biais des représentations, réintroduit l’épaisseur et les discordances du monde social, et la prise en compte grâce à l’érudition des pratiques de la représentation permet aussi d’éviter les assignations globales du sens propre à certaines formes d’Histoire culturelle (« c’est l’expression de… ; c’est la vision du monde de tel groupe social »).

Archiver, représenter, gouverner

9La rédaction d’un cartulaire par une institution commanditaire relève d’un triple enjeu que je propose de résumer par trois verbes d’action : archiver, représenter, gouverner.

Archiver

  • 32 Voir Esch, Arnold, « Überlieferungs-Chance und Überlieferungs-Zufall als methodisches (...)
  • 33 Voir le numéro de la Revue de synthèse cité supra.

10Dans une certaine mesure, les cartulaires ne sont qu’une manière singulière d’organiser la conservation de documents existants et de garantir leur transmission. Si la question des mécanismes de la sélection documentaire a été l’objet de réflexions de la part des historiens – pensons à Arnold Esch, Patrick Geary…32 –, il paraît nécessaire, sauf à déconnecter le travail de sa logique sociale, d’essayer de ne pas réduire ces pratiques à une fonction strictement utilitariste, mais de considérer les enjeux attachés à la constitution d’une mémoire archivistique organisée33.

  • 34 Petrucci, Armando, « Dal libro unitario al libro miscellaneo », in Società romana e im (...)
  • 35 Sur cette expression, voir Chastang, Pierre, « Des archives au codex : les enjeux (...)
  • 36 Voir l’analyse que Laurent Morelle fait de ce texte dans Autour de Folcuin (...)
  • 37 Bien entendu, de nombreux cartulaires résultent de phases de compilation su (...)
  • 38 Voir par ex. Declercq, Georges, « Originals and Cartularies : The Organization of Archi (...)

11Par rapport à une gestion active des archives, le cartulaire possède certaines particularités. Il rassemble en un unique support des actes et parfois d’autres textes jusqu’alors matériellement séparés ; en cela, il s’inscrit dans la longue tradition médiévale de la compilation, dont Armando Petrucci a montré la place prépondérante qu’elle acquiert dans le cadre de l’émergence d’une culture chrétienne de l’écrit à partir du IVe siècle34. Dans les préfaces de nombreux cartulaires du XIIe siècle, il paraît symptomatique de retrouver, pour désigner la confection de la collection, des expressions proches du « in uno corpore continentur » qui sert à Cassiodore († c. 580), dans ses Institutiones divinarum et saecularum litterarum, à qualifier l’opération présidant à la fabrication des miscellanées organiques, c’est-à-dire des recueils qui proposent une conception structurée d’un héritage textuel35. La métaphore matérielle du pavage, chère à Folcuin de Saint-Bertin36, est une autre manière de rendre compte de cette union des chartes entrant dans la composition du codex. Ainsi le cartulaire propose-t-il à notre lecture un moment figé de la mémoire archivistique d’une institution37, alors que les archives renvoient souvent à des reclassements que l’on peut percevoir dans la longue durée. Le rapprochement avec les inventaires d’archives paraît très pertinent38 dans la mesure où ils montrent, comme les cartulaires, que la production et la conservation documentaires sont deux phénomènes qu’il convient de penser ensemble : écrire un cartulaire, c’est archiver et conserver des actes.

  • 39 Sur les pancartes, voir Parisse, Michel, « Écriture et réécriture des chart (...)
  • 40 Lohrmann, Dietrich, « Formen der Enumeratio bonorum in Bischofs-, Papst- und Herrscher (...)

12Cette inscription dans une tradition ancienne – celle des collections textuelles en miscellanées – ne dit rien bien entendu des processus propres à l’écrit diplomatique dont les types altimédiévaux subissent au cours du XIe siècle un processus d’hybridation (Laurent Morelle) qui conduit à l’apparition de formes nouvelles, en particulier les pancartes, dont on connaît l’importance pour la Normandie39. Tout en possédant le statut de néo-original, elles intègrent, parfois par strates successives, des actes antérieurs, in extenso ou sous forme de fragments. Comme l’a montré Dietrich Lohrmann40, c’est dans une chronologie assez proche que les enumerationes bonorum se développent dans les actes de confirmation générale, la chancellerie des papes prenant soin, à partir du pontificat d’Urbain II, de manifester que l’autorité pontificale n’est pas en mesure de vérifier la véracité de la liste produite par l’impétrant. Dans tous les cas, c’est la recherche de consolidation et de confirmation patrimoniale qui conduit le bénéficiaire à utiliser ces formes diverses de compilation documentaire.

13Mais le cartulaire possède d’autres particularités remarquables : il n’est pas formé d’extraits d’actes insérés dans un acte, mais d’actes – et éventuellement de textes d’autre nature – copiés dans un livre. Qu’est-ce que cela implique ? Cinq points me paraissent devoir être soumis à la réflexion :

  1. Le premier point est d’ordre matériel. On rejoint ici en partie les propositions exposées par Paul Bertrand au sujet de l’espace codicologique du cartulaire41. Comme l’ont souligné nombre de publications récentes, la forme matérielle des supports et de la page produit des effets de sens42. Compiler s’accompagne d’un changement de support, d’une nouvelle incarnation matérielle du texte, qui modifient les protocoles de lecture43.
  2. Le deuxième point est de nature philologique et graphique ; il convient de cerner les rapports qui unissent l’hypertexte à l’hypotexte qui n’est pas toujours un original. Quelles modifications la copie introduit-elle ? Certaines parties du discours ont-elles été supprimées ? Modifiées ? Ces modifications sont-elles de nature graphique ? Linguistique – phénomènes de relatinisation ou de traduction en vulgaire ? Quelles relations le copiste a-t-il entretenues avec la part visuelle de l’acte qu’il transcrit – mise en page, souscriptions, sceaux… ? Bien entendu, ces choix dépendent du cadre global de production et d’authentification des actes et, de ce point de vue, l’avènement de l’instrumentum publicum constitue une césure fondamentale.
  3. Le troisième point est celui du statut du texte, en l’occurrence le plus souvent de l’acte. On retrouve ici une question, souvent mal posée, concernant les dimensions gestionnaires, juridico-patrimoniale et mémorielle des livres. Il n’est pas question bien entendu d’attribuer un sens global au codex sans réintroduire l’infinie complexité des mécanismes de transcription comme de la variété des usages du codex obtenu. Mais ces catégories peuvent fonctionner comme des idéaltypes que l’on ne rencontre jamais à l’état pur dans les productions réelles. Sans doute la mise au point d’un questionnaire commun permettrait-elle de faire avancer les connaissances.
  4. Le quatrième point est constitué par l’usage. Et de ce point de vue certaines questions importantes restent très obscures. Quatre voies conjointes peuvent être empruntées. Relever tout d’abord les mentions d’usage des livres dans d’autres documents ; ces dernières demeurent cependant très rares44. Repérer la tradition des actes postérieure à leur copie dans le codex, qu’il s’agisse d’un usage diplomatique ou de ce que Laurent Morelle appelle leur « mise en œuvre »45. Prendre en compte systématiquement des éléments paratextuels – rubriques, annotations de consultations – que les éditeurs passent le plus souvent au profit et perte. Enfin l’usage du cartulaire est aussi affaire de comparaison : porter l’attention sur la sélection et la mise en ordre que le cartulaire introduit par rapport aux archives peut permettre de mieux comprendre les usages spécifiques du livre. Là encore les dossiers sont parfois très complexes car ce rapport peut se trouver médiatisé par des regestes voire des œuvres historiographiques et les chartriers eux-mêmes renferment une matière archivistique mouvante, tant du point de vue du contenu que de l’agencement46.
  5. Le dernier point est constitué par la mise en série et par les systèmes de classements afférents. Je cite Joseph Morsel :
    • 47 Extrait de Morsel, Joseph, « Du texte aux archives… », art. cité supra.

    [Les cartulaires / les archives] assemblent concrètement des documents jusqu’alors séparés, utilisés désormais les uns par rapport aux autres – intertextualité archivistique qui se substitue à l’intertextualité du moment de la production du document. L’écrasement des moments de production de chaque document aboutit à l’image fixe d’une réalité qui transcende l’existence de chaque document – et dont chaque document devient à la fois l’expression et le facteur47.

    Il faut d’abord réserver un sort particulier aux textes non diplomatiques présents dans les codices, qu’il s’agisse de textes hagiographiques, de documents de gestion, ou de fragments historiographiques48. Reste le traitement global de la masse documentaire qui combine trois grands critères d’organisation : typologie des actes, topographie des lieux et chronologie – sous des formes bien entendu variables. Répétons qu’il ne s’agit pas de déduire directement un sens de structures de classement, mais de comprendre comment certains choix ou certaines pratiques, mobilisant les ressources archivistiques d’une institution, témoignent de constructions idéelles, d’une manière de penser son histoire, de produire et de consolider le lien social communautaire, comme de caractériser des formes d’une domination.

Représenter et gouverner

14En effet, le modus operandi du travail de compilation, jusque dans les pratiques les plus matérielles et concrètes, permet de déboucher sur une compréhension de l’« image fixe » produite par le cartulaire.

  • 49 Voir Rigaudière, Albert, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos (Historiques (...)
  • 50 On peut renvoyer ici aux travaux des médiévistes italiens sur les libri iurium ; voir e (...)
  • 51 Si les cartulaires de la péninsule ibérique constituent de ce point de vue un corpus re (...)
  • 52 Voir sur ce thème, Rück, Peter, « Die Urkunde als Kunstwerk », Kaiserin The (...)
  • 53 Voir Tock, Benoît-Michel, Scribes, souscripteurs et témoins dans les actes (...)
  • 54 Voir, à titre de comparaison, dans un contexte différent de celui de l’écriture (...)

15Pour simplifier, il me semble que deux pistes s’ouvrent à nous : la première est celle de la représentation ; la seconde est celle du gouvernement. Les deux notions sont trop liées pour que l’on puisse opérer une simple séparation rhétorique. Considérons le sceau et l’arca communis des communautés urbaines médiévales qui manifestent le groupe comme faisant corps49. Dans une même perspective, les cartulaires, comme d’autres documents écrits, jouent un rôle fondamental dans la formation du lien communautaire, comme dans la représentation de la personne juridique du commanditaire. Il manifeste aux yeux de tous l’efficience de la communauté qui recourt à l’écrit. En compilant des documents déjà existants, il rend le passé présent, propose une généalogie des formes objectivées ou institutionnelles du groupe et recense le patrimoine matériel commun50. Or certains cartulaires, comme d’autres documents médiévaux de la pratique, sont enluminés sans que ce phénomène ait jusqu’alors suffisamment retenu l’attention des historiens. Les plus beaux dossiers de ce point de vue sont espagnols et anglo-normands51. Les modèles iconographiques ne puisent dans aucune tradition fermement établie et leur étude pourrait permettre de poser la question de la culture visuelle – entendue comme iconique et graphique52 – des institutions commanditaires. Aux enluminures à proprement parler s’ajoutent en effet les images de sceaux, de monogrammes, de signa53… L’image remplit aussi dans ces livres de complexes fonctions paratextuelles, participant par sa présence à la hiérarchie et à l’organisation de la masse textuelle compilée54.

16À la manifestation aux yeux des autres d’un statut et d’un rang social, à la production du lien intra-communautaire s’ajoute un dernier élément, celui du gouvernement des hommes et des biens.

  • 55 Sur cette question précise, voir Chastang, Pierre, « Du locus au territorium. Quelques (...)

17Si nous envisageons la période où la pratique de la cartularisation se répand dans la partie occidentale de l’Occident, c’est-à-dire à partir du XIe siècle, force est de constater que les études consacrées aux cartulaires ecclésiastiques se sont taillé la part du lion, et ce au détriment des cartulaires rédigés par des laïcs, qu’il s’agisse de seigneurs, de souverains, ou de communautés urbaines. C’est donc bien naturellement les questions de représentation du temporel des institutions ecclésiastiques et des modes de son administration qui ont prioritairement retenu l’attention des chercheurs. La ressource archivistique organisée par le cartulaire permet à la fois de faire la généalogie du patrimoine présent en le plaçant dans une perspective temporelle et de produire une spatialisation du pouvoir de l’institution commanditaire55. Cette spatialisation participe par ailleurs d’une évolution plus générale de l’Occident à partir du Xe siècle.

  • 56 Das Register Gregors VII, Erich Caspar éd., MGH Ep, Berlin, 1920-1923 [réé (...)

18Les deux éléments qui se situent, quoique de manière différente, à la jonction des mécanismes de représentation et des pratiques de gouvernement, rencontrent la question plus globale de la réforme et de la transformation des structures ecclésiologiques, qu’il s’agisse d’initiatives aristocratiques dans le cadre des structures locales de l’Église post-carolingienne ou du mouvement plus global initié par les phases successives de la réforme grégorienne à partir du XIe siècle. Bien entendu, il convient de diversifier les niveaux de lecture, et d’envisager la manière dont le processus de réforme, en affirmant le pouvoir du pape, en construisant les outils d’un gouvernement de l’Église et en redéfinissant les rapports entre monde laïque et Ecclesia, s’adapte à une infinité de situations locales, tant du point de vue des équilibres sociaux que des ressources et des pratiques de l’écrit. De ce fait s’il n’existe pas de modèle de cartulaires grégoriens, il me semble que l’on peut parler d’une phase grégorienne de la cartularisation qui n’a qu’un temps et qui répond au mot d’ordre de Grégoire VII : res ecclesiarum augmentare et defendere56.

19De là se posent toute une série de problèmes qu’il convient au cas par cas d’articuler entre eux :

  1. Dans ce contexte, il apparaît de plus en plus nécessaire aux contemporains de gérer l’écrit comme une ressource ; il va de soi que l’augmentation du nombre d’actes, le recours grandissant à l’écrit nécessitent la mise au point d’outils spécifiques dont les cartulaires font partie. Cependant, les traditions des scriptoria varient selon les institutions et les régions.
  2. Mais au-delà des formes que prend la nécessité pratique et utilitariste de gérer les archives, le cartulaire est aussi une construction idéelle, dans laquelle l’institution puise des formes de légitimation et par laquelle elle contribue à produire du lien communautaire à destination des membres comme des bienfaiteurs. La transcription d’actes anciens, conservés au chartrier, s’accompagne d’un retour sur le passé qui contribue à fixer la memoria de l’institution, à relire un passé plus ou moins ancien à l’aune des nouveaux équilibres présents. Dans un contexte grégorien où s’affirme la nécessaire compétence administrative des clercs, appelés à faire fructifier les res ecclesiae, et dont on trouve d’éclatantes expressions chez Suger, saint Bernard et Pierre Damien57, les actes des temps anciens, que le cartulaire compile, tracent une geste administrative inscrite dans l’histoire, pourvoyeuse de modèles comme de contre-modèles. La ratio temporis peut être en même temps principe d’organisation archivistique, remplir un rôle pratique fondamental – celui de retrouver facilement un acte – et, en situant les hommes et les res ecclesiae dans une perspective temporelle, fournir les jalons d’une histoire de l’institution. Patrick Henriet a ainsi récemment dévoilé, par une lecture minutieuse du cartulaire de la collégiale Saint-Seurin de Bordeaux et de ses liens avec la production hagiographique contemporaine, les enjeux institutionnels et ecclésiologiques de l’histoire de cette communauté canoniale au XIIe siècle, confrontée à l’expansion clunisienne58. Mais en collationnant des chartes qui attestent de res localisées, les cartulaires constituent également un outil pour comprendre, à l’échelle locale, la portée du processus de fixation des cadres spatiaux de l’Ecclesia entre le Xe et le XIIIe siècle, que Michel Lauwers qualifie de « lent et progressif inecclesiamento »59. Florian Mazel a montré, dans un article récent, le rôle que jouent les cartulaires de chapitres cathédraux dans la construction territoriale du diocèse médiéval60. La question de représentation du temporel et du pouvoir de la communauté est directement liée à celle du gouvernement des hommes et des biens possédés par l’institution. Gouvernement au sens le plus concret puisqu’il s’agit de défendre ses droits face aux empiétements divers ; mais le cartulaire est aussi de ce point de vue un « arsenal » (Laurent Morelle) qui sert à faciliter la mise à disposition des pièces pouvant être produites dans les litiges et qui possède une simple vertu dissuasive, comme le souligne à juste titre le juriste responsable de la préface du cartulaire des Guilhem de Montpellier61. Mais, en produisant une mise en ordre interne du patrimoine, en hiérarchisant la valeur des pièces conservées, en situant l’institution dans des réseaux de pouvoir à diverses échelles, le cartulaire contribue, par ces processus de nomination et de taxinomie, à produire une perception légitime de l’institution et de sa fonction sociale, renforçant, par ce mécanisme, le pouvoir symbolique du commanditaire. De ce point de vue, dans la civilisation du Moyen Âge, l’efficience du livre demeure supérieure à celle des archives fussent-elles rigoureusement classées62.
  • 63 Voir par ex. l’entreprise de publication des cartulaires urbains génois : I (...)
  • 64 Voir sur cette question les remarques de Claude Gauvard, dans « Théorie, rédaction et (...)

20Si les cartulaires seigneuriaux ont été l’objet de quelques publications fondamentales ces dernières années, portant la réflexion sur les processus de constitution du lignage, des formes d’administration de la seigneurie et de territorialisation de l’exercice du pouvoir, les codices des villes demeurent, en France, jusqu’alors moins étudiés que dans d’autres pays, au premier rang desquels figure l’Italie qui a bénéficié ces dernières décennies d’un effort de publication sans précédent63. Je ne m’appesantirai pas sur ce chantier immense que représente l’étude des cartulaires des villes64, et que notre colloque n’abordera que de manière indirecte. Il ouvre la voie à une réflexion sur la diplomatique urbaine, comme sur les liens complexes qui lient l’écriture notariale aux écritures administratives. Des dossiers particulièrement prometteurs existent pourtant, dans le Midi comme dans le Nord. Leur mise en chantier permettrait d’en savoir davantage au sujet du transfert des outils du gouvernement par l’écrit des milieux ecclésiastiques vers le monde laïque à partir du XIIIe siècle, ainsi que des redéploiements typologiques et des formes d’hybridation qui l’accompagnent.

Recenser et éditer

  • 65 On dispose en France d’un outil inestimable avec la base Cartul’R de l’IRHT con (...)

21J’ai commencé mon introduction par les études portant sur les cartulaires, mais se pose également la question du recensement et de l’édition des manuscrits65. Le problème de l’édition semble d’autant plus important que des initiatives dans ce domaine se sont multipliées depuis une dizaine d’années. Les formes d’appropriation documentaire à l’œuvre dans le travail de l’éditeur méritent que l’on s’y arrête et que certaines exigences découlant du questionnement des historiens et des diplomatistes soient clairement formulées et si possible mises en pratique.

Recenser

22Je passe rapidement sur le travail de recensement des cartulaires qui ouvre vers une réflexion typologique. La mise en place du site en ligne Cartul’R, dont la responsabilité incombe à Paul Bertrand de l’IRHT, offre aux chercheurs un outil de très grande qualité pour repérer les manuscrits comme les éditions. Sa structure de base de données ne permet cependant pas de modifications des notices et le domaine des cartulaires pourrait être l’objet d’une réflexion de notre part sur les avantages de sites plus ouverts qui permettent d’insérer des modifications et dont le contrôle s’exercerait par une communauté d’utilisateurs.

Matérialité et textualité

23Je vais m’attarder plus longuement sur le second point consacré à l’édition. On constate en Normandie comme ailleurs, le développement des éditions comme des publications de manuscrits sous forme de fac-similés. Au-delà de l’existence d’un marché pour ces reproductions, sans doute acquises pour des raisons esthétiques par un public non-professionnel amateur de beaux livres, ils offrent aux médiévistes un accès pratique au manuscrit, sous forme d’images photographiques. Ils constituent de ce point de vue un salutaire contrepoint à l’édition traditionnelle qui, recourant à l’imprimé, produit une dématérialisation du texte et interdit l’étude de l’espace du codex, sa mise en page, et d’une manière plus générale l’organisation matérielle du manuscrit. Elle ne donne pas non plus accès à l’apparence graphique et visuelle de l’objet et complique singulièrement la prise en compte des éléments paratextuels dans la réflexion des Historiens.

  • 66 Ouvrage cité supra.
  • 67 Voir Kuchenbuch, Ludolf, « Sources ou documents ? Contribution à l’histoire d’une évide (...)

24Dans son livre l’Éloge de la variante66, Bernard Cerquiglini qualifie le fac-similé de « fourniture probe et maximale de données intactes dont le lecteur fera son bien ». Puis il ajoute : « N’ayant d’autres options que la générosité loyale, elles oublient que toute édition est une théorie ». Pensons à la belle démonstration de Ludolf Kuchenbuch au sujet du polyptique de Prüm67.

  • 68 Voir par ex. le Cartoral, dit de Carlemany, del bispe de Girona (s. IX-XIV), Josep Mari (...)

25Il paraît important d’essayer d’intégrer dans le travail d’édition les éléments du questionnement historique récent. Si les éditeurs du XIXe siècle reclassaient bien souvent chronologiquement les chartes copiées, le respect de la structure du manuscrit apparaît le plus souvent aujourd’hui comme une évidence. Mais on rencontre parfois encore des éditions qui entremêlent actes issus d’un cartulaire et fonds originaux, sans qu’il soit très facile pour le lecteur d’identifier la forme sous laquelle le texte est parvenu jusqu’à nous68.

26On peut identifier trois exigences principales grâce auxquelles les historiens ont quelque chance de se défaire de l’idée d’un texte clos et immatériel :

  1. donner accès au chercheur, à défaut du manuscrit, à des éléments substantiels de sa matérialité par la reproduction du manuscrit ;
  2. considérer chaque charte copiée dans le cartulaire comme le moment d’une tradition qui débute le plus souvent avant la mise en codex et qui ne s’arrête pas après elle ; cela suppose concrètement de mentionner non seulement les formes antérieures de l’acte mais d’en donner les variantes ;
  3. reconstituer les relations intertextuelles qui unissent le codex à d’autres manuscrits contemporains, contenant des textes non-diplomatiques – hagiographie, historiographie… –, ou contribuant à la production de la mémoire archivistique de l’institution – listes, inventaires…

27Là encore, il paraît légitime de se demander si le modèle ancien de l’édition papier est le plus pertinent ; sans doute la mise en ligne qui permet le passage du texte à l’image et de procéder le cas échéant à des modifications et addenda offre-t-elle des solutions très pertinentes et nouvelles, tant du point de vue de l’organisation collective du travail que des résultats que nous sommes enclins d’en attendre.

28Il faut espérer que les communications de cette table ronde permettront de faire avancer la réflexion sur ce point.

Haut de page

Notes

1 Les cartulaires, actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS, Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse (éd.), Paris, École nationale des chartes (Mémoires et documents de l’École nationale des chartes), 1993, 516 p.

2 Voir par ex. le volume Pratiques de l’écrit dans les sociétés médiévales (IXe-XVe siècle), Médiévales, 56, 2009.

3 Morsel, Joseph, « Les sources sont-elles le “pain de l’historien” ? », Hypothèses 2003. Travaux de l’École doctorale de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 273-286.

4 Pour une ouverture de la réflexion vers le domaine de l’anthropologie, voir le recueil d’articles d’Alban Bensa, La fin de l'exotisme. Essais d'anthropologie critique, Toulouse, Anacharsis (Coll. Essais), 2006, 354 p.

5 Voir, pour le versant francophone de la bibliographie, Noiriel, Gérard, Sur la crise de l'histoire, Paris, Belin (Socio-histoire), 1996, 343 p. ; Chartier, Roger, Au bord de la falaise ? L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel (Bibliothèque Histoire), 1998, 292 p. En ce qui concerne le développement du champ de la culture de l’écrit en Occident, à partir des derniers siècles du Moyen Âge, voir en dernier lieu Chartier, Roger, Écouter les morts avec les yeux, Paris, Collège de France/Fayard (Leçons inaugurales du Collège de France, 195), 2008, 70 p.

6 Sur ces questions je me permets de renvoyer à Chastang, Pierre, « L’archéologie du texte médiéval : autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales HSS, 63, 2, 2008, p. 245-270.

7 Voir par exemple le travail exemplaire de Didier Lett à propos du procès de canonisation de Nicolas de Tolentino, Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale, Paris, PUF (Le nœud gordien), 2008, 473 p.

8 Guyotjeannin, Olivier et Morelle, Laurent, « Tradition et réception de l’acte médiéval : jalons pour un bilan des recherches », Archiv für Diplomatik, 53, 2007, p. 367-403.

9 Sur ces questions, voir en particulier le court texte de Jean Mabillon intitulé Brèves réflexions sur quelques règles de l'histoire, Blandine Barret-Kriegel (éd., introd. et notes), Paris, POL, 1990, 164 p. et les analyses suggestives de Brigitte Bedos-Rezak dans « Towards an archeology of the medieval charter : textual production and reproduction », in Charters, Cartularies and archives : the preservation and transmission of documents in the medieval west, Adam J. Kosto et Anders Winroth (éd.), Toronto, Pontifical institute of mediaeval studies (Papers in mediaeval studies / Pontifical institute of medieval studies, 17), 2002, p. 41-60.

10 Sur la question des faux, voir les volumes du congrès des MGH : Fälschungen im Mittelalter, Hanovre, Hahn (Schriften der MGH, 33), 1988-1990, 6 vol, en particulier les volumes 3 et 4 consacrés aux Diplomatische Fälschungen.

11 Voir Chastang, Pierre, Lire, écrire, transcrire. Le travail de rédaction des cartulaires en Bas-Languedoc, Paris, CTHS (CTHS-Histoire, 2), 2002, 459 p.

12 Voir Petrucci, Armando, « L’illusione della storia autentica : le testimonianze documentarie », L’insegnamento della storia e i materiali lavoro storiografico, Messine, La Grafica (Atti della Societa degli storici italiani), 1984, p. 73-88 et dans une perspective plus vaste Bartoli Langeli, Attilio, « Strategie documentarie. La documentazione in registro come strumento di governo », Il governo della città. Modelli et pratiche (secoli XIII-XVIII) / Le gouvernement de la cité. Modèles et pratiques (XIIIe-XVIIIe siècle), Attilio Bartoli Langeli, Vittor Ivo Comparato, Robert Sauzet (éd.), Pérouse-Naples, Ed. scientifiche italiane-Università degli studi du Perugia, 2004, p. 93-102.

13 Les termes « bédiérisme et lachmanisme » renvoient à deux traditions et méthodes philologiques différentes. La première représentée par Karl Lachmann († 1851) fut introduite en France par Gaston Paris († 1903). Karl Lachmann proposait, dans le travail d'édition du philologue, de reconstruire un archétype "fait de pièces et de morceaux" (B. Cerquiglini), en retenant pour chaque passage les leçons convergentes issues de différents manuscrits. La seconde tradition, issue de Joseph Bédier († 1938), privilégie l'édition d'un manuscrit de référence, réservant aux variantes des autres témoins une place en note de bas de page. Sur cette double tradition, voir Cerquiglini, Bernard, L'éloge de la variante : histoire critique de la philologie, Paris, Seuil (Des travaux, 8), p. 74-94.

14 La notion est empruntée à Cerquiglini, Bernard, Éloge de la variante : histoire critique de la philologie, Paris, Seuil (Des travaux, 8), 1989.

15 Voir Nichols, Stephen G., « Introduction : Philology in a Manuscript Culture », Speculum, 65, 1990, p. 1-10. Le volume spécial est intitulé The New Philology.

16 Voir McKenzie, Donald F., La bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Éd. du Cercle de la Librairie, 1991, 119 p., avec une introduction de Roger Chartier pour la traduction française, qui a été reprise sous le titre « Bibliographie et histoire culturelle » in Au bord de la falaise ?…, op. cit., p. 255-268.

17 Goetz, Hans Werner, « Hilfswissenschaft und Quellenkunde », Moderne Mediävistik : Stand und Perspectiven der Mittelalterforschung, Darmstadt, Primus Verlag, 1999, p. 153-173 ; voir également Guyotjeannin, Olivier, « L’érudition transfigurée », in Passés recomposés : champs et chantiers de l’histoire, Jean Boutier et de Dominique Julia (dir.), Paris, Autrement, 1995, p. 152-162.

18 C’est le titre porté par les mélanges offerts à Michel Parisse : Retour aux sources : textes, études et documents d'histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Monique Goullet et alii (éd.), Paris, Picard, 2004, 1024 p.

19 Morsel, Joseph, « Du texte aux archives : le problème de la source », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, hors série nº 2, 2008 (version téléchargeable en ligne : http://cem.revues.org/index4132.html).

20 Clanchy, Michael T., From memory to written record : England 1066-1307, Oxford, Blackwell, 1993, XVIII-407 p.

21 Voir les deux anthologies des articles de Petrucci, Armando, Writers and readers in medieval Italy : studies in the history of written culture, New Haven, Yale university press, 1995, XIII-257 p. et Alfabetismo, escritura, sociedad, Barcelone, Gedisa, 1999, 319 p.

22 Il s’agit en particulier des travaux de Jack Goody sur la literacy ; voir La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Éd. de Minuit (Le sens commun), 1978, 274 p. On peut ajouter deux ouvrages de Jack Goody parus après celui de Michael Clanchy : Entre l’oralité et l’écriture, Paris, PUF (Ethnologies), 1994, 323 p. et Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La Dispute, 2007, 269 p.

23 La bibliographie complète des travaux réalisés dans ce cadre est disponible en ligne : http://www.uni-muenster.de/Geschichte/MittelalterSchriftlichkeit/Welcome.html.

24 Voir Assman, Jan, Das kulturelle Gedächtnis : Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulturen, Munich, Beck (Beck Kulturwissenschaft), 1992, 344 p.

25 Voir les publications du Seminari internacional d'estudis sobre la cultura escrita de l’Université de Valence.

26 Voir les remarques liminaires d’Olivier Guyotjeannin dans « La part de l’ombre : les actes sous le regard des archivistes médiévaux (Saint-Denis, XIIe-XVe siècle) », in Charters, Cartularies…, op. cit., p. 81-112.

27 L’expression est d’Étienne Anheim.

28 Voir Henriet, Patrick, « Texte et contexte. Tendances récentes de la recherche en hagiologie », in Religion et mentalités au Moyen Âge : mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, Sophie Cassagnes-Brouquet et alii (éd.), Rennes, PUR (Histoire) 2003, p. 75-86 et Goullet, Monique, « Vers une typologie des réécritures hagiographiques à partir de quelques exemples du Nord-Est de la France », in La réécriture hagiographique dans l’Occident médiéval : transformations formelles et idéologiques, Monique Goullet et Martin Heinzelmann (dir.), Ostfildern, J. Thorbecke (Beihefte der Francia, 58), 2003, p. 109-144 et Goullet, Monique, Écriture et réécriture hagiographiques : essai sur les réécritures de Vies de saints dans l’Occident latin médiéval (VIIIe-XIIIe siècle), Tournai, Brepols (Hagiologia, 4), 2005, 315 p.

29 Voir par ex. la série d’articles consacrés aux comptabilités pontificales dans les Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 118-2, 2006, p. 165-268.

30 Il Caleffo vecchio del Comune di Siena, vol. 5 : Introduzione su tradizione documentaria e storia cittadina, Sienne, Accademia senese degli intronati, 1991.

31 Voir Morsel, Joseph, « Le médiéviste, le lignage et l’effet de réel. La construction du Geschlecht par l’archive en Haute-Allemagne à partir de la fin du Moyen Âge », in Fabrique des archives, fabrique de l’Histoire, Revue de synthèse, 125, 2005, p. 83-110 et id., « Du texte aux archives… », art. cité supra.

32 Voir Esch, Arnold, « Überlieferungs-Chance und Überlieferungs-Zufall als methodisches Problem des Historicker », Historische Zeitschrift, 240, 1985, p. 529-570, les pistes suggestives proposées par Geary, Patrick J., La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, Aubier (Histoires Aubier), 1996, 338 p. et le compte rendu critique de cet ouvrage par Laurent Morelle intitulé « Histoire et archives vers l’an mil : une nouvelle “mutation” ? », Histoire et archives, 3, 1998, p. 119-141.

33 Voir le numéro de la Revue de synthèse cité supra.

34 Petrucci, Armando, « Dal libro unitario al libro miscellaneo », in Società romana e impero tardoantico, vol. 4. : Tradizioni dei classici trasformazioni della cultura, A. Giardina (éd.), Bari, Laterza, 1986, p. 173-187 et 271-274.

35 Sur cette expression, voir Chastang, Pierre, « Des archives au codex : les enjeux de la rédaction des cartulaires (XIe-XIVe siècle), communication à la journée de Lamop de 2008, organisée par Benoît Grévin et intitulée : « Regroupements textuels » ; texte à paraître en ligne sur le site du Lamop.

36 Voir l’analyse que Laurent Morelle fait de ce texte dans Autour de Folcuin de Saint-Bertin, 2 vol., Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Université de Paris I, 2003, XXXI-395 p.

37 Bien entendu, de nombreux cartulaires résultent de phases de compilation successives qui sont autant de moments particuliers de la mémoire archivistique de l’institution et qu’il convient par conséquent de traiter comme tels.

38 Voir par ex. Declercq, Georges, « Originals and Cartularies : The Organization of Archival Memory (ninth-eleventh centuries), Charters and the use of the written word in medieval society, Karl Heidecker (éd.), Turnhout, Brepols (Utrecht studies in medieval literacy, 5), 2000, p. 147-170.

39 Sur les pancartes, voir Parisse, Michel, « Écriture et réécriture des chartes : les pancartes aux XIe-XIIe siècles », in Pratiques de l’écrit documentaire au XIe siècle, Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse (éd.), Bibliothèque de l’École des chartes, 155, 1997, p. 247-265 et Bates, David, « Les chartes de confirmation et les pancartes normandes du règne de Guillaume le Conquérant », in Pancartes monastiques des XIe et XIIe siècles, Michel Parisse et alii (éd.), Tournai, Brepols, 1998, p. 95-109.

40 Lohrmann, Dietrich, « Formen der Enumeratio bonorum in Bischofs-, Papst- und Herrscherurkunden (9.-12. Jahrhundert) », Archiv für Diplomatik, 26, 1980, p. 281-311 et id., Kirchengut im nördlichen Frankreich. Besitz, Verfassung und Wirtschaft im Spiegel der Papsturkunden des 11.-12. Jahrhunderts, Bonn, L. Röhrscheid, 1983, 375 p. Voir également Constable, Giles, « Les listes de propriétés dans les privilèges pour Baume-les-Messieurs aux XIe et XIIe siècles », Journal des savants, 1986, janvier-septembre, p. 97-131.

41 Bertrand, Paul et Hélary, Xavier, « Constructions de l’espace dans les cartulaires », Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentation, XXVIIe congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 193-207.

42 Voir par ex. Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, Henri-Jean Martin et Jean Vezin (dir.), Paris, Éd. du Cercle de la librairie-Promodis, 1990, 471 p. et Album de manuscrits français du XIIIe siècle : mise en page et mise en texte, Maria Careri, Françoise Fery-Hue, Françoise Gasparri et alii, Rome, Viella, 2001, 238 p.

43 Voir sur cette notion, voir Pratiques de la lecture, Roger Chartier (dir.), Paris, Payot, 1985.

44 Je n’ai rencontré que deux mentions dans la documentation du Bas-Languedoc entre 1080 et 1240.

45 Morelle, Laurent, « La mise en “œuvre” des actes diplomatiques. L’auctoritas des chartes chez quelques historiographes monastiques (IXe-XIe siècles) », Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, Michel Zimmermann (éd.), Paris, École nationale des chartes (Mémoires et documents de l’École des chartes, 59), 2001, p. 73-96.

46 Voir par exemple pour le registre de Pierre Diacre rédigé au Mont-Cassin en 1133, Chastang, Pierre, Feller, Laurent et Martin, Jean-Marie, « Autour de l’édition du Registrum Petri Diaconi. Problèmes de documentation cassinésienne : chartes, rouleaux, registre », à paraître à l’automne 2009 dans les Mélanges de l’École française de Rome Moyen Âge.

47 Extrait de Morsel, Joseph, « Du texte aux archives… », art. cité supra.

48 Voir par ex. Tock, Benoît-Michel, « Les textes non diplomatiques dans les cartulaires de la province de Reims », Les cartulaires…, op. cit., p. 45-58.

49 Voir Rigaudière, Albert, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos (Historiques), 1993, 536 p., en particulier le premier article intitulé « Universitas, corpus, communitas et consulatus dans les chartes des villes et bourgs d’Auvergne du XIIe au XVe siècle », p. 21-51.

50 On peut renvoyer ici aux travaux des médiévistes italiens sur les libri iurium ; voir en premier lieu Rovere, Antonella, « I libri iurium dell'Italia comunale », in Civiltà comunale : libro, scrittura, documento, Gênes, Società ligure di storia patria (Atti della Società ligure di storia patria), 1989, p. 157-199 et Cammarosano, Paolo, « I libri iurium e la memoria storica delle città comunali », in Il senso della storia nella cultura medievale italiana (1100-1350), Pistoia, Centro italiano di studi di storia e d’arte, 1995, p. 309-325. (version téléchargeable en ligne sur Reti medievali : http://fermi.univr.it/RM/biblioteca/scaffale/volumi.htm#Giuliana%20Albini)

51 Si les cartulaires de la péninsule ibérique constituent de ce point de vue un corpus remarquable, comment ne pas citer ici le cartulaire du Mont-Saint-Michel (Cartulaire du Mont-Saint-Michel : fac-similé du manuscrit 210 de la Bibliothèque municipale d'Avranches, introd. Emmanuel Poulle, Le Mont-Saint-Michel, Les amis du Mont-Saint-Michel, 2005).

52 Voir sur ce thème, Rück, Peter, « Die Urkunde als Kunstwerk », Kaiserin Theophanu. Begegnung des Ostens und Westens um die Wende des ersten Jahrtausends. Gedenkschrift des Kölner Schnütgen-Museums zum 1000. Todesjahr der Kaiserin, Anton von Euw et Peter Schreiner (éd.), Cologne, Schnütgen-Museum, 1991, vol. 2, p. 311-333 (version téléchargeable en ligne : http://www.peterrueck.ch/pdf/urkunde%20als%20kunstwerk.pdf) ; voir également pour les chartes royales françaises, Brunel, Ghislain, Images du pouvoir royal : les chartes décorées des Archives nationales (XIIIe-XVe siècle), Paris, Centre historique des Archives nationales, 2005.

53 Voir Tock, Benoît-Michel, Scribes, souscripteurs et témoins dans les actes privés en France (VIIe-début du XIIe siècle), Turnhout, Brepols (ARTEM, 9), 2005, 490 p.

54 Voir, à titre de comparaison, dans un contexte différent de celui de l’écriture documentaire, la belle étude d’Emmanuèle Baumgartner intitulée « Espace du texte, espace du manuscrit : les manuscrits du Lancelot-Graal », in Écritures II, Anne-Marie Christin (éd.), Paris, Le Sycomore, 1985, p. 95-116.

55 Sur cette question précise, voir Chastang, Pierre, « Du locus au territorium. Quelques remarques sur l’évolution des catégories en usage dans le classement des cartulaires méridionaux au XIIe siècle », in Maîtrise et perception de l’espace dans le Languedoc médiéval, études offertes à Monique Bourin, Annales du Midi, 119, 2008, p. 457-474 et Mazel, Florian, « L’espace du diocèse dans les cartulaires cathédraux (XIe-XIVe siècle », in L’espace du diocèse : genèse d'un territoire dans l'Occident médiéval (Ve-XVIIIe siècle), Florian Mazel (dir.), Rennes, PUR (Histoire), 2008, p. 367-400.

56 Das Register Gregors VII, Erich Caspar éd., MGH Ep, Berlin, 1920-1923 [rééd. Munich, 1990], p. 33-36) ; sur cette question, voir John Gilchrist, « Eleventh and early twelfth century canonical collections and the Economic Policy of Gregory VII », Studi Gregoriani per la Storia de la « Libertas ecclesiae », 9, 1972, p. 378-417.

57 Sur cette question, voir Todeschini, Giacomo, Richesse franciscaine : de la pauvreté volontaire à la société de marché, Lagrasse, Verdier (Poche Histoire), 2008, en particulier p. 10-71.

58 Henriet, Patrick, « Res gestas scripti memorie comendare. Rufat et le premier cartulaire de Saint-Seurin (années 1160-1190) », à paraître dans Autour de Saint-Seurin de Bordeaux : lieu, mémoire et pouvoir (IVe-XVe siècle).

59 Voir Lauwers, Michel, Naissance du cimetière : lieux sacrés et terre des morts dans l'Occident médiéval, Paris, Aubier (Coll. historique), 2005, p. 269-276.

60 Mazel, Florian, « L’espace du diocèse dans les cartulaires… », art. cité supra.

61 Le cartulaire des Guilhem de Montpellier, Liber instrumentorum memorialium, Alexandre-Charles Germain et Camille Chabaneau (éd.), Montpellier, 1884-86, p. 1-4.

62 Sur le statut du livre au Moyen Âge et sa valeur symbolique, voir Petrucci, Armando, « La concezione cristina del libro », Studi medievali, 14, 2, 1973, p. 961-984 et Keller, Hagen, « Von heiligen Buch zur Buchführung. Lebensfunktionen der Schrift im Mittelalter », Frühmittelalterliche Studien, 26, 1992, p. 1-31.

63 Voir par ex. l’entreprise de publication des cartulaires urbains génois : I libri iurium della Repubblica di Genova, 9 vol., Gênes, 1992-2007.

64 Voir sur cette question les remarques de Claude Gauvard, dans « Théorie, rédaction et usage du droit dans les villes du royaume de France du XIIe au XVe siècle : esquisse d’un bilan », Stadt und Recht im Mittelalter / La ville et le droit au Moyen Âge, Pierre Monnet et Otto Gerhard Oexle (dir.), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 174), 2003, p. 25-71.

65 On dispose en France d’un outil inestimable avec la base Cartul’R de l’IRHT consultable en ligne : http://www.cn-telma.fr/cartulR/.

66 Ouvrage cité supra.

67 Voir Kuchenbuch, Ludolf, « Sources ou documents ? Contribution à l’histoire d’une évidence méthodologique », Hypothèses 2003…, op. cit., p. 287-315.

68 Voir par ex. le Cartoral, dit de Carlemany, del bispe de Girona (s. IX-XIV), Josep Maria Marquès (éd.), 2 vol., Barcelone, Fundació Noguera (Col·lecció diplomataris, 1-2), 1993, 865 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Chastang, « Introduction », Tabularia [En ligne], Les cartulaires normands. Bilan et perspectives de recherche, mis en ligne le 18 novembre 2009, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tabularia/464 ; DOI : 10.4000/tabularia.464

Haut de page

Auteur

Pierre Chastang

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines
Laboratoire ESR Moyen Âge – Temps modernes (EA 2449)

Haut de page

Droits d’auteur

CRAHAM - Centre Michel de Boüard

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Université Caen Normandie
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals