Navigation – Plan du site

Le masque de Judas. Généalogie d’un personnage selon l’historien médiéviste Giacomo Todeschini

The mask of Judas: Genealogy of a character according to the medieval historian Giacomo Todeschini
Anna Mirabella
p. 39-56

Résumés

Judas est le traître par excellence. Protagoniste de nombreuses créations littéraires du xxe siècle, ce personnage est utilisé le plus souvent pour explorer les enjeux de la trahison, comme le montre même le dernier roman d’Amos Oz, Judas, où paradoxalement l’apôtre est innocenté. L’historien qui s’attache à l’étude d’un personnage de la mythologie chrétienne doit prendre un tout autre chemin, comme le fait Giacomo Todeschini dans Come Giuda. Ce travail explore la genèse du personnage depuis les premières exégèses patristiques jusqu’au xve siècle, où il devient le miroir identificatoire du menu peuple, catégorie à marginaliser car considérée comme dangereusement incapable de comprendre les règles des échanges matériels. Dans la culture chrétienne, Judas apparaît en effet d’abord comme l’homme qui, incapable de reconnaître la valeur infinie de Jésus, le vend pour une somme dérisoire. Cette interprétation du personnage nous est devenue étrangère, de même que la logique de l’économie charismatique qui l’a produite et représente le référent « réel » des constructions fictives successives du Judas médiéval. Si le théologien et l’artiste cherchent à imaginer « qui était Judas », nous montrons que l’historien s’interroge plutôt sur ce que, à une certaine époque, l’on a pu nommer à travers l’invention de Judas.

Haut de page

Notes de la rédaction

DOI de cet article sur Erudit : http://dx.doi.org/10.7202/1051078ar

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2019.

Plan

Judas, entre histoire et fictions
Traître pour trente deniers
Le regard de Judas

Aperçu du texte

Judas, entre histoire et fictions

Évoquer Judas dans une conversation suscite aujourd’hui une curiosité étrange mêlée d’un certain intérêt pour cette figure qui demeure, au fond, énigmatique. Notre connaissance lacunaire des récits de l’Évangile ne nous empêche pas d’avoir une image très précise de celui qui incarne la figure du traître par excellence. Symbole antisémite des « Juifs », Judas maintient une présence forte dans notre imaginaire, ravivée par les nombreuses expressions qui, dans les langues des cultures chrétiennes, évoquent son nom. En français, un « judas » c’est un traître ou le nom d’une petite ouverture pratiquée dans une porte pour voir sans être vu. L’on pourrait multiplier les exemples de cette transformation en nom commun de ce prénom, que personne n’utiliserait pour désigner par exemple un enfant.

Ce personnage, dont il ne subsiste aucune trace de l’existence réelle, est le produit d’une construction textuelle complexe, élaborée par les théologiens, canonistes, j...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Mirabella, « Le masque de Judas. Généalogie d’un personnage selon l’historien médiéviste Giacomo Todeschini », Tangence, 116 | 2018, 39-56.

Référence électronique

Anna Mirabella, « Le masque de Judas. Généalogie d’un personnage selon l’historien médiéviste Giacomo Todeschini », Tangence [En ligne], 116 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/tangence/394

Haut de page

Auteur

Anna Mirabella

Université de Nantes
Docteure en histoire et depuis 2004 enseignante-chercheuse au département d’études italiennes de l’Université de Nantes, Anna Mirabella est membre du laboratoire de recherche l’Amo de l’Université de Nantes (lamo.univ-nantes. fr/_Anna Mirabella). Ses recherches portent sur l’usage et la réinvention de l’histoire des fictions théâtrales et romanesques contemporaines (« La religion populaire médiévale comme fiction historique dans le Mistero Buffo (1969) de Dario Fo » (Studi culturali, à paraître), ainsi que sur les nouveaux enjeux de la transmission du savoir historique à travers le roman. Un premier travail sur les polars italiens et américains ayant comme protagoniste Dante Alighieri a été présenté à l’Université de Grenoble en janvier 2016 et un article sur les fictions de la résistance italienne depuis Italo Calvino et Beppe Fenoglio jusqu’aux derniers romans du collectif italien Wu Ming sera publié en 2017 dans la revue en ligne Atlantide (atlantide.univ-nantes.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Tangence est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Rimouski
  • Logo Université du Québec à Trois-Rivières
  • OpenEdition Journals