Navigation – Plan du site

Souvenirs de lecture et souvenirs de soi : autobiographie et roman en face‑à‑face dans Le jardin des Plantes (1997) et Le tramway (2001) de Claude Simon

Memories of reading and memories of self: autobiography meets fiction in Claude Simon’s Le jardin des plantes (1997) and Le tramway (2001)
Katerine Gosselin
p. 37-64

Résumés

Cet article étudie comme un diptyque les deux derniers romans de Claude Simon, Le jardin des Plantes (1997) et Le tramway (2001). Il y est montré comment le souvenir de roman et le souvenir personnel sont liés par une même dimension iconique ou un même devenir-image, en vertu duquel ils peuvent se substituer l’un à l’autre dans la mémoire ou se contaminer réciproquement. Cette contamination est appréhendée comme une perte ou une menace pour l’intégrité des souvenirs et de l’individu aussi bien que du texte romanesque : si un souvenir de roman peut tenir lieu et place du vécu dans la mémoire et déposséder en quelque sorte un individu de son passé propre, un souvenir personnel peut tout aussi bien prendre la place du roman dans la conscience et empêcher sa lecture. L’article veut montrer comment la confusion entre souvenirs de romans et souvenirs de soi est saisie dans Le jardin des Plantes comme une chance, le texte romanesque pouvant dès lors servir de copie de secours à la mémoire autobiographique, qu’il a d’ores et déjà infiltrée. Ainsi sont interprétées les longues citations de Sodome et Gomorrhe de Proust insérées dans Le jardin des Plantes, mais aussi l’abandon de la citation proustienne dans Le tramway au profit de l’image, marquant les limites ou une forme de deuil du roman.

Haut de page

Notes de la rédaction

DOI de cet article sur Erudit : https://doi.org/10.7202/1069141ar

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Quand le souvenir de roman se substitue au vécu
Quand le souvenir de soi se substitue au roman
Le texte romanesque au secours de la mémoire

Aperçu du texte

Si l’on présente communément Claude Simon comme un écrivain de la mémoire, il faut rappeler le travail de la critique qui, depuis les années 1990, s’est efforcée de montrer combien la mémoire est chez lui problématique, en crise ; mémoire inquiète, comme l’affirmait Dominique Viart en 1997 dans un essai inaugural, mais plus encore mémoire en défaut ou mémoire perdue, comme le concluait Isabelle Daunais en 2004 :

À première vue, l’œuvre de Claude Simon a tout pour s’inscrire dans l’espace des voix mémorielles fortes, avec ses personnages obsédés de souvenirs, cherchant à rescaper de l’oubli et du néant des détails toujours plus fins et plus ténus. Mais cette mémoire est bien chez Simon […] un processus ou une activité mentale plutôt qu’un espace où se seraient déposées les couches du monde, un savoir accumulé. La mémoire des personnages de Simon, ne se distingue pas d’une perception au présent et ne permet donc pas d’opérer la distance entre la réalité telle qu’elle est et une cohéren...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katerine Gosselin, « Souvenirs de lecture et souvenirs de soi : autobiographie et roman en face‑à‑face dans Le jardin des Plantes (1997) et Le tramway (2001) de Claude Simon »Tangence, 120 | 2019, 37-64.

Référence électronique

Katerine Gosselin, « Souvenirs de lecture et souvenirs de soi : autobiographie et roman en face‑à‑face dans Le jardin des Plantes (1997) et Le tramway (2001) de Claude Simon »Tangence [En ligne], 120 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/tangence/747

Haut de page

Auteur

Katerine Gosselin

Université du Québec à Rimouski

Katerine Gosselin est professeure de littérature moderne et contemporaine à l’Université du Québec à Rimouski. Membre de l’équipe Travaux sur les arts du roman (TSAR, Université McGill et Université du Québec à Rimouski), elle est spécialiste de Marcel Proust et Claude Simon, du Nouveau roman et plus généralement des relations entre les textes et leurs reconfigurations à l’époque contemporaine. Elle a codirigé des dossiers thématiques dans les revues Littérature (Écrire en contrepoint, avec Martine Créac’h, 2015) et Études littéraires (Aragon théoricien/praticien du roman, avec Olivier Parenteau, 2014) et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs, dont La mémoire du roman (dir. Isabelle Daunais, Presses de l’Université de Montréal, 2013) et le Dictionnaire Claude Simon (dir. Michel Bertrand, Honoré Champion, 2013).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Tangence est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Rimouski
  • Logo Université du Québec à Trois-Rivières
  • OpenEdition Journals