Navigation – Plan du site

Le roman face à la crise de la mémoire

Fiction and the memory crisis
Isabelle Daunais
p. 141-153

Résumés

Jusqu’au début du xixe siècle, il n’était pas impossible pour un individu de tenir dans son seul esprit, et donc dans sa mémoire, l’ensemble raisonnable des connaissances nécessaires à la compréhension du monde où il vivait — possibilité dont Milan Kundera a fait de Goethe la figure emblématique. La multiplication des savoirs et des techniques, à partir du milieu xixe siècle, a mis fin à cette possibilité et donné naissance à ce que le critique Richard Terdiman a appelé la « crise de la mémoire », c’est-à-dire l’expérience déstabilisante d’une mémoire ressentie comme partielle et tronquée. Entre cette crise et le développement du roman au xixe siècle, il est possible d’établir un parallèle : le souvenir, par définition imparfait, que l’on a de la lecture d’un roman recoupe la mémoire également imparfaite que l’on commence alors à avoir du savoir humain. À partir de cette hypothèse, trois grands moments de cette convergence — le moment balzacien (moment de résistance à l’oubli), le tournant du xxe siècle (moment d’acceptation de l’oubli) et la période contemporaine (moment de mise à distance de la mémoire) — sont ici envisagés pour voir comment la lecture des romans accompagne notre rapport à la mémoire.

Haut de page

Notes de la rédaction

DOI de cet article sur Erudit : https://doi.org/10.7202/1069146ar

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Le roman comme forme d’entreposage
Le roman comme forme de délestage
La mémoire distante du roman contemporain

Aperçu du texte

Dans L’immortalité, Milan Kundera fait de Goethe la figure d’un point de bascule entre deux grandes époques de l’histoire : celle, qui a duré jusqu’au début du xixe siècle, où il était possible pour un individu cultivé de tout comprendre du monde matériel et technique où il vivait, et celle, qui se poursuit jusqu’à nous, où une telle compréhension a cessé d’être envisageable :

Goethe [...] a vécu ce moment de l’histoire, bref et unique, où le niveau technique permettait déjà un certain confort, mais où l’homme cultivé pouvait encore comprendre tous les outils qui l’entouraient. Goethe savait avec quoi et comment sa maison avait été bâtie, pourquoi une lampe à huile donnait de la lumière, il connaissait le mécanisme de son télescope ; sans doute n’osait-il pas effectuer des opérations chirurgicales, mais pour avoir assisté à quelques-unes il pouvait s’entendre en connaisseur avec le médecin qui le soignait. Le monde des objets techniques était pour lui intelligible et transparent. Tel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Daunais, « Le roman face à la crise de la mémoire »Tangence, 120 | 2019, 141-153.

Référence électronique

Isabelle Daunais, « Le roman face à la crise de la mémoire »Tangence [En ligne], 120 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/tangence/782

Haut de page

Auteur

Isabelle Daunais

Université McGill

Isabelle Daunais est professeure au Département des littératures de langue française, de traduction et de création de l’Université McGill où elle est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’esthétique et l’art du roman. Spécialiste de Flaubert, elle a publié plusieurs études sur le roman moderne, notamment Les Grandes Disparitions. Essai sur la mémoire du roman (Presses universitaires de Vincennes, 2008) et Frontière du roman. Le personnage réaliste et ses fictions (Presses de l’Université de Montréal et Presses universitaires de Vincennes, 2002), de même que des ouvrages collectifs sur la pensée des romanciers sur leur art (La pratique du roman, Boréal, 2012 et Le roman vu par les romanciers, Nota bene, 2008). Elle est également l’auteure d’une étude sur le roman québécois, Le roman sans aventure (Boréal, 2015) et d’un recueil d’essais sur la littérature et le monde actuel, Des ponts dans la brume (Boréal, 2008).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Tangence est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Rimouski
  • Logo Université du Québec à Trois-Rivières
  • OpenEdition Journals