Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Techniques&Culture, s’intéresse en particulier à l’ethnologie des techniques, des plus « traditionnelles » aux plus modernes, comme productions socioculturelles à part entière, au cœur des rapports entre les hommes, mais aussi entre les sociétés et leur environnement. La revue publie des numéros thématiques.

Un délai de restriction de deux ans s'applique à la publication sauf dans les « rubriques électroniques » où le lecteur dispose, depuis 2016, de tous les articles en accès libre intégral et immédiat à parution des numéros papier.
Les varia sont également exclusivement électroniques publiés au fil de l'eau.

L'Institut des sciences humaines et sociales (CNRS) soutient la revue.

Dernier numéro en ligne
75 | 2021
Abîmes, abysses, exo-mondes

Explorations en milieux-limites
Abysses, abysses, exo-worlds. Explorations in borderline environments
Couverture Abîmes, abysses, exo-mondes
Informations sur cette image
Crédits : Photo © Alexis Rosenfeld
Sous la direction de Stéphane Rennesson et Annabel Vallard

Comment les abîmes terrestres, les abysses sous-marins ou les exo-planètes et l’espace stimulent-ils notre curiosité et notre créativité à l’heure où se précise le scénario d’une Terre  peut-être un jour invi-vable ? Qu’est-ce que les pérégrinations aux confi ns du monde nous apprennent de notre « nature terrestrielle », du lien qui nous unit à Gaïa, de notre plasticité et de nos capacités à faire monde ? Ces milieux appellent des techniques de confi nement, ils imposent des conditions de vie et d’existence particulières à ceux qui les explorent, les habitent ou les exploitent. La claustration en souterrains, l’encapsulation des stations spatiales, mais aussi l’arsenal d’autosuggestions telles que la méditation permettent de s’enfoncer toujours plus loin dans l’inconnu. Autant de techniques qui demandent de repenser le rapport entre sujets humains et milieux, entre intériorité et extériorité. Dans quelle mesure ces explorations en milieux-limites frayent-elles des passages féconds entre technophilie et technophobie ? Jusqu’où est-il techni-quement possible ou souhaitable de nous confi ner, de nous isoler de notre milieu ambiant, ou au contraire d’y plonger à corps perdu ?

Notes de la rédaction
À la mémoire de Georges Guille-Escuret, ami de la revue parti rejoindre les étoiles
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search