Navigation – Plan du site

Repenser les catégories de l’objet votif au Japon

Damien Kunik

Résumés

Même observé par le seul prisme de la notion occidentale d’ex-voto, l’objet votif japonais n’a pas encore véritablement bénéficié d’une étude générale, formelle, typologique et historique, en langue française. Dans le contexte japonais qui ne reconnait pas naturellement l’existence d’une telle catégorie d’artefacts, il n’existe pas plus d’étude anthropologique exhaustive des pratiques qui entourent des objets aux fonctions similaires à celles prêtées aux ex-voto occidentaux, tant la variété de ceux-ci répond à des questionnements intellectuels et disciplinaires différents. À la croisée des deux mondes cependant, « l’ex-voto japonais » s’est depuis le xixe siècle incarné dans une petite liste d’objets qui, si elle reflète volontiers plusieurs des caractéristiques d’une notion polysémique, ne traduit pas pour autant la richesse des artefacts et des actes votifs dans l’Archipel et ce qu’ils nous disent plus globalement du Japon passé et présent. Cet article est ainsi pensé pour offrir un panorama plus exhaustif des témoignages matériels d’une transaction entre l’homme et le divin et des enseignements qu’il est possible d’en tirer aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

À la fin des années 1980, le peintre italien Armando Marocco, chargé de la restauration des vitraux de la Basilica Santa Rita à Cascia (Ombrie), fit la surprenante découverte d’un ex-voto inhabituel déposé anonymement au début des années 1960 dans ce même monastère. L’objet, composé de trois blocs de plexiglas contenant des pigments (bleu profond, rose et or) était accompagné d’un texte votif manuscrit qui permit avec certitude de confirmer que le plasticien Yves Klein (1928-1962) en était bien le créateur et le donateur.

1Nous ne souhaitons retenir de cet objet, abondamment commenté et exposé, qu’un seul élément : la très grande malléabilité de la notion d’ex-voto et d’objet votif dans le contexte occidental. L’ex-voto est tout à la fois une offrande, la matérialisation d’une requête et le témoignage d’un remerciement. Toutes les offrandes n’ont pourtant pas de fonction votive. Rien n’unit non plus la requête et sa réalisation, deux actes distincts qui ne trouvent leur association que dans la foi à l’égard de la générosité divine dont l’acteur humain estime être le bénéficiaire. En somme, d’un point de vue anthropologique bien connu des lecteurs de Marcel Mauss, l’ex-voto est la scorie d’un contrat surnaturel, la trace tangible d’une transaction de don faite dans l’espoir d’un contre-don et éventuellement le témoignage matérialisé de l’obtention de ce contre-don. Parfois il est tout cela, parfois il n’en est qu’un aspect.

2Ce que nous rappelle l’ex-voto de Klein, c’est qu’il peut aussi revêtir la forme d’une œuvre d’art, c’est-à-dire le produit d’une industrie, dans ce cas spécifique préoccupée de questions esthétiques. Mais ce n’est pas tout. Le récent ouvrage dirigé par Ittay Weinryb (Weinryb 2016), peut-être la meilleure somme sur la malléabilité de la notion d’objet votif, nous rappelle que celui-ci revêt d’autres caractéristiques encore : objet décoratif, objet de série, objet médical, objet muséal, objet transmuté, objet publicitaire notamment.

3Or, si l’ex-voto est toutes ces choses, toutes ces choses n’ont pas encore été traitées de manière unifiée dans le contexte japonais. C’est ce que le présent article prétendra modestement faire. Comme nous commencerons par le souligner, la variété des objets votifs japonais a jusqu’ici été étudiée avec des œillères héritées d’une longue tradition savante qui nous semble aveugle à la diversité de ses formes. Nous proposerons d’en élargir les contours et de délaisser par instants l’objet votif « à l’occidentale » pour nous intéresser à des expressions alternatives, mais toujours matérielles, de celui-ci. Une seconde prétention de cet article sera de prendre le contre-pied d’une étude des formes matérielles de la religion. Ainsi, plutôt que d’étudier les objets votifs qui traduisent des pratiques humaines, nous tenterons d’offrir un aperçu de quelques-unes des pratiques votives en suspension autour d’objets qui ne présentent pas en eux-mêmes les caractéristiques immédiates de l’ex-voto.

4Dans un cas comme dans l’autre, le traitement des questions sera parfois succinct. L’objectif final de notre démarche n’est cependant pas d’étudier dans le détail la totalité des faits et artefacts exposés ici, mais bel et bien de repenser globalement les catégories de l’objet votif japonais dans l’espoir que l’exercice invite peut-être le lecteur non-japonisant à procéder de même dans son univers de référence.

Ema, ema, ema ?

Le premier problème que pose l’étude de l’objet votif dans le contexte religieux japonais est la longue histoire de la mise en valeur d’un artefact spécifique appelé « ema » , le plus généralement une petite planchette de bois nu, ornée sur une face d’un motif figuratif et percée d’un trou dans lequel passe un brin de ficelle (fig. 1). Sur l’autre face, la personne qui a fait l’acquisition d’un ema rédige son vœu avant de la déposer ou de la suspendre dans l’enceinte de l’espace sacré, généralement sur un meuble destiné à cet effet. Tant a été écrit sur cet objet au Japon et, depuis le début du xxe siècle, en Occident, que nous renvoyons le lecteur à quelques textes généralistes importants (Iwai & Kôyama 1970, Iwai 1979, Leroi-Gourhan 2004 : 295-338, Snow 2016, De Smet & Reader 2017 notamment) et nous contenterons d’en rappeler les éléments les plus essentiels.

1. Ema (plaquettes votives)

1. Ema (plaquettes votives)

Sumiyoshi-taisha, Osaka, 2018

© D. Kunik

5Nous souhaitons néanmoins souligner en préambule que la notion d’ex-voto, même imprécise, telle qu’on se la représente dans le monde chrétien n’existe pas de manière évidente au Japon. Aucune traduction immédiate ne peut être proposée pour associer l’ex-voto à un équivalent exact japonais. La corrélation entre ema et ex-voto est donc artificielle et construite au cours d’une histoire récente que nous allons brièvement retracer ici.

6Ema signifie littéralement « image de cheval » et renvoie à la pratique antique d’offrande d’un cheval à la divinité à laquelle était adressée une demande. Des objets de terre ou de bois figurant un cheval existent au moins depuis l’époque de Nara au viiie siècle. Nous profitons déjà ici de la très grande malléabilité de la notion d’ex-voto évoquée précédemment pour souligner que ces objets, comme les chevaux de chair qu’ils remplacèrent, correspondent tout autant à des offrandes rituelles qu’à des artefacts témoignant fermement d’une pratique votive. À partir de l’époque médiévale qui connait un syncrétisme shintô-bouddhique fort, la pratique de l’offrande d’une image de cheval se répand dans tous les lieux de culte, tant bouddhiques que shintô. Vers le xvie siècle, le Japon voit apparaitre des ema présentant des motifs différents de celui du cheval. Le début d’une professionnalisation de la production de telles tablettes date de cette époque et des artisans et artistes sont appelés à concevoir celles-ci pour des lieux de cultes célèbres, offrant à l’ema une seconde vie : objet votif à sa naissance, il devient objet d’exposition à son accrochage.

7Les tablettes sur lesquelles les vœux sont inscrits sont généralement brûlées à des dates définies du calendrier religieux de chaque temple et sanctuaire. Cette poétique image de la fumée du brasier sacré portant le vœu vers les dieux contrevient cependant au grand nombre d’ema anciens conservés dans les lieux de culte pour les motifs les plus divers : valeur esthétique, valeur historique, valeur économique de l’objet notamment. Or ce sont bien souvent ces ema anciens qui font l’objet des travaux savants les plus pointus sur la question. Les cendres de bois n’intéressent à peu près personne.

8Il est également intéressant de se pencher ici sur l’existence d’objets qui remplissent une fonction absolument égale à celle des ema « canoniques », mais qui ne sont fait ni de bois ni ne sont ornés de motifs. C’est le cas par exemple des petites figures de tissu (Ohnuki-Tierney 1989 : 50) vendues au temple Yasaka Kôshindô 八坂庚申堂 à Kyoto. Celles-ci représentent un singe pieds et poings liés connu sous le nom de « kukurizaru » くくり猿. L’image du singe entravé renvoie à celle d’un besoin à museler. Rédiger un vœu sur un kukurizaru est ici un acte plus exigeant que de rédiger un vœu sur l’ema du temple d’à-côté dans le sens où la transaction implique la nécessité supplémentaire d’abandonner un désir au profit d’un autre. À cette nuance près néanmoins, la pratique votive est en tout point similaire. En vérité, puisque le singe figuré veut bien se faire lier les pieds et les poings en lieu et place du désir que le demandeur devrait faire taire, il n’est pas nécessairement attendu que ce dernier en fasse beaucoup plus que lorsqu’il rédige son souhait sur une tablette de bois. En somme, le kukurizaru est une variété d’ema, mais la catégorisation lui est refusée au motif qu’il ne répond pas à la définition usuelle de l’objet ema quand bien même il en partage toutes les caractéristiques symboliques. Certes, le kukurizaru n’est ni fait de bois ni ne présente un motif figuratif de cheval, mais les objets votifs – de papier, en forme de cœur, non illustrés et destinés à assurer le bonheur du couple – vendus par le sanctuaire Kasuga-taisha à Nara sont, eux, bien qualifiés d’ema.

9Cette catégorisation est donc celle qui nous intéressera maintenant pour comprendre pourquoi l’histoire moderne de l’Archipel a spécifiquement corrélé l’objet ema de bois à l’ex-voto chrétien. Notre propos sera de dire que la corrélation est limitante, factice et extrêmement gênante pour penser la diversité des pratiques votives japonaises.

10Signalons tout d’abord la grande densité de réseaux de savants, lettrés, antiquaires et de littérateurs plus ou moins qualifiés dans le Japon de la seconde moitié de l’époque d’Edo (1603-1868). Pour ceux-ci, qui ignoraient tout de la notion occidentale d’ex-voto, l’ema présentait le caractère d’une « curiosité », voire d’un objet de collection, plutôt que celui d’un artefact religieux (Snow 2016 : 171 et seq.). La très grande variété des formes et des motifs se prêtait en effet à l’accumulation, à l’établissement de catalogues typologiques et de guides touristiques qui n’est pas sans rappeler, sous la forme d’ouvrages, les usages occidentaux de la constitution de cabinets de curiosités (Lachaud 2013 : 343-371). Il en allait des ema comme d’autres objets de collection qu’on retrouve aujourd’hui dans les musées folkloriques régionaux : jouets, coupons de tissus, poteries, artefacts préhistoriques, livres rares, minéraux, spécimens botaniques, tuiles, amulettes, talismans, images saintes ou profanes notamment. L’origine religieuse ou non de tels objets n’entrait donc que secondairement dans la définition que les savants de l’époque d’Edo faisaient de tels objets. Les cercles très spécialisés qui s’intéressaient à ceux-ci s’amusaient surtout des discussions qu’ils avaient lors de leurs réunions régulières, des jeux de devinettes qui s’organisaient autour de l’origine de tel ou tel objet, du caractère pittoresque de cette production et du déploiement d’érudition relatif à l’étendue des voyages des spécialistes des ema qui en dressèrent l’inventaire.

11Scientifiques ou non, ces cercles de collectionneurs possédaient une connaissance immense de la culture matérielle japonaise et quelques-uns des plus éminents de leurs membres obtinrent des postes à responsabilité dans les jeunes musées et les expositions nationales voulus par le gouvernement modernisateur de Meiji après 1868. Ce sont donc ces personnes, héritières d’une longue tradition intellectuelle indigène, que fréquentèrent les Occidentaux venus, très souvent à l’invitation du gouvernement de Meiji lui-même, à la fin du xixe siècle. La chose a son importance car ces premiers Occidentaux arrivés au Japon au milieu du xixe entrèrent en contact avec la diversité de la culture matérielle japonaise non pas par des études de terrain in situ, mais par le truchement de très riches collections d’objets et de catalogues dont la catégorisation avait déjà été faite selon des normes héritées d’une tradition savante locale. Un exercice, pratiqué encore en amateur par les Occidentaux de l’époque, mais qui portait déjà en lui les graines de futurs développements ethnographiques, correspondait donc plus souvent à traduire le nom et l’usage de chaque objet déjà mis en collection plutôt que d’en étudier la fonction au sein de son « environnement naturel ». En somme, comme des visiteurs de parcs animaliers, bien des Occidentaux du xixe siècle étudièrent le « comportement » d’objets mis en cage plutôt que la vie d’artefacts en liberté.

12Il faut noter là que l’exercice fut encouragé par le Japon lui-même. La modernisation des esprits japonais, moteur de la transformation de l’Archipel à cette époque, passa par une mise en relation et une traduction des concepts locaux avec ceux des nations occidentales. Le Japon cherchait à jouer à égalité avec l’Occident, à assurer la viabilité de sa place dans le nouvel ordre mondial en témoignant de la civilisation de ses mœurs et à éviter la colonisation qui avait réduit en cendres le voisin chinois. Tout ou presque de ce qui n’était pas directement importé à grands renforts de dirigisme étatique fut donc redéfini et réinterprété selon un lexique intelligible par l’Occident. Le néo-confucianisme y devint une « philosophie politique », le shintô une « religion d’État », le samouraï un « chevalier » et l’ema, progressivement, un « ex-voto ».

13Le processus interprétatif demanda cependant du temps et beaucoup d’efforts, parfois violents. La mise à mort du syncrétisme shintô-bouddhique et la survalorisation du panthéon japonais dans la perspective de création d’une religion nationale purement indigène fit par exemple perdre à de très nombreux lieux de culte, purifiés de leurs artefacts bouddhistes, des trésors précieux, au grand bénéfice des musées occidentaux qui achetèrent à vil prix des statues et des peintures pour enrichir leurs collections. Dans le cas plus spécifique du shintô auxquels les ema sont historiquement associés, la survalorisation de rites nationaux centrés autour de la figure impériale et le rejet des pratiques populaires, votives notamment, repensées comme « superstitieuses » permit aux Occidentaux d’y puiser abondamment sans risque de se heurter à des tabous.

14La définition de l’ema comme ex-voto japonais par excellence s’inscrit donc dans cette histoire mondiale des savoirs et des musées et ce sont sans surprise des savants occidentaux associés à des musées qui s’intéressèrent les premiers aux ema : Basil Hall Chamberlain (1850-1935) pour le compte du musée Pitt Rivers d’Oxford, Edward Sylvester Morse (1838-1925) pour le Musée des Beaux-Arts de Boston, Frederick Starr (1858-1933) pour le Muséum Field de Chicago ou, dans le cas français, André Leroi-Gourhan (1911-1986) pour le Trocadéro et le Musée Guimet. Ces figures partagent bien plus que leur association aux musées de leur pays respectifs. Ils sont tributaires, parfois pour leur plus grand bénéfice et parfois aveuglément, des catégories établies par les savants japonais d’Ancien-Régime. Ils sont enfin « coupables » d’avoir reproduit les définitions de leurs aînés sans véritablement repenser les catégories d’objets auxquels ils s’intéressèrent à leur tour. Que Chamberlain n’eût d’autre choix que de se référer aux savoirs locaux est une chose qui ne peut que difficilement lui être reprochée, mais Morse continua dans cette perspective à collecter la culture matérielle japonaise et souligna abondamment dans son journal (Morse 1917 : 106) combien il était tributaire et admiratif des érudits japonais. Starr, fasciné par les cercles savants de collectionneurs japonais (Starr 1921) déjà loués par Morse et encore actifs lors de son séjour, chercha à pénétrer ceux-ci plus qu’à travailler en anthropologue moderne comme le fit son antithétique collègue Franz Boas (1858-1942). Leroi-Gourhan, enfin, peu formé aux études japonaises à son arrivée à Tokyo en 1937, s’inspira considérablement des travaux de ses prédécesseurs pour débuter ses enquêtes. Ses travaux sur les jouets japonais (Leroi-Gourhan 2004 : 339-377) s’inspirent par exemple considérablement ceux de Starr (Starr 1926 : 101-106). Ses échanges épistolaires avec la France au sujet des talismans (Leroi-Gourhan 2004 : 77) semblent reprendre la très simpliste division shintô-bouddhique proposée par Chamberlain (Chamberlain 1893 : 355-370).

15La critique de ces savants passés est en un sens anecdotique. Chamberlain fut avant tout un linguiste et un spécialiste de littérature, Morse un zoologue et Starr un touche-à-tout aussi peu formé aux questions religieuses que ne le fut Leroi-Gourhan après lui. Nous souhaitons néanmoins rappeler ce moment historique de matérialisation conceptuelle d’une catégorie d’objets hétéroclites car c’est là que l’ema, riche de ses formes et de ses motifs, petit, peu onéreux, collectionnable et « muséable » à merci, devint l’ex-voto (une définition simple et compréhensible par le public des musées) japonais par excellence, plus volontiers pour ses qualités précitées que parce qu’il incarne toute la richesse des pratiques votives japonaises dont le présent article propose de repenser les formes. Autrement dit, et compte-tenu de la malléabilité de la notion, nous ne contestons certainement pas que l’ema puisse être un ex-voto. Nous soulignons en revanche que l’association de l’ema et de l’ex-voto est largement tributaire de catégories nées au xixe siècle qui n’ont pas encore véritablement fait l’objet d’une critique des ornières que trace cette association.

Les formes matérielles de la pratique votive japonaise

Parmi la très grande variété d’objets religieux vendus en masse par les temples et sanctuaires japonais aux visiteurs de ceux-ci (fig. 2), l’ema a pour lui cette qualité non négligeable de ressembler d’autant plus à un ex-voto occidental qu’il est l’un des objets à être acquis pour être ensuite laissé dans l’enceinte de l’espace sacré. Ceci le distingue donc des amulettes, clochettes et talismans que le visiteur emporte avec lui à sa sortie du lieu de culte. Plus que la notion d’ex-voto à proprement parler, les notions « d’objets laissés » ou « d’objets emportés » correspondent au moins à des réalités japonaises. Néanmoins, les premiers (奉納品 hônôin) incluent également les offrandes dont la fonction n’est pas nécessairement votive tandis que les seconds (起物 engimono) incluent des talismans qui ont une fonction votive évidente. Les dictionnaires japonais font d’ailleurs souvent entrer l’ema dans les deux catégories. La division, purement heuristique donc, peut cependant nous offrir un aperçu intéressant pour pénétrer la densité de la matérialité religieuse japonaise.

2. Boutique faisant le commerce d’amulettes et ex-voto

2. Boutique faisant le commerce d’amulettes et ex-voto

Sumiyoshi-taisha, Osaka, 2018

© D. Kunik

16Talismans et offrandes font l’objet d’une très grande variété de formes et l’objet d’une production croissante qui, depuis les années 1980 et l’augmentation du tourisme au Japon, a vu l’apparition d’une industrie spécialisée. Originellement le fait des desservants du lieu sacré ou d’artisans intimement associés à celui-ci, la production est aujourd’hui confiée à des petites et moyennes entreprises installées majoritairement dans les régions de Kyoto, Osaka, Nagoya et Tokyo. Celles-ci proposent maintenant la vente en gros d’objets sacrés à destination des temples et sanctuaires. Ceci amène d’ailleurs incidemment à une normalisation des formes et à un commerce préoccupé par les attentes du public.

17Rares sont les temples et sanctuaires ne possédant pas une boutique faisant le commerce de tels objets. L’absence de cette boutique est le plus souvent due à l’absence de desservants réguliers dans les établissements les plus petits. Dans des cas très minoritaires, comme notamment au grand sanctuaire d’Ise 伊勢神宮 (Ise-jingû) pourtant nationalement célèbre, le refus du commerce de tels artefacts est lié à la fonction du lieu. Alors que ce n’était pas encore le cas à l’époque d’Edo, le grand sanctuaire d’Ise a, depuis le tournant de Meiji, opposé une résistance à la vente d’amulettes, prétextant que son rôle était de servir les intérêts de la nation japonaise plutôt que les intérêts individuels de ses nombreux visiteurs (Swanger & Takayama 1981 : 239).

18La liste des talismans est longue et a fait l’objet d’études typologiques pointues en langues occidentales également (ibid.) : petites pochettes de tissu contenant un talisman protecteur, râteaux, flèches, éventails, « jouets » dont la fonction première n’est pas le jeu (Kyburz 1994), clochettes, icônes et textes sur bois ou sur papier, porte-clés, autocollants, matériel de papeterie, bracelets notamment. Ces objets remplissent généralement une fonction précise : protection contre les accidents de la route, contre le mauvais œil, contre les incendies (fig. 3). Si les talismans ne présentent donc pas véritablement de fonction votive, certains objets vendus comme des objets à « emporter avec soi » en ont pourtant les caractéristiques. C’est le cas par exemple des poupées dites daruma, représentation du moine Bodhidharma. Ces effigies possèdent en guise d’yeux deux points blancs au milieu du visage et leur acquéreur y dessine une première pupille lors de la formulation d’un vœu, puis une seconde pupille lorsque le vœu a été réalisé. Ce n’est qu’alors que la poupée est retournée dans le temple où elle a été achetée ou dans un temple spécialisé dans son incinération, comme c’est le cas du temple Katsuô-ji 勝尾寺 à Minô au nord d’Osaka. Il faut aussi considérer que si le daruma diffère de l’ex-voto « classique » en ce sens qu’il n’est pas déposé dans un temple ou sanctuaire avant la fin de son cycle d’utilisation, il est tout de même conservé dans l’espace sacré domestique – autel bouddhique (仏壇 butsudan) ou autel shintô (神棚 kamidana) – de l’acquéreur.

3. Amulettes et talismans protecteurs

3. Amulettes et talismans protecteurs

Sumiyoshi-taisha, Osaka, 2018

© D. Kunik

19Un autre objet votif courant emporté par son acquéreur est un drapeau dit dairyô-bata 大漁旗 (pêche abondante) acheté par les pêcheurs professionnels ou offerts à ceux-ci avant le départ en mer. Le nom de l’embarcation et celui de l’acquéreur sont inscrits sur la toile au moment de l’achat. Ce type de bannière possède la double fonction d’assurer la sécurité du navire et de demander des prises abondantes. Si le vœu est réalisé, le drapeau est hissé en haut du mât au retour au port. Il faut là encore considérer que le navire, même s’il emporte l’objet votif plutôt que de le déposer dans un lieu de culte, possède également son espace sacré sous la forme d’un autel shintô embarqué auprès duquel est conservé la bannière jusqu’à réalisation du vœu. Notons enfin un autre parallèle intéressant entre dairyô-bata et ema. Ces bannières aux couleurs vives sont aujourd’hui très régulièrement suspendues dans les restaurants de poisson par pur intérêt décoratif et sont ainsi bien connues du grand public. Selon Kawashima Shûichi (Kawashima 2003 : 240-241), il semble cependant que la diversité des motifs que présentent ces objets soit extrêmement récente. Ceci témoigne de manière anecdotique d’un renouvellement des formes de la pratique votive dans le Japon contemporain, mais souligne surtout la réappropriation d’objets originellement votifs. Il apparait ainsi qu’une exploration complète de l’objet votif japonais ne puisse être pleinement menée à bien sans ajouter à la question religieuse une étude esthétique de ses formes.

4. Tonneaux d’alcool déposés en offrande

4. Tonneaux d’alcool déposés en offrande

Sumiyoshi-taisha, Osaka, 2018

© D. Kunik

5. Bannières votives

5. Bannières votives

Tennô-ji, Osaka, 2018

© D. Kunik

20Face aux « talismans emportés », la liste des « offrandes déposées » n’est pas moins riche : tonneaux d’alcool (sake) (fig. 4), bannières (fig. 5), statues (fig. 6), lanternes (fig. 7). Certaines d’entre elles sont d’ailleurs extrêmement visibles : portiques (鳥居 torii) et rambardes de pierre délimitent caractéristiquement l’espace sacré et présentent le nom du donateur, individuel ou collectif, ainsi que, ponctuellement, la somme donnée. Nous pouvons d’ailleurs nous interroger sur la dimension votive de l’offrande. Offre-t-on véritablement à une divinité sans espérer une forme de retour sur investissement ? Telle n’est pas notre préoccupation dans ces lignes, mais il est certain que les tonneaux d’alcool, par exemple, présentent au moins en partie une dimension votive en plus de l’affirmation de l’opulence du donateur et de la qualité publicitaire de l’acte lorsque d’immenses tonneaux sont ouvertement déposés par des entreprises qui ne manquent pas d’y inscrire leur nom. Dans le cas des cierges (fig. 8) achetés et consumés sur le lieu de culte, certains n’ont pas d’autre prétention que d’être allumés en mémoire des ancêtres tandis que d’autres brûlent pour réaliser une demande. Des bannières et statuettes vendues par les temples et sanctuaires et immédiatement déposées dans celui-ci après acquisition peuvent aussi, selon les cas, présenter ou non une dimension votive.

6. Statuettes représentant Jizô Bosatsu, tout à la fois objets votifs quand ils sont acquis pour demander un enfant et offrandes mémorielles quand ils sont acquis en mémoire d’un enfant mort en couche ou avorté

6. Statuettes représentant Jizô Bosatsu, tout à la fois objets votifs quand ils sont acquis pour demander un enfant et offrandes mémorielles quand ils sont acquis en mémoire d’un enfant mort en couche ou avorté

Tennô-ji, Osaka, 2018

© D. Kunik

7. Lanternes déposées en offrande

7. Lanternes déposées en offrande

Kasuga-taisha, Nara, 2018

© D. Kunik

8. Cierges votifs

8. Cierges votifs

Tennô-ji, Osaka, 2018

© D. Kunik

21D’autres objets spécifiques et plus rares offerts aux lieux de culte, morphologiquement plus proches des ex-voto occidentaux, présentent une dimension votive évidente. C’est notamment le cas des maquettes et images de bateaux associés à l’industrie de la pêche ou à la navigation, mais là encore, une étude des formes des artefacts ne peut pas se suffire à elle-même puisque toute maquette de bateau offerte n’est pas un ex-voto. Durant les célébrations bouddhiques estivales données en l’honneur des ancêtres (お盆 Obon) notamment, des modèles réduits de bateaux chargés d’offrandes (盆船奉納 bonbune hônô) sont offerts à certains temples pour être mis à flot sur les rivières et les fronts de mer environnants sans répondre à une pratique votive.

22Il faut enfin, pour pouvoir prétendre aborder dans son ensemble la matérialité des pratiques votives japonaises, intégrer encore des artefacts que nous proposons ici de définir comme des « objets-catalyseurs ». Ceux-ci ne sont pas des objets votifs à proprement parler, mais catalysent la transaction votive avec le divin, impossible sans leur présence. Un exemple simple et extrêmement courant est celui du dépôt par le visiteur d’une pièce de 5 yens dans les temples et sanctuaires, don presque inséparable de la visite elle-même. La pièce est jetée dans un tronc (賽銭箱 saisen-bako) prévu à cet effet. Très souvent, une corde reliée à une cloche ou un grelot pend en dessus du tronc. Cette corde est vivement secouée après le dépôt de la pièce pour faire tinter la cloche et attirer l’attention de la divinité. Cette séquence achevée, le visiteur joint les mains, s’incline et adresse sa prière ou sa demande.

23La pièce de 5 yens revêt une importance symbolique puisque « 5 yens » (5円 go-en) renvoie par homophonie à la notion de « relation » ou de « lien » (ご縁 go-en). Ainsi, le dépôt spécifique d’une pièce de 5 yens matérialise la relation et garantit la performativité de l’action. La corde et la cloche assurent le pratiquant de l’attention de la divinité. Le tronc offre un réceptacle normalisé pour confirmer la mise en relation de l’humain et du divin. La pratique, enfin, porte assurément une dimension votive puisque la prière peut inclure une requête. Pièce, corde, cloche et tronc sont ici des objets-catalyseurs.

24Nous ne prétendrons pas dresser une liste de ces objets-catalyseurs, mais il est intéressant d’en relever là aussi la très grande variété des formes pour souligner combien les pratiques votives apparemment dématérialisées ont néanmoins besoin d’un support matériel pour exister. Donnons un exemple situé dans le pavillon Gansandaishi-dô 元三大師堂 du temple Shitennô-ji 四天王寺 à Osaka. Ce pavillon partage avec d’autres lieux saints, notamment les nombreux sanctuaires consacrés à la divinité Tenjin 天神, d’être essentiellement fréquenté par les étudiants priant pour le succès de leurs études, leur admission dans une université prestigieuse ou la réussite de leurs examens. Ce qui distingue cependant le Gansandaishi-dô des sanctuaires consacrés à Tenjin (dits généralement Tenmangû 天満宮) est la forme de la pratique, votive dans un cas comme dans l’autre, et des objets qui la supportent. Les étudiants qui se rendent dans un Tenmangû pour prier pour leur succès scolaire laissent derrière eux un ema. Le Gansandaishi-dô, lui, ne vend pas d’ema spécifiquement associés aux études, mais présente devant son bâtiment un cercle de corde dressé verticalement.

25Ce cercle de corde imite la forme d’artefacts éphémères (茅の輪 chi no wa, littéralement « cercle de roseaux ») dressés durant quelques jours dans les sanctuaires au premier et au sixième mois de l’année et sont associés aux rites de purification (大祓 ôharae) du calendrier annuel shintô. Le cercle de corde du Gansandaishi-dô est quant à lui dressé toute l’année et joue sur la quasi homophonie des expressions en présentant le nom de « cercle de sagesse » (智慧の輪 chie no wa) (fig. 9). Ainsi, celui-ci affiche les caractéristiques d’un objet-catalyseur, à travers et autour duquel le demandeur évolue pour effectuer sa demande. La pratique votive est elle-même dématérialisée, mais sa performativité est assurée par la catalyse du cercle. À l’issue de la traversée du cercle qui prend au plus quelques secondes, le demandeur peut néanmoins très matériellement confirmer sa visite au Gansandaishi-dô en acquérant, s’il le désire, de nombreux talismans vendus par la boutique du pavillon : stylos et crayons bénis, bracelets imitant la forme du cercle, amulettes et porte-clés.

9. Cercle de sagesse (chie no wa)

9. Cercle de sagesse (chie no wa)

Gansandaishi-dô, Osaka, 2018

© D. Kunik

Le sanctuaire ex-voto

Pour offrir encore un autre aperçu de la complexité des formes de l’objet votif au Japon, nous souhaitons nous intéresser à un petit sanctuaire shintô, situé sur les hauteurs du village de Yoshino dans le département de Nara. Isolé et séparé d’une heure de marche du centre du village, celui-ci n’est guère fréquenté aujourd’hui que par les pèlerins qui effectuent le chemin escarpé vers le mont sacré Ômine, à l’exception peut-être d’un pic d’affluence touristique durant la période de floraison des cerisiers pour laquelle la région de Yoshino est localement célèbre.

26Le sanctuaire est connu sous le nom de Yoshino Mikumari-jinja 吉野水分神社, en référence à la divinité Ame no Mikumari no Mikoto 天之水分大神 (ci-après Mikumari) qui y est principalement révérée (fig. 10). La date d’établissement du lieu de culte nous est inconnue. Une première référence à celui-ci apparait dans le Shoku Nihongi 日本紀 compilé à la fin du viiie siècle. Il y est dit qu’en 698, l’empereur Monmu avait offert un cheval à la divinité et prié là pour faire venir la pluie. L’emplacement originel décrit par l’épisode laisse penser que le site était alors situé plus profond dans la montagne et que les nombreuses sources environnantes rendaient propice, par association à l’élément liquide, l’appel de la pluie pour les plaines arables situées en contrebas. Le nom de la divinité, Mikumari, serait d’ailleurs dérivé de l’expression « offrir de l’eau », mikubari 水配り. Le positionnement actuel du sanctuaire est confirmé en 806 par le Registre des dieux et des règlements de l’ère Engi (延喜式神名帳 Engishiki jinmyôchô) rédigé en 927 (Ikeda 2008 : 265-266).

10. Sanctuaire Mikumari

10. Sanctuaire Mikumari

Yoshino (Nara), 2018

© D. Kunik

27Les choses prennent une tournure intéressante pour notre propos à partir du milieu de l’époque Heian (794-1185). La divinité Mikumari commence à cette époque à être associée à une divinité protectrice de la santé des enfants, connue également sous le nom de Komori Myôjin 子守明神 (Kawaguchi 1999 : 55-56). La translation des symboles s’inscrit dans plusieurs réalités. Premièrement, peut-être le fait est-il dû à un nouveau glissement phonétique. « Mikumari » est ainsi rapproché de « mikomori » 身子守り (protéger le corps des enfants) ou plus simplement de « komori » 子守り (protéger les enfants). Deuxièmement, durant la longue période de syncrétisme shintô-bouddhique qui perdurera jusqu’au milieu du xixe siècle, Mikumari est présentée comme une manifestation (垂迹 suijaku) de Jizô Bosatsu 菩薩, c’est-à-dire l’incarnation sous la forme d’une divinité shintô du bodhisattva Kshitigarbha vénéré de façon auxiliaire au temple Kinpusen-ji 金峯山寺 de Yoshino quelques kilomètres en contrebas. Or, au Japon, Jizô est particulièrement connu pour protéger les enfants.

28Vers le xie siècle donc, les croyances populaires transforment l’attribution du sanctuaire Mikumari de Yoshino. D’un lieu originellement fréquenté par l’aristocratie de Cour pour appeler la pluie et assurer la fertilité des récoltes, celui-ci devient un espace visité par les hommes et les femmes priant pour la fertilité de leur couple, la santé de leur progéniture, la montée du lait maternel après l’accouchement et, par extension, la paix de l’âme des enfants morts en couche. Incidemment, l’association de pratiques religieuses aux enfants décédés et aux enfants vivants ne doit ici pas surprendre. D’une part, le bodhisattva Jizô avait pour tâche de protéger dans l’au-delà les enfants mort-nés ou avortés. D’autre part, la relation à l’eau prêtée à la divinité Mikumari se retrouve dans l’expression « mizuko » 水子 (littéralement « enfant-eau ») qui désigne spécifiquement en japonais les enfants mort-nés.

29Le sanctuaire présente encore aujourd’hui les caractéristiques d’un sanctuaire associé à la naissance et aux enfants et abrite dans son enceinte un nombre très important d’objets votifs liés à cette thématique (fig. 11). Certains, particulièrement rares dans le contexte japonais, affichent des caractéristiques anatomiques étonnamment similaires aux ex-voto occidentaux. C’est notamment le cas de plaquettes votives présentant, en trois dimensions, des seins féminins associés au souhait de lactation abondante.

11. Ex-voto associés à la naissance. À gauche, seins (tissu sur papier). Au centre, bannière. En haut à droite, ema. Ces trois objets votifs matérialisent le souhait de lactation abondante et appellent la protection de l’enfant. Sanctuaire Mikumari

11. Ex-voto associés à la naissance. À gauche, seins (tissu sur papier). Au centre, bannière. En haut à droite, ema. Ces trois objets votifs matérialisent le souhait de lactation abondante et appellent la protection de l’enfant. Sanctuaire Mikumari

Yoshino (Nara), 2018

© D. Kunik

30Le sanctuaire Mikumari de Yoshino affiche cependant une caractéristique supplémentaire pour repenser l’échelle des objets votifs japonais. Notre argument sera de dire que, plus qu’un lieu sacré consacré à la réception des vœux des familles passées, présentes et futures, le sanctuaire tout entier est lui-même un ex-voto. Cette mise en abîme nous le rend particulièrement intéressant.

31Les corps de bâtiments qui composent aujourd’hui celui-ci, construits dans le style architectural dit Kasuga-zukuri 春日造, datent de 1605. Yoshino et sa région avaient été l’un des terrains de chasse favoris du seigneur et général Toyotomi Hideyoshi (1537-1598), figure majeure de la pacification du Japon à la fin du xvie siècle. Hideyoshi, ayant perdu un premier fils, en conflit avec son neveu et inquiet pour sa succession, désirait voir un héritier mâle poursuivre son entreprise politique. En séjour à Yoshino, il se rendit au sanctuaire pour prier Mikumari. Son vœu fut exaucé et l’une de ses concubines accoucha bientôt d’un fils, Hideyori (1593-1615). Or, c’est à ce fils âgé de douze ans que l’histoire attribue la reconstruction du présent sanctuaire, en remerciement à Mikumari pour la réalisation du vœu de son père. Notons d’ailleurs que la figure de Hideyori, qui continua la politique de reconstruction de nombreux temples et sanctuaires débutée par son père, est associée à d’autres bâtiments votifs importants. C’est lui qui finança notamment la construction du pavillon aux ema (馬堂 ema-dô) du sanctuaire Kitano Tenmangu 北野天 à Kyôto en 1608 (Snow 2016 : 171).

32Concernant le sanctuaire Mikumari, la séparation stricte du shintô et du bouddhisme voulue par le gouvernement de Meiji après 1868 fit beaucoup perdre au prestige du lieu, dissocia celui-ci de son lien avec le temple bouddhiste Kinpusen-ji de Yoshino et le relégua à la catégorie des sanctuaires de village (村社 sonsha). Néanmoins, son histoire traduit de manière intéressante les strates de construction du lieu de culte consacré aux transactions votives entre l’homme et le divin : espace né de pratiques religieuses aristocratiques largement légendaires et dématérialisées, réappropriation populaire et détournement des signifiants, association à des figures célèbres, le sanctuaire Mikumari de Yoshino fut d’abord un lieu symbolique évoqué par les chroniques antiques dont l’emplacement géographique est aujourd’hui oublié, puis le réceptacle d’objets votifs durant la période médiévale avant de se réincarner lui-même, sur deux générations, en l’objet qu’il était appelé à consacrer. L’existence de ce type d’édifice dans le cas japonais peut ouvrir les perspectives anthropologiques et religieuses d’une étude comparée de la matérialité des bâtiments votifs, et notamment des chapelles votives de la chrétienté.

Les « stèles aux choses », un aperçu de pratiques votives collectives

Nous souhaitons enfin explorer conjointement deux choses. Une moitié de cette exploration relève d’un changement de perspective. Jusqu’ici, la longue liste des objets votifs présentés dans ces lignes a plus volontiers concerné des désirs et des vœux individuels. Or, les objets qui matérialisent ces requêtes ne doivent pas faire oublier que des requêtes collectives sont possibles, et même courantes, au Japon. Elles sont même évidentes si l’on remonte à l’origine des ema évoqués précédemment : offrir un cheval à la divinité pour obtenir de celle-ci une grâce, comme celle d’assurer par exemple des récoltes abondantes. Le vœu est ici collectif et sa réalisation profite à l’ensemble de la communauté. Ainsi, bien que le cheval soit devenu image, rien ne s’oppose à ce qu’un objet matérialise collectivement la supplique ou le remerciement de sa concrétisation. Ceci n’a probablement rien de spécifiquement japonais.

33C’est néanmoins la découverte fortuite d’une maquette votive de bateau (fig. 12) dans le sanctuaire Kita Ebisu-jinja 北恵比寿神社 de la ville de Yuasa 湯浅 (département de Wakayama) lors d’une enquête menée durant la rédaction de cet article qui nous a rappelé cette évidence. Pour l’anecdote, cette maquette présente une forme localement inhabituelle. Son étrave peu concave évoque plus volontiers celle d’une embarcation moderne idéalisée que la guibre proéminente des bateaux de pêche du port de la ville. Le positionnement de la cabine est également différent de celui des navires de la région. Or, alors que les ex-voto de bateaux japonais représentent généralement très spécifiquement l’embarcation à laquelle ils sont associés, cette maquette ne correspond à rien de ce que nous avions vu dans le port, quelques centaines de mètres auparavant. Renseignement pris, il apparait que la maquette déposée au sanctuaire Kita Ebisu de Yuasa était le produit d’un don collectif de la coopérative des pêcheurs de la ville. Pratique votive collective donc, que nous allons maintenant explorer.

12. Bateau votif

12. Bateau votif

Kita Ebisu-jinja, Yuasa (Okayama), 2018

© D. Kunik

34Cette découverte nous a invité à revisiter des terrains menés depuis quelques années concernant les rituels funéraires aux objets dans le contexte japonais. Le second aspect de la question que nous souhaitons soulever ici est directement lié à la dimension animiste de la religion japonaise et nécessitera quelques éléments introductifs pour renouer enfin avec la question des pratiques votives collectives.

35Si, au Japon, toute chose possède une âme, il devient possible d’envisager que cette chose possède également une vie propre et des désirs auxquels des pratiques rituelles viennent répondre. La question a déjà été partiellement traitée dans des articles scientifiques en langue anglaise, notamment dans celui d’Angelika Kretschmer (Kretschmer 2000) s’intéressant aux rites funéraires aux aiguilles à coudre (fig. 13). Malgré la qualité de ce texte spécifique, nous nous opposons à ses présupposés faisant état de rites funéraires aux « objets inanimés », alors que notre propos sera précisément de souligner que ces objets sont bel et bien animés en ce sens qu’ils possèdent une âme et des états d’âme avec lesquels les humains doivent composer.

13. Rituel funéraire aux aiguilles à coudre

13. Rituel funéraire aux aiguilles à coudre

pavillon Awashima-dô du temple Sensô-ji, Tokyo, 8 février 2013

© D. Kunik

36Pour conserver un pied dans le domaine de la matérialité des pratiques votives japonaises, nous nous intéresserons à des stèles et plaques de pierre, génériquement appelées ishibumi 碑 ou sekihi 石碑. Dans la masse de ces monuments monolithiques indifférenciés de par leur appellation, nous nous concentrerons plus précisément à une catégorie de stèles qualifiées de tsuka 塚, qui elles-mêmes présentent une très grande variété de sujets et de formes.

37Techniquement, la notion de tsuka peut aussi renvoyer à des tertres, des tumuli et à des éminences artificielles issues de l’activité humaine comme c’est le cas des amas coquillers (貝塚 kaizuka). Nous ne retenons néanmoins de cette famille d’objets que les tsuka qui présentent une forme de stèle. Là, la langue japonaise offre une catégorisation plus détaillée des artefacts qui nous intéressent : stèles de donation (奉り塚 tatematsuri-tsuka), stèles commémoratives (記念塚 kinen-zuka), stèles honorifiques (祭り塚 ou 祀り塚 matsuri-tsuka), stèles visant à apaiser les âmes défuntes (慰霊塚 irei-zuka), stèles de remerciement (感謝塚 kansha-zuka) par exemple. L’exercice typologique pourrait être affiné encore, mais il ne sert pas notre propos d’une part, et présente un caractère très artificiel de l’autre puisque, comme nous souhaitons le démontrer, ces stèles remplissent souvent plusieurs offices. En vérité, c’est aussi pour insister sur l’incorporation indifférenciée des pratiques votives dans un tissu plus large de pratiques religieuses que nous souhaitons rédiger ces lignes : un rite peut en cacher un autre. Quoi qu’il en soit, la précédente liste est au minimum là pour introduire l’idée que certaines de ces stèles (de donation, commémoratives, de remerciement) peuvent présenter un caractère votif.

38La taille et l’érection d’une stèle de pierre coûte une somme considérable et la production de ces objets revêt le plus généralement un caractère communautaire. Néanmoins, il est bon de relever que certains de ceux-ci ont été le fait de commandes individuelles. Ainsi, à côté de la tombe du peintre Itô Jakuchû 伊藤若冲 (1716?-1800), dans l’enceinte du temple Sekihô-ji 石峰寺 à Kyôto, le calligraphe et philosophe néo-confucéen Nukina Kaioku 貫名海屋 (1778-1863) fit par exemple ériger une colonne de pierre dédiée à l’outil le plus précieux du lettré, le pinceau. Quelques dizaines d’années plus tard, le géographe Matsuura Takeshirô 松浦武四郎 (1818-1888) enterra, sur les hauteurs du temple Mii-dera 三井寺 à Ôtsu, les trois petites marmites qui l’avaient accompagné dans son entreprise cartographique et ethnographique du septentrion japonais. Là se dresse encore aujourd’hui un monument rappelant combien ces casseroles lui furent chères.

39Toutes anecdotiques que puissent être ces deux stèles commandées par des personnages célèbres et excentriques en leur temps, nombreuses sont celles qui, sur tout le territoire de l’archipel, sont consacrées aux couteaux des cuisiniers (fig. 14), aux aiguilles des tailleurs, aux cordes d’instruments des musiciens ou aux peignes des danseuses et des geisha. Les corps de métiers semblent ainsi honorer leurs outils. Mais que dire alors des stèles consacrées à des objets plus prosaïques encore : poupées, lunettes (fig. 15), portefeuilles, fouets à thé et cartes de visites ? Puisque nous nous intéressons ici aux outils issus de l’activité humaine, nous n’évoquerons que pour citer leur existence des stèles érigées aux crevettes, aux poissons ou aux œufs dans les temples associés aux halles marchandes ou alors les stèles érigées aux chevaux militaires et aux pigeons voyageurs dans les sanctuaires associés à la mémoire de guerre.

14. Stèle aux couteaux de cuisine

14. Stèle aux couteaux de cuisine

Bentendô, Tokyo, 2013

© D. Kunik

15. Stèle aux lunettes

15. Stèle aux lunettes

Bentendô, Tokyo, 2013

© D. Kunik

40Il nous parait pertinent, pour rester concentré sur les « stèles aux objets » qui nous intéressent, d’y voir tout à la fois des lieux de mémoire collectifs de pratiques religieuses populaires, des monolithes marquant topographiquement l’emplacement d’un rite du calendrier religieux, des cénotaphes aux artefacts usagés et des formes archaïques de publicité pour les corporations locales d’artisans. L’article d’Angelika Kretschmer cité ci-avant s’intéresse spécifiquement à ces deux derniers aspects de la question : d’une part, des objets « décédés », c’est-à-dire usagés, peuvent bénéficier de rites funéraires en tous points égaux à ceux consacrés aux humains. D’autre part, le Japon a connu une multiplication de ces rituels entre les années 1910 et 1930 qui peut être expliquée par l’usage que des petites industries régionales spécialisées ont fait de ceux-ci pour bénéficier d’une visibilité accrue. C’est notamment le cas de rituels aux objets tel que celui consacré aux peignes et donné annuellement au sanctuaire Yasui Konpira-gû 安井金比羅宮 à Kyoto ou celui aux couteaux, inventé et financé dans les années 1930 par la corporation des forgerons de Sakai.

41Ceci rappelle la dimension publicitaire de certains ema de l’époque Edo (Snow 2016 : 181), déposés dans les temples et sanctuaires pour demander tout à la fois le succès d’une entreprise commerciale et donner à la peinture votive la forme d’une réclame visible à tous les visiteurs du lieu. Ajoutons à ce propos que les rituels consacrés aux objets s’inscrivent également aujourd’hui dans une logique d’économie touristique et sont parfois au cœur de festivals promus régionalement et nationalement par les voyagistes.

42Si l’on en croit les nombreuses légendes (御伽草子 otogizôshi) et rouleaux peints (Lillehoj 1995, Nagura 2015) bien identifiés depuis les Moyen-Âge, il nous parait légitime de voir aussi dans ces stèles la matérialisation d’une forme d’animisme proprement japonais qui craint le retour à la vie d’objets du quotidien venant hanter les usagers qui s’en sont débarrassés sans cérémonie (Komatsu 1994, Matsuzaki 2004). Différentes copies du « Rouleau illustré de la parade nocturne des cent démons » (百鬼夜行絵巻 hyakki yagyô emaki) dont le plus ancien exemplaire conservé date du xvie siècle, présentent des objets revenants. Ceci rappelle un autre rouleau de la fin du xvie siècle illustrant des outils transformés en démons, le « Rouleau des outils possédés » (付喪神絵巻 tsukumogami emaki). Des ustensiles de la vie quotidienne, abandonnés sans cérémonie, atteignent l’âge de cent ans et reviennent à la vie pour se venger du manque de reconnaissance qu’ils éprouvent après avoir rendu de loyaux services à leurs anciens propriétaires. Le « Rouleau des outils possédés » ajoute à l’histoire une note religieuse, puisqu’un objet plus sage, représenté là par un rosaire bouddhique ( juzu) mais dans d’autres cas par un autre outil du rituel liturgique, apaise finalement l’âme des membres du groupe et leur offre la connaissance permettant l’accès au paradis d’Amida. On ne peut nier l’aspect ludique et humoristique de ces histoires et de ces rouleaux, mais ceux-ci traduisent néanmoins une forme de conscience collective qui n’est pas non plus pleinement considérée comme irrationnelle.

43Quant à nous, il nous reste enfin à expliquer dans quelle mesure ces stèles et les pratiques qu’elles situent géographiquement présentent des formes d’ex-voto collectifs et monumentaux. Des différents terrains que nous menons sur la question des rituels funéraires aux outils depuis 2013, c’est celui donné le 2 février 2018 au temple Taihei-ji 大平寺 d’Osaka qui nous a servi à explorer avec succès la potentielle dimension votive du rituel. Ce rituel funéraire porte en particulier sur trois objets : les aiguilles (tous modèles confondus à l’exception – le temple est clair à ce sujet – des aiguilles médicales), les pinceaux (là aussi tous modèles confondus, mais les pinceaux de calligraphie y sont presque exclusivement représentés) et les fouets à thé.

44Le séquençage du rituel est classique. L’accueil des participants (essentiellement les personnes venant honorer leurs outils, ainsi que quelques curieux) se fait 30 minutes avant le début de la cérémonie. Des boissons sont offertes par le temple. Ce moment liminaire permet d’une part de s’acquitter des frais de participation et d’autre part de se défaire des outils usagés pour qui ne pourra pas prendre part à la cérémonie. Ce moment est aussi l’occasion de recueillir quelques informations auprès des participants. Chacun reconnait que le rituel est ici un rituel funéraire. Personne ne s’étonne du fait que le rituel ait lieu dans un temple bouddhiste malgré le fait que « l’âme des objets » renvoie plus volontiers à une pensée animiste associée au shintô. Le syncrétisme toujours vivant est appuyé par le fait que le bouddhisme a depuis longtemps la charge exclusive de la mort au Japon. Personne ne semble craindre non plus la transfiguration en démons de ces objets et la majorité des participants admet volontiers qu’ils n’ont symboliquement apporté avec eux qu’une portion des outils employés durant l’année écoulée.

45Les personnes présentes sont ensuite accueillies à l’intérieur du bâtiment du temple lui-même et la cérémonie commence par un bref récital de koto 琴 (fig. 16), harpe couchée – d’ailleurs l’un des instruments à disposer aussi de ses propres rituels funéraires. S’ensuivent la récitation d’un sutra par le prêtre officiant, puis l’énonciation de quelques phrases sur le respect qu’il faut accorder aux choses les plus ordinaires. Techniquement parlant, c’est sur ces mots que s’achève le rituel funéraire.

16. Rituel funéraire aux aiguilles à coudre, pinceaux et fouets à thé. Concert de koto et récitation de sutra

16. Rituel funéraire aux aiguilles à coudre, pinceaux et fouets à thé. Concert de koto et récitation de sutra

Taihei-ji, Osaka, 2 février 2018

© D. Kunik

46Cependant, l’assemblée se déplace ensuite hors du bâtiment et, devant chaque stèle spécifiquement consacrée à un outil particulier, un brasier est allumé (fig. 17). C’est dans les flammes de celui-ci que les participants viendront, à tour de rôle, jeter leurs outils après s’être incliné et avoir prononcé une prière. Celle-ci fera l’objet de notre attention. Dans le cas des aiguilles non combustibles (fig. 18), la pratique est différente, mais identique dans toutes les cérémonies étudiées depuis 2013. Après une vie de peine à percer les étoffes de toutes sortes, les aiguilles fatiguées sont piquées dans un moelleux bloc de tofu ou de gelée de fécule leur offrant un dernière demeure terrestre confortable.

17. Rituel funéraire aux pinceaux. Devant la stèle aux pinceaux, le brasier dans lequel sont jetés ceux-ci.

17. Rituel funéraire aux pinceaux. Devant la stèle aux pinceaux, le brasier dans lequel sont jetés ceux-ci.

Taihei-ji, Osaka, 2 février 2018

© D. Kunik

18. Rituel funéraire aux aiguilles à coudre. Les participants se rendent à tout de rôle devant la stèle pour prier pour l’âme des outils usagés et formuler une demande.

18. Rituel funéraire aux aiguilles à coudre. Les participants se rendent à tout de rôle devant la stèle pour prier pour l’âme des outils usagés et formuler une demande.

Taihei-ji, Osaka, 2 février 2018

© D. Kunik

47Dans la crémation des objets débute la pratique votive qui n’a jusqu’ici fait l’objet d’aucune étude spécifique. Nous reconnaissons que la dimension votive du rituel nous était également restée invisible jusqu’à cette occasion particulière. Les événements relatés ci-après font la somme rapide des entretiens dirigés sur le contenu de la prière énoncée devant la stèle et sur le rôle des personnes qui agissent et interagissent autour de celle-ci :

  • Les officiants religieux sont toujours présents, mais ont maintenant troqué leur rôle de passeur d’âme pour celui de passeur de message. Ils remplissent cet office en appelant nommément chacun des participants à venir se présenter devant la stèle.

  • Les participants à la cérémonie qui étaient venus porter fouets et pinceaux demandent une amélioration de leurs compétences dans la pratique du thé ou de la calligraphie.

  • Une promotion de futurs costumiers de théâtre venu en groupe d’une université d’arts voisine (un campus de l’Université des arts d’Osaka 大阪芸術大学 Ôsaka geijutsu daigaku est situé non loin du temple) prie pour le succès dans les études.

  • L’enseignante qui chaperonne la classe demande pour sa part le succès futur de son établissement et la réussite professionnelle de ses étudiants.

48Ainsi, le rituel funéraire aux objets qui réunissait ce jour-là une cinquantaine de personnes présentait une dimension votive indiscutable sans que la chose n’ait jamais été ouvertement mentionnée ni dans la publicité faite pour la cérémonie ni dans les intentions déclarées des participants. Le fait contrevient avec des pratiques votives ostensiblement vendues comme telles par les temples et sanctuaires japonais. Néanmoins, la somme demandée par le Taihei-ji pour le rituel funéraire (3000 JPY, soit env. 20 €) est compris de tous comme une somme légitimant aussi le droit de formuler une demande. C’est la somme généralement demandée par les sanctuaires pour les ema les plus reconnus pour leur efficacité, et donc les plus onéreux. Les prix du marché votif semblent ainsi alignés à l’échelle du pays.

49Quant aux stèles aux objets elles-mêmes, il est intéressant de relire leur raison d’être à la lumière de la pratique votive. Si celles-ci témoignent bien de rôles multiples précédemment évoqués (cénotaphes, lieux de mémoire, objets publicitaires), il convient de leur prêter aussi une fonction supplémentaire qui apparait par exemple dans plusieurs stèles érigées devant le pavillon Bentendô 弁天堂 à Tokyo. Une stèle aux lunettes y est notamment dressée par l’Association des opticiens de la capitale pour le succès de leur corporation. Une autre stèle aux très venimeux poissons-coffres (鰒 fugu) y est dressée par l’association des cuisiniers formés à la préparation de la spécialité et toujours préoccupés de ne pas empoisonner leurs clients (fig. 19). En somme, les stèles aux objets présentent entre autres choses la nature d’un ex-voto collectif que nous pouvons dès lors intégrer à la variété des formes japonaises de ces artefacts.

19. Stèle aux poissons-coffres (fugu)

19. Stèle aux poissons-coffres (fugu)

Bentendô, Tokyo, 2013

© D. Kunik

Objets votifs japonais : de l’ethnologie à l’histoire, et retour

Nous souhaitons nous arrêter, en guise de point final à ce tour d’horizon, sur un aspect spécifique des études japonaises modernes menées sur l’objet votif indigène. Il y a bientôt une année, la revue Techniques&Culture faisait débuter son appel à contributions pour le présent numéro par la phrase suivante : Qu’est ce que l’on dit avec quelque « chose » qu’on ne pourrait dire avec des mots ?

50C’est précisément cette question que s’est posée dans les années 1920 un petit groupe d’ethnologues et de folkloristes japonais, fédérés autour de la figure de Shibusawa Keizô 澁澤敬三 (1896-1963) au sein d’une société savante connue sous le nom d’Attic Museum. Passionné par la question de la culture matérielle populaire et minoritaire dans le paysage ethnographique japonais de son temps pour cette même raison, le groupe a connu une existence discrète jusqu’à la seconde guerre mondiale. C’est néanmoins celui-ci qui a permis la création d’une Société japonaise d’ethnologie 日本民族学会 (Nihon minzoku gakkai) en 1934, d’un premier petit musée d’ethnologie japonais dans la banlieue de Tokyo en 1939, a donné naissance en 1942 au Centre d’études sur la culture du peuple ordinaire japonais 日本常民文化研究所 (Nihon jômin bunka kenkyô-jo) rattaché en 1982 à l’université de Kanagawa et dont l’influence a largement contribué à la création de l’actuel Musée national d’ethnologie situé à Osaka et ouvert au public en 1974 (Berthon 2018).

51Parmi le très grand nombre d’intellectuels inspirés par les travaux pionniers de l’Attic Museum et par la figure charismatique de Shibusawa, l’historien médiéviste Amino Yoshihiko 網野善彦 (1928-2004) est certainement l’un des personnages qui a laissé les traces les plus profondes sur le développement récent de la discipline au Japon. Un article d’Amino traduit vers le français (Amino 1995) s’intéresse à la question de la mer dans le contexte japonais ou, plus exactement, à la très grande absence de la mer dans l’identité collective d’un archipel composé de 3700 îles.

52L’un des arguments majeurs d’Amino repose sur la prééminence culturelle donnée à l’agriculture et à la riziculture depuis plus de vingt siècles, sur les effets d’une gestion administrative de son territoire essentiellement tournée vers la production des terres arables et, par extension, sur le désintérêt et la crainte pour le milieu marin renforcé encore par une longue période de fermeture du pays entre le xviie et le xixe siècle. Cette mer n’avait fait l’objet d’aucune forme d’étude historique ou ethnographique jusqu’à ce qu’Amino et le Centre d’études sur la culture du peuple ordinaire japonais n’en redécouvre l’extrême richesse dans les années 1980. Notons là encore l’influence durable de Shibusawa qui s’était passionné dans les années 1920 pour la production de sel et la pêche dans les villages côtiers du Japon sans finalement y consacrer d’ouvrage détaillé.

53Ainsi, ce dédain durable pour la mer dont le Japon tire pourtant depuis des siècles des bénéfices importants a posé, et pose encore le problème, d’un oubli presque total de l’histoire maritime japonaise, des routes empruntées par les navires de commerce sur les côtes de la Mer intérieure, sur la Mer du Japon au Nord ou vers le royaume semi-indépendant des Ryûkyû annexé par le fief de Satsuma au Sud, des savoirs anciens en matière de cabotage et de navigation hauturière, des techniques de construction navale et de l’infinité des pratiques sociales et religieuses entourant ces activités.

54En l’absence de textes sur le sujet, parce que l’État impérial classique ne faisait pas de réelle distinction entre gens de la mer et agriculteurs, parce que le gouvernement féodal des Tokugawa établissait l’impôt de toutes les formes d’industries en équivalent-riz, parce que la jeune ethnologie japonaise s’intéressait bien plus massivement aux questions immatérielles et structurelles de la société des plaines et des montagnes, il ne reste bien souvent aujourd’hui des savoirs de la mer que les objets.

55C’est donc vers ceux-ci que Shibusawa et les chercheurs de l’Attic Museum se sont tournés dans les années 1920. Amino, à leur suite, en a souligné la très grande richesse pour justifier la nécessité de repenser historiquement la question maritime japonaise. De très importantes collections d’artefacts, ema et maquettes votives de bateaux notamment, permettent de reconstituer avec un haut degré de précision ce que l’histoire n’a pas couché sur le papier. Ceux-ci facilitent aussi la remise en valeur (touristique notamment) de régions dont le Japon moderne avait oublié l’importance. Nous pouvons notamment citer ici le Kitamaebune no sato shiryôkan 北前船の里資料館, un musée de la ville de Kaga (département d’Ishikawa) consacré aux nombreux navires de commerce qui faisaient route entre Osaka et l’île septentrionale d’Hokkaidô au xviiie et xixe siècle. Nous pouvons également citer le musée d’histoire et de folklore de la Mer intérieure 海歴史民俗資料館 (Setonaikai rekishi minzoku shiryôkan, département de Kagawa) ou le Musée du lac Biwa 琵琶湖博物館 (Biwako hakubutsukan, département de Shiga) qui présentent de très importantes collections d’objets votifs relatifs à la navigation régionale. Tous ces musées ont, sans surprise, vu le jour au plus tôt dans les années 1990 et ont accompagné la création, durant les mêmes années, de plusieurs associations japonaises de préservation des savoirs en charpente navale et en navigation (Brooks 2015).

56Si l’ethnologie japonaise balbutiante des années 1920 a donc donné à quelques historiens influents le goût de repenser l’espace maritime insulaire, c’est aujourd’hui l’anthropologie qui a repris à sa charge l’étude de la question. Le Centre d’études sur la culture du peuple ordinaire japonais poursuit de la sorte la thématique en croisant les sources pour nourrir ses enquêtes. Un récent numéro de la revue du Centre permettait de prendre la mesure de l’intérêt grandissant pour le sujet et peu après, en février 2018, le Centre a financé la reconstruction partielle d’un navire de 150 tonneaux, conjointement à une exposition thématique consacrée à l’entreprise.

57Dans le numéro de cette même revue, l’anthropologue Kon Masaaki (Kon 2016) rappelle combien les ex-voto marins sont précieux non pour leur dimension religieuse, mais parce qu’ils sont les uniques témoignages d’un héritage culturel et technique longtemps oublié. Leur répartition sur le territoire japonais permet premièrement de redessiner les routes anciennes empruntées par les navires, de comprendre ensuite quelles villes et bourgades investissaient économiquement dans le commerce naval et de reconstituer enfin les techniques de charpente et de navigation par le biais d’une analyse d’objets et d’illustrations votifs le plus souvent extrêmement précis.

Repenser les catégories et les fonctions de l’objet votif japonais

La rapide étude des formes et des pratiques votives menées ici dans le contexte du Japon contemporain, un programme de recherche plutôt qu’une analyse exhaustive du sujet, cherchait d’abord à souligner que différentes dimensions de la question doivent être prises en considération pour mener à bien un travail sur la notion polysémique d’ex-voto, a fortiori quand cette polysémie est encore enrichie par une extension de la recherche à des aires culturelles non-chrétiennes.

58Nous avons en premier lieu cherché à démontrer que des objets communément considérés comme votifs dans le contexte japonais le sont essentiellement devenus par le truchement d’un discours comparatiste simplificateur qui ne traduit pas l’étendue des formes et croyances relevant d’une histoire religieuse différente de celle de l’Occident. Le danger récurrent d’une mise en avant des typologies occidentales nous apparait clairement dans les équivalences difficiles à finalement valider dans l’étude des ema. D’autres, avant nous, avaient cependant déjà relevé le problème. Qui plus est, la notion d’ex-voto n’ayant jamais véritablement pris racine dans les études japonaises, elle nous parait peu propice à l’établissement d’un dialogue futur. C’est bien sur la fonction exacte de chacun des artefacts, grands ou petits, que nous appelons « ex-voto » qu’un échange est possible.

59La diversité morphologique des artefacts religieux japonais nécessite par ailleurs des enquêtes complémentaires sur leur valeur esthétique, plastique ou économique, mais ne peut en aucun cas suffire à déterminer la dimension votive de ceux-ci. Nous avons cherché à démontrer que des objets, parfois consciemment envisagés comme votifs, sont également porteurs d’autres fonctions, tandis que des objets présentés comme non-votifs pour eux-mêmes s’intègrent à un réseau de pratiques qui manifestent une dimension votive conjointe.

60Nous avons ensuite relevé les glissements successifs qui peuvent s’opérer dans la transformation progressive de pratiques religieuses, jusqu’à aboutir à une mise en abîme de l’objet votif lui-même. Cette transformation porte autant sur les artefacts et les rites que sur les échelles de taille (formes) et de temps (durée).

61Nous avons par ailleurs proposé d’aborder l’existence de pratiques votives collectives en présentant des témoignages matériels de rites communautaires. Des objets, tels que les stèles qui nous ont ici servi de support, sont intéressants en ce sens qu’ils ne manifestent ni leur intention votive ni ne témoignent spécifiquement des relations entre l’humain et le divin. Muets sur les noms des acteurs de la transaction, catalyseurs de requêtes et de remerciements qu’ils n’inscrivent pas visiblement sur leur support, ils n’en sont pas moins essentiels à la performativité de l’exercice.

62Nous avons enfin mis en évidence l’importance d’une étude de tels objets dans le contexte japonais, non pour la valeur symbolique de ces artefacts, mais parce qu’ils sont porteurs d’informations techniques par ailleurs oubliées. Sans les ema et les maquettes de bateaux offertes aux temples et sanctuaires par les marins japonais durant les siècles précédents, nous n’aurions aujourd’hui probablement plus de traces technologiques du riche passé maritime de l’Archipel.

63Ces différentes appréciations de la question ne se prêtent pas simplement à la conclusion d’un travail, encore largement inachevé, sur la nature véritable de « l’ex-voto japonais » (qui, comme nous l’avons dit, n’existe pas naturellement), sur l’exhaustivité de ses formes (impossible probablement puisqu’en constante évolution) et sur les pratiques qui entourent des artefacts là pensés pour être beaux, là reconnus pour leurs pouvoirs surnaturels et là encore conçus parallèlement pour évoquer une foule d’autres sentiments humains que ceux du désir et de la reconnaissance.

64L’approche matérielle de la pratique religieuse proposée dans ces lignes permet néanmoins quelques réflexions intéressantes : d’une part, elle isole techniquement et géographiquement des pratiques diverses qui peuvent, lorsqu’elles sont spécifiquement étudiées sous l’angle du votif, manifester de la diversité de faits apparemment disjoints. D’autre part, elle donne la parole aux artefacts, doués ici d’une « âme », qui affirment assurément leur capacité à agir sur les sociétés humaines. Elle autorise enfin à repenser des classements symboliques jusqu’ici limités par leurs certitudes et à réfléchir au message technique porté par l’objet. Ce sont ces différentes dimensions qui nous semblent finalement les plus pertinentes pour repenser les catégories de l’objet votif au Japon et, nous l’espérons, hors de celui-ci.

Haut de page

Bibliographie

Amino, Y. 1995 « Les Japonais et la mer », Annales. Histoire, Sciences Sociales 50 (2) : 235-258.

Berthon, A. 2018 « Avant la naissance du Musée national d’ethnologie 国立民族学博物館 (Kokuritsu minzokugaku hakubutsukan) à Senri, Japon (années 1930-1974) » Bérose, Encyclopédie en ligne sur l’histoire de l’anthropologie et des savoirs ethnographiques, juin 2018. [En ligne] : berose.fr/?Avant-la-naissance-du-Musee-national-d-ethnologie-国立民族学博物館.

Brooks, D. 2015 Japanese Wooden Boatbuilding. Warren : Floating World Editions.

Chamberlain B. H. 1893 « Notes on some minor japanese religious practices », The Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland 22 : 355-370.

De Smet, P. & I. Reader 2017 Health-related Votive tablets From Japan : Ema for healing and well-being. Leiden : Leiden University Press.

Ikeda S. dir. 2008 Nara chimei yurai jiten (Dictionnaire historique des toponymes de la région de Nara). Tokyo : Tôkyôdô shuppan.

Iwai H. 1979 Ema hishi (Histoire secrète des ema). Tokyo : Nihon hôsô suppan kyôkai.

Iwai H. & N. Kôyama 1970 Nihon no ema (Ema du Japon). Kyoto : Kawara shoten.

Kawaguchi K. 1999 Nihon no kamisama yomitoki jiten (Dictionnaire analytique des divinités du Japon). Tokyo : Kashiwa shobô.

Kawashima S. 2003 Gyorô denshô (Légendes associées à l’industrie piscicole). Tokyo : Hôsei daigaku shuppankyoku.

Komatsu K. 1994 Hyôrei shinkô ron (Discussion sur les croyances touchant aux esprits démoniaques). Tokyo : Kôdansha.

Kon M. 2016 « Funaema ni miru benzaisen no hansô » (La navigation à la voile des navires de commerce vue à travers les ema de bateaux), Rekishi to minzoku 32 : 195-214.

Kretschmer, A. 2000 « Mortuary rites for inanimate objects : The case of Hari Kuyô », Japanese Journal of Religious Studies 27 (3-4) : 379-404.

Kyburz, J. 1994 « “Omocha”: Things to play (or not to play) with », Asian Folklore Studies 53 (1) : 1-28.

Lachaud, F. 2013 « The scholar and the unicorn. Antiquarians, eccentrics, and connoisseurs in eighteenth-century Japan » in A. Schnapp dir. World Antiquarianism : Comparative perspectives, Los Angeles : Getty publications : 343-371.

Leroi-Gourhan, A. 2004 Pages oubliées sur le Japon. Grenoble : Millon.

Lillehoj, E. 1995 « Transfiguration : Man-made objects as demons in japanese scrolls », Asian Folklore Studies 54 (1) : 7-34.

Matsuzaki K. 2004 Gendai kuyô ronkô – hito, mono, dôshokubutu no irei (Études sur les rites funéraires contemporains – consoler l’âme des hommes, des choses, des animaux et des végétaux). Tokyo : Keiyûsha.

Morse, E. S. 1917 Japan Day by Day. 2 vol. Boston : Houghton Mifflin.

Nagura M. 2015 « Nabe to kama – “hyakki yagyô emaki” ni miru shiji no isô » (Aspects du rituel shintô dans le “Rouleau illustré de la parade nocturne des cent démons”), 45e symposium du Centre de recherche international en études japonaises. [En ligne] : publications.nichibun.ac.jp/region/d/NSH/series/kosh/2015-01-30/s001/s016/pdf/article.pdf.

Ohnuki-Tierney E. 1989 The Monkey as Mirror: Symbolic transformations in Japanese history and ritual. Princeton : Princeton University Press.

Snow, H. K. 2016 « Donated before the gods : Popular display of Edo-period Ema tablets » in I. Weinryb dir. Ex Voto: Votive Giving Across Cultures. New York : Bard Graduate Center : 166-186.

Starr, F.1921 Japanese collectors and what they collect. Chicago : The Bookfellows.

Starr, F. 1926 « Japanese toys and toy-collectors », Transactions of The Asiatic Society of Japan 2 (3) : 101-116.

Swanger, E. & P. Takayama 1981 « A preliminary examination of the “Omamori” phenomenon », Asian Folklore Studies 40 (2) : 237-252.

Weinryb, I. dir. 2016 Ex Voto: Votive Giving Across Cultures. New York: Bard Graduate Center.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Ema (plaquettes votives)
Légende Sumiyoshi-taisha, Osaka, 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 2. Boutique faisant le commerce d’amulettes et ex-voto
Légende Sumiyoshi-taisha, Osaka, 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 3. Amulettes et talismans protecteurs
Légende Sumiyoshi-taisha, Osaka, 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 4. Tonneaux d’alcool déposés en offrande
Légende Sumiyoshi-taisha, Osaka, 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 5. Bannières votives
Légende Tennô-ji, Osaka, 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 6. Statuettes représentant Jizô Bosatsu, tout à la fois objets votifs quand ils sont acquis pour demander un enfant et offrandes mémorielles quand ils sont acquis en mémoire d’un enfant mort en couche ou avorté
Légende Tennô-ji, Osaka, 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 7. Lanternes déposées en offrande
Légende Kasuga-taisha, Nara, 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 8. Cierges votifs
Légende Tennô-ji, Osaka, 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 9. Cercle de sagesse (chie no wa)
Légende Gansandaishi-dô, Osaka, 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 10. Sanctuaire Mikumari
Légende Yoshino (Nara), 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 11. Ex-voto associés à la naissance. À gauche, seins (tissu sur papier). Au centre, bannière. En haut à droite, ema. Ces trois objets votifs matérialisent le souhait de lactation abondante et appellent la protection de l’enfant. Sanctuaire Mikumari
Légende Yoshino (Nara), 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 12. Bateau votif
Légende Kita Ebisu-jinja, Yuasa (Okayama), 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 13. Rituel funéraire aux aiguilles à coudre
Légende pavillon Awashima-dô du temple Sensô-ji, Tokyo, 8 février 2013
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 14. Stèle aux couteaux de cuisine
Légende Bentendô, Tokyo, 2013
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 15. Stèle aux lunettes
Légende Bentendô, Tokyo, 2013
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 16. Rituel funéraire aux aiguilles à coudre, pinceaux et fouets à thé. Concert de koto et récitation de sutra
Légende Taihei-ji, Osaka, 2 février 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 17. Rituel funéraire aux pinceaux. Devant la stèle aux pinceaux, le brasier dans lequel sont jetés ceux-ci.
Légende Taihei-ji, Osaka, 2 février 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 18. Rituel funéraire aux aiguilles à coudre. Les participants se rendent à tout de rôle devant la stèle pour prier pour l’âme des outils usagés et formuler une demande.
Légende Taihei-ji, Osaka, 2 février 2018
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 19. Stèle aux poissons-coffres (fugu)
Légende Bentendô, Tokyo, 2013
Crédits © D. Kunik
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10152/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Kunik, « Repenser les catégories de l’objet votif au Japon », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°70, mis en ligne le 06 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/10152

Haut de page

Auteur

Damien Kunik

Damien Kunik licencié LLCE Japon de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, doté d’un master spécialisé pluridisciplinaire en études est-asiatiques à l’université de Genève et d’un doctorat en études japonaises obtenu en 2016 à l’université de Genève pour une thèse intitulée « L’Art et la Matière : Nationalisme culturel et patrimoine folklorique dans le Japon du xxe siècle », s’intéresse, suite à une première formation en histoire des sciences et des idées du Japon moderne, depuis son post-doctorat au Musée national d’ethnologie (Japon), aux questions d’anthropologie des techniques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page