Navigation – Plan du site
Frontières non-limites

Repenser les catégories de l’objet votif au Japon

Damien Kunik
p. 214-219

Notes de la rédaction

En ligne : retrouver l’article complet sur journals.openedition.org/tc : Techniques&Culture 70 « Matérialiser les désirs. Techniques votives » :https://journals.openedition.org/tc/10152

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Statuettes représentant Jizô Bosatsu, tout à la fois objets votifs quand ils sont acquis pour demander un enfant et offrandes mémorielles quand ils sont acquis en mémoire d’un enfant mort en couche ou avorté, Tennô-ji, Osaka, 2018.

© D. Kunik

Même observé par le seul prisme de la notion occidentale d’ex-voto, l’objet votif japonais n’a pas encore véritablement bénéficié d’une étude générale, formelle, typologique et historique, en langue française. Dans le contexte japonais qui ne reconnaît pas naturellement l’existence d’une telle catégorie d’artefacts, il n’existe pas plus d’étude anthropologique exhaustive des pratiques qui entourent des objets aux fonctions similaires à celles prêtées aux ex-voto occidentaux, tant la variété des artefacts japonais répond à des questionnements intellectuels et disciplinaires différents. À la croisée des deux mondes cependant, l’« ex-voto japonais » s’est depuis le xixe siècle incarné dans une petite li...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Kunik, « Repenser les catégories de l’objet votif au Japon », Techniques & Culture, 70 | 2018, 214-219.

Référence électronique

Damien Kunik, « Repenser les catégories de l’objet votif au Japon », Techniques & Culture [En ligne], 70 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2018, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/10176

Haut de page

Auteur

Damien Kunik

Damien Kunik licencié LLCE Japon de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, doté d’un master spécialisé pluridisciplinaire en études est-asiatiques à l’université de Genève et d’un doctorat en études japonaises obtenu en 2016 à l’université de Genève pour une thèse intitulée « L’Art et la Matière : Nationalisme culturel et patrimoine folklorique dans le Japon du xxe siècle », s’intéresse, suite à une première formation en histoire des sciences et des idées du Japon moderne, depuis son post-doctorat au Musée national d’ethnologie (Japon), aux questions d’anthropologie des techniques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page