Navigation – Plan du site
Rituels

Les mariages des ténèbres

Images votives d’unions post-mortem au Japon
Agnès Giard
p. 168-173

Notes de la rédaction

En ligne : retrouver l’article complet sur journals.openedition.org/tc : Techniques&Culture 70 « Matérialiser les désirs. Techniques votives » :https://journals.openedition.org/tc/10106

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Mukasari ema sans date

© Agnès Giard, Jakushô, juillet 2012.

Il existe au nord du Japon une coutume peu connue appelée « mariage des ténèbres ». Cette coutume veut que si une personne décède sans s’être mariée, sa famille lui organise un mariage post-mortem afin de la rendre heureuse. Il faut que les esprits des morts trouvent la paix dans l’autre monde. Si ces morts restaient seuls, frustrés d’amour et privés d’une descendance qui leur consacre des rites, ils seraient susceptibles de devenir des âmes en peine. Incapables de se détacher de notre monde, tourmentés par l’angoisse, ils pourraient se transformer en êtres dangereux, c’est-à-dire entraîner les vivants dans la spirale de leur douleur. Ces morts-là sont doués du pouvoir d’affecter les vivants. Qu’il s’agisse d’enfants morts trop jeunes ou de célibataires âgés – quelles que soient les raisons pour lesquelles ils et elles n’ont jamais fondé un foyer (pauvreté, handicap, décès préco...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Giard, « Les mariages des ténèbres », Techniques & Culture, 70 | 2018, 168-173.

Référence électronique

Agnès Giard, « Les mariages des ténèbres », Techniques & Culture [En ligne], 70 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/10184

Haut de page

Auteur

Agnès Giard

Agnès Giard est anthropologue, chercheur rattaché au laboratoire Sophiapol (EA 3932) université de Paris Nanterre. Ses recherches en anthropologie portent sur l’industrie des simulacres affectifs (low-tech/high-tech) dans le contexte du dépeuplement du Japon. Elles mettent en regard la consommation des produits de consommation émotionnels et le stigmate frappant les personnes qui vivent seules, ainsi que la perspective d’une mort sans descendance.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page