Navigation – Plan du site
2019 M. Meyer & P. Pitrou (dir.) Anthropologie de la vie et des nouvelles technologies

Introduction

Morgan Meyer et Perig Pitrou

Texte intégral

Les relations entre le vivant et les techniques peuvent être abordées à partir de multiples perspectives. Tout d’abord, on peut s’intéresser à la manière dont les techniques émergent dans le monde naturel, afin de réfléchir aux continuités et aux discontinuités existant entre les organismes vivants, les artefacts et un milieu (Leroi-Gourhan 1970, Prochiantz 2012, Sigaut 2012). On peut aussi étudier la manière dont les sociétés observent les artefacts ou les processus techniques afin de rendre intelligible le fonctionnement des organismes ; par exemple en envisageant le cœur comme une pompe ou la digestion comme une coction (Canguilhem 1965 [1952], Pitrou 2017). Il y a plusieurs options théoriques selon que l’on insiste sur la continuité entre le geste technique et les processus morphogénétiques (Ingold 2000, 2013) ou, au contraire, que l’on mette en avant le fait que la technique – et la vie elle-même – gagnent à être comprises comme une série d’opérations de (re)compositions d’éléments hétérogènes (Coupaye 2013, Lemonnier 2012). Enfin, partant du principe que les opérations sur les êtres vivants sont toujours des interactions avec eux, ce sont les techniques du vivant qui gagnent à être scrutées par les sciences sociales. L’enjeu n’est pas seulement de décrire les modalités diverses de l’imbrication des processus vitaux et des processus techniques – ou des analogies qui peuvent exister entre eux (Pitrou, Coupaye & Provost 2016). Il est de mettre en relief comment les techniques déployées autour du vivant sont construites et négociées, de sorte que les enuquêtes doivent s’attacher à réfléchir aux modalités plurielles de l’articulation entre life forms et forms of life (Helmreich 2009, Pitrou 2017b). L’anthropologie de la vie peut ainsi se définir comme une investigation menée sur les variations, dans l’espace et dans le temps, des théories de la vie. Par contraste avec les approches d’inspiration phénoménologique (Ingold 2011) ou sémiologique (Kohn 2013), nous pensons fécond de mettre en relation ces théories avec les techniques du vivant et les formes d’organisations sociales développées par des groupes humains. Cette approche analytique, qu’on peut qualifier de socio-technique, se situe au croisement de plusieurs disciplines : anthropologie, science and technology studies, et sociologie.

1Dans la Maîtrise du vivant (1988), François Dagognet désigne les greffes végétales comme des « biotechnologies archaïques ». Si l’on étend cette catégorie aux techniques que les humains ont explorées depuis des millénaires – élevage, jardinage, agriculture, soin des enfants, pratiques médicales –, il est évident que l’intervention sur les vivants n’est pas une chose récente. On peut même accepter de parler de technologie, et pas seulement de techniques, dans la mesure où ces pratiques s’appuient sur une « science du concret » (Lévi-Strauss 1962) élaborée bien avant les découvertes de la science moderne occidentale. Avec l’apparition des biotechnologies, il convient toutefois de prendre acte de l’émergence de nouvelles formes de pouvoir, de nouvelles valeurs et de nouvelles institutions (Franklin & Lock 2003). Nous proposons, dans cette perspective, un dossier qui examine comment le développement de biotechnologies – de la biologie au bioart, en passant par la génomique, la robotique ou le biomimétisme – participe à la construction de formes de socialité et d’institutions inédites. Ces technologies ne visent pas seulement à comprendre la vie et à représenter le vivant : les savoirs et les pouvoirs qu’elles font apparaître ont des effets sur le social qu’elles participent à recomposer. À travers elles, se construisent de nouvelles lois et normes, des collectifs scientifiques et des institutions dotés de formes de gouvernance innovantes. On ne peut appréhender un organisme génétiquement modifié ou synthétique qu’à travers l’assemblage complexe qu’il forme entre génétique, normes juridiques et éthiques, intérêts économiques, contestations et consommation (Meyer 2017). On ne peut comprendre la biodiversité comme une question qui serait uniquement biologique ou écologique : elle est devenue un objet donnant lieu à des « valuations » marchandes et pensé en fonction des services écosystémiques rendus (Fredriksen 2017, Waterton et al. 2013). Il en va de même pour la santé humaine : celle-ci s’imagine de nos jours comme étant « connectée », « personnalisée » et « quantifiée », c’est-à-dire prise dans un réseau alliant la médecine à des technologies, des calculs économiques et des rationalités managériales. Dans tous ces domaines, la technologie n’est pas un outil qui donne à mieux voir le vivant : elle est un élément qui constitue le vivant – en le brevetant, le calculant, le synthétisant, l’altérant, le catégorisant, l’imaginant, l’artificialisant, le mimant. Pour ce faire, elle implique une diversité d’agents, de normes, de valeurs, et de pratiques socio-culturelles que les auteurs des articles réunis mettent en relief dans leurs cas respectifs.

2Cette dissémination des agents, des processus et normes a également des conséquences sur la manière de faire de la science et sur les lieux dans lesquels sont produits des discours réflexifs. Les pratiques et objets scientifiques (du gène à l’écosystème) ne sont plus confinés aux seuls laboratoires scientifiques. On peut parler, en ce sens, de « laboratisation » de la société qui se déploie à côté de l’« amateurisation » étudiée ailleurs (Meyer 2015). Les techniques et les espaces d’expérimentation se domestiquent d’autant que la science est de plus en plus mise en débat au sein de la société, comme les articles réunis cherchent à en donner un premier aperçu. De nouveaux laboratoires apparaissent en dehors des institutions scientifiques, dans des « garages » (voir l’article de Rebecca Wilbanks sur la do-it-yourself biology). Les promesses de la biologie de synthèse sont discutées par les pouvoirs publics, parfois même contestées par des ONG (Morgan Meyer). Le vivant exposé dans un musée n’est pas seulement un objet scientifique mais un objet socio-culturel et politique : tout en étant dénaturé, décontextualisé et classifié, un objet muséal devient un être social et institutionnel (Marlène Baudet et Morgan Meyer). Les opérations de fragmentation et de recomposition à l’œuvre dans les biobanques obligent un nombre sans cesse grandissant d’acteurs et d’institutions à s’interroger sur le statut des biomatériaux et, plus largement, sur la manière dont les êtres organiques sont constitués par des chaînes sociotechniques (Fabien Milanovic). Le bioart et le biodesign explorent, quant à eux, de quelles manières la création d’objets ou de nouvelles écologies, qui mobilisent des processus vitaux et des êtres vivants, est susceptible de stimuler des questionnements sur les potentialités de la science – et ses limites – en dehors des cercles de spécialistes (Perig Pitrou). Les expérimentations en robotique sont indissociables d’une réflexion sur les mécanismes à l’œuvre dans les interactions de la vie ordinaire ; par-delà la reproduction de la vie d’un organisme, l’enjeu est de penser l’insertion d’un artefact dans des dynamiques sociales (Joffrey Becker). À une échelle encore plus large, le biomimétisme cherche à se définir comme un nouveau paradigme qui orienterait les pratiques dans tous les domaines de la pratique, médecine, agriculture, etc., conduisant à repenser en profondeur la relation des humains à la nature (Lauren Kamili).

3Prenant acte de la transformation des pratiques et des lieux de légitimation des discours, nous avons assemblé les textes en suivant un parti pris original. Ils ont été rédigés par des auteurs engagés dans des enquêtes de terrain, au cours desquelles ils recueillent des données empiriques de première main. Nous leur avons toutefois proposé, au lieu de parler de leur terrain à travers des entretiens ou des observations, de faire parler et dialoguer des textes-clés dans les domaines abordés. Parmi ceux-ci, figurent des livres de journalistes, des rapports des pouvoirs publics, des ouvrages académiques, des catalogues d’exposition. Ils ne sont pas examinés à travers la forme classique du compte-rendu ou d’une revue de littérature, mais sont traités comme des textes écrits par des auteurs déjà réflexifs, acteurs d’une certaine forme d’enquête (artistique, journalistique, politique ou académique). À travers la mise en commun et la mise en contraste de ces textes, le but visé est de dresser un état des lieux des nouvelles pratiques, configurations, frontières et controverses qui émergent au croisement des nouvelles (bio)technologies et du vivant. Ce faisant, cet ensemble constitue une contribution au développement de l’anthropologie de la vie.

Haut de page

Bibliographie

Coupaye, L. 2013 Growing Artefacts, Displaying Relationships : Yams, Art and Technology amongst the Nyamikum Abelam of Papua New Guinea. New-York, Oxford : Berghahn.

Dagognet, F. 1988 La maîtrise du vivant. Paris : Hachette.

Franklin, S. & Lock, M. 2003 Remaking Life & Death : Toward an Anthropology of the Biosciences. Santa Fe - Oxford : School of American Research Press ; James Currey.

Fredriksen, A. 2017 « Valuing species : the continuities between non-market and market valuations in biodiversity conservation », Valuation Studies 5, 39-59.

Helmreich, S. 2009 Alien Ocean: Anthropological Voyages in Microbial Seas. Berkeley - Los Angeles : University of California Press.

Ingold, T. 2000 The Perception of the Environment. New York : Routledge.

Ingold, T. 2013 Making : Anthropology, Archeology, Art and Architecture. Abingdon : Routledge.

Kohn, E. 2013 How Forests Think : Toward an Anthropology Beyond the Human. Berkeley - Los Angeles : University of California Press.

Lemonnier, P. 2012 Mundane Objects : Materiality and Non-Verbal Communication. Walnut Creek : Left Coast Press.

Leroi-Gourhan, A. 1970 Le Geste et la Parole. Paris : Albin Michel.

Lévi-Strauss, C. 1962 La Pensée sauvage. Paris : Plon.

Meyer, M. 2015 « Amateurization and re-materialization in biology. Opening up scientific equipment » in M. Wienroth & E. Rodrigues dir. Knowing New Biotechnologies : Social Aspects of Technological Convergence. Londres : Routledge : 142-157.

Meyer, M. 2017 « “Participating means accepting” : debating and contesting synthetic biology », New Genetics and Society 36, 118-136.

Pitrou, P. 2017, « Life form and form of life within an agentive configuration : a birth ritual among the Mixe of Oaxaca, Mexico », Current Anthropology 58(7) : 360-380.

Pitrou, P. 2017 « Life as a making », Natureculture 4 : 1-37 (http://natureculture.sakura.ne.jp/wp/wp-content/uploads/2017/12/vol4-2-Pitrou.pdf).

Pitrou, P., Coupaye, L. & Provost, F. dir. 2016 Des êtres vivants et des artefacts. L’imbrication des processus vitaux et des processus techniques. Paris : Les actes de colloque du musée du quai Branly (https://actesbranly.revues.org/647).

Sigaut, F. 2012 Comment homo devint faber comment l’outil fit l’homme. Paris : CNRS éditions.

Waterton, C., Ellis, R. & Wynne B. 2013 Barcoding Nature : Shifting Cultures of Taxonomy in an Age of Biodiversity Loss. Londres : Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgan Meyer et Perig Pitrou, « Introduction  », Techniques & Culture [En ligne], Varia, 2019 M. Meyer & P. Pitrou (dir.) Anthropologie de la vie et des nouvelles technologies, mis en ligne le 14 janvier 2019, consulté le 20 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/10189

Haut de page

Auteurs

Morgan Meyer

Directeur de recherche au Centre de Sociologie de l'Innovation (i3), Mines ParisTech, PSL. Ses recherches se concentrent sur trois thématiques : participation et co−production de connaissances (histoire naturelle, biologie do-it-yourself, agriculture open source), nouvelles configurations et communautés en biologie (biologie de synthèse, édition génomique), intermédiation, traduction et représentation des savoirs.

Articles du même auteur

Perig Pitrou

Anthropologue, chargé de recherche au CNRS, au sein du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France où il a créé l’équipe « Anthropologie de la vie et des représentations du vivant ». Il est l’auteur de l’ouvrage Le chemin et le champ. Parcours rituel et sacrifice chez les Mixe de Oaxaca (Mexique) et d’une dizaine d’articles et de numéros spéciaux consacrés à l’anthropologie de la vie, domaine dans lequel il a dirigé plusieurs programmes : « Des êtres vivants et des artefacts » (Fondation Fyssen), la pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL, « Domestication et fabrication du vivant » et « La vie à l’œuvre » (PSL).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page