Navigation – Plan du site

Restitution du geste professionnel dans les études de l’Inventaire général

Restitution of professional gestures in the studies of the General Inventory
Catherine Chaplain-Manigand et Jean Davoigneau

Résumés

Notre propos est de montrer comment les savoir-faire, les activités humaines, le geste professionnel, les pratiques et les rituels – sujets d’ethnographie – se retrouvent décrits ou montrés dans les travaux de l’Inventaire général du patrimoine culturel, portant a priori sur des objets matériels : architecture, objets mobiliers, outils, instruments et machines… L’Inventaire général est une entreprise documentaire chargée de recenser, étudier et faire connaître tout œuvre matérielle qui, quels que soient son origine et son auteur, son caractère artistique, historique ou archéologique, permet de considérer qu’elle appartient au patrimoine culturel. Au début des années 1980, face à la désindustrialisation massive de certaines régions françaises et à la prise de conscience, par la communauté scientifique des historiens et des ethnologues, de la disparition rapide des témoignages de l’industrie, la thématique du patrimoine industriel intègre le champ d’investigation de l’Inventaire général.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tout au long de cet article, lorsque nous emploierons le descripteur « œuvre », ce sera dans cette (...)

Les chercheurs de l’Inventaire général ont, selon les termes des textes fondateurs du service, pour mission de recenser, d’étudier et de faire connaître toute œuvre existante ou ayant existé sur le territoire, quels que soient son origine et son auteur, et dont le caractère artistique, historique ou archéologique permet de considérer qu’elle appartient au patrimoine culturel de la France 1.

1Et, bien que le champ patrimonial n’ait fait que s’élargir durant ces cinquante dernières années, l’objet d’étude de l’Inventaire général reste l’artefact. Le propos de cet article est de montrer comment, néanmoins, les savoir-faire, les activités humaines, le geste professionnel, les pratiques et les rituels – sujets ethnographiques et anthropologiques, s’il en est – sont présents dans des travaux de description de la matérialité.

  • 2 L’inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France est dénommé depuis 2004 au (...)
  • 3 Le IVe Plan (1962-1965) sera approuvé par la loi du 4 août 1962 qui entérinera de fait le projet d’ (...)

2La création en 1964 de l’Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France 2 répondait à la nécessité de renouveler la connaissance du patrimoine. C’est lors de l’élaboration du IVe Plan de développement économique et social 3, qu’un groupe de réflexion chargé de faire des propositions concernant les équipements culturels et le patrimoine artistique reprend – sur les conseils d’André Chastel qui en avait convaincu le ministre André Malraux – l’idée de la réalisation d’un Inventaire général des monuments et des richesses artistiques, et l’inscrit fortement dans son rapport général :

L’établissement d’un inventaire monumental tendra à la même politique d’intégration de ce Patrimoine dans la vie nationale. L’inventaire portera sur les immeubles et objets mobiliers. Il aura, bien entendu, pour but fondamental d’établir le dossier scientifique de chaque monument classé ou figurant à l’Inventaire administratif afin d’en préciser la valeur artistique, historique et archéologique ; il éclairera les décisions en ce qui concerne les travaux de conservation. Il sera accessible aux enseignants ainsi qu’aux organisations et aux publications culturelles.

  • 4 Les services ont été installés dans de nouvelles circonscriptions administratives : les régions adm (...)

3André Chastel, qui regrettait le retard pris par la France dans la connaissance de son patrimoine monumental et mobilier, souhaitait corriger les carences de la documentation en histoire de l’art en réinventant la recherche autour de deux axes de travail. Le premier fut de définir des objectifs nationaux à des services ancrés régionalement 4, choisissant pour cela de créer de toutes pièces une administration, plutôt que de confier cette mission aux universités ou au CNRS. Le second était d’exiger plus de rigueur scientifique dans la description des œuvres et l’identification des matériaux et des techniques, ce qui conduisit à l’élaboration de principes d’analyse scientifique, c’est-à-dire à l’établissement d’une méthodologie nationale, et à l’élaboration de grilles d’analyse, de vocabulaires normalisés et de thésaurus d’indexation.

La méthodologie de l’Inventaire général

Bien qu’André Malraux qualifiât le projet d’aventure de l’esprit, l’Inventaire général est avant tout une entreprise documentaire. Mais son originalité réside dans la primauté du terrain sur la recherche et l’analyse des sources. Le chercheur commence par parcourir son terrain d’étude pour le découvrir, ce n’est qu’ensuite qu’il effectuera des recherches en bibliothèques et dépouillera les fonds d’archives. Le recensement des œuvres se fait sur place par l’observation directe de celles-ci dans un cadre topographique défini a priori ; ce recensement se doit d’être exhaustif.

4À partir de ce travail et après sélection, l’étude d’un certain nombre d’œuvres doit être faite. Cette étude des œuvres relevant des arts majeurs ou mineurs, appartenant à la propriété publique ou privée produit une importante documentation normalisée et organisée sous forme de dossiers abondamment illustrés par une iconographie réalisée à dessein.

  • 5 La famille est formée de tous les individus d’un même genre présents sur le territoire d’étude.
  • 6 Il faut prendre ameublement dans l’acception du Trésor de la langue française : soit « à la fois l’ (...)

5Ainsi pour une aire d’étude donnée, soit le cadre topographique du recensement, la documentation réunie est constituée pour l’essentiel – du moins en nombre – par des dossiers monographiques d’œuvres monumentales ou mobilières, mais également par des dossiers de synthèse décrivant l’aire d’étude elle-même, et d’autres sous-espaces géographiques tels que les communes de cette aire d’étude (les premiers outils méthodologiques désignaient ce type de dossiers sous le vocable de « dossiers généralités »). À cela s’ajoute des dossiers de synthèse sur des objets fictifs comme les familles d’œuvres 5 (ce sont les dossiers collectifs sur lesquels nous reviendrons), et des dossiers de synthèse présentant l’ameublement 6 des édifices.

  • 7 La base de donnée Mérimée qui indexe les œuvres architecturales fut créée dès 1972.

6La devise de l’Inventaire général liste les trois missions du service « recenser, étudier, faire connaître », tout d’abord deux verbes d’action présentent la méthodologie de travail : recenser les œuvres, puis les étudier, la troisième action affirme la volonté politique de rendre visible cette recherche et surtout ses résultats. Lorsque les premières études furent achevées à la fin des années 1960, cette médiation prit la forme d’expositions de restitution situées sur les lieux même des enquêtes, dans les mairies et les écoles du territoire étudié. L’idée d’une base de données émergea rapidement 7, d’abord pensée comme un outil de recherche, elle devint, une fois mise en place, l’unique point d’accès à la documentation normalisée. La restitution des travaux de l’inventaire se fit également grâce aux publications papier. Celles-ci prirent d’abord la forme de simples brochures accompagnant les expositions, mais très vite éditées à l’achèvement d’une enquête pour en présenter les résultats, elles devinrent indispensables. Des collections nationales furent élaborées ; quinze ans après la décentralisation trois existent toujours : Cahiers du patrimoine, Images du patrimoine, et Parcours du patrimoine.

7Le dossier d’inventaire, et ceci quel que soit son type, est organisé autour de textes et d’images qui rendent compte d’une observation in situ et d’une analyse historique permettant de dresser des conclusions sur l’œuvre étudiée. Textes et vocabulaires normalisés permettent à la fois de guider le lecteur et de rendre comparable les résultats.

  • 8 Par exemple pour l’architecture, la description présente d’abord la situation de l’œuvre dans le te (...)

8La première partie du discours porté sur l’œuvre, la plus importante, est la restitution de l’observation directe. Omniprésente dans les dossiers, elle présente l’œuvre tel qu’elle est dans une description allant du général au particulier 8, l’image y est privilégiée – images photographiques originales bien sûr, mais le relevé et les représentations graphiques y sont également très présents. Le texte est complémentaire à l’image. Cette règle édictée dès le livret de prescriptions techniques no 1 en 1968, sera constamment rappelée par la suite.

  • 9 Dans ce document à valeur administrative et surtout prescriptive, les auteurs ne sont pas mentionné (...)

La description tout en suivant le plan fixé [doit servir] de texte de liaison à l’ensemble de la documentation figurée […] elle tend surtout à recueillir ce qui n’a pu être enregistré par les documents figurés, ou à faire ressortir ce qui n’apparaît pas immédiatement à leur lecture 9 ». (Livret de prescriptions techniques n1, 1968 : 24-25).

1.

1.

Marc Kerignard, photographe de l’Inventaire en mission photographique, église Sainte-Perpétue. Nîmes, 30

Cl. Josiane Pagnon © Région Occitanie, Inventaire général

9L’analyse historique, la seconde partie du discours, présente l’œuvre d’après les sources. Son contenu est une analyse chronologique régressive de la documentation sélectionnée et critiquée – naturellement, quand elle existe – qui permet de restituer l’œuvre tel qu’elle a été ou telle qu’elle aurait pu être.

10Les conclusions se doivent d’être une synthèse de la description et de l’historique, de proposer un essai de datation et de restitution, de présenter les caractères dominants de l’œuvre et les références typologiques s’y attachant.

  • 10 La fiche signalétique constitue la page de garde du dossier de l’œuvre étudiée, mais elle est égale (...)
  • 11 Deux approches complémentaires ont toujours été envisagées dans la conduite de l’Inventaire même si (...)
  • 12 La base de donnée Palissy qui indexe les œuvres mobilières fut créée en 1986, soit quatorze ans apr (...)

11La fiche signalétique informatisée 10 constitue la porte d’entrée dans la documentation rassemblée sur les œuvres et ceci pour les deux modes d’approches méthodologiques du terrain mis en place par l’Inventaire dès la fin des années 1960 : le recensement et l’étude 11. Dans le cas du recensement, la fiche signalétique constitue l’essentiel du dossier, du moins sa partie textuelle, complétée par l’illustration, et dans le cas des études, la fiche signalétique constitue le point d’accès au dossier monographique, sa partie indexée, instrument nécessaire et indispensable pour sa consultation dans les bases de données Mérimée et Palissy 12.

La matière de la sélection est enregistrée dans des fiches. Chaque fiche définit un sujet ; celui-ci une fois étudié, la fiche devient le dossier d’inventaire. La fiche présente des rubriques imprimées et un emplacement pour un texte libre. Le cas échéant, elle sert de couverture à une illustration. La définition du contenu minimal de la fiche tient compte bien sûr des limites dans lesquelles l’enquête et la documentation de repérage elles-mêmes ont été enfermées. Elle tient compte également des principales entrées du lexique-informatique : la fiche signalétique porte donc les données de base du système de gestion automatique des archives de l’Inventaire (Livret de prescriptions techniques n1, 1968 : 24-25).

Le dossier collectif

  • 13 C’est en Alsace et en Bretagne que furent créées les deux premières commissions régionales de l’Inv (...)

Si le projet initial consistait à mener un inventaire des richesses artistiques de la France, le choix des premiers terrains d’étude (des aires d’études au cœur de la Bretagne ou de l’Alsace rurale 13) construisit, une fois le recensement exhaustif des objets matériels mené, des corpus bien différents de ceux a priori attendus, le regard scientifique avait changé. En 1988, soit une vingtaine d’années après le début des enquêtes de terrain, Nicole de Reyniès, conservatrice au bureau de la méthodologie de l’Inventaire, fait le constat suivant de la construction de la méthode confrontée au terrain durant les premières années du service :

Par ailleurs, s’il s’agissait encore d’étudier les œuvres monumentales ou artistiques, c’est-à-dire essentiellement les œuvres uniques, la pratique des travaux panoramiques allait entraîner rapidement la prise en compte d’une étude globale sur le patrimoine à tendance exhaustive. C’est sans doute ainsi, à l’insu des fondateurs de l’Inventaire qui pensaient vraisemblablement plus à un répertoire des églises, des châteaux et des manoirs que se sont imposés sur le terrain, prospecté systématiquement, l’espace rural et l’habitat traditionnel dans leurs aspects les plus modestes, sinon les plus répétitifs. L’initiative de ce type d’étude revenait jusque-là aux géographes et aux ethnologues. Les historiens de l’art s’en sont emparés, donnant une couleur spécifique à ses recherches. La pression du terrain et la sensibilité nouvelle des chercheurs ouverts à différentes disciplines ont modelé progressivement le domaine de l’Inventaire qui aujourd’hui, concerne tous les biens culturels matériels et englobe les œuvres d’intérêt ethnologique comme les biens industriels et techniques (Reyniès 1988 : 53).

  • 14 Par exemple : les maisons, les fermes ou les moulins ; mais la méthode peut également être utile po (...)
  • 15 La traduction de ce couple de mots latins pourrait être : « exceptionnel » et « représentatif ».

12Grâce au choix des terrains d’études et à leurs parcours intellectuels, les chercheurs de l’Inventaire général refusaient d’établir un répertoire de trésors, mais ils se retrouvèrent alors confrontés à des œuvres moins prestigieuses, mais en plus grand nombre 14. Une méthode fondée sur le « repérage/sélection » et désignée par le vocable d’étude collective, a alors été établie, fruit d’un certain nombre de va-et-vient entre les chercheurs sur le terrain et les responsables de la méthodologie au ministère. La méthode construite sur l’analyse quantitative et spatiale d’une famille d’œuvres dont la comparaison et le classement en présenteront les caractères originaux, permet d’établir une typologie et de sélectionner les individus qui représentent le mieux les groupes, ou ceux qui par leur rareté n’entrent dans aucun groupe. Outre un dossier présentant les observations générales sur la « famille », un dossier monographique sera réalisé sur chacun des sélectionnés unicum comme typicum 15.

13Bien sûr, la famille est un objet théorique, une commodité pour l’analyse, un objet défini par le terrain dans les limites de l’aire d’étude, cadre spatial bien déterminé, lui-même largement fictif même s’il reprend parfois les limites du canton, du pays, de la commune ou de la paroisse.

14En partant du constat que l’analyse individuelle (ou monographique) d’une œuvre récurrente dans un territoire donné n’est pas pertinente, l’étude collective de ces individus rassemblés en une famille d’œuvre apporte des éléments de lecture à tous les individus du genre. Ils possèdent tous une communauté de traits familiaux qui l’emporte sur leur singularité.

  • 16 En milieu rural, il est parfois difficile de distinguer les membres de familles proches, telles que (...)

15L’intérêt de ce type d’étude est, à partir d’une grille de repérage, de faire apparaître la récurrence des caractères historiques ou morphologiques des membres d’une même famille permettant de les classer pour ensuite sélectionner de manière raisonnée les individus qui sont représentatifs ou singuliers et d’en faire l’étude (fig. 2). L’immense majorité de ces études collectives porte sur la demeure et ses spécifiques les plus rencontrés sur le terrain, la ferme et la maison rurale 16. Dans les dossiers qui résultent de ces études, suivant les recommandations et consignes des outils méthodologiques, des textes illustrés doivent aborder le contexte géographique et les paysages du terrain, ainsi que le contexte socio-économique, les typologies du bâti principal et des parties constituantes, ce qui dans un contexte rural conduit à présenter les modes d’occupation du sol et les activités agricoles.

2.

2.

Cette carte à perforation marginale est un exemple de grille de repérage, plus de 150 critères organisés en 25 rubriques permettent de caractériser une maison : matériaux de construction ou de couverture, nombre d’étages, type de couverture, emplacement des ouvertures, etc. Chaque critère retenu est renseigné sur la carte par enlèvement d’une partie du carton au moyen d’une pince à encocher. L’opérateur peut ensuite trier le corpus à l’aide de tringles métalliques.

Collection MIGPC

L’architecture rurale, une des prémices du dossier collectif ?

  • 17 Cette enquête sur la maison rurale a été entreprise à l’initiative de l’architecte Urbain Cassan so (...)
  • 18 Il est intéressant de noter que dans le cas du département du Bas-Rhin, les études monographiques s (...)

Comment ne pas établir de parallèle avec une entreprise qui, en quelque manière, préfigure l’Inventaire général dans le milieu rural : le chantier intellectuel et artistique EAR 1425 17 lancé en 1941 par le musée des Arts et Traditions Populaires (ATP) et intitulé « enquête sur la maison rurale » ? Ce chantier intellectuel, qui comme d’autres en 1941, avait pour but de procurer du travail à des chercheurs et artistes qu’il fallait, sous l’Occupation, arracher au service du travail obligatoire, se poursuivit après-guerre et ceci jusqu’en 1948. Le chantier permit la réalisation de plus de 1500 monographies 18. Cette enquête des ATP restée longtemps inédite devait donner lieu à la publication, de 1977 aux années 2000, d’une vingtaine de volumes régionaux de L’architecture rurale française, corpus des genres, des types et des variantes.

16Dans l’introduction commune à chaque volume, Jean Cuisenier, le directeur de la publication présente ainsi l’entreprise éditoriale :

Il fallait choisir : on ne ferait pas un inventaire, dont l’impossible ambition serait l’exhaustivité ; ni un recueil d’exemples, dont on ne pourrait tirer aucune loi ; ni un catalogue de belles œuvres […]. On ferait plus simple et plus compliqué à la fois : un corpus de spécimens, présentant des types et leurs variantes significatives.

17Jean Cuisenier est encore plus explicite dans un article de 1987 : « le sous-titre du corpus annonce le propos sans ambiguïté : c’est un rassemblement de genres, de types, et de variantes ; d’objets anthropologiques, donc » (Cuisenier 1987 : 93). Il précise en outre que les monographies du chantier intellectuel sont au sein des volumes du Corpus normalisées et résumées afin de constituer la matière à de futures synthèses descriptives (matériaux, éléments architecturaux) ou thématiques (richesse du vocabulaire technique recueilli, principes constructeurs et utilisation des espaces).

18De même dans Principe, Méthodes et Conduite de l’inventaire général du patrimoine culturel, les rédacteurs ont tenu à préciser leur choix sémantique :

On a préféré les termes « classement » ou « classification » à celui de « typologie » car ils traduisent mieux l’ambition d’une démarche appliquée dans les limites d’une aire d’étude. […] On a employé le terme « type » pour désigner les modèles abstraits construits a priori et que l’on confronte aux œuvres au cours de l’enquête ; « groupes » et « classes » rassemblent les œuvres à partir de communautés spécifiques de caractères observés sur chacune d’elles au cours de l’enquête : regroupements construits a posteriori. (PMC 2007 : 48).

19Malgré ces mises au point quant au vocabulaire retenu pour désigner les œuvres faisant l’objet d’une monographie, on constate malheureusement que les résultats des deux entreprises présentent essentiellement un univers des formes, un catalogue des matériaux, des morphologies, des types et des procédés constructifs. Il y a bien dans le questionnement sur la maison rurale, un chapitre sur les activités dominantes, et dans la grille de restitution des études collectives de l’Inventaire général une entrée pour décrire le contexte socio-économique, mais il faut bien admettre que c’est « la typologie » qui l’emporte le plus souvent. Peu de place pour l’humain dans les relevés d’architecture des maisons rurales, peu de présence de l’homme, des animaux et des activités agricoles dans les clichés documentaires des photographes de l’Inventaire.

La présence des pratiques et des savoir-faire dans les dossiers d’inventaire

Même si dans les dossiers collectifs, le catalogue et la « typologie » des parties constituantes nous renseignent par exemple sur la présence de tel ou tel animal et de leur nombre dans l’étable, la bergerie ou la porcherie, ou sur l’espace réservé au stockage des récoltes, il n’y a aucune place dans la fiche signalétique normalisée de l’Inventaire général pour désigner ou décrire les modes de production, les activités et les savoir-faire…

20Néanmoins, dans quelques études, certains chercheurs ont trouvé un moyen de restituer des faits et gestes illustrant et apportant explication à l’architecture et aux objets mobiliers. Mais alors la difficulté consiste pour le lecteur à les retrouver dans les bases de données car dans les notices aucune rubrique n’a été prévue pour indexer ce type d’information et surtout aucun lexique, aucune nomenclature n’ont été élaborés pour les dénommer.

21C’est donc, pour l’essentiel, dans les publications que l’on découvre par la photographie des images de ces pratiques. Le plus souvent ces clichés sont postérieurs à l’étude et seulement faits pour intégrer la publication, ils sont donc absents des dossiers documentaires, ceux-ci n’étant par ailleurs que rarement mis à jour.

  • 19 Le travail de terrain a été mené par Marie-Pascal Mallé de 1971 à 1997.
  • 20 Le travail de terrain a été mené par Thierry Monnet de 1989 à 1990.

22Ainsi, le labour par traction animale a été observé lors de différentes études d’inventaire et a fait l’objet d’un reportage photographique afin d’attester de la permanence d’une pratique largement résiduelle, mais il a également été photographié de façon moins documentaire et plus artistique pour illustrer les publications : Cahiers du patrimoine sur l’habitat du nord des Hautes-Alpes publié en 1999 19 ou Images du patrimoine sur le Beaufortain, Pays de Savoie publiée en 1991 20 (fig. 3). La viticulture, autre activité agricole génératrice de paysages, de savoir-faire et d’architectures spécifiques est également montrée de cette manière : le photographe s’approche des rangs de vigne, prend des clichés des vendangeurs et de leurs gestes (fig. 4). Sur le même sujet, on peut cependant constater dans la documentation portant sur deux études faites avec dix ans d’écart, dans deux terroirs distincts (le Cognaçais en Charente étudié en 1995 et le Sancerrois dans le Cher dans les années 2002-2005), la présence de clichés présentant les mêmes phénomènes : le passage « obligé » à une vendange mécanisée, et la survivance d’une vendange manuelle résiduelle.

3a.

Scène de labour. La Grave, 05

Cl. Marc Heller – Gérard Roucaute © Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Inventaire général, 1985

3b.

Paysan labourant avec son cheval comtois. Hauteluce, 73

Cl. Eric Dessert – Jean-Marie Refflé © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 1989

4a. 4b. 4c.

4a. 4b. 4c.

Vendanges à Crezancy-en-Sancerre, 18

Cl. François Lauginie © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, 2004

23Le cliché de la seule matérialité du lieu, ne rend pas compte de sa fonction, ce qui pose un problème au chercheur : la désignation fonctionnelle étant le principe retenu par l’Inventaire général pour désigner les œuvres. Le marché et le champ de foire sont à ce propos des exemples démonstratifs : ces lieux exempts d’activités, de commerçants, de victuailles, de chalands et de bétails sont alors vides de sens (fig. 5).

5a. 5b.

Deux vues du marché de Basse-Terre, 971

Cl. Jean-François Peiré © Région Guadeloupe, Inventaire général, 2004

5c. 5d.

Vente de Chevaux sur le champ de foire de Culan, 18. Dans le dossier documentaire, ce cliché d’un jour de marché s’ajoute à des clichés de l’espace libre sans animaux plus descriptif mais beaucoup moins compréhensible

Cl. Robert Malhnoury© Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, 1998

24On constate également que les pratiques scientifiques de recherche évoluent. Ainsi deux études menées par la même conservatrice, Marie-Sylvie Grandjouan, sur des terroirs géographiquement proches mais à près de trente ans d’écart, témoignent d’un changement dans la manière d’effectuer la restitution documentaire d’un même phénomène – ici, l’élevage ovin. La commune de Saint-Saturnin en Lozère a été étudiée en 1968, mais l’étude seulement publiée dans la collection Images du Patrimoine, vingt-sept ans plus tard, en 1995. Des photographies d’un troupeau traversant l’agglomération ont alors été prises pour illustrer la publication. Le territoire de la commune de Saint-Alban-sur-Limagnole a lui été étudié au début des années 2000, mais cette fois les clichés de troupeaux de brebis ont été produits au cours de l’étude et ont intégré la documentation (fig. 6).

6a.

Troupeau traversant le village de Saint-Saturnin, 48

Cl. Jean-Michel Périn © Région Occitanie, Inventaire général, 1993

6b.

Troupeau sortant du village de Saint-Alban-sur-Limagnole, 48

Cl. Jean-Michel Périn © Région Occitanie, Inventaire général, 2001

25Quels que soient les territoires et les troupeaux qui y paissent, l’élevage y a bien souvent pour finalité la production de fromage. Cette production agro-artisanale a également fait l’objet de nombreuses études. Le reportage photographique a alors toujours été choisi comme mode de restitution, et là encore parfois seulement présent dans les publications, et s’il a été inséré dans l’appareil documentaire, c’est au sein des dossiers collectifs comme illustration de parties constituantes spécifiques des fermes. Deux exemples : une première enquête menée en 1992 dans le Jura par Laurent Poupard sur la fabrication du comté (fig. 7) et une seconde opération d’inventaire menée en 2001 dans le Calvados par Yannick Lecherbonnier, cette image de 2012 (fig. 8) a été faite lors du retour sur le terrain en vue de la publication d’une Images du patrimoine intitulée Patrimoine industriel du Calvados, le Pays d’Auge, publiée en 2013.

7.

7.

Reportage sur la fabrication sportive du comté dit tirage à la toile. Arthenas, 39

Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 1993

8.

8.

Reportage sur un savoir-faire bien particulier : le cerclage des livarots avec des feuilles de laîche. Livarot, 14

Cl. Manuel de Rugy © Région Normandie, Inventaire général, 2012

26Si le patrimoine religieux fait l’objet de milliers de dossiers monographiques en architecture (église, chapelle, oratoire, etc.) ou d’objets mobiliers (autel, tabernacle, calice et patène, objets de procession, etc.), les pratiques et les rituels en sont très absents.

27Brigitte Céroni et Bénedicte Renaud ont mené une enquête d’inventaire dans la commune d’Orcival en 1995. Une publication sur l’église Notre Dame d’Orcival, lieu de pèlerinage important, est parue la même année également dans la collection Images du patrimoine. Dans les bases de données se trouvent 76 images de la statue de procession de Notre-Dame-d’Orcival, photographies prises par les photographes professionnels du service et illustrant le dossier documentaire monographique. Mais l’on retrouve également 80 images de la procession prises cette fois-ci par un chercheur venu faire un reportage lors de la cérémonie, ces dernières images n’illustrent aucun dossier, mais l’on peut constater que 8 d’entre elles ont été publiées dans l’Images du patrimoine, pour seulement 5 de la statue (fig. 9).

9a.

Statue de la Vierge en majesté de Notre-Dame-d’Orcival, 63

Cl. Roger Choplain – Roland Maston © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 1995

9b.

Reportage sur la procession de la fête de l’Ascension. Orcival, 63

Cl. Jean-François Luneau © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 1994

La prise en compte des objets de la vie économique et des pratiques et savoir-faire liés aux machines dans les études de l’Inventaire général

Les prémices

Avant d’aborder la prise en compte des objets de la vie économique à travers les dossiers de l’Inventaire général et, plus précisément, celle des pratiques et savoir-faire liés à l’outillage et aux machines, il convient de revenir au début des années 1980, afin de mieux appréhender la genèse d’un tel projet.

28En effet, à cette époque, l’ampleur de la désindustrialisation massive de certaines régions françaises a fait prendre conscience à la communauté scientifique des historiens et des anthropologues de la disparition rapide et irrémédiable des témoignages de l’industrie et de certaines connaissances techniques.

29Face à l’urgence de la situation, en 1982, le ministère de la Culture met en place, par lettre de commande, deux groupes de réflexion. Le premier est intitulé « Ethnologie et civilisation industrielle ». La responsabilité en sera confiée à Jacques Vallerant, directeur de l’Écomusée du Nord-Dauphiné, en collaboration avec Noëlle Gérôme, ethnologue, chargée de recherches au CNRS. Le second groupe, portant sur « La demande sociale en préservation et conservation des biens scientifiques, techniques et industriels », sera placé sous la coordination de Bernard Rignault, alors secrétaire général de l’Association pour la Sauvegarde des Forges de Buffon.

30Les travaux menés par ces deux commissions aboutissent, en 1983, à la rédaction d’un rapport intitulé Hommes, techniques et sociétés industrielles : traces et identités. Ce dernier, (fig. 10) rédigé par N. Gérôme, B. Rignault et J. Vallerant, dresse un état des lieux et fait, entre autres, le constat que « pour sortir de la pratique du coup par coup en matière d’intervention, il faut se donner les moyens de connaître l’état présent du patrimoine industriel » et le rapport préconise : « avant d’arriver à un inventaire très détaillé, de lancer une campagne de repérage des sites et des immeubles ainsi que des machineries ». (Gérôme 1983 : 106).

10. Couverture du rapport

10. Couverture du rapport

Ministère de la Culture / Dalloz, 1983

31Cette recommandation, émanant d’un collège d’experts, aura un effet déclencheur sur l’élargissement du champ d’investigation de l’Inventaire général. Ce dernier va désormais intégrer le domaine du patrimoine industriel et technique dans sa sphère de compétences et se dote d’une « cellule » dédiée. Celle-ci, s’appuyant sur une directive du Conseil de l’Europe, lance, en 1986, un inventaire national du patrimoine de l’industrie, baptisé « Repérage du patrimoine industriel ». Cette opération d’envergure, réalisée au sein des différents services régionaux de l’Inventaire général, a pour objectif d’inventorier systématiquement les bâtiments de production, en activité ou non, ainsi que les machines, obsolètes ou non, qu’ils abritent.

Bilan quantitatif

Après quelques balbutiements dus à la fois à l’ampleur de la tâche, à la complexité et à l’urgence dans lesquelles cet inventaire exhaustif devait être réalisé, la progression du recensement des outillages et des équipements techniques répertoriés dans les usines s’est accélérée et les premiers résultats sont apparus.

32De nos jours, les données recueillies sur les machines, selon les normes méthodologiques de l’Inventaire général appliquées aux objets mobiliers, constituent un corpus de 1302 dossiers, ce qui représente une source documentaire non négligeable pour l’histoire des techniques et des savoir-faire industriels, même si ce chiffre peut paraître faible au regard des 15 629 dossiers consacrés aux édifices industriels.

Comment sont représentés les gestes et savoir-faire industriels dans les études de l’Inventaire ?

Qui dit machine dit « process » de fabrication et renvoie à l’analyse de la chaîne de production et des procédés techniques mis en place par l’entreprise.

33Si les outils méthodologiques de l’Inventaire général (grilles d’analyse, lexiques et vocabulaires normés) permettent de restituer dans les dossiers, par le biais d’une description détaillée (fig. 11), le fonctionnement des machines étudiées, se pose, alors, la question de la prise en compte des gestes et des savoir-faire industriels liés à ces équipements techniques.

11.

11.

Exemple de dossier réalisé sur un tambour laveur Wemco, comportant une description détaillée de son fonctionnement.

Dossier IM71000386 de la base Palissy – Cl. F. Pillet © Ecomusée du Creusot – Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 1999

34En examinant le corpus de ces machines de production, on s’aperçoit que la réponse varie d’une enquête à l’autre, en fonction du terrain d’étude et des conditions dans lesquelles s’est déroulée l’enquête. D’une manière générale, la méthodologie appliquée au « Repérage du patrimoine industriel », calquée sur les pratiques de l’inventaire topographique, a toujours prôné l’objectivité scientifique comme un principe de base. De ce fait, le côté « humain » est souvent gommé dans les dossiers de machines inventoriées. Or, saisir le geste de l’ouvrier sur sa machine est essentiel pour comprendre comment elle fonctionne réellement et cela passe, dans les dossiers de l’Inventaire, par le témoignage photographique. Sans ce support « animé », l’information technique recueillie sur l’outillage étudié aura tendance à être incomplète voire inefficiente à l’instar de ce cliché qui ne renseigne ni sur la pratique de l’ouvrier ni sur la fonction de la machine (fig. 12).

12.

12.

Ouvrier posant à côté de la raseuse Paisley. Tissage Charvet. Armentières, 59

Cl. Philippe Davril © Région Hauts-de-France, Inventaire général, 1988

35En revanche, quand les conditions de l’enquête le permettent, le chercheur va pouvoir illustrer son travail en orientant la campagne photographique sur les principales étapes de fabrication, avec des prises de vues détaillées des gestes techniques déployés par les ouvriers. C’est le cas, par exemple, dans l’étude de Frédéric Pillet sur les usines de porcelaine de Limoges (Haute-Vienne) où des clichés rapprochés ont été réalisés sur différentes phases de la production comme le modelage, la fabrication d’une soucoupe par calibrage et la peinture des décors à l’or mat (fig. 13). Au cours de l’inventaire des Forges de Syam (Jura), Laurent Poupard a pu effectuer une série de photographies montrant les hommes au travail sur différentes cages du laminoir. Parmi ces clichés, on retiendra un portrait en pied pour capter l’ampleur du geste caractéristique de l’ouvrier travaillant sur une billette d’acier dans une cage de dégrossi, et faire sentir combien, ici, le corps est partie prenante du geste (fig. 14). Enfin, lors de l’enquête sur les usines de taillanderie de Pont-Salomon (Haute-Loire) menée par Anne Henry, le plan séquence de la fabrication des lames de faux au martinet hydraulique a été réalisé grâce à une succession de prises de vues faites en tournant autour du poste de travail, afin de bien faire ressortir l’attitude et la gestuelle de l’ouvrier au fur et à mesure de son travail sur la lame (fig. 15).

13.

13.

Poste de modelage chez Bernardaud et Cie, fabrication d’une soucoupe par calibrage chez Fontanille et Maraud, peinture des décors à l’or mat chez Legrand Lebouc Lègle. Limoges, 87.

Cl. Philipe Rivière © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général, 2003

14.

14.

Ouvrier passant une barre d’acier dans une cage de dégrossissage. Forges de Syam. Syam, 39

Cl. Laurent Poupard © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 1992

15.

15.

Martinet hydraulique et ouvrier platineur à son poste de travail. Usine de taillanderie de l’Alliance. Pont-Salomon, 43

Cl. Philippe Hervouet © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 1998 et 1999

36Cette forme de reportage photographique va avoir tendance à se développer au fil des études d’inventaire liées au patrimoine industriel. Et c’est à travers les publications nationales de l’Inventaire général, notamment celles de la collection des Images du patrimoine, qu’elle va trouver un moyen d’expression. En effet, la charte graphique de cette ligne éditoriale, qui fait la part belle aux illustrations, a permis aux équipes des services régionaux de l’Inventaire de montrer et faire connaître au grand public, plus facilement qu’à travers les dossiers informatisés, les pratiques et les savoir-faire industriels recueillis au cours de leurs enquêtes de terrain.

37Au début du « Repérage du patrimoine industriel », la représentation de ces gestes techniques dans les Images du patrimoine est présente, de façon timide, à l’instar du cliché, paru dans les Ardoisières des Pays de la Loire (1988), montrant un ouvrier sur l’un des postes de rondissage de l’ardoise (fig. 16). Quelques années plus tard, on retrouve, de manière exceptionnelle, une représentation assez complète des pratiques et des savoir-faire liés à la fabrication des profilés en aciers spéciaux dans l’ouvrage consacré aux Forges de Syam. En effet, ce volume, grâce à une campagne photographique de la chaîne de production effectuée méthodiquement avant la cessation d’activité et la fermeture du site industriel, renferme une abondante iconographie illustrant « les façons de faire » des ouvriers de l’usine (fig. 17). Plus étonnant, mais néanmoins très intéressant, dans l’Images du Patrimoine industriel de l’Aude (1998), pour les opérations de cardage des fibres et de dressage du feutre sur moule dans l’usine de chapellerie Chapeaux de France de Montazels, le flou des prises de vues a été volontairement conservé, afin de suggérer le mouvement qui accompagne les gestes des ouvriers (fig. 18).

16. Les Ardoisières en Pays de la Loire

16. Les Ardoisières en Pays de la Loire

Poste de rondissage. Société des Ardoisières du Haut Anjou. Noyant-la-Gravoyère, 49

© Région Pays de la Loire, Inventaire général, 1988

17. Les Forges de Syam

17. Les Forges de Syam

Ouvriers aux postes de réchauffage et laminage des lopins. Forges de Syam, 39

Cl. Laurent Poupard et Yves Sancey © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 1996

18. Le patrimoine industriel de l’Aude

18. Le patrimoine industriel de l’Aude

Opérations de cardage des fibres et de dressage du feutre sur moule. Usine de chapellerie Chapeaux de France, Montazels, 11

Cl. Jean-Michel Périn © Région Occitanie, Inventaire général, 1998

38Il est à noter que, vingt ans plus tard, ce reportage photographique prend tout son sens en termes de témoignage de procédés de fabrication révolus, puisque l’usine Chapeaux de France a définitivement cessé son activité en avril 2018.

39Au fil des ans et de la progression de l’inventaire du patrimoine de l’industrie, les représentations des hommes au travail vont devenir de plus en plus prégnantes et récurrentes dans les publications et seront, bien souvent, pour les photographes professionnels de l’Inventaire général, l’occasion d’exprimer tout leur talent, au vu des conditions difficiles de prises de vues en usine.

40On constate également que les campagnes photographiques accompagnant les enquêtes de terrain donnent à voir un plus grand nombre d’ouvriers au travail à l’exemple des clichés réalisés sur le sciage du marbre à Balanod (Jura) (fig.19). Ou, de façon encore plus explicite, avec les quatre images figurant le séquençage du décor d’un verre, selon le procédé de la taille, à la Verrerie de la Rochère (Haute-Saône). Là, le reportage photo montre le travail d’abrasion sur meules en commençant par un plan large, suivi d’un cadrage séquentiel de plus en plus rapproché sur le verre et le geste précis et méticuleux de l’ouvrier (fig. 20).

19. Vue de détail de la débiteuse Grégori

19. Vue de détail de la débiteuse Grégori

Vue élargie de la même débiteuse en cours de sciage, avec un ouvrier à son poste de commande. Marbrerie Yelmini Artaud. Balanod, 39

Cl. Yves Sancey © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 1997

20. Séquençage du décor d’un verre selon le procédé de la taille

20. Séquençage du décor d’un verre selon le procédé de la taille

Verrerie de la Rochère. Passavant-la-Rochère, 70

Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 2010

Autres sources exploitées

Le reportage pictural

La réédition revue et augmentée, en 1999, d’un numéro d’Images du patrimoine portant sur la célèbre biscuiterie LU à Nantes, permet d’évoquer une remarquable source iconographique à laquelle les chercheurs de l’Inventaire général peuvent faire appel. Il s’agit du travail du peintre officiel de la Marine, Albert Brenet (1903-2005). Ce dernier, au milieu des années 1950, après avoir fait quelques représentations industrielles de Nantes, a été sollicité par l’entreprise LU, pour réaliser un ensemble de gouaches sur papier représentant les principales étapes de la production des biscuits. Le défi lancé à l’artiste était de rendre compte du travail sur les nouvelles chaînes de fabrication, installées après 1951, sans avoir recours à la photographie. Le résultat est superbe et saisissant de réalisme. Les œuvres restituent fidèlement les équipements techniques et le travail de la biscuiterie, et plus spécifiquement les différentes phases d’élaboration du petit-beurre. En quelques traits vifs, le peintre a su synthétiser, de manière extrêmement précise et vivante, les outillages et les gestes industriels qu’il s’agisse du cassage des œufs, de la préparation de la pâte dans des pétrins verticaux ou de la préparation de la pâte feuilletée (fig. 21).

21. Lu, une usine à Nantes

21. Lu, une usine à Nantes

Opérations de cassage des œufs, de préparation de la pâte dans des pétrins verticaux et de préparation de la pâte feuilletée. Biscuiterie LU, Nantes, 44

© Repr. Coll. Lefèvre-Utile, dépôt Musée du Château des Ducs, Nantes - Albert Brenet vers 1955, 1999

41À l’instar de ce reportage pictural réalisé pour la biscuiterie LU, Albert Brenet, surnommé « le peintre-reporter du xxe siècle », a également travaillé sur commande, dans les années 1950-1960, pour d’autres grandes entreprises. Ses gouaches peintes en 1956 à la conserverie de poisson Delpierre Pompon rouge de Boulogne-sur-Mer (62), figurent avec minutie non seulement les équipements techniques mais aussi les vêtements de protection ainsi que l’attitude et la gestuelle des ouvrières postées sur les chaînes de conservation et d’expédition (fig. 22). Il en est de même pour ses vues sur l’ancienne usine Comilog à Dunkerque (59), sur la raffinerie de pétrole Esso Standard à Port-Jérôme (76) (fig. 23) ou encore sur la raffinerie de gaz Total à Lacq (64), dont on retiendra une gouache figurant les monticules de soufre jaune, chargé à la pelleteuse dans les wagons à destination du port de Bayonne (fig. 24).

22. Chaînes de conservation et d’expédition

22. Chaînes de conservation et d’expédition

Conserverie Delpierre Pompon rouge. Boulogne-sur-Mer, 62

© ADAGP, Brenet Albert, 1956

23. Vue générale

23. Vue générale

Raffinerie Esso Standard. Port-Jérôme, 76

© ADAGP, Brenet Albert

24. Stockage et chargement du soufre produit

24. Stockage et chargement du soufre produit

Plate-forme Total. Lacq, 64

© ADAGP, Brenet Albert

42Toutes ces illustrations, dont l’acuité rivalise avec le reportage photographique, se révèlent être de précieux témoignages de pratiques et savoir-faire industriels souvent disparus.

La carte postale ancienne

La carte postale du début du xxe siècle représente une autre source incontournable pour l’étude du patrimoine industriel, mais aussi des activités artisanales ou agricoles. Repérée dans la série Fi des Archives départementales, dans les fonds des archives d’entreprises ou auprès des collectionneurs, elle fournit une mine d’informations tant techniques que sociologiques ou ethnographiques. Reproduite par les photographes de l’Inventaire, cette source iconographique intègre l’illustration des dossiers du patrimoine industriel au même titre que les reproductions de documents anciens et les photographies prises lors de l’enquête de terrain. Hormis les traditionnelles « sorties d’usine », renseignant relativement peu sur l’organisation du travail au sein de l’entreprise (fig. 25), un assez grand nombre de cartes postales figurent des intérieurs d’usines animés. C’est le cas, par exemple, de celles éditées sur les manufactures de tapisseries de Felletin (Creuse), comme la Maison Bournaret ou bien l’emblématique entreprise Pinton, encore en activité de nos jours. Ces images montrent les ouvriers devant leurs outillages, à différentes phases de la fabrication, à commencer par l’atelier des peintres-cartonniers qui préparent sur chevalets les modèles nécessaires au tissage des tapisseries. Viennent ensuite des vues des ateliers de tissage et de rentrayage où l’on voit les conditions rudimentaires dans lesquelles travaillent les lissiers et les couturières, et leurs différentes postures sur les métiers (fig. 26).

25. Carte postale, 1916. Sortie d’usine

25. Carte postale, 1916. Sortie d’usine

Le Cirage Français, Lyon 9e, 69

Repr. M. Couderette © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, © Inventaire de Lyon propriété de l’Etat et de la Ville de Lyon, 2001

26a. Carte postale vers 1910

26a. Carte postale vers 1910

Atelier des peintres-cartonniers

Maison Bournaret. Cartes postales vers 1905

26b.

26b.

Ateliers de tissage et de rentrayage. Manufacture de tapisseries Pinton. Felletin, 23

Repr. Philippe Rivière © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général, 2005

43Dans le même esprit, les établissements Teisserenc de Lodève (Hérault) commandent au début du xxe siècle une série de cartes postales, support d’une campagne publicitaire. Ces vues intérieures retracent, avec les ouvriers à leurs postes de travail, la séquence complète de la fabrication des draps militaires, depuis le triage et la préparation des laines jusqu’aux différentes opérations d’apprêt des étoffes avant conditionnement et expédition, en passant par la teinture à l’indigo, la filature et le tissage (fig. 27). Malgré la pose prise par les ouvriers devant leurs machines, ces images fourmillent d’informations techniques.

27. Cartes postales début 20e siècle

27. Cartes postales début 20e siècle

Opérations de triage, lavage, séchage, teinture à l’indigo, filature et apprêts. Tissage de draps militaires Teisserenc. Lodève, 34

© Ville de Lodève. Repr. Inventaire général, Région Occitanie, 2014

44Enfin, à noter l’existence, assez exceptionnelle, d’une carte postale qui regroupe les principales étapes de la fabrication des ponnes (grandes cuves en terre cuite pour la lessive) et des pots, spécificité de la commune de Benest en Charente (fig. 28).

28. Carte postale montrant la fabrication des ponnes et pots. Benest, 16

28. Carte postale montrant la fabrication des ponnes et pots. Benest, 16

© Coll. Part. Repr. Inventaire général, Région Nouvelle-Aquitaine, 2007

45Ce document iconographique du début du xxe siècle, n’est pas sans rappeler la présentation des récents clichés de la chaîne de fabrication d’un couteau fermant, regroupés eux aussi sur une seule page dans l’Images du patrimoine consacré à la coutellerie de Thiers (Puy-de-Dôme). Dans ce cas de figure, on est en présence d’une industrie à la limite de l’artisanat où chaque étape de fabrication requiert une extrême minutie et une grande dextérité du geste technique (fig. 29). À ce propos, il est intéressant de constater que ce type de production, tout comme certains secteurs d’activité tels que le travail du cuir, de la céramique, du verre, voire du papier par exemple, renvoient, au xxe siècle, à une permanence des outillages et des gestes techniques reproduits et décrits avec précision, au xviiie siècle, dans les images de l’Encyclopédie de Diderot.

29. Thiers, une exception industrielle

29. Thiers, une exception industrielle

Fabrication d’un couteau fermant. Thiers, 63

© Musée de la Coutellerie – Ville de Thiers, 2004

Dossiers « Le mobilier de l’usine »

Enfin, il est opportun de signaler que, lors du « Repérage du patrimoine industriel », la prise en compte des outillages et des savoir-faire ouvriers a également pu s’exprimer par le biais des dossiers documentaires de synthèse intitulés « Le mobilier de l’usine ».

46Ces dossiers, au nombre d’une petite cinquantaine, sont conçus de manière à prendre en compte l’ensemble des machines in situ et à les présenter en perspective les unes par rapport aux autres dans la logique de la chaîne de production. Comportant des schémas et des croquis détaillés de l’emplacement des divers outillages industriels présents dans chaque atelier de l’usine étudiée, ils permettent de nous renseigner avec précision sur les étapes successives du « process » de fabrication (fig. 30). Et ce, de façon d’autant plus parlante qu’ils s’accompagnent, comme c’est le cas de la lunetterie Gouverneur-Audigier de Morez (Jura), d’un reportage photographique comprenant des clichés en gros plan centrés sur les gestes techniques de l’ouvrier (fig. 31).

30. Dossier « Sommaire objets mobiliers »

30. Dossier « Sommaire objets mobiliers »

Usine d’emboutissage de plats en inox Stellinox. Thiers, 63

Dossier IM63002309 de la base Palissy – Dessin Anne Henry © Ville de Thiers - Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 2002

31. Dossier « Sommaire objets mobiliers » et vues rapprochées des postes de soudure et de sciage des tenons

31. Dossier « Sommaire objets mobiliers » et vues rapprochées des postes de soudure et de sciage des tenons

Lunetterie Gouverneur-Audigier. Morez, 39

Dess. André Céréza. Cl. Yves Sancey © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 2010

Pour conclure, de nos jours, même si la plupart des chaînes de production sont constituées de machines à commandes numériques, voire pour partie robotisées, les tours de main des ouvriers restent irremplaçables pour certaines opérations (fig. 32).

32. Ouvrier à son poste dans l’atelier des faisceaux

32. Ouvrier à son poste dans l’atelier des faisceaux

Usine de camions Renault Trucks. Blainville-sur-Orne, 14

Cl. Manuel de Rugy © Région Normandie, Inventaire général, 2012

47C’est pourquoi depuis quelques années, avec l’émergence de la notion de patrimoine culturel immatériel, les études d’inventaire du patrimoine industriel se complètent parfois, grâce à l’utilisation de la vidéo, d’un volet « ethnographique » comme c’est le cas en Ile-de-France autour de la construction électrique 21 ou encore en Poitou-Charentes autour de la production du cognac dans le cadre du « Recueil des mémoires ouvrières 22 ».

48Sans recourir systématiquement à ces enregistrements animés, les chercheurs sont de plus en plus soucieux de restituer le côté « humain » au cœur des enquêtes d’inventaire du patrimoine industriel et pour cela n’hésitent plus à travailler, dès le début de l’étude, en binôme avec les photographes, afin de recueillir, avec le plus de précision possible, les pratiques et les gestes techniques des ouvriers à leur poste de travail (fig. 33).

33. Ouvrier soudeur à son poste dans l’atelier Tôlerie-accessoires

33. Ouvrier soudeur à son poste dans l’atelier Tôlerie-accessoires

Usine de camions Renault Trucks. Blainville-sur-Orne, 14

Cl. Manuel de Rugy © Région Normandie, Inventaire général, 2012

49Par ailleurs, d’autres études ont suivi, avec une approche similaire à celle du patrimoine industriel. Par exemple dans le cadre d’une étude portant sur le patrimoine scientifique, le dossier monographique d’une machine à polir les miroirs de télescope est, outre les images documentaires présentant la machine sous toutes ses faces, illustré par un reportage photographique où l’on voit les gestes des techniciens effectuant les différentes opérations de polissage d’un miroir (fig. 34).

34. Machine à polir les miroirs pour télescope et reportage sur le polissage d’un miroir

34. Machine à polir les miroirs pour télescope et reportage sur le polissage d’un miroir

Observatoire de la Côte d’Azur, Nice, 06

Cl. Marc Heller © Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Inventaire général, 1996

50Autre cas d’étude, en Alsace, depuis 2004, le service régional d’Inventaire et l’université de Strasbourg mènent en collaboration, institut par institut, un inventaire exhaustif portant sur les bâtiments universitaires, les objets pédagogiques, l’instrumentation scientifique et les collections d’étude. Dans le cadre du déménagement de l’institut Charles Sadron dédié aux études sur les macromolécules, l’inventaire de l’instrumentation réalisé par Delphine Issenmann a été de façon exceptionnelle complété par des reportages photographiques sur certaines chaînes de caractérisation et de chimie sous vide qui ne pouvaient être déménagées ou déplacées dans les nouveaux locaux. Ces reportages ont été accompagnés d’entretiens entre les chercheurs et l’enquêteur pour documenter les processus (fig. 35).

35.

35.

Reportage à l’Institut Charles Sadron, centre de recherche sur les macromolécules de l’Université de Strasbourg, 67

Cl. Claude Menninger - Frédéric Harster © Région Grand Est, Inventaire général, 2009

Haut de page

Bibliographie

Cuisenier, J. 1987 « Le corpus de l’architecture rurale française », Terrain 9 : 92-99. [Nouvelle édition en ligne].

Gérôme, N., Rignault, B. & J. Vallerant 1983 Hommes, techniques et sociétés industrielles : traces et identités. Paris : Ministère de la Culture / Dalloz.

Livret d’architecture 1978 Inventaire général des richesses artistiques de la France. Paris : Ministère de la culture et de la communication. [En ligne] : www.inventaire.culture.gouv.fr/telechar/LivretArchitecture1978.pdf.

Livret de prescriptions techniques nO 1. 1968 Principes généraux, Secrétariat général de l’inventaire général des richesses artistiques de la France. Paris : Ministère des affaires culturelles, mars 1968.

PMC 2007 « Principes, méthode et conduite de l’inventaire général du patrimoine culturel », Documents & Méthodes 9. Paris : Ministère de la Culture et de la Communication, 2e édition.

Reyniès, N. de 1988 « Les enquêtes de l’Inventaire général : objectifs et méthodes », Habitat et espace dans le monde rural. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 53-57. [En ligne] : books.openedition.org/editionsmsh/3717.

Haut de page

Notes

1 Tout au long de cet article, lorsque nous emploierons le descripteur « œuvre », ce sera dans cette acception.

2 L’inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France est dénommé depuis 2004 au détour de la seconde loi de décentralisation : l’inventaire général du patrimoine culturel. Ce n’est plus un service administratif du ministère de la culture, mais une mission des collectivités territoriales régionales : « les régions et la collectivité territoriale de Corse sont chargées, dans leur ressort, de l’inventaire général du patrimoine culturel ». Article 95 de la loi n2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales. Le même article précise ensuite que « Les opérations d’inventaire du patrimoine culturel sont soumises au contrôle scientifique et technique de l’État. ». Le décret d’application n2005-835 définit ce contrôle scientifique et technique dans son chapitre premier en précisant que « l’État définit les normes scientifiques et techniques selon lesquelles les opérations d’inventaire général du patrimoine culturel sont conduites et veille à leur application. Ces normes portent sur les méthodes de conduite des opérations, les vocabulaires, les schémas et formats de données », consolidant ainsi la méthodologie de l’Inventaire général, et assurant sa continuité et sa pérennité.

3 Le IVe Plan (1962-1965) sera approuvé par la loi du 4 août 1962 qui entérinera de fait le projet d’un inventaire national.

4 Les services ont été installés dans de nouvelles circonscriptions administratives : les régions administratives ont été créées par la Loi en 1963 et les préfectures de région en 1964.

5 La famille est formée de tous les individus d’un même genre présents sur le territoire d’étude.

6 Il faut prendre ameublement dans l’acception du Trésor de la langue française : soit « à la fois l’action de meubler, mais aussi l’ensemble des meubles et des objets qui garnissent et rendent utilisable un local ». Dans (PMC 2007), il est rappelé page 123 l’importance de ce type de dossier : « la compréhension de l’ameublement d’un édifice est fondamental pour l’étude des œuvres mobilières ».

7 La base de donnée Mérimée qui indexe les œuvres architecturales fut créée dès 1972.

8 Par exemple pour l’architecture, la description présente d’abord la situation de l’œuvre dans le territoire, mais également dans son milieu naturel ou socio-économique, puis sa composition d’ensemble, ses matériaux et leurs mises en œuvre, la description des élévations et des intérieurs, puis des éléments architecturaux (baies, escaliers, cheminées, etc.) pour terminer par le décor.

9 Dans ce document à valeur administrative et surtout prescriptive, les auteurs ne sont pas mentionnés. Il a été élaboré par l’équipe méthodologique du service qui se met en place autour de Jean-Marie Pérouse de Montclos à partir de 1965.

10 La fiche signalétique constitue la page de garde du dossier de l’œuvre étudiée, mais elle est également sa notice informatisée dans les bases de données Mérimée ou Palissy.

11 Deux approches complémentaires ont toujours été envisagées dans la conduite de l’Inventaire même si, au cours du temps, elles ont connu des appellations variées. Recensement (sous les noms de pré-inventaire bénévole puis de pré-inventaire normalisé) et étude (sous les noms d’inventaire fondamental puis topographique) signifient en effet la nécessité d’articuler une couverture rapide du territoire avec des études plus approfondies. (PMC 2007 : 2).

12 La base de donnée Palissy qui indexe les œuvres mobilières fut créée en 1986, soit quatorze ans après la base Mérimée.

13 C’est en Alsace et en Bretagne que furent créées les deux premières commissions régionales de l’Inventaire général, et ceci dès 1964. Suivront le Languedoc-Roussillon en 1965, la Lorraine et l’Aquitaine en 1966. En métropole, le dernier service d’Inventaire fut mis en place en 1983 au sein de la DRAC Picardie. En ce qui concerne les régions ultramarines, il faudra attendre la fin des années 90 : La réunion 1997, Guadeloupe et Guyane 1999 et Martinique 2001.

14 Par exemple : les maisons, les fermes ou les moulins ; mais la méthode peut également être utile pour étudier les armoires, les confessionnaux ou les chandeliers.

15 La traduction de ce couple de mots latins pourrait être : « exceptionnel » et « représentatif ».

16 En milieu rural, il est parfois difficile de distinguer les membres de familles proches, telles que la ferme et la maison. C’est pourquoi elles ont souvent été étudiées ensemble.

17 Cette enquête sur la maison rurale a été entreprise à l’initiative de l’architecte Urbain Cassan sous la direction de Georges Henri Rivière.

18 Il est intéressant de noter que dans le cas du département du Bas-Rhin, les études monographiques sur les fermes sont chapeautées par des monographies portant sur les communautés rurales auxquelles celles-ci appartiennent.

19 Le travail de terrain a été mené par Marie-Pascal Mallé de 1971 à 1997.

20 Le travail de terrain a été mené par Thierry Monnet de 1989 à 1990.

21 Et l’usine créa la ville… Champagne-sur-Seine : http://patrimoines.iledefrance.fr/produits-numeriques/usine-crea-ville-champagne-seine

22 Les mémoires ouvrières : https://inventaire.poitou-charentes.fr/operations/les-memoires-ouvrieres/103-les-memoires-ouvrieres

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1.
Légende Marc Kerignard, photographe de l’Inventaire en mission photographique, église Sainte-Perpétue. Nîmes, 30
Crédits Cl. Josiane Pagnon © Région Occitanie, Inventaire général
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 2.
Légende Cette carte à perforation marginale est un exemple de grille de repérage, plus de 150 critères organisés en 25 rubriques permettent de caractériser une maison : matériaux de construction ou de couverture, nombre d’étages, type de couverture, emplacement des ouvertures, etc. Chaque critère retenu est renseigné sur la carte par enlèvement d’une partie du carton au moyen d’une pince à encocher. L’opérateur peut ensuite trier le corpus à l’aide de tringles métalliques.
Crédits Collection MIGPC
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 4a. 4b. 4c.
Légende Vendanges à Crezancy-en-Sancerre, 18
Crédits Cl. François Lauginie © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, 2004
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 7.
Légende Reportage sur la fabrication sportive du comté dit tirage à la toile. Arthenas, 39
Crédits Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 1993
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre 8.
Légende Reportage sur un savoir-faire bien particulier : le cerclage des livarots avec des feuilles de laîche. Livarot, 14
Crédits Cl. Manuel de Rugy © Région Normandie, Inventaire général, 2012
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 10. Couverture du rapport
Crédits Ministère de la Culture / Dalloz, 1983
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 11.
Légende Exemple de dossier réalisé sur un tambour laveur Wemco, comportant une description détaillée de son fonctionnement.
Crédits Dossier IM71000386 de la base Palissy – Cl. F. Pillet © Ecomusée du Creusot – Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 1999
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 12.
Légende Ouvrier posant à côté de la raseuse Paisley. Tissage Charvet. Armentières, 59
Crédits Cl. Philippe Davril © Région Hauts-de-France, Inventaire général, 1988
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 13.
Légende Poste de modelage chez Bernardaud et Cie, fabrication d’une soucoupe par calibrage chez Fontanille et Maraud, peinture des décors à l’or mat chez Legrand Lebouc Lègle. Limoges, 87.
Crédits Cl. Philipe Rivière © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général, 2003
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 14.
Légende Ouvrier passant une barre d’acier dans une cage de dégrossissage. Forges de Syam. Syam, 39
Crédits Cl. Laurent Poupard © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 1992
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 15.
Légende Martinet hydraulique et ouvrier platineur à son poste de travail. Usine de taillanderie de l’Alliance. Pont-Salomon, 43
Crédits Cl. Philippe Hervouet © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 1998 et 1999
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 16. Les Ardoisières en Pays de la Loire
Légende Poste de rondissage. Société des Ardoisières du Haut Anjou. Noyant-la-Gravoyère, 49
Crédits © Région Pays de la Loire, Inventaire général, 1988
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 17. Les Forges de Syam
Légende Ouvriers aux postes de réchauffage et laminage des lopins. Forges de Syam, 39
Crédits Cl. Laurent Poupard et Yves Sancey © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 1996
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre 18. Le patrimoine industriel de l’Aude
Crédits Opérations de cardage des fibres et de dressage du feutre sur moule. Usine de chapellerie Chapeaux de France, Montazels, 11
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 19. Vue de détail de la débiteuse Grégori
Légende Vue élargie de la même débiteuse en cours de sciage, avec un ouvrier à son poste de commande. Marbrerie Yelmini Artaud. Balanod, 39
Crédits Cl. Yves Sancey © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 1997
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 20. Séquençage du décor d’un verre selon le procédé de la taille
Légende Verrerie de la Rochère. Passavant-la-Rochère, 70
Crédits Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 2010
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 21. Lu, une usine à Nantes
Légende Opérations de cassage des œufs, de préparation de la pâte dans des pétrins verticaux et de préparation de la pâte feuilletée. Biscuiterie LU, Nantes, 44
Crédits © Repr. Coll. Lefèvre-Utile, dépôt Musée du Château des Ducs, Nantes - Albert Brenet vers 1955, 1999
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre 22. Chaînes de conservation et d’expédition
Légende Conserverie Delpierre Pompon rouge. Boulogne-sur-Mer, 62
Crédits © ADAGP, Brenet Albert, 1956
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 23. Vue générale
Légende Raffinerie Esso Standard. Port-Jérôme, 76
Crédits © ADAGP, Brenet Albert
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 24. Stockage et chargement du soufre produit
Légende Plate-forme Total. Lacq, 64
Crédits © ADAGP, Brenet Albert
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 25. Carte postale, 1916. Sortie d’usine
Légende Le Cirage Français, Lyon 9e, 69
Crédits Repr. M. Couderette © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, © Inventaire de Lyon propriété de l’Etat et de la Ville de Lyon, 2001
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 26a. Carte postale vers 1910
Légende Atelier des peintres-cartonniers
Crédits Maison Bournaret. Cartes postales vers 1905
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 26b.
Légende Ateliers de tissage et de rentrayage. Manufacture de tapisseries Pinton. Felletin, 23
Crédits Repr. Philippe Rivière © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général, 2005
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 27. Cartes postales début 20e siècle
Légende Opérations de triage, lavage, séchage, teinture à l’indigo, filature et apprêts. Tissage de draps militaires Teisserenc. Lodève, 34
Crédits © Ville de Lodève. Repr. Inventaire général, Région Occitanie, 2014
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre 28. Carte postale montrant la fabrication des ponnes et pots. Benest, 16
Crédits © Coll. Part. Repr. Inventaire général, Région Nouvelle-Aquitaine, 2007
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 29. Thiers, une exception industrielle
Légende Fabrication d’un couteau fermant. Thiers, 63
Crédits © Musée de la Coutellerie – Ville de Thiers, 2004
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 30. Dossier « Sommaire objets mobiliers »
Légende Usine d’emboutissage de plats en inox Stellinox. Thiers, 63
Crédits Dossier IM63002309 de la base Palissy – Dessin Anne Henry © Ville de Thiers - Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 2002
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 31. Dossier « Sommaire objets mobiliers » et vues rapprochées des postes de soudure et de sciage des tenons
Légende Lunetterie Gouverneur-Audigier. Morez, 39
Crédits Dess. André Céréza. Cl. Yves Sancey © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire général, 2010
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 32. Ouvrier à son poste dans l’atelier des faisceaux
Légende Usine de camions Renault Trucks. Blainville-sur-Orne, 14
Crédits Cl. Manuel de Rugy © Région Normandie, Inventaire général, 2012
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre 33. Ouvrier soudeur à son poste dans l’atelier Tôlerie-accessoires
Légende Usine de camions Renault Trucks. Blainville-sur-Orne, 14
Crédits Cl. Manuel de Rugy © Région Normandie, Inventaire général, 2012
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 34. Machine à polir les miroirs pour télescope et reportage sur le polissage d’un miroir
Légende Observatoire de la Côte d’Azur, Nice, 06
Crédits Cl. Marc Heller © Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Inventaire général, 1996
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 35.
Légende Reportage à l’Institut Charles Sadron, centre de recherche sur les macromolécules de l’Université de Strasbourg, 67
Crédits Cl. Claude Menninger - Frédéric Harster © Région Grand Est, Inventaire général, 2009
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/10954/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Chaplain-Manigand et Jean Davoigneau, « Restitution du geste professionnel dans les études de l’Inventaire général », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°71, mis en ligne le 12 septembre 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/10954

Haut de page

Auteurs

Catherine Chaplain-Manigand

Catherine Chaplain-Manigand, ingénieur d’études hors classe, référent patrimoine industriel à la Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, au sein de la direction générale des patrimoines du ministère de la Culture, est en charge de l’expertise et du suivi scientifique et technique de l’inventaire du patrimoine industriel.

Articles du même auteur

Jean Davoigneau

Jean Davoigneau, chargé d’études documentaires principal, référent patrimoine scientifique à la Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, au sein de la direction générale des patrimoines du ministère de la Culture, est en charge des questions de méthodologie des études d’inventaire : organisation documentaire, normes de description et d’analyse, vocabulaires et thésaurus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page