Navigation – Plan du site

Dessins, photos, fichiers, cartes ou graphiques

André Leroi-Gourhan renouvelle ses techniques à chaque objectif anthropologique
Drawings, photography, index-cards, maps or graphs. André Leroi-Gourhan renews his techniques of study with each of his anthropological goals
Philippe Soulier

Résumés

André Leroi-Gourhan, ethnologue, préhistorien, anthropologue, historien de l’art et des religions, est un enseignant-chercheur ayant exploré l’humain, de nos jours à la préhistoire lointaine. Pour cela, il a renouvelé et étendu la notion même d’ethnologie préhistorique en l’envisageant alternativement sur la très longue durée ou dans l’espace, qu’il soit planétaire ou domestique. Voulant établir ses travaux sur des bases vérifiables par chacun, il a conduit ses recherches par le biais de la matérialité observable et enregistrable de l’effet des actions des hommes sur les matières et sur leurs environnements. Son souci de toujours conserver la possibilité de revenir de façon critique sur ses conclusions le conduit très tôt à distinguer radicalement la collecte et l’organisation des faits de leur interprétation. En conséquence, il définit à chaque moment de ses travaux non seulement les objectifs mais aussi les moyens pratiques mis en œuvre pour y arriver. Pour cela, il construit des outils pour l’analyse des faits et leurs interrelations, ainsi que des vocabulaires spécialisés pour en rendre compte. Il veut notamment, par ces moyens, dépasser les contraintes de l’expression écrite, forcément linéaire. Nous allons ici évoquer quelques exemples de ces moyens à travers trois des champs essentiels de ses recherches : la technologie, l’archéologie, l’art.

Haut de page

Texte intégral

Disciple de Marcel Mauss et de Paul Rivet, André Leroi-Gourhan (1911-1986) se voulait un anthropologue complet, parcourant les chemins allant de l’évolution paléontologique à l’esthétique symbolique. Cette diversité des champs et des domaines de recherche n’ayant au final pour lui qu’une perspective : la compréhension de l’homme dans sa diversité, par l’analyse des modalités d’appropriation et de transformation de son environnement (Leroi-Gourhan 1982 : 13 et 104, Soulier 2015 et 2018). Mais, au-delà de ces ambitions, qu’en est-il des outils, techniques et manières de faire mis en œuvre pour appréhender les productions et comportements ? La seule voie – car seule vérifiable – lui apparaît être celle de l’étude rigoureuse de la matérialité des faits et de leurs dynamismes propres, en passant par une systématique renouvelée des observations, des analyses et des descriptions.

1C’est dans cette perspective qu’il a pu élaborer et affiner progressivement ses pratiques comme ses propositions, au fil des circonstances et des opportunités de sa carrière, de bénévole aux musées Guimet et du Trocadéro, à sa mission de deux ans au Japon (1937-1939), de boursier puis chercheur au CNRS (1941-1944) à enseignant (université de Lyon, de 1944 à 1956 ; Sorbonne-Lettres de 1956 à 1969 ; Collège de France de 1969 à 1983).

2Nous allons voir ici comment, au fil des expériences, il a mis en place ses stratégies et modalités de collecte et d’organisation des faits pour bâtir ses systèmes d’analyse des sociétés. Quelques exemples ponctuels permettront de suivre le déplacement de ses pratiques, que nous présenterons ici selon trois des axes particulièrement investis au cours de sa vie : technologique, archéologique et artistique.

3Au terme de ce survol, nous tenterons de repérer la logique interne de ces cinquante années de recherches, combinant ambitions scientifiques – d’abord atemporelle et technique (1936-1945), puis temporelle et spatiale sur le long et le très long terme (1946-1963), finalement spatiale sur le temps court (1964-1984) – et moyens pour les approcher.

La perspective technologique

1934, une exposition au musée d’ethnographie du Trocadéro

Dès ses premiers pas au Troca, à 23 ans, Leroi-Gourhan, qui assistait alors Anatole Lewitsky, responsable du département arctique, monte une exposition sur les Eskimos. Utilisant trois vitrines droites, il organise les objets selon un triptyque dont les volets latéraux sont consacrés d’une part à « l’homme » et d’autre part à « la femme et l’enfant », tandis que la vitrine centrale indique les combinaisons qu’offrent les objets « masculins » et les objets « féminins » tant dans le groupe familial que le groupe communautaire. Il ajoute deux vitrines plates : la première est réservée à l’organisation spatiale de la pêche côtière, replaçant les divers ustensiles, embarcations et armes, sur leur lieu d’usage ; la seconde expose les techniques de confection du harpon, pièce maîtresse de la chasse, mais aussi de la technologie eskimo, puisqu’il « nécessite l’intervention de toutes les techniques du bois, de l’os, de l’ivoire, des métaux, du cuir, etc. ». Enfin, pour satisfaire aussi bien les spécialistes que le plus grand public, il ajoute d’une part des tiroirs pour présenter « des séries d’instruments qui présentent un caractère plus scientifique que spectaculaire », et d’autre part, trônant en évidence, un véritable kayak équipé.

Figure 01.

Figure 01.

Avec cette première exposition, Leroi-Gourhan associe son approche technologique et sociale à son appétence à partager ses travaux en cours. Jusqu’à la fin de sa vie de chercheur, cette partie muséographique de ses recherches lui tiendra à cœur.

Plan de la vitrine montrant l’organisation du territoire, document archives MNHN, correspondance Rivière-Leroi-Gourhan

1935, la technologie dans l’Encyclopédie française

Dans la foulée de cette première manifestation, il va commencer à établir les bases programmatiques d’une nouvelle approche des productions humaines. À cet égard, la vaste entreprise éditoriale collective qu’est l’Encyclopédie française, dont le tome VII est dirigé par Paul Rivet, va marquer une étape importante pour Leroi-Gourhan. Son chapitre sur les rapports de l’homme et de la nature, est en effet la première ébauche de systématisation de ce qui deviendra le pivot essentiel de ses travaux (Leroi-Gourhan 1936). Il y précise que la technologie « est l’étude des moyens par lesquels l’homme réagit sur son milieu, […] des procédés qui lui permettent d’utiliser les matériaux mis à sa disposition par le milieu physique », et indique comment il entend lui-même aborder le sujet et quelle ampleur cela peut revêtir : « Cette mobilisation du milieu comporte une série d’étapes : elle part de l’unité qui est l’outil, figuré dans sa plus simple expression par une pierre ou une branche – pour aboutir à des complexes dont l’expression la plus élaborée peut-être rendue par une foire, un parlement ou une procession religieuse ».

4Pour assurer les bases de sa démarche, il essaie de systématiser son approche technologique en grandes catégories : après avoir réduit à deux principes essentiels les vecteurs d’action sur la matière (les percussions et leur extension par le feu), et illustré sur une planche une première ébauche de sa lecture de l’action universelle de l’homme sur les matières, il subdivise les matières selon leur état matériel (solides stables, semi-plastiques, plastiques, souples et fluides) en illustrant ces subdivisions par des exemples de percussions utilisées dans l’usage des armes.

5Son point de vue s’appuie sur l’universalité des effets mécaniques et physiques, indépendamment des considérations d’usage ou d’ethnie. Une fois posé et identifié le principe mécanique primordial de la percussion, il lui devient possible de considérer séparément les deux domaines concernés : d’un côté la matière, d’un autre, le geste, « et de ces deux ordres de considérations, l’instrument se dégage spontanément ». Cette déconstruction-reconstruction systématique lui permet de renouveler l’organisation des critères de classification, son argumentation se caractérisant par le repérage d’une nécessité absolue, comme imposée par les faits de la réalité, indépendamment de la réflexion humaine : les résultats de l’analyse et de la classification qui suit seraient ainsi « objectifs » par eux-mêmes.

Figure 02.

Figure 02.

Planche II de l’Encyclopédie française montrant des exemples d’action sur la matière.

1937-1939, le Japon

Au même moment, il bénéficie d’une proposition du gouvernement japonais pour une bourse d’étude de deux ans. Il s’embarque en mars 1937 avec son épouse et, dès les premiers mois sur place, cherche à exploiter systématiquement la documentation accumulée. Il l’organise de manière élémentaire dans des fichiers et sous forme de tableaux dans des classeurs établis sur la base des Instructions sommaires (Instructions 1931) ainsi que des notes prises aux cours de Marcel Mauss, le tout dans la continuité épistémologique de ses propres essais dans l’Encyclopédie française.

6Pour cela, Leroi-Gourhan enregistre les différents aspects de la vie quotidienne dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de la gestion de l’eau, de la maison, de l’alimentation, de l’habillement et des technologies (bois, bambou, pierre, fer, bronze, poterie, textile, etc.). Il prend des centaines de clichés et les place dans un album, surmonté d’un calque pour des indications supplémentaires et mentionne sur chaque photo le numéro de bobine.

  • 1 Toute sa correspondance avec Jean Buhot est publiée dans : Leroi-Gourhan A. (2004) – Pages oubliées (...)

7Enfin, toutes ces données servent à établir son premier classement général. Dans la correspondance qu’il entretient régulièrement avec Jean Buhot (Leroi-Gourhan 2004), il décrit ainsi la manière dont il s’y prend : « Nous travaillons maintenant avec un fichier de dessins annotés, un fichier de notes, un index des faits du fichier renforcé des observations de lecture et des photos, et d’un album photographique. Tous ces instruments sont classés suivant le plan qui doit être celui d’un livre « Ethnographie japonaise ». Chaque jour je transforme les notes hâtives en fiches, je reporte tout à l’index et je puis ainsi vérifier à chaque instant l’ensemble 1 ».

8Outre les observations de terrain, il enrichit sa documentation par le dépouillement d’ouvrages techniques, comme confié en septembre 1938 à Jean Buhot :

« Tout vient du fait que j’accumule des documents dont l’acquisition ne me coûte que la peine de les enregistrer : livres, photos, reproductions, cartes postales. Un seul manuel sur la soie liquide en dix minutes la question, j’y trouve terminologie, gravures, citations, et il suffit de recouper avec mes photos et mes notes de voyages pour mettre au point. Je ne regrette vraiment pas les quatre mois que j’ai passés à organiser les outils ».

9Commentant lui-même son travail acharné de collecte documentaire, Leroi-Gourhan ajoute :

« Il y a peu de modestie à détailler ainsi les rouages de la machine, mais j’ai si peu l’impression d’être autre chose que le manœuvre qui graisse de temps à autre que je puis le faire. J’ai confiance dans le fonctionnement et mon rêve serait, le jour où j’aurai trouvé abri dans un établissement quelconque, de monter en grand l’appareil et de le livrer à des manœuvres nombreux : quels fruits n’en pourrait-on tirer au bout de vingt ans. Il y a huit ans que j’y travaille seul et pouvoir d’un coup sortir 200 couteaux à un seul tranchant de Suède à Bornéo sur des lignes de temps qui éclairent tout est déjà une belle récompense ».

10En ce qui concerne les vestiges archéologiques, ceux-ci sont positionnés simultanément sur des cartes lui permettant de visualiser ce qu’il appelle le « visage archéologique de chaque province ».

11Enrichissant ainsi systématiquement ses fichiers, Leroi-Gourhan en reprend sans cesse la structure pour en extraire d’autres relations que celles qui ont conduit à leur collecte puis les classements primaires, cherchant des fils conducteurs donnant un sens nouveau à l’ensemble des données recueillies.

12Par ailleurs, et simultanément à ses travaux d’organisation des données, il détaille ses propres pratiques expérimentales :

  • 2 Lettre à Buhot du 15 janvier 1939.

« Je reste prisonnier du démon expérimental. (…) Pourquoi ai-je écrit les vingt pages de l’Homme et la Nature (…) en recommençant toutes les expériences, en manipulant tous les outils, même l’herminette de pierre et les bois à faire du feu jusqu’à ce que j’obtienne le même résultat que l’indigène, pourquoi ai-je taillé des dizaines de silex jusqu’à faire un grattoir solutréen classique (…). Je sais très bien ce qui vous arrive au pouce si vous tenez le rabot japonais à l’envers et j’ai encore à la main gauche une petite cicatrice très régulièrement causée par un maillet de menuisier qui n’était pas d’aplomb. Mais allez donc expliquer cela 2. ».

13Toutes ces considérations, tant épistémologiques que pratiques, le poussent à s’interroger non seulement sur la nature de ses travaux à venir, mais sur leur place dans les domaines ordinaires de la recherche et l’orientation qu’il se voit bien obligé de choisir pour les poursuivre :

  • 3 Lettre à Buhot du 25 décembre 1938.

« Je me demande souvent dans quelle discipline entre mon travail. (…) j’ai bien l’impression de ne pas comprendre un éma si je ne sais pas ce que le poisson figuré a du côté de la vessie natatoire et si j’ignore que, grillé, il ne vaut pas grand-chose à côté du bouillon qu’on peut en tirer, et que son arête a servi de pointe d’hameçon aux temps néolithiques de Java 3 ».

14Le choix entre domaine fini de recherche et perspective infinie est, en effet, pour lui, stratégiquement important au moment où sa mission prend fin et où il doit envisager son avenir proche. De cet éclatement disciplinaire premier, Leroi-Gourhan va peu à peu construire un buissonnement interactif propre à des synthèses dont les bases documentaires s’étoffent ainsi progressivement au gré des circonstances.

1938-1939, une exposition japonaise à Paris

À la toute fin de son séjour, fort des relations établies sur place, il se voit confier par le gouvernement japonais la responsabilité d’une vaste exposition à monter à Paris pour promouvoir la culture japonaise (Soulier 2012). S’investissant totalement dans cette demande, il tient à ce qu’elle soit à la fois accessible aux visiteurs parisiens et fidèle à ce que les Japonais conçoivent comme le fondement de leur culture. Il va donc d’abord la construire en associant objets représentatifs et photos ou croquis, les mettant en scène dans une présentation héritée des préceptes du Musée de l’Homme. En revanche, pour ce qui est de ce que les Japonais veulent vraiment exprimer de la spécificité de leur culture, Leroi-Gourhan se voit obligé de sortir des sentiers du japonisme occidental traditionnel qui lui paraissent de plus en plus inopérants. C’est pourquoi, si pour la plupart des grands thèmes (matières premières et techniques, consommation, protection et confort, techniques du corps…) il adopte les divisions classiques d’une exposition « à l’occidentale », cela devient impossible avec le domaine de l’esthétique, domaine qu’il considère être l’interface ultime entre les hommes et leur contexte. Ce qui l’incite à traiter « à la japonaise » cette partie. Outre plusieurs domaines importants aussi bien pour la vie quotidienne des Japonais que pour exprimer leurs sentiments esthétiques – danse et théâtre, fêtes votives, jardins, bonsaï et ikebana – il entend développer la cérémonie du thé, estimée particulièrement révélatrice de la culture japonaise (Leroi-Gourhan 1938).

15Ainsi, avec ce projet, Leroi-Gourhan compte ouvrir l’esprit des visiteurs occidentaux à la valeur propre de cette civilisation, chacun pouvant reconnaître l’égale valeur de la civilisation de l’autre, au-delà de leurs différences.

1941-1946, Archéologie du Pacifique nord

Une fois rentré en France au printemps 1939, il commence, après des mois de mobilisation du fait de la guerre, à exploiter les données rapportées du Japon, avec une série de conférences données au Collège de France en 1941 dans le cadre de la Fondation Loubat, travail repris ensuite pour une thèse sur le Pacifique nord, soutenue en juin 1944 (Leroi-Gourhan 1946a).

16Avec l’objectif de rendre compte de la circulation des objets (abondants) et des techniques (diversifiées) indépendamment de celle des hommes (dont il reste très peu de vestiges en regard de l’ensemble des productions), Leroi-Gourhan en sélectionne une série parmi les plus utilitaires sur l’ensemble de l’aire allant des territoires de l’Asie septentrionale à ceux de l’Amérique qui lui font face, considérant que ce sont « les techniques les plus matérielles qui doivent être le plus aisément décelables, puisque ces techniques apportent ce qui est le plus important dans la vie humaine : le moyen d’améliorer la prise de l’homme sur son milieu ».

17Par ailleurs, considérant qu’un objet perd sa signification – et donc l’essentiel de son intérêt pour une telle recherche – dès qu’on n’en connaît plus l’usage, ses objets de référence doivent être tous non seulement présents en continuité à travers les siècles mais d’usage commun et connu. Il retient ainsi 18 objets, dont la moitié selon leur mode de percussion, qu’elle soit lancée – maintenue (hache, herminette, houe, casse-tête, marteau) ou non (tête de harpon) – ou tranchante (couteau, poignard, couteau à tranchant transversal). Les autres sont d’usage domestique (poterie, vaisselle de pierre, lampe, cuillère, coupe), ou « d’appoint » (pilon, peigne, pipe, propulseur). Parmi cette liste, deux sont particulièrement documentés et analysés : les couteaux et les harpons. Le premier car étant « de première utilité » ils ont « beaucoup circulé et beaucoup été fabriqués localement », le second parce que les têtes de harpons sont partout nombreuses et, « plus important que tout, elles sont de forme compliquée », donc propices à être réparties en plusieurs classes ou variétés. En associant types et variété de ces types à la localisation de chaque catégorie d’objet par la manipulation des fichiers pour leur organisation systématique, Leroi-Gourhan va pouvoir établir des cartes de répartition dont il tirera finalement une proposition de circulation des techniques et modalités de production.

Figure 03.

Figure 03.

Cartographie des routes de diffusion des techniques restituées sur l’aire Pacifique, Archéologie du Pacifique nord

18Pour conduire ses recherches et aboutir aux propositions qui forment le corps de sa thèse, il insiste sur le fait qu’il lui a été indispensable non seulement de mobiliser une très grande quantité de données – plusieurs centaines, voire milliers de chaque – mais, pour étayer ses hypothèses, de bien les décrire avant d’en tirer des conclusions : « de notre tentative, il restera peut-être une base de départ pour les travaux futurs, peut-être aussi l’ébauche d’une méthode. (…) Nous avons (…) montré qu’il faut pousser loin l’analyse des objets pour ne pas en tirer des témoignages trop indécis ou trop complaisants ». Cette étude particulière est l’occasion pour lui de mettre en avant les principes de grande rigueur méthodologique qu’il estime devoir être le lot de toute recherche, car « ses moyens peuvent et doivent être ceux des sciences exactes : recherche et classification (…) Ainsi peut-on véritablement construire. »

1942-1945, la perspective extensive d’Évolution et techniques

Au-delà de l’ambition spécifique développée dans Archéologie du Pacifique nord, et dans le fil de la perspective globale ébauchée en 1936, Leroi-Gourhan va reprendre son travail théorique partant des matières premières et des actions des hommes sur celles-ci (Leroi-Gourhan 1943a).

19L’approche technologique présente alors pour lui deux volets, l’un descriptif et intensif, l’autre comparé et extensif (Leroi-Gourhan 1943b). Le premier est indispensable à la description systématique et complète des objets étudiés, sa rigueur étant la garantie de constitution d’un socle solide pour la technologie comparée. Le second consiste alors à effectuer des rapprochements, confronter et établir des liens dans le temps ou l’espace pour pouvoir identifier de grandes lignes de l’organisation des techniques. Ces deux volets doivent pouvoir être mis en œuvre alternativement pour pouvoir tantôt permettre et étayer l’extension des comparaisons, tantôt guider les approches intensives et en susciter de nouvelles.

20Pour illustrer ses exposés méthodologiques et programmatiques, qui ouvrent de fait un nouveau paradigme de recherche, des tableaux systématiques et des graphiques présentant aussi bien les modes de percussion que les rapports de proportion entre masse et force (Leroi-Gourhan 1943a : 41-65).

21S’il organise ensuite (Leroi-Gourhan 1945) de manière classique ses exemples – techniques de transport, fabrication, d’acquisition et de consommation – c’est choisissant des exemples au cas par cas à l’aune de sa propre perception des rapports entre l’homme et la nature. Leroi-Gourhan tente ainsi d’identifier les fondamentaux et universaux des gestes techniques pour mieux pouvoir y associer ensuite les éventuelles diversités culturelles qu’il présente.

22Pour autant, malgré la forte conviction qu’il a de l’intérêt de « l’objectivité factuelle » de sa démarche, il prend la précaution intellectuelle – et stratégique – de marquer ses distances par rapport à tout ce qu’il vient d’avancer dans ce qui restera son principal écrit théorique, en soulignant qu’« il est inutile de se dissimuler que les mêmes faits dont nous avons usé prêtent parfois à des considérations exactement inverses ; peut-être aurais-je un jour, prenant les mêmes matériaux, l’occasion de contredire le présent ouvrage ; la réalité n’est saisissable que partiellement et il est superflu de s’obstiner à atteindre, par un tableau à deux dimensions, la représentation complète et animée » (Leroi-Gourhan 1945 : 436).

23Soulignons que, trente ans plus tard, il persistera à caractériser l’originalité de sa démarche par le fait que jusqu’alors, « les cadres classificatoires des techniques n’ont pas été établis par des technologues, mais par des ethnologues qui avaient plus en vue une répartition des produits du groupe qu’ils étudiaient dans des divisions commodes qu’une analyse de la fabrication. (…) Un cadre établi sur ces principes assure correctement les besoins de l’analyse culturelle, il laisse de côté les problèmes proprement technologiques. » (Leroi-Gourhan 1971 : 14).

24Soulignons que cette nécessité ressentie et plusieurs fois répétée par Leroi-Gourhan n’est qu’en partie effective chez lui car il n’aura jamais eu l’occasion de bénéficier d’une réelle formation scientifique ou technique. Pour autant ce versant technique de ses recherches va pouvoir être enrichi par la pratique intense du terrain à laquelle il va s’atteler avec ses étudiants à partir de 1945 (voir ci-dessous).

Les fouilles archéologiques

1944-1963, le terrain préhistorique à Lyon

À la Libération, nommé sur un poste d’enseignant d’ethnologie coloniale à la faculté des lettres de Lyon, il entraîne ses étudiants sur le terrain, où ils apprennent de manière concrète les techniques d’enquête ou de fouilles qu’il expérimente et met lui-même progressivement en pratique (Soulier 2005). C’est ainsi que Leroi-Gourhan va modifier et préciser son travail théorique par l’apport du réel du terrain préhistorique, d’abord aux Furtins (71) de 1947 à 1949 puis à Arcy-sur-Cure (89) de 1949 à 1963. Ces opérations vont lui fournir les matériaux indispensables pour travailler sur le temps long du Quaternaire : stratigraphie sédimentaire, paléontologie et évolution des outillages lithique.

1946-1949 : Les Furtins

Ce chantier est l’occasion, pour Leroi-Gourhan, d’une expérience du terrain – alors inédite pour lui – sur deux points : la technique de fouille, et l’enregistrement des données. Dans une cavité exiguë et complexe, encombrée de gros blocs, réputée pour être un lieu occupé par l’homme et l’ours des cavernes, il met au point un système de dégagement et de description critique des stratigraphies. Combinant approches géologique et archéologique, les relevés commentés de la publication finale (Leroi-Gourhan 1950a) tentent de figurer, en photo et dessin et de plusieurs manières, l’articulation entre trois plans sécants de l’espace. Les surfaces mises au jour sont qualifiées tantôt de « coupes », tantôt de « décapages », y compris lorsqu’il s’agit de secteurs verticaux qui sont alors « disséqués » ou « préparés » pour la photo et le relevé. Le temps consacré à comprendre tous les aspects sédimentaires du site et de l’imbrication des couches, alternant phases de sédimentation, d’occupation, d’érosion mécanique ou physico-chimique, a ainsi mobilisé une part importante de ses efforts et de ceux de l’équipe, efforts dont il livre le détail dans la monographie du site.

Figure 04.

Figure 04.

Photo d’une coupe stratigraphique, légendée par un dessin et un commentaire.

Leroi-Gourhan 1950a : 67

« À première vue, la coupe n’offre qu’une masse de blocaille infiltrée d’argile à filets brunâtres, de terre friable et truffée d’ossements enchevêtrés. En disséquant très lentement, en nettoyant soigneusement la coupe au pinceau, on voit apparaître un litage assez net en certains niveaux, en reprenant chaque niveau visible par décapage horizontal, on s’aperçoit qu’il existe en réalité une stratigraphie qui n’est pas claire partout mais que l’analyse minéralogique permet de débrouiller. (…) J’ai effectué en deux semaines la dissection [d’un] témoin alors que Mlle Dutriévoz traitait la partie droite de la coupe, à 1,50 m de moi et qu’une dizaine d’équipiers travaillaient dans les niveaux équivalents dans un rayon de 5 ou 6 m (fig. 23). La liaison permanente assurait à ce travail la valeur d’une véritable séance d’anatomie. » (Leroi-Gourhan 1950a : 66)

  • 4 Les Aïnous vouaient en effet un culte particulier à l’ours, de l’élevage domestique d’oursons non s (...)

25Par ailleurs, au-delà de la stratigraphie et de l’industrie lithique – deux piliers de l’approche archéologique en préhistoire – la question de la signification de la présence des crânes d’ours se révélera, d’abord une difficulté stratigraphique à résoudre (témoignent-ils de la présence d’ours en contexte anthropique, ou seulement de leur fréquentation alternée de la cavité ?), et ensuite une clef essentielle dans son raisonnement pour aller plus loin en analyse du terrain. C’est ainsi que si la première phase d’interprétation du site s’inscrit dans la droite ligne des conceptions d’alors, attestant un culte des crânes d’ours au Moustérien, Leroi-Gourhan se garde bien de toute affirmation définitive. Il nuance en effet dès ce moment son analyse et avance avec prudence que « l’hypothèse des dispositions intentionnelles doit être prise en sérieuse considération mais non élevée à la hauteur d’une démonstration » (Leroi-Gourhan 1946b). Alerté par l’étude des naturalistes suisses et alpins, pour qui le comportement des ours en hibernation suffit à expliquer à lui seul la nature et la répartition des ossements, il mène une véritable enquête durant l’année qui sépare cette campagne de la suivante, sur le terrain, mais aussi en laboratoire et en bibliothèque. Il cherche à se documenter au mieux sur l’anatomie des ours, les modalités de leur vie estivale et hivernale, leurs spécificités. Bien que son expérience japonaise chez les Aïnous lui rende de prime abord vraisemblable cette interprétation 4, il en vient vite à une attitude plus descriptive qu’interprétative et nuance encore plus son propos (Leroi-Gourhan 1947). Pour Leroi-Gourhan, il y a finalement un double enjeu, conceptuel et pratique, sur ce thème : d’abord arriver à se dégager des idées reçues dans la communauté des préhistoriens concernant ce fameux « culte des ours » ; ensuite arriver à vraiment « lire » la stratigraphie qui pourrait permettre de mieux comprendre la succession précise des évènements fossilisés dans les niveaux sédimentaires. La question première étant de chercher à déterminer si les hommes et les ours ont pu se trouver en présence les uns des autres. Cela stimule en effet son désir de pousser plus loin ses investigations stratigraphiques et il va alors travailler avec son équipe à une démonstration de méthode et même se livrer à ce qu’il appelle sa « leçon de fouille anatomique ». Tout ceci lui permet de mettre en avant l’importance stratégique de la fouille en séparant, consciemment et de manière très explicite, le dégagement des faits de leur interprétation. Même si les faits établis vont à l’encontre des interprétations préconçues comme c’est le cas, ici, avec la question du « culte de l’ours ». Dès lors, pour lui, la première attitude à avoir intéresse la conduite de la fouille, qui doit tendre à l’exhaustivité de l’observation et ne négliger aucun indice, y compris ceux qui, à première vue, semblent insignifiants sous peine de conduire à de graves erreurs d’interprétation. Et il explique lui-même comment il en est venu à en prendre conscience :

« La fouille dans un ossuaire se déroule suivant un processus qui est à peu près toujours le même : on aperçoit à un moment donné une pièce importante, crâne ou os long, et l’on procède pour la dégager, à l’élimination de plusieurs vertèbres, phalanges, côtes et mandibules avant de pouvoir l’approcher. Au bout d’un certain temps, il y a sur le chantier un petit nombre de ces grosses pièces bien nettoyées qui paraissent occuper des positions souvent insolites, par le seul fait qu’on les a en quelque sorte, privé de leur « contexte » en éliminant toute la broutille de cailloutis et de petits ossements. Le jour où j’ai eu conscience de ce mécanisme inconscient nous avons décidé de ne plus enlever le plus petit ossement sans l’avoir préalablement dessiné sur plan : les découvertes de disposition intentionnelle se sont considérablement raréfiées » (Leroi-Gourhan 1950a : 75)

26Cette impression de « tâtonnement expérimental partagé » de l’opération est d’ailleurs soulignée par le fait que, dans la publication finale, les différents relevés sont signés chacun du nom de leur auteur. Pour autant, si Leroi-Gourhan détaille le rôle de chacun de ses collaborateurs, il n’en souligne pas moins le sien en tant que Directeur :

« Comme directeur de l’École, j’ai assuré, au gré des circonstances les travaux les plus variés, mais spécialement, pour ne mentionner que ce qui concerne la fouille : le procès-verbal quotidien de chaque chantier, les descriptions de coupes et de sols, les dégagements compliqués ou l’exécution des manœuvres de sécurité, assez fréquentes dans cette caverne très disloquée. Je me suis attaché par ailleurs à fouiller personnellement à chaque campagne un secteur différent, persuadé que seule la dissection effective assure au directeur une connaissance intime des couches » (Leroi-Gourhan 1950a : 18).

27Son ambition est dès lors clairement établie : d’une part constituer une équipe expérimentée et « professionnelle », d’autre part diriger lui-même l’opération en gardant le contrôle sur toutes les étapes du travail.

1946-1963, l’affermissement technique et programmatique avec Arcy-sur-Cure (89)

Cette première expérience d’un chantier reconduit sur plusieurs années s’est prolongée à Arcy-sur-Cure, site plus apte à accueillir une équipe et des stagiaires sur plusieurs années.

28Au fil d’une quinzaine d’années, le site va s’avérer le lieu d’un véritable laboratoire expérimental. La fouille se déroule généralement durant les deux semaines des vacances de Pâques puis d’un à deux mois en été. Le travail s’opère par secteurs de fouille, confiés chacun à une petite équipe de deux ou trois, assurant à tour de rôle les tâches de dégagement, de relevé et de démontage, avant évacuation des déblais vers la station de tamisage, puis le poste de lavage-marquage-magasinage. Les rotations des responsabilités sur un même secteur, de la fouille – dégagement des couches et évacuation des déblais – à l’enregistrement – relevés, cahier de fouille et feuilles d’inventaire – et au traitement du matériel – lavage, consolidation, marquage – permettaient à chacun de se familiariser avec toutes les techniques de chantier. Après quelques campagnes de fouille, les meilleurs stagiaires étaient promus « moniteurs » puis « responsables », participant à leur tour à la formation des nouveaux.

Lecture du terrain et enregistrement, les trois dimensions de l’espace : stratigraphie et topographie

  • 5 En 1960, Leroi-Gourhan décrivait encore ainsi ce dispositif : « un cadre métallique en chaîne d’arp (...)

Suivant en cela les tendances qui commencent à s’imposer sur les chantiers archéologiques (Laplace-Jauretche et Méroc 1954), et pour se donner les moyens de conserver au mieux les données du terrain, Leroi-Gourhan devait prendre en compte les trois dimensions cartésiennes (x, y et z) de la position des vestiges archéologiques dans leur série sédimentaire. Il met donc au point un système de repères orthonormés par mètre carré et par cavité, avec projection verticale d’une maille d’un mètre de côté, identifiée dans la direction frontale par des lettres, dans la sagittale par des chiffres. Après de premiers essais ponctuels par sondages, il fait installer une immense machinerie de rails et de potences pouvant couvrir 36 m2 de terrain… ce qui posait bien des problèmes de manutention dans un terrain en pente, serré entre falaise et rives de la Cure, et où quelques arbres pouvaient entraver les déplacements et les relevés 5. De plus, si ce système est théoriquement simple à concevoir, sa mise en œuvre est compliquée du fait de l’extension des cavités et de leur morphologie qui ne se dévoilent qu’au fil des ans.

Figure 05.

Figure 05.

Photo Arcy, le réseau topographique suspendu et le système de wagonnet sur rail pour l’évacuation des déblais de la galerie du Renne.

  • 6 Il avait déjà testé les particularités de cet éclairage avant-guerre, au musée de l’Homme, pour la (...)

29Devant les difficultés de lecture des stratigraphies, et pour aller plus loin que les subdivisions les plus apparentes, Leroi-Gourhan tente également, durant l’été 1950, une expérience d’éclairage des coupes des grottes du Renne et de la Hyène, en Lumière de Wood (dite aussi « lumière noire », qui fait ressortir des fluorescences particulières en ne laissant passer que les ultraviolets) 6.

30Pour autant, si l’usage du niveau à eau semblait à l’origine un moyen suffisamment fiable pour mesurer les altitudes, le relevé topographique fin des couches mises au jour dans les coupes et décapages s’avérait plus complexe et demandait plus de précision. C’est ainsi que les relevés se feront avec un théodolite à partir de 1961.

31Leroi-Gourhan portant encore plus d’importance à la localisation de chaque vestige dans son niveau, ils seront marqués individuellement dès le chantier par un système étroitement codifié, permettant ensuite d’étudier les vestiges sans craindre d’en mélanger l’origine (Leroi-Gourhan 1958a : 91 et 92). Cela l’incitera dans un deuxième temps à concevoir un système de numérotation étendu à l’ensemble du site et non cavité par cavité.

32Des recherches complémentaires sont expérimentées directement sur le terrain, comme l’étude de la granulométrie des niveaux sédimentaires (Chavaillon 1955), Leroi-Gourhan voulant montrer tout l’intérêt de conduire simultanément la fouille et le traitement primaire des vestiges et prélèvements en disposant d’un laboratoire de chantier.

Figure 06.

Figure 06.

Le poste de tamisage à l’eau avec balancier pour le tri granulométrique

33Son souci de l’enregistrement le pousse également à tenter de fixer sur photo les images ainsi obtenues et il développe cette approche avec J. Delaplace (directeur de laboratoire à l’Institut du Cancer) et Jean Vertut (ingénieur), qui perfectionnent le matériel de prise de vue et les émulsions pour mieux distinguer les sédiments.

  • 7 Mais il n’y aura pas de prise systématique des opérations à Arcy, les vues concernant plus les « sc (...)

34Leroi-Gourhan prône aussi l’usage du film pour le suivi des chantiers. Pour lui, le « film de préhistoire » a deux intérêts complémentaires : faire partager l’émotion de la découverte – et il s’en sert aussi bien lors de ses conférences de vulgarisation que pour appuyer ses demandes de financement – et « rendre une existence réelle à ces ruines, à un foyer marqué par quelques pierres ». Si ces aspects dépendent d’un montage bien particulier pour transmettre une émotion avec des traces d’hommes ayant disparu depuis longtemps, il considère surtout que « dans l’enregistrement scientifique (…) le cinéma (…) permet de calmer le grand remords de tout préhistorien consciencieux en conservant la possibilité de restituer toutes les étapes de la fouille, de la refaire à volonté, de revoir ce que le travail détruit irrévocablement ».(Leroi-Gourhan 1948 : 45-47) 7.

35Au fil des ans, bien d’autres techniques ont été testées, certaines étant parfois reconduites en cas de succès. Particulièrement ingénieux et « bricoleur », Leroi-Gourhan installe l’électricité dans les parties reculées des grottes, ainsi qu’un système d’évacuation des déblais par une tyrolienne de transport des seaux (appelée le « téléphérique ») ou par wagonnet sur rails (galerie du Renne). Il teste tous les outils de fouille possibles en fonction des sédiments rencontrés, et même la fouille avec aspirateur en milieu sec (rapport 1952) ou par un fin jet d’eau en pression modulable pour les milieux humides (rapport 1954). Le chantier est également l’occasion d’expérimenter des produits chimiques, notamment vinyliques, qui permettent de remplacer la paraffine pour consolider suffisamment des os, des défenses de mammouths, voire des « plaques de sol intact » pour qu’il soit possible de les prélever sans les enrober de plâtre (Leroi-Gourhan 1961a).

Le bilan méthodologique

Ces essais d’innovation techniques et leur exposé dans les rapports annuels sont justifiés avant tout par les principes de rigueur que Leroi-Gourhan s’impose et impose à ses collaborateurs. Il rappelle sans cesse que la fouille est un acte destructeur, quel que soit le soin qu’on y apporte, et qu’il est impératif d’analyser et de comprendre chaque niveau avant de le détruire pour pouvoir s’en prendre au suivant. Cela lui paraît indispensable dans la perspective théorique et « idéale », qui est la sienne :

« Si tous nos efforts ont été faits en vue du bon travail, je suis très loin de considérer nos méthodes comme autre chose qu’un moindre mal. Le seul « bon travail » sera réalisé au jour, encore lointain, où l’on pourra étudier un site sans avoir besoin d’y fouiller et de le détruire. Nous sommes actuellement dans la position de la médecine avant la radiographie… » (Leroi-Gourhan 1953 : 144).

Du terrain à l’exploitation théorique des découvertes lithiques

Au-delà, le chantier n’est plus seulement un terrain d’exercice pour ses étudiants, il devient pour lui un lieu privilégié de développement de sa réflexion sur la préhistoire dans sa longue durée.

36En effet, avec ces chantiers école, des Furtins à Arcy, il appréhende matériellement les temps très longs de la préhistoire et constate notamment que le nombre et la variété des objets produits sont de plus en plus réduits à mesure que l’on recule dans le temps. De plus, l’érosion documentaire des millénaires autant que la perte mémorielle de l’usage des vestiges rescapés des temps anciens, outils ou armes, fait que l’ethnologue-technologue travaillant en préhistoire ne dispose que d’une matière infime, très partiellement représentative des populations disparues, les lacunes étant plus importantes que les témoins.

37Finalement, pour les millénaires de la préhistoire encore plus que pour les siècles historiques du Pacifique nord, Leroi-Gourhan restreint donc son raisonnement, à un aspect qu’il considère comme universel et intemporel : le besoin de couper et de trancher, le seul, pour lui, à se manifester par un caractère toujours identifiable par le préhistorien, à savoir le dégagement d’une ligne tranchante sur une matière travaillée, qu’elle soit en pierre, os ou métal. D’où l’idée de classer les outils lithiques de la préhistoire en fonction du ratio entre masse de matière travaillée et longueur de tranchant et de considérer que les hommes n’ont eu de cesse d’augmenter leur productivité en diminuant ce ratio… Et, pour lui, cette manière de décrire les industries lithiques s’inscrit dans un processus non de démarche typo-chrono-géologique – comme cela est la pratique chez les préhistoriens depuis un siècle – mais dans une démarche morpho-typologique proprement ethnologique sur le long terme paléontologique, c’est-à-dire dans une perspective technologique comparatiste à vocation sociologique. En effet, il envisage que ce « gain de productivité technique » permit aux hommes de la préhistoire de consacrer de plus en plus leur temps à des activités autres que l’obligation de se déplacer parfois très loin pour se ravitailler en matière première lithique : activités alimentaires, artistiques ou sociales diverses (Leroi-Gourhan 1962 : 19).

38Cette approche productiviste mise en toile de fond, associée au constat de la diversification progressive et continue des outillages au fil des millénaires de la préhistoire, lui permettra ensuite d’enrichir sa perception des possibilités de l’ethnologie préhistorique pour les millénaires suffisamment documentés :

« Il reste à essayer, pour la préhistoire, non pas de délimiter des ethnies à partir des outils, mais de rechercher ce qui peut, malgré tout, être sur des objets le reflet d’une diversification ethnique. En d’autres termes, la cartographie des types principaux, et surtout celle des variantes, époque par époque, devraient fournir des indications utilisables » (Leroi-Gourhan 1964a : 202).

1964-1972, le basculement de perspective avec Pincevent (77)

Arrivé à ce stade de ses recherches sur les moyens et les perspectives de l’approche technologique à l’échelle des dizaines de millénaires des temps préhistoriques, un évènement va, en 1964, de nouveau bouleverser ses ambitions autant que ses pratiques : la découverte du site de Pincevent, sur lequel Leroi-Gourhan va transporter son chantier école, passant alors d’un site en milieu karstique à stratigraphie longue et complexe, fragmentée en plusieurs cavités, à un site ouvert en milieu alluvial et ne comportant, a priori, qu’un seul niveau d’occupation.

Figure 07.

Figure 07.

Le décapage de l’habitation n° 1 montrant deux des trois foyers.

Cliché CAP

39Ce décapage en milieu sédimentaire fin le fait renouer avec une pratique d’enregistrement des restes les plus petits, mise au point aux Furtins avec l’instauration de « plans des fugaces », incorporés aux dossiers qui rassemblaient l’ensemble de la documentation de fouille par mètre carré. En effet, comme Leroi-Gourhan le précise en détaillant la chaîne des procédés d’enregistrement du terrain en cours de fouille : l’enregistrement commence « durant le décapage même, par l’établissement progressif d’un plan où sont enregistrés, par m2, les vestiges fugaces : parcelles de charbon ou d’ocre rouge, esquilles de silex d’un diamètre de moins d’un centimètre, menus fragments osseux. L’enlèvement immédiat de cette catégorie de témoins est indispensable pour le dégagement en place des témoins ordinaires. Le plan des vestiges fugaces est le seul plan manuel qui soit exécuté directement par le fouilleur. En effet le document cartographique de base est la photographie de m2 répétée autant de fois que l’exige l’enregistrement des objets superposés sur quelques centimètres d’épaisseur (en moyenne 2 à 6 clichés). Un agrandissement au 1/5e sert au report des numéros des vestiges qui sont eux-mêmes intégralement marqués. Cette technique qui pourrait paraître d’une précision excessive, est la condition fondamentale des opérations ultérieures de recherche des structures latentes et des liaisons ». (Leroi-Gourhan & Brézillon 1972 : 13)

Figure 08.

Figure 08.

Les premiers relevés à l’échelle 1/1 à l’aide d’un support en plexiglas, seront rapidement remplacés par des relevés sur tirage photo au 1/5 par mètre carré.

Archives CNRS-MAE-EP-Pincevent

40Par ailleurs, s’il est une image emblématique des recherches à Pincevent, outre l’extension des décapages des sols d’habitat, rendue possible par une fouille en aire ouverte, c’est bien celle des « remontages », qui va radicalement réorienter la perspective de ses recherches en ethnologie préhistorique : il s’agit de regrouper les éclats de silex repérés par leur aspect et leur couleur comme provenant d’un même bloc au départ, pour ensuite les raccorder par l’analyse de leurs caractères techniques jusqu’à reconstituer ce bloc-rognon dans son volume d’origine.

Figure 09.

Figure 09.

Remontage de nucléus

Leroi-Gourhan & Brézillon 1966 : 277

41Bien que cela permette alors, de déterminer à rebours les modalités spécifiques d’un débitage particulier, et donc l’ordre des gestes du débiteur, il utilise avant tout ces remontages par le biais de leur répartition sur plans, qui renseignent directement sur les circulations et les échanges au sein de l’espace des trois foyers de « l’habitation no 1 » (Leroi-Gourhan A. et Brézillon M. 1966 : 336).

Figure 10.

Figure 10.

Plan de répartition des éclats du nucléus

Leroi-Gourhan & Brézillon. 1966 : 340

  • 8 Cet aspect concerne autant le temps nécessaire aux remontages que le fait que la maladie de Parkins (...)

42Son appréhension de l’organisation au sol des vestiges s’appuyait depuis des années (Leroi-Gourhan 1950b) sur le désir d’une vision directe puis d’une analyse sur plan d’un sol décapé et minutieusement enregistré pendant la fouille, ce qu’il va pouvoir enfin mettre en œuvre à Pincevent. C’est ainsi que, de ces deux voies possibles pour la recherche – reconstitution des gestes techniques et dynamique des circulations – seule cette dernière sera exploitée, et pour longtemps, par Leroi-Gourhan. Mais le fait que Pincevent soit un site magdalénien particulièrement bien conservé, où les premières campagnes de décapage permettaient de visualiser ce qui ressemblait fort à un campement de chasseurs abandonné « intact », semble avoir déplacé l’enthousiasme de Leroi-Gourhan vers l’approche intensive d’un site directement lisible, caractérisé par ce qui semblait être une unité de lieu comme de date. Leroi-Gourhan s’inscrit donc alors, et résolument, vers une démarche de remontages techniques liés exclusivement à l’analyse de leur distribution spatiale, excluant de fait l’approche technologique propre, pourtant envisagée au début. Ce qui peut sembler contradictoire avec l’intérêt fondamental qu’il portait depuis trente ans à la question technique. Plusieurs raisons conjointes peuvent être envisagées : l’impact émotionnel des conséquences du changement de contexte sédimentaire qui permettait enfin le décapage topographique fin ; la concurrence entre les « écoles » de Bordeaux (avec François Bordes, pionnière pour la chrono-stratigraphie en milieu karstique, mais aussi en taille expérimentale) et celle de Paris (privilégiant l’approche ethnologique de la préhistoire et les remontages) ; voire le fait que Leroi-Gourhan – toujours soucieux de garder la main sur ses recherches – ne pouvant matériellement maîtriser lui-même l’ensemble des remontages 8, préférait se consacrer à l’analyse des plans de répartition des remontages réalisés par d’autres, ?

  • 9 C’est ainsi que ce volet technologique sera en revanche le champ de travail de ses continuateurs, q (...)

43Signalons surtout que, simultanément aux remontages individuels qui continuent à être réalisés au sein de son équipe9, sa propre sensibilité technique s’est matérialisée dans une tentative d’approche globale des produits du débitage, en préconisant que les relevés et démontages se fassent avec l’aide d’un abaque de mesure des vestiges lithiques (Leroi-Gourhan 1964 c).

44Avec cette proposition d’enregistrement systématique des tailles et proportions morphologiques des produits du débitage lithiques, il prolonge sa démarche d’approche statistique du ratio « poids de matière/longueur de tranchant ». La première lui avait permis de traiter la perspective diachronique longue de l’évolution technique, tandis que celle-ci lui apporte maintenant la possibilité d’analyser statistiquement la répartition spatiale des témoins lithiques sur le lieu d’une occupation perçue de courte durée. Jointe à ce que révèlent les plans de vestiges fugaces – qui permettent de poursuivre le dégagement sédimentaire sans perte d’information pour l’emplacement des éléments les plus petits, dont les traces ocrées et charbonneuses – cette image de la répartition du lithique va lui permettre la distinction d’aires de production (les plus petits éléments restant en place), de circulation et de couchage (secteurs aux vestiges raréfiés) ou d’évacuation (les plus gros éléments, dont les nucléus).

Figure 11.

Figure 11.

Abaque de mesure des dimensions et des proportions des produits de débitage, utilisée sur le terrain dès la phase de démontage.

Leroi-Gourhan 1964c

45Dans l’ambiance technoscientifique de l’époque où les « codes » fleurissent, il prévoyait même la possibilité, d’une extension « aux besoins de l’informatique ». Cependant, dans son modèle d’organisation de l’espace domestique, il en fera surtout usage sous forme de répartition de la masse et des dimensions de chaque vestige permettant d’identifier une distribution concentrique centrifuge vers l’extérieur à partir de l’entrée de la tente et du foyer.

Enfin, ce renversement fondamental d’orientation, du stratigraphique au spatial était accompagné d’une proposition méthodologique d’importance centrée sur la nécessaire précision d’un vocabulaire spécifique lié aux données du niveau mis au jour à Pincevent (ici, le niveau IV). Il distinguait en effet un vocabulaire provisoire, réservé aux premières approches de terrain, d’un vocabulaire « d’interprétation », à n’utiliser qu’ensuite, après confrontation des données brutes du terrain et des données ultérieures issues des confrontations post-fouilles, précisant toutefois qu’il ne s’agissait pas d’un « glossaire passe-partout où le fouilleur d’autres régions et d’autres temps irait puiser l’explication de ce qu’il a sous les yeux. Il s’agit bien au contraire d’une provocation à la recherche des traits qui n’ont pas encore été observés » (Leroi-Gourhan & Brézillon 1972 : 321).

46Une fois de plus, les moyens techniques mis en œuvre sont au service d’une volonté d’explorer de nouveaux champs de recherche.

La perspective artistique

Avec cette troisième perspective, si contrairement à l’approche technologique, Leroi-Gourhan ne prône pas la nécessité d’une formation préalable scientifique, il insiste toujours sur celle de l’observation minutieuse et la description rigoureuse, permettant des confrontations productrices de nouvelles connaissances, assortie de la mise au point d’un vocabulaire adapté.

1935 : Le bestiaire du bronze chinois

Après des études de russe et de chinois aux Langues Orientales, Leroi-Gourhan adhère à l’AFAO (Association Française des Amis de l’Orient, dont le siège est au Musée Guimet, éditrice de la Revue des Arts Asiatiques = RAA). Et, le 11 janvier 1935, il y donne sa première conférence, sur le thème de L’art animalier dans les bronzes chinois. Dès celle-ci, il déploie non seulement une approche descriptive qu’il conservera durant toutes ses recherches en histoire de l’art, mais aussi une pédagogie de la démonstration, un mode de relation avec son public et avec ses lecteurs, les mettant dans la confidence de ses recherches, de sa démarche, les amenant à le suivre dans ses déductions. Comme pour la technologie, ses recherches se déclinent selon deux échelles distinctes et opposées : d’une part une élaboration programmatique dans un cadre particulièrement large et extensif, cherchant à « établir les rapports entre les grands mythes et les figurations dans l’Asie orientale et septentrionale » (Leroi-Gourhan 1935 : 179), d’autre part une observation détaillée et intensive de faits réels et contrôlables, de déchiffrement pour « l’identification et la classification des espèces figurées sur les bronzes chinois ». (Leroi-Gourhan 1935 : 179)

47Au fil de ce qu’il perçoit comme une évolution graphique des représentations animales, il lui semble évident que, pour lui comme pour chacun, le « contenu mythique et religieux » est différent, même s’il s’agit bien « du même thème » représenté (Leroi-Gourhan 1935 : 188). Que ce soit en se limitant au monde extrême asiatique ou en étendant l’étude à l’Europe méditerranéenne, Leroi-Gourhan s’engage ainsi dans une double voie : d’une part l’identification et l’étude de chaque étape de la dérive graphique des motifs, et d’autre part la nette distinction entre un motif représenté et son contenu idéologique.

48Pleinement conscient de ne faire que commencer à défricher une nouvelle manière d’aborder et considérer les motifs ornementaux, il ajoute à cet essai :

« Pour conclure, je dois maintenant dire que je n’ai pas la prétention d’apporter ici de proposition définitive. Si je ne possédais pas quelques centaines de jalons sur toute l’Asie, à travers les siècles, j’aurais peut-être osé parler de l’influence méditerranéenne en Extrême Asie, ou vice-versa, j’aurais aisément trouvé entre les extrêmes des bornes, j’aurais pu au besoin tracer une route ou des routes. Je m’en suis gardé, pour conserver l’avantage de mener cette étude sur le terrain ferme des figurations où l’interprétation est contenue par de constantes vérifications graphiques, pensant qu’il valait peut-être mieux être obscur ou incomplet que trop pressé d’édifier un système » (Leroi-Gourhan 1935 : 189)

49Avec ce travail, il inaugure un style d’énoncé de ses démonstrations – valable ensuite dans tous ses champs disciplinaires – en enchaînant trois natures de propos qui encadrent ses résultats : d’abord l’annonce introductive d’une approche nouvelle par rapport à ce qui faisait avant lui ; ensuite, une précision sur la quantité des données mobilisées [en général des chiffres importants, qu’il affiche cependant être un minimum] ; enfin une conclusion affirmant qu’il ne s’agit là que d’une étape demandant à être approfondie, que ce soit pour confirmer ou infirmer sa lecture des faits au vu d’autres données.

1935-1943, de l’observation des détails aux perspectives méthodologiques

Après cette intervention et une série de contributions à la RAA, portant toutes sur des cas de décryptage et d’analyse de motifs ornementaux, il les regroupe en 1943 en y ajoutant une conclusion qui affiche explicitement son ambition méthodologique (Leroi-Gourhan 1943c, p. 90-91) :

« Pour l’histoire de l’art comme pour celle des religions ou toute autre discipline qui utilise des figurations, il importe avant tout de donner au sujet et aux objets figurés leur dénomination exacte […]. La facilité de dénomination est proportionnelle au réalisme de la figuration. Les conditions de développement et de perte du réalisme sont donc un des problèmes importants de l’histoire de l’art. Important parce que l’étude mécanique des lois de la figuration présente assez d’intérêt pour se justifier, important parce que ces lois permettent de déchiffrer des figurations illisibles au premier abord ».

50Leroi-Gourhan poursuit en annonçant qu’« il reste à créer une branche de l’histoire de l’art avec tout ce qu’on peut apporter de systématique, de dosable, de mesurable à l’étude des documents », ambition générique qu’il poursuivra pendant 40 ans, jusqu’à la fin de sa vie.

Été 1938, les kimonos Aïnou d’Hokkaido

Durant l’été 1938, avant de conclure cette série d’articles pour la RAA, Leroi-Gourhan avait eu l’occasion de partir plusieurs semaines avec son épouse dans l’extrême nord de l’archipel, en Hokkaido. Cette exploration sera suivie d’analyse approfondie des motifs aïnous ornant les habits, ce qui va l’orienter vers les aspects du symbolisme des formes, notamment dans la comparaison qu’il établit avec les décors des poteries du néolithique japonais, ceux des théières. Il sait d’ailleurs faire part de son enthousiasme :

  • 10 Lettre à Buhot des 9 et 10 septembre 1938.

« Victoire ! Je viens à l’instant, en repassant à l’encre les fiches des Kimonos aïnous rapportés du voyage, de trouver la clef des figurations (…) Je ne sais pas où cela mènera mais c’est énorme car du même coup je tiens les grands principes de la stylisation aïnou. Tout apparaît : seins des femmes, parties sexuelles des deux sexes, ossature du bras et du bassin, omoplates. (…) On doit pouvoir en tirer quelque chose maintenant. » En poursuivant la même démarche avec les statuettes, il constate : « Jusqu’à présent mes cartes ne donnaient rien mais après ce nouveau brassage où j’ai tout repris les séries sont claires. (…) Depuis quelques heures tant de choses se placent comme par miracle sur les cartes que j’en suis tout étourdi. Je vois maintenant de Nagano au Kamtchatka tout s’emboîter 10. »

51C’est sur ce fond d’analyse graphique des figurations en Eurasie qu’il va, après guerre, aborder la question de l’art pariétal paléolithique.

1947-1984 : l’art pariétal

Si l’étude de l’art pariétal paléolithique a, durant le premier vingtième siècle, bénéficié d’une phase intensive de découvertes et de relevés (notamment par l’abbé Henri Breuil), elle est cependant restée longtemps, pour ce qui est de l’interprétation, dans les ornières méthodologiques de la comparaison ethnographique primaire : les représentations figurées étaient le plus souvent directement assimilées, au cas par cas, à des rites de chasse ou de fécondité. En revanche, lorsqu’une nouvelle génération de chercheurs émerge après la seconde guerre mondiale, les conditions de travail sont radicalement différentes, tant parce qu’il n’est maintenant plus nécessaire de prouver l’ancienneté des œuvres pariétales, que parce qu’il est d’emblée possible de disposer d’un large corpus de relevés publiés… En France, Annette Laming (Laming-Emperaire 1962) et Leroi-Gourhan vont simultanément se servir de ce capital documentaire et se distinguer en remettant en cause les interprétations en cours depuis un demi-siècle.

52Tous deux perçoivent un caractère non aléatoire à la répartition des figures sur les parois. La première met en évidence des compositions sur les panneaux des parois ornées, tandis que le second essaie de rendre compte de la répartition spatiale, dans les grottes, des signes et des représentations animales. Leroi-Gourhan a alors adapté à l’observation en grotte et à l’enregistrement des figures son système de fiches à perforations périphériques, originellement utilisé à Arcy-sur-Cure pour la bibliographie et les données archéologiques. Ce fichier est en outre d’emblée « conçu pour rendre possible l’exploration d’un grand nombre d’hypothèses sur la contemporanéité, la succession, l’association des figures à partir du sujet, de son style, de sa situation dans l’espace figuré » (Leroi-Gourhan 1960 : 39). Et, à partir du moment où son attention s’est portée sur l’ensemble de la cavité ornée, il a commencé à percevoir explicitement des récurrences topographiques d’assemblage des figurations, que ce soit entre les animaux eux-mêmes, ou entre animaux et « signes » (Leroi-Gourhan 1964b).

Figure 12.

Figure 12.

Le fichier avec ses fiches perforées et l’aiguille à tricoter qui lui sert au tri.

Cliché B.& G. Delluc

Figure 13.

Figure 13.

Fiche récapitulant l’ensemble des grottes du corpus, avec leur abréviation en trois lettres.

53Pour Leroi-Gourhan, le grand intérêt de l’ornementation pariétale est que les représentations faites par les préhistoriques sont restées exactement là où elles ont été faites, ce qui leur confère une valeur inestimable. C’est pourquoi, au-delà des relevés précis de ses contemporains – et qu’il ne pratique lui-même jamais – il perçoit l’intérêt de l’analyse d’une organisation des représentations à l’intérieur de l’ensemble de la cavité. Par ailleurs, d’un point de vue pratique, il lui apparaît vite nécessaire de procéder à une réduction formelle des données à enregistrer pour pouvoir se concentrer sur cette seule question de la structuration générale de l’espace pariétal. C’est pourquoi il va simplifier autant les représentations animales, avec un normographe construit spécialement, que celle de la topographie des grottes, découpées en tronçons estimés significatifs (entrée, fond, panneaux centraux, diverticules, etc.). Pour ce qui est des « signes » qui accompagnent ces figurations, il s’inspire de ses travaux antérieurs pour analyser leurs dérives graphiques, allant du réalisme à la schématisation symbolique.

Figure 14.

Figure 14.

Les normographes permettant de tracer les profils animaux et vestiges

Cliché B. & G. Delluc

Figure 15.

Figure 15.

Une des fiches de la grotte du Portel avec le report schématique de l’emplacement des figures.

54Après une série d’articles détaillant sa méthode et ses premiers résultats (Leroi-Gourhan 1958b, c, d et 1960), Leroi-Gourhan publie rapidement sa prestigieuse Préhistoire de l’art occidental (Leroi-Gourhan 1965), dont l’introduction relate l’évolution de ses travaux dans le domaine. Pour autant, dès 1967, il n’aura de cesse – lors de colloques spécialisés ou avec ses cours au Collège de France (Leroi-Gourhan 1992) – de reprendre ses travaux de manière critique, non seulement du fait de l’accueil très critique d’une partie de la communauté scientifique mais aussi, et surtout, en raison de l’évolution de sa propre perception des œuvres pariétales (Leroi-Gourhan 1984). Si Leroi-Gourhan garde jusqu’à la fin les principes généraux d’une organisation raisonnée des figures et des signes, il aura surtout consacré ses dernières années de recherche à construire un vocabulaire systématique susceptible de décrire au plus juste les figures, loin de tout objectif interprétatif qui en fausserait la nature.

55Il rejoint alors l’ambition affichée 40 ans auparavant (Leroi-Gourhan 1943c).

Avec ces quelques exemples, nous avons vu que l’itinéraire d’André Leroi-Gourhan suit des voies très diverses. Au final, au fil de ses expériences, Leroi-Gourhan n’aura eu de cesse de chercher de nouvelles perspectives et de mettre en œuvre de nouvelles méthodes pour atteindre, à chaque fois, une nouvelle facette de l’humanité.

56Pour cela, il aura exploré aussi bien les possibilités des vocabulaires que celles des modes de représentation graphique des données – et encore plus de leurs relations. À titre illustratif, on peut rapporter ici que c’est à la suite de la lecture des rapports de stage de ses étudiants en ethnologie que Leroi-Gourhan souligne l’importance d’avoir une expression graphique adaptée pour accompagner leurs textes. Ainsi, « ce qui est indispensable, c’est de sentir que l’écriture est parfaitement impuissante à satisfaire tous les besoins de l’expression ethnologique et qu’une part importante du caractère personnel d’un travail peut tenir aux efforts qui sont faits pour découvrir des moyens d’expression » (Leroi-Gourhan 1952 : 3).

57Il reste à souligner qu’au-delà de ce trop rapide panorama, en examinant de plus près les étapes de ses raisonnements exploratoires et expérimentaux (Soulier 2018), on peut parfois relever des failles ou des lacunes, ce dont il avait d’ailleurs lui-même conscience, n’hésitant pas, souvent, à exprimer ses doutes et incertitudes. C’est bien pourquoi, en plus de 50 ans de production, une grande partie de ses articles et ouvrages comportent explicitement un développement méthodologique critique. Cela participe directement à l’élan général qui animait ses recherches avec un fort désir de découvertes, peut-être moins de nouvelles connaissances en soi que de mise en lumière de logiques internes de rapports entre les choses, et encore plus du chemin à défricher pour y parvenir. C’était pour lui une sorte de défi à relever, qu’il considérait comme un jeu stimulant (Leroi-Gourhan 1982 : 99) par lequel ses travaux continuent à nous entraîner.

Haut de page

Bibliographie

Chavaillon, N. 1955 « États de surface des cailloutis et des vestiges osseux dans les couches archéologiques d’Arcy-sur-Cure », Bulletin de la Société préhistorique française : 345-353

Delattre, A. 1951 Du crâne animal au crâne humain. Paris : Masson.

Laming-Emperaire, A. 1962 La signification de l’art paléolithique. Paris : Picard.

Laplace-Jauretche G. & L. Méroc 1954 « Application des coordonnées cartésiennes à la fouille d’un gisement », Bulletin de la SPF : 58-66.

Leroi-Gourhan A. 1935 « L’art animalier dans les bronzes chinois », Conférence du 11 janvier 1935, publiée dans la Revue des Arts asiatiques IX (4) : 179-189.

Leroi-Gourhan, A. 1936 « L'homme et la nature », Encyclopédie française. VII L'espèce humaine. Section A, Formes élémentaires de l'activité humaine. Paris : Comité de l'Encyclopédie française : 10-3 à 10-16 et 12-1 à 12-4.

Leroi-Gourhan, A. 1938 « Liste des objets et photographies destinées à une exposition de la civilisation japonaise classique au Musée d’Ethnographie de Paris (Musée de l’Homme) » [Archives du MNHN : 2AM.1K.59d.].

Leroi-Gourhan, A. 1943a Évolution et techniques, 1, L’homme et la matière. Paris : Albin Michel

Leroi-Gourhan, A. 1943b « Quelques problèmes d’enquête technologique en ethnographie, l’enquête extensive », conférence à la Société du folklore français, le 25 novembre 1943 [tapuscrit archives MNATP].

Leroi-Gourhan, A. 1943c Documents pour l'art comparé de l'Eurasie septentrionale. Paris : Éditions d'Art et d'Histoire.

Leroi-Gourhan, A. 1945 Évolution et techniques, 2, Milieux et techniques. Paris : Albin Michel

Leroi-Gourhan, A. 1946a Archéologie du Pacifique Nord : matériaux pour l'étude des relations entre les peuples riverains d'Asie et d'Amérique. Paris : Institut d'Ethnologie, (coll. « Travaux et mémoires de l'Institut d'Ethnologie » 47).

Leroi-Gourhan, A. 1946b « La caverne des Furtins à Berzé-la-Ville, Saône-et-Loire », Bulletin de la SPF 43(1-2) : 3-15.

Leroi-Gourhan, A. 1947 « La grotte des Furtins (Commune de Berzé-la-Ville, Saône-et-Loire) », Bulletin de la SPF 44(1-2) : 43-55 (3 fig.).

Leroi-Gourhan A. 1948 « Cinéma et sciences humaines. Le film ethnologique existe-t-il ? », Revue de Géographie humaine et d'Ethnologie 3 : 42-50 (8 fig.).

Leroi-Gourhan A. et al. 1950a « La caverne des Furtins (commune de Berzé-la-Ville, Saône-et-Loire) », Préhistoire XI. Paris : PUF : 19-143.

Leroi-Gourhan, A. 1950b Les fouilles préhistoriques, technique et méthodes. Paris : Picard.

Leroi-Gourhan, A. 1952 « Moyens d’expression graphique », Bulletin du CFRE 4, juillet 1952 : 1-3.

Leroi-Gourhan A. 1953 « Les découvertes préhistoriques d’Arcy-sur-Cure (Yonne) », Revue archéologique de l’Est : 144-149.

Leroi-Gourhan A. 1958a « Étude des restes humains fossiles provenant des grottes d’Arcy sur Cure », Annales de paléontologie, t. XLIV. Paris : Masson : 87-145.

Leroi-Gourhan A. 1958b « La fonction des signes dans les sanctuaires paléolithiques », Bulletin de la SPF 55(5-6) : 307-321 (11 fig.).

Leroi-Gourhan A. 1958c « Le symbolisme des grands signes dans l'art pariétal paléolithique », Bulletin de la SPF 55 (7-8) : 384-398, (7 fig.).

Leroi-Gourhan A. 1958d « Répartition et groupement des animaux dans l'art pariétal paléolithique », Bulletin de la SPF 55(9) : 515-528, (3 fig., 5 pl.).

Leroi-Gourhan, A. 1960 « Problèmes artistiques de la préhistoire », L'information d'histoire de l'art. Paris : J.-B. Baillière & Fils, 5e année, mars-avril 2 : 39-45, (3 fig.).

Leroi-Gourhan A. 1961a « Les fouilles d’Arcy-sur-Cure (Yonne) », Gallia-préhistoire, t. IV : 3.

Leroi-Gourhan A. 1961b « Préhistoire » in Pierre Devambez dir. Histoire de l'Art. I. Le monde non chrétien. Paris : Gallimard (« Encyclopédie de la Pléiade ») : 3-92.

Leroi-Gourhan, A. 1962 « Les sociétés primitives, apparition des premiers développements techniques » in M. Daumas dir. Les origines de la civilisation technique, tome 1 de L’Histoire générale des techniques. Paris : PUF : 1-53.

Leroi-Gourhan, A. 1964a Le geste et la parole. 1/ Technique et langage. Paris : Albin Michel (« Sciences d'aujourd'hui »).

Leroi-Gourhan, A. 1964b Les religions de la préhistoire. Paris: PUF (« Mythes et religions »).

Leroi-Gourhan, A. 1964c Notes de morphologie descriptive. Paris : Centre de recherches préhistoriques et protohistoriques (cours multigraphié).

Leroi-Gourhan, A. 1965 Préhistoire de l’art occidental. Paris : Mazenod.

Leroi-Gourhan, A. 1971 Évolution et techniques, t. 1, l’homme et la matière, Paris : Albin Michel.

Leroi-Gourhan, A. & M. Brézillon 1964 « Le site magdalénien de Pincevent (Seine-et-Marne) », Bulletin de l’AFEQ, 1re année, no 1 : 59-64, (2 fig.).

Leroi-Gourhan, A. & M. Brézillon 1966 « L'habitation magdalénienne no 1 de Pincevent prés Montereau (Seine-et-Marne) », Gallia Préhistoire 9(2) : 304-311.

Leroi-Gourhan, A. & M. Brézillon 1972 Fouilles de Pincevent. Essai d'analyse ethnographique d'un habitat magdalénien (la section 36). Paris : CNRS (Supplément à Gallia Préhistoire VII).

Leroi-Gourhan, A. 1974 « II y a toujours eu des dieux », Interview par Georges Suffert. Le Point 80, 1er avril : 93-102, (9 fig.).

Leroi-Gourhan, A. 1982 Les racines du monde, entretiens avec Claude-Henri Rocquet, Paris : Belfond.

Leroi-Gourhan, A. 1984 Introduction à l’art pariétal paléolithique. Milan : Jaca Book (132 fig.).

Leroi-Gourhan, A. 1992 L’art pariétal, langage de la préhistoire, présentation par Marc Groenen. Grenoble : Jérôme Millon.

Leroi-Gourhan, A. 2004 Pages oubliées sur le Japon. Grenoble : Jérôme Millon

Mauss, M. 1947 Manuel d’ethnologie. Paris : Payot.

Musée d’ethnographie du Trocadéro et mission scientifique Dakar-Djibouti 1931 Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques. Paris : Palais du Trocadéro.

Soulier, Ph. 2005 « André Leroi-Gourhan enseignant à Lyon (1944-1956) : de l’ethnologie coloniale à l’ethnologie préhistorique », 150 ans de Préhistoire autour de Lyon, Hors-série no 3 des Cahiers scientifiques du Muséum de Lyon : 43-56.

Soulier, Ph. 2012 « André Leroi-Gourhan, collecteur d'objets pour les musées (Japon avril 1937-mars 1939) », Techniques & Culture 57 (2011/2), F. Joulian dir., « Geste et Matière, André Leroi-Gourhan, découvertes japonaises » : 60-83.

Soulier, Ph. 2015 « André Leroi-Gourhan (1911-1986) un anthropologue encyclopédiste au xxe siècle » in Ph. Soulier dir. André Leroi-Gourhan, « l’homme tout simplement », Travaux de la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie 20. Paris : De Boccard : 15-46.

Soulier, Ph. 2018 André Leroi-Gourhan (1911-1986), une vie. Paris : Éditions du CNRS.

Haut de page

Notes

1 Toute sa correspondance avec Jean Buhot est publiée dans : Leroi-Gourhan A. (2004) – Pages oubliées sur le Japon, Grenoble, Jérôme Millon, ici, lettre du 27 novembre 1937.

2 Lettre à Buhot du 15 janvier 1939.

3 Lettre à Buhot du 25 décembre 1938.

4 Les Aïnous vouaient en effet un culte particulier à l’ours, de l’élevage domestique d’oursons non sevrés, à leur consommation rituelle une fois adultes.

5 En 1960, Leroi-Gourhan décrivait encore ainsi ce dispositif : « un cadre métallique en chaîne d’arpenteur, à éléments articulés d’un mètre de long, suspendu au-dessus du chantier » (Leroi-Gourhan 1961a).

6 Il avait déjà testé les particularités de cet éclairage avant-guerre, au musée de l’Homme, pour la lecture de peintures sur des peaux de tambours amérindiens (archives MNHN, correspondance Georges-Henri Rivière).

7 Mais il n’y aura pas de prise systématique des opérations à Arcy, les vues concernant plus les « scènes d’ambiance » que le déroulé des fouilles… Les bobines originales de quelques métrages de films (16m/m, noir, muet, 1946-1963), concernant non seulement Arcy, mais aussi Auvernier, les Furtins, Lyon et Saint-Romain, sont conservées par la famille. Des copies numériques en sont toutefois consultables aux services des archives de la MAE à Nanterre (Fonds ArScAn-Ethnologie préhistorique/chantiers).

8 Cet aspect concerne autant le temps nécessaire aux remontages que le fait que la maladie de Parkinson commençait à avoir des effets sur sa dextérité manuelle. Ne pratiquant ces remontages lui-même, Leroi-Gourhan se privait de la perception directe et manuelle des processus techniques propres à chaque bloc débité, et de leur variabilité.

9 C’est ainsi que ce volet technologique sera en revanche le champ de travail de ses continuateurs, qui, avec des chercheurs d’autres équipes (UMR Préhistoire et technologie), feront le lien technique et épistémologique entre les deux démarches :
- Pelegrin, J., Karlin, Cl. & P. Bodu 1988 « Chaînes opératoires : un outil pour le préhistorien » in Jacques Tixier dir. Technologie lithique, notes et a techniques 25. CNRS : 55-32.
- Pigeot, N. 1991 « Réflexions sur l’histoire technique de l’homme : de l’évolution cognitive à l’évolution culturelle », Paléo 3 : 167-200.
- Julien, M. & C. Karlin dir. 2014 Un automne à Pincevent, le campement magdalénien du niveau IV20. Paris : Société préhistorique française, « Mémoire 57 ».

10 Lettre à Buhot des 9 et 10 septembre 1938.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 01.
Légende Avec cette première exposition, Leroi-Gourhan associe son approche technologique et sociale à son appétence à partager ses travaux en cours. Jusqu’à la fin de sa vie de chercheur, cette partie muséographique de ses recherches lui tiendra à cœur.
Crédits Plan de la vitrine montrant l’organisation du territoire, document archives MNHN, correspondance Rivière-Leroi-Gourhan
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 02.
Légende Planche II de l’Encyclopédie française montrant des exemples d’action sur la matière.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 03.
Légende Cartographie des routes de diffusion des techniques restituées sur l’aire Pacifique, Archéologie du Pacifique nord
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 04.
Légende Photo d’une coupe stratigraphique, légendée par un dessin et un commentaire.
Crédits Leroi-Gourhan 1950a : 67
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 05.
Légende Photo Arcy, le réseau topographique suspendu et le système de wagonnet sur rail pour l’évacuation des déblais de la galerie du Renne.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 06.
Légende Le poste de tamisage à l’eau avec balancier pour le tri granulométrique
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 07.
Légende Le décapage de l’habitation n° 1 montrant deux des trois foyers.
Crédits Cliché CAP
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 08.
Légende Les premiers relevés à l’échelle 1/1 à l’aide d’un support en plexiglas, seront rapidement remplacés par des relevés sur tirage photo au 1/5 par mètre carré.
Crédits Archives CNRS-MAE-EP-Pincevent
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 09.
Légende Remontage de nucléus
Crédits Leroi-Gourhan & Brézillon 1966 : 277
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 10.
Légende Plan de répartition des éclats du nucléus
Crédits Leroi-Gourhan & Brézillon. 1966 : 340
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 11.
Légende Abaque de mesure des dimensions et des proportions des produits de débitage, utilisée sur le terrain dès la phase de démontage.
Crédits Leroi-Gourhan 1964c
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 12.
Légende Le fichier avec ses fiches perforées et l’aiguille à tricoter qui lui sert au tri.
Crédits Cliché B.& G. Delluc
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 13.
Légende Fiche récapitulant l’ensemble des grottes du corpus, avec leur abréviation en trois lettres.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 14.
Légende Les normographes permettant de tracer les profils animaux et vestiges
Crédits Cliché B. & G. Delluc
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 15.
Légende Une des fiches de la grotte du Portel avec le report schématique de l’emplacement des figures.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11137/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Soulier, « Dessins, photos, fichiers, cartes ou graphiques », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°71, mis en ligne le 13 septembre 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/11137

Haut de page

Auteur

Philippe Soulier

Préhistorien, Philippe Soulier a été conservateur du patrimoine, puis ingénieur de recherche au CNRS. Ses travaux en histoire de la recherche, consacrés à l’archéologie française, ont traité de divers domaines : la Société préhistorique française, le mégalithisme, l’évolution de la réglementation et des institutions en archéologie, etc. ainsi que plusieurs biographies de préhistoriens.
http://www.arscan.fr/ethnologie-prehistorique/composition-de-lequipe/philippe-soulier/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page