Navigation – Plan du site

Dans la peau d’un fil

Savoir tisserand et écriture dans les programmes informatiques de simulation 3D du tissage aux tablettes
Into the skin of a thread. Weavers’ knowledge and writing in 3D simulation programs for tablet weaving
Flavia Carraro

Résumés

À côté des différents moyens graphiques en usage parmi les tisserands, les logiciels textiles de modélisation de motifs et d’armures supportent, depuis les années 1980, le design, la conception et la mise en œuvre des tissus dans le domaine industriel et prolifèrent parmi un public de plus en plus élargi de tisserands professionnels et amateurs. Cependant, le travail des fils et la technique du tisserand en tant que tels semblent, eux, résister à l’informatisation, et aucune tentative de simulation 3D ne s’avère satisfaisante, tant du côté des informaticiens et des ingénieurs que des tisserands. C’est que les caractéristiques des fils et de leur entrelacement, souples, continus et souvent invisibles, sont pour partie rétives au traitement informatique.
Nous nous intéresserons ici au travail d’élaboration de programmes informatiques de simulation 3D dans le cas d’une technique de tissage particulière : le tissage aux tablettes. L’absence de métier à tisser proprement dit et les mouvements par lesquels le tissage est réalisé dans ce cas – des séries de rotations en avant et en arrière et de translations sur un axe horizontal ou vertical – bouleversent la relation technologique entre dispositif de tissage et tisserand, et entre structure textile, chaîne et trame, et font de cette technique ancienne et très ingénieuse un cas limite tant pour l’informatique que pour le tissage. Deux informaticiens ont récemment relevé le défi. Pendant qu’ils disent, tracent, expliquent, essayent et testent le tissage, les tissus réalisés et leur analogue virtuel, nous suivrons le va-et-vient entre la technique et les fils, d’une part, et la description, l’explicitation et la traduction informatiques d’autre part. À partir de ce terrain, où des pratiques techniques et des dispositifs distincts se confrontent autant qu’ils se rencontrent, nous mettrons au jour des formes différentes d’écriture de la technique en tant que « techniques intellectuelles » et en perspective les tours et les détours de la technique et de ses technographies possibles.

Haut de page

Texte intégral

« Le mécanisme (du tissage aux cartons) est certes très simple ; mais je sais par expérience que des mots (…) sont insuffisants ; ce n’est qu’à la minute même où je vis l’ouvrier de Tlemcen au travail que je compris définitivement le mécanisme. (…) À ceux de mes lecteurs qui voudraient essayer la technique, je conseille de commencer avec quatre cartons un peu grands, par exemple de 8 centimètres de côté et d’utiliser de la ficelle blanche, rouge, verte et bleue un peu grosse pour la cordelette, et de la ficelle ordinaire pour la navette. »
A. Van Gennep,
Études d’ethnographie algérienne. Le tissage aux cartons (1911 : 334-335)

En 3D, colorées, complexes, animées et très modernes, les simulations peuplent nos écrans et donnent à voir, à prévoir et à connaître. Qu’il s’agisse de science, d’économie ou de société, c’est en relation avec des phénomènes d’échelle extrêmes – trop grands ou trop petits, trop complexes –, réels ou fictifs, que les simulations informatiques se trouvent le plus souvent mobilisées en sciences, alors même que des logiciels de simulation en accès libre permettent désormais à quiconque de répliquer virtuellement le quotidien (l’aménagement d’une maison, par exemple).

1Les études sur le sujet sont nombreuses. Elles se focalisent sur les pratiques (cf. par exemple, Arvinitis & Grossetti 2009) ainsi que sur les implications épistémologiques de ce type particulier de modélisation (Varenne 2007, Bouleau 2014), fondateur, depuis ses origines, d’un nouvel agencement des relations entre interprétation, expérience et expérimentation (Lassègue 1996, Dubey 1998).

2Un constat émerge de ces études : la simulation cache et en même temps donne à voir, dans des formes différentes, au profit de la connaissance. En tant que technoscience de la formalisation, la simulation n’est pas seulement un outil pour connaître, elle témoigne (des mathématiques à l’informatique, et à travers l’image) de la multiplicité des conditions d’existence d’une raison graphique (Goody 1979). En suivant cette même perspective, le rendu visuel 3D et sa programmation, dans le cas du tissage aux tablettes, seront ici envisagés comme des écritures de la technique spécifiques et, plus précisément, des technographies où description, analyse et formalisation sont mobilisées en même temps.

  • 1 Le tissage aux tablettes est une technique très ancienne (Barber 1991), présente dans une vaste air (...)

3Ingénieurs et informaticiens sont depuis longtemps mis à l’épreuve par le domaine du textile, notamment en ce qui concerne l’élaboration d’outils d’aide à la conception de motifs et de tissus. Mais, alors que les logiciels de modélisation sont utilisés par des tisserands (professionnels comme amateurs) depuis les années 1980, afin de concevoir des motifs et préparer la mise en œuvre des tissus, les opérations concrètes de tissage, en raison des propriétés des fils et des caractéristiques de leur agencement, semblent résister à toute tentative de simulation informatique. Le tissage aux tablettes est à cet égard particulièrement intéressant. Le caractère mobile du dispositif et les mouvements rotatoires par lesquels le tissage est réalisé bouleversent la relation entre le métier à tisser et le tisserand, d’une part, entre les fils de chaîne et de trame (la croisure textile), d’autre part, et font de cette technique ancienne et peu connue 1 un cas limite tant pour l’informatique que pour le tissage. Comment faire en sorte qu’un ordinateur tisse aux tablettes ?

  • 2 Ces expérimentations ainsi que notre terrain se situent dans le cadre du projet « Penelope », finan (...)

4Deux informaticiens, Dave et Alex, se sont attelés à cette tâche, travaillant chacun de leur côté, tout en échangeant continuellement questions, problématiques et solutions lors de réunions de travail ainsi que via des blogs et des chats 2. Nous suivrons les va-et-vient qu’ils effectuent entre la technique (fils, tissus et tissages) et la simulation (analogues virtuels), pendant qu’ils « écrivent » des compétences différentes, des propriétés distinctes et des modèles concurrentiels (Fig. 1). La nouveauté et la nature expérimentale de la démarche (une simulation en train de s’essayer) d’une part, et les caractéristiques de l’objet (une technique de tissage) d’autre part, nous permettront non seulement de dénouer les fils de techniques et de pratiques de connaissance différentes, mais aussi de tisser et de mettre en perspective leurs convergences.

Figure 1.

Figure 1.

Les informaticiens aux prises avec le tissage aux tablettes

© Flavia Carraro

5Le dispositif et la mécanique particulière du tissage aux tablettes nous permettront, dans un premier temps, d’illustrer la complexité de cette technique et les points de vue distincts qu’il est possible d’adopter dans sa description, notamment à travers les travaux d’André Leroi-Gourhan (1943) et d’Arnold Van Gennep (1911, 1916). Nous aborderons ensuite les notations et les tracés techniques de tissage. Conçus et employés par les tisserands, tracés à la main sur du papier ou générés informatiquement à l’écran, ils incarnent les matrices techniques de la connaissance et de la pratique tisserande au sein d’une littératie spécifique – autrement dit des usages et des habitudes des tisserands – où l’action technique est représentée et guidée par l’écriture. Ces éléments nous autoriseront, enfin, à présenter les programmes informatiques de simulation sur le terrain de la conception et de la mise en œuvre de doubles virtuels de la technique de tissage et des tissus. La relation entre traduction, description et exécution graphiques qu’il est possible ici de mettre au jour nous permettra de mettre en perspective la notion de « chaîne opératoire » et son actualité en anthropologie.

Le tissage aux tablettes : une mécanique flexible et ingénieuse

  • 3 La forme carrée est la plus commune et dans ces pages nous nous référerons uniquement à celle-ci. C (...)

Organisées en séries et arrangées en paquet dans les mains du tisserand, comme un jeu de cartes, les tablettes perforées (carrées le plus souvent) organisent les fils de chaîne : un fil par trou pour environ deux à trente tablettes et un total de 120 à 180 fils 3. Les tablettes constituent ainsi le dispositif principal de tissage (Fig. 2 et fig. 3).

Figure 2. Tissage aux tablettes

Figure 2. Tissage aux tablettes

© Flavia Carraro

Figure 3.

Figure 3.

Schéma explicatif du tissage aux tablettes

d’après Collingwood (1982)

  • 4 Le « pas » désigne l’ouverture entre deux nappes de fils de la chaîne à travers laquelle est introd (...)
  • 5 Il est important de souligner qu’il est également possible et commun de travailler aux tablettes sa (...)

6Le tisserand, assis en face ou à côté des fils de la chaîne, fait tourner les tablettes de différentes façons : ensemble, en séries (paires/impaires) ou individuellement ; en avant ou en arrière, « comme une roue de vélo » (Collingwood 1982 : 55) ; à gauche ou à droite ; en sens horaire ou antihoraire. Ce dernier mouvement rotatoire génère le pas 4 pour le fil de trame : certains fils de la chaîne montent pendant que d’autres descendent, selon la position qu’ils occupent dans les trous 5.

  • 6 Comme dans les conventions de notation en usage.

7À chaque tour (plus précisément à chaque quart de tour dans le cas de tablettes carrées), les fils de la chaîne sont tordus les uns autour des autres. Cette torsion varie selon la direction de l’enfilage du fil dans le trou de la tablette et la direction du tour imprimé à celle-ci : on parle alors de « S » ou de « Z » ; en analogie avec l’orientation de la ligne oblique du corps de ces deux lettres (respectivement \ et / 6,). Dès lors, ce ne sont plus les fils pris séparément, mais les « cordes » composées de ces fils (en nombre égal à celui des tablettes) qui se trouvent liées, tissées par la trame (Fig. 4).

Figure 4.

Figure 4.

Schémas : a) du rentrage des fils en S (\) et Z (/) dans les tablettes, b) de la torsion d’une corde en fonction du mouvement d’une tablette, et c) de la rotation des tablettes

d’après Collingwood (1982)

  • 7 Dans la pratique, d’autres astuces techniques existent, comme le montrent les exemples reportés par (...)

8Toutefois, les fils ne sont pas les seuls à subir des torsions et les tablettes ne font pas que tourner en avant et en arrière : l’indépendance de chaque tablette à l’intérieur du paquet permet d’opérer à tout moment une torsion sur l’axe vertical (la plus commune), horizontal ou oblique. Appelé « twist » ou « flip », ce mouvement (qui ne concerne normalement que quelques tablettes) modifie la position des fils et, ce faisant, la direction des torsades 7 (Fig. 5).

Figure 5.

Figure 5.

Mouvements des tablettes et des fils pendant le « flip » ou « twist » sur l’axe vertical de la tablette

d’après Collingwood (1982)

9Comme nous pouvons le comprendre à partir de cette brève présentation, si la direction d’enfilage des fils de chaîne dans les trous des tablettes est fixée au départ, lors du rentrage, la relation qu’entretiennent position des fils et rotation des tablettes peut varier au cours du tissage. Ces éléments constituent la mécanique et la logique de ce dispositif technique composite et par ailleurs flexible.

10Torsions et détorsions des fils et des cordes, rotations des tablettes dans un sens puis dans l’autre se succèdent et se combinent selon des contraintes et des options différentes que le tisserand doit prévoir, contrôler et ajuster. Quelques remarques s’imposent alors. En premier lieu, la manipulation directe des tablettes s’accompagne d’une ouverture du pas « indirecte », ce qui signifie que le geste du tisserand et le mouvement des fils ne concordent pas. Cette médiation particulière opérée par les tablettes entre mouvements des fils et gestes du tisserand peut être éclairée par la comparaison avec les autres types de tissage. Dans le métier à marches, les fils de chaîne, abaissés ou levés alternativement afin de former le pas, restent la plupart du temps parallèles sans qu’aucune autre variation n’intervienne dans leurs relations. Des relations spatiales hétérogènes caractérisent au contraire le tissage aux tablettes : les fils subissent une torsion continue par rapport à leur axe longitudinal et se trouvent ainsi enroulés dans une corde qui est liée aux autres cordes par la trame selon une logique différente.

  • 8 Nous retrouvons ici la caractéristique d’une autre technique également étudiée par Collingwood (199 (...)

11De ce premier constat découle une caractéristique fondamentale du tissage aux tablettes : les fils de trame se trouvent nécessairement « cachés » dans l’épaisseur de la bande tissée et passent, non pas sur ou sous les fils de chaîne, comme dans les autres types de tissage, mais plutôt à travers la corde qui est en train d’être formée 8. Contrairement aux techniques dans lesquelles les fils de chaîne sont parallèles et « coupent » la trame perpendiculairement, chaque groupe de fils de chaîne est tordu sur lui-même dans ce cas et chaîne et trame se croisent dans les angles d’enroulement des fils. C’est là aussi ce qui distingue une étoffe tissée au métier à marches et une étoffe tissée aux tablettes, ou « étoffe cordée ». Alors que l’on est habitué à penser le tissage par les mouvements de lève et de baisse des lisses et la position dessous/dessus des fils, le tissage aux tablettes implique au contraire des mouvements de rotation et des positions obliques.

  • 9 Une seule « machine à tisser aux tablettes », à marches, semble avoir été brevetée et brièvement ut (...)

12Enfin, il convient de noter que l’indépendance des tablettes les unes par rapport aux autres permet un traitement distinct des cordes durant le tissage et ouvre des possibilités de contrôle aussi sophistiquées que les moyens mécaniques mis au point pour produire des étoffes à l’époque moderne. Véritable « métier » selon la classification de Seiler-Baldinger (1995 : 71-76), le dispositif de tissage aux tablettes est d’une complexité technique inattendue en regard de son apparente simplicité. Cette complexité n’est-elle pas à l’origine non seulement de la difficile mécanisation du procédé 9, mais aussi des problèmes que pose son algorithmisation ? (Fig. 6 et 7).

Figures 6, 7. Tissage avec 8 tablettes et tissu cordé

Figures 6, 7. Tissage avec 8 tablettes et tissu cordé

Dans la Fig. 6, on voit derrière les tablettes la torsion qui s’accumule sur les fils de chaîne

© Flavia Carraro

Fils, cordes et rubans

  • 10 Irene Emery fait brièvement allusion à cet aspect dans son ouvrage sur les structures élémentaires (...)

La technique de tissage aux tablettes bouleverse la façon que nous avons de penser le tissage, car elle se situe à mi-chemin entre le tissage et le cordage et combine ces deux techniques. Ce caractère hybride donne lieu à un décalage saisissant entre le point de vue pratique des tisserands et celui adopté par les analystes des techniques 10. Nous trouvons ainsi chez André Leroi-Gourhan (1943) et Arnold Van Gennep (1911, 1916) des conceptions qui se distinguent non seulement de celles des tisserands, mais s’opposent également entre elles.

  • 11 Comme Marta Hoffman (1974) l’a montré de manière exemplaire, le tissage aux tablettes est lié au ti (...)

13Pour André Leroi-Gourhan (1943 : 284), la technique des tablettes est assimilée au tissage, dont elle constitue un cas particulier. Selon lui, dans ce métier « très simple », les cartons « remplacent » les lisses et en remplissent la fonction, tandis qu’il compare, de façon erronée, l’effet produit par la torsion des fils à l’armure du sergé. André Leroi-Gourhan ne s’attache pas à la rotation caractéristique de ce tissage et, confondant armure et motif dans son explication, traite la torsion comme une conséquence de la solidarité des fils dans les tablettes. Il en va tout autrement pour Arnold Van Gennep dans ses études sur le tissage « aux cartons » en Algérie et dans l’Égypte ancienne. Pour lui, les torsades des fils occupent un rôle de premier plan et cette technique se rattache à la corderie plutôt qu’au tissage « car le carton troué joue exactement le rôle de la roue du cordier » (1911 : 333). Le tissage aux tablettes constitue donc de ce point de vue plus une « complication » (1911 : 341) de la corderie : « un ruban tissé aux cartons est en somme une juxtaposition de petites cordes ou ficelles reliées entre elles régulièrement par un fil qui correspond à la trame des étoffes ordinaires » (1916 : 62). Arnold Van Gennep insiste sur le principe logique et, tout en excluant une dérivation technologique, vise à travers ce rapprochement à mettre à plat le fonctionnement, les similitudes et les différences entre ces deux techniques différentes, mais liées depuis l’antiquité 11. La description rigoureuse et extrêmement claire, accompagnée de très rares images, jamais expressément explicatives, qui caractérise ces deux études d’Arnold Van Gennep mérite que l’on s’y arrête quelque peu. Si, par exemple, nous prenons une cordelette formée par quatre fils, explique-t-il, « à chaque quart de tour du carton, c’est un nouveau fil qui vient sur le dessus, et si les quatre fils sont de couleur différente, notre cordelette ressemblera à certaines ficelles de pâtissier » (Van Gennep 1911 : 334). Or, poursuit-il :

« […] il suffirait de mettre à plat plusieurs de ces cordelettes, détachées du carton, et de passer à travers des bouts de ficelle ou des bouts de bois très minces pour obtenir une sorte de ruban ou de sangle. Mais il sera bien plus simple de profiter de l’écartement des fils maintenu par le carton pour passer notre ficelle à chaque conversion de carton. On passe donc ce fil de gauche à droite, puis on tourne ses cartons placés côte à côte et on repasse le fil de droite à gauche, et ainsi de suite, par un mouvement de navette. Le résultat sera un ruban à 2, 3, 4 etc. cordelettes, chacune animée de son mouvement de torsion propre et conservant son individualité mais toutes tenues ensemble. » (Ibidem)

14Selon lui, ce qui distingue cette technique du tissage et, en même temps, permet de l’en rapprocher, c’est que les cordes qui s’y trouvent juxtaposées « régulièrement » sont aussi formées « génétiquement » (1916 : 60). C’est alors non pas l’armure du sergé, comme le soutient André Leroi-Gourhan, mais le motif du chevron qui en illustre la particularité. « Le chevron est précisément l’un des caractères typiques de tout produit obtenu par le tissage aux cartons » (Van Gennep 1911 : 336), car lorsqu’on tourne un carton d’avant en arrière et un deuxième d’arrière en avant, les torsades inverses des cordelettes déterminent ce motif lorsqu’elles se rencontrent, donnant également forme à la relation que juxtaposition et génération entretiennent ; la figure 8 illustre ce phénomène à travers le tracé technique du motif. On obtient bien sûr d’autres motifs lorsque les tablettes sont enfilées et tournées selon d’autres rythmes (fig. 9).

15Inversement, ces auteurs prennent comme point de départ les rubans tissés, pour l’un, et les cordes, pour l’autre, ce qui les amène à décrire le même tissage aux tablettes depuis deux points de vue distincts : un cordage où plusieurs cordes sont liées entre elles et un tissage réalisé grâce à des sortes de lisses tournantes.

Torsion, détorsion et « point de retournement »

Le « point de retournement », considéré par Van Gennep comme un « vice de fabrication » (1911 : 336), illustre bien le caractère composite du tissage aux tablettes et explique la contrainte majeure posée par cette technique. Dans la corderie, l’outil qui correspond à la tablette se trouve à l’extrémité des fils, sur un plan perpendiculaire par rapport à ceux-ci et tourné toujours dans la même direction. Dans le tissage aux tablettes, ces dernières sont au milieu de la chaîne, sur le même plan que les fils et tournées dans une même direction un certain nombre de fois par l’opérateur, de sorte que leur enroulement génère une torsion en sens inverse à l’autre extrémité de la chaîne (figs. 2 et 6). La torsion « raccourcit » la longueur de fil disponible et, faute de pouvoir progresser dans le tissage à cause d’un angle d’ouverture de la chaîne trop petit, un mouvement de rotation inversé devient nécessaire à un certain stade. Cette symétrie de la torsion est alors contrebalancée et régulée par l’intervention d’autres mouvements. Ces divers procédés ont particulièrement attiré l’attention d’Arnold Van Gennep, qui va jusqu’à considérer qu’ils « présentent quelques-uns des cas les plus intéressants […] d’utilisation d’une nécessité technique en vue d’un but ornemental » (1911 : 335).

16Les méthodes à suivre peuvent être différentes : alterner le sens de rotation des tablettes ou changer la position des trous et des fils de quelques tablettes de la série grâce à un « flip », créant ainsi un double jeu et poursuivant le tissage dans le même sens de rotation. Ces cas de figure sont exemplaires. Le point précis « où ça tourne » est donc la clé du tissage aux tablettes, là où se rencontrent technique et logique. Les points de vue d’André Leroi-Gourhan et d’Arnold Van Gennep s’explicitent à cet égard et leur différence trouve ici une illustration éclairante. Le point de retournement constitue la solution à un problème technique et une marque de fabrique : il varie selon les tissus, dépend de la longueur de la chaîne autant que de la qualité des fils employés et diffère selon les habitudes et les traditions de tissage, mais il est toujours présent dans un tissu cordé, reconnaissable dans ses motifs et visible dans ses lisières (fig. 17).

Arrêt sur tissage : écrire et capturer les dimensions de la technique

Les mots suffisent rarement à la description d’une technique. Ainsi, dans le cas du tissage aux tablettes, l’appui d’images et de dessins s’avère souvent indispensable pour combler les manques d’une description autrement difficile et ambiguë : il suffit de parcourir les manuels pour s’en rendre compte. Ces images permettent de voir ce qui échapperait au regard et confirment ce qu’Arnold Van Gennep (1911) avait déjà remarqué au début de sa recherche en Algérie : la dextérité prodigieuse avec laquelle on manipule fils et tablettes peut induire en erreur le plus averti des observateurs et le faire passer à côté de ce qui se produit et dont seule l’expérience concrète, à la fois des gestes, des fils, des tablettes et de leurs combinaisons, peut rendre compte. Si les images ne peuvent se substituer à l’expérience, elles visent à en capturer le mécanisme et le déroulement.

17De même que les autres techniques de tissage, celle qui recoure aux tablettes fait l’objet de notations spécifiques et de tracés techniques qui constituent les « écritures techniques » (février 1948) et les « écrits ordinaires » (Fabre 1993, 1997) des tisserands. Il s’agit de diagrammes et de schémas qui représentent de manière abstraite et avec des symboles conventionnels, à l’intérieur de grilles ou en section, la préparation du métier, la façon de l’utiliser et les mouvements des fils permettant d’obtenir une armure ou un motif. Ces « modes d’emploi » (Akrich & Boullier 1996) et « mises en œuvre » (Chamoux 1978) sont autant de notations qui fonctionnent comme aide-mémoire et permettent d’organiser le travail de tissage à partir d’une visualisation particulière, entre représentation logique et exécution pratique. Elles constituent une véritable littératie tisserande.

  • 12 Différents types de notations se rencontrent chez les tisserands européens, surtout pour la période (...)

18En usage depuis au moins le xviie siècle dans les ateliers de tisserands et dans les grandes maisons de production européennes, ces notations ont aussi fait l’objet d’une standardisation depuis cette époque, puis, à partir des années 1980, d’une informatisation 12. Ces différentes formes révèlent les contraintes et les enjeux d’une écriture de la technique à l’usage de ses praticiens. Pour ce qui est du tissage aux tablettes, des notations ont été développées récemment dans le cadre d’un travail exclusivement amateur et à travers l’emprunt et l’adaptation des conventions en usage dans les tissages au métier. Si, comme le souligne Arnold Van Gennep, les mots sont insuffisants, la forme que gestes, fils et mouvements prennent dans l’écriture n’est pas sans poser question : en considérant ces notations, il est possible d’interroger les principes et les modalités de cette mise par écrit.

Notations et gabarits d’exécution

Des notations ou tracés textiles ont été créées pour le tissage des étoffes unies et des étoffes façonnées, ces dernières étant obtenues sur des métiers complexes allant du métier à la tire aux métiers équipés d’une mécanique de façonné, Jacquard ou autre. Ces graphies proposent une forme de projection en deux dimensions du mécanisme du métier et des opérations de tissage que le tisserand doit exécuter pour obtenir un motif ou une armure. Elles se composent des colonnes et de lignes qui représentent les fils de chaîne et de trame et montrent, dans des grilles spécifiques, les connexions entre les différentes parties (fils-lisses, lisses-marches, marches-succession d’actions par le tisserand) (Fig. 8). Le système graphique permet de faire le lien avec le travail du tissage, ses outils et son résultat. Il s’agit d’un véritable plan de tissage où métier, tissu et tisserand figurent en même temps selon un point de vue surplombant ou frontal (celui du tisserand face à la chaîne) et suivant une architecture complexe donnant à voir conjointement processus technique, mécanique et logique dans une sorte de maquette en 2D.

Figure 8.

Figure 8.

Schéma technique du taffetas pour un métier mécanique à cartons

d’après Guicherd (1946 :162, Fig. 76)

19Or, graphiquement, le tissage aux tablettes présente les mêmes difficultés que celles qui ont été soulignées pour sa description. En effet, les mouvements et les gestes qui le caractérisent se laissent difficilement réduire en 2D et nécessitent une notation adaptée (Fig. 9). Quoique le dessin soit le moyen le plus facile de présenter ce tissage, le choix d’une représentation iconographique – comme celle qu’adopte Collingwood (1982 : 87), d’ailleurs difficilement reproductible –, se traduit dans l’usage courant par des formes beaucoup plus abstraites. En particulier, l’emploi de barres obliques, ambigu à certains égards, présente l’avantage de donner un aperçu proche de la réalité du tissu avec un seul symbole (Collingwood 1982 : 45). À la différence des représentations, l’efficacité des notations et tracés techniques de tissage dépend autant de l’économie des symboles et dispositifs graphiques employés que de leur versatilité et relève d’une formalisation et d’une abstraction qui concernent le tissage autant que l’écriture. Les notations informatisées nous permettront de considérer ce point de plus près.

Figure 9. Tracés techniques pour le tissage aux tablettes

Figure 9. Tracés techniques pour le tissage aux tablettes

Comme c’est le cas dans les autres types de tissage, on représente généralement le dispositif de tissage et le tissu du point de vue du tisserand. C’est donc normalement à partir du bas vers le haut, et de gauche à droite, que les tracés textiles devraient se lire. Le premier diagramme consiste en une représentation iconographique des tablettes et du tissu. On y voit distinctement la direction de rotation des tablettes et l’orientation des cordes, accompagnée de l’indication de la direction du rentrage des fils. Les tablettes (de 1 à 6) sont représentées depuis le point de vue du tisserand et de manière à rendre visibles les quatre trous à travers lesquels passent les fils de la chaîne, blancs et noirs, selon une orientation S ou Z. Celle-ci est indiquée au-dessous de chaque tablette, à laquelle correspond la corde produite. À droite, la section coupe trame du tissu. L’effet cordé du tissu est dessiné dans la partie centrale du diagramme. Les pas de trame sont indiqués à droite et numérotés de 1 à 9, alors qu’à gauche, la lettre F (pour « Forward », en avant) indique la direction de rotation des tablettes. Le second diagramme note le rentrage des fils de manière plus abstraite et conventionnelle. Le troisième diagramme présente une combinaison de représentation et abstraction. Partant du bas, les colonnes correspondent chacune à une tablette, dont, les trous, en nombre de quatre, sont représentés chacun dans une case. Ils sont ainsi désignés par des numéros : 1, 2, 3, 4 ou des lettres : A, B, C, D, selon leur orientation. Les cases, en noir ou en blanc, montrent la couleur des fils enfilés dans les trous de chaque tablette. L’orientation du rentrage est indiquée par les lettre S et Z, et correspond à la position et à la direction de rotation des tablettes, selon les barres obliques : \ et /.

d’après Collingwood (1982)

Programmes et tissu

Il existe plusieurs sortes de logiciels de tissage, tous faciles à utiliser grâce à des interfaces simplifiées. Ils se ressemblent autant qu’ils ressemblent à leurs homologues sur papier. Facilitant la création et la correction, ces logiciels proposent une visualisation d’ensemble des tissus à partir de quelques paramètres. Ils comportent toutefois deux formes d’écriture : le tracé technique proprement dit, qui apparaît à l’écran, et le programme informatique à l’origine de ce tracé, qui n’est, en revanche, pas censé être vu. C’est dans la correspondance de ces deux écritures que nous pouvons appréhender la spécificité de l’écriture de la technique et les compromis graphiques nécessairement instaurés entre tissage, d’une part, et plan de tissage, d’autre part.

20Les programmes élaborés par Dave pour le tissage aux tablettes, contrairement à d’autres, ne comportent aucune interface et présupposent le maniement direct d’un programme simple par l’opérateur, faisant apparaître les deux écritures en même temps (Fig. 10). L’écran montre la représentation des quatre trous des tablettes : des points blancs et noirs par unités de quatre et disposés selon un carré (à gauche), et le tissu résultant, ligne après ligne (passage de trame après passage de trame), où les fils sont représentés de manière conventionnelle par des barres obliques d’abord sur l’endroit et, tout à fait à droite, sur l’envers. Ces tracés permettent de suivre du regard la relation entre le mouvement des fils et des cordes, et les tablettes et leur rotation, et montrent leur mécanique par le biais particulier des algorithmes qui la caractérisent : le tracé illustre iconographiquement la logique du tissage aux tablettes par une composition de représentation et de schématisation.

Figure 10. Exemples de programmes et tracés textiles informatiques élaborés par Dave

Figure 10. Exemples de programmes et tracés textiles informatiques élaborés par Dave

À gauche, les tablettes sont représentées chacune par des unités de quatre trous. La couleur, blanc ou noir, permet de suivre les rotations des tablettes (par quarts de tours) et ainsi le mouvement des fils, passée de trame après passée de trame. Cette dernière correspond à chaque ligne du tracé et montre, dans la partie droite du tracé où les lignes obliques représentent les cordes, l’aspect du tissu à l’endroit et, en « radiographie », à l’envers. Dans le programme écrit qui est à l’origine du tracé, avec le langage Lisp et basé sur le Lambda calcul, comme Dave l’explique, nous lisons les actions effectuées (passer la trame : « weave » ; tourner : « rotate » ; faire un « flip » : « twist ») ; le sens de rotation (en avant : « forward » ; en arrière : « back ») ; le nombre de fois que celles-ci doivent se répéter.

d’après © Dave Griffiths

21Quant au programme qui correspond à ces tracés et en est à l’origine, le langage employé n’a rien de difficile ; néanmoins, sa compréhension ne saurait aller de soi (cf. légende de la figure 10). Il s’agit, à chaque fois, d’un texte écrit sous forme de liste (Goody 1979, Bachimont 2000) où éléments techniques, mouvements et actions sont organisés dans une syntaxe particulière, sur des lignes.

  • 13 Les propos des acteurs ici recueillis sont traduits de l’anglais par l’auteur.
  • 14 Dans cette même direction, sur la relation écriture-lecture des tracés de tissage et à propos des t (...)

22Informaticien ou tisserand, l’opérateur écrit le programme, afin que celui-ci génère le tracé. Il se trouve ainsi au milieu de deux formalisations distinctes – l’écriture et l’écriture de la technique – et donc de deux techniques : l’écriture et le tissage. Celles-ci semblent d’ailleurs se mettre à l’épreuve : dans le premier exemple, des rotations dans la même direction se suivent sans aucun retournement et notent ainsi un tissu qui ne saurait être tissé dans la réalité ; le dernier exemple illustre l’intérêt logique du « flip » sur le plan de l’écriture informatique, car, comme Dave l’affirme « le “flip” permet d’écrire des petits programmes pour des résultats complexes » 13. Mais un autre aspect doit retenir l’attention : le programme autant que son rendu graphique sont générés du haut vers le bas, suivant la direction d’écriture et de lecture et impliquent ainsi le point de vue de l’opérateur plutôt que celui du tisserand. Ce dernier fait au contraire face à son métier, que ce soit dans son rapport au tissage ou aux tracés techniques : le tissu se développe à partir de lui (et donc de bas en haut). Les programmes informatiques ont pour but et pour fonction de noter le tissage, pourtant Dave ne s’est pas conformé aux conventions qui régissent les notations textiles et suit donc une logique graphique davantage écrite que tisserande 14.

Le métier, le tisserand et la technique mis à plat

L’écriture technique du tissage aux tablettes consiste en la mise à plat de dimensions différentes et engage leur ajustement selon des formes qui lui sont propres. Au sein de cette littératie de spécialité, l’écriture constitue un moyen de représentation, notation, description et modélisation et, par sa fonction et son rôle dans l’activité tisserande, peut également être considérée comme une matrice de tissage.

23Les tracés techniques « notent » la construction interne du tissu et les conditions de son exécution et constituent une traduction réciproque entre écriture et technique à l’usage du tisserand. Cependant, seule une mise en correspondance aux plans mécanique et logique révèle les relations qu’opérations, séquences d’exécution et résultats entretiennent avec la réduction de l’écriture et en écriture (Dubourg Glatigny & Vérin 2008). Nous le savons depuis Jack Goody (1979), il s’agit là d’une condition et d’une conséquence de la raison graphique que de domestiquer la pensée par découpage et transposition sur une surface plane. Qu’en est-il de l’activité ? Dans le cas du tissage aux tablettes, la manipulation directe des tablettes par le tisserand et l’ouverture indirecte du pas rendent difficile le maintien d’une correspondance claire entre technique et notation, car, à l’intérieur de l’espace graphique, les gestes et les mouvements se trouvent davantage contraints.

24Dans l’espace graphique des notations, le tisserand est présupposé à travers une deixis spatiale et graphique implicite qui prend appui sur la pratique concrète du tissage où les tablettes peuvent être tournées en avant ou en arrière – voire à droite et à gauche lorsque le tisserand se positionne à côté des fils de chaîne et des tablettes (Collingwood 1982 : 55), et ainsi son point de vue par rapport à l’action de tisser, au métier et au tissu. La barre oblique conventionnellement employée dans les notations textiles tire son ambiguïté précisément de ce qu’un seul symbole rend compte à la fois du cadre de l’action, des actions effectuées et de la modalité de leur exécution – indication de la direction de rotation ou d’enfilage et signe d’un passage de trame – et de leur fonction dans l’ensemble du système – torsion et dessin de la corde. Dans le cas des tracés informatiques, le caractère pluridimensionnel de la notation et la médiation par le programme sont énoncés en même temps qu’occultés. Pour que le tracé (et les barres obliques) apparaisse à l’écran, le programme doit nommer les actions en jeu et les traduire en consignes et instructions : une série de mots-fonctions se substituent alors au tissage et au tisserand en train de tisser. Dès que l’on passe à l’écran, ce processus perd néanmoins en profondeur et la structure textile est générée à partir d’une pratique de surface dans laquelle le tissu consiste d’abord en une image et se montre de manière statique. D’ailleurs, lorsqu’un changement intervient, un nouveau tracé est généré qui consiste en une écriture d’une écriture posant les problèmes de latéralité et de point de vue évoqués plus haut : celui du tisserand face au tracé technique comme à son métier, ou celui de l’informaticien qui écrit le programme pour un tracé à l’écran.

25Une autre dimension de la technique est également occultée : le temps – non seulement celui du déroulement de l’action de tisser, mais aussi celui de la structure du tissu –, car c’est seulement à travers la succession de quelques passages de trame qu’il est possible de contrôler le comportement des fils.

26Dans le programme informatique, la progression temporelle et le processus du tissage se trouvent énoncés en termes de quantités – d’actions ou de répétitions – et sont en dissonance avec le tissage autant qu’avec le tracé du tissu : des nombres d’une part, des lignes et des passées (les passages de la navette et des fils de trame) de l’autre. L’informatique engendre ainsi une situation paradoxale où la rapidité de génération du tracé s’accompagne d’une disjonction vis-à-vis de la réalité du tissu (en tant que produit du tissage) et de la notation (en tant qu’écriture du tissage).

27Ces éléments de comparaison révèlent le décalage entre gestes et mouvements techniques, et interrogent les conditions et les moyens de leur écriture. Tracées et lues en tant qu’aide-mémoire et mode d’emploi, réalisées en tant qu’analyses techniques autant que réflexives, les notations textiles intègrent le tisserand et s’adressent à lui. Comme nous allons le voir, aucun tisserand n’est envisagé comme étant assis avec un jeu de tablettes à la main dans les simulations informatiques. Que se passe-t-il lorsque l’ordinateur écrit, lit et tisse, et se substitue finalement au tisserand dans un tissage virtuel ?

Le tissage dans tous ses états

Les simulations en 3D défient les notations techniques dont elles sont une mise en fonction particulière. Elles promettent le dépassement de ces notations et proposent de montrer ce que celles-ci ne sauraient prendre en charge : la souplesse, la continuité et l’élasticité des fils, et la texture du tissu.

28Dans les notations textiles, c’est le fonctionnement de la technique et la fonction des éléments technologiques mobilisés qui sont inscrits dans un tracé, tandis que dans le cas de la simulation, le but est davantage de donner une représentation fidèle du tissage. Les simulations standards en sont des exemples (Fig. 11). Elles témoignent d’ailleurs de la modernisation du tissage et de son essor dans l’art, la mode et le design. Très soignées et empreintes de technicité, ces images cachent cependant des compromis de taille. Parler de simulation dans le domaine textile, c’est en effet considérer des tentatives plus ou moins abouties et traiter des problèmes que la nature des fils et les propriétés des tissus posent à la conception dont ces doubles virtuels sont censés « mimer » les propriétés et les comportements.

Figure 11. Exemple de rendu 3D d’un textile

Figure 11. Exemple de rendu 3D d’un textile

d’après © Scotweave

29Le commentaire de quelques tisserands face aux simulations 3D donne le ton : « plus que des fils, [c’est] de la pâte dentifrice ! ». Les tisserands considèrent généralement que ces simulations sont inutiles et inefficaces pour réaliser un produit fini. Cependant, comme nous allons le voir, cette pratique n’est pas sans intérêt et contribue à expliciter la complexité d’une technographie actuelle et ordinaire.

  • 15 Les programmes employés par Dave et Alex sont : Haskell, OpenSCAD et Fluxus (© Fo.am).

30Des problèmes de deux ordres caractérisent la simulation en 3D et son écriture, qui concernent respectivement la conception de tout programme informatique et le rendu visuel du tissage (souvent avec un autre programme). C’est sur ces deux fronts de la description opératoire et de la création d’une image-mouvement technique et opérante que se situent les expérimentations de développeurs que nous avons suivis 15.

La mémoire des fils

De manière générale, les simulations 3D ne représentent qu’un tissu « idéal », car ni les contraintes de la matière ni la tension des fils ne sont prises en compte. Le tissu y apparaît comme « infini » : sa structure interne flotte dans un espace vide sans lisières. Ces caractéristiques ont certainement des conséquences pratiques lors du passage de la conception à la réalisation, mais appellent aussi un traitement de la technique du tissage en amont.

31Une façon de pallier ces défauts serait d’ajouter un « effet de relaxation » dans le rendu visuel, comme cela se fait dans les simulations de vêtements, et le répartir de manière aléatoire. Grâce à cette astuce, le tissu aurait une apparence plus réaliste ; cependant, il ne s’agirait là que d’un effet visuel et externe, alors que la tension est un élément technique essentiel du tissage. Comment alors restituer la caractéristique qui, plus que toute autre, distingue les textiles : l’alternance de souplesse et de tension ?

32Cette question cristallise l’ensemble des contraintes techniques en jeu. Il y a, d’une part, la structure tissée et le tissu (qui, nous l’avons vu, aura tendance à gondoler suivant le jeu des forces qui le traversent), le mouvement interne des fils et les gestes du tisserand, et d’autre part la simulation et les programmes. Y répondre implique une analyse combinée et distribuée de ce que l’on voit et de ce que l’on ne voit pas, dans laquelle pratiques informatiques et de tissage se renvoient dos à dos.

33À partir des tissus et en tissant lui-même, Dave a commencé par faire des croquis (Fig. 12). Au stylo, il a tracé « ce qui se passe » dans le tissage aux tablettes : les tablettes et le sens de leur rotation, les relations entre trous et fils, les cordes du tissu et leur entrelacement. « Lorsque je dois construire un logiciel [Dave développe en général des jeux vidéo], je commence toujours par un dessin. » Ces dessins lui ont permis de voir ce qu’il n’arriverait pas à saisir autrement. Grâce à ce passage par la main, il obtient une « forme de la vue » – comme le note justement Andrew Causey à propos du dessin ethnographique (2017) – et pénètre à l’intérieur de la structure tissée et de sa logique. Comme l’illustre le diagramme d’états-transitions qu’il a ensuite élaboré, son but est à la fois d’identifier les tâches et les opérations et de comprendre les contraintes et les paramètres en jeu (Fig. 13). Pour lui, le tissage aux tablettes est envisagé comme un « problème », qu’il cherche à résoudre en commençant par « fractionner » (Dave emploi le verbe anglais « split ») afin de « trouver un cadre à partir duquel l’ordinateur puisse tisser » et ainsi parvenir à écrire le tissage en train de se faire.

Figure 12.

Figure 12.

Croquis du système du tissage aux tablettes d’après l’esquisse de Dave

© Dave Griffiths

Figure 13. Diagramme des états-transitions des fils

Figure 13. Diagramme des états-transitions des fils

Les points de transition ou nœuds du diagramme décrivent l’état des fils en fonction de l’action et de l’état qui le précèdent. Ce diagramme ne comporte pas de direction de lecture et ne représente pas le tissage aux tablettes, mais plutôt sa logique à partir du point de vue des fils et selon les mouvements qui précèdent et qui suivent dont leurs états dépendent.

d’après © Dave Griffiths

34Dave a ainsi identifié six états possibles des fils à partir des trois directions possibles : droite, gauche et rectiligne (Fig. 14). Ces trois valeurs interviennent dans la torsion interne et découlent de la rotation des tablettes selon la succession des gestes du tisserand et des mouvements accomplis par les tablettes, les cordes et les fils. Car un état dérive nécessairement de celui qui le précède, en même temps qu’il détermine celui qui suit. Un fil peut venir de gauche et procéder de manière rectiligne ou, à l’inverse, tourner à gauche, non seulement en suivant la rotation opérée, mais également un mouvement interne et tel qu’il s’est constitué dans les mouvements passés. Le diagramme de la figure 13 synthétise ainsi le découpage du tissage et du problème : les points de liaison encerclés (ou nœuds) concernent ce qui devra apparaître et prendre forme dans la simulation ; les flèches (ou connexions) concernent les actions du tissage, autrement dit les mouvements des tablettes et des fils. Ce diagramme est complexe car il réunit ces deux dimensions (résultat et opération) en adoptant le point de vue des fils.

Figure 14.

Figure 14.

Les pièces ou morceaux de cordes en 3D réalisés par Dave selon les mouvements et états possibles des fils tels qu’ils sont énoncés dans le diagramme.
Chaque pièce représente une coupe des cordes du tissu selon la combinatoire possible des fils et de leur orientation en rapport aussi aux mouvements précédents.

© Dave Griffiths

35Nous le savons désormais : la relation avant / après est fondamentale dans la technique du tissage et, comme un fil peut prendre place dans le tissu à partir de la suite des passées et de la mécanique des pas, la relation entre cours d’action et logique est à même de révéler l’état d’un fil. Les fils ont leur technicité propre, ainsi qu’une mémoire.

36Les règles, ou la grammaire, du tissage aux tablettes se trouvent ainsi décrites et schématisées selon une approche logique et logicienne. Un aspect permet de comprendre la spécificité du point de vue informatique : aucune mention n’est faite du « flip » des tablettes, dont nous avons vu l’importance plus haut. Cette opération, comme le mouvement de fils consécutif, n’a en effet aucune spécificité au plan logique et ne saurait constituer une règle distincte : concrètement, le « flip » ne fait qu’inverser l’orientation de la torsade et peut, en conséquence, être représenté par les fonctions et états préalablement définis. Les voies de la technique sont, dans l’écriture comme en informatique, plus courtes que dans la pratique. La particularité de la simulation proposée par Dave est de chercher à se mettre autant dans la peau des fils que dans la tête du tisserand. Néanmoins, une question semble rester en suspens : qu’arrive-t-il à la distance à parcourir dans le corps de l’ordinateur ?

Des pièces et des morceaux

Le « problème » du tissage est ainsi circonscrit par Dave : tout en présupposant le déroulement de l’action, les changements d’état sont scandés par chaque passage de trame et composent autant d’unités d’action et de temps. De ce point de vue, le programme de simulation ne diffère guère, dans son principe, de celui que nous avons analysé pour les tracés. En revanche, pour créer le rendu visuel, le développeur doit coordonner les états et les connexions du tissage. Le problème que l’informaticien doit alors résoudre est de savoir comment faire pour dépasser les limites qu’impose l’informatique en termes de visualisation : comment sortir de la représentation « pâte dentifrice » ?

37À défaut de pouvoir suivre et reproduire les fils, Dave a dû les « transformer ». En raison de leurs propriétés – continus et élastiques – les fils sont effectivement difficilement reproductibles dans les séquences qui caractérisent le traitement informatique. Dave a alors défini des sections (ou « morceaux » ; « chops » dans ses termes), comme si le tissu avait été découpé au niveau de chaque croisement. Le tissu virtuel se développe ainsi par l’association d’échantillons symboliques singuliers qui forment, les uns après les autres, une sorte de puzzle. Ces morceaux-pièces (Fig. 14) représentent les états possibles des fils et correspondent aux nœuds du diagramme. Comme on le voit, quelques-uns sont compatibles, d’autres non. Toute la difficulté réside alors dans leur ajustement, corrélé aux mouvements des fils lors du tissage, afin d’établir la continuité et d’intégrer les forces exercées et les contraintes subies.

38Nous avons là un exemple concret et pratique de la distinction entre « fabriquer » et « croître » que propose Tim Ingold dans son interprétation du tissage comme modalité du « faire » (Ingold 2013a et 2017). Dans un bref article (Ingold 2013b), il appuie son argument sur la différence entre pièces (« blocks ») et entrelacements – ou nœuds (« knots »). Les premiers représentent les composants préformés d’une construction, comme dans les jeux pour enfants. Les seconds participent de l’émergence de l’artefact sans permettre de distinguer les éléments de composition du tout dans lequel ils se développent. Tim Ingold précise : « […] pièces et nœuds constituent chacun et de manière exclusive les tropes philosophiques majeurs pour décrire la création du monde, à travers, respectivement, l’être et le devenir. » (Ingold 2013b : 27 ; traduction de l’auteur).

39Sans insister sur la constellation large des termes « tissage » (« weaving ») et « textile » (dans « textility », notamment) chez Tim Ingold – constellation qu’une analyse technologique concourrait certainement à préciser –, nous pouvons emprunter cette question qu’il pose : « À quoi ressemblerait un monde constitué de nœuds (« knotted ») plutôt que construit avec des pièces (« block-built ») (ibid.) ? Dans le cas qui nous intéresse, le chemin est partiellement inverse. Alors que, dans le tissu et dans le tissage du tisserand, les fils passent à travers les tablettes – des cordes sont tordues et des rubans sont tissés –, la simulation procède par l’assemblage de pièces découpées. La simulation se doit alors de composer (avec) deux logiques distinctes et montre comment un « monde nœuds » peut être reconstruit en un « monde de pièces. »

Le pas dans les cordes

Chez Dave, la trame fait implicitement partie de l’infrastructure générale du système, sans qu’aucun mouvement au plan logique comme mécanique n’ait à en caractériser la fonction. En revanche, celle-ci occupe le premier plan dans l’essai de simulation d’Alex, l’autre développeur que nous avons suivi.

  • 16 Ce qui correspondrait d’ailleurs à la position en pointe des tablettes à laquelle nous avons fait b (...)

40Bien qu’élaborée à partir du programme de Dave, la proposition d’Alex part de la question de savoir par « où passe la trame » (Fig. 15). Pour lui, la relation qu’entretiennent les fils d’une même corde est invariable : « il est beaucoup plus simple de penser à des lignes droites et parallèles. Les rotations, en avant ou en arrière, ne concernent alors pas des fils, mais toujours et seulement des groupes de fils et, surtout, seulement une dimension. » De ce point de vue, les torsades et les cordes indiquent davantage le passage de trame et c’est alors une autre section du tissu qui est prise en considération : un losange qui, formé par les quatre fils d’une corde, représente le pas. Or, seuls deux de ces quatre fils participent du motif, tandis que les autres n’apparaissent que sur l’envers de la bande. Cette perspective nécessite de ne pas considérer une rotation, mais deux demi-rotations et la position intermédiaire des fils qui leur correspond 16. L’expérimentation s’est arrêtée au stade de l’élaboration théorique et aucune simulation 3D n’a été finalisée. Cependant, elle fournit d’intéressantes bases d’analyse pour notre propos.

Figure 15. Bande tissée aux tablettes par Alex et essai de simulation de la même bande

Figure 15. Bande tissée aux tablettes par Alex et essai de simulation de la même bande

Le rendu visuel informatique (à droite) montre la section latérale de la bande et l’ouverture du pas pour trois passages de trame. En fonction des quatre fils d’une tablette et de la tension qu’ils subissent dans le métier, le pas a la forme logique d’un losange.

d’après © Alex Mc Lean

41La divergence entre les deux façons qu’ont eues les informaticiens d’envisager ce « problème » correspond à celle que l’on retrouve chez André Leroi-Gourhan et Arnold Van Gennep dans leurs façons de décrire et d’analyser le tissage aux tablettes. Les présupposés et les points de vue qui guident les développeurs impliquent des choix techniques différents. La « lecture » que font Dave et Alex sont au fondement de l’existence virtuelle du tissage qu’ils développent et conditionne sa faisabilité et son efficacité.

L’épreuve du réel. Code ou tissage ?

Lorsque le programme de simulation développé par Dave est en fonctionnement (Fig. 16), l’intervention technique de l’opérateur dans le programme et le résultat du tissage (le tissu et ses croisures ou ses motifs) sont conjointement donnés à voir, tandis que l’action de tisser reste cachée. Cependant, la seule manière de savoir si une simulation est correcte est de la mettre à l’épreuve du tissage réel. C’est pourquoi Dave tisse aux tablettes certaines structures préalablement codées pour les confronter au rendu visuel de la simulation (Fig. 17).

Figure 16 (VIDÉO). La simulation de Dave dans sa version optimisée

Figure 16 (VIDÉO). La simulation de Dave dans sa version optimisée

Une fois en marche, le programme informatique de simulation peut être manipulé directement par l’opérateur et ainsi le tissu représenté en 3D subir des variations (on peut ainsi voir et « programmer » différents tissus cordés ainsi que le cas où les fils qui ne sont pas intégrés dans les cordes produisent des longs flottés). Pour chaque changement opéré dans le programme, la simulation charge une nouvelle image en 3D du tissu.

© Dave Griffiths

42Le programme et la simulation se trouvent ainsi confrontés au tissage réel, ce qui engendre un mélange inattendu d’informatique et de tissage dont le point de départ n’est plus clairement identifiable.

Deux types de simulation informatique en 3D et de tissus réels tissés aux tablettes par Dave afin de tester l’exactitude du programme et du rendu graphique de la simulation

d’après © Dave Griffiths

43Un autre exemple de tissage effectué par Dave (Fig. 18) permet de mieux saisir l’intérêt de recourir à la pratique réelle. On y observe une différence nette entre simulation et tissu réel : les ondulations de la simulation ne correspondent pas aux flottés (fils qui ne sont pas incorporés dans la croisure) réels du tissage. C’est le manque de tension dans les flottés de la simulation qui donne lieu aux ondulations. La simulation révèle ainsi une conception théorique qui ne saurait se traduire à l’identique dans la réalité, en raison de l’élasticité des fils. Ce résultat a été commenté par Dave de la manière suivante : « J’aime quand tu crées une structure théorique qui par la suite devient quelque chose de réel (…). Ce résultat m’a beaucoup surpris : la topologie est correcte, l’effet de la simulation pourrait alors être dû dans la réalité à la qualité ou à l’épaisseur des fils par exemple. »

44La programmation informatique permet, selon Dave, d’envisager « l’ensemble des possibilités logiques du tissage aux tablettes à quatre trous ». Cependant, ces simulations ne concernent que le résultat de l’action de tissage avec des tablettes, puisque les possibilités combinatoires ne prennent pas en compte les gestes du tisserand et les caractéristiques ou les propriétés des fils, qui sont dès lors réduits au sens strict dans des mouvements et des états. En empruntant les voies de la logique, la simulation informatique est un banc d’essai qui n’épuise pas les caractéristiques du tissage, mais en donne une perspective spécifique et restreinte. L’informatique est ainsi dans l’incapacité, à ce stade, de coder et de simuler – entre autres choses – les astuces de tisserand ou certains ajustements de tablettes : par exemple, lorsque seuls quelques fils de chaîne sont tordus et tissés ou lorsque des fils sont délaissés le temps de quelques passages de trame, pour ensuite entrer à nouveau dans le jeu. Les tissus cordés témoignent d’une extraordinaire variété que l’écriture informatique, ne sachant prendre en compte blancs, vides et trous, ne parvient pas à « imiter ». La logique du tissage dans l’action est différente de celle du tissage construite par l’informatique.

Des informaticiens, des tisserands et des informaticiens qui tissent

Dans leurs expérimentations, les informaticiens ont pris le parti de chercher à comprendre la logique et le fonctionnement de la simulation, indépendamment de l’usage que pourraient en avoir des tisserands. Loin de se contenter d’essayer de montrer le tissu de manière vraisemblable ou correcte, la simulation en 3D rend surtout compte du double défi posé par la compréhension de la singularité du tissage aux tablettes et la possibilité de sa description.

45Partant du tissage aux tablettes réel, le travail de conception du programme informatique comprend différentes étapes, posant chacune des problèmes spécifiques, et passe par diverses pratiques d’« écriture » – dessiner, écrire, encoder, tisser –, autant de technographies à l’œuvre qui, sous des formes différentes, se traduisent, se juxtaposent, s’effacent et dialoguent. La création du rendu visuel rend ce mouvement particulièrement explicite, puisque les informaticiens adoptent, successivement ou simultanément, une posture tisserande et computationnelle. Cette « confusion des rôles » témoigne de l’ambiguïté au cœur de leur activité : considèrent-ils la technique ou l’artefact, le tissage ou le programme de tissage ? Est-ce qu’il s’agit de simuler informatiquement la technique ou plutôt de donner une forme concrète et matérielle à un programme informatique ? Les mains des informaticiens tissent autant qu’elles tapent sur le clavier de l’ordinateur. La continuité de ces opérations, reliées ici presque sans couture, éclaire la relation particulière qui agence simulation et tissage en même temps que l’illusion qu’elle met en place. Car, dans la confrontation entre tissu réel et tissu virtuel, il devient possible de déduire et d’énoncer les caractéristiques et les propriétés des fils qu’aucun programme informatique ne saurait prendre en considération à ce jour ; la physique des fibres et une nouvelle géométrie devraient désormais prendre la relève face à ce « problème ».

46Une différence remarquable réside dans le fait de décrire le tissage selon que l’on considère le métier et les tablettes ou les opérations du tisserand.Or, dans le monde virtuel, les deux points de vue tendent à se confondre dans celui du fil. Du fait des déploiements temporels et spatiaux propres à l’artifice informatique ainsi que de l’enchâssement des actes d’observation et de description, d’écriture et de lecture, les simulations créent une configuration nouvelle qui donne à voir et trahit en même temps.

Les tours et les détours de la technique : des écritures opératoires pour quoi faire ?

Les simulations en 3D sont des formes d’écriture technique et des simulacres d’écriture (Herrenschmidt 2007 : 398). Cette pratique informatique change considérablement les scénarios dans lesquels la technique peut être observée, décrite, notée et analysée ; jusqu’à faire disparaître matières, acteurs et contexte, désormais cachés dans les ordinateurs. Alors que les notations de tissage constituent des documents complémentaires de la pratique du tissage, dont ils guident réglages et exécution, la description de la technique devient partie prenante du processus dans le cas de la simulation et, enfin, sa raison graphique. Autrement dit, la « chaîne opératoire » ne peut plus seulement relever d’un point d’observation et se situer en dehors de la technique, puisqu’elle en configure de l’intérieur le système et l’actuation.

47Il y a désormais presque trente ans, dans Observer l’action technique, des chaînes opératoires pour quoi faire ? Hélène Balfet (1991) distinguait l’observation vivante et la reconstitution de la série logique de la technique, cherchant à circonscrire et discuter la fonction et l’utilité de la chaîne opératoire qui, d’après André Leroi-Gourhan (1943) et Robert Cresswell (1983), doit être envisagée comme un outil et un concept polyvalent. Tandis que l’utilité de la chaîne opératoire pour étudier les techniques informatiques a été soulignée par de nombreux auteurs, notamment en archéologie (Bleed 2001, Roux & Bril 2002, Pelegrin, Karlin & Bodu 1988), la proposition d’Hélène Balfet reste d’actualité ; tout comme le constat, successif, de Pierre Lemonnier (2004) pour lequel le silence à ce sujet de la part de la sociologie de l’innovation et des material culture studies porterait à penser que les chaînes opératoires seraient peut-être un mythe. Or, fondamentale et fondatrice d’une technologie culturelle autant que d’une description, d’une analyse et d’une formalisation de la technique, c’est par rapport à cette dernière que la chaîne opératoire est susceptible de connaître de nouveaux « éveils » (Cresswell 1983 : 16).

48La définition classique de toute technique est celle de la transformation de la matière d’un état A en un état A + X (Balfet 1991 : 13), effectuée par un acteur ou par une machine qui prolonge sa pensée autant que celle de ceux qui l’ont conçue (Lemonnier 2004 : 25). À la lumière du cas du tissage aux tablettes et des tentatives de simulation étudiées, force est de constater que nous avons affaire à deux techniques – tissage et programmation informatique – qui sont mises à l’épreuve l’une de l’autre dans le but de construire une seule chaîne opératoire qui en définisse à la fois la rencontre et la traduction mutuelle. Quelle chaîne opératoire suivre ? Celle, sujette à diverses interprétations, du tissage ? Ou celle de la simulation ? Et sommes-nous effectivement confrontés à deux chaînes opératoires ?

49Une première solution serait de considérer que la mise en texte informatique constitue une chaîne opératoire parallèle et indépendante de celle du tissage aux tablettes représentées dans les notations et dans les tracés. Nous aurions alors deux observations et deux descriptions distinctes, dont il s’agirait à un moment donné de circonscrire la rencontre. Mais les observations sur le terrain montrent qu’il n’en est rien dans la pratique. Opérer un va-et-vient entre des techniques considérées comme différentes reviendrait à créer artifice supplémentaire : une chaîne opératoire d’une chaîne opératoire d’une chaîne opératoire…

50Une deuxième solution, supportée par la différence entre la nature technique du tissage aux tablettes et la nature formelle de la simulation informatique, serait d’adopter une dichotomie – bien connue en anthropologie – entre le technique, d’un côté, et le symbolique, de l’autre. Cependant, une telle distinction se révèle inopérante au regard de cette ethnographie de la simulation informatique du tissage aux tablettes. D’ailleurs, comme le souligne Hélène Balfet (1991 : 13), il est clair que la formule-définition A + X recouvre une réalité riche et complexe, tant au niveau de la matière que du système et des actions techniques. Il faudrait alors une autre formule mathématique ou la formulation d’une autre mathématique.

51L’observation vivante et la pratique sont nécessaires lors de plusieurs étapes du développement informatique visant à construire une reconstitution logique du processus de tissage : à son départ et à différents moments pour tester l’exactitude et l’efficacité du programme. La présence de phase de réalisations techniques effectives lors du processus d’écriture informatique de la simulation souligne que celui-ci n’est pas réductible à exercice de description, de notation ou de représentation et que l’écriture informatique est, elle-même, succession des gestes et des opérations effectués par la machine dans la forme des signes et des symboles qui composent le texte-programme en tant que fonctions. Les notations constituent autant de chaînes opératoires créées par les praticiens à leur propre usage. Les simulations informatiques, quant à elles, constituent une chaîne opératoire de nature différente où le langage de programmation reflète les opérations en même temps qu’il devient lui-même opératoire pour un tissage virtuel.

52Territoire de transmission, de transfert, d’appropriation et d’apprentissage (Balfet 1991 : 12, Desrosiers 1991 : 25) comme d’autres techniques, la simulation du tissage aux tablettes questionne l’établissement des critères de découpage analytique et le point d’observation à partir duquel procéder (Balfet 1991, Cresswell 1983). Cependant, si la simulation peut être pensée comme un processus de traduction, de description et d’« exécution », elle relève bel et bien du domaine du « faire ». Elle constitue à cet égard un cas singulier de relation entre langage et technique. Car la technique informatique est obligée de passer par le langage (à travers une explicitation et une explication) et toute programmation suppose la discrétisation et la formalisation propres de l’écriture. À mi-chemin entre technique et langage, l’écriture aménage ainsi un transfert numérique, une transmission à la machine et un apprentissage par et dans celle-ci.

53La disjonction entre le faire et l’exécuter des machines (Ingold 2010), présupposée autant que résolue dans les programmes, touche au cœur de la définition même de la technique et de la technologie (Sigaut 1994). L’histoire de l’informatique en tant que transformation, forme et prolongement d’écriture, résultat d’une convergence de la pensée du langage, des nombres et de la matière (Lassègue 2013), permet d’envisager cette relation à de nouveaux frais.

54Il faut dire que la technique du tissage est elle-même une association entre technique et langage. Comme l’a montré Sophie Desrosiers dans le cas de la reconstruction d’une ceinture précolombienne (1986) et comme la pratique de l’analyse des textiles, aussi bien que les notations de tisserands, permettent de l’observer, le tissage constitue une technique particulière. La possibilité de décrypter dans un tissu le mouvement des fils et la logique de leur entrelacement, de reconstituer par une ingénierie inverse les opérations à la fois logiques et pratiques effectuées dans la réalisation de croisures et motifs, amène à considérer les tissus non seulement comme des textes techniques (Bray 2010), mais aussi comme des formes d’écriture.

55Simulation informatique et tissage mettent au jour les tours et détours de la technique. Il s’agit en un sens de « techniques intellectuelles », où gestes et mots, autant qu’outils et actions, sont mis en système via un support ou une matière d’ordre différent, où la pensée (et, dans celle-ci, la logique) et le langage (et, dans celui-ci, l’écriture) font partie et figurent en tant qu’opérations. Loin d’être des mythes – ou alors des mythes à l’œuvre, formes symboliques et matérielles au cœur des innovations – ces techniques que notre terrain nous a permis de lier sans couture et de tisser, ont leur place au sein d’une technologie culturelle déjà à même de les intégrer et de les décrire.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, M. & D. Boullier 1996 « Le mode d’emploi : genèse, forme et usage » in D. Chevallier dir. Savoir faire et pouvoir transmettre. Transmission et apprentissage des savoir-faire et des techniques. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 113-131.

Arvinitis, R. & M. Grossetti 2009 « Compter, démontrer, formaliser », Revue d’anthropologie des connaissances 2 (3) : 178-184.

Bachimont, B. 2000 « L’intelligence artificielle comme écriture dynamique : de la raison graphique à la raison computationnelle » in J. Petitot & P. Fabbri dir. Au nom du sens. Autour de l’œuvre d’Umberto Eco. Actes du colloque de Cerisy. Paris : Grasset : 290-319.

Balfet, H. dir., 1991 Observer l’action technique. Des chaînes opératoires pour quoi faire ? Paris : Éditions du CNRS.

Barber, E. 1991 Prehistoric textiles, Princeton : Princeton University Press.

Bleed, P. 2001 « Trees or chains, links or branches. Conceptual alternatives for consideration of stone tool production and other sequential activities », Journal of Archaeological Method and Theory 8 (1) : 101-127.

Bouleau, N. 2014 La modélisation critique. Versailles : Éditions QUAE GIE.

Bray, F. 2010 [1997] « Qu’est-ce qu’un texte technique ? Réflexions à propos de la Chine et des Andes », Techniques& Culture 54-55 « Cultures Matérielles » (1) [29 « De la Chine et des Andes » : 1-25] : 185-199. doi : 10.4000/tc.4997.

Causey, A. 2017 Drawn to See. Drawing as an Ethnographic Method. Toronto : University of Toronto Press.

Chamoux, M.-N. 1978 « La transmission des savoir-faire. Un objet pour l’anthropologie des techniques ? », Techniques& Culture 3 : 46-83.


Chamoux, M.-N. 1981 « Les savoir-faire techniques et leur appropriation : le cas des Nahuas du Mexique », L’Homme 21 : 71-94.

CIETA, 1979 Tracés techniques. Lyon : Publication du Centre International d’Étude des Textiles Anciens.

Collingwood, P. 1982 The Techniques of Tablet Weaving. Northampton : EPBM press.

— 1998 The Techniques of play-split braiding, New York : Bellew Publishing.

Cresswell, R. 1983 « Transferts de techniques et chaînes opératoires », Techniques& Culture 2 : 143-163.

Desrosiers, S. 1991 « Sur le concept de chaîne opératoire » in H. Balfet dir. Observer l’action technique. Des chaînes opératoires pour quoi faire ? Paris : CNRS : 21-25.

Desrosiers, S. 1986 « Une expérience de technologie : la reconstruction d’une ceinture précolombienne à partir d’un texte codé du xviie siècle », Techniques&Culture 6 : 111-144.

Dubey, G. 1998 « La simulation informatique à l’épreuve de l’altérité », Socio-Anthropologie 3 « Technique : arts du social » : 49-65. [En ligne] : journals.openedition.org/socio-anthropologie/20.

Dubourg Glatigny, P. & H. Vérin 2008 Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux Lumières. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Emery, I. 1994 The Primary Structures of Fabrics. Londres : Thames & Hudson.

Fabre, D. dir. 1993 Écritures ordinaires. Paris : Éditions P.O.L. / Centre Georges Pompidou, Bibliothèque publique d’information.

Fabre, D. dir. 1997 Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Février, J.-G. 1948 Histoire de l’écriture. Paris : Payot.

Goody, J. 1979 La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Paris : Éditions de Minuit.

Guicherd, F. 1946 Cours de théorie de tissage. Lyon : Éditions Sève.

Herrenschmidt, Cl. 2007 Les trois écritures. Langue, nombre, code. Paris : Gallimard.

Hoffman, M. 1974 The Warp-Weighted Loom. Studies in the History and Technology of an Ancient Implement. Oslo : The Norwegian Research Council for Science and the Humanities [Robin and Russ Handweavers reprint ; original printing 1966, Studia Norvegica 16].

Ingold, T. 2010 [1988] « L’outil, l’esprit et la machine. Une excursion dans la philosophie de la technologie », Techniques&Culture 54-55 (1) « Cultures Matérielles » (1) [12 « Symboles et procès techniques » : 151-176] : 291-311. doi : 10.4000/tc.5004.

Ingold, T. 2013a « La textilité de la fabrication », in Marcher avec les dragons. Paris : Zones sensibles : 297-320.

Ingold, T. 2013b « Of blocks and knots. Architecture as weaving », The Architectural Review : 26-27.

Ingold, T. 2017 Faire. Anthropologie, Archéologie, Art et Architecture. Bellevaux : Éditions Dehors.

Lassègue, J. 1996 « La méthode expérimentale, la modélisation informatique et l’intelligence artificielle », Intellectica 22 : 21-65.

Lassègue, J. 2013 « Quelques remarques historiques et anthropologiques sur l’écriture informatique » in F. Nicolas dir. Les mutations de l’écriture. Paris : Éditions de la Sorbonne : 83-103.

Lemonnier, P. 2004 « Mythiques chaînes opératoires », Techniques&Culture 43-44 « Mythes. L’origine des manières de faire » : 25-43. doi : 10.4000/tc.1054.

Leroi-Gourhan, A. 1943 L’homme et la matière. Albin Michel : Paris.

Loir, J. 1923 Théorie du tissage des étoffes de soie. Lyon : J. Desvigne & Cie.

Pelegrin, J., Karlin, C. & P. Bodu 1988 « “Chaînes opératoires” : un outil pour le préhistorien » in J. Tixier dir. Technologie Préhistorique (notes et monographies techniques du C.R.A., 25). Paris : Éditions du CNRS.

Roux V. & B. Bril 2002 Le geste technique. Réflexions méthodologiques et anthropologiques. Ramonville Saint-Agne : Éditions Érès.

Seiler-Baldinger, A. 1995 Textiles. A Classification of Techniques. Goolwa : Crawford House Press.

Sigaut, F. 1994 « Technology » in Tim Ingold dir. Companion Encyclopedia of Anthropology. Routledge : Londres : 420-459.

Van Gennep, A. 1911 « Études d’ethnographie algérienne. Le tissage aux cartons », Revue d’ethnographie et de sociologie : 68-82.

Van Gennep, A. & G. Jéquier 1916 Le tissage aux cartons et son utilisation décorative dans l’Égypte ancienne. Neuchâtel : Éditions Delachaux et Niestlé.

Varenne, F. 2007 Du modèle à la simulation informatique. Paris : Vrin.

Haut de page

Notes

1 Le tissage aux tablettes est une technique très ancienne (Barber 1991), présente dans une vaste aire géographique qui s’étend de la Méditerranée au Proche et Extrême Orient. Appelée aussi tissage « aux cartes », aux « cartons » ou aux « plaquettes », il est nécessaire de remarquer que ces termes ont aussi une connotation technique et historique : d’une part, la matière des tablettes – bois, ivoire, parchemin, papier, remplacés aujourd’hui par la matière plastique ; d’autre part, leur fonction. Au sein d’une littérature constituée dans sa majeure partie de manuels plus ou moins rigoureux, et à défaut d’analyses exhaustives des études de cas archéologiques ou ethnographiques, l’ouvrage de Peter Collingwood (1982) s’impose comme référence. Les écrits de Van Gennep (1911, 1916), cités par Leroi-Gourhan (1943), demeurent aussi incontournables. C’est à ces auteurs que nous ferons référence dans les pages qui suivent.

2 Ces expérimentations ainsi que notre terrain se situent dans le cadre du projet « Penelope », financé par l’European Research Council ERC (n°682711) et en cours auprès du Deutsches Museum de Munich. Les travaux de Dave Griffiths et Alex McLean ont fait l'objet de publications en ligne, notamment sur le site du projet : https://penelope.hypothèses.org/674.

3 La forme carrée est la plus commune et dans ces pages nous nous référerons uniquement à celle-ci. Cependant, d’autres formes sont employées et les tablettes peuvent être triangulaires, hexagonales ou encore octogonales avec les trous disposés dans les angles ou sur les cotés.

4 Le « pas » désigne l’ouverture entre deux nappes de fils de la chaîne à travers laquelle est introduite la navette avec le fil de trame ; par « passée » on indique ainsi le passage de la navette et de la trame.

5 Il est important de souligner qu’il est également possible et commun de travailler aux tablettes sans faire intervenir aucune torsion en maintenant les tablettes sur leurs pointes. Nous nous concentrerons dans ces pages uniquement sur le cas où l’ensemble du dispositif et des mouvements des tablettes est mobilisé.

6 Comme dans les conventions de notation en usage.

7 Dans la pratique, d’autres astuces techniques existent, comme le montrent les exemples reportés par Collingwood (1982).

8 Nous retrouvons ici la caractéristique d’une autre technique également étudiée par Collingwood (1998), celle du « ply-split braiding ».

9 Une seule « machine à tisser aux tablettes », à marches, semble avoir été brevetée et brièvement utilisée en Angleterre dans les années 1920 (Collingwood 1982 : 60).

10 Irene Emery fait brièvement allusion à cet aspect dans son ouvrage sur les structures élémentaires des textiles (Emery 1994 : 196).

11 Comme Marta Hoffman (1974) l’a montré de manière exemplaire, le tissage aux tablettes est lié au tissage au métier vertical ancien, notamment dans la réalisation des lisières transversales de départ.

12 Différents types de notations se rencontrent chez les tisserands européens, surtout pour la période préindustrielle et sont, à part des rares exceptions, conservées dans des services d’archives. Les conventions graphiques présentent des variations selon la tradition textile d’appartenance, mais ne diffèrent guère dans le principe et peuvent être employées sans difficulté par tout tisserand « lettré ». Formalisées et diffusées déjà dans l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, ces notations sont présentes dans nombre de théories de tissage, en particulier lyonnaises, comme celles imprimées par Jean Loir (1923-1928) ou par Felix Guicherd (1946). À partir de 1954, le Centre International d’Étude des Textiles Anciens a continué le projet en fixant des normes pour le métier à la tire en usage dans les soieries lyonnaises (cf. CIETA 1979). Il est nécessaire de souligner qu’à côté de ces tentatives, plus ou moins abouties, une grande liberté existe encore de nos jours et que chaque tisserand suit en pratique ses propres habitudes graphiques. Pour ce qui est des logiciels, après les premiers diffusés (parmi lesquels Design & Weaves au début des années 1980), Pointcarré figure désormais comme le leader dans la conception textile assistée par ordinateur. Mais on peut également mentionner l’existence de très nombreux logiciels en accès libre, dont, notamment, Weavepoint.

13 Les propos des acteurs ici recueillis sont traduits de l’anglais par l’auteur.

14 Dans cette même direction, sur la relation écriture-lecture des tracés de tissage et à propos des tissus andins, voir Desrosiers 2012 : 89-91 et note 17.

15 Les programmes employés par Dave et Alex sont : Haskell, OpenSCAD et Fluxus (© Fo.am).

16 Ce qui correspondrait d’ailleurs à la position en pointe des tablettes à laquelle nous avons fait brièvement référence dans notre description générale du tissage aux tablettes et qui constitue l’une des multiples manières de tisser avec cette technique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Les informaticiens aux prises avec le tissage aux tablettes
Crédits © Flavia Carraro
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2. Tissage aux tablettes
Crédits © Flavia Carraro
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 3.
Légende Schéma explicatif du tissage aux tablettes
Crédits d’après Collingwood (1982)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-3.png
Fichier image/png, 672k
Titre Figure 4.
Légende Schémas : a) du rentrage des fils en S (\) et Z (/) dans les tablettes, b) de la torsion d’une corde en fonction du mouvement d’une tablette, et c) de la rotation des tablettes
Crédits d’après Collingwood (1982)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 5.
Légende Mouvements des tablettes et des fils pendant le « flip » ou « twist » sur l’axe vertical de la tablette
Crédits d’après Collingwood (1982)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figures 6, 7. Tissage avec 8 tablettes et tissu cordé
Légende Dans la Fig. 6, on voit derrière les tablettes la torsion qui s’accumule sur les fils de chaîne
Crédits © Flavia Carraro
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 8.
Légende Schéma technique du taffetas pour un métier mécanique à cartons
Crédits d’après Guicherd (1946 :162, Fig. 76)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 9. Tracés techniques pour le tissage aux tablettes
Légende Comme c’est le cas dans les autres types de tissage, on représente généralement le dispositif de tissage et le tissu du point de vue du tisserand. C’est donc normalement à partir du bas vers le haut, et de gauche à droite, que les tracés textiles devraient se lire. Le premier diagramme consiste en une représentation iconographique des tablettes et du tissu. On y voit distinctement la direction de rotation des tablettes et l’orientation des cordes, accompagnée de l’indication de la direction du rentrage des fils. Les tablettes (de 1 à 6) sont représentées depuis le point de vue du tisserand et de manière à rendre visibles les quatre trous à travers lesquels passent les fils de la chaîne, blancs et noirs, selon une orientation S ou Z. Celle-ci est indiquée au-dessous de chaque tablette, à laquelle correspond la corde produite. À droite, la section coupe trame du tissu. L’effet cordé du tissu est dessiné dans la partie centrale du diagramme. Les pas de trame sont indiqués à droite et numérotés de 1 à 9, alors qu’à gauche, la lettre F (pour « Forward », en avant) indique la direction de rotation des tablettes. Le second diagramme note le rentrage des fils de manière plus abstraite et conventionnelle. Le troisième diagramme présente une combinaison de représentation et abstraction. Partant du bas, les colonnes correspondent chacune à une tablette, dont, les trous, en nombre de quatre, sont représentés chacun dans une case. Ils sont ainsi désignés par des numéros : 1, 2, 3, 4 ou des lettres : A, B, C, D, selon leur orientation. Les cases, en noir ou en blanc, montrent la couleur des fils enfilés dans les trous de chaque tablette. L’orientation du rentrage est indiquée par les lettre S et Z, et correspond à la position et à la direction de rotation des tablettes, selon les barres obliques : \ et /.
Crédits d’après Collingwood (1982)
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 10. Exemples de programmes et tracés textiles informatiques élaborés par Dave
Légende À gauche, les tablettes sont représentées chacune par des unités de quatre trous. La couleur, blanc ou noir, permet de suivre les rotations des tablettes (par quarts de tours) et ainsi le mouvement des fils, passée de trame après passée de trame. Cette dernière correspond à chaque ligne du tracé et montre, dans la partie droite du tracé où les lignes obliques représentent les cordes, l’aspect du tissu à l’endroit et, en « radiographie », à l’envers. Dans le programme écrit qui est à l’origine du tracé, avec le langage Lisp et basé sur le Lambda calcul, comme Dave l’explique, nous lisons les actions effectuées (passer la trame : « weave » ; tourner : « rotate » ; faire un « flip » : « twist ») ; le sens de rotation (en avant : « forward » ; en arrière : « back ») ; le nombre de fois que celles-ci doivent se répéter.
Crédits d’après © Dave Griffiths
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Figure 11. Exemple de rendu 3D d’un textile
Crédits d’après © Scotweave
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 12.
Légende Croquis du système du tissage aux tablettes d’après l’esquisse de Dave
Crédits © Dave Griffiths
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 13. Diagramme des états-transitions des fils
Légende Les points de transition ou nœuds du diagramme décrivent l’état des fils en fonction de l’action et de l’état qui le précèdent. Ce diagramme ne comporte pas de direction de lecture et ne représente pas le tissage aux tablettes, mais plutôt sa logique à partir du point de vue des fils et selon les mouvements qui précèdent et qui suivent dont leurs états dépendent.
Crédits d’après © Dave Griffiths
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 14.
Légende Les pièces ou morceaux de cordes en 3D réalisés par Dave selon les mouvements et états possibles des fils tels qu’ils sont énoncés dans le diagramme.Chaque pièce représente une coupe des cordes du tissu selon la combinatoire possible des fils et de leur orientation en rapport aussi aux mouvements précédents.
Crédits © Dave Griffiths
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 15. Bande tissée aux tablettes par Alex et essai de simulation de la même bande
Légende Le rendu visuel informatique (à droite) montre la section latérale de la bande et l’ouverture du pas pour trois passages de trame. En fonction des quatre fils d’une tablette et de la tension qu’ils subissent dans le métier, le pas a la forme logique d’un losange.
Crédits d’après © Alex Mc Lean
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 16 (VIDÉO). La simulation de Dave dans sa version optimisée
Légende Une fois en marche, le programme informatique de simulation peut être manipulé directement par l’opérateur et ainsi le tissu représenté en 3D subir des variations (on peut ainsi voir et « programmer » différents tissus cordés ainsi que le cas où les fils qui ne sont pas intégrés dans les cordes produisent des longs flottés). Pour chaque changement opéré dans le programme, la simulation charge une nouvelle image en 3D du tissu.
Crédits © Dave Griffiths
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-15.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figures 17, 18.
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Deux types de simulation informatique en 3D et de tissus réels tissés aux tablettes par Dave afin de tester l’exactitude du programme et du rendu graphique de la simulation
Crédits d’après © Dave Griffiths
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11240/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavia Carraro, « Dans la peau d’un fil », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°71, mis en ligne le 09 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/11240

Haut de page

Auteur

Flavia Carraro

Flavia Carraro est anthropologue et ethnologue. Ses terrains et objets d’investigation principaux sont l’écriture et le tissage, et ses recherches concernent les techniques et les technologies intellectuelles, la relation entre culture matérielle et formes symboliques, les cadres, les dispositifs et les structures sociales de la connaissance. Elle est actuellement postdoctorante auprès du Research Institute for the History of Technology and Science du Deutsches Museum, à Munich.

Articles du même auteur

  • Dans la peau d’un fil [Résumé | Accès restreint]
    Savoir tisserand et écriture dans les programmes informatiques de simulation 3D du tissage aux tablettes
    Paru dans Techniques & Culture, 71 | 2019
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page