Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesSuppléments au n°71Des fiches pratiques pour accompa...FP 03. Échelles d’observation

Des fiches pratiques pour accompagner vos terrains

FP 03. Échelles d’observation

Blandine Bril

Texte intégral

Échelles d’observation

Échelles d’observation

Mucem / Bastien Massot

1Les faits techniques peuvent être appréhendés à différentes échelles, depuis le système technique jusqu’à l’action élémentaire sur la matière. Choisir la bonne échelle dépend prioritairement de ce que l’on cherche à savoir.

2En allant du macro au micro, six unités d’observations sont envisageables :

  1. le système technique ;

  2. la filière ;

  3. le processus technique ;

  4. la phase ;

  5. la séquence ;

  6. l’opération.

3Le système technique englobe l’ensemble des techniques d’une société à un moment donné de son histoire. Si l’on parle de « système » à ce niveau, c’est en raison des interrelations qui existent nécessairement entre les techniques.

4La filière articule différents processus techniques, sans que ceux-ci soient nécessairement coordonnés ou menés par les mêmes acteurs. Si cette articulation permet d’atteindre des finalités particulières (l’obtention d’une pièce de vêtement dans le cas de la filière textile, par exemple), chaque processus technique impliqué dans la filière peut avoir des finalités indépendantes de celle-ci (par exemple l’obtention de viande pour des producteurs qui approvisionnent une filière textile en laine).

5Le processus technique correspond à l’ensemble des phases de production d’un artefact, auquel on associe souvent et de façon erronée le terme « chaîne opératoire » [fiche 01]. Dans le cas d’un outil en fer, par exemple, le processus technique comprend les phases d’extraction, de concentration et de réduction du minerai, puis d’épuration du métal et enfin de forgeage.

6Suivant Balfet, trois unités d’observation sont envisageables au niveau du processus technique :

  • la phase, qui regroupe un ensemble de séquences etcorrespond « aux grandes étapes “logiques” » de la production ;

  • la séquence, qui correspond à un ensemble organisé d’opérations ;

  • l’opération, qui constitue la base de l’action technique et correspond à un geste isolé ou à une répétition de gestes identiques. L’opération est partiellement assimilable aux « moyens élémentaires d’action sur la matière » de Leroi-Gourhan, en particulier les préhensions et percussions.

Processus technique

Processus technique

Olivier Gosselain, 2019

Filière
L’exploitation contemporaine des ressources cotonnières est un bon exemple de filière. En Afrique de l’Ouest, la production de fibres pour l’exportation articule différents secteurs d’activité et processus techniques : culture et collecte du coton dans les zones rurales, puis acheminement routier vers les usines d’égrenage et les zones de fret (avec une implication saisonnière des transporteurs). Les fibres sont ensuite exportées vers les filatures – essentiellement en Asie – dans lesquelles peuvent aussi être transformées des fibres d’origine animale ou synthétique. Enfin, les bobines de fil sont expédiées vers les usines de confection (surtout en Asie) ou vers l’Afrique, où les utilisent tisserands, brodeurs et couturiers. Cette filière contemporaine du coton intègre encore des acteurs et des processus techniques qui appartenaient à la version préindustrielle de la filière. Ainsi, quelques vieilles femmes glanent au bord des routes le coton tombé des camions et le filent comme elles le faisaient autrefois, « pour s’occuper les mains ».

7Dans certains contextes, une attention particulière doit être accordée à la façon dont les opérations s’articulent au sein de la séquence. Les préhistoriens distinguent à cet égard les techniques et les méthodes ; les premières correspondant à une action élémentaire sur la matière – ce que nous désignons plus haut comme opération –, les secondes à un agencement raisonné et prédéterminé de techniques. L’intérêt est ici de dépasser le caractère souvent convergent et largement partagé de l’action élémentaire sur la matière pour en examiner les articulations singulières et la mise en œuvre, beaucoup plus parlantes du point de vue social et historique.

Opération

Opération

Blandine Bril, 2019

Opération
Les opérations correspondent à des unités d’action minimales qui rapprochent fonctionnellement l’acteur de son but. Présentes dans toute activité technique, elles sont généralement insérées dans une séquence, ce qui demande de tenir compte de leur place dans le déroulement du processus. Elles peuvent à leur tour être décomposées en éléments plus petits pour les besoins de l’analyse, mais ceux-ci ne forment pas un tout fonctionnel.

Les unités d’action minimales sont définies par des principes mécaniques de causalité. Dans le cas du portage de charge, l’opération « pas » est l’action fonctionnelle minimale. Son principe fonctionnel consiste en forces propulsives antéropostérieures qui engendrent un déplacement du corps vers l’avant. Ceci nécessite que le marcheur produise et gère de manière dynamique une distance entre le centre de gravité de l’ensemble corps + charge et le centre des pressions qui résultent des forces au sol. On peut alors enregistrer l’opération « pas » et calculer les forces en jeu à partir de différents types d’enregistrements tels que : [1] le mouvement des différents segments corporels, [2] le mouvement du centre des pressions et du centre de gravité de l’ensemble corps + charge, [3] l’accélération du centre de gravité de l’ensemble corps + charge.

Les mouvements et postures impliqués dans les opérations peuvent varier d’une personne ou d’une communauté à l’autre, mais tout en offrant de grandes possibilités de variations ces postures et mouvements du corps doivent satisfaire aux contraintes mécaniques des actions caractérisant l’opération.

Quelle échelle choisir ?

8Le choix de l’échelle d’observation ou d’analyse dépend avant tout de la problématique posée, mais parfois aussi des données disponibles. S’il est évidemment crucial de conserver les mêmes niveaux analytiques dans les comparaisons, il faudra s’interroger sur la capacité de l’échelle choisie à fournir des données pertinentes dans le temps imparti, et ne pas hésiter à en changer.

  • Les comparaisons spatiales ou diachroniques se focalisent habituellement sur le processus technique, l’enquête/l’analyse visant à documenter chaque phase de production d’un artefact, depuis le projet initial jusqu’à la mise en circulation.

  • Pour aborder les conceptions vernaculaires ou les principes physiques impliqués dans le traitement des matériaux, l’opération constitue un niveau crucial. Toutefois, la séquence peut aussi renseigner sur le rôle particulier d’une opération, surtout lorsque celle-ci s’inscrit dans un contexte rituel (penser à l’abattage rituel hallal ou kasher).

  • En ce qui concerne le rôle des objets techniques, la séquence permet d’identifier les cas où la fabrication de l’outil/instrument est intégrée au cours de l’action (par ex., certains « bâtons-à-fouir »), la polyvalence de ses usages ou, au contraire, son caractère spécialisé.

  • En principe, les savoir-faire peuvent se révéler à tous les niveaux d’un processus technique : dans l’opération (skills, vélocité, dextérité), dans l’organisation de la séquence, ou dans la façon de moduler la présence ou la succession de certaines phases suivant le contexte. L’opération reste néanmoins le niveau privilégié pour appréhender le geste technique efficace et les idiosyncrasies.

  • L’ancrage spatial des processus techniques se donne surtout à voir au niveau des phases, celles-ci pouvant être menées sur des sites distincts ou à différents postes de travail dans un atelier.

  • Les relations économiques, sociales – comme les rapports de genre – et les complémentarités écologiques sont souvent bien visibles au niveau des filières et des systèmes techniques.

  • Les logiques et conceptions vernaculaires transparaissent parfois dans les discours ou dans les choix et agencements effectués au niveau des opérations, séquences et phases. C’est néanmoins dans les interrelations qui se nouent entre techniques au niveau du système technique qu’elles se révèlent et se comprennent le mieux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Échelles d’observation
Crédits Mucem / Bastien Massot
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11425/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Processus technique
Crédits Olivier Gosselain, 2019
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11425/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Opération
Crédits Blandine Bril, 2019
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11425/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blandine Bril, « FP 03. Échelles d’observation », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°71, Des fiches pratiques pour accompagner vos terrains, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 29 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/tc/11425

Haut de page

Auteur

Blandine Bril

Blandine Bril, a été directeure d’études à l’EHESS où elle a créé et animé durant de longues années le Groupe de Recherche Apprentissage et Contexte (GRAC). Dans une perspective interdisciplinaire (psychologie, anthropologie, sciences du mouvement), Blandine Bril s’est intéressée non seulement au développement et à l’apprentissage du geste technique, mais tout autant au contexte, culturel en particulier, dans lequel ces apprentissages se déroulent. Elle a développé ce qu’elle désigne par « expérimentation de terrain », convaincue qu’il est possible et nécessaire pour comprendre les processus d’apprentissage, d’associer observation participante et expérimentation, ce qui nécessite des recueils de données rigoureux à l’aide de techniques d’enregistrement, puis d’analyse, utilisant les mêmes techniques que les recherches en laboratoire. Elle est l’auteure de nombreux articles publiés dans des revues internationales et de plusieurs ouvrages en collaboration avec Valentine Roux dont Le geste technique : réflexions méthodologiques et anthropologiques (2002), Stone knapping : The necessary conditions for a uniquely hominin behavior (2006).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search