Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesSuppléments au n°71Des fiches pratiques pour accompa...FP 04. Protocole de collecte

Des fiches pratiques pour accompagner vos terrains

FP 04. Protocole de collecte

Texte intégral

Protocole de collecte

Protocole de collecte

Olivier Gosselain, 2019

Lieu et personnes impliquées
Documenter le lieu d’une action technique implique non seulement d’en préciser la localisation exacte et la topographie, mais aussi d’en identifier le/les propriétaire(s), les autres usages, les raisons de son choix, les possibilités de relocalisations, le positionnement par rapport à d’autres lieux d’activité (liés ou non à l’action technique étudiée), etc. Les personnes présentes seront aussi systématiquement identifiées. On cherchera à connaître leurs relations, la raison de leur présence et leur niveau de connaissance et de compétence.

Dans cette concession du Niger, la potière principale a installé son atelier en fonction de l’espace disponible dans la cour de son habitation et de l’ombre apportée par un mur mitoyen. Ce lieu est réservé à l’activité de la poterie durant la saison sèche et utilisé à d’autres fins durant le reste de l’année. La séquence observée réunit une mère, sa fille et une amie de cette dernière, qui envisage d’apprendre le métier. Récemment mariée, la fille réside dans un autre quartier du village. Elle revient néanmoins travailler chez sa mère, car elle estime ne pas encore avoir une maîtrise suffisante de la méthode de façonnage.

1En contexte ethnographique, chaque phase ou séquence du processus technique doit être documentée au moyen d’une grille à plusieurs entrées. Celle-ci permet une collecte systématique des éléments constitutifs des actions techniques en vue d’analyses et de comparaisons ultérieures.

2Parmi les éléments généralement visibles de l’action technique, il s’agira d’identifier et de documenter :

  • le lieu où elle se déroule ;

  • les personnes impliquées directement ou indirectement ;

  • les matériaux et leurs différents états de transformation ;

  • les outils ;

  • les gestes (maniements des outils et actions directes sur les matériaux) ;

  • les postures corporelles.

3Des éléments moins explicites, voire implicites, devront également être documentés :

  • savoirs et savoir-faire sur lesquels s’appuie chaque action technique (origine, degré de spécialisation, mobilisation systématique ou non) ;

  • relations avec d’autres domaines (du point de vue des acteurs, des matériaux, des recettes, des outils, des gestes, des postures corporelles, etc.) ;

  • conceptions développées par les acteurs (sur les matériaux, les processus de transformation, les outils, etc.) ;

  • termes vernaculaires (éléments énumérés ci-dessus, y compris les gestes et états des matériaux).

4Qu’il soit explicite ou implicite, chaque élément comporte plusieurs dimensions, comme l’illustrent les « focus » figurant sur cette fiche. Ces dimensions ne peuvent être documentées qu’en interrogeant les acteurs dans le cours de l’action ou hors contexte.

Savoirs et savoir-faire
L’observation minutieuse des séquences et opérations offre un premier accès aux savoirs et savoir-faire des personnes impliquées et permet d’en identifier le niveau d’expertise. Cette observation doit néanmoins être complétée par des entretiens visant d’une part, à en déterminer l’origine (généalogie de la pratique) et d’autre part, à identifier d’éventuels savoirs et savoir-faire alternatifs (répertoire dormant).

La généalogie de la pratique – ou du moins sa réalité émique – est approchée en tenant compte à la fois des modalités du premier apprentissage (où ? quand ? auprès de qui ? comment ? combien de temps ?) et d’éléments biographiques relatifs à la trajectoire postérieure (lieux de vie, déplacements, confrontation avec d’autres façons de faire, transformations/ajustements éventuels du répertoire et justifications). Cette double prise en compte permet d’ancrer les dynamiques de constitution et de transformation des connaissances dans un cadre social et géographique dont les caractéristiques nourrissent aussi bien l’analyse que les comparaisons.

Il n’est pas très courant que les personnes interrogées mentionnent spontanément l’existence de répertoires dormants ; ceux-ci se révèlent en général de façon accidentelle ou suite à des questionnements précis. On cherchera alors à savoir dans quel contexte ces savoirs et savoir-faire alternatifs ont été acquis, s’ils sont effectivement maîtrisés, dans quelles circonstances ils sont susceptibles d’être mis en œuvre et pourquoi ils ne le sont pas dans l’action observée.

Savoir et savoir-faire

Savoir et savoir-faire

Baptiste Buob, 2009

Relation avec d’autres domaines
L’identification de liens explicites ou implicites avec d’autres domaines – en particulier ceux qui participent du système technique – facilite l’identification de logiques historiques, économiques ou symboliques. Ces relations concernent notamment le statut et les autres activités menées par les personnes impliquées dans l’action technique, les utilisations primaires et secondaires du lieu où elle se déroule, les autres usages des matières premières et des outils (avec attention particulière aux fonctionnements et aux postures), ainsi que les domaines d’application des savoirs et savoir-faire.

Dans le domaine de la poterie, des relations sont souvent observées entre la préparation de l’argile et la préparation des aliments. Ici, par exemple, argile et dégraissant sont malaxés dans un vieux récipient en terre cuite, avec un bâton que la potière fait pivoter à l’aide d’une ou des deux mains. Localement, la préparation de la pâte de mil – nourriture de base, confectionnée par les femmes, comme la poterie – implique les mêmes outils, les mêmes gestes et la même posture corporelle.

Domaine de la poterie

Domaine de la poterie

Olivier Gosselain, 2019

Outils, instruments, machines
Les objets qui interviennent dans un processus technique opèrent toujours une médiation entre intentions, gestes et matières. Leur documentation requiert donc que l’on tienne systématiquement compte de ces aspects. Quelles transformations sont souhaitées par les acteurs ? Quelles actions sont jugées appropriées et efficaces pour y parvenir ? Quels résultats concrets sont atteints grâce au maniement de l’objet ?

L’objet lui-même sera abordé du point de vue de :
- sa structure (matériau, forme, dimensions, principe) ;
- son fonctionnement (façon dont il est utilisé et effets résultants sur la matière) ;
- sa ou ses fonction(s) (étendue des possibilités d’utilisation) ;
- son origine (fabricant, lieu de fabrication, utilisateurs précédents) ;
- son statut (utilisation spécialisée ou non spécialisée, personnelle ou partagée).

Par ailleurs, un objet technique permet de prolonger, transformer, isoler et/ou protéger les gestes et les sens selon différentes modalités. Ceci permet de distinguer :
- les « outils », qui affectent la vélocité, puissance ou direction du geste initial (couteau, tour, pinces de forgeron) ;
- les « instruments », qui affectent les sens (sonde, stéthoscope, thermomètre, lunettes de protection) ;
- les « machines », qui présentent diverses formes d’autonomisation du fonctionnement.

Outils, instruments, machines

Outils, instruments, machines

François Sigaut, 1980

Matières

Matières

Mucem / Bastien Massot

Matières
Tous les matériaux utilisés dans la chaîne opératoire doivent être documentés du point de vue de leurs caractéristiques physiques (type, composition, condition), de leur origine (naturelle ou humaine, état brut, sous-produit d’une autre activité ou recyclage), du lieu et des conditions de leur acquisition [voir « Lieu »], des modes de sélection (critères et justifications ; tolérance aux variations) et de l’existence de choix alternatifs (identification émique et étique d’autres matériaux potentiellement utilisables). Les critères de sélection combinent en général des représentations de divers ordres et un engagement physique mobilisant tous les sens.

Au Caire, certains ramasseurs (Zabbalîn) sont spécialisés dans la récupération des matières issues des déchets ménagers, qu’ils remettent dans les circuits de production, sous forme de matières dite « secondaires ». Leurs connaissances et leur expertise se concrétisent et se donnent à voir dans le cours de l’action, notamment pour identifier différentes matières plastiques. Ces « chimistes autodidactes » ont établi un protocole expérimental, où s’éprouvent, à partir de fragments hétérogènes, les propriétés optiques, mécaniques et chimiques des polymères synthétiques : la densité par flottaison (ou non) dans l’eau, la ductilité par étirement ou sonorité du sac froissé entre les mains, la composition chimique par spectrométrie de la flamme en brûlant un échantillon (couleur de flamme, couleur et parfum de la fumée). Les Zabbalîn déploient un indispensable laboratoire de matériaux à ciel ouvert permettant de déterminer ceux auxquels ils ont affaire et donc les températures de fusion requises pour les extruder ou les possibilités de déformation et de bris par pression.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Protocole de collecte
Crédits Olivier Gosselain, 2019
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11433/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Savoir et savoir-faire
Crédits Baptiste Buob, 2009
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11433/img-2.png
Fichier image/png, 193k
Titre Domaine de la poterie
Crédits Olivier Gosselain, 2019
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11433/img-3.png
Fichier image/png, 238k
Titre Outils, instruments, machines
Crédits François Sigaut, 1980
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11433/img-4.png
Fichier image/png, 188k
Titre Matières
Crédits Mucem / Bastien Massot
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11433/img-5.png
Fichier image/png, 908k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« FP 04. Protocole de collecte », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°71, Des fiches pratiques pour accompagner vos terrains, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/tc/11433

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search