Navigation – Plan du site

Incarner la mémoire du travail industriel

Nadine Michau

Résumés

Cet article s’appuie sur une collecte audiovisuelle de la mémoire de l’industrie de la ville de Vierzon donnant lieu à la création d’un site Internet. Composé de témoignages filmés, d’archives filmiques et de photographies, le site ouvre à de nouvelles monstrations du monde du travail et de la technique. Nous exposerons la difficulté à rendre compte du travail et des savoir-faire à travers des entretiens sociologiques. En quoi un entretien filmé contribue-t-il à une écriture des techniques ? En effet, cette parole filmée qui expose le travail, son organisation, son rythme, ses gestes, demeure une forme hybride, complexe, quand il s’agit de la penser comme une donnée susceptible de réifier les savoir-faire, les gestes de production, de restituer finement une chaîne opératoire. Nous souhaitons ici revenir sur le sens et les vertus de cette recherche basée en grande partie sur l’image, elle-même pensée comme un moyen privilégié de recueil et d’exposition des données, et ainsi poursuivre une réflexion sur l’apport du geste cinématographique à la construction d’un savoir anthropologique ?

Haut de page

Notes de la rédaction

La rédaction remercie très chaleureusement Muriel Hourlier (UMR 7324 CITERES) pour son aide précieuse à la valorisation des travaux filmiques de Nadine Michau et Céline Assegond mis à disposition dans la collection canal-u de l’équipe COST (Construction politique et Sociale des Territoires) sur la chaîne Cités, Territoires, Environnement et Sociétés (UMR CITERES).

Texte intégral

« Le cinéma peut fournir à la psychologie et à l’anthropologie des matériaux d’une valeur inestimable. » (Balázs 2010 [1931] : 50)

  • 1 Ce site Internet comprend aujourd’hui environ 80 médias (récits de travail, films documentaires) et (...)
  • 2 http://www.memoirevierzon.msh-paris.fr
  • 3 L’industrie vierzonnaise fut connue pour la production d’engins de travaux publics par la Société f (...)

Si l’on devait évoquer la forme de la ville de Vierzon, comme Julien Gracq le fit avec la ville de Nantes, on pourrait dire qu’elle a fini par prendre celle que le travail lui a conférée, un travail qui innerve la ville depuis des générations, à la manière de ces tubes qui servaient à la cuisson des porcelaines et que l’on retrouve aujourd’hui pour maintenir la terre dans les jardins, ou bien ces tuiles mécaniques qui, en d’autres temps, ont servi à la construction des murs d’usines. Mais sans la mémoire encore vivante des hommes et des femmes qui furent toute leur vie agis par le travail, que nous diraient ces traces ? C’est à la forme audiovisuelle de notre enquête ethnographique que nous devons la possibilité de leur apparition et que nous transmettons sur le site internet Memoviv 1, exposant des fragments de la mémoire du travail de la ville 2. Vierzon, ville inquiète de son devenir et de son image et qui, comme tant d’autres villes moyennes françaises dont l’essor industriel du xixe siècle n’est plus qu’un souvenir 3, conserve, stocke, archive et se souvient.

  • 4 Le projet scientifique et culturel du futur musée vierzonnais (« Une ville, des hommes, des savoir- (...)
  • 5 Outre l’auteure du présent article, l’équipe de recherche est constituée d’ingénieurs de recherches (...)
  • 6 Notre initiative s’inscrit dans un mouvement général d’utilisation des humanités numériques au béné (...)
  • 7 En plus de la ville de Vierzon, divers partenaires (la Drac, la Région, les Archives départementale (...)

Dans les années 2000, la municipalité, portée par le courant de la sauvegarde du patrimoine immatériel, envisage de réhabiliter le musée de l’histoire industrielle 4 et ses collections en accordant une place centrale aux témoignages. C’est dans ce cadre que j’ai initialement réalisé un film documentaire « Vierzon, un destin industriel ». Mais sa présentation publique engendra une frustration. En effet, la masse de matériaux recueillis pour l’occasion devait ensuite s’enfouir dans des archives probablement à jamais invisibles pour les témoins eux-mêmes. Quant à nous, chercheurs 5, sensibilisés aux nouvelles possibilités d’archivages numériques 6, nous souhaitions pouvoir revenir aisément sur nos matériaux pour les documenter, les comparer, les partager et, comme le souhaitaient les commanditaires, donner à voir les savoir-faire et les pratiques 7. Nous avons ainsi décidé d’élaborer un site Internet exposant les récits de vie filmés à partir de notions propres à la sociologie du travail et à l’anthropologie des techniques (organisation du travail, production, chaîne opératoire, etc.).

Si les récits filmés ne permettent pas de reconstituer une chaîne opératoire ou un geste technique disparus, la présence des enquêtés, le timbre de leurs voix, les gestes mimés d’un maniement d’outil ou la manière de rendre sensible le toucher d’une matière mettent au centre de la recherche « le sujet parlant » (Ricœur 1990) et ouvrent à des formes de re-présentation qui peinent à se faire jour dans les travaux écrits.

Comment faire apparaître et « écouter » une chaîne opératoire, des cadences et des mutations technologiques au sein des ateliers quand tout a disparu et que les rapports sociaux et techniques sont entremêlés dans le récit filmé ? Nous essaierons de montrer en quoi un entretien filmé contribue à une écriture des techniques : comment, à partir de ces entretiens, pouvons-nous approcher des savoir-faire et des gestes de production ? Partant de l’hypothèse que corps, technique et langage sont inséparables, nous soutenons que l’image du corps engagé dans la verbalisation des manières de faire dévoile une profondeur de l’expérience sensible dont l’écrit, même lorsqu’il se donne pour tâche de restituer la plus intime des sensations (Pillon 2012, Vigna 2016), gomme les infinies nuances expressives : les tressaillements de l’expression du visage (Epstein 1974) et la physiologie d’un corps éclairent une attitude professionnelle. Notre propos rejoint ainsi celui de Daniel Fabre lorsqu’il reconnaît que « le texte écrit rejette dans l’ombre d’institutions différentes le son, l’image et l’objet. Et l’on se trouve alors confronté à une possible contradiction : si les archives autobiographiques se donnent pour objet idéal toutes les formes contemporaines de l’identité narrative, […] elles ne peuvent continuer à justifier techniquement l’exclusion des pans les plus vivants de l’expression autobiographique. On sait qu’il existe de passionnantes autobiographies parlées, photographiées ou filmées hors de la sollicitation de l’historien et de l’ethnologue. » (Fabre 2002 : 23)

Ainsi que l’avait déjà constaté Florence Descamps : « La parole filmée se donne à voir et à entendre comme un ensemble de signes à décrypter […] sans qu’existe véritablement un code capable de traduire en propositions scientifiques ce langage. » (2004 : 115) En effet, s’il semble facile d’exposer les témoignages oraux, il est plus délicat de les soumettre à une exploitation scientifique. Cet article expose le cheminement qui mène du recueil filmé de témoignages à ses tentatives d’analyse et d’exposition.

L’ossature du site, un préalable au recueil

  • 8 La mise en ligne a nécessité un travail conséquent de segmentation, de description et d’indexation (...)
  • 9 Cette « ontologie » correspond aux choix du lexique de description des données.

La première préoccupation de ce travail a été de nous adresser à un public large (témoins, chercheurs, curieux, institutions patrimoniales, etc.) et de lui permettre de comprendre la composition et le fonctionnement organique de notre archive audiovisuelle. Nous souhaitions que celle-ci n’apparaisse pas comme une simple restitution d’entretiens filmés, mais comme un instrument permettant de relier chacune des trajectoires individuelles à un travail technique et à une histoire commune. Comme l’a montré Patrick Champagne, on ne peut se satisfaire de la reproduction de fragments ou de citations (2013 : 77). C’est pourquoi nous avons conservé la quasi-intégralité des entretiens (plus de 120 heures) et fait en sorte que chaque fragment de discours sur le travail trouve sa place et puisse être interprété correctement. Afin d’identifier des détails au sein de ces récits et de rendre concrets les aspects techniques du travail (concernant une opération technique ou un savoir-faire particuliers), nous avons procédé à un découpage et à une indexation précis des entretiens 8 en recourant à des catégories « descriptives » du travail : gestes, manières de faire, chaînes opératoires de production, comportements techniques, etc. La réflexion préalable sur l’ontologie de description 9 des entretiens (fig. 1) nous a contraints à revoir jusqu’à nos manières de penser l’enquête : l’ordre même des questions posées à nos interlocuteurs s’est pour partie ajusté à l’architecture préétablie (divisant les propos en thèmes classiques de la sociologie du travail et se poursuivant en arborescence jusqu’à atteindre le geste). Il nous a donc fallu trouver sans cesse le point d’équilibre entre la féconde liberté de la parole guidée par une approche compréhensive (privilégiant le sens que les individus donnent à leurs actes) et les exigences scientifiques d’une formalisation des savoir-faire.

1. Capture d’écran d’une interface du site MemoViv

1. Capture d’écran d’une interface du site MemoViv

MemoViv

Mettre en scène la parole

  • 10 Chaque témoignage monté avec les photographies a été adressé à la personne interviewée en vue d’obt (...)

Nous avons donné la parole face caméra aux ouvriers polyvalents, aux directeurs techniques, aux administratifs, aux commerciaux et aux dirigeants d’entreprises afin qu’ils s’adressent directement au public escompté, non sans avoir établi au préalable avec chacun d’eux un « pacte ethnographique » leur accordant un droit de regard sur le produit fini 10. Suivant notre guide d’entretien, nous avons interrogé chronologiquement et thématiquement les trajectoires de chacun : l’apprentissage, bien sûr, puis les débuts dans la vie professionnelle et les évolutions de carrière jusqu’à la fermeture de l’entreprise et du lieu de travail.

  • 11 Les études sur le langage du corps montrent que l’on rencontre deux types de gestes accompagnant la (...)

La première chose fut de laisser la personne « plonger » au cœur de ce qu’elle souhaitait décrire. La mémoire étant sélective, nous nous sommes vite aperçus que le choix de décrire un poste de travail plutôt qu’un autre est révélateur d’un attachement affectif et technique. Tous les entretiens (dont certains ont duré jusqu’à huit heures) finissent par converger vers la présentation de savoir-faire particuliers où s’affirme le lien entre intention et efficacité du geste. L’insistance et le déploiement du récit concernant un poste de travail spécifique s’accompagnent du sentiment d’une forme d’harmonie : celui d’y avoir trouvé une place convenable tant psychologiquement que techniquement. C’est la plupart du temps autour des moments professionnels choisis par l’interlocuteur lui-même que les descriptions du travail témoignent le mieux de la relation entre langage et technique au fondement de tout savoir-faire. Les propos ainsi cristallisés sont alors très cohérents et s’accompagnent d’une mise en scène de soi plus engagée dans l’exposition des techniques et de leur régime sensible (Assegond & Michau 2017). La parole devient plus concrète et plus sensible tandis que les membres s’animent pour donner une visibilité à des formes, des volumes et des dimensions. Le nombre de ces gestes représentationnels 11, accompagnant la description d’objets physiques, augmente avec la complexité de la tâche et les précisions verbales qu’entraîne sa description. La pénétration par le langage dans l’épaisseur de la mémoire fait peu à peu advenir le geste, ouvrant à un passé s’incarnant ou plutôt, faudrait-il dire, se réincarnant. Le cinéaste accompagne alors les gestes devenus plus précis à mesure que s’effectue l’anamnèse. Pour les laisser advenir, il fallait laisser la conversation s’installer devant l’objectif en limitant les manipulations de la caméra pour qu’elle n’apparaisse pas trop invasive. Nous la posions sur un trépied, devant nous, dans le prolongement de notre regard, afin que la personne finisse par l’oublier, nous confondant avec elle (fig. 2).

2. Photographie de tournage

2. Photographie de tournage

© C. Assegond

L’espace du domicile, comme cadre de l’entretien a eu son importance. Non seulement il y a souvent, dans les salles à manger ou les cuisines des objets familiers du travail, mais, en outre, les gens choisissent de s’entourer d’objets pouvant servir de support à la parole qu’ils gardent à portée de main le temps de l’entretien. Ainsi Monsieur Pereira, verrier, a disposé devant lui des verres qu’il a fabriqués (fig. 3) et Monsieur Balcaen, dessinateur au bureau d’études de la Société française de matériel agricole et industriel (fig. 4), nous reçoit dans le bureau qu’il consacre chez lui aux archives de l’entreprise, avec, devant lui, une miniature du tracteur 403 (emblème vierzonnaise). Rapidement, les tables elles-mêmes constituent un socle d’expression pour les gestes et servent de support aux mouvements des mains. Ainsi la table de Monsieur Alves, ouvrier fondeur, est tour à tour transformée en tôle, en cahier d’analyses de la nature des métaux et en surface métallique.

3. Extrait vidéo du témoignage d’un ouvrier verrier

© N. Michau

4. Extrait vidéo du témoignage d’un dessinateur industriel

© N. Michau

  • 12 « L’absence de cloison étanche entre les usages savants et les usages populaires se vérifie dans le (...)

Conservés dans les domiciles, objets, outils, matières et machines témoignent de l’attachement au travail passé et servent également de supports pour la transmission des savoirs techniques quand les lieux de production ne sont plus. Ils réactivent des perceptions enfouies et oubliées (Theureau 2010) et, dans certains cas, accompagnent et rendent possible la reconstitution de gestes techniques. Madame Soueix de Pondeau, ancienne patronière-gradeuse chez Robinet confection, reprend ses ciseaux et son perroquet pour nous montrer comment elle travaillait (fig. 5). Dans l’entretien de Monsieur Alves (fondeur), un dessous-de-plat en fonte va servir à expliquer précisément la fabrication du moule qui a servi à sa production. Les feuilles posées devant lui illustrent le châssis et il nous « montre » le trou fait dans le moule, l’entonnoir de coulée. Concentré dans ses gestes, il tente de nous faire imaginer la coulée de métal (fig. 6 et 7). Il décrit alors la complexité et la finesse du métier de mouleur, notamment la façon de procéder aux différentes attaques de coulée – dans un temps qu’il est le seul à même d’estimer dans l’entreprise – de façon à ce que les deux coulées – effectuées de chaque côté de l’objet fabriqué – se rencontrent pour ne pas créer de défauts sur la pièce. Monsieur Junien, ancien tailleur à la verrerie Thouvenin, s’empare, lui, d’un verre pour nous en expliquer sa fabrication (fig. 8). Quant à Madame Popineau, ne trouvant pas les mots, elle préfère se remettre au travail en s’emparant d’une surjeteuse (fig. 9). C’est toute une hexis corporelle qui se déploie : elle entre dans son travail comme on enfile un vêtement 12, retrouvant mécaniquement ses gestes, comme la façon d’humidifier son doigt d’un rapide coup de langue pour enfiler un fil dans le chas d’une aiguille.

5. Extrait vidéo du témoignage d’une ouvrière (patronnière gradeuse) en confection

© G. Etienne

6. Extrait vidéo du témoignage d’un fondeur

© C. Assegond

7. Extrait vidéo du témoignage d’un fondeur

© C. Assegond

8. Extrait vidéo du témoignage d’un tailleur de verres

© N. Michau

9. Extrait vidéo du témoignage d’une ouvrière (thermocolleuse) en confection

© G. Etienne

  • 13 La mise en scène de soi dans l’entretien filmé sur ce même projet de recherche a déjà fait l’objet (...)

Le temps de l’entretien devient une petite scène dans laquelle chacun s’efforce de jouer au mieux le rôle qui lui est dévolu, les témoins s’engageant, avec une attention réciproque à celle du chercheur, dans la quête d’une matérialité disparue. Dans le sillage des réflexions de Jean Rouch (1978 : 63), nombreux sont les travaux en anthropologie visuelle à avoir montré que le dispositif filmique encourage une réflexivité et des mises en scène de soi 13 porteuses d’informations parfois essentielles à la recherche (Buob 2016, Mottier 2016).

Des gestes parlés

Aristote, citant Anaxagore, écrit que « l’homme est le plus intelligent des animaux parce qu’il a des mains » (Moraux & Louis [1957] : 136-137). Selon cette explication, plus physiologique que le mythe de Prométhée, ce ne serait pas tant en raison de son cerveau et de son savoir que de ses mains et de son savoir-faire que l’homme a pu élaborer des techniques et ainsi se distinguer des animaux. Juste retour des choses, les mains portent bien une partie de la mémoire des gestes techniques : les mains agiles des femmes en confection, les mains épaisses et lourdes des travailleurs du métal, les mains moins fermes des agents de bureaux d’études. Saisissant fermement une barre de fer imaginaire, les deux mains de Monsieur Alves, ouvrier fondeur, résument la tension au cœur de son travail : donner la bonne dureté au métal (fig. 10). La manière qu’a Madame Popineau, ouvrière en confection, de caresser la table de ses deux mains à plusieurs reprises (fig. 11) devient une « miniature » de son travail consistant à aplanir les tissus pour les coller ensemble. Ces expressions physiques métaphorisent le langage qui les accompagne et proposent des passerelles entre un langage qui nous est commun et celui du corps de l’autre qui nous échappe jusqu’à ce qu’un geste nous permette soudain d’y accéder.

10. Extrait vidéo du témoignage d’un fondeur 1/2

© C. Assegond

11. Capture d’écran du témoignage d’une ouvrière (thermocolleuse) en confection

11. Capture d’écran du témoignage d’une ouvrière (thermocolleuse) en confection

© G. Etienne

Roger Cornu a souligné que le recours à l’enregistrement vidéo dans le cadre de son enquête sur la mémoire ouvrière avait été nécessaire pour au moins deux raisons : « le fait que, racontant leur métier, dont une part leur était devenue machinale, [les ouvriers] avaient tendance à s’exprimer par des gestes qui donnaient sens à ce qui était dit (l’aspect grammatical du récit étant souvent rapporté par le geste) ; le fait que les échanges entre eux se faisaient fréquemment par gestes ou par mimiques. » (1987 : 124) Tout ce qui nous échappe est précisément là, dans ces gestes essentiels à l’appréhension de l’activité, inaccessibles autrement que par leur communication visuelle.

Cet abîme entre ce que l’on entend et ce que l’on perçoit fugacement doit nous imposer une grande modestie au moment de l’analyse de ce que l’on croit saisir d’un fait technique. C’est dans cette marginalité sémantique que la mémoire incarnée de la technique s’inscrit, dépassant de fait son expression procédurale ou formalisable (Delbos & Jorion 1984). C’est pourquoi l’échange filmé est particulièrement efficace : on peut y saisir l’apparition d’un regard concentré, une main alerte qui témoigne en même temps de la fatigue d’un geste répétitif, etc.

Il ne s’agit pas ici d’opposer l’image au langage. Au contraire, au sein des entretiens, ce sont bien les paroles qui, la plupart du temps, et bien au-delà de leurs fonctions phatiques, cherchent à présenter la matérialité du travail. Monsieur Alves, chauffeur de four dans une fonderie, décrit le plus précisément possible les opérations de fusion du métal. Cependant, quand l’intervieweur peu certain d’avoir compris les gestes mobilisés, lui demande : « Alors charger [le four] ? » D’un geste, il dessine la porte du four et, des deux mains, mime le fait d’y verser le fer ; il met alors une telle conviction dans ses gestes que la douleur de sa tendinite se réveille (fig. 12). Puis il continue sa série de mimes, tels celui consistant à attraper la canne électronique destinée à mesurer la température du four alors qu’il peine à en rendre compte verbalement. Avançant dans la description, il finit par dire, comme submergé par un exercice trop compliqué pour lui : « il y a beaucoup de savoirs », ou encore « avec le temps on apprend ». Le langage encourage les gestes et, inversement, les gestes engagent eux-mêmes un discours plus métaphorique. Au fur et à mesure de ses gesticulations, Monsieur Alves use de métaphores médicales ou culinaires pour parler du métal difficile à dompter : « On lui donne un peu d’aluminium pour ne pas qu’il s’oxyde, ça le calme, c’est comme si on lui donnait un cachet […], c’est pas comme la cuisine, ça mijote pas vite comme la cuisine. »

12. Extrait vidéo du témoignage d’un fondeur 2/2

© C. Assegond

  • 14 À Vierzon, de petits jours ou pavés ornent souvent les chemisiers, chemises de jour, de nuit, corsa (...)
  • 15 Sur la « difficulté d’accès au savoir d’autrui », voir notamment Marie-Noëlle Chamoux (1996).

Ces pratiques professionnelles, faites de savoirs tacites et parfaitement incorporés, semblent parfois échapper à toute monstration et à tout commentaire. Lorsqu’elle est incitée à faire part de son unique et précieux savoir-faire de tireuse de fils 14, Madame Nabila, coutière à domicile pour une entreprise vierzonnaise, ne sait que dire, sinon qu’elle travaillait « à l’œil » (fig. 13). L’enquêteur doit alors accompagner pied à pied son interlocuteur et insister sur son propre désir de « voir » les façons de faire pour qu’elles lui deviennent pour partie accessibles. Invitée à expliquer en quoi consistait son travail de teinture des tissus, Madame Popineau commence par pointer sa tête avec son doigt et dire : « Tout ça c’était technique dans ma tête » (fig. 14) avant de poursuivre en précisant, « c’était dans ma tête… quand on a un peu de jugeote ». Plutôt que les actions techniques, elle se remémore d’abord des objets : l’évier, une bassine dans laquelle elle préparait ses couleurs « au jugé », ou bien des anecdotes. Mais décrire précisément les actes ne lui viendrait pas à l’idée et même quand l’enquêtrice l’y encourage, elle finit par livrer schématiquement les principales opérations de la chaîne opératoire, mais ne commente pas ses gestes 15. Quand elle referme imaginairement sa thermocolleuse, on voit ses mains qui refont ce geste mécanique simple, mais parfaitement maîtrisé (fig. 15). On perçoit alors que l’opération, maintes fois renouvelée, devait être extrêmement méticuleuse et que les gestes, qui pourraient passer pour exécutables par n’importe qui, sont faits d’une certaine manière et engagent tout l’être de celui qui l’effectue.

13. Extrait vidéo du témoignage d’une ouvrière (joureuse) en confection

© C. Assegond

14. Extrait vidéo du témoignage d’une ouvrière (thermocolleuse) en confection

© G. Etienne

15. Extrait vidéo du témoignage d’une ouvrière (thermocolleuse) en confection

© G. Etienne

  • 16 Selon André Leroi-Gourhan, la notion d'« insertion affective » se retrouve notamment dans la régula (...)

Nombreux sont les gestes qui n’appellent pas de commentaires : l’image montre le poids de la main, la familiarité à l’objet, la capacité à se tenir debout devant une machine toute la journée, à endurer la peine. Autant d’éléments qui s’acquièrent et qui témoignent de la décision de se rendre responsable de la tâche et de la réussir. On entend aussi, derrière ces silences, non seulement une volonté de mise à distance de l’affect et des états d’âme, mais aussi une soumission hiérarchique : « J’ai toujours fait ce qu’on me demandait de faire […], c’était comme ça », nous dit Madame Popineau. Cette attitude, significative d’un travail peu qualifié, où l’ouvrier semble parfois corvéable (fig. 16), est courante dans les récits ouvriers. Cependant, s’arrêter à ces formulations incitant à porter un regard compatissant, risque de faire passer à côté de la réalité du travail dont les entretiens filmés témoignent parfaitement : les films présentent des personnes qualifiées effectuant des activités tout aussi techniques et précises que n’importe quelles autres tâches plus formalisées par un métier. D’ailleurs, ces manières de dire la technique témoignent davantage d’une adhésion au travail et d’une profonde insertion affective 16 dans la tâche. François Vatin (2008) rappelle que l’acte de travail est tendu vers l’œuvre que chacun a à accomplir, même dans des formes dégradées. Il ne s’agit évidemment pas de nier le poids des tensions et dominations salariales, mais ici nous avons souhaité mettre en évidence la part créatrice de chacun dans son travail, un peu à la manière de Georges Navel qui montre combien les terrassiers aiment et inventent leur métier malgré les conditions extrêmes (1945).

16. Extrait vidéo du témoignage d’une ouvrière (thermocolleuse) en confection

© G. Etienne

Dire la chaîne de production

  • 17 Il y aura à Vierzon jusqu’à 1200 salariés dans le secteur de la confection, secteur qui connaît un (...)
  • 18 http://www.memoirevierzon.msh-paris.fr/dossiers/les-etablissements-robinet

Le travail industriel a ceci de particulier que chacun exécute sa tâche dans une chaîne de production et il nous a semblé nécessaire d’entendre et de percevoir la technique dans son caractère collectif et de replacer chaque individu au sein de cette chaîne. C’est pourquoi nous avons reconstitué le processus complet de production dans une entreprise de confection, un secteur important du travail féminin dans de nombreuses villes en France jusque dans les années 1980 17 et créé un dossier particulier pour l’Entreprise Robinet 18.

  • 19 Le film est en ligne sur le site Memoviv dans le dossier consacré à l’entreprise.

Créée en 1935 et définitivement fermée en 2002, cette entreprise produisait des vêtements griffés, destinés aux détaillants, ainsi que de grosses séries, pour La Redoute et les 3 Suisses. Nous avons interrogé une trentaine de personnes ayant travaillé à peu près à la même période dans l’entreprise. De la patronne au magasinier, tout le monde raconte le rôle qui lui était dévolu dans la chaîne de production. À partir de ces témoignages, un film d’une heure et quinze minutes a été monté pour reconfigurer l’intégralité du processus de fabrication des vêtements 19. La précision avec laquelle chacune raconte son poste de travail est irremplaçable pour reconstituer finement l’ensemble des opérations et leurs articulations.

  • 20 Entreprise de fabrication du procédé « Silent Block » dans l’industrie automobile.

La mise en perspective dans la chaîne de production collective a ceci de paradoxal qu’elle rend justice à chaque spécialité, à chaque geste, en faisant de la moindre opération technique un maillon singulier et bien sûr nécessaire de la production. Les entretiens menés avec les coupeuses, traceuses, matelasseuses, mécaniciennes, tireuses de fils, joureuses, repasseuses et thermocolleuses présentent ainsi autant de spécialistes dotées chacune de parcours, de raisonnements et de langages singuliers. Quels que soient leur apprentissage technique et leur savoir, c’est dans l’adaptation à la chaîne de production que résident aussi leurs compétences. Les témoignages montrent que cette adaptation s’accompagne d’une ingéniosité nécessaire pour se maintenir à un poste. On y voit également se dessiner le caractère de chacun(e). L’entretien avec Madame Soueix de Pondeau, ouvrière gradeuse en confection, révèle l’adéquation particulièrement forte entre sa nature méticuleuse – « millimètre » comme elle le dit – et la nécessité, pour les filles récupérant son travail (payées à la pièce), de découper le plus rapidement et le plus justement possible le tissu (fig. 17 et 18). Chacun(e) insiste sur des capacités développées sur mesure dans la chaîne et révèle combien les tâches ne sont pas interchangeables ; on pense à Robert Linhardt (1981) qui, dans la chaîne de montage de la 2 CV, se trouve en grande difficulté quand il doit mettre en pratique des gestes qui lui semblaient pourtant très simples et se trouve contraint de changer de poste avant de trouver sa place. Les témoignages rendent compte d’autant de variantes techniques, de négociations entre la forme normative du poste et la psychologie de l’employé. Il en va de même des tâches plus administratives ou patronales. Monsieur Cartaud, responsable du bureau d’études de l’entreprise Paulstra 20 arbore un col roulé noir, des lunettes élégantes et déploie des gestes mesurés devant un document qui résume l’histoire de l’entreprise (fig. 19). Il « figure » l’organisation rationnelle du travail. Il a en effet mis en place un système de mesure et de chronométrage du travail (Système Bedeau) pour un patron, qu’il qualifie fièrement de « meneur d’homme qui avait la fibre industrielle ». André Gorz (2001) observe qu’une des ressources les plus précieuses des entreprises est constituée par les connaissances non techniques, culturelles ou relationnelles de leurs employés, par leur savoir-faire et leur maîtrise des interactions, autant de savoirs qui sont indissociables de ce qu’il appelle la « production de soi ».

17. Extrait vidéo du témoignage d’une ouvrière (patronnière gradeuse) en confection 1/2

© C. Assegond

18. Extrait vidéo du témoignage d’une ouvrière (patronnière gradeuse) en confection 2/2

© C. Assegond

19. Extrait vidéo du témoignage d’un responsable de bureau d’études

© N. Michau

Chaque opération technique s’enchaîne dans une économie et des cadences qui obligent à manœuvrer très précisément en fonction des lieux, des contraintes et des caractères de chacun. Les films mettent en évidence le tissage fort entre l’engagement individuel et le caractère social d’une chaîne de production, définissant ainsi un rapport éthique de l’homme à son travail.

Réanimer des lieux

  • 21 Le documentaire sur le moulin de l’abricot nous ramène dans une usine de fabrication de pâte de por (...)
  • 22 L’ENP de Vierzon fut la première de ce genre en France. Elle a contribué largement à la formation d (...)
  • 23 Un exemple parmi d’autres : La tôle et la peau, dire l’usine, 52’, 2010

Notre équipe a réalisé plusieurs films dans des sites industriels abandonnés – le Moulin de l’Abricot 21 (une entreprise de fabrication de pâte de porcelaine) et l’entreprise de confection Robinet – et des locaux réhabilités – l’entreprise Case et l’école nationale professionnelle 22. Il s’agissait alors de filmer d’anciens ouvriers dans ces lieux, accompagnant leurs attitudes et leurs paroles, et les laissant nous guider au fil de leurs réactions. À l’instar des objets, ces lieux sont de puissants activateurs de remémoration des savoirs et des gestes – ce que le cinéma documentaire n’a pas cessé d’utiliser, mais le plus souvent pour esthétiser le geste ouvrier 23.

De retour dans les anciens locaux de l’usine Case, où il fut décolleteur-tourneur puis cariste, Monsieur Dubour se déplace pour localiser les ateliers, expliquer la façon dont les pièces circulaient et évoquer les conditions de travail. Sa voix résonne dans ce hangar immense, symbole fort de l’industrie passée. La présence de la caméra l’encourage dans cet exercice de mise en relation avec un passé qu’il s’efforce de montrer et de commenter avec la plus grande sincérité (fig. 20). Il s’implique aux côtés du chercheur, allant jusqu’à rédiger des textes, dans un souci de nous livrer une mémoire qu’il souhaite être la plus proche d’une « vérité historique ». Son témoignage fait écho à celui de Guy Giteau, devenu contremaître chez Case, qui, exposant sa connaissance fine de la division du travail, raconte à sa manière l’enchaînement du cycle de production des pièces par la description de la « fiche suiveuse » qui accompagne la fabrication des produits d’atelier en atelier. En mimant leur circulation, il donne corps à la description de ces fiches faite par Simone Weil dans La condition ouvrière (2002 : 336) : « Les pièces circulent avec leurs fiches, l’indication du nom, de la forme, de la matière première ; on pourrait presque croire que ce sont elles qui sont les personnes et les ouvriers qui sont des pièces interchangeables. » (fig. 21) Monsieur Rousseau, un employé du Moulin de l’Abricot redonne vie aux filtres-presses (fig. 22). La visite que l’on effectue avec lui et un autre employé dure la journée et offre au spectateur la reconstitution complète de la chaîne de production. Ici, aucune injonction de notre part à redire des mots ou à refaire les gestes dans le vide, mais des manifestations spontanées prenant appui sur des « restes » (un levier, une machine, etc.) qui relient directement au passé. Une mémoire du travail sans artefacts perdrait une partie du rôle patrimonial qu’on lui prête. Associée à ces traces, elle constitue un véritable fil qui se tend depuis un passé quelquefois lointain et permet aux vivants d’en prendre la mesure.

20. Extrait du film sur la présentation du bâtiment B3 de l’entreprise CASE, par M. Dubourg, ouvrier cariste

© C. Assegond

21. Extrait vidéo du témoignage d’un contremaître

© N. Michau

22. Extrait du film sur le Moulin de l’Abricot

© N. Michau

  • 24 Le travail de recueil de témoignages filmés s’est accompagné d’un travail de collecte au sein des a (...)

À chaque fois que cela était possible, nous avons inséré un montage de photographies 24 au sein des séquences d’entretiens. Ces photographies sont la plupart du temps issues des archives personnelles de l’interlocuteur (fig. 23 et 24) et prises à l’occasion de fêtes (Saint Éloi, défilé du Père Cent, Sainte Catherine, etc.) (fig. 25). Rares sont les photos d’ateliers et encore plus celles montrant des actions techniques. Seuls les patrons ou responsables de bureau d’études ont parfois réalisé des photographies décrivant la chaîne de production de l’usine (fig. 26). Monsieur Taillemite, patron d’une entreprise de porcelaine, possède ainsi un ensemble de clichés qui lui permettent de dérouler, dans l’ordre, le processus de fabrication d’assiettes (fig. 27). Ces photographies donnent la possibilité d’entrer dans les ateliers et de découvrir la chaîne de production, de suivre certains gestes et ainsi de reconstituer ce qui a été dit. Formidables outils de remémoration (Collier 1986), ces photographies ainsi que les commentaires et les doigts pointés qui accompagnent leur observation offrent d’irremplaçables connaissances sur ce passé révolu.

23. Photographie issue du fonds iconographique d’un patron d’une entreprise de confection

23. Photographie issue du fonds iconographique d’un patron d’une entreprise de confection

© Collection privée

24. Photographie d’une archive personnelle de couturière

24. Photographie d’une archive personnelle de couturière
© Collection privée

25. Photographie d’une fête de Catherinettes dans un atelier de confection

25. Photographie d’une fête de Catherinettes dans un atelier de confection

© Collection privée

26. Extrait vidéo du témoignage d’un patron porcelainier

© N. Michau

Par ailleurs, les recherches iconographiques et archivistiques sur le travail industriel effectuées à Vierzon nous ont permis d’élaborer des dossiers consacrés à certains sites en particulier (l’entreprise Case, l’école nationale professionnelle de Vierzon, etc.) – voire à un secteur entier de l’industrie (la porcelaine par exemple) – qui viennent compléter les récits. En plus de ces documents, le pôle consacré à la culture numérique en région (Ciclic) nous a fourni des films d’entreprises dans lesquelles certains Vierzonnais ont travaillé. Ces films témoignent de l’histoire industrielle de la ville et constituent de précieuses descriptions de chaînes de fabrication et enrichissent largement ce qu’en disent les personnes interviewées.

L’association de photographie, de paroles, de films et de textes permet, au fur et à mesure de la navigation dans le site, de se rapprocher davantage de la complexité des faits techniques par ailleurs déjà évoqués dans de nombreux écrits ouvriers.

Vers une formalisation scientifique audiovisuelle ?

En présentant dans le détail des situations qui permettent à la mémoire ouvrière de se rendre audible et visible, nous avons souhaité montrer qu’un certain nombre de nos choix scénographiques ont induit pour le locuteur une formalisation immédiate de ses savoir-faire, une manière de se présenter aussitôt corrélée à sa propre mémoire, parfois soutenue par des éléments matériels et visibles. Les visages et les voix semblent tendus vers un désir d’expliciter ce qui n’est plus, afin de le partager. La mémoire, qui se niche dans le corps, dans les muscles ou dans la voix, est ici visible dans la manière qu’ont les gestes de souligner les propos et de rendre compte du caractère essentiel – voire vital – d’un engagement physique et mental au travail. Alors que la technique elle-même tend à se dévoiler, les contours d’une personnalité au travail se dessinent. L’incarnation de la mémoire et le foisonnement de signes propres aux entretiens filmés (mimes, paroles, objets) nous rapprochent de l’expérience vécue, faisant prendre conscience que la technique est aux prises avec une infinité de données sensibles qui excèdent la possibilité de « dire le savoir-faire ». André Leroi-Gourhan écrivait que « toute œuvre technique est un drame, le « jeu de l’homme et de la matière » que seul le cinéma peut restituer » (1983 [1948] : 63), ce drame se rejoue lors des entretiens filmés alors même que la matière est désormais absente.

Restituer certes, mais qu’en est-il de l’analyse scientifique ? Le site Memoviv fait apparaître un cadre interprétatif, proposant différentes entrées qui sont autant de rapprochements thématiques entre les données. Il ne constitue pas, en tant que tel, une analyse scientifique des contenus. La grille de lecture thématique renvoie certes à des notions appartenant au domaine de la sociologie et de l’anthropologie du travail, mais elle n’engage que la classification des propos et non leur interprétation. C’est bien là son but principal : donner aux formes d’interlocutions filmées un statut de matériaux pouvant s’ouvrir au travail de chercheurs d’horizons divers. Des historiens, des anthropologues, des sociologues comme des conservateurs du patrimoine pourront ainsi se saisir de la masse des récits en tenant compte ou non des découpages et du lexique proposés. Il est à supposer que l’organisation interne du site sera pour eux un balisage utile, pouvant préfigurer certaines orientations interprétatives. La souplesse qu’offre l’outil numérique en termes de découpage et d’indexation permet de multiplier les entrées possibles dans l’ensemble de cette matière documentaire sans la réduire aux catégories abstraites d’un savoir défini. Au contraire, nous espérons que la richesse sensible des données, telles que nous avons essayé de les évoquer dans cet article, ouvrira à de nouvelles écritures du fait technique.

Haut de page

Bibliographie

Assegond, C. & N. Michau 2017 « La parole filmée, un élément du récit patrimonial » in C. Barrère C. G. Busquet, M. Diaconu M. & G. Iosa dir. Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits. Paris : L’Harmattan (« Habitat et Sociétés ») : 271-285.

Balázs, B. 2010 [1931] L’homme invisible et l’esprit du cinéma, trad. de l’allemand par C. Maillard. Paris : Circé.

Besson, R. & C. Scopsi 2016 « La médiation des mémoires en ligne », Les cahiers du numérique 12 (3). [En ligne] : cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2016-3-page-9.htm.

Buob, B. 2016 « La caméra-réflexe de l’ethnographie filmée : Se regarder regardé d’un côté, se regarder regardant de l’autre », Entrelacs (hors série 2) : 35-52.

Collier, J. 1986 Visual Anthropology : Photography as a Research Method. Albuquerque : University of New Mexico Press.

Callu, A. & H. Lemoine dir. 2005 Patrimoine sonore et audiovisuel français, entre archives et témoignages, guide de recherche en science sociale. Paris : Belin.

Chamoux, M.-N. 1996 « Les difficultés d’accès au savoir d’autrui », Techniques&Culture 28 : 1-7.

Champagne, P. 2013 « L’Enquête par l’entretien, la pratique du sociologue » in F. D’Almeida & D. Marechal dir. L’histoire orale en question. Paris : INA : 77-104.

Cornu, R. 1987 « De la mise en scène à la mise en mots : “Quand une notion prend une chaise, se rase, enlève son chapeau ou s’enroule dans une couverture” », Culture Technique 17 : 122-127. uri : http://hdl.handle.net/2042/31827.

Delbos, G. & P. Jorion 1984 La transmission des savoirs. Paris : Éditions de la MSH (« Ethnologie de la France »).

Descamps, F. 2004 « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entretiens filmés dans le cadre d’un projet d’archives orales », La gazette des archives 196 : 95-122.

Epstein, J. 1974 Écrits sur le cinéma, vol 2. Paris : Éditions Seghers.

Fabre, D. 2002 « Vivre, écrire, archiver », Sociétés et Représentations 13 : 17-42.

Ginouvès, V. 2013 « Panorama des pratiques de diffusion des sources orales sur le web en France », Sociétés et Représentations 35 : 59-75.

Gorz, A. 2001 « La personne devient une entreprise. Note sur le travail de production de soi », Revue du MAUSS 18 : 61-66.

Héran, F. 1987 « La seconde nature de l’habitus. Tradition philosophique et sens commun dans le langage sociologique », Revue française de sociologie 28 (3) : 385-416.

Leroi-Gourhan A. 1964 Le geste et la parole II. La mémoire et les rythmes. Paris : Albin Michel.

— 1983 [1948] « Cinéma et sciences humaines : le film ethnologique existe-t-il ? » in A. Leroi-Gourhan Le Fil du temps. Paris, Fayard : 59-67.

Linhart, R. 1981 L’établi. Paris : Éditions de Minuit.

Louis, P. & Moraux, P. 1957 Aristote. Les parties des animaux. Livre IV-687b. Paris : Éditions Les Belles lettres.

Mottier, D. 2016 « Filmer : une question d’ethnographie », Entrelacs (hors série 2) : XX.

Navel G. 1945 Travaux…. Paris : Stock.

Pillon, T. 2012 Le corps à l’ouvrage. Paris : Stock (« Un ordre d’idées »).

Ricœur, P. 1990 Soi-même comme un autre. Paris : Seuil.

Rouch, J. 1978 « La caméra et les hommes » in Cl. de France dir. Pour une anthropologie visuelle. Paris : Mouton.

Theureau, J. 2010 « Les entretiens d’autoconfrontation et de remise en situation par les traces matérielles et le programme de recherche “cours d’action” », Revue d’anthropologie des connaissances 4 (2) : 287-322.

Sigaut, F. 2003 « La formule de Mauss » Techniques&Culture 40 : 153-168. doi : 10.4000/tc.1538.

Vatin, F. 2008 Le travail et ses valeurs. Paris : Albin Michel.

Vigna, X. 2016 L’espoir et l’effroi, luttes d’écritures et luttes de classes en France au xxe siècle. Paris : La Découverte.

Weil, S. 2002 La condition ouvrière. Paris : Folio Essais.

Filmographie

Michau, N. 2011 Vierzon, un destin industriel, vidéo, 90’. Un film d’entretiens d’anciens ouvriers vierzonnais.

Hirsch, C. 2010 La tôle et la peau, dire l’usine, 52’.

Assegond, C. & A. Palezi 2018 Mémoires de la confection Robinet, 74’.

Haut de page

Notes

1 Ce site Internet comprend aujourd’hui environ 80 médias (récits de travail, films documentaires) et continue à s’enrichir. Sa réalisation a été pilotée par le laboratoire Citeres (UMR 7324) et ETIcS (Centre d’Expertise et de transfert de l’université de Tours), en partenariat avec le laboratoire de sémiotique cognitive Escom de la FMSH Paris qui a fourni l’environnement numérique de travail pour la production, la description, la publication-diffusion et la gestion des archives audiovisuelles, dans le cadre du projet de R&D « Archives Audiovisuelles de la Recherche » (AAR). Céline Assegond en assure la coordination.

2 http://www.memoirevierzon.msh-paris.fr

3 L’industrie vierzonnaise fut connue pour la production d’engins de travaux publics par la Société française de matériel agricole et industriel (SFAIM), rachetée par la société américaine Case en 1960. La porcelaine, la verrerie et la confection furent les autres secteurs industriels les plus importants de cette ville de 27 000 habitants encore majoritairement ouvrière.

4 Le projet scientifique et culturel du futur musée vierzonnais (« Une ville, des hommes, des savoir-faire ») vient d’être validé.

5 Outre l’auteure du présent article, l’équipe de recherche est constituée d’ingénieurs de recherches du CETU-ETIcS de l’université de Tours : Céline Assegond, Alexandre Palezis, Hélène Chazal et Valentine Carneiro.

6 Notre initiative s’inscrit dans un mouvement général d’utilisation des humanités numériques au bénéfice de la conservation et de la mise à disposition de la mémoire industrielle On peut citer, à titre d’exemple, le projet d’inventaire des mémoires ouvrières de la Région Poitou-Charentes (https://inventaire.poitou-charentes.fr/operations/les-memoires-ouvrieres) et notamment les collections sonores (https://inventaire.poitou-charentes.fr/services/790-ecouter-un-entretien) qui comportent une fiche analytique chronothématique et une photographie du témoin pour chaque entretien. Pour un panorama des archives sonores et audiovisuelles on se reportera entre autres aux travaux de Véronique Ginouvès (2013), Agnès Callu & Hervé Lemoine (2015), ainsi que le riche travail mené par Rémy Besson et Claire Scopsi (2016) dont le projet « Passerelle de mémoires » (https://passerelle.hypotheses.org).

7 En plus de la ville de Vierzon, divers partenaires (la Drac, la Région, les Archives départementales du Cher, la FMSH, Ciclic) nous ont soutenus dans cette entreprise, à la condition que nous consacrions une place prépondérante aux savoir-faire.

8 La mise en ligne a nécessité un travail conséquent de segmentation, de description et d’indexation des données. L’environnement numérique que nous avons construit avec l’aide de l’Escom et la publication via la plateforme Studio de l’Atelier de Sémiotique Audiovisuelle ont été pensés de façon à ouvrir le champ des usages possibles de l’archive en permettant une libre appropriation.

9 Cette « ontologie » correspond aux choix du lexique de description des données.

10 Chaque témoignage monté avec les photographies a été adressé à la personne interviewée en vue d’obtenir une autorisation de diffusion. À ce stade, à la demande de certains témoins, un nouveau travail de montage a pu être entrepris (pour supprimer des passages répétitifs ou des informations que les témoins ne souhaitaient plus divulguer).

11 Les études sur le langage du corps montrent que l’on rencontre deux types de gestes accompagnant la communication verbale : les gestes représentationnels et les gestes non représentationnels. Les premiers sont des gestes simples, rapides qui rythment le discours et en favorisent sa production et les seconds se réfèrent directement au contenu du discours. Ils peuvent être déictiques (gestes de pointage), iconiques (gestes illustrant un contenu verbal concret) ou métaphoriques (gestes illustrant des aspects abstraits du discours).

12 « L’absence de cloison étanche entre les usages savants et les usages populaires se vérifie dans le fait que habitus et habit n’ont cessé de faire couple. » (Héran 1987 : 388)

13 La mise en scène de soi dans l’entretien filmé sur ce même projet de recherche a déjà fait l’objet d’un article (Assegond & Michau 2017).

14 À Vierzon, de petits jours ou pavés ornent souvent les chemisiers, chemises de jour, de nuit, corsages, culottes, draps, nappes ou cols. La ville a compté de très nombreux petits ateliers employant de quelques ouvrières à plusieurs dizaines d’employées.

15 Sur la « difficulté d’accès au savoir d’autrui », voir notamment Marie-Noëlle Chamoux (1996).

16 Selon André Leroi-Gourhan, la notion d'« insertion affective » se retrouve notamment dans la régulation des gestes professionnels et renvoie au comportement esthétique de l'homme qu’il définit comme un ensemble de « pratiques machinales liées en profondeur à la fois à l'appareil physiologique et à l'appareil social » (1964 : 82-83).

17 Il y aura à Vierzon jusqu’à 1200 salariés dans le secteur de la confection, secteur qui connaît un premier déclin dans les années 1982-1983 avec l’invasion des produits états-uniens, et la délocalisation de nombreux ateliers en Asie, Algérie, Maroc...

18 http://www.memoirevierzon.msh-paris.fr/dossiers/les-etablissements-robinet

19 Le film est en ligne sur le site Memoviv dans le dossier consacré à l’entreprise.

20 Entreprise de fabrication du procédé « Silent Block » dans l’industrie automobile.

21 Le documentaire sur le moulin de l’abricot nous ramène dans une usine de fabrication de pâte de porcelaine et de faïence créée en 1888, et fermée en 2000.

22 L’ENP de Vierzon fut la première de ce genre en France. Elle a contribué largement à la formation d’une majorité d’employés vierzonnais.

23 Un exemple parmi d’autres : La tôle et la peau, dire l’usine, 52’, 2010

24 Le travail de recueil de témoignages filmés s’est accompagné d’un travail de collecte au sein des archives privées détenues par les personnes interviewées et d’archives plus spécifiques, comme celle du journal Le Berry Républicain qui a conservé une partie de ses négatifs photographiques. Ce travail a permis de recueillir et d’identifier un certain nombre d’objets, de photographies, de plans et de documents techniques et administratifs. Outre l’apport de ces documents à la connaissance de l’histoire industrielle vierzonnaise, ils présentent un formidable support de réactivation de la mémoire dans un contexte économique et politique qui a privé les anciens travailleurs de leur outil de travail.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Capture d’écran d’une interface du site MemoViv
Crédits MemoViv
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 2. Photographie de tournage
Crédits © C. Assegond
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 11. Capture d’écran du témoignage d’une ouvrière (thermocolleuse) en confection
Crédits © G. Etienne
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11456/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 23. Photographie issue du fonds iconographique d’un patron d’une entreprise de confection
Crédits © Collection privée
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11456/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 24. Photographie d’une archive personnelle de couturière
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11456/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre 25. Photographie d’une fête de Catherinettes dans un atelier de confection
Crédits © Collection privée
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/11456/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Michau, « Incarner la mémoire du travail industriel », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°71, mis en ligne le 09 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/11456

Haut de page

Auteur

Nadine Michau

Nadine Michau est anthropologue, enseignante-chercheure au sein du laboratoire CITERES - université de Tours. Ses recherches, en socio-anthropologie du travail, interrogent la manière dont l’image participe de l’enquête contribuant à des formes d’expressions inédites de la parole, ainsi qu’à des formes de participation renouvelées (anthropologie partagée).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page