Navigation – Plan du site

Fabriquer la visibilité

Technographies et pratiques d’inscription dans l’apprentissage du regard professionnel
Making visibility. Technographies and practices of inscription in the formation of visual expertise
Hervé Munz
p. 144-159

Résumés

Comment exécuter, apprendre ou décrire des techniques dans un contexte où leur accès visuel est entravé ? Le présent article s’intéresse aux enjeux de la visibilité et de ce qui la trouble dans la formation des connaissances professionnelles et l’apprentissage des techniques y afférant. En se focalisant sur le métier d’horloger tel qu’il est aujourd’hui exercé et transmis dans l’industrie des montres en Suisse, l’article explore la façon dont les praticiens acquièrent un certain regard professionnel en étant confronté à des problèmes de visibilité liés aux propriétés matérielles de l’activité horlogère. Les praticiens contournent ces problèmes à l’aide de diverses mises en écriture des techniques professionnelles et de leurs composantes. Le regard des horlogers se distribue ainsi entre de multiples objets et qualités sensorielles. Il s’agira de montrer plus précisément que la visibilité qui conditionne l’exercice du regard expert se fabrique à travers l’usage et la création de différents supports graphiques. Les notions de « technographie » (Buob, Chevallier & Gosselain) et d’« inscription » (prolongée par Latour & Woolgar, et Callon à partir de Derrida et Goody) permettront de caractériser les écritures ainsi produites et de souligner en quoi elles aident les apprentis à s’approprier le métier.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Voir, savoir, regarder : l’enjeu de la visibilité
Une entrée par le corps et la matérialité
Fabriquer la visibilité des techniques par des procédés d’écriture
Le cas de l’apprentissage horloger
Rendre visible : technographies et pratiques d’inscription horlogères
Technicisation du regard et outillage de la vue
« Comment se mettre la technique dans l’œil »
Apprendre à « toucher les choses avec les yeux »
Donner à voir autrement ou l’espace technographique

Aperçu du début du texte

« Dans des situations variées […] les gens sont aux prises avec des êtres incommensurables […].
[Ils] sont mis dans [des] situation(s) où ils doivent innover et trouver les moyens d’avoir prise,
de rendre visible, […] de donner consistance à des choses qui ont pour propriété
d’être invisibles à l’œil nu parce que trop petites […]. »
Sophie Houdart (entretien 13/03/2018) 

En ouverture.

En ouverture.

Dans une classe horlogère, une apprentie ajuste la marche d’une montre mécanique simple dans différentes positions, à l’aide d’un appareil électronique de mesure de la marche. Pour observer la traduction des écarts de marche sur le mouvement de montre et, au besoin, corriger ces derniers, l’étudiante emploie un « migros » (qu’elle applique, à l’aide d’un « clip », sur ses lunettes de vue ; en l’occurrence sa lunette gauche qui est celle de son « bon œil »). Simultanément, elle tourne la « raquette » (organe du mouvement qui sert à modifier la marche de la montre, en allongea...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Munz, « Fabriquer la visibilité », Techniques & Culture, 71 | 2019, 144-159.

Référence électronique

Hervé Munz, « Fabriquer la visibilité », Techniques & Culture [En ligne], 71 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/11757 ; DOI : 10.4000/tc.11757

Haut de page

Auteur

Hervé Munz

Hervé Munz est docteur en anthropologie. Après avoir mené des recherches sur l’industrie horlogère suisse et ses rapports avec la Grande Chine aux universités de Hong Kong et Londres, il coordonne un projet de recherche sur l’invocation de la mondialité dans le Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO, à l’Université de Genève. Il est l’auteur de La transmission en jeu : apprendre, pratiquer, patrimonialiser l’horlogerie en Suisse (Éditions Alphil 2016) et a récemment co-écrit Politiques de la tradition. Le patrimoine culturel immatériel (Presses universitaires romandes 2018).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page