Navigation – Plan du site

Des traits pour un terrain sensible

Le dessin, pratique ethnographique chez les mineurs aurifères artisanaux de Madre de Dios, Pérou
Yohana Ruffiner et Dominique Vinck
p. 184-197

Résumés

« Que faites-vous ? » demande un des mineurs qui travaille dans une mine d’or artisanale à Madre de Dios au Pérou, après nous avoir vus l’observer pendant une longue période de temps. « Nous dessinons », répondons-nous en lui montrant les traits rapides que nous avons faits afin de pouvoir comprendre, décomposer et recomposer les gestes du travail en situation. Il nous invite à repenser le dessin et nous propose des améliorations à gauche ou à droite. C’est de cette façon qu’est née une habitude : le dessin a dès lors offert un espace de confiance et d’interactions permettant d’ouvrir les « boîtes noires » des pratiques artisanales, rapprochant la pensée, la conception et la perception sensible de la technique (Hutchins 1995). Fondés sur le dession, les échanges sont devenus un espace central pour notre recherche relevant des études sociales des sciences et des techniques (STS).
La mine artisanale nous est apparue comme un terrain sensible, en raison notamment de son caractère illégal, et de ses conséquences environnementales, mais aussi de la difficulté d’y accéder à l’observation du geste, à la sensorialité, entre autres. Forts de ce constat rendant délicat l’usage d’outils visuels traditionnels, nous proposons d’envisager le dessin comme un moyen de construction de connaissances partagées, qui rend possible une analyse collective de la technique, du geste comme du savoir-faire local. Cette expérience sur le terrain concède des libertés méthodologiques, assouplit ou modère la fixité des rôles des acteurs de l’enquête et invite à établir de nouvelles formes de représentation qui tiennent compte des subjectivités à l’œuvre durant le processus ethnographique. Nous souhaitons ainsi contribuer aux études du savoir-faire artisanal et à l’usage du visuel sur le terrain ethnographique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Des images et des enquêtes
La mine dessinée
Des traits au co-dessin

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture et suivantes.

Image d’ouverture et suivantes.

Traces du terrain d’observation

© Y. Ruffiner

Les méthodes participatives et collaboratives sont des outils de construction et de partage de connaissances de plus en plus mobilisés en sciences humaines et sociales. Nous analysons le cas du co-dessin dans le cadre d’une recherche portant sur le savoir-faire à l’appui de données issues d’une enquête de terrain multisite conduite auprès de mineurs d’or de la zone amazonienne de Madre de Dios, au Pérou. Sur ce terrain « sensible », nous avons dû faire preuve d’une certaine créativité méthodologique et inventer de nouvelles méthodes de collecte des données. Par « terrain sensible », nous nous référons tout autant aux dimensions corporelles et sensitives qu’aux contextes dans lesquels les enquêteurs évoluent, confrontés à des situations « dangereuses », au niveau physique ou symbolique (Albera 2001). Aux prises avec des difficultés d’accès au terrain et aux pratiques artisanales, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yohana Ruffiner et Dominique Vinck, « Des traits pour un terrain sensible », Techniques & Culture, 71 | 2019, 184-197.

Référence électronique

Yohana Ruffiner et Dominique Vinck, « Des traits pour un terrain sensible », Techniques & Culture [En ligne], 71 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/tc/11870 ; DOI : 10.4000/tc.11870

Haut de page

Auteurs

Yohana Ruffiner

Yohana Ruffiner, doctorante, explore les pratiques situées et les relations entre humains et non-humains dans des contextes technologiques, à partir de l’anthropotechnologie. Elle s’intéresse aux dynamiques de l’innovation, à la manière dont les sociétés communiquent leur savoir-faire et aux plateformes numériques qui cherchent à préserver ces connaissances.

Dominique Vinck

Dominique Vinck est directeur du laboratoire d’études sociales des sciences et des technologies (STS Lab), de l’École doctorale en Études numériques et de la Revue d’Anthropologie des Connaissances. Ses recherches relèvent de la sociologie et de l’anthropologie des sciences, des techniques et de l’innovation.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page