Navigation – Plan du site
Les pannes du monde moderne

Imaginaire de la guillotine

Les ratés de la machine et le spectateur sentimental
Edward Jones-Imhotep
p. 30-45

Résumés

Les pannes mécaniques ont été au cœur de l’histoire de la période moderne, de ses cultures matérielles, de ses ambitions politiques, de ses angoisses culturelles et de ses rythmes sociaux. Les historiens ont néanmoins traité les machines défaillantes comme des objets sans histoire propre. Ce document creuse les significations riches et variées que les pannes de machines ont eues dans leur propre temps pour les gens qui ont vécu avec elles et à travers elles. Il explore un épisode particulièrement éclairant de l’histoire des mondes brisés : les profondes angoisses suscitées par l’échec de la guillotine au début de la Révolution française. Le document part du principe que, tout au long de la période moderne, les gens ont appréhendé le problème des machines défaillantes comme un problème relatif à l’individu – un problème relié aux personnes qui en étaient la cause, redoutaient ou présupposaient leurs défaillances. L’article soutient la thèse que les inquiétudes au sujet de l’échec de la guillotine étaient enracinées dans ses origines, en tant que machine sentimentale, un dispositif né de l’union entre une psychologie profondément publique, sentimentaliste de la fin du xviiie siècle et les arts mécaniques contemporains. Se concentrant sur la période qui a précédé la Terreur, l’article examine comment la crainte d’une défaillance mécanique a relié la conception et la construction de la guillotine à un théâtre plus large de machines potentiellement défaillantes destinées à assurer la solvabilité financière, la survie militaire et l’infrastructure urbaine dans l’imaginaire technique de la première République française. À travers cet examen, l’article va au-delà de son sujet immédiat inscrit dans le xviiie siècle. Il démontre largement comment l’échec a façonné la forme même des technologies modernes en posant des problèmes d’ordre social autour de machines défaillantes, réelles et imaginaires. Il élargit l’idée centrale de ce numéro spécial de Techniques&Culture en interrogeant comment l’échec est consubstantiel non seulement aux objets et aux corps techniques, mais aussi aux objets techniques et aux soi historiques. Et il illustre comment l’histoire des échecs techniques permet de comprendre les histoires complexes et contradictoires du moi et des ordres sociaux qu’elle a rendus possibles, y compris les nôtres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Des humains faillibles : une histoire sentimentale
Des machines défaillantes

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Cour du Commerce, rue Saint-André-des-Arts. La guillotine était initialement construite dans un appentis (aujourd’hui disparu) qui se trouvait sous la fenêtre ouverte que l’on aperçoit au premier étage sur le côté droit de la rue.

Charles Marville. Musée Carnavalet. CARPH000807.

Avril 1792, Paris — Dans un petit atelier de la cour du Commerce, rue Saint-André-des-Arts, juste en face de l’imprimerie de Jean-Paul Marat, à côté du café Procope, Tobias Schmidt, un facteur de piano immigré d’Allemagne, se livre à une série d’expériences étranges sur sa dernière création mécanique : une « machine infaillible » qui deviendra moins de deux semaines plus tard la machine officielle de la Révolution. Schmidt n’en est pas à sa première invention étrange ni à sa première polémique. Les résidents du faubourg Saint-Germain le connaissent pour être l’inventeur d’instruments de musiques improbables : depuis le « piano harmonica » jusqu’au « piano violon », do...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edward Jones-Imhotep, « Imaginaire de la guillotine », Techniques & Culture, 72 | 2019, 30-45.

Référence électronique

Edward Jones-Imhotep, « Imaginaire de la guillotine », Techniques & Culture [En ligne], 72 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/tc/12258 ; DOI : 10.4000/tc.12258

Haut de page

Auteur

Edward Jones-Imhotep

Edward Jones-Imhotep est historien des sciences et de la technologie. Titulaire d’un doctorat en histoire des sciences de l’université Harvard, il est actuellement professeur agrégé d’histoire à l’université York de Toronto. Il est cofondateur du TechnoScience Salon de Toronto, un forum public de discussions en sciences humaines sur les sciences et la technologie, et professeur invité à l’université parisienne Panthéon-Assas. Son premier livre, The Unreliable Nation : Hostile Nature and Technological Failure in the Cold War (MIT Press), a remporté le prix Sidney Edelstein 2018 du meilleur ouvrage scientifique de l’histoire de la technologie. En 2017, il a reçu le prix Abbott Payson Usher de la Société d’histoire de la technologie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page