Navigation – Plan du site
La vie en mode dégradé

La crainte de la panne des moulins à Paris, xiiie-xvie siècle

Pierre Marchandin
p. 86-103

Résumés

Du Haut Moyen Âge au xixe siècle, la sécurité alimentaire des Parisiens reposa sur le bon fonctionnement d’une batterie de moulins travaillant à moudre le blé nécessaire à leur approvisionnement en pain. L’arrêt imprévu et non désiré de ces machines, pouvait en peu de temps poser de graves problèmes de subsistance. L’article se propose d’envisager la question de la panne des moulins dans le Paris des xiiie-xvie siècles à ses différentes échelles, de la panne localisée d’une machine à la panne générale affectant l’ensemble du réseau meunier. Après avoir dressé une typologie des aléas pouvant toucher les moulins, il s’agira de donner un aperçu des mesures prises, tant au niveau des meuniers que des autorités publiques, pour domestiquer ce risque technique et tenter d’éloigner le spectre d’une crise alimentaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les différents types de pannes de moulins
Pannes endogènes, pannes exogènes
Pannes localisées, pannes générales
Domestiquer la panne
Prévenir la panne : le rôle des meuniers et des constructeurs de moulins
Vivre avec la panne : les solutions immédiates
Les autorités comme remparts face au chaos
Éviter le blackout : vers une combinaison d’énergies plus diversifiées

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Meunier mettant son moulin au vent (3e quart du xiiie siècle). Les moulins à vent devaient être orientables afin que leurs ailes puissent suivre la direction du vent. Le meunier utilisait une queue de bois pour les tourner. Lorsque les moulins étaient en pierre, la queue venait se loger dans la toiture du moulin qui reposait sur des rails. Les moulins en bois étaient construits sur un pivot et tournaient dans leur ensemble. Ici, la représentation est plus stylisée, représentant un moulin visiblement en pierre reposant sur un pivot, actionné par une queue de bois horizontale (alors que celle-ci est normalement oblique).

Aristote, De Anima, Harley 3487, fol. 161 © British Library / The British Library Board.

En 1417, alors que la guerre de Cent Ans éprouvait le royaume de France et sa capitale, Charles VI ordonnait à deux hôpitaux parisiens de construire à frais communs un moulin à chevaux destiné à faire face au « défaut de moulins, dont il av...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Marchandin, « La crainte de la panne des moulins à Paris, xiiie-xvie siècle », Techniques & Culture, 72 | 2019, 86-103.

Référence électronique

Pierre Marchandin, « La crainte de la panne des moulins à Paris, xiiie-xvie siècle », Techniques & Culture [En ligne], 72 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/tc/12311 ; DOI : 10.4000/tc.12311

Haut de page

Auteur

Pierre Marchandin

Pierre Marchandin, archiviste-paléographe, est doctorant à l’École nationale des chartes et à l’École pratique des hautes études (ED 472) sous la direction d’Olivier Guyotjeannin et de Mathieu Arnoux. Ses recherches, mêlant les approches de l’histoire des techniques, de l’histoire des institutions et de l’histoire de l’énergie, portent sur l’utilisation des moulins à eau et à vent dans le Paris de la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page