Navigation – Plan du site
Les devenirs des pannes

« Corrupt Machine »

Esthétique et politique de la panne numérique
Jean-Paul Fourmentraux
p. 204-223

Résumés

Ce texte propose de décrire et d’analyser des pratiques artistiques qui font émerger une approche subversive des technologies. Il s’agit de rendre compte de gestes doublement inscrits dans l’histoire de l’art (contre-cultures) et des « technocritiques », au cœur desquels la machine numérique devient une matière à altérer et à détourner afin de mieux en saisir les (dys)fonctionnements. C’est par conséquent du côté de leur inefficacité, de leur défaillance, de leur débordement que nous interrogeons ici les machines afin d’identifier les formes d’une possible esthétique de la panne : ce qui implique d’être attentif à leurs déséquilibres, machinations, états paranoïaques.
L’examen de ces pratiques artistiques contemporaines permet de raviver différentes tactiques ou ruses bien connues de l’anthropologie : le bricolage (basse définition, bug, glitch, datamosh), le braconnage (intrusion, pillage, réemploi, détournement), le sabotage (profanation, contre emploi, virus, casse). Nous montrons comment (dé)jouer la panne et « faire œuvre » recouvrent ici des enjeux sociaux et politiques autant qu’esthétiques : autonomie, indépendance, réflexivité critique, réappropriation des cultures matérielles, contre l’obsolescence et contre l’opacité des systèmes.

Haut de page

Dédicace

À Benjamin Gaulon et Julien Prévieux

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Esthétiser la panne : héritages du Net art
Bricolage et braconnage : l’art de (dé)jouer la panne
Déprogrammer l’obsolescence
Glitch art ready-mades
Saboter le travail de la technique : l’art du contre-emploi
Statactivisme et big data
Crever l’œil algorithmique ou la (dé)quantification des regards
L’art ne meurt pas de la technologie

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Broken portraits (2017-2019). The aesthetic of failure

© Recyclism, aka Benjamin Gaulon.

L’imaginaire technologique est profondément marqué par l’ambivalence de (nos relations à) la machine. Dans L’accident originel, Paul Virilio (2005) esquissait déjà l’idée d’une technologie doublement créatrice de progrès et d’accident reprenant le précepte d’Hannah Arendt suivant lequel « le progrès et la catastrophe sont l’avers et le revers d’une même médaille ».

À cet égard, la machine de l’ère numérique s’offre comme une « boîte noire », un outil performatif qui est aussi un système clos. Comme le montre Friedrich Kittler (2015), les machines numériques fonctionnent désormais en « mode protégé », en ce qu’elles privent leurs utilisateurs de toute possibilité d’entrer dans les systèmes pour les déchiffrer et en faire des partenaires d’activité et de pensée. Fortement prescriptives, ces machines numériques, à l’instar de l’ordinateur, cessent peu à pe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Fourmentraux, « « Corrupt Machine » », Techniques & Culture, 72 | 2019, 204-223.

Référence électronique

Jean-Paul Fourmentraux, « « Corrupt Machine » », Techniques & Culture [En ligne], 72 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/tc/12371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.12371

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Fourmentraux

Jean-Paul Fourmentraux, sociologue, est professeur à l’université Aix-Marseille et directeur de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Centre Norbert Elias (UMR-CNRS 8562), membre fondateur du programme Art-Science-Société de l’Institut méditerranéen d’études avancées (IMéRA, RFIEA). Ses recherches interdisciplinaires portent sur les enjeux politiques et anthropologiques des arts et technologies numériques.Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’art et Internet, le dernier en date, paru en 2017 à La Lettre Volée, s’intitule Images Interactives.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page