Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesSuppléments au n°72Des pannes bio-techniques ?

Des pannes bio-techniques ?

Transformation du rapport au vivant dans l’aquariophilie récifale
Simon Gérard

Résumés

Cet article examine les corrélations entre différentes catégories d’actions techniques et différentes modalités de connaissance du vivant. À travers une étude ethnographique des situations de pannes dans l’aquariophilie récifale aux États-Unis, il s’agit de mettre en avant les manières dont des conceptions du vivant changent à mesure que les processus techniques dont ils sont les objets dysfonctionnent et se transforment. Les systèmes techniques aquariophiles sont caractérisés par l’automaticité (ils fonctionnent de façon autonome, sous la surveillance des humains) et l’hybridité (ils sont composés autant d’animaux et de végétaux effectuant des actions techniques que d’instruments technologiques). Ayant en tête cette particularité, l’un des objectifs est de réfléchir à étendre le domaine des entités susceptibles de tomber en panne, pour y inclure des êtres vivants, remplissant ici des rôles analogues aux machines automatiques. L’article propose également une conception de la panne comme instauratrice de relations nouvelles et comme ouvrant vers des rapports inédits aux non-humains, passant d’une considération générale à une appréhension individuelle des animaux.

Haut de page

Texte intégral

Coraux mous dans un aquarium de propagation destiné à la production de corail dans un but lucratif

© Simon Gérard

  • 1 J’utilise l’expression « système technique » pour désigner des technologies (appareils, outils, mac (...)

Dans les jours qui suivent le passage de l’ouragan Irma, les gérants d’une boutique d’aquariophilie récifale au nord de Miami s’affairent à leurs activités quotidiennes : ils discutent, orientent des clients, changent l’eau des aquariums, et observent les organismes ainsi que les taux et mesures (température, composition de l’eau, courant) affichés sur un logiciel connecté au système de maintenance des bassins. Quand survient une panne de courant, liée aux incertitudes de la période post-ouragan, appelée « the aftermath », tout le monde s’active. Le système automatique de prise en charge du vivant étant indisponible, l’observation et la manipulation des animaux prend le relais. Chacun scrute les coraux en les éclairant avec des smartphones, les sortant de l’eau, les touchant, espérant que la soudaine extinction de la lumière n’a pas provoqué chez eux une réaction de stress, potentiellement contaminatrice pour tous les bassins – qui sont reliés entre eux par un unique système de circulation de l’eau. Avant la panne, un simple coup d’œil sur l’écran d’un ordinateur suffisait à s’assurer de la bonne santé des organismes. Une fois que celle-ci intervient, les employés de la boutique touchent et manipulent les animaux individuellement. Comment la panne transforme-t-elle le rapport au vivant des aquariophiles ? Que révèle-t-elle de la diversité des processus techniques mobilisés dans la conservation des êtres marins et de leurs liens avec des modes de connaissances ? Quel point de vue les dysfonctionnements des assemblages interspécifiques présents dans l’aquariophilie récifale invitent-ils à adopter sur la panne en tant que terrain d’étude des sciences sociales ? Dans la communauté aquariophile, le groupe social objet de cet article, les systèmes techniques 1 qui font vivre les non-humains sont autant composés de machines que d’animaux ou de végétaux remplissant un rôle technique. Cette hybridité entraîne des pannes elles-mêmes hybrides, soit des problèmes concernant autant le fonctionnement des instruments et des machines que les comportements et processus biologiques des êtres vivants habitant les aquariums. Si la plupart du temps ces deux éléments se coordonnent sans entraves et composent un système stabilisé, les pannes révèlent l’incompatibilité de certains processus techniques avec des processus vitaux imprévisibles, forçant les aquariophiles à changer les modalités de leurs actions techniques et leurs manières d’appréhender les êtres qui peuplent les bassins.

1Je m’appuie sur une enquête ethnographique réalisée à Miami, en Floride du Sud, aux États-Unis. Ce travail de terrain a eu pour but d’explorer le milieu social et industriel de l’aquariophilie récifale, un ensemble d’activités (techniques, marchandes, sociales) organisées autour de la conservation du corail en aquarium. L’enquête portait autant sur les particuliers possédant des aquariums dans leur garage ou leur salon que sur les boutiques et les fermes d’élevage de coraux et poissons. L’aquariophilie récifale, comme d’autres « passions ordinaires » (Bromberger 1998) ou « culture technique » (Haring 2006), présente un ensemble de personnes en relations étroites avec des technologies diverses. À la manière de la « DIY Biology » (Meyer 2012) ou des « Ham’s Radio » (Haring op. cit.), ces groupes sociaux fournissent l’occasion d’explorer des questionnements caractéristiques de l’anthropologie des techniques, au sein de sociétés occidentales industrialisées, souvent caractérisées par un fort éloignement entre les individus et le fonctionnement des technologies qui les entourent (Latour 1992, Winner 1986). Non seulement l’aquariophilie place des individus en relation étroite avec un système technique fonctionnant sans interruption, qu’ils installent et entretiennent, mais elle possède la particularité de confronter l’expertise et le savoir-faire technologique à la présence du vivant, sous la forme de poissons, coraux, invertébrés et autres bactéries conservées dans les aquariums. Étudier l’aquariophilie récifale invite à se pencher sur les manières dont les existences d’organismes non-humains influencent et sont influencées par des forces sociales et culturelles (Kirksey & Helmreich 2010). Ici, ce sont les conceptions du vivant que sous-tendent les techniques qui seront examinées, de même que la façon dont ces conceptions se transforment lorsque l’efficacité des techniques se voit questionnée par des dysfonctionnements divers.

  • 2 L’expression « the hobby » est la plus couramment employée par les aquariophiles pour désigner la c (...)
  • 3 La focale sur la panne m’incite à employer des définitions de la vitalité allant dans le sens de l’ (...)

2La condition première de la marche des technologies aquariophiles est la stabilité : les techniques sont automatisées, les êtres vivants sont considérés à travers des normes et des moyennes quantitatives, et le tout est parfois soumis à une logique économique et productiviste qui renforce la rationalisation et la gestion « techniciste » des êtres vivants (figure 1). Le hobby 2 et le système technique qui sous-tend sa pratique sont bien modernes en ce qu’ils ont « la stabilité pour horizon » (Mariani 2018 : 4), qu’ils présupposent une distance du sujet social au vivant objet de l’action technique. Pourtant, la présence du vivant implique la présence du trouble, de l’imprévisibilité, et d’un mode de connaissance au-delà de l’automaticité 3. Si la technique instaure des attentes normatives par rapport aux non-humains, il arrive que ces derniers les déjouent et agissent en dehors du carcan des conditions de vie, rappelant que toute action technique sur le vivant est toujours une interaction (Pitrou 2016). Dans son travail sur la filière séricicole thaïlandaise, Annabel Vallard détaille « les modalités par lesquelles les lépidoptères sont saisis dans des dispositifs sociotechniques » (Vallard 2017 : 5) tout en faisant attention aux « manières dont les animaux humains et non-humains s’y affectent les uns les autres et y modulent leurs modes d’existence » (Vallard 2017 : 6). Dans le cas de l’aquariophilie récifale comme de la sériciculture ou encore de la production du fromage artisanale où sont mobilisés chiens, bétails et bactéries (Paxson 2012), on se trouve face à des systèmes techniques dans lesquels le vivant fait l’objet d’attentes normatives, où s’exprime une « une volonté de réduire l’incertitude biologique » (Vallard 2017 : 5) des non-humains. Les pannes de tels systèmes attirent l’attention en ce qu’elles mettent en échec cette volonté de contrôle et fragilisent la solidité et la fluidité des relations interspécifiques, pensées dans un cadre d’efficacité technique. Carole Ferret propose de parler d’outils vivants à propos des animaux manipulés dans le but de leur « faire faire » des actions (Ferret 2016). Lorsque ces « outils vivants » déjouent les attentes humaines et suivent leurs propres trajectoires, peut-on alors dire qu’ils tombent en panne au même titre que des machines ?

  • 4 David E. Nye adopte une position similaire dans son ouvrage sur les blackouts (pannes d’électricité (...)

3Bien qu’évidemment non-souhaitées et parfois dramatiques du point de vue des hobbyistes, les pannes technologiques (une pompe qui arrête de fonctionner) ou biochimiques (un corail stressé qui sécrète des toxines) qui surviennent dans les aquariums sont souvent, comme je vais le montrer, des occasions d’enrichir la biographie d’un individu non-humain dans son lien avec l’aquariophile qui s’en occupe. Je propose donc de concevoir les pannes comme des évènements productifs 4, générant des brèches et des inattendus au sein de déterminations normatives diverses établies par un ensemble de technologies. Une telle perspective permet de penser la panne comme un évènement social qui affecte et transforme des relations entre humains et non-humains. Après une brève description du corail – l’être autour duquel est organisé le système technique – et une présentation du hobby aquariophile, j’étudierai deux modalités de l’action technique dans l’aquariophilie récifale. La première correspond au fonctionnement « normal » du système technique, la seconde caractérise les épisodes de pannes et d’accidents. Je m’attacherai chaque fois à détailler les présupposés épistémologiques de ces modalités d’action techniques.

Description du corail et présentation de l’aquariophilie

Ce que l’on nomme « corail » désigne un super-organisme colonial, parfois composé de centaines d’individus appelés des polypes. Le corail est une forme fixée de cnidaire, qui ne possède pas de cerveau et se nourrit et digère par le même orifice. Les polypes constituant le corail forment des squelettes à partir des minéraux qu’ils prélèvent dans leur environnement. Ils vivent en symbiose avec le zooxanthelle, une algue néophyte microscopique. Du fait de la présence de ce symbionte, la plupart des coraux sont photosynthétiques. Ils se reproduisent sexuellement une fois par an et se répliquent asexuellement de façon constante. Le corail vit généralement dans des récifs, soit des environnements parmi les plus biodivers de la planète, où des milliers de formes vivantes cohabitent dans des relations de symbioses ou de partenariats écologiques, dans un climat souvent tropical et une eau ensoleillée à la salinité stable (Dubinsky 1991). Faire vivre des coraux en aquarium nécessite de reproduire cet écosystème complexe le plus fidèlement possible, à travers la reproduction d’un ensemble de processus écologiques engendrant un environnement propice à la vie. Les aquaristes parlent de « morceau d’océan » (piece of the ocean) pour faire référence à leurs aquariums, bien que les relations conflictuelles inter- ou intraspécifiques, choses banales sur les récifs, soient virtuellement absentes des aquariums.

2.

2.

Un aquarium ornemental dans une boutique d’aquariophilie

© Simon Gérard

  • 5 Selon certaines prédictions, ils auraient complètement disparu d’ici 2040-2050, emportant avec eux (...)
  • 6 http://blogs.ei.columbia.edu/2011/06/13/losing-our-coral-reefs/

4En dehors de leur rôle écologique sur les récifs et de leur utilisation actuelle pour la recherche biotechnologique sur le cancer, les coraux n’ont aucune « utilité pratique ». Les récifs sont aujourd’hui menacés par le réchauffement climatique, l’acidification des océans, la pollution par la pêche intensive, le tourisme et les ouragans 5. Selon le World Ressources Institute, 75 % of the world’s coral reefs are at risk from local and global stresses 6. Les coraux sont des bio-indicateurs : leur présence, leur comportement, leur nombre ou leur état biologique renseignent sur les transformations de conditions écologiques plus larges.

5Depuis les années 1970, grâce à plusieurs innovations techniques (notamment dans les systèmes de filtrage) il est possible de conserver du corail vivant en aquarium. Commercialisé pour la première fois au milieu du xixe siècle dans les classes bourgeoises de l’Angleterre victorienne (Lorenzi 2009), l’aquarium est par la suite devenu un objet relativement banal. Aux États-Unis, le nombre de ménages qui possèdent un aquarium est estimé entre 800 000 et 1,5 million en 2016 (American Pet Products Association). Des sources plus anciennes parlent de vingt millions. On estime qu’entre 1985 et 1995 la consommation de coraux vivants est passée approximativement de vingt tonnes par an à deux cents tonnes (Green & Shirley 1999). C’est à partir de cette époque que l’aquariophilie s’est structurée en une communauté d’individus réunis par des intérêts et des activités similaires, et que sont apparus des forums en ligne comme Reef2Reef, comptant aujourd’hui près de 100 000 membres. Le corail occupe ainsi une place centrale dans le quotidien de nombreuses personnes, qui se consacrent activement à son entretien et à sa culture.

Stabilité des conditions de vie et connaissance générale du vivant

Lors d’une visite chez Anthony, un aquariste professionnel – vivant de son activité de culture du corail –, il m’emmène dans ce qu’il appelle the fish room, une pièce de sa maison dédiée à la production et à la conservation des coraux. Il se déplace autour des aquariums, les yeux rivés sur les organismes multicolores, et vante les mérites des outils et technologies qui encombrent la pièce : « Coral technology is at the edge of science. A Coral PhD biologist doesn’t know how to grow corals, and an auto-mechanic can grow the most insane corals. Coral restoration comes from the hobby, not science ». Pour lui, être actif dans le hobby aquariophile implique de maîtriser un ensemble de compétences : il parle de skill set, allant de l’électricité à la chimie, en passant par l’art, la biologie ou la plomberie. Cette description de l’aquariophilie comme un composé de technologies et de connaissances disparates et maîtrisées se retrouve partout dans les articles, sur les forums et dans les manuels de maintenance des aquariums.

  • 7 Le travail des aquariophiles est alors proche de celui des assistants techniques employés dans les (...)

6Dans the fish room sont installés trois bassins reliés au même circuit de circulation de l’eau. Au-dessus des bacs où vivent les coraux sont placées des lampes de types leds qui éclairent la surface d’un bleu électrique et donnent aux coraux leur impressionnante fluorescence (voir figure 1 et figure 2). La pièce est plongée dans une pénombre bleutée. Des câbles jonchent le sol et parcourent les murs, de nombreux accessoires sont entassés sur des étagères. En plus des bassins contenant les êtres vivants, un bac rempli de roches est posé sur le sol et sert de « puisard » (sump) : un filtre par lequel l’eau passe et se trouve débarrassée de certaines « impuretés ». Le circuit de l’eau comporte également un « réacteur à microalgues » : un récipient tubulaire dans lequel vivent des microalgues qui retiennent certains « déchets » et les transforment en nutriments redistribués ensuite dans l’aquarium. Au centre de la pièce se trouve une « station de propagation » (frag station), c’est-à-dire un endroit où l’aquariophile découpe les organismes qu’il souhaite fragmenter et bouturer, que ce soit pour les vendre, pour les donner ou simplement pour libérer de l’espace dans un bassin. Un bac supplémentaire est isolé du système de circulation de l’eau : c’est l’aquarium de quarantaine, servant à stocker les organismes récemment acquis, en attendant d’être certain qu’ils n’émettent aucun signe de maladie ou de parasitisme. La plupart de ces filtres, lampes, pompes et autres appareils sont automatisés et reliés à une interface informatique. L’action sur les conditions de vie (modification des cycles d’éclairage, de la température, de la force du courant) se fait en majorité par le truchement de cette interface qui permet aux aquaristes de programmer les différents paramètres écologiques des bassins 7.

3. « The fish room »

3. « The fish room »

Le garage d’un aquariophile, aménagé pour la culture et propagation du corail.

© Simon Gérard

7Que ce soit chez les particuliers, dans les boutiques ou dans les entrepôts (grossistes, ferme), on trouve toujours un ensemble d’instruments de ce type, servant à la recréation d’une écologie récifale et connectant ensemble différents bassins (voir figure 3). Ces technologies constituent un système appelé life support par les aquariophiles, qui vise, comme son nom l’indique, à instaurer des conditions permettant de faire vivre les animaux marins. Le système technique est composé d’instruments branchés sur les aquariums (puisard, écumoire, pompes, éclairage) et dont les hobbyistes contrôlent les paramètres environnementaux, qui sont la plupart du temps regroupés en quatre catégories : la lumière – nécessaire à la vie des coraux photosynthétiques – qui est produite par des grilles d’éclairages placés au-dessus des bassins, le courant, engendré à l’aide de pompes, la température de l’eau, contrôlée par des appareils de gestion thermique, et la bonne composition chimique de l’eau, garantie par divers instruments de filtrages. Tous ces « facteurs environnementaux favorables […] affectent collectivement le taux de croissance, la forme de la croissance, la reproduction et la longévité des individus » (Done 2011 : 282, traduction personnelle). L’action technique sur les êtres vivants dans les aquariums est avant tout une action sur ces facteurs environnementaux. La programmation des différentes variables vise à paramétrer un plan d’action que le système effectue de manière automatique et routinière. Le life support est ainsi mis en place par les hobbyistes, qui se reposent ensuite sur son fonctionnement régulier et stable.

  • 8 Les aquaristes emploient régulièrement le terme « to thrive » (prospérer) à propos de l’état des or (...)

8Il existe des valeurs exemplaires pour chacun des paramètres, qui varient en fonction du genre (genus) des animaux. Par exemple, les coraux du genre Acroporas et ceux du genre Zoantharia, bien que très différents, nécessitent un courant fort pour prospérer 8, tandis que les coraux du genre Euphyllia souffrent lorsque le courant est trop puissant. La résistance au courant et le besoin de courant impliquent donc de réfléchir au positionnement des organismes par rapport aux pompes qui créent du mouvement dans le bassin. À chaque variété ou catégorie d’organisme correspond un ensemble de mesures moyennes, prescrivant des quantités de courant, de lumière, et ainsi de suite. Lorsqu’on les interroge à propos de l’emplacement de tel ou tel organisme dans un aquarium, les aquaristes répondent souvent que « you have to put it there » car « it needs a lot of light » ou « doesn’t really like strong current ». Chaque individu non-humain est ainsi envisagé comme la version d’une espèce aux caractéristiques stabilisées, un « être générique [qui] vaut ainsi pour tous » (Vallard 2017 : 8). Des animaux très différents, allant des coraux mous aux escargots, en passant par les poissons et les coraux durs, sont mis en équivalence grâce à des propriétés que tous partagent à des degrés divers.

9L’opération de traduction du vivant en des sommes de variables permet son contrôle à travers des machines capables de transformer ces « taux » divers en processus techniques. Dans la sociologie de la traduction, ce processus est nommé « translation ». Une telle opération permet d’enrôler des non-humains dans l’action et de les rendre aptes à être des sujets de l’action (Callon 1986). En contrôlant des paramètres quantitatifs (intensité du courant et de la lumière, température et composition de l’eau) les aquaristes agissent sur les conditions de vie qui agissent en retour sur les animaux. Le rapport au vivant se caractérise donc par une connaissance générale, qui met en avant l’espèce plutôt que l’individu. Le fonctionnement du système technique sous-tend une conception des non-humains comme étant tous des individus « dans la moyenne », cette moyenne étant définie par les exigences particulières de la recréation artificielle et technologique d’un environnement récifal en aquarium. Certains systèmes techniques tels les « Apex » sont mêmes reliés à la wi-fi et autorisent les hobbyistes à agir sur les conditions de vie à partir d’une application smartphone ou d’un logiciel, renforçant ainsi le sentiment de surplomb et de détachement caractéristique du rapport naturaliste et moderne aux mondes non-humains (Descola 2005).

10En plus des machines et outils qui font vivre les animaux habitant les bassins, les systèmes techniques aquariophiles intègrent des êtres vivants utilisés comme des instruments techniques. Les hobbyistes parlent de clean up crew ou de cleaning team, soit « l’équipe de nettoyage », pour désigner un ensemble de créatures marines auxquelles on attribue des fonctions spécifiques dans la maintenance des aquariums. Ce sont par exemple des nudibranches qui vont garantir l’absence des anémones aiptasia dans le bassin, des escargots nettoyant les vitres des algues qui s’y déposent, ou tout simplement les poissons dont les déjections nourrissent les coraux. Certains aquaristes confirmés possèdent également des aquariums de petite taille dans lesquels vivent des microalgues photosynthétiques servant de filtres à l’eau circulant dans les bassins (figure 4).

11Dans Milieu et techniques, Leroi-Gourhan répertorie un ensemble d’animaux utilisés par les humains à des fins techniques, les plaçant dans ce qu’il appelle les « techniques d’acquisition », dans lesquelles on trouve les processus et actions visant à se procurer des objets de l’environnement, des matières, ou des êtres vivants (Leroi-Gourhan 1945 : 73-74 et 99-115). L’inventaire dressé par l’ethnologue préhistorien fait ressortir que les animaux employés comme techniques d’acquisition sont toujours à la source de processus portant sur d’autres êtres vivants. Le cormoran est utilisé en Chine du Nord et au Japon pour se procurer du poisson, de même qu’en Europe, le furet est employé depuis des siècles pour la chasse aux lapins. Partout, on trouve l’exploitation de comportements et de relations animales, qui sont canalisés par les humains et constituent des configurations agentives au sein desquelles les agentivités des humains et des non-humains sont coordonnées et collaborent à la réalisation d’actions (Pitrou 2016). Ce type d’action par délégation est nommée « participative » par Carole Ferret, en ce que « c’est l’objet qui réalise l’objectif » (Ferret 2012 : 129-130). Ces actions sont omniprésentes dans l’aquariophilie, bien que les animaux employés ne soient jamais dressés ou entraînés à la réalisation d’actions. L’aquariophilie récifale diffère en cela de nombreuses pratiques décrites par l’anthropologie lorsqu’elle s’intéresse aux relations humains animaux. Que ce soient les études menées sur les chiens (Vicart 2010), les chevaux (Digart 2004) ou les abeilles (Roué et al. 2015), ces nombreuses situations mettent les humains en relation avec des êtres domestiqués dont la physiologie même a été progressivement dessinée par des activités anthropiques. De même qu’au sein de pratiques comme les combats de scarabées en Asie du Sud-Est, le comportement des non-humains fait l’objet de tentatives de modelage par les actions humaines, ce qui implique une forme de communication (Rennesson et al. 2012). Les techniques présentes dans l’aquariophilie récifale opèrent quant à elles à partir d’êtres qui ne sont pas domestiqués, tirant leur efficacité de la reproduction d’un milieu naturel. Dans un tel cadre les actions participatives rapprochent les animaux des machines : les gestes humains laissent place à l’activation d’éléments ayant des répercussions sur d’autres êtres, ou sur des composantes physiques – comme les vitres de l’aquarium nettoyées par des escargots – ou sur la bonne composition chimique de l’eau – garantie par des algues microscopiques. Les êtres vivants constituant le clean up crew sont partie intégrante du life support. Ils sont placés dans les bassins car certaines de leurs propriétés leur permettent de remplir des fonctions similaires à celles des instruments comme les filtres ou celles de substances comme les antibiotiques, débarrassant l’eau de bactéries indésirables.

4.

4.

Au premier plan, un aquarium servant de réservoir à algues filtrantes.

© Simon Gérard

  • 9 https://reefbuilders.com/2018/05/28/aquarium-clean-up-crew-for-beginners.

12La conciliation de cette hétérogénéité des composantes du système technique passe par le fait qu’elles sont abordées par le même cadre épistémologique. Les animaux ornementaux (poissons et coraux), les machines et les invertébrés instrumentalisés constituant le life support agissent comme des boîtes noires, qui « fonctionnent », « réagissent » et « s’adaptent » à l’établissement des conditions de vie. Dans ce contexte, le vivant est appréhendé par le biais de caractéristiques chiffrables et les animaux sont identifiés à partir de la description générale de leur espèce ou de leur variété, ils sont pensés comme ayant des propriétés stables, qu’il est possible de « translater » en données quantitatives permettant l’action à travers la gestion des machines. Dans les manuels ou les boutiques d’aquariophilie, ce sont ces propriétés techniques qui sont mises en avant lorsque sont présentés les êtres appartenant à la cleaning team. À propos des escargots trochus, il est indiqué sur un site internet dédié au hobby que « They help control diatoms on the aquarium glass and are is easy to care. The trochus snail will graze on nuisance algae on the rocks although their primary duty is patrolling the glass 9 ». Dans le même article, les crevettes sont décrites de la façon suivante : « Shrimps have long arms with tiny little claws, perfect for reaching into crevices and rocks, or picking off parasites from their fishy friends. There are two types of aquarium shrimp, scavengers, and cleaners. Cleaners will help pick off pests from corals and clean off parasites from fish, while scavengers clean up excess food and decaying organics in the aquarium. » Ces descriptions fonctionnelles, où les êtres sont réduits à quelques propriétés pertinentes dans le cadre de leur usage dans le système technique aquariophile, sont très répandues dans le hobby. Les aquaristes affirment régulièrement « se reposer » sur la régularité du comportement des différents organismes introduits dans les bassins à des fins techniques. Un aquariste déclare par exemple être « grateful for the fish’s work », tandis qu’un autre indique à propos des nudibranches qu’ils « just work so well in a tank, better than your regular antibiotics ». Le vivant ainsi intégré à un système automatisé s’aligne et se coordonne avec les machines et les activités de maintenance et de surveillance des hobbyistes, au sein d’une « division du travail » interspécifique constituant un équilibre écologique stable. Comme on va le voir, les épisodes de pannes et d’accidents viennent mobiliser d’autres modalités d’actions techniques et d’autres conceptions du vivant.

L’imprévisibilité du vivant et les limites de l’automaticité

Au sein du life support, certains processus techniques ne sont pas pris en charge par les appareils et instruments automatiques, il faut alors agir autrement que par l’intermédiaire d’un logiciel ou l’interface électronique d’une machine. Par exemple, un début d’infection matérialisée par une tache blanche sur un corail ne possède aucune traduction sur les appareils de mesure. Un tel signe, annonciateur d’un drame à venir, est indétectable tant que l’aquariste n’a pas observé le corail, de près et à l’œil nu. En plus de maîtriser la programmation des conditions de vie, l’aquariophilie nécessite une réactivité basée sur des connaissances empiriques, faisant bien souvent appel au sensible et à la prise en compte d’informations qualitatives non chiffrées. Il existe un ensemble d’actions quotidiennes que les hobbyistes regroupent sous le terme de « maintenance ». Celle-ci relève principalement de la surveillance, de l’entretien et du paramétrage des technologies – par exemple, certains aquaristes époussettent leurs coraux à l’aide d’une pipette, nourrissent leurs poissons en déposant des flocons de nourriture à la surface de l’aquarium ou encore testent la composition de l’eau à l’aide de « kits » spécialisés. Dans les boutiques et les entrepôts des grossistes, où sont parfois installées des dizaines d’aquariums, les employés se déplacent entre les bassins et observent les organismes, s’assurant que rien d’anormal ne s’y déroule. Ils coupent parfois le courant pour y voir plus clair ou utilisent des fonds de verre portatifs.

  • 10 À l’exception des changements d’eau (effectués généralement toutes les deux semaines) ces actions n (...)
  • 11 Voir aussi l’article de John Law et Annemarie Mol sur les accidents de train en Grande-Bretagne (La (...)

13De telles actions indiquent l’existence d’une animalité au-delà des paramètres moyens et de la stabilité de l’espèce. Ce sont souvent des actions plus « directes » (Haudricourt 1962, Ferret 2012) où les hobbyistes touchent leurs animaux et agissent sur des individus plutôt que des espèces, comme lorsqu’Anthony nourrit attentivement un corail particulier, dont il connaît la faiblesse des tentacules – utilisées pour amener la nourriture à l’orifice servant de bouche au corail 10. Les non-humains sont plus individualisés encore dans les situations d’incertitude, comme à l’occasion de pannes et d’accidents, où d’autres modalités d’actions techniques prennent le relais, et avec elles d’autres raisonnements concernant les êtres vivants. En cas de panne, lorsque l’aquarium est défectueux, ou qu’un animal se comporte anormalement, l’automaticité du life support ne suffit pas à faire vivre les animaux. Une telle « anormalité » est, dans ce contexte, entendue comme une variation par rapport à un état idéal présupposé par le système technique, ce qui la rapproche de l’état pathologique tel que décrit par Canguilhem : « la maladie, l’état pathologique, ne sont pas perte d’une norme mais allure de la vie réglée par des normes vitalement inférieures ou dépréciées du fait qu’elles interdisent au vivant la participation active et aisée, génératrice de confiance et d’assurance, à un genre de vie qui était antérieurement le sien et qui reste permis à d’autres » (Canguilhem 1965 : 214). Ce « genre de vie » dont parle Canguilhem est ici produit par la technique, à partir d’un idéal normatif. Bien que le système supporte quelques degrés de variation, certains écarts menacent de le faire s’écrouler et d’entraîner un changement dans les modes d’appréhension de l’équilibre des conditions de vie. Par exemple, Un aquariste raconte avoir introduit une poignée de nudibranches dans son bassin, pour se débarrasser d’une invasion d’anémones aiptasia. Confiant dans l’idée que « they don’t breed very well », il se convainc que les invertébrés disparaîtront rapidement. Quelques mois plus tard, les nudibranches se sont multipliés, et en l’absence d’anémones, ils menacent de s’attaquer au corail. Désarmés face à une situation non-anticipée car a priori hors de la description générique des invertébrés, la seule solution qui lui semble viable est d’effectuer une série de changements d’eau en retirant les nudibranches un par un, à la main. Il indique ensuite que, désormais, un nudibranche seul suffira. L’idée que les solutions techniques sont modifiées par les situations de panne ou les accidents est courante. Dans son étude du projet de ligne de métro automatique Aramis, Bruno Latour relève un grand nombre de pannes et d’erreurs qui provoquent des changements dans les modes de calculs et d’évaluation des situations (Latour 1992) 11. Dans le contexte aquariophile, l’embrayage d’une rationalité technique vers une autre à la suite des dysfonctionnements et irrégularités entraîne une transformation du cadre épistémologique à travers lequel les aquaristes appréhendent le vivant.

  • 12 Je considère ici le concept « d’automatisme » comme caractérisant un processus se répétant de façon (...)

14Les matériaux présentés incitent à adopter une certaine définition de la panne, soit comme un évènement inattendu au sein d’une séquence d’actions au fonctionnement régulier, et plus précisément comme une différenciation ou une déviation non-contrôlée au sein d’un automatisme, qu’il soit mécanique ou biologique 12. La sortie de l’automaticité concerne aussi bien les machines et instruments techniques auxquels il arrive de dysfonctionner (comme un appareil de gestion thermique refroidissant subitement l’eau de l’aquarium à la suite d’une coupure de courant) que les êtres vivants dont le comportement ou les processus vitaux s’éloignent de la norme mise en avant dans leurs usages techniques ou ornementaux. L’interdépendance entre les processus techniques et les processus biologiques a pour conséquence que la panne de l’un affecte l’autre et ainsi de suite. Il est ainsi possible de considérer ce type de panne comme « hybride » en ce qu’une déviation dans la régularité d’un processus biologique a des conséquences techniques et inversement.

  • 13 La plupart des aquariophiles possèdent ainsi des « back up » (batteries de rechange ou réserves d’e (...)

15Les causes des pannes du life support ont des origines variées. Souvent, il est possible d’imputer un problème à une cause « externe », soit provenant de facteurs environnementaux extérieurs au système technique. C’est le cas des coupures de courant entraînant des arrêts ou des « bugs » des appareils électroniques constituant le life support. Les phénomènes extérieurs peuvent eux-mêmes être provoqués par des facteurs environnementaux plus vastes comme les ouragans, fréquents en Floride du Sud 13. En plus de faire dysfonctionner les appareils et instruments de contrôle de conditions de vie, les perturbations peuvent aussi « stresser » les organismes et produire des réactions et comportements inattendus, comme dans le cas des coraux dont la relation de symbiose (polypes et dinophytes) est brisée par le stress, ce qui génère un lâchage des microalgues pouvant blesser les individus situés aux alentours (Weiss 2008) et, dans le cas des systèmes clos que sont les aquariums, entraîner la mort de l’intégralité des organismes présents dans le bassin (figure 5). De même, un mauvais réglage de l’éclairage a des chances de faire proliférer certaines algues, et un courant trop fort risque de perturber la croissance du corail. Bien qu’ils ne soient pas à proprement parler des outils vivants – au sens où leur comportement n’a pas de répercussions pensées comme des actions techniques – les coraux peuvent « dysfonctionner », soit présenter un comportement ou des réactions hors des normes vitales attendues et requises par le système technique. Leur potentielle agressivité, de soudaines infections, des réactions de stress parfois inexplicables… Tous ces éléments menacent la stabilité du système, qui nécessite que chacune de ses composantes « fonctionne » correctement.

5.

5.

L’intérieur d’un bassin ornemental à la suite d’un « crash ». Des coraux stressés par un refroidissement inattendu de l’eau ont libéré des toxines tuant l’intégralité des organismes vivant dans l’aquarium.

© Simon Gérard

  • 14 Sur les éthiques issues d’assemblages interspécifiques, voir Heather Paxson (2012).

16Le terme le plus couramment utilisé par les hobbyistes pour nommer les épisodes de pannes est celui de « crash », qui désigne un problème touchant l’aquarium entier, aux conséquences souvent graves et parfois irréversibles. Les hobbyistes parlent également de partial crash pour désigner soit un problème surmonté, soit un incident n’ayant pas eu pour conséquence la mort de l’intégralité des organismes. Le terme crash, que l’on peut traduire par « plantage » – bien que les aquariophiles francophones parlent aussi de crash et de crash de bac – est employé autant pour décrire des accidents trouvant leur origine dans un problème technologique (bug du logiciel de maintenance, filtre cassé…) que pour rapporter des situations où des algues envahissent le bassin, ou encore lorsqu’un parasite invisible attaque l’intégralité des organismes. Les aquariophiles font référence aux crash comme à des évènements constitutifs de leurs identités de hobbyistes, parlant souvent de « my crashes » ou de « the crashes I had ». Ces épisodes dramatiques sont toujours replacés dans une continuité et une mise en récit des pratiques, et sont souvent considérés comme des « rites de passage » pour les débutants. Sanjay Joshi, un aquariste célèbre, a évoqué lors d’une conférence à la convention MACNA (Marine Aquarium Conference of Northen Americas) comment un crash catastrophique le force désormais à considérer que « tout système peut planter et plantera au moment le plus inopportun ». Lors de sa conférence, il détaille ses diverses tentatives, infructueuses, pour sauver son aquarium. Cette même histoire m’a été racontée par d’autres aquariophiles, de même qu’elle est publiée sur le site internet dédié au hobby Reefs.com. Il existe ainsi des pannes « célèbres », et à une échelle plus personnelle, tous les aquaristes possèdent des anecdotes de ce genre, qui jalonnent l’historique de leur activité dans le hobby. Ces épisodes se voient souvent attribuer une morale portant sur la nécessité d’être patient, « à l’écoute des rythmes du vivant », ou l’importance de ne pas aller « faster than life » comme le dit un hobbyiste 14.

17Je me tourne maintenant vers des problèmes liés aux écarts du vivant vis-à-vis des normes et finalités présupposées par le système de life support. Quelques exemples serviront à illustrer la manière dont la panne et son anticipation entraînent un changement dans l’appréhension épistémologique du vivant, ainsi que comment les épisodes de dysfonctionnements, techniques et biologiques, enrichissent le rapport au vivant des aquariophiles.

  • 15 Je renvoie à l’article d’Eva Hayward (2012) dans lequel elle décrit l’arrivée des aquariums au sein (...)

18Julia, hobbyiste pratiquant l’aquariophilie comme un loisir, raconte comment une anémone vivant dans son aquarium a failli mourir en égarant ses tentacules dans une pompe, brièvement tombée en panne. Julia a été obligée de découper l’anémone afin d’éviter que la pompe ne se bouche et que l’animal ne meurt. Elle considère ce geste comme une mesure exceptionnelle. À la suite de cet épisode, l’anémone (nommée désormais « Henry ») a vu une partie de son corps amputée mais vite remplacée par une « deuxième tête » qui s’est mise à pousser par-dessus la blessure. Julia s’étonne des capacités de rétablissement de Henry et parle de l’animal en des termes évoquant l’idée de monstruosité 15. L’anémone possède désormais un prénom et les inférences que Julia commet à son égard dépassent de simples caractéristiques génériques. L’accident a « enrichi » la personnalité de l’animal pour l’aquariste qui l’appréhende au-delà de sa description spécifique. Henry est devenu une anémone qui « aime aller se fourrer dans les pompes », ce qui pousse Julia à la surveiller différemment d’une anémone n’ayant pas traversé d’épisode similaire (figure 6). Elle fait désormais clairement la différence entre Henry et « l’autre » (« the other one ») anémone qu’elle possède dans son aquarium, et qui n’a jamais eu un tel problème, ce qui lui permet de continuer à être appréhendée selon les normes attendues pour les êtres vivants de son espèce. On assiste à un changement dans les techniques sur le vivant, qui ne portent plus seulement sur les variables ou sur l’ensemble du système technique mais sur des individus particuliers. L’anémone n’est plus le simple représentant d’une espèce aux caractéristiques stables, mais Henry, une anémone singulière possédant des propriétés inédites.

6.

6.

Julia inspectant les creux rocheux de son aquarium avec une lampe de poche. Au-dessus de la pierre, on peut apercevoir les tentacules de « Henry ».

© Simon Gérard

  • 16 Lorsqu’on les interroge sur les habitudes comportementales ou les besoins des organismes, les aquar (...)

19Un autre aquariophile, Jake, évoque quant à lui un corail du genre Ricordea ayant essayé de manger un poisson mort à cause d’une altercation avec un autre individu, en refermant sa « bouche » sur le cadavre échoué à proximité. La digestion trop lente du corail l’a exposé à des chairs en décomposition, ce qui a entamé un processus de blanchiment de ses tissus, que l’aquariste a pu rectifier en découpant des morceaux du cnidaire pourtant mourant. Cet épisode de dysfonctionnement bio-éthologique produit un effet comparable à certaines pannes techniques, comme lorsque l’arrêt du dispositif de refroidissement (problème fréquent) entraîne un processus de blanchiment du corail. Alors que Jake utilise généralement le pronom « it » ou « they » 16 pour parler de ses organismes, il emploie « he » lorsqu’il évoque les mésaventures de cet individu particulier. Il prend également soin de le nourrir lui-même en déposant sur sa bouche des flocons de nourriture, à l’aide d’une pipette. Le passage de l’indéfini au pronom personnel dénote une personnalisation plus grande de l’organisme, qui fait suite à un accident ayant créé un « évènement » dans la biographie du corail, conférant ainsi à son existence un caractère singulier, le démarquant des autres animaux vivant dans le bassin.

  • 17 Le milieu ou « umwelt » est défini par le biologiste et philosophe comme une perception subjective (...)

20Dans l’aquarium de Rodrigo, un poisson « ne se comporte pas comme il devrait » : il agresse les autres et déplace des morceaux de coraux à travers l’aquarium : « he was causing trouble in the tank and there was a chance the corals were gonna stress out ». Le comportement « déviant » d’un poisson risque ainsi d’entraîner une chaîne de réactions menaçant de mener l’aquarium au crash. Rodrigo en déduit que cet individu est « obsédé par son territoire » et, après avoir consulté un forum, place une bâche sur le bac pour obscurcir l’aquarium et désorienter l’animal. Vingt-quatre heures plus tard, le poisson retrouve un comportement « normal », ayant apparemment abandonné ses velléités de contrôle territorial. Pour agir et résoudre le problème, Rodrigo a dû postuler l’existence d’un « milieu », au sens que donne Uexküll à ce terme 17, et c’est sur ce milieu qu’a porté le processus technique visant à résoudre le dysfonctionnement. Bien qu’il possède d’autres individus de la même espèce dans son bassin, Rodrigo reste aux aguets vis-à-vis des agissements de ce poisson en particulier, désormais décrit comme « rogue » (rebelle, renégat). On retrouve ici l’idée que les accidents transforment les propriétés que les aquaristes prêtent à certains individus et qu’ils impliquent des modes de résolution techniques singularisant les êtres et enrichissant leurs possibilités éthologiques. Le fait de placer l’aquarium dans le noir est un processus technique ne découlant pas de variables chiffrées et de caractéristiques générales, mais bien d’un trait de comportement singulier que les machines automatiques ne peuvent appréhender correctement.

21Certains problèmes forcent ainsi à individualiser les êtres et à bricoler des techniques dont le fonctionnement doit alors être maîtrisé au-delà d’une prise en charge automatique des conditions de vie. Les animaux ne sont plus simplement réduits à des propriétés bio-physiologiques mais possèdent des personnalités, tandis que les techniques utilisées comportent une part d’improvisation et d’incertitude, basée sur la connaissance empirique d’un être singulier plutôt que sur le représentant d’une espèce aux caractéristiques stabilisées. La panne fait émerger une tension entre l’automaticité du système technique et l’imprévisibilité du vivant, elle vient enrichir les liens que les hobbyistes entretiennent avec leurs animaux, en mobilisant des connaissances pratiques liées aux cas particuliers plutôt qu’à une description générale et universelle du vivant.

Des incertitudes productives

Les accidents techniques mais aussi les imprévus biologiques ou éthologiques sont une bonne illustration de la façon dont des modes de connaissances et des représentations sont liés à des processus techniques. Les pannes des systèmes aquariophiles révèlent une plus grande variété dans les inférences et énoncés que produisent les hobbyistes à propos de leurs animaux, mais également une diversité des processus techniques, ainsi qu’une maîtrise de leur fonctionnement au-delà des black box qui composent le système de maintenance automatique. Ces situations poussent les aquaristes à passer d’un régime de connaissance du vivant général à un autre : le particulier. À ces savoirs correspondent également différentes modalités d’action technique : le fonctionnement routinier des technologies aquariophiles repose sur l’automaticité, réglée sur une description générique et quantitative des êtres vivants, tandis que la panne mobilise des technologies et processus techniques fondés sur une connaissance pratique, empirique et qualitative des animaux marins. Lors des moments de panne et d’accident, les aquariophiles sont amenés à toucher leurs animaux, à employer des gestes et des techniques du corps allant au-delà de l’instauration de conditions de vie et visant à agir de manière directe sur les comportements d’êtres particuliers (Haudricourt 1962, Ferret 2012). Une telle individualisation de l’action technique peut également expliquer pourquoi les pannes, si les animaux y survivent, entraînent généralement une solidification des attachements aux êtres vivants peuplant les aquariums. Tant que celle-ci ne les tue pas, la panne singularise les êtres et élargit leur répertoire d’actions et de réactions. Une telle extension des possibilités du vivant est aussi une amélioration des savoirs empiriques et des compétences des hobbyistes, qui évoquent les épisodes de panne comme des occasions de se perfectionner et d’en apprendre davantage sur leurs aquariums.

22En termes techniques, l’aquariophilie récifale présente un système hybride (mêlant des éléments biologiques à des éléments technologiques) qui donne lieu à des pannes hybrides, invitant ainsi à étendre le domaine des entités susceptibles de « tomber en panne ». Les poissons, microalgues et autres invertébrés sont à la fois les objets des actions d’un ensemble d’instruments technologiques, et les sujets d’actions au sein de ce même système. Les animaux comme les coraux n’effectuant a priori aucune action technique ; il est malgré tout attendu d’eux qu’ils aient un comportement stable et régulier, lequel les fait participer de facto à la stabilité du système technique qu’ils mettent en péril lorsqu’ils déjouent la trajectoire normative établie par les instruments constituant le life support. La plupart les êtres vivants présents dans les bassins sont des composantes de l’équilibre écologique, qui est à la fois l’objet du système de life support mais qui est aussi, à bien des égards, le système lui-même. On peut être tenté d’affirmer que les coraux et poissons qui dévient les attentes normatives du système technique ne font que provoquer des pannes, sans en être eux-mêmes les sujets. Malgré tout, le caractère d’outils vivants de certains êtres et l’interdépendance qu’ils présentent par rapport aux instruments technologiques, invitent à considérer qu’eux aussi tombent en panne, à savoir qu’ils rompent avec un programme de travail supposément délivré de manière automatique.

23Dans la tradition philosophique heideggerienne, la panne est considérée comme une « solution » au problème de la dissimulation (concealment) du monde, opérée par la prolifération des technologies modernes. Si les technologies organisent le rapport au monde des sujets, la manière dont elles le font est éclipsée par leur fonctionnalité pratique (Verbeek 2005 : 71). La panne est une occasion de révéler l’être des choses et des outils ainsi que la manière dont celui-ci construit le monde (Verbeek ibib. : 77-81) : quand elle intervient, « l’outil demande soudainement que l’attention soit dirigée vers lui » (Verbeek 2005 : 79 traduction personnelle). Laurent Dousset a récemment écrit que les situations d’incertitudes provoquent des phénomènes d’élicitation, où ce qui importe pour une communauté ou un groupe social est nommé, pointé et mis en avant. Selon lui, l’incertitude « permet en effet de faire émerger et de saisir ce qui dans d’autres situations et d’autres contextes, moins incertains et plus habituels, paraît évident et donc reste largement invisible, non explicité, non élicité » (Dousset 2018 : 18). Ces différentes approches incitent à comprendre les pannes – véhicules d’incertitudes par excellence – comme des évènements productifs, plutôt que comme de simples blocages ou limitations. Comme l’écrit Anna Tsing, la « disturbance » – qui est un changement des conditions environnementales produisant un changement écosystémique – « opens the terrain for transformative encounters, making new landscapes assemblages possible » (Tsing 2015 : 160). Dans l’aquariophilie récifale, la disturbance, sous la forme de pannes et de dysfonctionnements biochimiques et techniques, est une occasion de faire émerger ou de renforcer des attachements interspécifiques entre humains et non-humains. La perception de ces derniers par les hobbyistes est enrichie par les pannes, qui viennent inscrire des qualités singulières dans les individus et alimentent le retour réflexif qu’ont les acteurs sur leurs pratiques.

  • 18 C’est également ce qui fait la différence entre automatisme et autodétermination selon Pierre Navil (...)

24Si la puissance de la technique ne peut égaler celle du vivant en termes de création de nouveauté incontrôlée 18 (Canguilhem 1965 : 110-111), les aquariums sont malgré tout des espaces où un environnement artificiel fournit au vivant l’occasion de produire de l’inattendu. De nombreux hobbyistes racontent qu’un jour, une maladresse dans la programmation du système d’éclairage d’un aquarium a produit ce qu’ils nomment aujourd’hui des « Bounce Mushroom », soit des petits parasites jaune orangé en forme de bulbe croissant sur certaines espèces de coraux (figure 7). De telles productions conjointes émergeant dans les zones d’erreur, d’oubli et d’imprévisibilité des systèmes bio-techniques, sont alors insérées dans le tissu social et le système marchand de l’aquariophilie. En effet, les bounce mushroom sont actuellement parmi les organismes les plus prisés et les plus chers de l’aquariophilie récifale (certains bounce mushroom peuvent atteindre jusqu’à 2 500 $), et ils sont issus d’un problème technique. La capacité du vivant à déjouer les systèmes automatisés et à produire de l’inattendu ne cesse ainsi d’étonner, illustrant l’affirmation de Canguilhem : « La vie est expérience, c’est-à-dire improvisation, utilisation des occurrences ; elle est tentative dans tous les sens » (Canguilhem 1965 : 152).

7.

7.

Un Bounce Mushroom dans un aquarium ornemental

© Simon Gérard

Haut de page

Bibliographie

Barley, S. A. & B. A. Bechky 1994 « The backrooms of science : The work of technicians in science labs », Works and Occupations 21 : 85-126.

Birkeland, C. dir. 2015 Coral Reefs in the Anthropocene. New York : Springer.

Bromberger, C. dir. 2002 Passions Ordinaires : football, jardinage, généalogie, concours de dictée… Paris : Hachette.

Callon, M. 1986 « Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année Sociologique 36 : 169-208.

Canguilhem, G. 2009 [1965] La connaissance de la vie. Paris : Librairie philosophique J. Vrin.

Canguilhem, G. 2013 [1966] Le normal et le pathologique. Paris : Presses Universitaires de France.

Descola, P. 2005 Par-delà nature et culture. Paris : Éditions Gallimard.

Digart, J.-P. 2004 Une histoire du cheval : art, technique, société. Arles : Actes Sud.

Done, T. 2011 « Corals : Environmental controls on growth » in D. Hopley dir. Encyclopedia of Modern Coral Reefs. Structure, Form, and Process. New York : Springer : 281-294.

Dousset, L. 2018 Pour une anthropologie de l’incertitude. CNRS Éditions : Paris.

Dubinsky, Z. dir. 1991 Ecosystems of the world 25 : Coral reefs. New York : Elsevier.

Ferret, C. 2012 « Vers une anthropologie de l’action », L’Homme 202 : 113-139.

Ferret, C. 2016 « Outils vivants ? De la manipulation des animaux », in Des êtres vivants et des artefacts. Paris : Musée du quai Branly « Les actes ». [En ligne] : http://journals.openedition.org/actesbranly/658.

Green, E. & F. Shirley 1999 « The global trade in corals », WCMC Biodiversity Series 10. Cambridge, UK : World Conservation Press.

Grossin, W. 1960 « L’automation : à la recherche d’un concept », Sociologie du travail 2-1 : 76-81.

Haring, K. 2006 Ham’s Radio Technical Culture. Cambridge : The MIT Press.

Haudricourt, A.-G. 1962 « Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui », L’Homme 2 (1) : 40-50.

Hayward, E. 2012 « Sensational Jellyfish : Aquarium Affects and the Matter of Immersion », Differences 23 (3) : 161-196.

Hoegh-Gudlberg et al. 2017 « Coral Reefs Ecosystems Under Climate Change and Ocean Acidification », Frontiers in Marine Science 4 : 158.

Jacob, F. 1970 La logique du vivant. Paris : Gallimard.

Kirksey & Helmreich 2010 « The emergence of multispecies ethnography », Cultural Anthropology 25 (4) : 545-576.

Latour, B. 1992 Aramis ou l’amour des techniques. Paris : La Découverte.

Law, J. & A. Mol 2002 « Local entanglements or utopian moves : an inquiry into train accidents », The Sociological Review 50 : 82-105.

Lemonnier, P. 2010 « L’Étude des systèmes techniques », Techniques&Culture 54-55 : 46-67. [En ligne] : http://journals.openedition.org/tc/5043. doi : 10.4000/tc.4989.

Leroi-Gourhan, A. 1973 [1945] Milieu et techniques. Paris : Albin Michel.

Lorenzi, C. 2009 « L’engouement pour l’aquarium en France (1855-1870) », Sociétés & Représentations 28 (2) : 253-271.

Mariani, L. 2018 « Matières à manger. Propositions pour penser les rapports humains/aliments », Revue d’anthropologie des connaissances 12 (3) : 429-453.

Meyer, M. 2012 « Build your own lab : do-it-yourself biology and the rise of citizen biotech-economies », Journal of Peer Production 2. [En ligne] : https://hal-mines-paristech.archives-ouvertes.fr/hal-00710829/document.

Naville, P. 1960 « Vers l’automatisme social » Revue française de sociologie 1 (3) : 275-285.

Nye, D. 2010 When the Lights Went Out. A History of Blackouts in America. Cambridge : MIT Press.

Paxson, H. 2012 The Life of Cheese. Crafting Food and Value in America. Berkeley : University of California Press.

Pitrou, P. 2014 « La vie, un objet pour l’anthropologie ? » L’Homme 212 : 159-189.

Pitrou, P. 2016 « Êtres vivants/artefacts, processus vitaux/processus techniques : remarques à propos d’un carcan analytique », Des êtres vivants et des artefacts. Paris : musée du quai Branly « Les actes ». [En ligne] : http://journals.openedition.org/actesbranly/653.

Rennesson, S., Grimaud, E. & N. Césard 2012 « Le scarabée conducteur. Le jeu de Kwaang, entre vibration et coopération », Terrain 58 : 94-107.

Roué, M. et al. 2015 « Ethnoecology of pollination and pollinators », Revue d’ethnoécologie 7. [En ligne] : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/2229. doi : 10.4000/ethnoecologie.2229.

Tsing, A. L. 2015 The Mushroom at the End of the World. Princeton : Princeton University Press.

Uexküll, J. v. 2010 [1956] Milieu animal et milieu humain. Paris : Éditions Payot & Rivages.

Vallard, A. 2017 « Quand la vie ne tient qu’à un soupçon de sensibilité. Ethnographie de rapports interspécifiques à l’échelle des lépidoptères en Thaïlande », Techniques&Culture 68 : 134-161. [En ligne] : http://journals.openedition.org/tc/8637. doi : 10.4000/tc.8637.

Verbeek, P. P. 2005 What Things Do : Philosophical Reflections on Technology, Agency and Design. University Park : Pennsylvania State University Press.

Veron, J. E. N. 2011 « Corals : Biology, skeletal deposition, and reef-building » in D. Hopley dir. Encyclopedia of Modern Coral Reefs. Structure, Form, and Process. New York : Springer : 275-283.

Vicart, M. 2010 « Où est le chien ? À la découverte de la phénoménographie équitable », Sociétés 108 « Relations anthropozoologiques » : 89-98. [En ligne] : revue-societes-2010-2-page-89.htm. doi : 10.3917/soc.108.0089.

Weiss, V. M. 2008 « Cellular mechanisms of Cnidarian bleaching : Stress causes the collapse of symbiosis ». Journal of Experimental Biology 211 : 3059-3066.

Winner, L. 1986 The Whale and the Reactor: A Search for Limits in an Age of High Technology. Chicago : The University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1 J’utilise l’expression « système technique » pour désigner des technologies (appareils, outils, machines), des connaissances et des chaînes opératoires qui forment un ensemble d’éléments interdépendants visant in fine à la bonne réalisation d’une action technique, soit une action sur la matière (Lemonnier 2010).

2 L’expression « the hobby » est la plus couramment employée par les aquariophiles pour désigner la communauté dans laquelle ils s’inscrivent. Ils se désignent comme « hobbyists » et aussi comme « reefers » ou « aquarists ».

3 La focale sur la panne m’incite à employer des définitions de la vitalité allant dans le sens de l’incertitude et de l’irrégularité. Je ne propose pas ici un discours analytique sur le vivant en lui-même, j’utilise des définitions et concepts éclairant la manière dont le vivant se manifeste aux individus dans une situation sociale et technique particulière. Une définition du vivant comme un mouvement diffus ou comme une « substance évanescente » possède des limites lorsqu’elle est confrontée à la plupart des matériaux ethnographiques (Pitrou 2014). Par ailleurs, l’idée qu’il existe une « normativité du vivant » (Canguilhem 1966, Jacob 1970) est indéniable lorsque l’on observe les système techniques aquariophiles qui reposent sur la récursivité et le caractère normatif de certains phénomènes vitaux, et qui, la plupart du temps, fonctionnent correctement. S’il arrive que ceux-ci tombent en panne, leur état « normal » est toutefois basé sur les régularités ainsi que sur une forme de stabilité que présentent effectivement les êtres vivants dans les aquariums. Cette stabilité est malgré tout « précaire » (Canguilhem 1966 : 205) et les interstices où elle se délite sont l’objet de cet article.

4 David E. Nye adopte une position similaire dans son ouvrage sur les blackouts (pannes d’électricité affectant parfois des villes entières) aux États-Unis, qui sont pour lui des moments d’interruption du flot social où les citoyens font l’expérience partagée d’une réflexivité vis-à-vis de la place de la technique dans leur existence (Nye 2010).

5 Selon certaines prédictions, ils auraient complètement disparu d’ici 2040-2050, emportant avec eux un nombre incalculable d’espèces mais provoquant aussi d’importantes pertes économiques, car les barrières de corail rapportent des « centaines de milliards de dollars par an en biens et services à des dizaines de millions d’humains » (Birkeland 2015 : 1). Voir aussi Hoegh-Gudlberg (2017).

6 http://blogs.ei.columbia.edu/2011/06/13/losing-our-coral-reefs/

7 Le travail des aquariophiles est alors proche de celui des assistants techniques employés dans les laboratoires de science, tels que décrits par Barley & Bechky (1994). Comme eux, les hobbyistes agissent sur et dans un domaine constitué de machines et d’êtres vivants, et comme eux ils gèrent le déroulement d’un ensemble de processus à partir d’informations et d’interfaces variées. Leur expertise relève également d’un mélange entre des connaissances formelles (manuels d’aquariophilies) et des savoirs pratiques et contextuels qu’ils tirent de leurs interactions avec les entités physiques, mécaniques et biologiques dont ils s’occupent. La différence la plus notable est que les aquariophiles n’agissent sous les ordres de personne et que leur position ne relève pas d’une division du travail au sein d’un environnement social hiérarchisé.

8 Les aquaristes emploient régulièrement le terme « to thrive » (prospérer) à propos de l’état des organismes dans leurs bassins, que celui-ci soit réel ou qu’il soit un idéal à atteindre.

9 https://reefbuilders.com/2018/05/28/aquarium-clean-up-crew-for-beginners.

10 À l’exception des changements d’eau (effectués généralement toutes les deux semaines) ces actions ne sont toujours nécessaires. Certains hobbyistes affirment – parfois fièrement – « ne rien faire », et tout laisser au life support, le nettoyage pouvant être assuré par le clean up crew et le nourrissage par les excréments des poissons. En revanche, ces actions maintiennent un contact entre les aquaristes et leurs animaux, comme lorsqu’un aquariste affirme que « it’s my favorite thing ever » à propos du nourrissage des coraux un à un.

11 Voir aussi l’article de John Law et Annemarie Mol sur les accidents de train en Grande-Bretagne (Law & Mol 2002).

12 Je considère ici le concept « d’automatisme » comme caractérisant un processus se répétant de façon régulière et attendue. Selon William Grossin l’automatisation se définit par « le fait qu’elle accomplit un programme de travail » (Grossin 1960 : 78) ce qui la distingue de la mécanisation qui accompagne des séries d’actions. On peut alors considérer que les systèmes techniques aquariophiles attendent d’un ensemble d’êtres vivants qu’ils accomplissent un programme de travail de manière stable.

13 La plupart des aquariophiles possèdent ainsi des « back up » (batteries de rechange ou réserves d’eau de mer), de même qu’ils installent parfois une réplique entière du système du système de life support, en cas de panne…

14 Sur les éthiques issues d’assemblages interspécifiques, voir Heather Paxson (2012).

15 Je renvoie à l’article d’Eva Hayward (2012) dans lequel elle décrit l’arrivée des aquariums au sein des intérieurs bourgeois au xixe siècle, comme l’introduction, dans les foyers domestiques, d’une forme de monstruosité.

16 Lorsqu’on les interroge sur les habitudes comportementales ou les besoins des organismes, les aquariophiles répondent en utilisant la troisième personne du pluriel, faisant ainsi référence aux caractéristiques génériques de l’espèce. Lorsqu’ils racontent un épisode où un animal s’est trouvé en difficulté, les aquariophiles emploient généralement « he » ou éventuellement « it ». Ce n’est pas en tant qu’espèces que les animaux « dysfonctionnent », mais bien en tant qu’individus.

17 Le milieu ou « umwelt » est défini par le biologiste et philosophe comme une perception subjective et sélective de l’environnement par un être donné (Uexküll 1956). Chaque être vivant possède un umwelt qui constitue son rapport au monde et donne un sens particulier à son environnement.

18 C’est également ce qui fait la différence entre automatisme et autodétermination selon Pierre Naville : dans le premier le résultat du processus est imposé de l’extérieur, tandis que dans la seconde, il est contenu dans le processus lui-même (Naville 1960).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Coraux mous dans un aquarium de propagation destiné à la production de corail dans un but lucratif
Crédits © Simon Gérard
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/12510/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 2.
Légende Un aquarium ornemental dans une boutique d’aquariophilie
Crédits © Simon Gérard
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/12510/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 3. « The fish room »
Légende Le garage d’un aquariophile, aménagé pour la culture et propagation du corail.
Crédits © Simon Gérard
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/12510/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 4.
Légende Au premier plan, un aquarium servant de réservoir à algues filtrantes.
Crédits © Simon Gérard
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/12510/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 5.
Légende L’intérieur d’un bassin ornemental à la suite d’un « crash ». Des coraux stressés par un refroidissement inattendu de l’eau ont libéré des toxines tuant l’intégralité des organismes vivant dans l’aquarium.
Crédits © Simon Gérard
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/12510/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 6.
Légende Julia inspectant les creux rocheux de son aquarium avec une lampe de poche. Au-dessus de la pierre, on peut apercevoir les tentacules de « Henry ».
Crédits © Simon Gérard
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/12510/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 7.
Légende Un Bounce Mushroom dans un aquarium ornemental
Crédits © Simon Gérard
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/12510/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Gérard, « Des pannes bio-techniques ? », Techniques & Culture [En ligne], Suppléments au n°72, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/12510

Haut de page

Auteur

Simon Gérard

Simon Gérard est doctorant en anthropologie sociale à l’EHESS, rattaché au CREDO (Marseille). Après un master portant sur les manières dont le corail affecte le quotidien et transforme les relations sociales dans l’aquariophilie récifale en Floride du Sud, il continue d’explorer comment s’entremêlent des formes de vie et des formes vivantes par le prisme de l’anthropologie des techniques, à travers un travail de terrain dans l’archipel des Palaos en Micronésie, examinant notamment les transformations de différentes techniques de production d’êtres vivants.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search