Navigation – Plan du site

AccueilNuméros73Faire ou laisser-faire

Faire ou laisser-faire

Imiter une rivière  : la recréation morphologique du Vistre
Marie Lusson
p. 44-57

Résumés

Le Vistre était, jusque dans les années 1950, une rivière de plaine marécageuse. Au sortir de la guerre, tandis que la priorité est à la production agricole, la plaine est assainie par des fossés quadrillant la terre. Le Vistre est transformé en un chenal bien droit pour évacuer rapidement les eaux pluviales et devient un cours d’eau sans vie. Or, la loi sur l’eau de 1992, renforcée par la directive-cadre européenne sur l’eau en 2000, promeut la qualité des milieux aquatiques comme priorité politique. L’objectif est d’atteindre un « bon état » des cours d’eau à courte échéance. Mais peut-on faire revenir la vie dans un canal ? Comment créer une rivière sans références historique et méthodologique ? Confrontés à une forte incertitude, les gestionnaires comme les scientifiques reproduisent depuis quinze ans le fonctionnement morphologique d’autres cours d’eau pour restaurer le Vistre. Leurs savoirs se déploient dans un tâtonnement cyclique, un processus itératif en cinq phases  : observer, imiter, suivre, évaluer et recommencer. Les débats et les techniques de restauration évoluent. Cet article se fonde sur le récit de cette expérimentation singulière pour questionner l’imitation des systèmes vivants.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Techniques d’imitation sous contrainte  : vers l’agentivité comme principe
Des choix techniques aux rivières sociopolitiques
Des temporalités du projet aux temporalités environnementales

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

La pelle mécanique est l’instrument premier des opérations de restauration morphologique. Son godet déplace les sédiments fins comme les plus grossiers et façonne le nouveau lit de la rivière.

© Agora communication

Assis dans la cabine de contrôle, François actionne les chenilles de sa pelle mécanique et s’approche de la berge du cours d’eau. Face à lui, le Vistre forme un chenal bien droit, modelé par les actions successives des politiques d’assainissement, des extractions de graviers et des enrochements de protection. François reproduit le nouveau tracé que lui a fourni le bureau d’études, la nouvelle morphologie de la rivière, en suivant les instructions affichées par son GPS qui lui donne au centimètre près la topographie du fond du lit. Accélérant en un geste ce que l’eau aurait transformé sur des centaines voire des milliers d’années, le godet se déploie dans les airs, puis plonge, déplace des monticules de sédiments et dessine une...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Lusson, « Faire ou laisser-faire », Techniques & Culture, 73 | 2020, 44-57.

Référence électronique

Marie Lusson, « Faire ou laisser-faire », Techniques & Culture [En ligne], 73 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/13413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.13413

Haut de page

Auteur

Marie Lusson

Marie Lusson est cinéaste et doctorante en sociologie des sciences à l’Inrae (Montpellier). Ses recherches portent sur les projets de restauration de rivières comme champ d’expérimentation de politiques de la nature. Elle s’intéresse plus largement aux recompositions qu’entraîne la cohabitation entre humains, non-humains et non-vivants notamment par l’ethnographie filmique de lichens (Homo Lichen, 2017) et de résidus miniers (Saltkrake, 2019).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search