Navigation – Plan du site

Chevaucher le lombric

Inférences rythmiques entre les vivants, au Japon
Yoann Moreau et Masumi Oyadomari
p. 78-97

Résumés

Cet article est consacré à une forme d’agriculture japonaise. En s’appuyant sur des entretiens avec un fermier, co-auteur de l’article, nous défendons une perspective où les êtres vivants sont différenciés selon leurs rythmes d’existence, sans césure entre nature et culture. Il s’ensuit une pratique agricole où l’humain participe pleinement des relations entre les êtres qui composent son milieu. Un processus d’acculturation réciproque (ie. interférences et inter-inférences) est ainsi à l’œuvre, qui donne son nom à cette pratique  : la fermacculture. Cette acculturation est suscitée en s’interdisant le recours à des techniques (labour, insecticides, herbicides, etc.) qui diminuent la variété des espèces, c'est-à-dire la diversité des rythmes de vie et des manières d’habiter dans les parcelles.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Préambule
Entre le sol et soi  : repeupler les milieux
Ne pas labourer I  : accroître la «  richesse  » des parcelles
Ne pas labourer II  : faire confiance à la terre
Ne pas labourer III  : avoir foi en la «  nature  » (shizen)
Ne pas labourer IV  : une méthode apophatique
Ne pas labourer V  : éprouver le sentiment d’unité
Ne pas labourer VI  : ruminer
Suivre le lombric et le chevaucher

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Au jardin, chez Masumi Oyadomari

© Y. Moreau & M. Oyadomari

Into this house we’re born
Into this world we’re thrown
The Doors, Riders on the Storm, 1971

Préambule

Dans ce qui suit nous allons décrire l’agriculture pratiquée par M. Masumi Oyadomari dans le village de Koshimoda, sur la côte ouest de la péninsule d’Izu, à 150 km au sud-est de Tokyo (figure 1). La manière dont Masumi s’inspire du vivant pour informer sa pratique pourra sembler incongrue aux lecteurs accoutumés à séparer le naturel et l’artifice, l’observation (de la vie, de la nature) et la participation (à la vie, à la nature). C’est pourquoi nous plaçons ici un petit préambule.

Dans la tradition japonaise, la vie et la nature ne sont pas considérées comme extérieures aux humains, c’est-à-dire comme des phénomènes que l’on pourrait raisonnablement prétendre mettre à distance, objectiver, maîtriser, administrer. Pour Masumi en particulier, ce que la vie inspire semble relever ava...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yoann Moreau et Masumi Oyadomari, « Chevaucher le lombric », Techniques & Culture, 73 | 2020, 78-97.

Référence électronique

Yoann Moreau et Masumi Oyadomari, « Chevaucher le lombric », Techniques & Culture [En ligne], 73 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/tc/13488 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.13488

Haut de page

Auteurs

Yoann Moreau

Yoann Moreau est né dans le Jura. Professeur associé invité au Research Institute for Humanity and Nature, Kyoto (RIHN), il est notamment l’auteur de Vivre dans la fluctuance. Une ethnographie sur pilotis en Amazonie brésilienne (2001) et de Vivre avec les catastrophes (2017). Depuis 2016, il vit à Yagisawa (péninsule d’Izu, Japon) où il élabore une mésographie, méthodologie de terrain consacrée à l’étude des milieux (mésologie).

Articles du même auteur

Masumi Oyadomari

Masumi Oyadomari est né à Okinawa. Ingénieur en électronique, il a longtemps travaillé sur le développement d’onduleurs dans le secteur de l’innovation automobile. Depuis 2016, il est fermacculteur à Koshimoda (péninsule d’Izu, Japon).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page