Navigation – Plan du site

AccueilNuméros73Des microchampignons modèles pour...

Des microchampignons modèles pour le « biocontrôle »

Une enquête dans les collections de micro-organismes du Muséum national d’histoire naturelle
Mathilde Gallay-Keller
p. 170-185

Résumés

Qu’il s’agisse de planches d’herbier ou d’animaux naturalisés, le Muséum national d’histoire naturelle transforme les êtres de la nature en objets inertes de musée, dans un but d’inventaire et de classification du vivant. Au sein de cette institution, les collections dites « Ressources biologiques et Cellules cryoconservées » ont la particularité de conserver du « vivant minuscule » (micro-organismes, cellules et tissus d’animaux) à l’état de dormance, grâce à des techniques telles que la cryoconservation. Parce qu’elles maintiennent le vivant à l’état fonctionnel, ces collections sont le lieu d’une intense reconfiguration de modèles scientifiques, de techniques et de valeurs en provenance de deux traditions habituellement opposées dans les sciences de la vie : la tradition naturaliste et celle expérimentale.
À partir d’une enquête ethnographique au Muséum national d’histoire naturelle, cet article décrit dans ces collections le développement de modèles pour le « biocontrôle » en agronomie, qui relèvent d’une forme de biomimétisme portant sur des processus du vivant.
L’étude de cas d’un microchampignon devenu un biocontrôleur capable d’enrayer une maladie du blé permet de montrer que les démarches biomimétiques dans ces collections contribuent à l’hybridation des techniques naturalistes et expérimentales sur le vivant. En développant une logique d’anticipation de ce qui pourrait advenir dans la nature, ainsi qu’un souci d’intégration aux cycles naturels, de telles démarches conduisent aussi à élargir les visées de ces collections. Tout en restant un dispositif scientifique de classement de la biodiversité, elles deviennent également des ressources potentiellement utiles pour l’industrie, des « réservoirs » de solutions environnementales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Biomimétisme et collections naturalistes : un paradoxe ?
Du travail d’expertise à la recherche de solutions biomimétiques
Mise au point d’un biocontrôleur de la fusariose du blé
De l’instrumentalisation des « êtres efficaces » au merveilleux des « êtres liminaires »

Aperçu du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Illustration pour l’ensemble des collections « Ressources Biologiques et Cellules cryoconservées » du Muséum national d’histoire naturelle, réalisée par Camille Degardin. Site du MNHN.

© Camille Degardin

Biomimétisme et collections naturalistes : un paradoxe ?

Le biomimétisme a été défini par la biologiste Janine Benyus comme « l’innovation inspirée par la nature » (1997 : 15), une telle innovation étant destinée à réconcilier croissance économique et cycles du vivant pour répondre aux grands défis contemporains en termes d’écologie, d’agronomie ou de santé. Dans la mesure où cette approche invite à observer la nature pour y trouver des solutions, et notamment à « puiser dans l’observation des organismes » avec un certain émerveillement (Kamili 2019 : § 1), il n’est pas étonnant que le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), riche de ses collections de milliers de végétaux et animaux, se soit engagé dès 2014 dans une collaboration av...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Gallay-Keller, « Des microchampignons modèles pour le « biocontrôle » »Techniques & Culture, 73 | 2020, 170-185.

Référence électronique

Mathilde Gallay-Keller, « Des microchampignons modèles pour le « biocontrôle » »Techniques & Culture [En ligne], 73 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/13676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.13676

Haut de page

Auteur

Mathilde Gallay-Keller

Mathilde Gallay-Keller a étudié la philosophie et travaillé notamment pour le Musée des Confluences à Lyon. À partir d’enquêtes ethnographiques, elle s’intéresse aux êtres vivants pris dans des systèmes de collections dans les traditions scientifiques de l’histoire naturelle et de la microbiologie. Elle effectue actuellement une thèse de doctorat à l’EHESS, au laboratoire d’anthropologie sociale (LAS) et au laboratoire Patrimoines locaux, environnement et globalisation (PALOC) du MNHN, financée par le Domaine d’intérêt majeur « Matériaux anciens et patrimoniaux » (DIM MAP).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l'EHESS
  • Logo Editions de la Maison des Sciences de l'Homme
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search