Navigation – Plan du site

AccueilNuméros73Une géopolitique biomimétique

Une géopolitique biomimétique

Placer l’extérieur à l’intérieur
Elizabeth Johnson
Traduction de Valentine Leÿs
p. 114-127

Résumés

Les innovations de la biomimétique ont mis au jour un lien récursif entre la production de savoirs biologiques, l’innovation technique et le contexte plus large des histoires et des environnements matériels. Cet article examine le projet RoboLobster et le rôle de la technique biomimétique dans la stratégie militaire des États-Unis. De quelle manière le biomimétisme militaire oriente-t-il certaines perceptions des biologies non humaines, en mettant ces dernières au service d’une stratégie politique, mais aussi en recodant leurs activités vitales à travers un langage de l’opérabilité ? La biologie et sa pratique sont re-conceptualisées au prisme de la bio-opérabilité et de l’éco-sécurisation pour devenir des actifs productifs. Par le langage de l’opérabilité, le vivant devient synonyme d’une capacité à s’adapter à des conditions environnementales. La culture épistémique de la biologie et celle de l’innovation technique se trouvent ainsi étroitement liées dans un rapport récursif, mais aussi inscrites dans une vision de la Terre comme champ de bataille, et de ses habitants comme agents actifs doués d’un potentiel transformatif. Ce projet n’est pas motivé par un souci d’accumulation, mais plutôt par une logique de domination opérationnelle de l’espace et des conditions environnementales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Biomimétisme et épistémologies de l’environnement
Des épistémologies environnementalo-technico-biologiques
Sortir du homard pour entrer dans la mer
Une géopolitique non humaine ?

Aperçu du texte

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Des scientifiques de Hanford nourrissant des moutons avec des aliments radioactifs. Hanford, WA.

Département américain de l’énergie / domaine public

Les animaux sont depuis longtemps utilisés pour la guerre, qu’ils servent de montures au combat ou de sujets pour l’expérimentation de techniques militaires (voir, par exemple, Mayor 2003, Forsyth 2017). Comme l’écrit Jake Kosek, la figure de l’animal et la division entre humains et non-humains font chacune partie intégrante « du terrain discursif à partir duquel certains corps sont considérés comme bons à tuer tandis que d’autres sont célébrés comme surhumains » (Kosek 2010 : 670 ; voir aussi Agamben 2004, Shukin 2009, Chen 2012). Pendant une large partie du xxe siècle, les investissements militaires dans les biosciences  se sont concentrés en premier lieu sur des expérimentations visant, soit à perfectionner le corps humain afin d’amplifier les capacités des combattants états-uniens et all...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elizabeth Johnson, « Une géopolitique biomimétique »Techniques & Culture, 73 | 2020, 114-127.

Référence électronique

Elizabeth Johnson, « Une géopolitique biomimétique »Techniques & Culture [En ligne], 73 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/tc/13776 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.13776

Haut de page

Auteur

Elizabeth Johnson

Elizabeth Johnson est professeure associée de géographie à l’université de Durham. Elle étudie comment les nouveaux liens entre les biosciences et l’innovation technologique modifient notre façon de comprendre la vie dans le contexte de la précarité environnementale. Actuellement, elle travaille à la finalisation d’un ouvrage intitulé Life’s Work. The Politics of Biological Productivity.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l'EHESS
  • Logo Editions de la Maison des Sciences de l'Homme
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search