Navigation – Plan du site

AccueilNuméros73Les pasteurs d’Afrique de l’Est i...

Les pasteurs d’Afrique de l’Est imitent-ils leurs bovins ?

Jean-Baptiste Eczet
p. 98-113

Notes de la rédaction

Pour aller plus loin : retrouver l’article complet http://journals.openedition.org/tc/14002  : Techniques&Culture 73 « Biomimétismes. Imitation des êtres vivants et modélisation de la vie  » : Eczet, J.-B. 2020 « Logiques totémiques dans le Cattle Complex. Sur l’imitation et l’identification avec les bovins » (Rubriques électroniques, suppléments au n° 73).

Texte intégral

Image d’ouverture.

Image d’ouverture.

Les traditions pastorales de l’Afrique de l’Est ont toujours été un peu à part dans les études sur le pastoralisme en raison d’un surplus esthétique et des implications affectives entre les pasteurs et leurs bovins. © J.-B. Eczet.

© Jean-Baptiste Eczet

Lorsqu’un pasteur nilote de l’Afrique de l’Est lève ses bras au ciel, dans un geste iconique reproduisant la forme des cornes d’un de ses bovins, l’interprétation semble évidente. Cet idiome gestuel élémentaire de la référence bovine serait une des manifestations de la relation d’imitation entre les hommes et leurs bovins : « les Dinka conçoivent leur propre vie et la vie du bétail comme deux voies à certains égards sur le même modèle : les hommes imitent le bétail », écrivait Lienhardt (1961 : 16) à propos des Dinka du Soudan.

  • 1 Mes enquêtes ethnographiques, réalisées entre 2008 et 2015, ont donné lieu à une monographie (Eczet (...)

1Il faut bien avouer que les pratiques pastorales dans ces régions, comme j’ai pu l’observer auprès des Mursi du sud-ouest éthiopien 1, étonnent par l’engagement affectif que les pasteurs ont pour leurs animaux. D’ailleurs, si le terme « imitation » ponctue la littérature dédiée aux Nilotes, celui d’« identification » est encore plus fréquent. Charles G. et Brenda Z. Seligman sont les premiers à évoquer un tel recouvrement d’identité fondé sur une prémisse psychologique : « Il est difficile de décrire l’importance qu’ils revêtent pour leurs maîtres ou l’amour et le soin que ces derniers ont pour leurs bêtes, mais il n’est certainement pas exagéré de dire que cela compte pour ce que les psychologues nomment “identification” » (1932 : 169, T.D.A.). L’identification est donc avancée pour caractériser cette importance et cet amour pourtant difficile à décrire, tellement difficile d’ailleurs, que les formulations emphatiques prennent le pas sur les formulations descriptives. Evans-Pritchard affirme ainsi que, pour les Nuer, les bovins sont « une fin en soi, un but de civilisation ; leur possession, leur simple voisinage donne à l’homme le contentement des désirs de son cœur » (1968 [1940] : 59).

2Malgré cet intérêt permanent pour l’animal, un intérêt qui dépasse largement la production de protéines lactées et carnées et qui se manifeste dans la poésie, les noms de personnes, les ornements, les rituels, etc., à toute heure du jour et parfois même de la nuit, je n’ai jamais pu me résoudre à voir dans les gestes des Mursi de l’imitation ou de l’identification. Or, mon appréciation, tout à fait personnelle, concorde avec celle de mes interlocuteurs mursi qui semblent très à l’aise avec l’idée apparemment paradoxale que, durant leurs danses, ils font certes comme leurs bovins, mais que « c’est différent ». Au-delà de tout jugement sur la qualité d’une représentation impliquant une imitation réussie ou non, je me devais de constater, dans une démarche compréhensive, qu’il n’y a pas d’intention d’imitation. D’autant plus qu’une imitation considérée comme telle a bel et bien cours lors de duels que les enfants effectuent dans l’enceinte même de l’enclos, où ceux-ci se tiennent, cette fois, à quatre pattes et se poussent tête contre tête, comme se poussent les taureaux. « Nous sommes des taureaux », disent les enfants. De même, de petites sculptures, représentant des taureaux matérialisés par les cornes et la boule de gras du garrot, signe de bonne santé chez les zébus, sont tenues du bout des doigts par les enfants et s’opposent là aussi en duels. Or, ces deux pratiques de l’enfance, au lieu de se perfectionner, disparaissent vite à l’entrée dans l’âge adulte.

3Pourquoi cesser l’imitation, si l’objectif est d’imiter le bovin ? S’il ne s’agit pas d’imitation durant les danses, quelle relation entre les pasteurs et leurs bovins ses gestes impliquent-ils ? Pour interpréter la gestuelle mursi, une piste m’est apparue par hasard dans une imitation du vivant auquel j’avais déjà été confronté loin de ce terrain : celle des mouches utilisées dans la pêche à la truite, dont j’ai pu observer certains des plus beaux exemplaires produits par Pierre Toussaint, dit Pierrot, pêcheur chevronné de la vallée de la Charentonne en Basse-Normandie. De prime abord, ces artefacts semblent n’être rien de plus que des bouts de plumes hirsutes, et non des imitations de morphologies d’insectes. Ne devrait-il pourtant pas s’agir d’imiter le corps d’un insecte ? En partie, mais pas seulement. Il s’agit en fait, de la part du pêcheur, de faire parcourir au leurre au bout de son fil les trajectoires de vol de l’insecte, et, de la part du leurre, d’être non pas le corps des gravures d’encyclopédie, mais la vibration des ailes lors du vol, ce mouvement flou tant il est rapide comme une hélice d’avion. Il faut reproduire une cinétique, ici composée de la trajectoire et de la vibration de l’insecte. Or, cette volonté de reproduire les qualités d’action de la proie est proche du type d’imitation que les hommes réalisent avec leurs bovins durant les danses : les pasteurs mettent en acte certaines qualités comportementales bovines, mais non leurs corps. Une nuance, toutefois, fondamentale : ces qualités sont partagées entre les personnes et leurs bovins, car elles expriment tout autant ce que sont les bovins que ce que sont les personnes en collectif.

1.

1.

L’intrication des vies humaine et bovine, à l’origine de l’expression Cattle Complex, est telle qu’Evans-Pritchard qualifia les pasteurs et leurs bovins de « parasites réciproques ».

© Jean-Baptiste Eczet

4En pays mursi, les danses, qui ont lieu après les récoltes, mettent en scène la vitalité des personnes et de leurs troupeaux dans des chorégraphies. La communauté dans son ensemble est concernée. Il s’agit d’exposer différents rôles afin de produire une image complète du collectif élargi des pasteurs, représentation qui advient autant grâce à la succession de danses distinctes correspondant à des catégories sociologiques (jeunes hommes, jeunes femmes, femmes mûres et hommes âgés) que par une narration incluse dans des actions entre certains danseurs hommes et spectatrices femmes, venant rappeler les alliances maritales effectuées par leurs pères et leurs mères en leur temps.

2.

2.

Les bovins accompagnent les personnes dans leurs modifications corporelles, reprenant certains usages, comme le port d’ornements et les scarifications.

© Jean-Baptiste Eczet

3.

3.

Lever les bras au ciel en figurant la forme des cornes d’un bœuf est souvent interprété comme l’imitation minimale des bovins par les humains.

© Jean-Baptiste Eczet

5D’un point de vue formel, ces danses sont la mise en geste des descriptions idiomatiques discursives de certaines catégorisations de bovins (taureaux, veaux, troupeaux). Chaque catégorie sociologique adopte le registre le plus propice à exprimer ce que les personnes sont. Et chacun reproduit avec son corps les éléments clés de la description comportementale de ces trois catégorisations de bovins, afin de mettre en scène des comportements valorisés chez les pasteurs : la vigueur, la force et la volonté au combat chez les jeunes hommes des classes d’âge de guerriers, ceux qui ne cessent, par un ensemble de pratiques, de parfaire un ethos martial revendiqué. En sautillant sur place la tête relevée et, ainsi, en reprenant à leur compte la gestuelle insouciante et passive, telle qu’elle est mise en mots, des veaux tout juste libérés dans un pâturage, il s’agit pour les jeunes femmes d’exprimer cette jeunesse et la reproduction du troupeau, afin d’indiquer leur place relative dans le collectif. Les femmes âgées, quant à elle, s’inspirent du passage d’un troupeau en général pour donner à voir le résultat du projet pastoral. Levant les bras au ciel pour figurer les cornes, mais sans reprendre une gestuelle spécifique permettant d’en inférer une catégorie de bovins en particulier, ces femmes figurent la réussite pastorale qui, avant elles, était d’abord l’alliance des jeunes hommes et des jeunes femmes à partir des deux qualités comportementales précédemment figurées par les jeunes mursi. Comme un troupeau de bovins en est le témoin, elles gardent, maintiennent et montrent le produit pastoral, à l’image de leur rôle de gestionnaire au quotidien, à l’image également des mouvements du troupeau qu’elles provoquent lors de leur mariage et des mariages de leurs enfants en raison des prestations matrimoniales. Les anciens, quant à eux, ne dansent pas et ne produisent pas de scénographies contenant des références aux bovins. Néanmoins, leur implication informe aussi de leur place dans le collectif. Ils ont organisé la tenue de ces rencontres en choisissant et en préparant l’aire de danse et restent toujours à proximité. Assis ou allongés, ils parlent entre eux de tout et de rien, et pas forcément des danses qu’ils n’observent que de côté. Ce recul n’est pas du désintéressement envers les danses, mais seulement l’expression ostensible d’une distance, voire d’une surveillance, à l’image du pasteur envers son troupeau : celui-ci décide où faire paître ses bêtes, prépare les prairies avec l’écobuage en les embrasant à la fin de la saison sèche, et surveille son bétail avec une attention flottante.

4. Leurre de pêche à la mouche

4. Leurre de pêche à la mouche

Si la morphologie de chaque espèce est prise en compte, il s’agit avant tout de reproduire le mouvement du battement d’ailes, tandis que le pêcheur reproduit les trajectoires du vol de l’insecte en « fouettant » l’air avec sa ligne pour propulser son leurre.

© Jean-Baptiste Eczet

5. Figurines de terre

5. Figurines de terre

Tenues du bout des doigts, les enfants simulent avec elles des combats de taureaux.

© Jean-Baptiste Eczet

6. Enfants se battant dans le campement, comme se battent les taureaux.

6. Enfants se battant dans le campement, comme se battent les taureaux.

© Jean-Baptiste Eczet

7. Jeune homme s’avançant sur l’aire de danse et se tenant immobile en formant avec ses bras les cornes de son bœuf.

7. Jeune homme s’avançant sur l’aire de danse et se tenant immobile en formant avec ses bras les cornes de son bœuf.

© Jean-Baptiste Eczet

8.

8.

La gestuelle effectuée par les jeunes hommes consiste à frapper fort le sol, les yeux fermés au risque de percuter l’assemblée, de la même manière que des taureaux se battant, eux dont on détecte le combat dans l’enclos par le bruit de leurs sabots et qui peuvent défoncer la clôture à tout instant.

© Jean-Baptiste Eczet

9. Les jeunes femmes s’inspirent d’une gestuelle vituline pour exprimer leur rôle futur dans la reproduction du collectif.

9. Les jeunes femmes s’inspirent d’une gestuelle vituline pour exprimer leur rôle futur dans la reproduction du collectif.

© Jean-Baptiste Eczet

10. Les femmes mûres figurent le troupeau afin de montrer leur implication dans sa gestion.

10. Les femmes mûres figurent le troupeau afin de montrer leur implication dans sa gestion.

© Jean-Baptiste Eczet

11a.

11a.

Alors qu’une femme récite un poème exprimant sa couleur, une autre tourne autour de l’enclos en criant cette couleur qui se trouve en de multiples lieux de l’environnement visuel, pour lesquels les bovins n’en sont qu’un des plus emblématiques.

© Jean-Baptiste Eczet

11b.

11b.

© Jean-Baptiste Eczet

11c.

11c.

Le bétail fournit aux Mursi leur palette des couleurs. Celles-ci étant la référence inévitable de tous les noms de personnes, les trois types d’existants (couleurs, bovins, personnes) sont liés de manière circulaire dans l’anthroponymie… (Pour aller plus loin : Eczet, ce numéro en ligne).

© Jean-Baptiste Eczet

11d.

11d.

© Jean-Baptiste Eczet

6C’est pour cela que le mot « imitation » n’est pas le plus approprié pour rendre compte de la gestuelle mursi, lui qui implique un modèle à reproduire dans une forme. Humains et bovins sont deux expressions différenciées du collectif pastoral élargi qui trouvent leur origine dans une matrice commune (quelques principes partagés et génériques). D’autres pratiques montrent en effet une logique faisant des humains et des bovins des réalisations singulières à partir de qualités partagées, comme je le propose ailleurs (Eczet ce numéro en ligne) : l’anthroponymie, qui fut à l’origine de la notion d’identification, est en fait moins la volonté de s’identifier au bovin au moyen de noms reprenant sa couleur, que, à partir de ces couleurs communes et partagées, de se différencier en tant que personnes. Dans cette activité de nomination, ce sont bien les couleurs qui structurent la relation au bétail (Eczet 2016). D’ailleurs, l’enjeu ontogénétique des Mursi est justement de se différencier des bovins à partir de ces postulats communs (qualités comportementales et colorées), à mesure que chaque individu intègre des grades fondés sur l’âge, à l’origine de l’organisation sociopolitique acéphale dite « en classes d’âge ». L’ancienneté se vit ainsi dans la position de gardien du troupeau des personnes, et les noms d’anciens n’incluent le bovin que comme des références adjacentes et très générales (des images de troupeaux davantage que d’animal singularisé), prétextes à la mise en valeur de soi. C’est certainement là toute la valeur attribuée à l’ancienneté : de s’être suffisamment distingué des bovins, jusqu’à n’être que l’expression exclusivement humaine de qualités partagées à l’origine.

Haut de page

Bibliographie

Eczet, J.-B. 2016 « Perception et relation. L’expression du cattle complex par les Mursi » in C. Fausto & C. Severi dir., Paroles en images : écriture, corps et mémoires. Marseille : OpenEdition Press : 35-58. doi: 10.4000/books.oep.810.

Eczet, J.-B. 2019 Amour vache. Esthétique sociale en pays mursi (Éthiopie). Milan : Éditions Mimésis.

Evans-Pritchard, E. E. 1968 [1940] Les Nuer. Paris : Gallimard.

Lienhardt, G. 1961 Divinity and Experience : The Religion of the Dinka. Oxford : Oxford University press.

Seligman, C. G. & B. Z. Seligman 1932 Pagan Tribes of the Nilotic Sudan. London : George Routledge & Sons. ark:/13960/t42r98019.

Haut de page

Notes

1 Mes enquêtes ethnographiques, réalisées entre 2008 et 2015, ont donné lieu à une monographie (Eczet 2019).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image d’ouverture.
Légende Les traditions pastorales de l’Afrique de l’Est ont toujours été un peu à part dans les études sur le pastoralisme en raison d’un surplus esthétique et des implications affectives entre les pasteurs et leurs bovins. © J.-B. Eczet.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre 1.
Légende L’intrication des vies humaine et bovine, à l’origine de l’expression Cattle Complex, est telle qu’Evans-Pritchard qualifia les pasteurs et leurs bovins de « parasites réciproques ».
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre 2.
Légende Les bovins accompagnent les personnes dans leurs modifications corporelles, reprenant certains usages, comme le port d’ornements et les scarifications.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre 3.
Légende Lever les bras au ciel en figurant la forme des cornes d’un bœuf est souvent interprété comme l’imitation minimale des bovins par les humains.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre 4. Leurre de pêche à la mouche
Légende Si la morphologie de chaque espèce est prise en compte, il s’agit avant tout de reproduire le mouvement du battement d’ailes, tandis que le pêcheur reproduit les trajectoires du vol de l’insecte en « fouettant » l’air avec sa ligne pour propulser son leurre.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre 5. Figurines de terre
Légende Tenues du bout des doigts, les enfants simulent avec elles des combats de taureaux.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre 6. Enfants se battant dans le campement, comme se battent les taureaux.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre 7. Jeune homme s’avançant sur l’aire de danse et se tenant immobile en formant avec ses bras les cornes de son bœuf.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre 8.
Légende La gestuelle effectuée par les jeunes hommes consiste à frapper fort le sol, les yeux fermés au risque de percuter l’assemblée, de la même manière que des taureaux se battant, eux dont on détecte le combat dans l’enclos par le bruit de leurs sabots et qui peuvent défoncer la clôture à tout instant.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre 9. Les jeunes femmes s’inspirent d’une gestuelle vituline pour exprimer leur rôle futur dans la reproduction du collectif.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre 10. Les femmes mûres figurent le troupeau afin de montrer leur implication dans sa gestion.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre 11a.
Légende Alors qu’une femme récite un poème exprimant sa couleur, une autre tourne autour de l’enclos en criant cette couleur qui se trouve en de multiples lieux de l’environnement visuel, pour lesquels les bovins n’en sont qu’un des plus emblématiques.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre 11b.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Titre 11c.
Légende Le bétail fournit aux Mursi leur palette des couleurs. Celles-ci étant la référence inévitable de tous les noms de personnes, les trois types d’existants (couleurs, bovins, personnes) sont liés de manière circulaire dans l’anthroponymie… (Pour aller plus loin : Eczet, ce numéro en ligne).
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Titre 11d.
Crédits © Jean-Baptiste Eczet
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/13881/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Eczet, « Les pasteurs d’Afrique de l’Est imitent-ils leurs bovins ? »Techniques & Culture, 73 | 2020, 98-113.

Référence électronique

Jean-Baptiste Eczet, « Les pasteurs d’Afrique de l’Est imitent-ils leurs bovins ? »Techniques & Culture [En ligne], 73 | 2020, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/13881 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.13881

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Eczet

Les recherches de Jean-Baptiste Eczet présupposent que toute vie sociale a un style qui n’est pas seulement une question de forme et d’expressivité. Maître de conférences à l’EHESS depuis 2019, il développe dans le cadre d’une chaire « Arts politiques » une attention portée à l’esthétique des relations, des représentations et des perceptions pour mieux saisir leurs capacités instituantes et politiques, à partir d’enquêtes de terrain menées en Afrique de l’Est auprès des Mursi, une population pastorale du sud-ouest éthiopien.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search