Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Voies du soulèvementSabotage, un essai d’archéologie ...

Voies du soulèvement

Sabotage, un essai d’archéologie au xixe siècle

François Jarrige
p. 28-41

Résumés

Si le sabotage émerge, s’étend et se théorise comme mode d’action à la fin du xixe siècle, il renvoie cependant à des logiques plus anciennes qui n’ont cessé d’accompagner l’installation des sociétés industrielles, ses nouveaux équipements et ses infrastructures. Dans ce bref essai, il s’agit d’explorer certains traits de ce répertoire d’actions protestataires en examinant brièvement la généalogie du sabotage et des actions destructrices au xixe siècle, révélant par là la diversité de ses formes et l’ingéniosité des groupes subalternes. Le mot « sabotage » désigne une action qui vise à détériorer et mettre hors d’usage, de façon volontaire et plus ou moins clandestine, du matériel, des machines, des installations ou équipements, afin de désorganiser une activité productive ou sociale et faire pression sur les décideurs économiques et politiques. Mais le terme recouvre un ensemble d’actions très diverses qui varient selon les groupes et les périodes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le mot et la chose
Destructions et violences
Arts de la résistance
Âge d’or et institutionnalisation

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Échelle inconnue

Hier totalement disqualifié par l’utopie d’une société libérale et pacifiée, le sabotage fait aujourd’hui de nouveau parler de lui : des activistes, de plus en plus nombreux, s’efforcent d’enrayer la marche du monde en pratiquant la désobéissance civile et l’action directe, parfois illégalement. Les dégradations ponctuelles d’équipements servant au transport des humains, des matières et des informations s’accroissent (pipelines, caméras de surveillance, radars, antennes relais, infrastructures de transport, etc.), tandis que les pratiques de sabotage associées aux mouvements de grève réapparaissent (telles les coupures de courant effectuées par des électriciens de la Confédération générale du Travail (CGT) durant l’hiver 2019 lors des mobilisations qui ont accompagné l’élaboration de la loi sur les Retraites en France).

Récemment, le marxiste écologiste Andreas Malm a proposé une analyse critique des principes et des prati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Jarrige, « Sabotage, un essai d’archéologie au xixe siècle », Techniques & Culture, 74 | 2020, 28-41.

Référence électronique

François Jarrige, « Sabotage, un essai d’archéologie au xixe siècle », Techniques & Culture [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/14146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.14146

Haut de page

Auteur

François Jarrige

François Jarrige est maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne (LIR3S UMR 7366) et membre de l’Institut universitaire de France. Il explore l’histoire sociale et environnementale de l’industrialisation et a notamment publié Technocritiques (2014), La contamination du monde (avec T. Le Roux, 2017) et Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives (avec A. Vrignon, 2020).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search