Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Voies du soulèvementOccuper et marquer l’espace

Voies du soulèvement

Occuper et marquer l’espace

Des « cortèges de tête » aux Gilets jaunes à Marseille
Violaine Chevrier
p. 58-71

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le parcours, un moyen d’occuper l’espace
Laisser des traces : un moyen d’occuper l’espace après la manifestation

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Affiche collée sur le parcours de plusieurs manifestations de Gilets jaunes. Cliché pris en mai 2019.

© V. Chevrier

Les « cortèges de tête » apparus en France lors du mouvement contre la loi Travail de 2016 et les manifestations de Gilets jaunes en 2018-2019 témoignent de nouvelles pratiques s’ajoutant au répertoire d’actions de la revendication politique. Ces formes de mobilisation sortent du cadre habituel : parcours imprévisible, absence de hiérarchie, refus des services d’ordre et cohabitation consciente de diverses pratiques, relatives en particulier à l’usage de la violence. Les acteurs mobilisés dans ces mouvements, pour quelques-uns multipositionnés mais pour la plupart engagés dans un seul des deux, affirment leur indépendance vis-à-vis des organisations syndicales, qu’ils jugent peu efficaces, comme des partis politiques. Celles et ceux rencontrés dans le cadre de cette étude considèrent ces manifestations comme centrales dans ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Violaine Chevrier, « Occuper et marquer l’espace », Techniques & Culture, 74 | 2020, 58-71.

Référence électronique

Violaine Chevrier, « Occuper et marquer l’espace », Techniques & Culture [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/14248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.14248

Haut de page

Auteur

Violaine Chevrier

Violaine Chevrier est doctorante en anthropologie à l’EHESS sous la direction de Valeria Siniscalchi. Sa thèse porte sur l’évolution des pratiques en manifestations revendicatives non syndicales à Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search