Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Voies du soulèvementFragments de lutteSimuler et politiser la mort : le...

Voies du soulèvement
Fragments de lutte

Simuler et politiser la mort : le die-in

Lucille Gallardo
p. 74-75

Texte intégral

Die-in du comité interpersonnel et étudiant de l’IEP d’Aix-en-Provence, 8 février 2020

Die-in du comité interpersonnel et étudiant de l’IEP d’Aix-en-Provence, 8 février 2020

© Tifenn Ripoll / VOST Collectif

Un samedi de l’hiver 2020, des enseignants-chercheurs – titulaires et précaires – et des étudiants de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence se joignent à la journée portes ouvertes de leur école pour protester contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Masquée, de noir vêtue, la procession déambule autour des parents d’élèves au rythme de « La Marche funèbre » de Chopin. Puis, au signal d’une personne désignée pour déclencher l’action, l’assemblée s’allonge face à la foule. Un discours est alors prononcé sur les effets délétères du projet de loi. La cérémonie s’achève par une minute de silence en mémoire du « service public, de la recherche libre, de la pédagogie, des sciences sociales, et de l’égalité », que cette loi va finir de détruire. Les réactions de l’assistance sont hétérogènes : applaudissements, incompréhensions, soutiens et mécontentements face à cette mise en scène publique, symbolique et politique, de la mort de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Pour ses protagonistes, les émotions aussi sont de la partie : entre excitation, pic d’adrénaline, « trac », craintes de répercussions personnelles, mais aussi joie et fierté collectives d’avoir « fait corps » et d’avoir réussi l’opération sans accroc (Patouillard 1998).

1Provoquer trouble et émoi est au cœur de la pratique du die-in, une technique de protestation publique, relativement courante parmi les répertoires d’action (Tilly 1986) mobilisés par les mouvements de contestation. On doit son importation des États-Unis en France à Act Up-Paris. L’association en a fait une de ses « marques de fabrique » dans les années 1990 (Broqua 2006 : 255) afin d’interpeller médias, passants et décideurs à propos de « l’étiologie politique » de l’épidémie de sida et de rendre hommage aux disparus.

Die-in d’Act Up-Paris sur les Champs-Élysées, 1er décembre 1994

Die-in d’Act Up-Paris sur les Champs-Élysées, 1er décembre 1994

© Tom Craig / Mucem

2Les causes défendues, les acteurs et les actrices mobilisés, les contextes politiques et les « victimes » désignées diffèrent grandement entre ces deux événements de mort simulée. Avec Act Up-Paris, les corps étendus sur le goudron incarnent directement les nombreux morts du sida qu’a connu la décennie 1990. À l’IEP, les faux cadavres représentaient, de manière avant tout prophétique, la disparition à venir des institutions et des professions de l’ESR. L’usage du die-in y était métaphorique et dépersonnalisé par le port de masques, de croix aux noms des valeurs assassinées et d’une banderole désignant les « victimes » non humaines du projet de loi. Pour autant, ces deux actions se jumellent par la force politique et symbolique singulière qui émane d’une telle pratique : elle marque les esprits, apostrophe celles et ceux qui en sont témoins et rend visible le « meurtre » en cours ou à venir et ses « bourreaux ». Avec le die-in, la manifestation de la mort est l’instrument premier de lutte, elle est au centre du dispositif de sensibilisation (Traïni dir. 2009). Son irruption dans l’espace public dérange et oblige les spectateurs et les spectatrices à se positionner vis-à-vis de la cause et des revendications portées. Ces simulations macabres désignent de manière frontale les dangers et les risques de l’inaction. La technique dénote une politisation de la mort qui, par sa dimension spectaculaire, esthétique et scandaleuse, a tendance à séduire les médias. Le lendemain du die-in de l’IEP d’Aix-en-Provence, deux articles dans des journaux locaux ont relayé l’événement et la vidéo diffusée sur la page Facebook du collectif a compté plus d’un millier de vues.

Haut de page

Bibliographie

Broqua, C. 2006 Agir pour ne pas mourir ! Act Up, les homosexuels et le sida. Paris : Presses de Sciences Po.

Patouillard, V. 1998 « Une colère politique. L’usage du corps dans une situation exceptionnelle : le ZAP d’Act-up Paris », Sociétés Contemporaines 31 (1) : 15‑36.

Tilly, C. 1986 La France conteste. De 1600 à nos jours. Paris : Fayard.

Traïni, C. dir. 2009 Émotions... Mobilisation ! Paris : Presses de Sciences Po.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Die-in du comité interpersonnel et étudiant de l’IEP d’Aix-en-Provence, 8 février 2020
Crédits © Tifenn Ripoll / VOST Collectif
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/14281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Die-in d’Act Up-Paris sur les Champs-Élysées, 1er décembre 1994
Crédits © Tom Craig / Mucem
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/14281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucille Gallardo, « Simuler et politiser la mort : le die-in »Techniques & Culture, 74 | 2020, 74-75.

Référence électronique

Lucille Gallardo, « Simuler et politiser la mort : le die-in »Techniques & Culture [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 05 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/14281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.14281

Haut de page

Auteur

Lucille Gallardo

Lucille Gallardo est doctorante en sociologie au laboratoire Sophiapol de l’université Paris Nanterre, et Ater à l’IEP d’Aix-en-Provence. Elle travaille sur l’engagement inter-associatif franco-africain contre le sida.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search