Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Voies du soulèvementFragments de lutte« Que le pays soit leur prison »

Voies du soulèvement
Fragments de lutte

« Que le pays soit leur prison »

Les escraches contre les génocidaires en Argentine
Magdalena Inés Pérez Balbi
p. 82-83

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Escrache à Leopoldo Luis Baume, La Plata, 2002

Escrache à Leopoldo Luis Baume, La Plata, 2002

© Archive Marcelo Landi

HIJOS (Hijos por la Identidad y la Justicia contra el Olvido y el Silencio [Fils et filles pour l’identité et la justice contre l’oubli et le silence]) est une organisation fondée en 1995. Elle réunit des fils et des filles de victimes du terrorisme d’État au sein de collectifs régionaux qui émergent alors dans l’ensemble du pays, et qui sont encore actifs aujourd’hui. Ils se distinguent des Mères et des Grands-mères de la Place de Mai (Buenos Aires), dont les actions, – notamment les rondes sur la Place de Mai –, se centraient sur les victimes : disparus et petits-enfants des disparus nés en camps, volés à leurs parents par les militaires et recherchés par les Grands-mères. Les HIJOS dénoncent avant tout les tortionnaires tout en revendiquant le militantisme et la lutte révolutionnaire de leurs parents à travers des pratiques marquées par un caractère festif et carnavalesque, qui joue...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magdalena Inés Pérez Balbi, « « Que le pays soit leur prison » », Techniques & Culture, 74 | 2020, 82-83.

Référence électronique

Magdalena Inés Pérez Balbi, « « Que le pays soit leur prison » », Techniques & Culture [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/14312 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.14312

Haut de page

Auteur

Magdalena Inés Pérez Balbi

Madgdalena Inés Pérez Balbi est docteure en sciences sociales de l’Université de Buenos Aires (UBA), professeure et licenciée d’histoire des arts visuels de la faculté des arts de l’Université nationale de La Plata. Elle travaille sur des projets de recherche de l’Institut d’histoire de l’art argentin et américain et de l’Institut de recherches Gino Germani. Elle poursuit des recherches depuis dix ans sur l’activisme artistique en Argentine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search