Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Arts de la subversionFragments de lutteAffiche-action !

Arts de la subversion
Fragments de lutte

Affiche-action !

La longue histoire des luttes contre le logement indigne à Marseille
Zoé Carle
p. 144-145

Texte intégral

Action d’affichage de l’association Un Centre-ville Pour Tous, le 4 juin 2004

Action d’affichage de l’association Un Centre-ville Pour Tous, le 4 juin 2004

© Martine Derain et Dalila Mahdjoub

Le 5 novembre 2018, l’effondrement de deux immeubles du centre-ville de Marseille attire tragiquement l’attention sur le problème du logement indigne dans cette ville. Il met en lumière la responsabilité de pouvoirs publics sourds aux interpellations répétées de nombreux collectifs et associations locales, comme l’association « Un Centre-Ville Pour Tous », qui milite depuis 2000 pour un centre-ville rénové et populaire.

1Le 4 juin 2004, l’association organise une action d’affichage visant à alerter l’opinion sur les pratiques de relogement sélectif qui ont lieu dans le cadre de l’opération de Périmètre de Restauration Immobilière (PRI), confiée à la société concessionnaire Marseille Aménagement dans les quartiers de Noailles, Belsunce et du Panier. Comme l’a patiemment documenté l’association, contrairement à la volonté exprimée de résorber l’habitat indigne par une politique ambitieuse de réhabilitation de l’habitat ancien traditionnel, les projets de PRI sont, en réalité, prétexte à déloger et expulser, à la faveur des travaux de rénovation. Si, comme le prévoit la loi, certains habitants sont relogés, temporairement puis définitivement dans le même périmètre, d’autres le sont très loin du centre-ville, et certains pas du tout. Dans le même temps, les immeubles vacants de ces quartiers populaires promis à une requalification sont cédés à des investisseurs, avec avantages fiscaux et subventions. Dans le communiqué de presse accompagnant son action d’affichage, l’association fait le constat suivant :

Il s’agit en effet manifestement, pour le centre-ville de Marseille, d’une politique délibérée, et non pas de la résultante de mécanismes économiques souvent invoqués, et réels, comme la « rareté » ou le coût du foncier […] au lieu d’utiliser les financements de l’État disponibles pour réaliser des logements sociaux ou réhabiliter et conventionner les logements pour les rendre éligibles à l’Aide Personnalisée au Logement.

2Deux artistes membres du collectif, Martine Derain et Dalila Mahdjoub imaginent une affiche en réponse aux pratiques de Marseille Aménagement et en guise de proposition alternative aux politiques de logement menées par la Ville de Marseille. L’action d’affichage est précédée d’un relevé et d’un recensement minutieux des immeubles et logements vacants, tous propriétés de la Ville de Marseille et de Marseille Aménagement. Construite autour d’un immense point d’exclamation, aux côtés du symbole itératif « sortie de secours », dans un style constructiviste russe du début du xxe siècle, la réalisation graphique se présente comme une double interpellation, à l’intention des pouvoirs publics et des citoyens marseillais.

3Aux premiers, l’affiche rappelle les engagements pris, en conseil municipal et par la signature entre l’État et la Ville, le 28 février 2002, d’un protocole pour la mise en œuvre d’un plan d’éradication de l’habitat indigne. L’affiche porte ainsi mention d’une phrase prononcée lors d’un conseil municipal bien plus ancien où la municipalité affirmait :

« Les besoins en logements sociaux seront assurés plutôt par la réhabilitation de l’habitat ancien traditionnel que par des constructions neuves. Cette mesure étant logiquement dictée par le fait qu’il existe sur ces deux secteurs de nombreux appartements vacants. […] Nous souhaitons réaliser de vrais logements sociaux dignes de recevoir des familles, contrairement aux nombreux logements sociaux de fait, qui sont dans un état d’insalubrité tel, que nous en avons honte […] » (24 juin 1996).

4L’affiche indique également les adresses de tous les immeubles vacants, repérables aux portes blindées qui en ferment l’accès. Aux passants du quartier, l’affiche révèle ce que cachent ces portes fermées et matérialise une solution à ce qui est ailleurs présenté comme un insoluble problème. Renouant avec la tradition de l’affichage public, cette affiche-action déplace les enjeux : elle médiatise localement un problème et suggère sa résolution, en attirant l’attention sur les solutions de proximité – ces immeubles vides pouvant accueillir les habitants le temps des travaux et, à terme, servir de logements sociaux réhabilités.

5Collée sur les portes blindées des immeubles vacants, l’affiche précipite dans l’espace public le discours des pouvoirs publics, abolissant la distance du mot à la chose et renvoyant le problème à sa substance : une singulière absence d’action politique.

Haut de page

Bibliographie

Borja, J.-S., Derain, M., Manry, V. & C. Galmot 2010 Attention à la fermeture des portes ! Citoyens et habitants au cœur des transformations urbaines : l’expérience de la rue de la République à Marseille. Marseille : Éditions Commune.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Action d’affichage de l’association Un Centre-ville Pour Tous, le 4 juin 2004
Crédits © Martine Derain et Dalila Mahdjoub
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/14361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoé Carle, « Affiche-action ! »Techniques & Culture, 74 | 2020, 144-145.

Référence électronique

Zoé Carle, « Affiche-action ! »Techniques & Culture [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/14361 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.14361

Haut de page

Auteur

Zoé Carle

Zoé Carle est maître de conférences en sémiotique à l’université Paris 8, membre du comité de rédaction de Vacarme (revue interrompue en février 2020). Sa thèse consacrée aux slogans et graffitis révolutionnaires en Égypte a paru aux Presses de la Sorbonne Nouvelle en 2019 sous le titre Poétique du slogan révolutionnaire.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search