Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Refuges et pratiques réparatricesMoissons conviviales

Refuges et pratiques réparatrices

Moissons conviviales

Chercher l’autonomie en collectif néo-paysan
Madeleine Sallustio
p. 178-193

Résumés

Pourquoi faire le choix de s’installer en collectif agricole et d’y développer du maraîchage, de l’élevage ou de l’artisanat ? Le leitmotiv de celles et ceux qui seront ici appelés des « néo-paysans » est la recherche d’autonomie. Par l’étude de cas du réinvestissement d’outils agricoles ancestraux et de l’invention de techniques de production alternatives dans le cadre des moissons, j’entends démontrer que la quête d’un travail émancipé et émancipateur est à la base des projets libertaires de ces collectifs agricoles. En cherchant à maîtriser des techniques de production nécessaires à la vie quotidienne, les individus rencontrés cherchent effectivement à augmenter leur capacité d’action sur le monde et à marquer une distance vis-à-vis d’un mode de production dévastateur d’un point de vue écologique et profondément inégalitaire. Ils cherchent, dans les marges, à faire exister des espaces de réflexion et d’expérimentation d’un mode de vie alternatif au rapport salarial en contexte technico-capitaliste.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La paysannerie comme figure de résistance
Se réapproprier des outils agricoles pré-industriels
Lutter contre l’« hétéronomie » : la « convivialité » au cœur de la quête d’émancipation individuelle

Aperçu du début du texte

Image d’ouverture

Image d’ouverture

Fonctionnement de la batteuse à vélo

© Madeleine Sallustio

À plusieurs reprises au cours de l’histoire et tout particulièrement depuis les années 1960, des individus investissent les campagnes françaises pour y expérimenter un mode de vie communautaire à la marge du système capitaliste. Encore aujourd’hui, des jeunes « néo-paysans » continuent d’alimenter ce mouvement de « retour à la terre », comme c’est le cas du collectif de Bertizène, installé dans une vallée auvergnate de la Haute-Loire. Quitter la ville, échapper aux relations de domination salariale, améliorer son niveau de vie, chercher plus de relations avec la terre et les écosystèmes : les raisons qui motivent ce choix sont nombreuses. Parmi celles-ci, la volonté de gagner en autonomie apparaît centrale chez les « néo-paysans », tout particulièrement lorsque ceux-ci s’organisent en collectif autogéré comme c’est le cas ici. Il s’agit, pour les individus que j’ai rencontrés, d’a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Sallustio, « Moissons conviviales », Techniques & Culture, 74 | 2020, 178-193.

Référence électronique

Madeleine Sallustio, « Moissons conviviales », Techniques & Culture [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/14472 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.14472

Haut de page

Auteur

Madeleine Sallustio

Madeleine Sallustio est docteure en Sciences politiques et sociales. Diplômée à l’Université libre de Bruxelles, elle est collaboratrice scientifique au Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains et co-présidente de l’Atelier d’hybridations anthropologiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search