Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Refuges et pratiques réparatricesFragments de lutteComposer pour résister ou exister...

Refuges et pratiques réparatrices
Fragments de lutte

Composer pour résister ou exister en Mongolie

Sandrine Ruhlmann
p. 210-211

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Faire l’avenir. Conjuration et propitiation

Faire l’avenir. Conjuration et propitiation

© Sandrine Ruhlmann, Gačuurt, juillet 2019

Ulaanbaatar, janvier 2014. « À l’époque [1921-1990], il était interdit d’aller voir un moine ou un chamane, on le faisait en secret sous le système communiste ! Les directeurs [des coopératives] n’étaient pas toujours à côté de nous. Le soir, la nuit, à la maison, on faisait des prières, des fumigations et des offrandes pour les esprits […] [autant de] traditions chamaniques et bouddhiques […] faites en secret pour les conserver », m’explique Bold, vétérinaire mongol d’une ONG. Bold travaille avec des vétérinaires privés et des éleveurs nomades sur la santé animale et humaine. Dans son bureau, vont et viennent un chargé de mission, un chauffeur et une administratrice de l’ONG, un policier et un ancien éleveur qui vit à Ulaanbaatar depuis la perte de son troupeau à la suite d’une épidémie. Chacun intervient dans notre discussion à bâtons rompus :

Policier : Les Mongols on...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Ruhlmann, « Composer pour résister ou exister en Mongolie », Techniques & Culture, 74 | 2020, 210-211.

Référence électronique

Sandrine Ruhlmann, « Composer pour résister ou exister en Mongolie », Techniques & Culture [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/14587 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.14587

Haut de page

Auteur

Sandrine Ruhlmann

Sandrine Ruhlmann, chargée de recherche au CNRS, étudie les pratiques alimentaires des Mongols Halh, notamment le partage de nourriture en lien avec le bonheur familial. Parallèlement, ses recherches portent sur la gestion des maladies animales en contexte post-communiste. Elle entreprend actuellement une recherche sur le processus de compromis comme stratégie de résistance ou d’existence des Mongols en contexte communiste ou post-communiste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search