Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Refuges et pratiques réparatricesFragments de lutteExister sur la mappemonde

Refuges et pratiques réparatrices
Fragments de lutte

Exister sur la mappemonde

Cartographies autochtones
Irène Hirt et Caroline Desbiens
p. 216-217

Texte intégral

Carte montrant que par-delà la « réserve » de Mashteuiatsh, et en dépit des déstructurations territoriales engendrées par la colonisation, le jeune Pekuakamiulnuatsh continue à pratiquer des activités traditionnelles (chasse, pêche, etc.) sur le territoire ancestral.

© O. Launière / S. Kurtness

Dans Maps and Dreams (1981), l’anthropologue Hugh Brody raconte la lutte de plusieurs Premières Nations de chasseurs, pêcheurs et trappeurs de Colombie britannique dans les années 1970 contre la construction de pipelines de gaz et de pétrole. Il y décrit l’une des premières expériences contemporaines de cartographie en contexte autochtone, réalisée dans le cadre d’une étude sur les impacts de ce « méga projet » sur les territoires habités. Au « pipeline dream » de la société majoritaire, les Premiers Peuples opposaient leurs aspirations à vivre selon leur propre manière d’être au monde. Les « map biographies », agrégations d’itinéraires de chasse, pêche et cueillette sur fonds de cartes topographiques, montraient que leurs territoires, loin d’être « vides », comme le suggèrent les imaginaires coloniaux, étaient « pleins » : de toponymes, de lieux de rassemblement ou de sépulture, de sentiers de portage et de routes de migrations humaines et non humaines.

1La production de cartes pour exister sur la mappemonde et sortir de l’invisibilité s’est répétée en Amérique du Sud, en Asie, en Afrique et en Océanie. Les « peuples autochtones », selon la formulation de l’Organisation des Nations unies, ont placé ce dispositif au cœur de leur résistance contre la dépossession et la destruction de leurs territoires et de leurs ressources par les acteurs étatiques, ceux de l’économie capitaliste ou les propriétaires privés. Cette production dite « contre-cartographique » – parce qu’elle consiste à s’approprier les techniques et le langage cartographiques de l’État pour produire des cartes alternatives aux représentations dominantes (Peluso 1995) – connaît des conditions matérielles de réalisation et des succès politiques inégaux dans le monde. Si cette stratégie a permis de gagner des batailles juridiques, elle ne reconfigure pas moins les relations coloniales (Wainwright & Bryan 2009), obligeant les peuples concernés à traduire leurs conceptions de l’espace-temps dans les principes territoriaux de l’État moderne afin de rendre leurs revendications intelligibles.

2Depuis les années 1990, des cartographes, dont plusieurs sont autochtones, œuvrent pour décoloniser la cartographie : d’abord, en développant la conscience critique des communautés quant à l’ambivalence (entre assimilation et « empowerment ») de cette « technoscience » moderne ; ensuite, en soulignant que l’acte de représenter et de codifier le savoir spatial connaît des variations culturelles. Ainsi, dans certaines sociétés autochtones, l’information géographique est transmise par le récit, le chant, la danse, les rituels ou le rêve (Johnson et al. 2006). De fait, dans Maps and dreams (Brody 1981), certains de ces peuples ont recours aux pratiques oniriques pour prédire la réussite de la chasse. Plus récemment, la cartographie numérique, multimédia ou en ligne est utilisée dans une perspective d’autodétermination (usage stratégique d’un type de savoir en fonction des besoins et du contexte), mais aussi créative : la vidéo associée à la carte pouvant notamment renforcer la contextualisation de la parole et de la relation autochtones au territoire.

3Enfin, la cartographie devient objet ou pratique médiatrice des processus de revitalisation culturelle. La cartographe cheyenne Annita Lucchesi (2018) a ainsi cherché à représenter les violences coloniales exercées à l’égard des femmes autochtones, dans un but de justice réparatrice. Les autrices de ce texte ont quant à elles collaboré, en 2016, à un projet de cartographie participative de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh, au Québec, dont l’objectif était de favoriser la transmission intergénérationnelle des savoirs. « Dessine-moi ton Nitassinan » (nom donné par les Pekuakamiulnuatsh à leur territoire ancestral), telle était la consigne donnée à des adolescents ilnu, invités à transposer sur des cartes mentales leurs pratiques et représentations du territoire.

Haut de page

Bibliographie

Brody, H. 2002 [1981] Maps and Dreams. Indians and the British Columbia Frontier. Londres : Faber & Faber.

Johnson, J. T., Louis, R. L. & A. Pramono 2005 « Facing the future. Encouraging critical cartographic literacies in indigenous communities », ACME : An International E-Journal for Critical Geographies 4 (1) : 80-98.

Lucchesi, A. H. 2018 « ‘Indians don’t make maps’. Indigenous cartographic traditions and innovations », American Indian Culture and Research Journal 42 (3) : 11-26.

Peluso, N. L. 1995 « Whose woods are these ? Counter-mapping forest territories in Kalimantan, Indonesia », Antipode 27 (4) : 383-406.

Wainwright, J. & J. Bryan 2009 « Cartography, territory, property. Postcolonial reflections on indigenous counter-mapping in Nicaragua and Belize », Cultural Geographies 16 (2) : 153-178.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Carte montrant que par-delà la « réserve » de Mashteuiatsh, et en dépit des déstructurations territoriales engendrées par la colonisation, le jeune Pekuakamiulnuatsh continue à pratiquer des activités traditionnelles (chasse, pêche, etc.) sur le territoire ancestral.
Crédits © O. Launière / S. Kurtness
URL http://journals.openedition.org/tc/docannexe/image/14622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Hirt et Caroline Desbiens, « Exister sur la mappemonde »Techniques & Culture, 74 | 2020, 216-217.

Référence électronique

Irène Hirt et Caroline Desbiens, « Exister sur la mappemonde »Techniques & Culture [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/tc/14622 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.14622

Haut de page

Auteurs

Irène Hirt

Irène Hirt est professeure de géographie à l’université de Genève. Elle s’intéresse aux processus de réappropriation du territoire par les peuples autochtones dans les deux Amériques, en particulier à la mobilisation de la cartographie par ces derniers.

Caroline Desbiens

Caroline Desbiens est professeure de géographie à l’université Laval, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en Patrimoine et tourisme autochtones. Ses recherches actuelles portent sur la mémoire et le sens des lieux, et la mise en valeur des patrimoines autochtones, notamment à travers les dynamiques de revitalisation liées au tourisme.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search