Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Refuges et pratiques réparatricesFragments de lutteExister sur la mappemonde

Refuges et pratiques réparatrices
Fragments de lutte

Exister sur la mappemonde

Cartographies autochtones
Irène Hirt et Caroline Desbiens
p. 216-217

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Carte montrant que par-delà la « réserve » de Mashteuiatsh, et en dépit des déstructurations territoriales engendrées par la colonisation, le jeune Pekuakamiulnuatsh continue à pratiquer des activités traditionnelles (chasse, pêche, etc.) sur le territoire ancestral.

© O. Launière / S. Kurtness

Dans Maps and Dreams (1981), l’anthropologue Hugh Brody raconte la lutte de plusieurs Premières Nations de chasseurs, pêcheurs et trappeurs de Colombie britannique dans les années 1970 contre la construction de pipelines de gaz et de pétrole. Il y décrit l’une des premières expériences contemporaines de cartographie en contexte autochtone, réalisée dans le cadre d’une étude sur les impacts de ce « méga projet » sur les territoires habités. Au « pipeline dream » de la société majoritaire, les Premiers Peuples opposaient leurs aspirations à vivre selon leur propre manière d’être au monde. Les « map biographies », agrégations d’itinéraires de chasse, pêche et cueillet...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Hirt et Caroline Desbiens, « Exister sur la mappemonde », Techniques & Culture, 74 | 2020, 216-217.

Référence électronique

Irène Hirt et Caroline Desbiens, « Exister sur la mappemonde », Techniques & Culture [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/14622 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.14622

Haut de page

Auteurs

Irène Hirt

Irène Hirt est professeure de géographie à l’université de Genève. Elle s’intéresse aux processus de réappropriation du territoire par les peuples autochtones dans les deux Amériques, en particulier à la mobilisation de la cartographie par ces derniers.

Caroline Desbiens

Caroline Desbiens est professeure de géographie à l’université Laval, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en Patrimoine et tourisme autochtones. Ses recherches actuelles portent sur la mémoire et le sens des lieux, et la mise en valeur des patrimoines autochtones, notamment à travers les dynamiques de revitalisation liées au tourisme.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search